Les relations mythiques entre: Adam et les mythes de la Mésopotamie antique

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
4.3/5 - (9 votes)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL 

FARAH, Leonardo de Castro [1]

FARAH, Leonardo de Castro. Les relations mythiques entre: Adam et les mythes de la Mésopotamie antique. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 04, Ed. 10, vol. 07, p. 147 à 160. octobre 2019. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès : https://www.nucleodoconhecimento.com.br/histoire/relations-mythiques

RÉSUMÉ

En 1981, le Dr Niels-Erik Andreasen a écrit un article intitulé Adam and Adapa: two anthropological characters. Dans son travail, le Dr Andreasen a établi des relations et des parallèles entre le mythe adamique et le mythe babylonien d’Adapa. Notre objectif est de renforcer la thèse d’Andreasen sur l’existence de ces parallèles mythiques, trouvés: dans le 1er au 3ème chapitre du livre de la Genèse avec les différents mythes que nous trouvons dans l’ancienne Mésopotamie, qui en plus d’être le berceau de la civilisation a eu une forte influence sur les auteurs bibliques. Les mythes que nous aborderons dans nos recherches sont: le mythe de Gilgamesh, le mythe d’Adapa et l’Enuma Elish. Ces trois mythes ont eu une influence sur la Création du monde et l’homme vu dans la Bible. Cela signifie que les peuples de Mésopotamie ont été en contact avec les Hébreux pendant des milliers d’années, avant comme après la «captivité babylonienne» (587-527 a. C), entraînant la naissance du judaïsme monothéiste rabbinique.

Mots-clés : Adam, Adapa, Hébreux et Genèse.

INTRODUCTION

Le texte écrit par le Dr Niels-Erik Andreasen en 1981 a établi des parallèles entre: Adapa et Adam, bien que de nombreux théologiens n’acceptent pas de telles relations pour des raisons religieuses. Cependant, les similitudes entre ces deux personnages sont indéniables. Dans ce cas, nous considérerons qu’Adam et Adapa sont traités comme des personnages mythologiques, car à ce jour, aucune preuve archéologique ou historique n’a été trouvée à partir d’une source neutre, qui démontrent qu’ils ont existé. Nous étudierons également les similitudes, dans le lieu Adam a vécu (Jardin d’Éden), le rôle du serpent à cet endroit et son aide (Eve) avec les mythes de la Mésopotamie.

Nous savons que la Genèse a eu une forte influence extérieure venant des Babyloniens en ce qui concerne la Création du Monde et les êtres humains. Ainsi, il existe des parallèles avec d’autres documents mythologiques. Concernant la recherche, des sources secondaires seront analysées et ainsi, nous tenterons de démontrer l’occurrence d’influences : mythologiques, en mots hébreux, qui apparaissent dans la Genèse, à partir des chapitres : 01 à 03 qui sont sans doute des sources plus anciennes que les récits bibliques.

1.1 LE RAPPORT DU MYTHE DE L’ADAPA

Les textes qu’il rapporte sur Adapa ont été découverts par les archéologues à la fin du 19ème siècle à Tell-el-Amarna, la capitale de l’Empire égyptien à l’époque d’Akhenatón (1352-1335 av. J.-C.). C). Il a été découvert des inscriptions cunéiformes des soi-disant «Lettres d’Amarna» qui gardent le récit mythologique d’Adapa .

Selon McCall (1994), ce mythe a été écrit sur des tablettes d’argile contenant: 120 lignes datées, entre: 15ème et 14ème siècle a. C, cependant il y a des références plus anciennes de ce mythe à Ninive au début du deuxième millénaire a. C. Selon la traduction de McCall (1994), Adapa était un prêtre sage d’Ea (Enki – Sumerio) dans la ville d’Eridu. Le mythe prétend que chaque jour, Adapa est apparu aux rites religieux. Il cuisinait du pain et plaçait des tables votives présentées comme des offrandes aux dieux. C’était un pêcheur du temple, sortez sur son bateau dans le but de attraper des poissons et de les offrir, dans le temple dédié à Ea (McCALL, 1994).

Un jour, alors qu’Adapa pêchait, le vent du Sud passa et le renversa du bateau, le jetant dans les eaux de la rivière. Puis, accablé par la colère, Adapa décide de «casser les ailes duVentdu Sud » etpendant sept jours, le Vent du Sud ne souffle pas dans les champs. Anu, le dieu du ciel voulait savoir pourquoi iln’y avait pas de vent et fut informé par ses conseillers qu’Adapa avait cassé les ailes du «le vent du sud».

Anu a exigé qu’Adapa vienne lui expliquer ce qui s’était passé. Dans cette partie du texte, Andreasen (1981) précise qu’Ea, le dieu d’Eridu, est apparu à Adapa pour lui donner deux conseils. 1º En apparaissant en présence d’Anu (An in Sumerio), il faut porter un costume de deuil pour essayer d’obtenir la sympathie des gardiens de la porte du ciel: Tammuz[2] et Gizzida qui gardent l’entrée de la maison d’Anu. Et le 2 se verrait offrir le pain et l’eau de la mort, dont il ne devrait ni manger ni boire (McCALL, 1994). Quand Adapa rendit visite à Anu et expliqua ce qui s’était passé, ayant le soutien des deux gardiens qui parlent en son nom, les serviteurs d’Anu : «Ils lui apportèrent le pain de vie (éternel), mais il ne mangea pas. Ils lui ont apporté l’eau de la vie (éternelle), mais il n’a pasbu » (McCALL, 1994, p. 66).

Dans mito, Adapa rejetait les aliments et les boissons réservés aux dieux, qui donnaient la vie éternelle. Votre rejet a à voir avec l’obéissance au dieu Ea. C’est pourquoi On se souvient d’Adapa pour être l’un des sept sages ou Apkallu, ce qui signifie «sage» (ANDREASEN, 1981).

1.2 ANALYSE DU LIVRE GENESIS

Selon les théologiens, Storniolo et Balancin (1991) dans le livre de la Genèse, il y a des récits de la Création qui: «appartiennent à des temps différents et reflètent des situations et desproblèmesdifférents» (STORNIOLO et BALANCIN, 1991, p 12). Pour Storniolo et Balancin (1991), la Genèse est un récit mythique et figuratif d’une époque.

D’après Storniolo et Balancin (1991), le livre de la Genèse observé en : 1.1 et 2.4 aurait paru avant : 587-527 a. C ou «Captivité de Babylone». Avec la fin de la guerre judéo-babylonienne, la ville et le temple de Jérusalem ont été détruits, les Hébreux ont été réduits en esclavage et emmenés vivre à Babylone. Cela a remué la psyché de ces personnes (PSAUMES 137) et de nombreux Hébreux ont commencé à adorer les dieux babyloniens (Marduk, Enki et autres). Dans une tentative de maintenir leur culture et leur religion vivantes, certains Hébreux ont commencé à écrire leurs livres sacrés : la Torah et le Talmud.

La Torah et le Talmud ont été influencés par les cultures persane et babylonienne. L’observation du sabbat comme un jour sacré est un héritage des Sumerios, qui ont vécu dans le 3ème millénaire à. C[3]. Selon Caramelo (2006), de l’Université de Lisbonne, les Mésopotamiens, lorsqu’ils organisaient la vie urbaine et le temps, devaient créer des calendriers civils et religieux, dans le but de maintenir un ordre social.

Le calendrier, comme moyen d’organiser le temps et l’existence humaine, devait être expliqué. En fait, les Mésopotamiens croyaient que toutes les réalisations primordiales, qui avaient permis à l’homme de fonder le monde tel qu’ils le connaissaient, avaient été créées par les dieux et accordées à l’humanité (CARAMEL, 2006, p. 01).

Les Mésopotamiens ont réalisé qu’il y a quatre phases lunaires. Et, chaque phase lunaire durerait sept jours et le dernier jour de la semaine se produit la transition des phases lunaires. Ainsi, le dernier jour de la semaine, le sabbat, que pour les Mésopotamiens n’était pas un jour si sacré. Le contact culturel et religieux entre les Hébreux et les Mésopotamiens a permis des influences héritées de la coutume de sanctification du sabbat.

Storniolo et Balancin (1991) affirment que la Création divine aurait duré sept jours. Enuma Elish suggère également que la Création des dieux aurait duré une semaine. Dans le récit de la genèse, l’aboutissement de la création est l’Homme et la Femme (Genèse 01:27), créés le sixième jour. Le septième jour, «Dieu» se reposa (référence directe au sabbat étant sacré et adopté par les Hébreux).

Le schéma de création dans une séquence de six jours indique un problème concernant l’ordre. Ceci est réalisé par des distinctions et des distinctions, ordonnant la réalité chaotique de la Terre, qui était « sans forme et vide » (STORNIOLO ET BALANCIN, 1991, p 14).

Ce n’est qu’aux chapitres 2 et 3 de la Genèse qu’apparaissent : Adam, Eve, le Jardin et le Serpent. De nombreux théologiens pensent que ces passages sont figuratifs ou illustratifs. Pour Storniolo et Balancin (1991) il ne faut pas prendre le livre de la Genèse au sens littéral, ce livre n’est pas scientifique, c’est juste un récit légendaire sur les origines du Monde et de l’Homme. « Rappelons cependant que ce récit ne s’intéresse pas non plus au problème scientifique des origines, mais cherche à répondre à certaines préoccupations de l’époque où il est né » (STORNIOLO et BALANCIN, 1991, p 15).

1.3 LA DATATION DES MYTHES : ADAMIC ET ADAPA

Selon Scheindlin (2003), la plus ancienne inscription hébraïque enregistrée est datée d’environ 950 av. C, qui est le calendrier Gezer. Pour le moment, il n’y a rien de plus ancien en hébreu que ce calendrier. Selon Armstrong (2012), le livre de la Genèse, comme le Pentateuque, aurait été écrit par différentes personnes à différentes périodes historiques, étant daté entre : 800-600 a. Ç.

Quant à l’Enuma Elish et le Mythe de Gilgamesh, il est certain qu’ils ont été écrits au début du IIe millénaire av. C (KRAMER, 1969), étant évidemment plus ancien que le récit Genesis. Enuma Elish se compose de sept tablettes d’argile, qui racontent la création du monde. McCall (1994) suggère que le mythe d’Adapa a été trouvé, à Tell-El-Amarna en Egypte, étant daté : 1400-1300 BC. Ç.

De nombreux théologiens, comme Pontes (2010), pensent que le 1er chapitre de la Genèse a des parallèles avec le livre saint mésopotamien, l’Enuma Elish, qui est la base de leur thèse. En comparant ces deux livres, nous remarquons qu’ils ont des éléments communs, tels que : 1er l’occurrence du chaos (les ténèbres ou les ténèbres couvraient l’abîme), 2e l’eau existant avant la création et 3e le vent (le souffle ou mouvement de «Dieu» sous les eaux) (PONTES, 2010). Ces similitudes décrites ci-dessus sont très courantes dans le monde hébreu et mésopotamien.

ENUMA ELISH : GENÈSE 1:02:

1.4 ADAM, EVE, LE JARDIN D’ÉDEN ET LE SERPENT

1.4.1 ADAM

Selon la Bible, El Dieu ») créa Adam à partir de l’argile ou de la « poussière de terre ». Dans l’Ancienne Mésopotamie et l’Égypte antique, l’argile était une force créatrice. Avec l’argile, il a été fabriqué: tablettes, céramiques, ustensiles faits maison, briques pour la construction de maisons et de monuments, céramiques rituelles pour les offrandes aux dieux. Selon Bottéro (2011), les Mésopotamiens croyaient qu’après la mort, le cadavre devenait poussière en raison du processus de décomposition. Quand « Dieu » savait qu’Adam avait mangé du fruit défendu, il lui reprochait de dire : « […] Car tu es sain d’esprit, tu reviendras » (Genèse 3, 19). Dans Le Mythe de Gilgamesh, nous avons remarqué que Gilgamesh était pleuré à cause de la mort de son ami Enkidu: « Je veux crier, pour que tout le monde entende! L’ami qui m’était si cher est devenu poussière; Enkidu, mon ami, est devenu comme de l’argile » (MELLA, s/d, p 61). Tant dans la Genèse que dans le mythe de Gilgamesh, l’être humain est créé à partir d’argile et devient poussière après sa mort.

ÉPIQUE DE GILGAMESH:
GENÈSE 2: 07 On peut noter que, dans le mythe d’Adam et l’épopée de Gilgamesh, il y a une certaine similitude. Adam et Enkidu sont tous deux «l’image et la ressemblance» des dieux. Cela suggère qu’avant la chute ces deux personnages auraient acquis des qualités divines qui se sont perdues au cours de leurs histoires mythologiques.

Dans le mythe, Adam avait deux fils : Caïn et Abel[4]. C’est une allégorie qui sert à représenter le monde urbain (Caïn) par opposition au monde rural (Abel). Selon les recherches menées par les maîtres : Pedro Sahium, Vera Regiane Brescovici  Nunes et Washington Maciel da Silva (2016) Cain et Abel et leur meurtre relèveraient du symbolisme plutôt que d’être traités comme un fait historique.

Concernant les similitudes entre : Adapa et Adam, Andreasen (1981) suggère que si nous substituons : le « p » au « m » – nous avons « Adama » (ce qui signifie : « Sol ou Terre » l’origine d’Adam). Si l’on prend la lettre « a » de « Adama », c’est : Adam, qui en hébreu signifie : « Homme » (Adam, en portugais) (ANDREASEN, 1981, p 181).

Andreasen (1981) dans son texte a créé des jeux de mots présentés de manière riche et large, rendant la réfutation difficile en raison des comparaisons des objets traités, tels que : obéir à Dieu : Ea ou El; ne pas manger certains aliments; perdez la vie éternelle si vous mangez une certaine nourriture; porter des vêtements appropriés : le deuil dans le cas d’Adapa tandis qu’Adam et Eve portaient des vêtements de peau, fabriqués par El (Gen. 3:21) :

Both Adam and Adapa were apparently tested with food (and drink, in the case of Adapa); and, according to some interpreters, both failed the test, hence the parallel between the two accounts[5] (ANDREASEN, 1981, p 182).

Pour autant que nous le sachions d’après le mythe d’Adapa, lorsqu’il est apparu devant Anu, on lui a offert : « le pain et l’eau de vie », il a obéi aux recommandations de son dieu Ea, et n’a rien mangé ni bu, et avec cela il perdu la vie éternelle. Dans le cas d’Adam, la même chose s’est produite. Son aide (Eve) a été tentée par le Serpent, qui lui a offert la nourriture (le fruit), Adam et Eve ont mangé la nourriture et ont désobéi aux recommandations d’El[6] et ainsi, tous deux ont perdu la vie éternelle (ANDREASEN, 1981). Dans le mythe d’Adapa, la nourriture était offerte par le dieu Anu, tandis que dans le mythe d’Adam, la nourriture était initialement offerte par le serpent. Les deux cas ont entraîné la perte immédiate de l’immortalité. Quoi qu’il en soit, Andreasen a conclu :

Both were subject to a test involving food and both received two sets of advice; namely, “do not eat” (God and Ea) and “eat” (Serpent and Anu). One, Adapa, obeyed and passed his test; the other, Adam, disobeyed and failed. But even this situation is complicated by a further consideration; namely, the relationship between obedience/disobedience and immortality[7] (ANDREASEN, 1981, p 185).

1.4.2 EVE

Ève apparaît dans Genèse 02: 22. Dans le mythe adamique, les clercs médiévaux taxaient Eve comme la femme responsable d’Adam (Adão) ayant perdu son immortalité et son innocence (MACEDO, 1999). C’est précisément ce que le mythe de Gilgamesh illustre. Initialement, les dieux créent Enkidu, à partir d’argile, comme un guerrier courageux, qui parlait, m mangé et vivait avec des animaux dans les forêts. Il a détruit les pièges des chasseurs.

Il était innocent de l’homme et ne savait rien de la culture de la terre. Enkidu a mangé de l’herbe dans les collines avec les gazelles et a rôdé les puits d’eau avec les animaux de la forêt; avec les troupeaux de gibier, il était réheste d’eau (ANÔNIMO, 2001, p. 62).

Les chasseurs se rendirent en Uruk et se plaignirent à Gilgamesh qu’Enkidu  entravait la chasse. Et Gilgamesh, plaça une femme du Temple d’Ishtar «nu» appelée: Shamhat pour le séduire et avoir des relations sexuelles avec lui. Et pendant six jours et six nuits, ils ont fait l’amour. Quand ils ont fini, Enkidu a essayé de revenir à son ancienne routine, parmi les animaux de la forêt. Mais les animaux ont commencé à s’enfuir de lui. Morale de l’histoire, Enkidu a blâmé la femme pour avoir perdu son innocence (MELLA, s / d).

[…] après avoir été satisfait, cependant, il est retourné aux animaux sauvages. Mais maintenant, quand il l’a vu, les gazelles étaient sur la gâchette; les créatures sauvages s’enfuirent à l’approche. Enkidu voulait les suivre, mais son corps semblait être piégé par une corde, ses genoux fléchis alors qu’il essayait de courir, il avait perdu sa vitesse et son agilité. Et toutes les créatures de la jungle s’enfuirent; Enkidu avait perdu sa force, car il avait maintenant la connaissance en lui, et les pensées de l’homme occupaient son cœur. Puis il revint et s’assit au pied de la femme, et écouta attentivement ce qu’elle lui dit: « Tu es sage, Enkidu, et maintenant tu es devenu comme un dieu. Pourquoi voulez-vous courir sauvagement dans les collines avec les bêtes de la brousse? Viens avec moi. Venez vous emmener à uruk des puissants murs, au temple béni d’Ishtar et d’Anu,de l’amour et duciel; il y a Gilgamesh, qui estfort, et comme un taureau sauvage domine et gouverne les hommes (ANONIMO, 2001, p 63-64).

Dans le texte, Enkidu lors d’un contact sexuel avec Shamhat a perdu ses caractéristiques, et la fille lui a dit : « qu’il était maintenant comme les dieux » est la même description, que nous trouvons dans Genèse 3:22, lorsque le couple : Adam et Eve mange du fruit défendu.

Cela signifie que grâce à la femme, Enkidu en perdant son identité, de la même manière que cela est arrivé à Adam (Adão). Dans le mythe grec, la première femme humaine créée par les dieux était Pandore. Elle était belle, comme Aphrodite, intelligente et curieuse. La légende raconte que Pandore, et sa «curiosité intense», ont déplacé une boîte qu’Épiméthée gardait et en l’ouvrant, elle a libéré les maux, les maladies et le mal qui se sont répandus dans le monde entier (BULFINCH, 2001). En bref, dans l’Antiquité, les femmes étaient considérées comme des citoyennes de seconde zone, sans droits égaux à ceux des hommes et, en outre, étaient religieusement accusées d’apporter le mal à la société.

Dans la société de l’ancienne Mésopotamie et de la région de Canaan, les femmes avaient certaines interdictions, telles que : ne pas sortir seule dans la rue, être confinée dans une section réservée aux femmes du Temple. Si une femme a ses règles, il était interdit par la loi d’aller au Temple pour faire son sacrifice (Lévitique 15:19-24). Il y avait un certain usage obligatoire du voile (il est encore pratiqué aujourd’hui). Il y avait des conventions sociales qui imposaient plus de devoirs que de droits aux femmes.

1.4.3 LE JARDIN D’EDEN

Il est dit, dans Genèse 02: 10; El Dieu ») créa un Jardin et put l’homme pour le « sauvegarde ». L’emplacement de ce jardin est décrit dans la Bible, il y avait une rivière qui est née à Eden et qui a irrigué le jardin, et a été divisé en quatre parties: Tigre, Euphrate, Pisom et Giom. puits… Le Tigre et l’Euphrate sont situés dans l’ancienne Mésopotamie (aujourd’hui, l’Irak). Les rivières: Pisom et Giom n’ont pas encore été découvertes, si elles existaient probablement, verraient leurs cours d’eau modifiés, car de temps en temps la trajectoire des rivières change rapidement.

Dans le siècle III à. C les Juifs grecs, ont élaboré la bible grecque, appelée : Septante. Genèse est un mot grec qui signifie : Début. Le mot : « Jardin » en hébreu est : Gan. Ce même mot en grec signifie : pa-rá-dei-sos ou « Paradis ». Déjà le nom : « Eden » n’est pas d’origine hébraïque mais sumérienne, son étymologie vient du mot : « Edin » ou « Edinu », qui signifie : « champ ou plaine ». Le mot : Edinu ressemble à Eridu, la ville où vivait Adapa. Cette ville était située sur une plaine alluviale.

Connaissant l’origine des mots : Jardin d’Eden, on peut conclure à son sens qui est : « Paradis de la Plaine ». Pour les Romains, le lieu où se rendaient les morts était une sorte de paradis, appelé : « Champs Elysées » – le « Champ » peut être associé, également une plaine. L’ami de Gilgamesh, Enkidu, était surnommé « la panthère ordinaire ». Et enfin, Clifford (1994) et certains chercheurs comparent Enkidu et la femme avec laquelle il avait une relation (Shamhat) comme étant l’inspiration pour la création de : Adam (adam) et Eve (ḥavah).

Selon Kriwaczek (2018) a déclaré qu’Edin est un nom sumérien qui dérive de : Gu-Edin, qui signifie : « bord de la steppe » (KRIWACZEK, 2018). Kriwaczek (2018) affirme que l’Eden de la Bible serait une référence à Gu-Edin[8] (un lieu céleste). Les villes de Lagash et Umma, distantes de 30 km, seraient en guerre depuis 100 ans. D’autres sources parlent de 150 ans de conflit[9]. La raison de ce différend était le contrôle de : Gu-Edin. Décrit comme une région très riche en ressources naturelles : « il y avait des pâturages pour les troupeaux et les troupeaux, ainsi qu’un gibier abondant à cultiver : sanglier, cerf, gazelles, oryx, autruche, ânes sauvages, bœufs sauvages » (KRIWACZEK, 2018, p 116) . Le contrôle de ce territoire était extrêmement important pour les deux villes, dans le but d’étendre leurs domaines, d’augmenter l’élevage et la production céréalière. Le sol de cette région était extrêmement fertile. Lorsque le roi de Lagash a vaincu Umma, il a été chargé de créer quelque chose qui montrerait toute la campagne militaire. Il fut alors créé : Stèle du vautour, datant du début de la III dynastie sumérienne, vers : 2 600-2 350 av.

Dans la plupart des mythologies, un arbre est associé à la vie ou à la mort éternelle. Dans « Paradise », El (« Dieu ») a créé toutes sortes d’arbres avec de bons fruits à manger. Avoir là : l’Arbre de Vie « Dieu » a placé cet arbre dans son jardin, afin que l’homme le garde (Genèse 2:15). La femme n’apparaît que dans : Genèse 2:23-25. Bref, le Jardin appartenait à ElDieu ») et non à l’homme. Dans le mythe de Gilgamesh, l’Arbre de Vie est associé au jardin des dieux et est gardé par une femme (Siduri-Sabitu) :

Avant Gilgamesh étaient maintenant étirés les splendides « Jardins des dieux » , les fruits étaient comme desrubis, accroché de magnifiques grappes de raisin, un autre arbre a été recouvert de lapis-lazuli […] Gilgamesh était orienté […] vers « Chercher Siduri-Sabitu, la sage dame de la Montagne Céleste, elle est assise sur un trône dans le jardin des dieux, à côté de l’Océan et la garde de l’Arbre de Vie (MELLA, s /d, p 62).

Les mythes récents, tels que les Scandinaves (Vikings) ont dans leur mythologie un arbre associé à la vie. Selon eux, cet arbre relie : le monde des Hommes au monde des morts et au monde des Dieux, appelé Yggdrasil. Cet arbre était considéré par les Nordiques comme un «arbre sacré». Selon Davidson (2004), cet arbre serait détruit dans Ragnarok (Fin du monde viking). Pour les Nordiques, cet arbre est situé au centre de l’Univers (et non au centre du jardin) (DAVIDSON, 2004).

L’Yggdrasil était sans aucun doute un arbre gardien, et quand la fin du monde approcha, il trembla et se balaya. Son destin, comme celui de tous les arbres sacrés abattus en Germanie et par les missionnaires chrétiens, était inséparablement lié aux dieux dont elle s’occupait et qu’elle protégeait (DAVIDSON, 2004, p. 162).

1.4.4 LE SERPENT

Selon Enuma Elish, le dieu Marduk après avoir tué Tiamat (déesse serpent) a créé le monde: « vos armes ne perdront jamais leurpouvoir, il écrasera l’ennemi ». (Enuma Elish 4e planche 16e rangée). La mythologie des Cananéens (peuples rivaux des Hébreux) a déclaré que: Baal (fils d’El) a tué le dragon à sept têtes, appelé « Lotan » . Plus tard, Baal utilisant le corps de Lotan a créé le monde (ARMSTRONG, 2008). À cause de rivalités : politiques, économiques, culturelles et religieuses entre les Hébreux et les Cananéens, le dieu, Baal a été diabolisé dans la Bible.

Dans la mythologie grecque, Apollon, fils de Zeus (dieu suprême du panthéon grec), tue le serpent Python (BULFINCH, 2001). Après la mort de Python, Apollo crée le monde. Dans la mythologie viking, le Ragnarok (Jour de la fin du monde), Thor, fils d’Odin (roi des dieux nordiques), tue le serpent du monde, Jormungand (dans le combat, les deux finissent par mourir). Dans la mythologie aztèque, Quetzalcoatl tue un monstre marin (Cipactli) puis crée le monde. Compte tenu de ces exemples ci-dessus, la Bible décrit un combat entre : ElDieu ») avec un serpent de mer, le Léviathan :

En ce jour-là, L’ÉTERNEL punira de son épée dure, grande et forte, Léviathan, le serpent rapide, et Léviathan, le serpent tordu, et il tuera le dragon qui est dans la mer (Ésaïe 27 : 01).

Dans les mythes: Cananéens, Hébreux, Vikings, Grecs et Mésopotamiens, nous voyons qu’il y a une lutte (conflit) entre un dieu guerrier masculin (El-sabaoth – Seigneur des armées, Marduk, Baal, Apollon et Thor),contre un serpent de mer (Léviathan, Lotan, Cipactli, Jormungand et Tiamat).

Dans le mythe de Gilgamesh et le mythe d’Adam, leserpent trompe les deux. Selon Gilgamesh, il apprit l’existence d’une « plante » oud’un « fruit » qui donnaitl’immortalité et la «jeunesseéternelle ». Mais cette « plante » qui ressemblait à une prune, était au fond de la mer (MELLA, s/d). Puis Gilgamesh attacha deux pierres à ses jambes et se rendit au fond de la mer et parvient à attraper une telle « plante » ou « fruit ». Mais s’approchant de son royaume, l’inattendu s’est produit:

Cependant, après trente lieues, alors qu’il se baigne dans un petit étang froid en fin d’après-midi, un serpent renifle la plante odorante et la vole. Puis Gilgamesh s’assoit et pleure. Il se rend finalement compte que l’immortalité n’est pas pour lui : il doit abandonner (McCALL, 1994, p. 49).

En bref, le serpent était responsable de la chute d’Adam et Eve dans la tentation au Paradis (et peuvent tous deux perdre leur immortalité ou leur jeunesse éternelle). Et Gilgamesh n’a pas réussi à atteindre son objectif : l’immortalité. Nous voyons ici des parallèles entre les mythes. Et que le serpent serait associé au chaos et au désordre.

D’autre part, en comparant les différentes cultures de l’Antiquité, on se rend compte que les serpents ont une double fonction. Il apporte des bénédictions et des malédictions. Dans l’Égypte antique, l’emblème royal des pharaons était la couronne portant sur le front un Naja (serpent), en même temps il y avait un serpent (Apóphys, associé au chaos) qui combattait tous les jours avec Rê, le dieu suprême de l’Égypte ancienne (BAINES, MÁLEK, 1996). Dans certaines cultures, le serpent pourrait être associé à la magie et à la médecine. En Mésopotamie Ea (Enki Babylone) était associé à la sagesse et à la médecine, et son symbole était celui d’un bâton avec un serpent entrelacé (qui existe à ce jour).

L’un des gardiens de la Porte du Ciel de la maison d’Anu est Gizzida. Selon Cunningham, Black, Robson et Zolyomi (2006), Gizzida (ou Ningishzida) était comme un dieu avec la capacité de marcher et de parler ayant un corps de serpent etune tête humaine. Selon Jakobsen, Gizzida était le propriétaire d’un    « bon arbre »[10].

Dans la Bible, le serpent apparaîtrait longtemps après la création de l’Homme et de la Femme dans Gen 03:02. Être décrit comme la « créature la plus prudente » qu’El Dieu ») ait créée. Il est important de dire ici que le Serpent de la Genèse n’a aucun lien avec Satan/Lucifer. Il n’y a aucune preuve: textuelle, archéologique et historique pour associer les « démons » au serpent. La conception d’une seule figure maléfique, telle que Satan, n’existait pas avant la « captivité de Babylone » (587-537 a. C).

Actuellement Satan serait associé à un serpent en raison de l’Apocalypse qui a été écrit entre les années: 90-110 d. C. C’est-à-dire de nombreuses années après l’écriture de la Genèse. Au cours des années 700-600 a. C, les prêtres et d’autres populations hébraïques, croyaient qu’El Dieu ») pouvait faire à la fois le bien et lemal.

CONCLUSION

Le but de cette recherche était de comparer des personnages mythologiques avec des personnages bibliques et avec cela, nous avons pu réussir, car le livre de la Genèse du chapitre 01 à 03 serait entouré d’éléments mythologiques communs entre les différentes sociétés du monde antique. Adam, le Serpent et le Jardin d’Éden étaient des produits importésd’une superpuissance religieuse et culturelle, que nous appelons : mésopotamie. Il est indéniable que leur héritage a servi de tremplin pour des années plus tard, les Hébreux compileraient leurs idées dans ce que nous appelons la Genèse.

Les marchands, les ambassadeurs et les peuples nomades, lorsqu’ils se déplaçaient de la Mésopotamie vers l’Égypte ancienne, étaient obligés de passer par le couloir syro-palestinien (qui est maintenant Israël), de cette façon, les populations locales (Hébreux et Cananéens) ont obtenu des contacts culturels – religieux, avec divers peuples du Moyen-Orient. Ce contact a été fondamental pour le développement des mythes que nous voyons dans la Genèse. On peut même supposer que les Hébreux ont « emprunté » des mythes, des personnages et des poèmes pour créer une intrigue qui raconte l’origine de leur peuple, créant ainsi leur propre histoire. Cela est devenu clair lorsque nous avons remarqué des parallèles entre : Adapa et Adam, entre le combat des dieux guerriers et des serpents de mer, l’existence du Jardin des Dieux dans le monde de la Mésopotamie et les peuples du couloir syro-palestinien et, enfin, le serpent, un animal qui pour certaines cultures il peut apporter des bénédictions et pour d’autres malédictions. Les peuples de l’Antiquité avaient le désir et le désir d’avoir une promesse divine (à travers un dieu guerrier), qui éliminerait : le chaos, sur Terre.

RÉFÉRENCES

ANÔNIMO. A Epopeia de Gilgamesh. São Paulo: Martins Fontes, 2011. (Tradução de Carlos Daudt de Oliveira).

ANÔNIMO. Enuma Elish. (Tradução L. W. King), 1902.

ARMSTRONG, Karen. Uma História de Deus. São Paulo: Cia das Letras, 2012.

BAINES, John e MÁLEK, Jaromír. O Mundo Egípcio: Deuses, Templos e Faraós. Volume II. In: Religião, Lisboa: Del Prato, 1996, p 209-220.

BLACK, Jeremy; CUNNINGHAM, Graham; ROBSON, Eleanor e ZOLYOMI, Gabor. The Literature of Ancient Sumer. Oxford: Oxford University Press, 2006.

BOTTÉRO, Jean. No Começo Eram os Deuses. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira, 2011.

BUDGE, E. A. Wallis. A Versão Babilônica sobre o Dilúvio e a Epopeia de Gilgamesh. São Paulo: Madras, 2004.

BULFINCH, Thomas. O Livro de Ouro da Mitologia: Histórias de Deuses e Heróis. In: Capítulo III: Apolo e Dafne – Píramo e Tisbe – Céfalo e Prócris. Rio de Janeiro: Ediouro, 2001.

CLIFFORD, Richard J. Creation Accounts in the Ancient Near East and in the Bible. Washington-DC. Catholic Biblical Association, 1994.

DAVIDSON, H. R. Ellis. Deuses e Mitos do Norte da Europa. In: O Começo e o Fim. São Paulo: Madras, 2004. P 161-171.

KRAMER, Samuel N. Mesopotâmia: O Berço da Civilização. Rio de Janeiro: José Olímpio Time-Life, 1969.

KRIWACZEK, Paul. Babilônia: A Mesopotâmia e o Nascimento da Civilização. Rio de Janeiro: Zahar, 2018.

LEICK, Gwendolyn. Mesopotâmia: A Invenção da cidade. Rio de Janeiro: Imago, 2003.

MACEDO, José Rivair de. As Mulheres Medievais. 4ª Ed. São Paulo: Contexto, 1999.

MELLA, Frederico Arbório. Dos Sumérios a Babel. São Paulo: Hemus, s/d.

McCALL, Henrietta. O Passado Lendário: Mitos da Mesopotâmia. São Paulo: Moraes, 1994.

RATHBONE, Dominic. História Ilustrada do Mundo Antigo. In: Mesopotâmia. São Paulo: Data Folha, 2001. P 84-129.

SCHEINDLIN, Raymond. História Ilustrada do Povo Hebreu. 2ª Reimpressão. Rio de Janeiro: Ediouro, 2003. P 50-51.

STORNIOLO, Ivo e BALANCIN, Euclides. Como Ler o Gênesis: Origem da Vida e da História. 14ª Reimpressão. São Paulo: Paulus, 2013.

MÉMOIRE DE MASTER

PONTES, Antônio Ivemar da Silva. A “Influência” do Mito Babilônico da Criação, Enuma Elish, em Gênesis 1,1-2,4a. 2010. Dissertação (Mestrado em Ciência da Religião) Programa de Pós-Graduação da UNICAP (Universidade Católica de Pernambuco), Recife, 2010.

DES ARTICLES

ANDREASEN, Niels-Erik. Adam and Adapa: two anthropological characters. Andrews University Seminary Studies, Vol. 19, No. 3, Autumn 1981, P 179-194.

SAHIUM, Pedro; NUNES, Vera Regiane Brescovici e SILVA, Washington Maciel Da. A Violência Simbólica Em Caim E Abel: Uma Releitura Contemporânea. Goiânia: Fragmentos de Cultura. Volume: 26, n° 4. outubro/dezembro de 2016. p 586-595.

CARAMELO, Francisco. Os Calendários Mesopotâmicos, o Culto e as Hemerologias. Revista de História e Teoria das Ideias. Volume, 2006. P 01-11.

VIDÉOGRAPHIE

History Channel. Mysteries of The Garden of Eden (Mistério do Jardim do Éden PT-BR). Produção Executiva: Ary Tarpinian e Paninee Theeranuntaway. Produção: Dylan Tilley. Editor: Andy Palmer: Direção: Jeff Schird. Produzido por: Morningstar Entertainment for the History Channel. Color, Dolby, Widescreen, NTSC. Linguagem: inglês. Dublado. USA. 2007. 44min: 51seg.

TV Escola. B comme Babylone (B de Babilônia PT-BR). Diretor: Bernard George. Empresa (s) produtora (s): Arté France, Museu do Louvre, YLE. Synapse Brasil. Color, Dolby, Widescreen, NTSC. Linguagem: francês. Dublado. França. 2008. 54 minutos: 57 segundos.

History Channel. Confronto dos Deuses América Latina: Quetzalcoatl. Diretor: Diego Alvarez. Produtor: Sebastian Vinelli. Produtor executivo: Aldo Ballesteros. Narrador: Ali Rondón. Por History Channel Latin America LLC: Executive VP and General Manager: Eduardo Ruiz. NTSC. Linguagem: português. Dublado. México. 2011. 47 minutos: 24 segundos.

L’INTERNET

https://en.wikipedia.org/wiki/Ningishzida (acessado em 13/04/2019).

https://en.wikipedia.org/wiki/Gu-Edin (acessado em 13/04/2019).

https://aventurasnahistoria.uol.com.br/noticias/historia-hoje/pilar-decifrado-historia-guerra-fronteira-antiga.phtml (acessado em 13/04/2019).

https://en.wikipedia.org/wiki/Abba-El_I (acessado em 13/04/2019).

ANNEXE – RÉFÉRENCES DE NOTES DE BAS DE PAGE

  1. Tammuz selon le mythe mésopotamien était le Dieu « berger ». Dieu de l’agriculture, et amoureux d’Isthar. Dans le calendrier juif, il y a le nom de Tammuz, correspondant aux mois de récolte (juin / juillet).
  2. Les Babyloniens appelaient le sabbat: sappattu ou sabbattu. Ce jour est célébré le culte de la Lune, qui a lieu une fois par mois. L’astronomie mésopotamienne a découvert que la semaine a sept jours, étant interprétée comme un «signe divin». Les Hébreux, à leur tour, ont pris cette journée commémorative pour eux-mêmes.
  3. A l’époque paléo-babylonienne, la dynastie Yamhad : Abba-El I avait fait un pacte avec son frère Yarim-Lim I en lui jurant fidélité et s’ils rompaient l’alliance ils seraient maudits. Cela aurait inspiré le mythe.
  4. Adam et Adapa ont apparemment été testés avec de la nourriture (et des boissons, dans le cas d’Adapa) et, selon certains interprètes, tous deux ont échoué au test, d’où le parallèle entre les deux (ANDREASEN, 1981).
  5. Dans ce cas, les auteurs de la Genèse appellent leur dieu El-Elyon (ce qui signifie: Dieu le plus haut). El est un mot d’origine Canaanéia qui signifie soit Seigneur, soit Dieu. (ARMSTRONG, 2012).
  6. Tous deux ont été soumis à un test alimentaire et ont tous deux reçu deux séries de conseils, à savoir « ne pasmanger » (Dieu et Ea ) et « manger »  (Serpent et Anu). L’un, Adapa ,a obéi et a réussi l’épreuve; l’autre, Adam, a désobéi et a échoué. Mais même cette situation est compliquée par une considération supplémentaire; c’est-à-dire la relation entre obéissance/désobéissance et immortalité.
  7. https://aventurasnahistoria.uol.com.br/noticias/historia-hoje/pilar-decifrado-historia-guerra-fronteira-antiga.phtml
  8. https://en.wikipedia.org/wiki/Gu-Edin
  9. https://en.wikipedia.org/wiki/Ningishzida

[1] Professeur d’histoire au Colégio Estadual John Kennedy, diplômé en histoire à l’UNI-BH (Centre universitaire de Belo Horizonte), spécialiste en éducation en sociologie à la Faculdade Noroeste de Minas Gerais. Spécialiste en histoire de la Faculdade Luso-Brasileira. Spécialiste en histoire et géographie du Centro Universitário Barão de Mauá.

Déposée : Juin 2019.

Approuvé : Octobre 2019.

4.3/5 - (9 votes)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 89634
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?