Les défis de la médiation familiale dans les cas de divorce et les effets de la fragmentation de la société sur les liens matrimoniaux

0
9
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

FILHO, José Alexandrino Saraiva [1]

FILHO, José Alexandrino Saraiva. Les défis de la médiation familiale dans les cas de divorce et les effets de la fragmentation de la société sur les liens matrimoniaux. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. 04 année, Ed. 08, vol. 01, pp. 116-126. août 2019. ISSN: 2448-0959

RÉSUMÉ

L’objectif de cet essai est de discuter des dilemmes de l’article 226, 6 de la Constitution fédérale de 1988, du divorce et de ses effets découlant de la dissolution de la société matrimoniale dans le contexte des conflits familiaux, dans les perspectives de la médiation familiale, processus en général, aux méthodes et perspectives des résultats dans les processus de séparation conjugale, les difficultés présentes dans la pratique professionnelle, leurs processus d’aliénation parentale de nos jours, leurs impacts et les effets sur les processus problèmes psychologiques et la brève analyse de la politique de résolution des conflits.

Mots-clés: Médiation familiale, dissolution de la société matrimoniale, Constitution fédérale/1988, résolution des conflits, aliénation parentale.

1. INTRODUCTION

Cet essai vise à évaluer la contribution de la méthode de médiation familiale dans les procédures de divorce de la société matrimoniale à la lumière de la Constitution fédérale de 1988, ses réflexions sur les politiques publiques de la famille et la défense des droits. Par conséquent, nous avons cherché à étudier les aspects élémentaires suivants : les difficultés rencontrées dans la pratique de la médiation dans la vision des différentes professions qui ont des contacts directs ou indirects avec les parties et les opérateurs de services sociaux qui aident en tant que les médiateurs travaillant avec la justice dans les tribunaux de la famille, les aspects psychologiques fondamentaux des personnes impliquées, évaluent les avantages de la médiation dans la compréhension des professionnels concernés et identifient à travers des documents statistiques les résultats des affaires la dissolution de la société et le lien conjugal aidés par les organes de résolution des conflits.

La méthode utilisée dans la recherche était qualitative qui a permis d’explorer et de dimensionner la répercussion des faits sur les sujets ou les groupes qui ont encore peu d’informations sur le sujet abordé.

Selon Minayo (1994), les études qualitatives ont tendance à montrer des aspects souvent difficiles à quantifier : sentiments, motivations, croyances, attitudes et variations dans les perceptions des individus (les soi-disant visions du monde, résidence de bon sens).

2. ASPECTS POLITIQUES DANS LES PROCESSUS DE MÉDIATION FAMILIALE DANS LA DISSOLUTION DE LA SOCIÉTÉ ET DES LIENS CONJUGAUX

Il est connu que pendant des siècles dans l’histoire le mariage a joué la fonction de promouvoir la position sociale et économique devant la société elle-même. Avec le début de l’industrialisation et l’avènement de l’urbanisation, le travail a cessé d’être centré dans la maison et la famille et est devenu une unité autonome. En raison de ce fait, les couples ont commencé à s’attendre du mariage une source de satisfaction personnelle et d’intimité qui répondait aux besoins de la relation conjugale. Et, dans la mesure où le mariage sert à répondre aux besoins émotionnels du couple, au fil du temps, la relation elle-même devient vulnérable, manifestant l’indisposition constante et l’intolérance à laquelle il n’y a pas de satisfaction émotionnelle dans le société conjugale.

Il y a plusieurs impacts sociaux qui ont contribué ces dernières années à l’augmentation significative des taux de reconnaissance et de dissolution de l’union stable. Initialement, si une fois l’espérance de vie ensemble, liée au romantisme dans les décennies précédentes, en particulier ceux de 70, 80 et 90 fait rester plus longtemps dans leurs relations conjugales, c’est-à-dire, le paradigme patriarcal du XXe siècle était encore soumis à celui du siècle précédent; seulement avec des améliorations dans la conquête du féminism[2]e.

Segundo Ahons (1995):

(…) l’objectif du mariage cesse d’être la position économique pour mettre l’accent sur l’amour et l’intérêt entre deux personnes, seulement au début du XXe siècle, lorsque le temps de la vie était plus court, peu eu le temps de vivre l’âge adulte avec un seul compagnon. (…) dans la famille binucléaire, les parents vivent dans des foyers différents, mais cherchent à parler pour répondre à leurs besoins et à leurs enfants.

On estime que la position a estimé que le mouvement féministe a indirectement eu une participation significative à l’augmentation des taux de divorce, parce que dans les années 1960 et 1970, la plupart des familles n’avaient qu’un seul « fournisseur économique ». En raison de l’entrée des femmes sur le marché du travail, cela a permis une autonomie relative financièrement, et l’indépendance par rapport au point de vue objectif, a permis au facteur de cause de la femme de proposer de demander «non-j[3]uste», car elle ne dépendait plus de son mari / partenaire pour soutenir sa progéniture. Par cette décision, les femmes avec le déploiement de ce facteur externe, le travail et l’homme ont tous deux eu la possibilité d’essayer de répondre à leurs besoins dans une autre société conjugale, car ils ont eu une longue période de vie. « Les femmes travaillent et sont plus indépendantes financièrement. Pourquoi un couple qui ne s’aime pas devrait-il rester ensemble alors qu’il n’a pas 30 ou 40 ans de vie devant lui? “.

Il accentue l’ossorio (2002), qui en raison des transformations culturelles au fil des ans, le mouvement socio-économique et le processus civilisationnel ont changé au fil des siècles les attentes, les besoins et les désirs des couples. Cette dynamique même des relations conjugales est aujourd’hui devenue un ensemble, dans lequel chaque élément constitutif conserve ses propriétés indépendamment de la présence d’un autre. À cette fin, nous observons la transition de la constitution de ce qui était «ensemble», les transmissions de ces étapes ont également changé les structures psychiques et les structures émotionnelles; le phénomène naturel de l’autonomie fait partie de la liste des attentes en matière de droits.

La dissolution de la société conjugale implique des sentiments au milieu de la souffrance et de l’angoisse des deux côtés; le médiateur[4] avec ses expériences de formation technique les complications de l’ordre émotionnel vécue par les couples en crise et dans le processus de séparation. La médiation sert d’aide technique à la réorganisation du système familial, en raison de la transition familiale vers le binucléaire. En fait, la séparation rompt le lien matrimonial s’il n’y a pas d’enfants, mais le cas échéant, la garde partagée est segmentée de sorte que les enfants puissent bénéficier de la façon dont la relation est même rompue, devient collaboration et soutien par rapport aux enfants, et ceux-ci commencent à leur tour à subir des perturbations conjugales avec les atténuateurs si les effets contraignants n’ont pas de problèmes avec l’accord de nature juridique, c’est-à-dire que les parents deviennent partenaires dans la prise en charge des obligations parentales, renforçant liens de relation familiale. La garde partagée est essentielle pour s’assurer que l’enfant vit avec ses deux parents.

3. LES CHALLENGES CURRENT POUR LES ACTIONS AFFIRMATIVES ET LE NEED FOR REPARATORY PUBLIC POLICIES IN THE FAMILY ENVIRONMENT

Les actions positives dans le domaine familial sont des mesures spéciales prises pour assurer un progrès adéquat de certains groupes, sociaux ou individus qui ont besoin d’une protection qui peut être nécessaire et utile pour fournir à ces groupes ou individus , la jouissance ou l’exercice égaux des droits de l’homme et des libertés fondamentales, à condition que de telles mesures n’aboutissent pas au maintien de droits distincts pour différents groupes et ne se poursuivent pas une fois leurs objectifs atteints. La possibilité d’adopter des actions positives a un soutien dans les arts. 3e et 5e constitution fédérale/88 et, intégré dans notre ordre juridique par décret no. 65.810/69.

Il convient de noter que la mise en œuvre des politiques publiques au niveau de la résolution des conflits familiaux est indispensable pour garantir les droits constitutionnels pertinents. Ils cherchent à réaligner les moyens d’accès et les formes de compétitivité afin d’assurer les conditions pour les groupes raciaux, sociaux ou ethniques, ainsi que les individus qui ont besoin de la protection spécifique de l’État, d’exercer les droits consacrés dans la Constitution de République.

Les modifications apportées à la législation brésilienne, en particulier par le biais de la résolution 125 du Conseil national de la justice, et de la loi 13.105/15, les principaux points abordés, tels que les concepts et les principes. Le thème prend de l’importance, surtout au vu du contexte actuel, puisque le nouveau Code de procédure civile est sur le point d’entrer en vigueur, la loi 13[5].105/2015, et qu’à travers elle crée une grande attente pour un meilleur fonctionnement de la magistrature.

Selon Reinaldo Dias et Fernanda Matos, les[6] politiques publiques peuvent être comprises comme « un moyen de réaliser les droits qui sont codifiés dans les lois d’un pays ». Il s’agit de l’établissement d’objectifs et de stratégies visant à résoudre les problèmes publics ou à « atteindre des niveaux plus élevés de bien-être social ».

Dans les centres de pratique juridique, que ce soit dans les universités ou les centres judiciaires, par exemple, la partie requérante peut demander un appel en personne ou en ligne et la partie demandée lui est expliquée les avantages de la construction d’une solution consensus, ainsi que l’alerte à la lenteur et à l’usure émotionnelle qui seront confrontées à une demande judiciaire, finit par accepter l’idée de participer à des séances de médiation et de conciliation. Cependant, souvent à cause du ressentiment, des blessures ou encore parce qu’il n’a aucune confiance dans la méthode appliquée en dehors de la magistrature finit par entrer dans la voie judiciaire.

Avec la prédiction de l’audience de médiation et de conciliation dans le nouveau Code de procédure civile à l’article 33[7]4, il donnera une autre occasion pour les parties de parvenir à un consensus. En outre, si les deux parties n’ont pas intérêt à ce que l’audience ne se tienne pas, conformément au paragraphe 4, point I de la même loi, elle démontre que les parties n’ont pas l’intention de conclure une entente. Avec cela, il semble que l’objectif de l’institutionnalisation de la médiation et de la conciliation soit de donner des alternatives aux parties, de leur faire connaître l’existence des moyens positifs, et non de réglementer leurs procédures, ou d’imposer leur utilisation.

Il est clair que les politiques positives au sens macro-sensibé, lorsqu’elles sont prises en compte pour lutter contre de véritables situations factuelles incompatibles avec les fondements et les principes de l’État social, ou pour donner cohérence et efficacité, ne rappellent pas les privilèges, dans ou avec eux se confondre; au lieu de fonctionner en excluant les sujets de droits, ils impriment dans leurs objectifs et leurs méthodes la marque de l’appréciation de l’inclusion, en particulier celles auxquelles les avantages les plus élémentaires du patrimoine matériel et intellectuel historique sont refusés. Souvent, pour se concentrer, il suffit de maintenir le statu quo, sous l’argument de l’autorité du strict respect du principe d’égalité.

Selon Laura (2007, p. 86) :

(…) Il convient de souligner encore une fois que ces déclarations ne sont pas seulement propositionnelles, mais aussi opérationnelles. Il n’y a aucun moyen de lutter efficacement contre la discrimination si les réseaux universels de sécurité sociale ne sont pas tissés avec des impacts plus importants sur les groupes sociaux moins autonomes. (..) La sortie n’est pas dans des actions isolées qui cherchent un soulagement transitoire des dommages irréparables, mais dans des politiques stables qui contiennent les conditions nécessaires pour empêcher les gens d’atteindre la marginalité et l’exclusion. Ces réseaux devraient travailler en permanence pour fournir des garanties dès la naissance à chaque citoyen.

Comme on l’a observé, dans cette compréhension, par des politiques positives, il ne s’agit pas seulement d’un ensemble de propositions et de mesures visant à réparer les injustices sociales envers certains groupes historiquement discriminés par l’exclusion; au contraire, l’un déclare l’autre dans les résultats; bien que chacun ait sa propre densité, ce qui signifie que par une politique positive, il a cadrage dans un ordre d’importance active et réelle, quant à la politique publique réparatrice, il est d’ajustement social, vise le traitement dans la défense de la stabilité compte tenu du sous-emploi, c’est-à-dire qu’il est fondé sur la responsabilité sociale, y compris lorsqu’il s’agit des effets des conséquences des conflits de relations familiales.

Il est important de souligner que les politiques publiques qui sont réparatrices dans la sphère familiale sont des actions créées avec certaines échéances, c’est-à-dire qu’elles durent une certaine période de manière préventive et reconstructive, afin de créer un équilibre et des possibilités pour les gens d’obtenir la paix. au moins à l’intérieur.

Pour cela, les moyens consensuels ne doivent pas être utilisés comme des mesures immédiates, visant à l’extinction des procédures judiciaires en grande quantité, mais comme une politique publique à long terme, visant à un changement culturel, ainsi qu’une méthode préventive de l’émergence de nouveaux conflits.

Mais les actions positives ne doivent pas être aléatoires, au niveau institutionnel et bureaucratique, leur adhésion doit être absolue, c’est chercher à prendre conscience des responsabilités inhérentes à la paternité et à la maternité par des actions qui participation de ces groupes à l’éducation des enfants, et de minimiser les difficultés des échos probables de l’ordre sentimental.

4. CONFLITS FAMILIAUX ET PROBLÈME D’ALIÉNATION PARENTALE

La loi 12 318-10 prie dans ses articles sur l’aliénation parentale, combinée à la loi 8.069/90 – Statut des enfants et des adolescents – est la loi réglementaire qui prévoit la pleine protection des enfants et des adolescents, avec cette obligation envers les familles, l’Union, les États et les municipalités et la société, conformément à l’art. 227, caput, de la Constitution fédérale de 1988.

On sait que la rupture d’une relation conjugale est toujours un moment épuisant pour la famille; parce qu’il faut préparer de nouvelles feuilles de vie pour les parents et les enfants, en plus de la répartition des actifs, le paiement de la pension, et d’autres questions. De tels événements sont souvent précédés de divergences et de discussions, liées à des facteurs psychologiques et sociaux.

Toutes les exigences légales traditionnelles à ce jour, a été insuffisante pour l’accomplissement de tout un contingent de procédure physique installé dans nos tribunaux brésiliens. L’avènement de la résolution 125/10 du CNJ avait été déterminant pour l’émergence du Mediator (un tiers impartial), qui proposerait aux parties et faciliterait la communication pour le couple en conflit afin de trouver des alternatives qui étaient leurs intérêts et leurs enfants, en parleur d’un éventuel accord. Dans cette dialectique paisible, les parents sont aidés à comprendre les besoins de leurs enfants et à développer une relation de coopération dans les questions parentales.

Dans cette voie pré-procédurale, nous comprenons en «construisant un problème social» le processus interne par lequel un groupe familial particulier lorsque la situation dans laquelle ses membres sont situés, est considéré pour une raison quelconque, socialement problématique, étant personnes qui mena[8]cent la paix publique, ou qui doivent être spécialement protégées, ou qui ne doivent pas faire l’objet de discrimination, etc.

C’est au médiateur qui a des techniques d’argumentation au cours de l’instruction de vérifier que, de l’autre côté, il y a quelqu’un qui pratique aussi un autre type d’abus, celui de nature morale. Dans ce cas, les mesures de protection des enfants et/ou des adolescents, qui sont en danger concret et ont subi à plusieurs reprises des abus physiques et/ou moraux de la part des parents qui, dans la thèse, après la défense générale, si l’abus est observé, peuvent même être privés de pouvoir familial, conformément à la loi 8.069/90.

Ainsi, à partir de la CEA, en même temps que nous observons un processus de réévaluation du groupe familial, dans la mesure où il est défini par la législation comme l’espace social privilégié pour la socialisation humaine, [9]lorsque les caractéristiques des familles ont servi sont maintenant visualisés, donnent la place à la famille pour être qualifiée de négligente, d’agresseur, etc., c’est-à-dire inadéquate pour le développement des enfants et des adolescents et incapable de leur garantir les droits définis par la CEA, comme le met en garde Soares, selon le critère utilisé pour mesurer, par exemple, la “négligence”, “(.,.) il existe un risque d’incriminer une grande partie de la population à faible revenu qui ne peut pas s’habiller, se nourrir et prendre soin de sa progéniture » (SOARES, 1997).

CONCLUSION

Comme on l’a analysé, la médiation familiale s’adapte progressivement à l’ère du règlement des différends. Les preuves de cette déclaration peuvent être réalisées par l’analyse de la nature des demandes démontre que l’expérience de négociation peut être couronnée de succès immédiatement, si elle est menée par des médiateurs expérimentés.

À cette fin, si le paradigme de la pensée culturelle est changé, par conséquent, il diminuera le discrédit dirigé vers le pouvoir judiciaire, et les parties auront la possibilité de résoudre leurs différends dans une période rapide.

Cependant, la bonne chose est que beaucoup reste à accomplir. Outre la nécessité de créer et d’améliorer plusieurs autres politiques publiques liées à l’éducation sanitaire, au travail, à l’assainissement de base et à d’autres, il est vérifié que la culture de la judiciarisation elle-même présente plusieurs obstacles qui n’ont pas été analysé dans cet essai pour la coupe épistémologique, mais qui sont tout aussi pertinents afin d’aller de l’avant dans cette affaire. Les discussions et les controverses sur le sujet sont inévitables. C’est pourquoi le débat est pertinent et devrait être stimulé.

Nous pensons que les politiques publiques de protection des droits peuvent être plus efficaces car leurs agents s’efforcent de dialoguer avec la population plaignante, en tenant compte des différences culturelles dans l’organisation familiale. et les valeurs dominantes dans différentes classes sociales. L’importance de la médiation dans le règlement des différends inhérents à cette question doit être soulignée, en concluant des accords, afin d’éviter l’imposition d’appels répétés, dont les résultats sont inoffensifs et désastreux pour la famille, en plus de contribuer à la participation des ordres du jour des jugements.

La faisabilité de cela implique de comprendre les différences non pas comme la cause des problèmes sociaux, mais comme l’un des résultats d’une société marquée par l’inégalité. Bien que la marche soit longue, l’arrivée ne devient jamais possible sans les premiers pas.

RÉFÉRENCES

AHRONS, Constance. O bom divórcio: como manter a família unida quando o casamento termina. Rio de Janeiro: Objetiva, 1995.

BRASIL. Lein°13105, de 16 de março de 2015. Institui o Código de Processo Civil. Brasília: Senado Federal, 2015. Disponível em: http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/_Ato2015-2018/2015/Lei/L13105.htm. Acesso em: 20. abr.2018.

BRASIL. Resolução n° 125 de 29 de novembro de 2010. Institui a Política Judiciária Nacional de tratamento adequado dos conflitos de interesses no âmbito do Poder Judiciário e dá outras providências. Brasília: Conselho Nacional de Justiça, 2010.

DIAS, Reinaldo; MATOS, Fernanda. Políticas Públicas: Princípios, propósitos e processos. São Paulo: Atlas, 2011.

CÂMARA DOS DEPUTADOS. http://www2.camara.leg.br/legin/fed/decret/1960-1969/decreto-65810-8-dezembro-1969-407323-norma-pe.html. Acesso em 12 abr. 2018.

CONSELHO NCAIONAL DE JUSTIÇA. http://www.cnj.jus.br/images/stories/docs_cnj/resolucao/arquivo_integral_republicacao_resolucao_n_125.pdf. Acesso em: 20.abr.2018.

ESTATUTO da criança e do adolescente: lei 8069/90 (1990). Brasília.

FERNANDES, José Antônio da Costa. Política Pública da Família e de Defesa dos Direitos. Valinhos: 2015. https://www.colaboraread.com.br/aluno/conteudoweb/index/1124989001?atividadeDisciplinaId=5484010 . Acesso02/04/2018.

LEI Nº 12.318, DE 26 DE AGOSTO DE 2010. Disponível em: http://www.alienacaoparental.com.br/lei-sap. Acesso em 12 abr. 2018.

MASOTTI, Viviane. Direitos e Seguridade Social. Valinhos: 2015.

MINAYO, M. C. Ciência, técnica e arte: o desafio da Pesquisa Social. In: ______. (Org.) Pesquisa social: teoria, método e criatividade. Petrópolis: Vozes, 2001, p. 09-30.

______. O desafio do conhecimento. São Paulo/Rio de Janeiro: HUCITEC-ABRASCO, 1994.

OSÓRIO, Luís Carlos; VALLE, Maria Elizabeth do. op. cit., 2002.

PAUTASSI, Laura C. Há igualdade na desigualdade? Abrangência e limites das ações afirmativas. Sur, Rev. int. direitos human. [online]. 2007, vol.4, n.6, pp.70-93. ISSN 1806-6445.  Disponível em: https://sur.conectas.org/wp-content/uploads/2017/11/sur6-port-laura-c-pautassi.pdf. Acesso12 setembro de 2017.

VALLE, Maria Elizabeth do. Terapia de famílias – novas tendências. São Paulo: Artmed, 2002.

WIKIPEDIA. https://pt.wikipedia.org/wiki/Desquite. Acesso em: 14 abr. 2018.

2. “Entre as décadas de 1930 e 1960, muitas manifestações feministas oscilavam mediante as mudanças desenvolvidas no cenário político nacional. Cette révolution des coutumes engendrée dans les années 1960 a ouvert la voie au féminisme pour devenir un mouvement de plus grande force et de combativité. Même dans le contexte de la dictature, les femmes ont commencé à avoir une position critique et à s’organiser pour remettre en question plus profondément leur rôle dans la société. Le problème des modèles de comportement a commencé à aller de pair avec les idées de gauche qui ont inspiré plusieurs personnalités participant à ce mouvement.

3. Unquiteised est un terme de droit qui a été utilisé pour désigner les ruptures conjugales avant le dépôt du divorce. Il est équivalent à la séparation actuelle, dans laquelle la séparation des conjoints et de leurs biens se produit, mais il n’y a pas de dissolution de l’obligation de mariage

4. Para atuar como mediador judicial é necessário ser graduado há pelo menos dois anos em qualquer área de formação, nos moldes do art. 11 da Lei n. 13.140, de 26 de junho de 2015 (Lei da Mediação). A Resolução n. 125/2010 do CNJ, a Lei da Mediação e o Novo Código de Processo Civil (NCPC – Lei 13.105/2015) determinam que o mediador e o conciliador judicial devem ter capacitação, por meio de curso realizado por entidade credenciada e reconhecida, em conformidade com os parâmetros curriculares definidos pelo Conselho Nacional de Justiça em conjunto com o Ministério da Justiça.

5. Il convient de noter que le nouveau Code de procédure civile, à l’article 167, paragraphe 5, interdit l’exercice du droit par les médiateurs et les conciliateurs dans le jugement dans lequel ils exercent leurs fonctions.

6. DIAS, Reinaldo; MATOS, Fernanda. Políticas Públicas: Princípios, propósitos e processos. São Paulo: Atlas, 2011, p. 15.

7. “Art. 334 NCPC. – Si la demande remplit les exigences essentielles et n’est pas le cas d’injonction de la demande, le juge désigne l’audience de conciliation ou de médiation au moins trente (30) jours, et le défendeur doit être cité au moins 20 (vingt) jours de Avance.

1 – Le conciliateur ou le médiateur, le cas échéant, doit agir nécessairement à l’audience de conciliation ou de médiation, en respectant les dispositions du présent Code, ainsi que les dispositions du droit de l’organisation judiciaire.

(…)

7 – L’audience de conciliation ou de médiation peut avoir lieu par voie électronique, conformément à la loi.

8. “Art. 6o Actes typiques d’aliénation parentale ou toute conduite qui rend difficile la coexistence d’un enfant ou d’un adolescent avec un parent, dans une action autonome ou accessoire, le juge peut cumuler ou non, sans préjudice de la responsabilité civile qui en résulte instruments criminels capables d’en inhiber ou d’atténuer ses effets, selon la gravité de l’affaire :

Je – déclarer l’occurrence de l’aliénation parentale et avertir l’aliénant;

II – élargir le régime de coexistence familiale en faveur du parent aliéné;

III – fixer une amende pour l’aliénant;

IV – déterminer le suivi psychologique et/ou biopsychosocial;

V – déterminer le changement de garde à la garde partagée ou son inversion;

VI – déterminer la fixation de précaution du domicile de l’enfant ou de l’adolescent;

VII – déclarer la suspension de l’autorité parentale.

Paragraphe unique. Caractérisé par un changement d’adresse abusif, irréalisable ou obstruction à la coexistence familiale, le juge peut également annuler l’obligation de retirer l’enfant ou l’adolescent de la résidence du parent, à l’occasion des alternances des périodes de coexistence familiale. Comme nous l’avons mentionné, l’imposition à l’art. 6 de la loi 12.318/90 n’exclut pas la vérification de la responsabilité civile ou pénale de l’aliénation.”

9. “Art. 19 – Tout enfant ou adolescent a le droit d’être élevé et éduqué au sein de sa famille et, exceptionnellement, dans une famille de substitution, a assuré la coexistence familiale et communautaire, dans un environnement exempt de la présence de personnes dépendantes des stupéfiants» (STATUS 1990).”

[1] Diplômé en droit du Moacyr Sreder Bastos University Center (MSB). Diplômé en travail social de l’Université de Pythagore – RJ / Diplômé en psychologie de l’UFF-RJ.

Soumis : avril 2018.

Approuvé : août 2019.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here