Identification criminelle chez les adolescents

0
28
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

SALLES, Claudia Regina de Oliveira [1], BARROS FILHO, Jorge [2]

SALLES, Claudia Regina de Oliveira. BARROS FILHO, Jorge. Identification criminelle chez les adolescents. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 10, vol. 21, p. 96-110. octobre 2020. ISSN: 2448-0959, Access Link: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/droit/criminelle-chez-les-adolescents

RÉSUMÉ

Le présent travail présentera l’identification criminelle dans les affaires impliquant des mineurs, ce qui est une mesure importante pour confirmer l’identité d’une personne accusée d’un acte illégal, en évaluant quelle devrait être la mesure prise pour résoudre ce fait sans nuire aux droits et aux garanties individuelles, étant donné que ces personnes mineures reçoivent des peines plus douces à l’égard d’un adulte. , parce qu’ils sont légalement fondés différemment par rapport à un adulte ordinaire, de sorte que la conduite d’un adulte est considérée comme un crime, mais lorsqu’elle est commise par un mineur est considérée comme une infraction. En ce sens, le Statut de l’enfant et de l’adolescent vise à préserver ces mineurs de toute exposition inutile, de sorte qu’il prévoit que l’identification pénale ne se produit pas si les mineurs présentent leur identification civile, des exceptions se produisent en cas de doute sur la véracité ou l’absence de ce type de document. Compte tenu de ce thème, l’objectif est de démontrer avec cette étude les possibilités d’identification criminelle des adolescents, à travers une recherche qualitative basée sur la bibliographie, à l’aide d’articles, de livres, de lois et d’autres documents qui décrivent ce thème et ainsi enfin parvenir à la compréhension des procédures adoptées lors de la participation d’un délinquant mineur. Par conséquent, il a été possible de constater la demande d’élargissement des hypothèses d’identification criminelle des mineurs, dans lesquelles la législation traitera ces cas avec plus de spécificité, en déterminant toutes les possibilités et procédures.

Mots-clés: Identification criminelle, mineurs, infraction, véracité, identification civile.

1. INTRODUCTION

L’identification criminelle de l’accusé est la procédure de base des poursuites pénales. Le Code brésilien de procédure pénale énumère cette procédure comme l’une des mesures que les autorités chargées de l’application de la loi doivent prendre immédiatement lorsqu’elles détectent un crime ou une infraction pénale (article 6 point VIII).

Cette procédure peut apporter des mesures de preuve plus simples et plus importantes aux autorités compétentes pour enquêter sur les cas impliquant des mineurs. Il est important d’étudier ces cas afin d’identifier les crimes commis par des enfants et des jeunes afin qu’ils puissent prendre les mesures appropriées conformément au Statut de l’enfant et de l’adolescent (BOCATO, 2013).

Il est nécessaire de tenir compte du fait que les jeunes de moins de 18 ans sont encore en formation et ne sont pas pleinement en mesure de comprendre ce qui est bien et ce qui ne va pas. Cet âge est inclus dans la norme biologique, de sorte que l’article 228 de la Constitution fédérale établit que les mineurs de moins de dix-huit ans sont pénalement responsables, à la lumière des règles de la législation spéciale.

Compte tenu de ce qui précède, sur la base de la législation actuelle, vise à répondre au problème suivant: L’action en identification pénale chez les adolescents de moins de l’âge est-elle légale? Enquêter sur la légalité de l’identification criminelle chez les adolescents mineurs et identifier la procédure la plus utilisée selon notre système juridique.

Il est indispensable que les opérateurs de la loi, les fonctionnaires en particulier ceux qui travaillent avec la sécurité publique comprennent le processus d’identification pénale devant une personne mineure, qui est soutenu par plusieurs lois qui lui donnent un soutien différencié, la compréhension de ce processus d’identification pénale peut ou ne peut pas se produire avec cela. Ainsi, travailler sur ce thème est essentiel tant pour les opérateurs du droit que pour la société en général, afin qu’ils puissent déterminer quelle conduite serait la plus propice à l’affaire, en protégeant les droits individuels du mineur.

2. IDENTIFICATION CRIMINELLE

La vie dans la société fait que les individus ont besoin de se différencier des autres, en particulier ceux qui commettent des crimes. Ainsi, au fil du temps, les individus ont cherché des méthodes pour identifier ceux qui sont considérés comme antisociaux de ceux qui sont considérés comme de bons citoyens, y compris comme un moyen de se protéger. Plusieurs types de processus sont apparus avec le besoin ou comme on est devenu insuffisant ou obsolète les méthodes existantes pour l’individualisation et l’identification des personnes.

Pour Robles (2004), la reconnaissance est un processus ou un ensemble de processus visant à établir l’identité d’une personne. D’autre part, Tourinho Filho (1999) l’a défini comme un ensemble de données et de signes qui caractérisent une personne. Étant donné que la médecine légale est l’étude des autorités chargées d’élucider les crimes, elle peut identifier les criminels dans diverses situations (VELHO; GEISER; ESPÍNDULA, 2017).

Selon Araújo (2006), le premier mode d’identification utilisé par l’environnement civil et criminel était nominal. Avec la préparation d’un formulaire avec le nom de l’accusé et certaines de ses caractéristiques, cette méthodologie est encore utilisée aujourd’hui, et plus en détail lorsque l’acte d’accusation de l’individu se produit dans les postes de police, en complétant l’analyse antécédents (MIRABETE, 2000). Par conséquent, de nombreux criminels utilisent des surnoms ou de faux noms pour éviter la découverte de leurs vrais noms et surtout de leur publicité, et en raison de ce fait la méthode d’identification nominale ne peut pas être utilisée isolément, il est très important qu’elle soit associée à dactyloscopique en raison du danger d’être en face d’un faussaire dont le nom n’est pas vrai. En outre, il ya aussi un danger par rapport aux homonymes parce que différentes personnes ont des noms identiques, provoquant une confusion possible dans la sphère civile.

Le nom est une forme de personnalisation dans la société, même après la mort, qui apparaît comme l’un des droits de la personnalité en droit civil. Le premier enregistrement historique de l’utilisation de noms composés date de 2850 a.C., quand un empereur chinois a ordonné l’utilisation des prénoms ou des noms de famille pour mieux personnaliser les gens (VENOSA, 2003).

Actuellement, comme de nombreux criminels utilisent des surnoms pour éviter de découvrir leurs vrais noms, cette méthode ne doit pas être utilisée isolément, principalement en raison du danger d’usurper l’identité de leurs faussaires. Le nom affiché n’est pas le vrai nom et est idéal pour l’associer avec les méthodes d’empreintes digitales.

Dans un deuxième instant, le processus utilisé était celui de Ferrete, un mode d’identification humaine considéré comme extrêmement cruel, il a utilisé un fer à repasser pour marquer le corps du criminel ou de l’esclave fugitif avec la lettre indicative du crime et du pays (ARAÚJO, 2006).

L’utilisation du furet a deux buts, la punition et l’identification. Il s’agit d’une coutume ancienne, utilisée même pendant l’épreuve impériale, y compris l’utilisation de pinces, pinces à épiler, flagelle et d’autres outils pour enlever les parties du corps telles que les seins, les doigts, les pénis, les ongles et identifier les gens par des parties manquantes, et parce qu’il est considéré comme inhumain, cette pratique a également été abandonnée.

Cependant, cela peut être moins cruel que celui des mutilations, utilisées au Moyen Âge, avec l’utilisation de ses propres instruments pour arracher des morceaux de tissu du corps (SOBRINHO, 2003). Cette méthode est toujours utilisée au Moyen-Orient dans le but de marquer et de punir le délinquant en fonction du crime, mais il existe plusieurs cas où la mutilation est pratiquée quel que soit le type de crime (ARAÚJO, 2006).

Le quatrième processus utilisé tout au long de l’histoire a été avec l’utilisation de tatouages, influencé par une coutume indigène, également connu sous le nom de système Chroromium, a été suggéré par Jeremy Benthan à partir de 1832, qui a d’abord proposé que le tatouage soit fait sur l’avant-bras droit avec des lettres qui pourraient identifier civilement l’individu et les numéros pour l’identification criminelle (ARAÚJO, 2006). À l’époque où le mode d’identification a été organisé comme une avancée, mais est progressivement devenu inefficace en raison des transformations naturelles que subit l’être humain, le Brésil a mis en œuvre ce processus en 1891.

Anthropométrique a été l’un des processus qui ont suivi dans l’histoire, basé sur des enquêtes anthropologiques ont été menées sous les détails anthropométriques d’un criminel, selon les théories du psychiatre Cesare Lombroso, qui a déterminé que le crime était dû à la nature criminelle que l’auteur possédait, c’est-à-dire, il est né avec des traits qui étaient différents des individus honnêtes. Ceux-ci avaient des traces telles que la taille du crâne, la fosseta occipitale, et d’autres, facteurs qui les ont rendus inférieurs, puis inadéquats pour vivre dans la société (SHECAIRA, 2008).

Cette méthodologie de Cesare Lombroso a généré de multiples critiques parce qu’elle ne pouvait pas être utilisée avec les enfants de moins de 21 ans et plus de 65 ans en raison des changements corporels qui se produisent à ces âges, et avait encore des cas de jumeaux identiques. En outre, certaines parties du corps n’ont pas de mesures précises et ont généré des situations embarrassantes et vexatoires (SOBRINHO, 2003).

Sobrinho (2003) explique que la photographie de signalisation, avant et profil, est toujours utilisée dans les casiers judiciaires et a été architecte par Alphonse Bertillon, le même auteur de la méthode anthropométrique qui a été précédemment énoncée, remarquable que cet auteur assimilé l’image de l’individu au crime.

Selon Araújo (2006), le processus dentaire d’Amoedo est apparu en 1897 comme un outil scientifique du Cubain Oscar Amoedo Valdés, cependant, certains facteurs ont généré son inefficacité à l’époque, comme l’absence de traitements dentaires, les dents ont été retirées, ce qui rend difficile l’identification et les études ultérieures, en ce sens, la méthode est encore utilisée pour identifier les cadavres carbonisés, momifiés et ossadas.

Le neuvième processus est le papilloscopique qui est basé sur la dermatogliphya, l’étude de la configuration des lignes et des vergetures des mains et des pieds. Ensuite, il y a le processus d’identification par l’ADN, l’examen est complexe, prend beaucoup de temps et utilise des réapprovisionnements coûteux, doit encore être effectué par un professionnel compétent et est utilisé dans la plupart des cas où d’autres méthodes peuvent ne pas être suffisantes (SOBRINHO, 2003).

L’identification de l’iris était un autre processus découvert, mais il est devenu plus présent pour l’identification fonctionnelle, dans les grandes entreprises, ou même pour l’utilisation de mots de passe ou de cartes magnétiques. Cependant, c’est difficile à stocker et la confrontation, il devient inefficace dans le quotidien (SOBRINHO, 2003).

Lorsqu’une personne ordinaire est identifiée civilement, c’est elle qui fait une telle demande dans les organismes d’identification et donc un enregistrement avec un numéro d’enregistrement général (RG) est généré pour lui, ce qui est noté dans un document populairement connu sous le nom d’identification ou carte d’identité.

Il existe une base scientifique suffisante pour utiliser la tytyloscopie comme principal moyen d’identification criminelle, car elle peut être vérifiée à partir des six mois d’existence du fœtus jusqu’au décès de l’individu. Ainsi, il a l’immuabilité, ce qui signifie qu’une fois formé, le design numérique ne sera plus changé; diversité, deux doigts ne peuvent pas correspondre à son dessin, et; classification, vous pouvez classer les dessins en types et sous-types de base (RABELO, 1996).

Actuellement, lorsqu’un processus d’identification se déroule dans le cadre d’une enquête policière et si l’individu ne présente pas de pièce d’identité valide lors de l’identification de l’individu, une carte d’identité criminelle est générée pour la personne condamnée.

Ainsi, dans les agences d’identification est généré un dossier avec un numéro pénal pour l’individu inculpé, lié au dossier de sa carte d’identité civile, ce qui rend l’accès à son casier judiciaire plus facile d’accès par la justice. Il convient de souligner que seuls les organismes d’identification ont cet accès.

3. PRINCIPES JURIDIQUES D’IDENTIFICATION CRIMINELLE

L’identification pénale a été réglementée par l’article 5 de la loi 12.037/12 et peut se faire par le biais du processus tytyloscopique, photographique et de la collecte de matériel biologique pour obtenir le profil génétique, ce dernier étant inclus dans la loi 12.654/12.

Selon Sobrinho (2003), l’identification criminelle coopère avec le droit procédural pénal permettant la connaissance ou la confirmation de l’identité de l’agent qui a commis le crime dans le cadre d’une enquête, et facilite le respect plus facile des peines découlant du crime commis. En outre, dans lequel il servira de preuve mis à la disposition de personnes innocentes qui peuvent démontrer qu’ils ne sont pas les véritables auteurs de l’acte illégal, lorsqu’il y a une identité erronée.

Toutefois, toute personne civilement identifiée par un document ne fera pas l’objet d’une identification pénale, mais l’article 3 de la loi susmentionnée établit quelques exceptions lorsque :

I – le document a effacé ou a des preuves de falsification;

II – le document soumis est insuffisant pour identifier pleinement l’accusé;

III – l’accusé d’avoir des documents d’identité distincts, avec des renseignements contradictoires;

IV – l’identification pénale est essentielle aux enquêtes policières, conformément à l’ordre de l’autorité judiciaire compétente, qui décide par lettre ou par représentation de l’autorité policière, du parquet ou de la défense;

V – l’utilisation d’autres noms ou de qualifications différentes est incluse dans les dossiers de police;

VI – l’état de conservation ou la distance de temps ou l’emplacement de l’expédition du document présenté rend impossible l’identification complète des caractères essentiels. (BRASIL, 2009)

Selon Lopes (2007), cette procédure met en danger l’efficacité du droit de ne pas produire de preuve contre lui-même, lorsque l’accusé refuse de fournir ses empreintes digitales, par exemple, le juge déterminera l’extraction obligatoire de ses fonctions. L’identification criminelle doit être effectuée afin d’éviter autant que possible les contraintes et doit être ajoutée aux dossiers de communication de l’arrestation en flagrant délit, ou de l’enquête policière, ou d’un autre moyen d’enquête, mais ne peut être mentionnée dans les atements antérieurs ou les informations non destinées au jugement pénal, avant le transit final de la condamnation de la peine.

L’identification par des moyens photographiques, si elle est rejetée, en cas d’acquittement ou de non-offre de la plainte est fournie au sujet pour demander le retrait du dossier de l’affaire ou de l’enquête, à condition qu’il présente des éléments de preuve de son identification civile.

En ce qui concerne les données relatives au profil génétique, elles sont stockées dans une base de données confidentielle, la Base de données nationale des profils génétiques, qui a été réglementée par le décret 7.950/2013, qui visait à créer un réseau intégré de banques de profils génétiques, capable de permettre le partage et la comparaison des profils génétiques contenus dans les banques de l’Union, des États et du District fédéral.

Lopes (2007) explique qu’il n’est pas favorable de banaliser l’intervention corporelle, car elle représente une violation flagrante de la vie privée, de l’intégrité physique et de la dignité de la personne humaine, en plus de porter gravement atteinte au droit au silence négatif. Plusieurs problèmes découlent de cette question, où de nombreux cas utilisent l’énoncé « essentiel à l’enquête » sans au moins déterminer dans quels types de crimes cela serait possible.

Au cours des enquêtes, l’essentialité et l’autorisation judiciaire sont nécessaires pour que les abus ne se produisent pas, en outre, une troisième exigence est défendue par Nicolitt (2013), le consentement éclairé de l’accusé, et Queijo (2012) renforce cet argument en notant qu’on ne peut nier le principe selon lequel personne n’est obligé de produire des preuves contre lui-même, de sorte que la collaboration est essentielle.

Ainsi, le refus de coopérer ne peut constituer un crime de désobéissance et l’exécution coercive ne peut être acceptée à la production de preuves. La Loi sur l’identification pénale prévoit dans son article 5 que le stockage aura lieu dans une base de données de profils génétiques, gérée par une unité officielle d’expertise criminelle, ces échantillons ne peuvent pas révéler de traces somatiques ou comportementales de personnes. En outre, ce profil génétique sera exclu de la base de données à la fin de la période établie par la loi pour la prescription de l’infraction, ou à une date antérieure définie en cour.

Il est remarquable qu’il n’y ait pas eu de réglementation de l’exclusion du profil avant le dépôt possible de l’enquête policière ou de la peine d’absolutory, de sorte que ce projet doit recevoir certaines critiques, la collecte de matériel génétique, dans ces perspectives, nuit à la dignité humaine. En outre, elle garantit de nombreuses possibilités en ce qui concerne la collecte de matériel humain, et l’exclusion de ce matériel ne se produit que lorsqu’il y a prescription de l’affaire, ce qui n’est pas favorable, puisque l’archivage ou l’acquittement devrait autoriser cette exclusion.

Par conséquent, il n’existe aucune définition des crimes qui seraient commis avec une nature grave contre la personne pour autoriser la collecte de ce matériel et l’inclusion dans les bases de données. De même, il ne précise pas si seules les déclarations de culpabilité prononcées devant les tribunaux ayant ces caractéristiques peuvent nécessiter une telle action et, enfin, il n’est pas possible d’exclure les données de ceux qui ont été déclarés coupables de telles infractions.

Toutefois, ce projet ne tient pas compte du refus de l’enquête de fournir le matériel génétique, ainsi que des conséquences d’un tel refus. Par conséquent, il est entendu que l’identification criminelle a plusieurs spécificités qui n’ont pas reçu de législation appropriée, ce qui cause des doutes au système judiciaire, comme c’est également le cas pour les mineurs.

4. IDENTIFICATION CRIMINELLE IMPLIQUANT MINEUR

La Convention relative aux droits de l’enfant, ratifiée par le Brésil le 24 septembre 1990 et en vigueur depuis le 23 octobre 1990, détermine que l’enfant est un être humain de moins de dix-huit ans, sauf dans les cas prévus par la loi dans laquelle l’âge de la majorité est atteint auparavant.

La criminalité est un phénomène qui afflige la société. Dans certaines circonstances, au Brésil, cette question cause un préjudice dangereux, car on sait que la participation des mineurs augmente, les criminels utilisent des facteurs liés à la classe sociale pour encourager considérablement la participation des mineurs (MONTEIRO; SANTOS JÚNIOR, 2007).

Saab (2017) a expliqué que l’augmentation des activités criminelles graves des mineurs de la classe moyenne et supérieure exclut complètement l’opinion selon qui les mineurs sont tenus d’agir dans cet environnement en raison du manque d’infrastructures familiales. Par conséquent, les raisons de la marginalisation des adolescents sont très larges et inconnues, et ne se limitent pas au manque de pouvoir d’achat.

Magna Carta stipule que les mineurs de moins de dix-huit ans sont passibles de responsabilité pénale, mais des lois spéciales. À son tour, le droit pénal stipule que les mineurs de moins de 18 ans ne sont pas imputables à l’article 27, de cette manière, le Statut de l’enfant et de l’adolescent suit cette règle et impose des mesures disciplinaires sur les sanctions et autres mesures de protection.

Toute conduite criminellement qualifiée de crime ou de délit, lorsqu’elle est commise par un enfant ou un adolescent, est qualifiée d’« infraction ». Il s’agit d’une règle spéciale du droit des enfants et des adolescents, qui, avec cette désignation différenciée, élargit le caractère extracriminel de la question, ainsi que les soins à fournir à cette personne (DIGIÁCOMO; DIGIÁCOMO, 2010).

L’objectif de la (ECA – Statut de l’enfant et de l’adolescent) est d’assurer une protection complète aux enfants et aux jeunes, compte tenu de leur situation particulière en tant que personne en développement et de leurs conditions d’intégration, il s’agit d’accorder un traitement différencié de la législation générale. Selon la description du Statut, il n’y a pas de différence entre les notions de criminalité et d’infraction, et il convient de considérer que les deux appartiennent à la catégorie des actes illégaux. La différence entre ces termes n’est due qu’au fait qu’il est nécessaire de mettre l’accent sur le traitement spécial des personnes de moins de 18 ans.

Selon Trindade (1996), les enfants et les adolescents, en un sens, acceptent avec enthousiasme toutes les expériences qu’ils ont vécues. C’est toujours nouveau dans leur vie. Ils ne peuvent pas jouer un rôle de médiateur entre l’impulsion et le monde extérieur, ce qui explique la non-responsabilité générale exigée par la loi, et manquent de sororité, une exigence importante pour ajouter des faits à ses conséquences. C’est pourquoi ils devraient être empêchés d’être coupables.

De toute évidence, les capacités mentales des jeunes continuent de se développer, et l’environnement social dans lequel ils vivent affecte leur personnalité actuelle et future. À ce stade, les individus ne sont pas encore pleinement conscients de leurs actes, en particulier des actes illégaux, qui doivent être condamnés par la société et le pouvoir judiciaire. La conscience d’enfreindre la loi est très faible et dépend de l’environnement, de l’amitié et des relations de ces personnes avec l’environnement familial dans lequel elles vivent.

Le Statut de l’enfant et de l’adolescent détermine que tout adolescent appréhendé par la force d’une ordonnance du tribunal ou saisi en flagrant délit sera déféré à l’autorité compétente. Ainsi, lorsqu’il y a un bureau de police spécialisé pour aider cet adolescent et dans le cas d’une infraction commise conjointement avec une infraction plus importante, l’attribution du bureau spécialisé prévaudra, ce qui, après les mesures nécessaires et selon le cas, fera passer l’adulte au bureau de police lui-même.

Il est à noter que le processus d’identification pénale géré par la ECA respecte le fait que les adolescents sont soumis à un régime juridique différencié.

L’identification obligatoire de l’art. 109 de la loi n° 8 069/1990 comprend l’individualisation typoscopique et photographique. Les exceptions sont présentées en ce qui concerne la méfiance à l’égard de la véracité du document, il est également considéré que la soumission d’un adolescent à l’embarras vexor est un crime prévu à l’article 232 du Statut (VERONESE, 2006).

Mais nous avons qu’il n’est pas toujours possible d’individualiser deux adolescents ou plus pour mesurer la paternité de l’infraction, malgré l’identification civile, sauf par identification criminelle, fondée sur le principe du doute fondé. C’est pourquoi Cury (2010) explique l’importance d’effectuer cette identification, compte tenu de la nécessité incontestable de connaître les attributs physiques du délinquant éventuel par rapport à son identité, cherchant à prouver sa participation, de sorte qu’il n’est pas possible d’enquêter correctement sur une affaire en raison de son âge.

Selon Elias (1994), l’adolescent est soutenu tant qu’il a un document qui l’identifie, comme l’acte de naissance ou la carte d’identité fournie par le Secrétariat à la sécurité publique, et, de cette façon, il importe seulement qu’il soit correctement identifié. Dans les exceptions autorisées, lorsqu’il s’agit de confrontation, elles se produisent en raison de cas où des mineurs déjà responsables d’infractions utilisent de faux documents, tels que fournis par l’auteur, qui se produisent avec une certaine fréquence.

Les cas sont fréquents lorsque des adolescents saisis attribuent l’identité d’une autre personne, surtout pour que la pratique des infractions ne soit pas correctement en contact. Certains présentent même des certificats de naissance de parents proches, ou même se présentent comme des adolescents, cherchant à recevoir une responsabilité différenciée (ROSSATO; LÉPORE; CUNHA, 2011).

Elias (1994) affirme que même si l’on veut éviter un acte qui pourrait être vexatoire pour le mineur, causant même des dommages au droit de l’enfant, on ne peut manquer de prendre les mesures nécessaires pour l’identifier correctement en cas de doute. En outre, l’auteur souligne qu’un mineur ne recevra jamais de mesures punitives, il est donc nécessaire d’effectuer une analyse dans chaque cas pour examiner ce besoin d’identification obligatoire, ce qui devrait se produire sans porter atteinte aux droits qui lui sont dus.

Il est ensuite noté qu’un adulte sera identifié pénalement dans certaines situations, tandis que l’adolescent sera, tout au plus, obligatoirement identifié dans les hypothèses présentées, et il est également noté que l’ECA présente une certaine omission quant aux processus d’exécution en cas de doute fondé et ce qui devrait vraiment être fait avec le matériel recueilli dans l’identification (photos, dossier…).

Par conséquent, il convient de noter la nécessité d’élargir les hypothèses d’identification pénale pour les adolescents, ainsi que l’enregistrement de ces informations dans les bases de données appropriées appliquant les dispositions de la loi n° 8.069/1990 et de la loi n° 12.037/2009, en utilisant des formes telles que le doute repose sur l’une des possibilités de l’article 3 de la loi sur l’identification pénale, en tenant compte de l’institué dans la ECA.

5. MÉTHODOLOGIE

Le présent ouvrage suit une ligne qualitative, dans laquelle il traite des phénomènes effectuant une analyse herméneutique des données recueillies. Ce type de recherche permet la compréhension et l’interprétation du phénomène, considère le sens que d’autres donnent à leurs pratiques (GONSALVES, 2003).

Ainsi, il effectue un raisonnement à travers des sources bibliographiques telles que des livres, des articles scientifiques, des revues et des textes extraits de l’Internet, peut décrire ou expliquer le thème, en utilisant un approfondissement dans le domaine désiré (VERGARA, 2006).

La base des critères d’admissibilité définissait l’information provenant de publications scientifiques, de revues scientifiques et de sites Web universitaires fournis par la base de données comme Scielo. Toutefois, il a été décidé de rechercher les dernières informations sans limite de temps, afin que les publications qui n’atteignent pas le thème choisi ou sont incomplètes, et les publications ou publications en double dont le contenu est très similaire à d’autres œuvres sélectionnées ont été exclues.

6. CONSIDÉRATIONS FINALES

Compte tenu des informations mentionnées ci-dessus, il est entendu que le Statut de l’enfant et de l’adolescent vise à offrir un traitement différencié aux jeunes qui ont commis un acte illégal, en raison du fait que leur personnalité est encore en développement et que cela souffre d’une grande influence sur l’environnement dans lequel ils vivent.

En ce sens, il existe également une position différenciée pour l’identification criminelle, si cette personne a des documents qui prouvent son identité, ils auront un soutien afin de ne pas passer par d’autres méthodes. Il est important de l’identifier correctement, et l’identification obligatoire ne se fera qu’en vertu des exceptions autorisées, en particulier lorsque le mineur responsable de l’infraction a utilisé de faux documents.

Toutefois, il est remarquable que la ECA présente une certaine omission en ce qui concerne les procédures d’identification de ce mineur en cas de doute raisonné. Il est nécessaire de couvrir et de déterminer les mesures d’identification criminelle pour le mineur, dans lesquelles toutes les situations qui nécessitent une identification et les méthodes utilisées pour chaque cas sont imposées, dans le respect des déterminations de la ECA.

Le présent travail a atteint l’objectif proposé de démontrer la façon dont l’identification criminelle d’un mineur se produit conformément à la loi, de sorte qu’ils ne seront soumis au processus que dans certains cas. Toutefois, il est toujours d’une importance primordiale de mener d’autres recherches dans le domaine, en particulier pour déterminer quels processus d’identification sont utilisés et s’il y a conformité aux normes actuelles.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ARAÚJO, Marcos Elias Claudio de PASQUALI, Luis. Datiloscopia: a determinação dos dedos. Brasília- DF. LabPam, 2006.

BOCATO, Vinícius. Quatro razões a favor da não redução da maioridade penal. Pragmatismo Político, Porto Alegre, abr. 2013. Disponível em: https://ww w.pragmatismopolitico.com.br/2013/04/pela-naoreducao-da-maioridade-penal.h tml  Acesso em: 15 de agosto de 2020.

BRASIL. Decreto-Lei nº 3.689, de 3 de outubro de 1941. Código de Processo Penal.

BRASIL. Lei nº 10.054, de 7 de dezembro de 2000. Dispõe sobre a identificação criminal e dá outras providências.

BRASIL. Lei nº 12.037, de 1° de outubro de 2009. Dispõe sobre a identificação criminal do civilmente identificado, regulamentando o art. 5º, inciso LVIII, da Constituição Federal.

BRASIL. Lei nº 8.069, de 13 de julho de 1990. Dispõe sobre o Estatuto da Criança e do Adolescente e dá outras providências.

BRASIL. Lei nº 9.034/95, de 3 de maio de 1995. Dispõe sobre a utilização de meios operacionais para a prevenção e repressão de ações praticadas por organizações criminosas

CURY, Munir (Org.). Estatuto da criança e do adolescente comentado, comentários jurídicos e sociais. 11 ed., atualizada de acordo com a Lei 12.010, de 3.8.2009. São Paulo: Malheiros Editores, 2010.

DIGIÁCOMO, Murillo José; DIGIÁCOMO, Ildeara de Amorim. Estatuto da criança e do adolescente anotado e interpretado. Curitiba: Ministério Público de do Estado do Paraná. Centro de Apoio Operacional das Promotorias da Criança e do Adolescente, 2010.

ELIAS, Roberto João. Comentários ao Estatuto da Criança e do Adolescente: Lei n. 8.069/1990, de 13 de julho de 1990. São Paulo: Saraiva, 1994.

GONSALVES, E. P. Iniciação à pesquisa científica. 3. ed. Campinas: Alínea, 2003.

ISHIDA, Válter Kenji. Estatuto da criança e do adolescente: doutrina e jurisprudência. 12 ed. São Paulo: Atlas, 2010.

LOPES, Jr. Direito Processual Penal e sua Conformidade Constitucional. V. 1. Rio de Janeiro: Lumen JurisAury. 2007. MINAYO, M. C. S. O desafio do conhecimento. Pesquisa qualitativa em saúde. São Paulo: HUCITEC, 2007.

MIRABETE, Júlio Fabrini. Código de Processo Penal Interpretado. 5ª ed. São Paulo: Atlas. 2000.

NICOLITT, André. Banco de dados de perfis genéticos (DNA): As inconstitucionalidades da Lei 12.654/2012. Boletim IBCCRIM , v. 245, p. 15, 2013.

QUEIJO, Maria Elizabeth. O direito de não produzir prova contra si mesmo: o princípio nemo tenetur se detegere e sua decorrências no processo penal. São Paulo: Saraiva, 2012.

QUEIJO, Maria Elizabeth. O princípio nemo tenetur se detegere e a coleta de material genético: identificação criminal ou colaboração na produção da prova? Boletim IBCCRIM, ano 21, n 250, Setembro/2013.

RABELLO, ERALDO. Curso de Criminalista. Porto Alegre: Sagra : DC Luzzatto. 1996. pag. 71 a 101.

ROBLES, Paulo Roberto. Das Impressões digitais nos locais de crime. 1ª edição. São Paulo: Editora Paulistajur, 2004.

ROSSATO, Luciano Alves. LÉPORE, Paulo Eduardo. CUNHA, Rogério Sanches. Estatuto da Criança e do Adolescente Comentado. 2 ed. rev., atual. e ampl. São Paulo: Editora Revista dos Tribunais, 2011.

SAAB, Nadia Maria. A eficácia das medidas socioeducativas. Jus Navigandi, Teresina, jan. 2017. Disponível em: http://www.conteudojuridico.com.br/artigo,a-eficacia-das-medidassocioeducativas,57957.html . Acesso em: 15 de agosto de 2020.

SHECAIRA, Sérgio Salomão. Criminologia. 2ed.revista, atualizada e ampliada. São Paulo: Editora Revista dos Tribunais,2008

SOBRINHO, Marcos Sérgio. Identificação Criminal. São Paulo – SP: Revista dos Tribunais, 2003.

TOURINHO FILHO, Fernando da Costa. Processo Penal, 1º volume, 22ª edição. São Paulo: Editora Saraiva, 1999.

VELHO, Jesus Antonio; GEISER, Gustavo Caminoto; ESPÍNDULA, Alberi. Ciências Forenses, 3. ed. São Paulo: Millenium, 2017.

VENOSA, Silvio de Salvo. Direito Civil, 1º volume. 3ª edição, São Paulo, editora Atlas, 2003

VERGARA, S. C. Projetos e relatórios de pesquisa em Administração. 7. ed. São Paulo: Atlas, 2006.

VERONESE, Josiane Rose Petry. Direito da Criança e do Adolescente. Florianópolis: Editora OAB/SC, 2006.

[1] Diplômé (diplômé) en administration des lettres de l’UFG – Université fédérale de Goiás, et universitaire de la 10e période du cours de droit à l’UNIRG – Université de Gurupi.

[2] Conseiller. Diplôme de droit; Spécialisation en droit procédural civil, spécialisation à la Cour du Jury de Procédure.

Soumis : septembre 2020.

Approuvé : octobre 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here