Impact généré dans les micro et petites entreprises en raison de l’isolement social

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
4.8/5 - (6 votes)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

REVOIR L’ARTICLE

SILVA, Patrícia do Carmo Saturno [1], SANTOS, Wilton Ferraz dos [2]

SILVA, Patrícia do Carmo Saturno. SANTOS, Wilton Ferraz dos. Impact généré dans les micro et petites entreprises en raison de l’isolement social. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année. 06, Ed. 11, vol. 11, p. 157 à 174. Novembre 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/administration-des-affaires/impact-genere ‎

RÉSUMÉ

Avec l’émergence de la COVID-19, pour éviter la contagion de la population, la distanciation sociale et par la suite le confinement ont été établis, ce qui est une mesure restrictive de contact. Cette mesure vise à ralentir la contagion du virus, générant ainsi un fort impact sur l’économie ainsi que sur les organisations commerciales. Dans ce contexte, cet article vise à discuter de l’impact de la pandémie, à travers l’élaboration d’une revue de la littérature, dans les moyennes et petites entreprises, afin de répondre à la question guide: Quels ont été les points négatifs et positifs dont les micro et petites entreprises ont souffert pendant la pandémie de COVID-19? Il s’agit d’une revue narrative de la littérature, du caractère exploratoire et de l’approche qualitative. Pour élucider l’étude, des recherches ont été effectuées dans la base de données Google Scholar, en appliquant comme filtre principal, des publications qui ont varié entre 2020 et 2021. Au total, 7 930 articles ont été identifiés grâce à la recherche, mais le choix des études respectait les critères d’inclusion et d’exclusion établis et, après avoir lu le titre, lu le résumé et le contenu total, 32 articles ont été sélectionnés pour faire la présente revue. Il a été conclu que les micro et petites entreprises avaient des taux élevés de fermetures de services, certaines ont été contraintes d’effectuer la résiliation de contrats avec leurs employés, étant alors responsables d’une part importante du chômage dans le pays au cours de cette période, comme en témoignent la difficulté d’accéder aux prêts et aux aides d’État et la faible participation aux programmes de réduction, compte tenu des critères du programme et de la faible diffusion. Cependant, les impacts subis par certaines organisations n’impliquent pas seulement des facteurs négatifs, étant donné que des secteurs tels que la livraison, le commerce électronique, la maison et la construction, les produits informatiques et les services essentiels ont connu une croissance importante.

Mots-clés: Administration, COVID-19, Économie, Micro et petites entreprises, Pandémie.

1. INTRODUCTION

Dans une période marquée par de nombreuses avancées technologiques, dans un scénario mondial hautement globalisé, l’émergence de la COVID-19 a eu un fort impact dans tous les secteurs, en raison de l’absence de contrôle de la contagion car il s’agit d’un nouveau virus à fort potentiel de létalité (AVENI, 2020).

Pour contenir la contamination, des mesures de contrôle strictes ont été adoptées dans le monde entier dans le but de prévenir une éventuelle épidémie mondiale due au nouveau coronavirus, et des alternatives pour restreindre la circulation ont alors été appliquées comme un confinement, en bloquant l’ouverture des établissements commerciaux, visant l’efficacité réelle de la distanciation sociale proposée comme contrôle des maladies (JUNIOR; SANTA RITA, 2020).

À la suite des délibérations établies pour la lutte contre le COVID-19, une crise mondiale s’est inévitablement établie qui présente des répercussions humanitaires, sociales, économiques et culturelles, où le gouvernement, les entreprises et les secteurs individuels ont été exposés à des défis inédits (GARCIEL; NETTO, 2020).

Les impacts générés par la COVID-19 ne sont pas encore mesurables ou prévisibles, et la crise établie a des caractéristiques différentes des autres crises économiques de l’histoire, ou même des anciens fléaux. Ainsi, les projections faites sur les impacts générés par la maladie sont erronées, en raison de l’avancée constante de la maladie (PACCHI, 2020).

Dans le scénario actuel, le processus décisionnel mené par les agents économiques impliquant les entreprises, les investisseurs, les employés et les consommateurs du secteur public est directement lié aux conséquences des actions du secteur public pour contenir la propagation de la COVID-19 (CARVALHO; LIMA, 2020).

Selon l’OMC (Organisation mondiale du commerce), on estime que les projections des attentes pour le commerce mondial en 2021 présentent des incertitudes, car en raison des nouvelles variantes de COVID-19, les perspectives ne sont pas claires, car en 2020, le PIB mondial a chuté de -5,2%, les États-Unis de -5,9%, l’Union européenne de -7,5%, la Chine de -1% et le Brésil de -8% (PEREIRA, 2020).

Les données recueillies par l’IBGE (Institut brésilien de géographie et de statistique[3]) montrent qu’au cours du second semestre 2020 au Brésil, le coronavirus a eu un impact négatif sur 37,5% des organisations commerciales non financières. Cet impact s’est maintenu par rapport au premier semestre, où un pourcentage d’environ 36% a été observé, et les secteurs de la vente au détail, des biens de consommation, de l’automobile, de l’immobilier, de l’électricité, des pétroles, du gaz et de la pétrochimie, des mines, de l’acier et du secteur public ont enregistré une baisse de l’activité et des revenus en 2020 (RAMOS; DELDUQUE; ALVES, 2020).

Au niveau mondial, les gouvernements ont mis en place des mesures pour atténuer les conséquences de la pandémie. Ainsi, une préoccupation particulière est notable pour la défense des petites entreprises qui jouent un rôle important dans l’offre d’emplois et dans la continuité des biens et services (DE SALLES, 2020). Au Brésil, les petites entreprises représentaient en 2019 54% des emplois formalisés dans le pays, en plus de représenter 27% du PIB brésilien (EL KHATIB, 2020).

En 2020, des programmes d’aide créés et ciblés par le gouvernement pour les petites entreprises, qui promettent d’offrir une facilité de crédit, ont été lancés. Les entreprises inscrites au programme proposé déclarent que, malgré la facilité promise, l’accès au crédit n’était pas si simple, puisque 64,4 % des petites organisations se sont vu refuser l’aide; en ce qui concerne les entreprises de taille moyenne, il a été constaté que 30,5 % d’entre elles n’avaient pas accès au crédit offert et que 5,1 % des grandes entreprises n’avaient pas accès au programme d’aide gouvernementale proposé. On pense que l’un des plus grands obstacles aux prêts est la bureaucratie et les exigences bancaires, en plus des taux d’intérêt excessifs (DUARTE et al., 2020).

L’une des alternatives pour conjurer les conséquences du confinement a été la popularisation des ventes en ligne dans une grande partie des segments commerciaux. Ainsi, en 2020, le commerce électronique a acquis une grande notoriété, considérant que le consommateur reçoit le produit à la maison réduisant les risques de contact entre les individus et respectant les mesures de distanciation (PREMEBIDA, 2020).

Au Brésil, les achats en ligne ont connu une croissance significative et les produits essentiels ont commencé à être achetés par les consommateurs en ligne (PEREIRA; AZEVEDO, 2020). Depuis le début de la pandémie au Brésil, les ventes des supermarchés en ligne ont augmenté d’environ 16%, en plus de la conversion moyenne de ce secteur, qui a augmenté de 8,1%. D’autre part, les entreprises opérant dans le segment des aliments naturels ont obtenu une plus grande visibilité, en plus de l’augmentation de 27% des ventes. Les organisations opérant dans le domaine des articles ménagers ont montré une augmentation de l’accès à leur commerce électronique de 33%, en plus des types de livraison, y compris les sites Web et les applications de livraison qui ont affiché un taux de croissance élevé (REZENDE; MARCELINO; MYAJI, 2020).

Compte tenu de ce qui précède, l’objectif de cette étude était d’analyser, au moyen d’une revue de la littérature, les principaux impacts générés sur les micro et petites entreprises en période de pandémie, par l’isolement social, et les effets de ces facteurs sur l’économie. La question principale était : « Quels ont été les points négatifs et positifs dont les micro et petites entreprises ont souffert pendant la pandémie de COVID-19 ? ».

2. MÉTHODOLOGIE

Il s’agit d’une revue narrative de la littérature, du caractère exploratoire et de l’approche qualitative. Dans ce contexte, la présente étude a utilisé comme thème l’impact causé dans les micro et petites entreprises en raison de l’isolement social. L’élucidation de la présente étude a eu lieu de février à octobre 2021.

Sur la base de cette prémisse, une recherche a été effectuée dans la base de données Google Scholar, s’appliquant comme principales publications de filtre avec intervalle de publication entre 2020 et 2021, écrites en portugais et en anglais, permettant ainsi la réalisation d’une approche mise à jour sur le thème proposé.

La sélection des articles s’est faite à partir de l’étude observationnelle du titre et du résumé des articles qui présentaient les descripteurs suivants: Administration; COVID-19; Économie; Micro et petites entreprises; Pandémie. Des études de cas, des études descriptives et observationnelles, des revues de littérature simple, systématique et intégrative, des livres, des chapitres de livres, des livres, ont été utilisés comme critères d’inclusion. Les critères d’exclusion étaient les articles scientifiques tels que les thèses, les monographies, les résumés d’annais et cartas à l’auteur.

Les articles utilisés ont suivi les stratégies de recherche adoptées, à travers l’inclusion de descripteurs dans les bases de données et l’identification des articles avec le thème et l’objectif de l’étude. La réalisation et la sélection des articles ont eu lieu via le logiciel Mendeley Desktop® (EUA, 2016). Il est important de souligner que le processus a été mené par deux examinateurs indépendamment, de sorte qu’aucun résultat divergent n’a été obtenu.

Au total, 7 930 articles ont été identifiés grâce à la recherche, mais le choix des études répondait aux critères d’inclusion et d’exclusion établis. Après avoir lu le titre, la lecture du résumé et la lecture du contenu totalisent 32 articles pour constituer cette revue.

3 CADRE THÉORIQUE

3.1 RÉPERCUSSIONS DE LA PANDÉMIE ET DES MESURES RESTRICTIVES SUR L’ÉCONOMIE ET LES ORGANISATIONS

L’instauration du confinement en raison de l’émergence de la COVID-19, dans le but de promouvoir la distanciation sociale, a généré un impact non seulement sur la santé publique, mais aussi sur les organisations de tous les pays touchés par les mesures de restriction. Les impacts subis par les entreprises peuvent se présenter de différentes manières. Ces facteurs dépendent uniquement de l’endroit où l’organisation exerce ses activités (CARVALHO; LIMA, 2020).

L’aggravation possible du caractère pandémique peut conduire à l’apparition de phénomènes impliquant: interruption de la chaîne d’approvisionnement de l’organisation, pénurie de main-d’œuvre et / ou altération de la capacité de production, interruption de la demande, entre autres. Il est important de noter que parfois certaines organisations, dans une moindre mesure, obtiennent des opportunités de croissance, telles que la baisse de la concurrence ou les effets positifs de la pandémie elle-même sur le marché sur lequel elles opèrent. Ainsi, pour certains créneaux, les effets de la pandémie et du confinement, en général, peuvent être positifs. Un exemple de ceci est les entreprises qui vendent des produits considérés comme essentiels, ce qui comprend les supermarchés et les pharmacies. Il y a des organisations qui utilisent cette période pour changer l’orientation de l’entreprise. Cela est dû à la nécessité de réadapter les besoins présentés par le marché (AVENI, 2020).

Le Brésil a atteint la barre des 10 millions de cas de COVID-19 avant même le premier cas de cette maladie, confirmé en février 2020. L’Organisation mondiale de la santé a déclaré tout au long de 2020 que toutes les trois minutes, un Brésilien avait un diagnostic positif au nouveau coronavirus. Inévitablement, les indices ne peuvent être sans rapport avec les données économiques présentées, étant donné que le PIB national en 2020 a chuté d’environ 1,5% au premier trimestre en raison de la baisse des services (SALLES, 2020).

L’un des facteurs d’une plus grande perception pendant et après la crise sanitaire avec de forts impacts économiques sera le taux de chômage élevé. Ce problème découle de l’incapacité des gestionnaires à maintenir leurs revenus. Ainsi, il y a un engagement de fonds et l’administrateur est amené à procéder à des licenciements massifs (PREMEBIDA, 2020).

Dans ce contexte, il est pertinent d’affirmer que les entreprises ont tendance à avoir des équipes réduites. En outre, le processus d’automatisation se solidifie dans les secteurs organisationnels les plus divers, de sorte que de nombreuses fonctions seront remplacées (GARCIEL; NETTO, 2020).

La COVID-19 a été un défi majeur pour estimer les impacts exercés par le virus au cours de cette période face à l’environnement économique. Le scénario actuel est incertain, étant donné qu’il n’y a pas de références comparatives au scénario actuel. Cela rend la crise actuelle sans précédent, de sorte que l’incertitude qui pèse sur l’environnement organisationnel nécessite une planification à court, moyen et long terme. Cette planification comprend le scénario actuel, ainsi que la période post-pandémique (RAMOS; DELDUQUE; ALVES, 2020).

Des études indiquent que les impacts de la pandémie seront parmi les plus importants jamais vécus dans le monde, étant donné que les mesures de projection effectuées en avril 2020 ont montré que 50 millions de personnes vivent actuellement en dessous du seuil de pauvreté. En outre, en juin, la même projection a montré que plus de 70 millions de personnes survivent en dessous du seuil de pauvreté (JUNIOR; SANTA RITA, 2020).

3.2 SECTEURS ORGANISATIONNELS QUI ONT BIEN PERFORMÉ PENDANT LE CONFINEMENT

L’émergence de la pandémie en 2020 a touché plusieurs secteurs en raison de la mesure de distanciation rigide, appelée confinement. Tous les États et toutes les villes ont adopté cette approche à différents moments, dans le but de réduire l’incidence de la COVID-19. Ainsi, il était nécessaire que le secteur commercial subisse également un processus de réadaptation afin que ses performances ne soient pas compromises, mais sans nier les impacts que la crise établie par l’isolement social et le confinement causerait (CALDAS; SILVA SOUZA; BUZOLI, 2020).

Bien que plusieurs secteurs aient en fait vu leurs revenus compromis, selon Oliveira Souza (2020), des domaines tels que la livraison, les services essentiels, les produits informatiques et les développements de la maison et de la construction ont connu une croissance exponentielle au cours de cette période.

3.2.1 LIVRAISON

Le service de livraison a connu une grande expansion pendant la pandémie, étant donné que le consommateur ne peut pas quitter la maison. Par conséquent, les entreprises qui n’offrent pas ce service ont commencé à rendre la livraison disponible à domicile (WEISS, DUARTE, 2020).

Des entreprises telles que Ifood®, Uber Eats®, Rappi®, entre autres, se sont considérablement développées en raison de l’offre de livraison à domicile, ce qui facilite l’achat et réduit les risques en raison du fait que le consommateur n’est pas obligé de quitter la maison pour se nourrir (MELO et al., 2020).

La politique de livraison était déjà largement connue, car cette fonctionnalité préempte la pandémie. L’utilisation expressive de l’outil a toujours été caractéristique des entreprises alimentaires, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes. Cependant, après la pandémie, le secteur essentiel a élargi cet outil qui était déjà utilisé, en plus de nouveaux segments ont commencé à adhérer à cette ressource (BOTELHO; CARDOSO; CANELA, 2020).

La croissance des entreprises de livraison spécialisées telles que Rappi®, Ifood® Uber eats® et 99 taxis® (ces deux derniers ne se limitant pas à la livraison de nourriture, mais aussi aux livraisons de colis), a affiché une croissance de 149,1%, 81,9%, 91% et 73%, respectivement. Les pourcentages présentés montrent que le secteur de la livraison se présente comme l’un de ceux qui ont le meilleur impact pendant la pandémie (REZENDE; MARCELINO, 2020).

Les demandes susmentionnées ont également présenté une plus grande accréditation des bars, cafétérias, restaurants et entrepreneurs individuels, qui ont choisi de s’adapter au scénario imposé par la crise sanitaire. Actuellement, environ 72% des entreprises qui opèrent dans l’industrie alimentaire sont enregistrées dans les applications de livraison, et les autres ont déjà une livraison privée (ABRANCHES; LANA, 2020).

3.2.2 SERVICES ESSENTIELS

Il est du ressort du secteur administratif d’influencer les besoins et les priorités sur le processus de prise de décision d’achat. Ainsi, avec l’émergence du coronavirus et le changement de décor, les objectifs et les priorités de l’ensemble de la population mondiale ont changé. La distanciation sociale et le confinement ont forcé les individus à être à la maison, puis le bureau à domicile a été formé. Cette nouvelle modalité, ajoutée à l’angoisse d’un scénario inconnu, et associée à la nécessité d’être à la maison, a amené la population à consommer une plus grande quantité d’articles essentiels, tels que la nourriture, les produits d’hygiène, le nettoyage en général, en plus des articles pharmaceutiques (SCHNEIDER et al., 2020).

Le secteur pharmaceutique a affiché une croissance de 13,6% en 2020, par rapport à 2019. Le secteur du commerce de détail, en revanche, a affiché une expansion de 16,2%. L’un des facteurs qui attire l’attention est l’adoption de ces secteurs à l’offre de livraison, car au Brésil, les demandes de livraison ont enregistré une moyenne de plus de 55% en 2020, par rapport à 2019, tout comme les entreprises de vente au détail de produits alimentaires ont affiché une augmentation d’environ 52% en 2020 par rapport à 2019 (PELLEGRINI, 2020).

3.2.3 PRODUITS INFORMATIQUES

Avec l’augmentation du bureau à domicile, en raison de la distanciation sociale, la consommation de produits informatiques a connu une croissance significative grâce à la nécessité d’investir dans des équipements répondant à la demande imposée par la routine de travail (MENDONÇA et al., 2020).

Plusieurs secteurs organisationnels ont commencé à investir dans les ressources informatiques afin que leurs employés puissent développer les activités nécessaires, même s’ils sont éloignés de l’environnement organisationnel. Ainsi, l’acquisition d’instruments et de ressources informatiques au cours de cette période s’est intensifiée. Un sous-produit a présenté la responsabilité de cette expansion, qui est le cloud computing, utilisé pour le stockage de données dans le cloud de sécurité et d’information, qui offre une garantie sur la productivité, en plus de l’organisation des données libérées, compte tenu des avantages offerts par la ressource dans la centralisation des informations, l’optimisation de l’espace, en plus de minimiser les investissements en hardwares et softwares  (ORTEGA ; ROCHA, 2020).

3.2.4 SECTEUR DE L’HABITATION ET DE LA CONSTRUCTION

Le secteur de la maison et de la construction, comme les autres mentionnés ci-dessus, a connu une croissance significative pendant la pandémie, en raison de la réduction du taux d’intérêt de base Selic, en plus du programme gouvernemental « Casa Verde e Amarela », qui vise à aider les personnes à faible revenu à la conquête de leur propre maison. Compte tenu des facteurs exposés, le moment est considéré comme propice à l’investissement dans les bâtiments ou les constructions civiles, un fait qui influence directement le commerce des articles décoratifs et des matériaux de construction (PEREIRA; AZEVEDO, 2020).

La logique est basée sur la possibilité que l’achat de biens immobiliers ait été intensifié et qu’il y ait une augmentation du commerce d’articles décoratifs et de matériaux de construction. Avec l’émergence du coronavirus et de la pandémie, la population en général a commencé à envisager la nécessité de posséder sa propre propriété, en ayant un espace qui répondait aux demandes quotidiennes. En outre, cette impulsion a suscité le désir d’effectuer des rénovations ou l’achat de nouveaux articles de la maison et de la décoration (REZENDE; MARCELINO, 2020).

3.3 PERTINENCE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE EN PÉRIODE DE RESTRICTION SOCIALE

Le commerce électronique s’est développé d’une manière évidente pendant la période de la pandémie, qui, bien que déjà connue, n’était pas aussi pertinente. On pense qu’au Brésil, la région du centre sud est plus importante dans la réalisation de ventes par le biais du commerce électronique, avec des valeurs supérieures à 66% en 2020, par rapport à 2019. L’expansion du commerce électronique a été un facteur de grande surprise, devenant une nouvelle tendance, étant considérée comme une modalité irréversiblement adhérée (FREITAS BAUER, 2020).

Au Brésil, en général, 2020 a augmenté d’environ 50% des ventes via le commerce électronique par rapport à 2019, sur la base des données présentées par le comité des mesures de la chambre brésilienne de l’économie numérique. Malgré le taux de croissance annuel élevé présenté par la région Centre-Sud, en décembre 2020, la région du Nord-Est a été celle qui a réalisé le plus de ventes grâce au commerce électronique, ajoutant une augmentation de 78%, suivie de la région Sud avec 66%, de la région Sud-Ouest avec des valeurs supérieures à 48%, du Midwest avec 46,99% et enfin de la région Nord avec 39,25% (SILVA; SILVA; OLIVEIRA, 2020).

Les expériences positives vécues par les consommateurs à travers les commerce électronique ont dynamisé l’outil de vente en faisant tomber les barrières psychologiques, comme le secteur de l’ameublement, où le consommateur se limitait à effectuer l’achat uniquement en personne, en raison de la nécessité de voir l’objet de face. -faire face à. Cependant, en raison de la non-ouverture du commerce pendant une longue période, le consommateur a été contraint d’effectuer son achat en ligne et a réussi. Ainsi, le segment est consolidé dans le pays et démontre son efficacité et les avantages de son utilisation directement au consommateur (MACEDO et al., 2020).

3.4 LES RÉPERCUSSIONS DE LA PANDÉMIE SUR LES MICRO ET PETITES ENTREPRISES

Les micro et petites entreprises configurent les entreprises qui ont le taux de mortalité le plus élevé au Brésil, grâce à une recherche du Service brésilien d’assistance aux micro et petites entreprises[4] (Sebrae). Les analyses sont présentées à l’aide des données offertes par le revenu fédéral, qui montrent que l’interruption des services de MPE’s au cours des cinq premières années est de 29% (CALDAS; SILVA SOUZA; BUZOLI, 2020).

En comparaison, les entreprises qui opèrent dans ce domaine et qui restent sur le marché après la période susmentionnée impliquent la capacité de gestion, l’expérience et la connaissance du domaine dans lequel elles opèrent (SALLES, 2020). L’émergence de la COVID-19 a généré de nombreux changements dans le fonctionnement des micro et petites entreprises brésiliennes, car, selon Sebrae (2021), environ 31% ont vu leur fonctionnement modifié, mais le facteur le plus alarmant concerne l’interruption temporaire des activités de plus de la moitié des microentreprises du pays (CALDAS; SILVA SOUZA; BUZOLI, 2020).

Malgré les difficultés rencontrées avec le caractère pandémique, installé à la suite de la COVID-19, l’évolution significative des micro et petites entreprises pour rester en vie sur le marché a été notée. Des études empiriques ont montré qu’environ 42% des entreprises, en raison de la distanciation sociale, ont commencé à fonctionner exclusivement en ligne. D’autre part, 41,2% des entreprises ont adhéré à la réduction du temps de travail, ainsi que 21% ont commencé à exercer leurs pratiques de travail par le biais du bureau à domicile (REZENDE; MARCELINO, 2020).

L’une des alternatives adoptées par certains entrepreneurs en raison de l’émergence des mesures de distanciation a été de faire tourner les horaires des employés. Cette part concerne la rotation des salariés, une mesure adoptée par un pourcentage de députés européens, autour de 15%. Pour les galeries marchandes, il a été mis en place comme une mesure pour la continuité de ses activités un drive thru. Cette option a été respectée par environ 6 % des micro et petites entreprises (GONÇALVES et al., 2021). Les mesures présentées ont été prises en raison de la nécessité de se conformer à la suspension stipulée par le gouvernement du pays, un facteur qui a interféré environ 80% des MPE’s, mais environ 20% ont choisi d’interrompre la prestation des services en face à face pour leur propre compte, considérant qu’ils n’étaient pas impliqués dans la liste des activités consommables (DUARTE et al., 2020).

Les données présentées par Sebrae (2021) ont montré que la situation des entreprises en matière de gains financiers, montrait que la situation, en général, des micro et petites entreprises n’était plus favorable, même avant l’état de calamité installé en raison du coronavirus. Ce facteur est justifié par la réplication d’entrepreneurs qui ont classé la situation de l’entreprise comme raisonnable (49%) et mauvaise (24%) (CALDAS; SILVA SOUZA; BUZOLI, 2020).

La Fondation Getúlio Vargas[5], chargée de surveiller l’impact de la pandémie sur les micro et petites entreprises, se montre actuellement très préoccupée par l’augmentation des coûts de production, étant donné que les entreprises n’ont pas soutenu les valeurs qui impliquent le loyer, le carburant et même pas les sommes (CALDAS; SILVA SOUZA; BUZOLI, 2020).

Malgré les progrès significatifs par rapport à la maladie COVID-19, il est communément observé que les revenus réels ont augmenté, mais l’inflation s’est intensifiée, ce qui nuit au processus de reprise prévu. La vaccination a en effet été l’un des principaux bénéficiaires du processus de reprise, mais il est nécessaire que de nouvelles mesures d’aide soient mises en œuvre pour les entreprises concernées, ainsi que l’octroi de prêts et de crédits à ces organisations qui représentent une grande partie du PIB brésilien (PEREIRA, 2020).

Les études menées après l’assouplissement des mesures restrictives par Sebrae  montrent que bien que le flux actuel des échanges ait été désautorisé en raison de la rapidité de la vaccination, il est prouvé que 79% des micro et petites entreprises ont encore une perte de revenus, un pourcentage qui reste le même depuis le premier trimestre de 2021. En outre, les analyses ont montré que les micro et petites entreprises en général affichaient une baisse de 43% de leurs revenus par rapport à la période précédant la pandémie (GONÇALVES et al., 2021).

3.5 PRINCIPALES STRATÉGIES DE REPRISE DE L’ÉCONOMIE AU NIVEAU ORGANISATIONNEL DES ENTREPRENEURS MOYENS ET PETITS

Le service d’accompagnement des micro et petites entreprises, Sebrae (2021), affirme que la crise sanitaire aux impacts économiques a provoqué un engagement jamais vu au siècle dernier en ce qui concerne le développement financier des segments les plus divers (CALDAS; SILVA SOUZA; BUZOLI, 2020).

Les données présentées par Sebrae indiquent que sur les 65 millions d’entreprises classées comme MPE’s, environ 30% pourraient fermer dans les mois à venir en raison des impacts de la pandémie, car en raison du manque de revenus, les gestionnaires ne sont pas en mesure de maintenir les dépenses de l’entreprise. En outre, Sebrae indique également que pendant la pandémie, 25% des entreprises ont présenté une instabilité et 50% ont déclaré qu’elles se considéraient comme stables (CALDAS; SILVA SOUZA; BUZOLI, 2020).

Malgré les facteurs liés à l’impact de la pandémie, on pense que le processus de reprise aura lieu, car pendant la pandémie, la capacité des micro et petites entreprises a été observée dans le but de restructurer financièrement (GONÇALVES et al., 2021).

On estime que les MPE’s devraient adopter le contrôle des flux de trésorerie comme principale alternative à la reprise. Ainsi, il est nécessaire une auto-évaluation des dépenses de l’entreprise, afin d’observer la faisabilité du maintien de l’entreprise, ou si la meilleure option est de fermer les activités, ou simplement de limiter la performance de l’entreprise aux niveaux nécessaires (VITÓRIA; MEIRELES, 2020).

Une alternative pertinente est de négocier des délais, ainsi que la recherche de meilleures conditions de paiement des prêts, des loyers, entre autres mesures de négociation visant à dilater davantage l’économie (GONÇALVES et al., 2021).

Comme alternative à la récupération, des mesures alternatives qui génèrent des revenus devraient être incluses, un facteur qui est devenu une réalité tout au long de cette période. Il est possible d’observer que les responsables des MPE’s font preuve de créativité pour générer des solutions innovantes. Ainsi, il est possible de constater l’adaptation des petites écoles pour réaliser des cours en ligne, l’adhésion au système de livraison par les bars et restaurants, et ce sont quelques mesures pour reprendre ce segment d’activité (CALDAS ; SILVA SOUZA ; BUZOLI, 2020).

3.6 PRÉVISIONS POUR L’ÉCONOMIE AU COURS DE LA PÉRIODE SUIVANT LA PANDÉMIE

Étonnamment, les secteurs de l’analyse économique indiquent que pour l’année 2021, les perspectives sont positives à l’échelle mondiale et que les niveaux de projection mondiaux impliquent un PIB de 5,2% (PEREIRA, 2020).

La reprise des États-Unis, ainsi que le scénario vécu par le pays, devraient être d’environ 4% du PIB d’ici la fin de 2021. Le facteur peut être justifié par le paquet fiscal qui présente des valeurs d’environ 900 milliards de dollars, étant considéré comme une impulsion favorable à l’aide, qui est utilisé dans le processus de reprise de la consommation (GARCIEL; NETTO, 2020).

La Chine présente que la conduite visant à contenir la propagation de la COVID-19 était positive pour la reprise, étant donné qu’elle a contribué au contrôle des dépenses économiques imposé par la crise. Ainsi, le PIB du pays est d’environ 2% en raison du faible investissement dans l’économie elle-même, mais il reste une attente positive (EL KHATIB, 2020).

Les prévisions du PIB brésilien pour 2021 sont d’environ 4,2 %. Ce facteur est lié à la vaccination généralisée de la population associée à l’intention de dépenses élevées, en plus de la détente monétaire, qui peut créer des emplois et aider au processus de reprise économique (DE SALLES, 2020).

Au Brésil, le principal facteur considéré comme une impulsion économique est la création d’emplois, puis la normalisation du marché du travail est considérée, l’un des principaux facteurs de reprise, car la baisse du taux de chômage consiste en l’optimisation de la consommation et du soutien de la population (DUARTE et al., 2020).

4. DISCUSSION

Selon Salomé et al. (2021), dans sa recherche exploratoire sur l’approche quantitative, l’impact de la COVID-19 sur la gestion financière des micro et petites entreprises a été évalué à l’aide d’un questionnaire semi-structuré. Il a été démontré que l’échantillon de l’étude a montré une croissance financière au cours de la période précédant la pandémie, ainsi que des paiements maintenus à jour. Déjà après l’émergence de la COVID-19, les entreprises ont commencé à présenter des difficultés dans la réalisation de leurs accords financiers. Ainsi, dans l’échantillon étudié par Salomé et al. (2021), il est démontré que les impacts exercés par la COVID-19 étaient négatifs d’un point de vue financier.

Sales; Macêdo (2021) affirme que la reprise du secteur commercial du pays dépend directement de l’État, rendant ainsi possible le rétablissement des affaires et la reprise de l’économie, mais les auteurs soulignent la nécessité de mener un lent processus de reprise, où des stratégies administratives et des politiques d’incitations valides et réelles devraient être appliquées afin que la direction de ces organisations ait des atouts financiers pour rester positionnée sur le marché.

Duarte et al., (2020) présentent des lignes de crédit dans le but de promouvoir des réflexions sur les pratiques financières pour la possibilité de financer les MPE’s, face aux incertitudes causées par la COVID-19. Les auteurs dans leur étude ont équipé le moment actuel de crise avec les autres chocs déjà vécus et réitèrent que les propositions présentées par l’État démontrent peu d’adhésion de la part des organisations en raison des exigences imposées par le gouvernement.

De même, Duarte et al. (2020) soulever la nécessité de promouvoir la diversification des éventuels outils d’aide offerts par l’État afin d’offrir une plus grande variété d’expansion des subventions au crédit, en plus de l’exonération des intérêts et des frais ajoutée à l’évaluation judicieuse du profil organisationnel.

Vitória; Meireles (2021) a évalué à travers une recherche bibliographique, l’impact économique causé par le coronavirus, sur les micro et petites entreprises, ainsi que les conséquences pour l’économie en général. Les auteurs affirment que les MPE’s ont, dans la grande majorité, interrompu les pratiques de service, certaines temporairement, d’autres définitivement, en raison des pertes financières liées à la crise. Ainsi, Vitória et Meireles (2021) montrent le nombre élevé de licenciements associés à l’interruption des activités des micro et petites entreprises.

Schreiber; Moraes; Stasiak (2021), qui a évalué les impacts de la COVID-19 sur les micro et petites entreprises, a démontré que la crise n’était pas observée dans ce secteur, mais dans tous les secteurs d’activité. En outre, il a été démontré par les auteurs que les entreprises évaluées dans leur étude quali-quantitative ont démontré un engagement financier par une réduction drastique de leurs revenus. En outre, la moitié de l’échantillon total de 21 entreprises a déclaré avoir réduit le nombre d’employés, mais le fait d’une grande curiosité mis en évidence par l’étude est que seules quatre entreprises ont déclaré avoir utilisé l’aide à la réduction offerte par le gouvernement brésilien.

Selon Silva; Silva; Oliveira (2021), l’existence du marketing numérique a permis aux divulgations et aux ventes de services et de produits des petites et micro-entreprises d’atteindre un public plus large et, par conséquent, d’augmenter leur rentabilité. Cette expansion du contact direct avec les consommateurs avec les entreprises est venue à être considérée comme un point positif en cette période de pandémie, puisqu’elles sont en mesure d’offrir leurs produits dans ce nouveau scénario.

Selon Premebida (2021), l’utilisation du marketing numérique doit être effectuée avec soin, car les performances et les publications sont rigoureusement analysées par les citoyens, qui ont l’ouverture de donner une opinion positive comme négative, façonnant la réputation de l’entreprise.

5. CONSIDÉRATIONS FINALES

La préparation de la présente étude nous permet de conclure qu’avec l’émergence du coronavirus et l’installation du caractère pandémique, tous les secteurs organisationnels ont subi des impacts économiques, financiers et sociaux. Il est important de souligner que les impacts subis par certaines organisations n’impliquent pas seulement des facteurs négatifs, étant donné que des secteurs tels que la livraison, le commerce électronique,la maison et la construction, les produits informatiques et les services essentiels ont connu une croissance significative, mais que de telles déclarations doivent être surveillées, étant donné que les impacts de cette crise seront observés pour les 5 prochaines années, sur une moyenne faible. De cette façon, les avantages à long terme peuvent être excisés.

Sur la base de la question principale de l’étude, établie comme suit: « Quels ont été les points négatifs et positifs dont les micro et petites entreprises ont souffert pendant la pandémie de COVID-19? », il est possible d’affirmer qu’il a été démontré que l’émergence du coronavirus a généré des impacts négatifs significatifs sur la portée financière des députés européens, mais certains d’entre eux ont pu développer des alternatives viables pour la continuité de leurs services, ce qui était en effet un défi, étant l’une des principales alternatives adoptées, l’utilisation de ressources numériques, en plus de l’adoption de la livraison et d’outils tels que drive-thru.

Il est également important de souligner que les micro et petites entreprises avaient des taux élevés de fermetures de services, ainsi que les entreprises de ce secteur ont été contraintes d’effectuer la fermeture du contrat de certains de leurs employés, étant alors responsables d’une part importante du chômage dans le pays au cours de cette période, ainsi que de la difficulté d’accès aux prêts et aux aides d’État, ainsi qu’un faible accès aux programmes de réduction, compte tenu des critères du programme et de la faible diffusion.

RÉFÉRENCES

ABRANCHES, M. V.; LANA, R. M; OLIVEIRA, T. C. Pandemia por SARS-CoV-2. Cad. Saúde Pública, v. 36, n. 4, p. 1-6, 2020.

AVENI, A. Estratégias atuais e futuras para empresas e profissionais na economia da Covid-19. Revista Processus de Políticas Públicas e Desenvolvimento Social, v. 2, n. 3, p. 46-64, 2020.

BARDIN, L. Análise de conteúdo. 3.ed. Lisboa: Edições 70, 2006.

BOTELHO, L. V.; CARDOSO, L. O.; CANELLA, D. S. COVID-19 e ambiente alimentar digital no Brasil: reflexões sobre a influência da pandemia no uso de aplicativos de delivery de comida. Cadernos de Saúde Pública, v. 36, n. 11, p. 1-5, 2020.

CALDAS, R. C.; SILVA SOUZA, T. R.; BUZOLI, A. C. CRISE NA PANDEMIA: como o empreendedor pode escapar da crise. Ciência & Tecnologia, v. 12, n. 1, p. 245-249, 2020.

CARVALHO, J. R.; LIMA, M. P. “O comércio não pode parar”: discursos e sentidos, em Redenção–PA, durante o lockdown da pandemia de 2020. Espaço e Tempo midiáticos, v. 3, n. 2, p. 11-11, 2020.

COELHO, M. A. F. Pandemia e recuperação de empresas: a crise sob enfoque do micro e pequeno empresário. Revista Brasileira de Direito Empresarial, v. 7, n. 1, p. 1-19, 2021.

DUARTE, R. G. et al. Formação e impacto das linhas de crédito em tempo de pandemia: práticas e reflexões para os pequenos negócios. Gestão E Sociedade, v. 14, n. 39, p. 3707-3715, 2020.

EL KHATIB, A. S. S. Economía versus epidemiologia: uma análise do trade-off entre mercados e vidas em tempos de COVID-19. Contabilidad y Negocios, v. 15, n. 30, p. 62-80, 2020.

FREITAS BAUER, J. R. et al. Influência da pandemia no e-commerce internacional. Revista da Mostra de Iniciação Científica e Extensão, v. 6, n. 1, p. 53-70, 2020.

GARCEL, A.; NETTO, J. L. S. Do “stay home” ao “lockdown” o impacto das medidas de distanciamento no brasil e no mundo. Revista de Teorias da Democracia e Direitos Políticos, v. 6, n. 2, p. 98-118, 2020.

GONÇALVES, M. E. B. et al. Assessoria econômica às micro, pequenas e médias empresas do município de rio pomba durante a pandemia. EXTRAMUROS-Revista de Extensão da Univasf, v. 1, n. 1, p. 54-65, 2021.

JUNIOR, R. R. F.; SANTA RITA, L. P. Impactos da Covid-19 na Economia: limites, desafios e políticas. Revista Teste, v. 1, n. 7, p. 35-47, 2019.

KRIPKA, R.; SCHELLER, M.; BONOTTO, D. L. Pesquisa Documental: considerações sobre conceitos e características na Pesquisa Qualitativa. CIAIQ2015, v. 2, n.1, p. 243-247, 2015.

MACEDO, V. et al. Oportunidades para se reinventar: experiências de pequenos negócios durante a pandemia. Revista Inteligência Empresarial, v. 42, n.1, p. 1-9, 2020.

MELO, H. D. et al. Produção de materiais de orientação para compras em formato delivery na região de Picos (Piauí) durante a pandemia de COVID-19. Vigilância Sanitária em Debate: Sociedade, Ciência & Tecnologia, v. 8, n. 3, p. 178-184, 2020.

MENDONÇA, F. D. et al. Região Norte do Brasil e a pandemia de COVID-19: análise socioeconômica e epidemiológica/North region of Brazil and the COVID-19 pandemic: socioeconomic and epidemiologic analysis/Región Norte de Brasil y la pandemia de COVID-19: análisis. Journal Health Npeps, v. 5, n. 1, p. 20-37, 2020.

OLIVEIRA, H. V.; SOUZA, F. S. Do conteúdo programático ao sistema de avaliação: reflexões educacionais em tempos de pandemia (COVID-19). Boletim de Conjuntura (BOCA), v. 2, n. 5, p. 15-24, 2020.

ORTEGA, L. M. R.; ROCHA, V. F. O dia depois de amanhã na realidade e nas mentes — o que esperar da escola pós-pandemia. Pedagogia em Ação, v. 13, n. 1, p. 302-14, 2020.

PACCHI, S. The impact of the corona-19 virus on the law of the crisis/l’impatto del virus corona-19 sul diritto della crisi/o impacto do virus corona-19 na lei da crise. Revista Prisma Juridico, v. 16, n. 4, p. 319-347, 2020.

PELLEGRINI ELIAS, L. Impactos da Covid-19 sobre o setor de comércio no Brasil e em Santa Catarina. Revista NECAT-Revista do Núcleo de Estudos de Economia Catarinense, v. 9, n. 18, p. 59-76, 2020.

PEREIRA, L. B. V. O debate sobre o comércio mundial na e pós pandemia. Revista Conjuntura Econômica, v. 74, n. 7, p. 63-65, 2020.

PEREIRA, L. L.; AZEVEDO, B. F. O Impacto da Pandemia na Construção Civil. Boletim do Gerenciamento, v. 20, n. 20, p. 71-80, 2020.

PIOVESAN, A.; TEMPORINI, E. R. Pesquisa exploratória: procedimento metodológico para o estudo de fatores humanos no campo da saúde pública. Revista de Saúde Pública, v. 29, n. 4, p. 318-325, 1995.

PREMEBIDA, E. A. E-commerce em 2020, um cenário de oportunidades em meio a pandemia. Research, Society and Development, v. 10, n. 2, p.1-7, 2021.

RAMOS, E. M. B.; DELDUQUE, M. C.; ALVES, S. M. C. Dados pessoais sensíveis e a pandemia de coronavírus: divulgar para proteger? Sensitive personal data and the coronavirus pandemic: disclose to protect? Cad. Saúde Pública, v. 34, n. 7, p. 1-4, 2020.

REZENDE, A. A.; MARCELINO, J. A.; MIYAJI, M. A reinvenção das vendas: as estratégias das empresas brasileiras para gerar receitas na pandemia de covid-19. Boletim de Conjuntura (BOCA), v. 2, n. 6, p. 53-69, 2020.

SALLES, A. A. O impacto inicial da pandemia de covid-19 no risco da atividade econômica no brasil. Pesquisa Operacional para o Desenvolvimento, v. 13, n.1, p. 1-16, 2021.

SALOMÉ, F. F. S. et al. O impacto da pandemia do COVID-19 na gestão financeira das micro e pequenas empresas do setor varejista de Cláudio-MG. Research, Society and Development, v. 10, n. 6, p. 1-16, 2021.

SCHNEIDER, S. et al. Os efeitos da pandemia da Covid-19 sobre o agronegócio e a alimentação. Estudos Avançados, v. 34, n. 100, p. 167-188, 2020.

SCHREIBER, D.; MORAES, M. A.; STASIAK, L. O impacto da crise pelo Covid-19 nas micro e pequenas empresas. Revista Vianna Sapiens, v. 12, n. 1, p. 30-30, 2021.

SILVA, I. F.; SILVA, M. S.; OLIVEIRA, R. L. A utilização do marketing digital pelas microempresas de Poá-SP durante a pandemia do COVID-19. Refas-Revista Fatec Zona Sul, v. 7, n. 4, p. 36-52, 2021.

VITÓRIA, M. F. C.; MEIRELES, E. O microempreendedor em tempos de pandemia: uma análise do impacto econômico em cenário de crise. Brazilian Applied Science Review, v. 5, n. 1, p. 313-327, 2021.

WEISS, H. C.; DUARTE, M. S. A semiótica da Uberização em tempos de pandemia: do autogerenciamento subordinado ao breque dos apps. Revista Contraponto, v. 7, n. 3, p.1-12, 2020.

ANNEXE – NOTE DE BAS DE PAGE

[3] Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE).

[4] Serviço Brasileiro de Apoio às Micro e Pequenas Empresas (Sebrae).

[5] Fundação Getúlio Vargas.

[1] Diplôme en administration des affaires. ORCID: 0000-0001-6968-4744.

[2] Conseiller. Spécialiste en gestion fiscale. ORCID: 0000-0002-2300-2311.

Soumis: Novembre, 2021.

Approbation : Novembre 2021.

4.8/5 - (6 votes)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 105682
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?