Une analyse statistique de la spiritualité parmi les professionnels de la santé d’un hôpital de Curitiba-PR

0
16
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ESSAI THÉORIQUE

GERONE, Lucas Guilherme Teztlaff de [1], NOGAS, Paulo Sergio Macuchen [2]

GERONE, Lucas Guilherme Teztlaff de. NOGAS, Paulo Sergio Macuchen. Une analyse statistique de la spiritualité parmi les professionnels de la santé d’un hôpital de Curitiba-PR. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 09, Vol. 01, p. 72 à 88. septembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/science-de-la-religion/statistiques-spiritualite

RÉSUMÉ

Contexte: il existe encore peu d’études utilisant des méthodes quantitatives sur la pratique des soins chez les professionnels de santé. Objectif: Présenter une analyse statistique sur la spiritualité, la religiosité et la santé dans la pratique des soins chez les professionnels de la santé. Méthodes: Recherche quantitative de type survey classée comme descriptive appliquée auprès de 89 professionnels de santé Résultats: L’analyse statistique a indiqué que les professionnels de santé croient en l’influence de la spiritualité / religiosité dans la vie personnelle et dans la pratique de la prise en charge du malade. Considérations: Il est nécessaire de poursuivre les nouvelles recherches inter-académiques avec une variété de techniques statistiques qui contribuent à l’analyse de l’influence de la spiritualité et de la religiosité dans le contexte hospitalier, et dans la formation des professionnels de la santé.

Mots clés: Spiritualité, professionnel de la santé, soins, statistiques.

INTRODUCTION

Au cours de l’histoire de l’humanité, les thèmes de la spiritualité / religiosité et de la santé ont été interconnectés dans le travail des professionnels de la santé. Ces dernières années, des recherches dans le domaine de la santé ont révélé que la religion est un puissant facteur psychologique et social qui influence grandement la santé des gens (KOENIG, 2012). Pour Moreira-Almeida (2010, p. 18), «la spiritualité / religiosité fait l’objet d’un intérêt croissant parmi les cliniciens et les chercheurs dans le domaine de la santé». Malgré cette croissance, Gerone (2017, p.16) dans une revue de la littérature souligne qu ‘«il existe peu d’études sur la spiritualité et la religiosité dans la pratique des soins chez les professionnels de santé». Parmi ces études, on note un manque d’interdisciplinarité méthodologique entre qualitatif et quantitatif. D’une part, dans le domaine de la santé, la plupart des études utilisent la méthode quantitative. La médecine a une tradition historique de recherche quantitative et a du mal à accepter la méthode qualitative comme une étude scientifique (TURATO, 2005). La psychologie utilise souvent des échelles quantitatives pour valider les études qualitatives (BRYMAN; CRAMER, 1990), comme les études sur l’adaptation religieuse / spirituelle [3] (PANZINI, 2004).

D’autre part, dans les études de la science de la religion et de la science, l’utilisation de la méthode quantitative est quelque chose d’inhabituel. Pour la plupart, l’objet central des études théologiques et de la religion est abstrait, par exemple, la foi, ce qui rend la quantification difficile (GERONE, 2017). Cependant, même si la foi n’est pas quantifiée, les artifices de la foi, tels que les comportements religieux aux événements de santé sont étudiés quantitativement (LEVIN, 2003).

Cette étude souligne le résultat d’une recherche quantitative avec l’utilisation de statistiques sur la façon dont les professionnels de la santé perçoivent la spiritualité/la religiosité dans la pratique des soins hospitaliers. Les résultats obtenus dans l’analyse des facteurs ont été interprétés qualitativement avec l’application de la technique d’analyse du contenu.

1. DÉFINITIONS DES TERMINOLOGIES : SPIRITUALITÉ/RELIGIOSITÉ ET SANTÉ

Il n’est pas destiné à émettre une notion complète et définitive sur la spiritualité/ la religiosité et la santé, mais un panorama des termes dans le domaine de la santé et religieux est recherché.

D’une part, la religiosité est une qualité de ce qui fait partie de la religion, comprise à partir de son étymologie latine, religare, qui signifie « reconnexion » entre l’homme et Dieu (DERRIDA, 2000). Selon Koenig (2012, p.11), la religion est un système de croyances et de pratiques observés par un groupe de personnes qui s’appuient sur des rituels ou un ensemble d’Écritures et d’enseignements « qui reconnaissent, adorent, communiquent avec le Sacré, le Divin, Dieu ».

D’autre part, la spiritualité est une dimension existentielle dynamique, cultivée dans l’esprit, qui pousse l’être humain conscient dans sa connaissance et ses choix vitaux, et qui peut (ou ne peut pas) être liée à la religion (SOUZA, 2013). Pour le médecin Puchalski (2006, pp. 14-15), la spiritualité est :

la recherche inhérente de chaque personne pour le sens et le but ultime de la vie. Ce sens peut être trouvé dans la religion, mais il peut souvent être plus large que cela, y compris la relation avec une figure divine ou avec la transcendance, les relations avec les autres, ainsi que la spiritualité trouvée dans la nature, l’art et la pensée rationnelle. Tous ces facteurs peuvent influer sur la façon dont les personnes malades et les professionnels de la santé perçoivent la santé et la maladie et sur la façon dont ils interagissent les uns avec les autres.

La notion de santé la plus utilisée dans l’environnement académique est l’OMS, qui comprend la santé comme une situation de bien-être physique, mental et social complet. Pour Scliar (2007), cette notion cherche à exprimer « une vie pleine ». C’est pourquoi Luz (2013) affirme que la dimension spirituelle a été ajoutée à la notion de santé, puisque la spiritualité/religiosité influence toute vie — valeurs, comportements, politique, économie, culture, éducation — qui se reflètent directement dans la notion de santé.

2. MÉTHODOLOGIE

La recherche a été menée auprès de 89 professionnels de la santé de l’Hôpital universitaire évangélique de Curitiba/PR (HUEC), qui ont répondu à l’enquête du 21 mars au 30 juin 2014. Chaque participant a également été invité à signer un formulaire de consentement libre et éclairé. L’avis de l’approbation du Comité d’éthique de la recherche du PUCPR, étayé au n° 48582, le 2 juillet 2012, a été obtenu.

La recherche quantitative de type survey a été utilisée comme méthode, classée comme exploratoire et descriptive. Il s’agit d’un questionnaire avec 35 questions, dont 11 sont basées sur une échelle nominale et ordinale, dont 23 sont basées sur une échelle de Likert à 5 points («fortement en désaccord» à «totalement d’accord» [4] et «totalement faux» à « totalement vrai ») et, à la fin, une question ouverte.

Les 35 questions ont été divisées en cinq sections : la section I – données sociobiodémographiques; section II – notions de spiritualité/religiosité et place de ces concepts dans la vie personnelle; section III – relation entre spiritualité/religiosité et santé; section IV – coping religieuse-spirituelle du professionnel; et la section V – intégration de la religiosité et de la spiritualité dans les soins aux patients. Dans cette dernière section, la question 35, parce qu’elle est ouverte, a permis aux professionnels de la santé de faire part de leurs expériences d’intégration de la spiritualité/religiosité dans la pratique des soins de santé. Pour une meilleure compréhension des rapports obtenus, la méthode d’analyse du contenu est utilisée :

L’analyse du contenu est « un ensemble de techniques d’analyse des communications visant à obtenir, par le biais de procédures systématiques et objectives pour décrire le contenu des messages, des indicateurs (quantitatifs ou non) qui permettent d’inférer les connaissances relatives aux conditions de production/réception (variables présumées) de ces messages » (BARDIN, 2011, p. 47).

Les cinq sections du questionnaire ont été élaborées pour étudier pourquoi et comment l’intégration de la spiritualité/religiosité se produit dans la pratique des soins aux personnes malades parmi les professionnels de la santé et les pasteurs. Par conséquent, chaque section permet une discussion sur le thème de cette étude.

Le questionnaire a été conçu et appliqué via Qualtrics. Selon Nogas (2011), Qualtrics est une plateforme (software) qui permet aux utilisateurs de créer leurs questionnaires dans un environnement Web. Un avantage important du questionnaire on-line est qu’il évite la consommation de papier. Un link d’accès Web a été utilisé pour envoyer le questionnaire et a été envoyé au e-mails des professionnels de la santé. Ainsi, chaque réponse saisie a commencé à alimenter automatiquement la base de données, évitant la consommation de papier, sans avoir besoin de taper, de vérifier ultérieurement, ce qui élimine la possibilité d’erreurs dans ce processus.

Les données recueillies par la Plate-forme de gestion des questionnaires en ligne Qualtrics ont été exportées et analysées dans le Statistical Package for the Social Sciences (SPSS), un programme informatique qui permet des analyses statistiques élémentaires et avancées, telles que des méthodes multivariées, rapidement, rendant l’interprétation pratique pour un utilisateur occasionnel ou expérimenté (PEREIRA, 2006).

2.1 CRITÈRES DE COLLECTE DE DONNÉES

Comme il s’agit d’une étude exploratoire, nous avons choisi de travailler avec un échantillon qui représentait au moins 10%[5] des professionnels dans chacune des classes de HUEC des professionnels de la santé. En obtenant l’échantillon calculé avec la taille un et demi (1,5), nous avons considéré la taille deux (2).

Dans les professions étudiées, l’échantillon de population supérieur à 10% a été obtenu, de sorte que la quantité d’échantillon recueillie et le pourcentage représentatif au sein de la population totale ont été soulignés : 2 psychologues représentent 20% de la population totale; 63 infirmières ou techniciens en soins infirmiers représentent 10% de la population totale; 4 travailleurs sociaux représentent 66 % de la population totale; 3 physiothérapeutes représentent 75% de la population totale; 3 orthophonistes représentent 100% de la population totale; 5 pharmaciens représentent 20% de la population totale; 2 nutritionnistes cliniques représentent 33% de la population totale; 3 aumôniers/éleveurs représentent 23% de la population totale; 5 médecins embauchés représentent 11% de la population totale (les médecins résidents n’ont pas été inclus dans l’échantillon, parce qu’ils sont externalisés et que le HUEC n’a pas le nombre exact de ces professionnels; par conséquent, l’échantillon se concentre sur les médecins embauchés).

C’était en déconsider la réponse d’un professionnel qui a souligné la même alternative dans toutes les questions de 13 à 34 et dans la question ouverte a déclaré n’avoir aucun intérêt à répondre. Ainsi, 89 réponses ont été jugées valides pour l’analyse.

3. ANALYSE EXPLORATOIRE ET RÉSULTATS STATISTIQUES

Les analyses sont le résultat de l’échantillon de 89 participants. Pour identifier la question en discussion dans le texte, la lettre majuscule P et le numéro de question entre parenthèses sont utilisés, selon les sections du questionnaire — par exemple : (P10).[6]

Les résultats sont présentés selon les cinq sections des questionnaires. Dans le premier sujet, les données sociobiodémographiques des professionnels de la santé sont décrites, ce qui correspond aux questions 1 à 11. Le deuxième sujet traite des pratiques religieuses, des sens de la spiritualité/religiosité et de l’coping religieuse/spirituelle pour les professionnels de la santé, ce qui correspond aux questions 12 à 18 et 25 à 27. Enfin, le troisième sujet traite de la relation entre spiritualité/religiosité et santé et de son intégration dans les soins à la personne malade, qui correspond aux questions 19 à 24 et 28 à 34.

3.1 DONNÉES SOCIOBIODÉMOGRAPHIQUES DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

La majorité des professionnels de la santé, 74 ans, sont des femmes (83%). En ce qui concerne l’âge, 43 ont entre 26 et 35 ans (48%), 31 ont entre 36 et 40 ans ou plus (35%) et 15 ont entre 21 et 25 ans (17%) (P02). Au niveau de l’éducation, 36 ont terminé leurs études supérieures (40 %) et 50 études supérieures (spécialisation/master/doctorat) (56%) (P03). En ce qui concerne le temps d’activité professionnelle dans le domaine de la santé, 41 ont 0 à 5 ans (46%), 21 de 6 à 10 ans (23%) et 27 de 11 à 20 ans ou plus (30 %) (P06).

Lorsqu’ils ont interrogé les professionnels de la santé sur leur appartenance religieuse, les réponses étaient les suivantes :

Graphique 1- Affiliation religieuse des professionnels de la santé

Source: auteur.

3.2 PRATIQUES RELIGIEUSES, SENS DE LA SPIRITUALITÉ/RELIGIOSITÉ ET COPING RELIGIEUSE/SPIRITUELLE POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

Compte tenu des résultats, 76 (85 %) professionnels de la santé sont chrétiens: 44 catholiques (49%) et 32 protestants ou évangéliques (36%) (P09). Les données de l’IBGE pour le recensement de 2010 sur la religion montrent que 86,8% de la population brésilienne est composée de chrétiens, avec 64,6% de catholiques et 22,2% d’évangéliques (AZEVEDO, 2012).

Même si la plupart des professionnels sont chrétiens d’une part, peu d’entre eux fréquentent une église ou un temple religieux chaque semaine. D’autre part, la croyance chrétienne des professionnels de la santé peut être l’une des raisons pour lesquelles certains résultats sont au-dessus de la moitié des réponses ou à la hausse, puisque:

Graphique 2 – La pratique religieuse des professionnels de la santé

Source: auteur.

La question de la faible fréquence des professionnels dans une église ou un temple religieux avec le fait que la majorité de ces professionnels sont chrétiens et accordent de l’importance aux croyances individuelles et aux pratiques religieuses, comme l’utilisation de coping pour faire face à des situations défavorables dans la vie, les professionnels de la santé sont considérés comme ayant une religiosité individuelle. Selon Koenig, la religiosité individuelle, également appelée religiosité non organisationnelle:

se réfère à l’activité religieuse qui est effectuée seule et en particulier, comme prier, ou communiquer avec Dieu à la maison, méditer, lire les écritures religieuses, regarder des émissions de télévision religieuses, écouter des radios religieuses, ou effectuer des rituels privés tels que l’allumage de bougies, le port d’accessoires religieux, et ainsi de suite (KOENIG, 2012, p. 11).

La notion inventée par Koenig sur la religiosité individuelle ou non organisationnelle maintient le religare avec le sacré, avec Dieu et les pratiques religieuses, telles que les prières, les méditations et autres, cependant, sans qu’il soit nécessaire de participer ou d’assister directement à une église ou à un temple religieux. . Pour Teixeira (2005), cette religiosité «sans religion» est composée de personnes qui ne sont pas adeptes de la religion organisationnelle, qui préfèrent avoir une expérience religieuse indépendante du système religieux traditionnel.

Pour cette raison, ce concept de religiosité individuelle/non organisationnelle est souvent associé au concept de spiritualité. Cependant, pour Koenig (2012), le lien entre la spiritualité et la religion est commun dans la recherche. En ce sens, il existe un lien entre les concepts de religiosité individuelle et de spiritualité dans la recherche menée auprès des professionnels de la santé HUEC. Cela est confirmé par la proximité du pourcentage sur l’importance des pratiques religieuses individuelles et d’avoir un temps privé pour les pratiquer, et les niveaux élevés de l’importance de la spiritualité, dans lequel: a) 79 professionnels (88%) dis-le est vrai que la spiritualité est importante pour une vie équilibrée et stable, tout comme la citoyenneté et les amitiés (P16); et 86 b) professionnels (97 %) ils dis-le est fidèle à ressentir la présence divine (ou du sacré, d’une énergie cosmique, d’un être supérieur, de Dieu, de l’Esprit Saint, ou de quelque chose de plus grand que moi) (P17).

Compte tenu des résultats présentés, il est nécessaire de les relier à la question de l’intégration de la spiritualité/religiosité dans la pratique des soins à la personne malade parmi les professionnels de la santé, donc:

a) Le fait que les professionnels de la santé accordent de l’importance à leur spiritualité/religiosité favorise la compréhension que la spiritualité/religiosité de la personne malade est fondamentale pour le traitement. Tout comme les professionnels de la santé comprennent que leur spiritualité/religiosité influence la façon de faire face aux adversités dans l’environnement de travail, ils comprennent également la présence de spiritualité/religiosité des personnes malades dans le traitement.

b) La plupart des professionnels étant chrétiens facilitent ainsi le dialogue sur l’importance d’intégrer la spiritualité/religiosité dans les soins de la personne malade. Dans la religion chrétienne, le soin des nécessiteux ou des malades fait partie de la croyance religieuse : « Quand nous vous avons vu malade, ou en prison, et que nous sommes allés vous rendre visite ? Et le Roi leur répondra : « Je vous le dis, quand vous l’aurez fait à l’un de ces frères, même le plus petit des miens, vous me l’avez fait » (Matthieu 25:39-40). Il y a aussi une pratique de soin intégral de l’être humain, de l’esprit, de l’âme et du corps : « Et que le même Dieu de paix vous sanctifie en tout ; et tout votre esprit, votre âme et votre corps, soyez pleinement préservés pour la venue de notre Seigneur Jésus-Christ » (1 Thessaloniques 5:23).

En ce sens, pour les professionnels de la santé chrétiens, l’intégration de la spiritualité/religiosité dans la pratique des soins traite d’une testification de leurs valeurs religieuses.

3.3 LA RELATION ENTRE SPIRITUALITÉ/RELIGIOSITÉ ET SANTÉ ET SON INTÉGRATION DANS LES SOINS À LA PERSONNE MALADE

On observe qu’il existe de fortes indications de la relation entre spiritualité/religiosité et santé pour les professionnels de la santé HUEC: a) 85 professionnels (95%) d’accord pour dire que les problèmes de santé poussent les gens à se tourner vers la religion, de sorte que presque tous les professionnels ont connu une situation qui, au milieu de problèmes de santé, il existe une relation entre la religiosité et la santé (P19). À propos de cette relation : b) 65 professionnels (73%) conviennent que certaines pratiques religieuses interfèrent négativement dans le traitement de santé (P20), par exemple, lorsque le patient refuse un traitement médical en raison de sa religion. Lorsque la spiritualité/religiosité est bien utilisée dans les traitements médicaux, presque tous les professionnels de la santé croient qu’il existe une relation positive entre spiritualité/religiosité dans le traitement du patient : a) 84 professionnels (94%) convient que la religiosité du patient (comme la prière, la prière, la méditation, la présence à un groupe religieux) coopère au traitement (P21); et b) 84 professionnels (94%) convient que la spiritualité du patient a une influence positive sur leur traitement (P22).

Bien que les professionnels de la santé accordent une grande véracité que les pratiques religieuses et la spiritualité sont positives pour le traitement, il n’y a pas de grande véracité lorsqu’il s’agit d’aborder le thème de l’intégration de la spiritualité/religiosité dans le traitement impliquant directement les pratiques des professionnels de la santé. Lorsqu’on demande (P29) aux 89 professionnels si les malades souhaitent mettre en traitement la question religieuse/spirituelle, le pourcentage d’ententes approche les deux tiers du total :

Graphique 3 – La question religieuse/spirituelle dans le traitement

Source: auteur.

Si les 89 professionnels interrogent souvent les malades sur les questions religieuses ou spirituelles (P30), il y a un écart important dans les résultats – peu de répondants neutres, entre les dissidents et les concordants, représentent ensemble 85 % du total des répondants, comme indiqué dans le tableau ci-dessous :

Figure 4 – Questions religieuses et malades

Source: auteur.

Lorsqu’ils ont demandé aux 89 professionnels s’ils se sentent à l’aise d’aborder la question religieuse ou spirituelle pendant le processus de traitement (P32), le pourcentage d’entente était prédominant, alors que les pourcentages de désaccord et de neutralité étaient presque liés :

Graphique 5 – L’approche de la spiritualité/religiosité dans le traitement

Source: auteur.

L’une des raisons pour lesquelles il n’y a pas de pourcentage élevé d’accord dans ces questions (P29, P30 et P32) qui impliquent directement les pratiques des professionnels dans l’intégration de la spiritualité/religiosité dans le traitement des malades est associée à un manque de formation par rapport à la spiritualité/religiosité. Parmi les 89 professionnels de la santé, la plupart conviennent qu’ils devraient recevoir une formation sur la façon d’aborder la question religieuse/spirituelle du patient pendant le traitement (P31) :

Graphique 6 – Formation sur la spiritualité/religiosité

Source: auteur.

Considérations

Il peut être insinué que les techniques quantitatives statistiques appliquées dans cette étude ne prétendent pas remplacer les analyses qualitatives. Il y avait une forte complémentarité entre l’analyse quantitative et qualitative – analyse quantitative confirmée analyse qualitative, ce qui nous fait comprendre qu’il ya une contribution significative dans le domaine d’étude de la religion. Selon Gerone (2015), la plupart des études sur la spiritualité et la santé n’utilisent pas de techniques quantitatives, de sorte que le travail actuel peut être considéré comme une innovation dans l’exploration du thème, à la fois dans la découverte de données et dans la possibilité de nouvelles recherches impliquant des méthodes qualitatives et quantitatives.

Ces différentes approches peuvent fournir une vision large de la spiritualité et de la santé, d’une part, la méthode quantitative analyse et extrait des phénomènes la partie essentielle du problème de recherche et le solidifie dans son contexte, par exemple, les questions sociobiodémographiques des sujets de recherche sont essentiels pour l’étude du phénomène. D’autre part, la méthode qualitative a un langage interprétatif extraordinairement riche du problème de recherche, comme le comportement ou la perception des sujets de recherche.

Plus précisément le phénomène de cette étude : la spiritualité/religiosité ne peut pas être quantifiée, cependant, les modèles de comportements et de croyances des professionnels de la santé peuvent être analysés statistiquement sur l’influence des phénomènes religieux et spirituels sur les événements liés à la santé. Dans ce contexte, on considère que l’analyse statistique de cette étude permet :

a) Mesurer et présenter les résultats avec plus de précision, au moyen d’indicateurs et de représentations graphiques.

b) Donner la fiabilité et la pertinence académique à la recherche, à la fois a) pour la santé: médecine, soins infirmiers, psychologie, et b) pour le domaine religieux: théologie, science de la religion.

Deuxièmement, sur la spiritualité/religiosité dans la pratique des soins chez les professionnels de la santé, l’analyse statistique a permis d’observer l’analyse statistique dans l’univers étudié :

a) 99% ont une affiliation religieuse, dont 85% sont des professionnels de la santé chrétiens. Il est donc possible que la spiritualité soit une notion qui se produit dans la religiosité à travers des pratiques religieuses, telles que la prière, qui apparaît dans l’utilisation du coping pour faire face à des situations défavorables dans la vie et dans l’environnement de travail. Le coping religieux spirituel est une ressource positive pour faire face et résilience, ce qui confirme que les professionnels de la santé voient la religiosité / spiritualité comme quelque chose de plus positif que négatif.

b) 94 % sont d’accord pour dire que les problèmes de santé poussent les gens à se tourner vers la religion, ayant une relation entre la religiosité et la santé. De plus, 93 % des professionnels de la santé conviennent que la spiritualité du patient a une influence positive sur son traitement. Les questions sur l’impact positif de la spiritualité/religiosité sur le traitement de la personne malade sont extrêmement pertinentes. La question la plus pertinente se réfère à l’effet positif de la religiosité (prière, méditation et présence à un groupe religieux) sur le traitement de la personne malade. Dans ce contexte, il peut être inférable que, pour les professionnels de la santé, la spiritualité de la personne malade se produit par des pratiques religieuses: la prière, la méditation et la présence à un groupe religieux.

c) Les résultats montrent une relation remarquable et l’importance de la spiritualité / religiosité dans le contexte de la santé, cependant, les indices statistiques tombent à 60% lorsqu’ils demandent aux professionnels de la santé de se sentir à l’aise d’aborder la question religieuse / spirituelle au cours du processus de traitement. Le manque de confort dans le traitement des questions spirituelles de la personne malade peut être lié au manque de connaissances sur les dimensions spirituelles et religieuses du patient. En cela, 65 % des professionnels de la santé conviennent qu’ils devraient recevoir une formation sur la façon d’aborder la question religieuse/spirituelle du patient pendant le traitement. La formation et les connaissances sur la religiosité/spiritualité peuvent aider les professionnels de la santé à reconnaître les besoins spirituels et religieux de la personne malade et à déterminer s’ils souhaitent l’amener au traitement.

Enfin, compte tenu de ce qui est observé, il est entendu que des recherches plus poussées dans les domaines de la religion et de la santé avec des méthodes quantitatives et qualitatives sur: l’influence positive et négative de l’affiliation et de la croyance religieuse des professionnels de la santé dans la pratique des soins est nécessaire à la personne malade et dans la vie personnelle; l’influence de la prière, de la méditation et de la fréquence à un groupe religieux dans le traitement de la personne malade, et comment la spiritualité peut contribuer à la formation de professionnels de la santé.

RÉFÉRENCES

AZEVEDO, R. “O IBGE e a religião – Cristãos são 86,8% do Brasil; católicos caem para 64,6%; evangélicos já são 22,2%”. Disponível em: <http://veja.abril.com.br/blog/reinaldo/geral/o-ibge-e-a-religiao-%E2%80%93-cristaos-sao-868-do-brasil-catolicos-caem-para-646-evangelicos-ja-sao-222/>. Acesso em 29 de julho de 2014.

BARDIN, L. Análise de conteúdo. São Paulo: Edições 70, 2011.

BÍBLIA DE JERUSALÉM. São Paulo: Paulus, 2002.

BRYMAN, A.; CRAMER. D.Análise de dados em Ciências Sociais:Introdução às técnicas utilizando o SPSS. Oeiras: Celta, 1990.

DAMASIO, Bruno Figueiredo. “Uso da análise fatorial exploratória em psicologia”. Aval. Psicol., Itatiba, v. 11, n. 2, 2012. Disponível em <http://pepsic.bvsalud.org/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1677-04712012000200007&lng=pt&nrm=iso>. Acesso em 23 de setembro de 2014.

DERRIDA, Jacques; VATTIMO, Gianni (orgs.). A religião: o seminário de Capri. São Paulo: Estação Liberdade, 2000.

ESPINOZA, F. da S.; HIRANO, A. S. “Como dimensões de avaliação dos atributos importantes na compra de condicionadores de ar: um estudo aplicado”. Rev. Adm. Contemp., Curitiba, v. 7, n. 4, 2003. Disponível em <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1415-65552003000400006&lng=en&nrm=iso>. Acesso em 23 de setembro de 2014.

GERONE, L. A Espiritualidade/religiosidade na prática do cuidado entre os Profissionais da Saúde.Rev. Inteirações Cultura E Comunidade, Belo Horizonte, V.11 N.20, P. 129-151, Jul./Dez. 2016.

GERONE, Lucas Guilherme Teztlaff de. Um olhar sobre a Espiritualidade/religiosidade na Prática do Cuidado entre profissionais de saúde e pastoralistas.Dissertação (Mestrado em Teologia) – Escola de Educação e Humanidades. PontifíciaUniversidadeCatólica do Paraná. Curitiba, 2015.

GEORGE, D.; MALLERY, P. SPSS for Windows step by step: A simple guide and reference. 11.0 update. Boston: Allyn & Bacon.

HAIR JR., J. H.; BABIN, B.; MONEY, A. H.; et all. Fundamentos de métodos de pesquisa em administração. Porto Alegre: Bookman, 2005.

KOENIG, H. Medicina, religião e saúde: o encontro da ciência e da espiritualidade. Porto Alegre: LMP, 2012.

LEVIN, J. Deus, fé e saúde – explorando a conexão espiritualidade-cura. São Paulo: Cultrix, 2003.

LUZ, M. Origem etimológica do termo. Diponivel em: <http://www.epsjv.fiocruz.br/dicionario/verbetes/sau.html>. Acesso em 1o de outubro de 2013.

MOREIRA-ALMEIDA A, et al. “Envolvimento religioso e fatores sociodemográficos: resultados de um levantamento nacional no Brasil”. Revista de Psiquiatria Clínica v. 37, n. 1, 2010. Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0101-60832010000100003&script=sci_arttext>. Acesso em 29 de setembro de 2013.

PANZINI, R. Escala de coping religioso-espiritual (escala cre). Dissertação de Mestrado em Psicologia. Porto Alegre: Universidade Federal do Rio Grande do Sul, 2004.

PEREIRA, A. Guia prático de utilização do SPSS: Análise de dados para Ciências Sociais e Psicologia. Lisboa: Sílabo, 2006.

PUCHALSKI, C. M. “Espiritualidade e medicina: os currículos na educação médica”. JournalofEducation Câncer: O Jornal Oficial da Associação Americana para a Educação do Câncer, 21 (1), pp. 14-18, 2006.

SCLIAR, M. “Histórico do conceito de saúde”. PHYSIS: Rev. Saúde Coletiva, Rio de Janeiro, n. 17, v. 1, pp. 29-41, 2007.

SOUZA, W. “A espiritualidade como fonte sistêmica na Bioética”. Rev. PistisPrax., Teol. Pastor., Curitiba, v. 5, n. 1, pp. 91-121, jan./jun. 2013.

TEIXEIRA, F. “O potencial libertador da espiritualidade e da experiência religiosa”. In: AMATUZZI, M. M. Psicologia e espiritualidade. São Paulo: Paulus, 2005.

TURATO, Egberto Ribeiro. “Métodos qualitativos e quantitativos na área da saúde: definições, diferenças e seus objetos de pesquisa”.Rev.Saúde Pública, São Paulo, v. 39, n.3, jun. 2005.Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0034-89102005000300025&lng=en&nrm=iso>.Acesso em 27 de novembro de 2014.

ANNEXE – RÉFÉRENCES DE BAS DE PAGE

3. Faire face est un mot dérivé de l’anglais qui n’a pas de traduction littérale en portugais, ce qui peut signifier «traiter», «manipuler», «faire face» ou «s’adapter à» (PANZINI, 2004, p. 20).

4. Il est difficile d’interpréter certaines questions avec les alternatives «accord / désaccord»; dans ce cas, il devrait être en termes de “totalement faux / totalement vrai”, car les termes “accord / désaccord” peuvent donner lieu à l’interprétation d’un autre type de question, qui pourrait être “accepter de poser”.

5. L’échantillon utilisé dans cette étude est petit, ce qui limite les résultats et l’analyse au groupe étudié, c’est-à-dire qu’il ne permet pas d’extrapolation ou de généralisation.

6. Vous pouvez consulter l’intégralité du questionnaire disponible:

3. Faire face est un mot dérivé de l’anglais qui n’a pas de traduction littérale en portugais, ce qui peut signifier «traiter», «manipuler», «faire face» ou «s’adapter à» (PANZINI, 2004, p. 20).

4. Il est difficile d’interpréter certaines questions avec les alternatives «accord / désaccord»; dans ce cas, il devrait être en termes de “totalement faux / totalement vrai”, car les termes “accord / désaccord” peuvent donner lieu à l’interprétation d’un autre type de question, qui pourrait être “accepter de poser”.

5. L’échantillon utilisé dans cette étude est petit, ce qui limite les résultats et l’analyse au groupe étudié, c’est-à-dire qu’il ne permet pas d’extrapolation ou de généralisation.

6. Vous pouvez consulter l’intégralité du questionnaire disponible:

http://www.biblioteca.pucpr.br/tede/tde_busca/arquivo.php?codArquivo=3116

[1] Maîtrise en théologie de PUCPR. Il a une spécialisation dans le comportement organisationnel; Spécialisation en neuropsychopedagogie; Spécialisation en philosophie et sociologie; Spécialisation dans l’enseignement de l’enseignement supérieur. MBA dans l’administration et la gestion en mettant l’accent sur la spiritualité et la religiosité dans les entreprises. Diplômé en gestion commerciale. Baccalauréat en théologie. Il est titulaire d’un diplôme en philosophie et d’un diplôme en pédagogie.

[2] Doctorat en administration – PPAD-PUCPR (2010), Master en technologie – PPGTE-UTFPR (2004), Spécialiste en méthodologie de l’enseignement supérieur (1998), Diplômé en mathématiques – PUCPR (1994).

Soumis : août 2020.

Approuvé : septembre 2020.

Master en théologie de PUC / PR. Spécialisation en comportement organisationnel; Spécialisation en neuropsychopédagogie; Spécialisation en philosophie et sociologie; Spécialisation en enseignement supérieur. MBAs en administration et gestion avec un accent sur la spiritualité et la religiosité en entreprise. Diplômé en gestion commerciale. Baccalauréat en théologie. Il a un diplôme en philosophie et un diplôme en pédagogie.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here