Incidence de psychiatrique troubles durant la grossesse et l’accouchement chez les femmes de 18 à 35 ans dans la Charity Hospital Portuguesa de Belem/Pa, Brésil

0
2289
DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/saude/transtornos-psiquicos-na-gravidez
PDF

MOREIRA, Elizangela Claudia [1], FIUZA, Helenair Farias [2], FECURY, Amanda Alves [3], ABREU, Luciléa de Jesus Madeira Palhano de [4], DIAS, Cláudio Alberto Gellis de Mattos [5], OLIVEIRA, Euzébio de [6]

MOREIRA, Elisangela Claudia; et. al. –Incidence de psychiatrique troubles durant la grossesse et l’accouchement chez les femmes de 18 à 35 ans dans la Charity Hospital Portuguesa de Belem/Pa, Brésil – Magazine multidisciplinaire scientifique du Centre de connaissances – Vol. 2. An. 1. Mai. 2016, pp. 81-93 – ISSN:0959-2448

RÉSUMÉ

De manière générale personnes présentent des changements d’humeur comme événements agréables ou désagréables se posent dans leur vie. Pendant la grossesse, transformations graves se produisent chez les femmes, telles que : modifier votre corps et les hormones nécessaires pour que cela se produise la maturation du foetus. Troubles psychiques dans le post-partum sont parmi les plus graves en psychiatrie. La présente étude visait à déterminer l’incidence des troubles psychiatriques (dysphorie, dépression et psychose) durant la grossesse et l’accouchement ; chez les femmes de 18 à 35 ans, mères et multipares de différentes classes sociales a admis à l’hôpital de Belém, Portugal charité cherchant à identifier les possibles causes qui conduisent à ces troubles durant la grossesse et le post-partum. Troubles psychiques semblent être souvent sous-déclarés crime, étant que la dysphorie plus trouvé dans cette étude. La tranche d’âge des 18 à 24 ans ayant un faible revenu mensuel semblent être des facteurs de risque associés à la perturbation. Surveillance en raison de ces femmes enceintes au cours des soins prénatals pourrait empêcher ce type de troubles.

Mots clés: Santé grossesse, troubles psychiques.

INTRODUCTION

De manière générale personnes présentent des changements d’humeur comme événements agréables ou désagréables se posent dans leur vie. L’intensité et la durée de ces humeurs devraient être proportionnelles aux moments des conditions de vie et psicoemocionais de l’objet. Dans la vue de la psychanalyse et la psychologie, c’est considéré comme normal. De cette façon, les troubles psychologiques peuvent se produire à tous les individus quelle que soit la classe, la couleur ou pouvoir d’achat. Comment ceux-ci sont manifestent les troubles dépendra de cette vulnérabilité individuelle aux phénomènes naturels et les prédispositions psychologiques. Un des moments importants et significatifs, c’est généralement la grossesse (CAMACHO et al., 2006).

Pendant la grossesse, transformations graves se produisent chez les femmes, telles que : modifier votre corps et les hormones nécessaires pour que cela se produise la maturation du foetus. Ces modifications finissent par générer des doutes, sentiment de faiblesse, d’insécurité et d’anxiété (MATTHEWS et al., 2008).

Pendant la grossesse et l’accouchement la femme connaît de grands changements, tant physiques que psychologiques, tels qu’et le rôle de la famille et dans la société. Il y a des changements dans votre image de soi de corps, la feminilidades de litiges, la sexualité et la même la grossesse (ZACK et coll., 2003).

En état puerpéral la femme subit de profonds changements physiques, psychologiques et sociaux. Les changements psychologiques peuvent être traduites sur l’idée que, de l’avis des femmes, la grossesse est la réalisation du rêve d’être une mère. Toutefois, en raison des conflits significatifs des transformations du corps se produit et psychologiques peuvent déclencher des changements hormonaux, prévues ou non et vous le souhaitez, tels que : dysphorie, dépression du post-partum et psychose puerpérale, causant de nombreuses fois, sentiment de fragilité, de l’insécurité et d’anxiété. Surtout dans les cas de femmes primipares, où la grossesse devient une nouveauté associée au manque d’expérience, causant des sentiments de peur et de crainte de ne pas savoir comment faire face à la situation (CAMACHO et al., 2006 ; MOREIRA et al., 2008).

Zack et coll. (2006), a déclaré ce stade puerpéral, la femme est exposée à un risque plus grand d’apparitions de troubles mentaux dans les autres étapes de la vie, puisque les deux enregistre, tant physiques, psychosociales, comme sont dirigées vers la protection et de la vulnérabilité.

Deuxième Neme (2005) et Moura et al., (2011), les troubles psychiques dans le post-partum sont parmi les plus graves en psychiatrie. Présentant des risques tant pour la mère ainsi que pour les nouveau-nés et classés dans des cadres plus légères appelées dysphorie de genre dans les suites de couches et de la dépression puerpérale et dans les peintures plus graves, appelée troubles psychotiques.

La dysphorie post-partum ou aussi appelé « puerpérale blues », où se produit un changement soudain de l’humeur et peut-être aussi des sentiments comme la tristesse, l’angoisse, mélancolie et pessimisme, sentiment de honte, considérée par certains auteurs comme un phénomène physiologique commune dans la période puerpérale (NEME, 2005).

Sautes d’humeur dépressif apparaissent dans les premiers jours du post-partum et tend à décroître sur le dixième jour du post-partum. Sont habituellement légers symptômes dépressifs accompagnés d’instabilité émotionnelle, de tension et d’irritation que ne suffit pas à compromettre les relations avec la mère et nouveau-né et il sont qu’inutile pour un traitement médical, la persistance de cet humour ne disparaît pas dès l’onzième jour, peut être considérée comme une possible dépression majeure, nécessitant une évaluation appropriée et traitement (NEME, 2005 ; CAMACHO et al., 2006).

La dépression se caractérise par un état de tristesse, troubles du sommeil, sentiment de culpabilité, découragement, indécision, anorexie, insuffisant pour satisfaire le nouveau-né. Habituellement, la dépression peut signifier soit un état affectif comme un symptôme, un syndrome ou diverses maladies (renard et ADHIKARI, 2005).

Selon Sotto-Mayor et Piccinini (2005) ; Fonseca e Silva (2010) et Moura et al., (2011), la dépression postpartum est une dépression qui apparaît dans la plupart transitoires des femmes après l’accouchement.

Le tableau clinique de la dépression post-partum est très variable et peut présenter des changements physiques, cognitifs et comportements, se caractérise par des symptômes tels que de la tristesse, pleure facilement, découragement, dépression, labilité, parfois accompagnée de nausées, anorexie, troubles du sommeil, notamment l’insomnie et cauchemars, également inclus les soins de bébé propre, tels que les sentiments de ne pas aimer assez, peur de représailles, sommeil anxiété et nourrir l’enfant sentiment d’incapacité pour un soin approprié (ZACK et coll., 2003).

La dépression post-partum est un trouble psychiatrique causant de grandes souffrances pour la maman et bouleverse l’interaction mère-enfant, le mari-épouse et la parenté (ZACK et coll., 2003 ; FONSECA et al., 2010 ; MOURA et al., 2011).

Un des facteurs qui peuvent contribuer au taux élevé de dépression pendant la grossesse et l’accouchement à l’adolescence est le manque de maturité affective de ces relations patients, grossesses non désirées, en raison de relations non résolues, ainsi que le fait que beaucoup ont à renoncer à leur liberté de jeunesse ou même avoir à abandonner leurs études pour cause de grossesse (SZIGETHY 2001).

La psychose puerpérale représente le frame et moins fréquentes, étant son incidence observée entre 1 % pour chaque naissances (chêne, 2007). Certains facteurs de risque de psychose puerpérale peut être liées à l’histoire de trouble psychiatrique précédent, des événements stressants, conflits conjugaux, étant célibataires ou divorcées, ou ont peu de soutien social (CAMACHO et al., 2006).

La psychose puerpérale est parmi les cadres plus graves en psychiatrie, ce qui représente le risque pour la mère et le bébé. Se développe entre le troisième et le quatorzième jour après l’accouchement, ce lié à la primiparité et mères célibataires. Cela se produit lorsqu’il existe des antécédents personnels ou familiaux de maladies mentales, les changements hormonaux et les contraintes psychosociales (NEME, 2005).

Selon Nunes Filho et Bueno (2005), la psychose puerpérale ne devrait pas être confondue avec tristesse postnatal, (“post-partum blues”) car elle a été une condition normale qui touche environ 50 % des femmes.

Il est important que le professionnel de la santé peut identifier les caractéristiques des troubles psychologiques pendant la grossesse au cours de la période prénatale et la période puerpérale, remportant les trois premières semaines de la période puerpérale à forte incidence et amener des conséquences pour la mère et l’enfant. Le professionnel devrait avoir l’attention et des soins appropriés les mères récentes d’identifier et d’intervenir plus précocement dans le traitement et dans la connaissance de l’État, parce que la psychose est la dépression qui a une prévalence élevée et des divergences entre les auteurs sur les facteurs associés à cette pathologie (HIGUTI, 2003).

Étant la grossesse un processus normal de développement humain, avec grandes transformations organiques, psychiques et partenaire de la famille. L’assistance fournie devrait fournir pleine satisfaction et la femme bien-être, visant à renforcer le lien entre une mère et l’enfant (FALCONE et coll., 2005).

Certaines mères se sentent honte de montrer à ses médecins et la famille les symptômes dépressifs, ne pas répondre à ses nouvelles responsabilités, qui apparaissent sur eux, un sentiment de culpabilité pour ne pas vivre ce moment d’une manière satisfaisante, avec la nécessité du professionnel identifient les symptômes, pour interagir et de laisser la mère plus sûre exposer votre problème (PEIXOTO, 2007 ; GARCIA et al., 2010).

Le professionnel devrait s’efforcer de comprendre que les émotions, sentiments, fantasmes, peurs et stress les angoisses présentes de soulager le patient, en notant les États de confusion sur la mère entre la période de la grossesse et après l’accouchement. Les sentiments et les pensées au sujet de qui a récemment donné naissance interfèrent et entravent les activités rencontrées dans le quotidien professionnel. Par conséquent, l’aide devrait identifier dans leur aversion pour le bébé qui a récemment accouché, tristesse, éloignement, absence, perte d’appétit, imprudence d’autotraitement, insomnie, préservant le sommeil régulier et le reste du qui a récemment accouché donc vous pouvez affronter vos activités requises lorsque l’enfant (TRUCHARTE et coll., 2010 ; VIEIRA et al., 2011).

Le service explique, prend en charge et diminue l’anxiété de la mère, autrement dit, il offre l’avantage aux femmes, faciliter l’expression de leurs sentiments sur les modifications de la maternité. Le traitement comprend l’approche psychothérapeutique, orientation, soutien, antidépresseurs, visites à domicile jusqu’à rémission complète de la dépression ou psychotiques (ZACK et coll., 2003).

Sur la base de ce qui précède, la présente étude vise à déterminer l’incidence des troubles psychiatriques (dysphorie, dépression et psychose) durant la grossesse et l’accouchement chez les femmes de 18 à 35 ans de Primiparous et multipares, de différentes classes sociales, admis à l’hôpital de Belém, Portugal charité cherchant à identifier les possibles causes qui conduisent à ces troubles durant la grossesse et le post-partum.

MÉTHODOLOGIE

Cette étude a été réalisée par la recherche quantitative, réalisée par la recherche de la base de données, cherchant à identifier l’incidence des trois États de psychique des troubles pendant la grossesse et la période puerpérale (dysphorie, dépression, psychose), 100 femmes de 18 à 35 ans, mères et multipares de différentes classes sociales se sont réunis à la maternité de l’hôpital avantage Portuguesa de Belém do Pará, dans la période de mars à avril 2014. Ont été exclus des mères de moins de 18 ans et plus de 35 ans. Le programme Office Excel de Microsoft Corporation a été utilisé dans l’organisation et la compilation de données et l’analyse statistique.

RÉSULTATS

PENDANT LA GROSSESSE

Sur la base des résultats recueillis dans la base de données, des 33 femmes qui ont des signes et symptômes de dysphorie pendant la grossesse, appartenant plus revenu se situe entre 1 et 5 salaires minima, soit 42,4 % de ces femmes. Vingt-sept présenté les signes et les symptômes de la dépression qui représente 44,0 %, qui a aussi le revenu se situe entre 1 et 5 du salaire minimum (tableau 1).

Tableau 1 : pourcentage du revenu minimum des femmes atteintes d’un trouble psychologique pendant la grossesse.

Pourcentage du revenu minimum des femmes souffrant de troubles psychiques pendant la grossesse
Source : Portugais Charity Hospital, Bethlehem PA, 2014.

33 femmes ont montré des signes et symptômes de dysphorie. Il a été constaté que la plupart (66,7 %) sont des jeunes Primo-mères et 33,3 % sont multipara. Les jeunes mères de première fois, 17 femmes (51,5 %), âgés de 18 à 24 ans ont montré des années. Les multipares, 6 femmes (18,2 %) étaient âgés de 18 à 24 ans. Au total, les femmes qui ont la dysphorie de genre dans le groupe d’âge des 18 à 24 ans entre Primiparous et multipares comprennent 69,7 % et ceux de groupes d’âge entre 25 et 35 ans entre Primiparous et multipares totalisant 30,3 %. En ce qui concerne les femmes souffrant de dépression, il a été constaté que la plupart sont multipara. Les 27 femmes qui ont montré des signes et symptômes de la dépression, 15 étaient multipares 55,6 %, représentant et 44,4 % 12 mères, en particulier aussi dans le groupe d’âge des 18 à 24 ans, qui totalise entre Primiparous multipares 66,7 % et les groupes d’âge restants une minorité de 33 %. Il y a eu des cas de femmes souffrant de troubles psychotiques pendant la grossesse (tableau 2).

Tableau 2 : pourcentage des femmes atteintes de troubles psychiques pendant la grossesse, dans le groupe d’âge des 18 à 35 ans, primipares et multipares.

troubles de la grossesse
Source : Portugais Charity Hospital, Bethlehem PA, 2014.

AU COURS DE LA PÉRIODE PUERPÉRALE

Il a été constaté que dans les suites de couches, de 100 femmes, 4 ont montré des signes de dysphorie plus ayant un revenu entre 1 et 5 salaires minimums, (50 %). Déjà en ce qui concerne la dépression, on a constaté que plus de 65 % a présenté un revenu minimum au-dessous de 3 salaires minimums et les signes de la psychose, qu’un seul cas (100 %) ayant un revenu entre 1 et 5 du salaire minimum (tableau 3).

Tableau 3 : pourcentage du revenu minimum des femmes souffrant de troubles psychiques.

troubles percentage-of-Income-minimum-of-Women-with-Psychic-puerperal-
Source : Portugais Charity Hospital, Bethlehem PA, 2014.

Quatre femmes ont montré des signes et symptômes de dysphorie. Il a été observé que la majorité (75 %) sont des jeunes mères de la première fois dans le groupe d’âge des 18 à 24 ans, tandis que 25 % sont âgés de 30 multipares à 35 ans. Déjà vers les femmes souffrant de dépression, il a été constaté que 66,7 % sont âgés de 18 à 24 ans, les mères et 33,3 % sont âgés de 30 multipares à 35 ans, tandis que les femmes présentant une psychose, seulement 1 (100 %) cas de femme multípara avec l’âge chez le groupe d’âge entre 30 et 35 ans (tableau 4).

Tableau 4 : pourcentage de femmes ayant des troubles psychiques puerpérale âgés de 18 à 35 ans, primipares et multipares.

Source : Portugais Charity Hospital, Bethlehem PA, 2014.
Source : Portugais Charity Hospital, Bethlehem PA, 2014.

Le tableau 5 montre que les femmes, 60 % présente une sorte de trouble psychique pendant la grossesse. Parmi eux, 83 % n’a pas demandé l’aide d’un professionnel de la santé, alors que seulement 17 % souhaitaient un professionnel de la santé. Des femmes qui sollicita l’aide de bâtons santé professionnelle, 40 % avec un psychologue, tandis que 30 % s’est entretenu avec l’infirmière, parle de 10 % avec le gynécologue et 20 % s’est entretenu avec l’obstétricien.

Tableau 5 : pourcentage de femmes qui ont ou non psychique des troubles au cours de la grossesse et signalées à un professionnel de la santé.

 Source : Portugais Charity Hospital, Bethlehem PA, 2014.

Source : Portugais Charity Hospital, Bethlehem PA, 2014.

DISCUSSION

La présente étude avait la dysphorie comme le trouble le plus fréquent. La prévalence était environ 66,7 % des femmes enceintes et 75 % des mères après l’accouchement âgés de 18 à 24 ans dont le revenu mensuel du salaire minimum de 1 et 5. Selon Moreira et al., 2008, la grossesse affecte fonctionnement des hormones féminines, provoquer des transformations corporelles nécessaires pour que cela se produise la maturation du fœtus, ces modifications finissent par générer des doutes, sentiment de faiblesse, de l’insécurité et d’anxiété, menant au cadre de dysphorie de genre. Mettant en vedette : brusque changement d’humeur, et peut-être aussi des sentiments comme la tristesse, d’angoisse, mélancolie, pessimisme et sentiment de honte.  Bien que la dysphorie, considérée comme un trouble dépressif doux ne nécessitant ne pas de traitement médical, leur persistance peut être considéré comme une possible dépression majeure, nécessitant une évaluation appropriée et traitement (NEME, 2005).

Signes et symptômes de la dépression pendant la grossesse ont été trouvés dans 55,6 % des multipares post-partum de 66,7 % et aussi les mêmes groupes d’âge et le revenu mensuel. Il est supposé que le taux élevé dans ce groupe d’âge peut-être être lié à l’inexpérience, immaturité, grossesses non désirées, en raison des rapports non résolus, ainsi que le fait que beaucoup ont à renoncer à leur liberté de jeunesse ou même avoir à abandonner leurs études pour cause de grossesse (SZIGETHY ; RUIZ, 2001).

Par rapport à la psychose puerpérale, cela représente le cadre plus sérieux et moins fréquent, étant son incidence observée entre 1 % pour chaque naissance (chêne, 2007).

Dans cette étude, les 100 mères seulement un multípara âgés de 30 à 35 ans ont présenté des symptômes de la psychose comme : insomnie, agitation, irritabilité, pleurs, difficultés de concentration. Il est supposé que la fin de gestation, multiparidade, histoire de la psychiatrie disorder, matrimonial en conflit, être célibataires ou divorcées, ou ont peu de soutien social, peuvent être des facteurs de risque pour cette maladie (CAMACHO et al., 2006).

Un fait qui mérite attention dans cette étude, c’est que des 100 femmes qui ont une sorte de trouble psychique pendant la grossesse, seulement 17 % cherche un professionnel de la santé pour signaler leurs symptômes. Le restant de 83 %, c’est-à-dire la plupart des symptômes. On croit que par crainte de la stigmatisation possible (EPPERSON, 1999) ; pour certaines mères se sentent honteux de montrer à leurs symptômes de médecins ; car ils pensent qu’ils ne peuvent répondre à ses nouvelles responsabilités, qui apparaissent sur eux, un sentiment de culpabilité pour ne pas vivre ce moment, se sentir triste, malheureux, à un moment où ils devraient se sentir Jolly (PEIXOTO ; Amorim, 2007).

On croit que le bon service clarifie, prend en charge et diminue l’anxiété de la mère, rendant l’expression de leurs sentiments sur les modifications de la maternité (ZACK et coll., 2003).

CONCLUSION

Troubles psychiques semblent être plus fréquentes pendant la grossesse et la période puerpérale, n’étant ne pas souvent sous-déclarée crime. La dysphorie le cadre de l’incidence la plus élevée et bien qu’il soit considéré comme un trouble dépressif léger, généralement n’exigent pas un traitement médical, leur persistance peut être considérée comme une possible dépression majeure, nécessitant une évaluation appropriée et prise en charge thérapeutique. La tranche d’âge des 18 à 24 ans ayant un faible revenu mensuel semblent être des facteurs de risque associés à ces troubles.

Surveillance en raison des femmes enceintes au cours des soins prénatals pourrait empêcher ce type de troubles. Pour cela, les professionnels doivent être activées, désireux d’écouter attentivement les femmes enceintes et mères récentes d’identifier et d’intervenir plus précocement dans le traitement et la compréhension de la pathologie.

RÉFÉRENCES

CAMACHO, R.S. et al. Troubles psychiatriques durant la grossesse et le post-partum : classification. Diagnostic et traitement. Revista de Psiquiatria Clinica. Clin. Vol. 33, no 2 – São Paulo, 2006.

CARVALHO, m. Geraldo, soins infirmiers en obstétrique. 3 éd. rev. et ampl. São Paulo : E.P., 2007.

EPPERSON, CN. Dépression majeure des soins post-partum : détection et traitement. AM Fam Physician 59 (8): 2247-2254, 2259-2260, 1999.

FALCONE, c. m. et al. Activités pluridisciplinaires et la santé mentale des femmes enceintes. Magazine de la santé publique, São Paulo, Mar. 2005, v. 39 (4): 612-8.

FONSECA, V. R. J. R. M. ; SILVA, G. A. D. ; OTTA, e. entretiennent avec la dépression post-partum maternelle disponibilité émotionnelle. CAD. Santé publique, v. 26, n. 4, p. 738-746, 2010.

GARCIA, L. A.  et al. Identification des facteurs de risque de dépression post-partum : l’importance d’un diagnostic précoce. Rene Rev., v. 11, p. 117-123, 2010.

HIGUTI, P. C. L. ; CAPOCCI, dépression post-partum o. p.. Journal des sciences infirmières de l’UNISA, 2003 ; 04:46-50.

MATTHEWS, t. m. M et al. Conflits vécus par les adolescents avec la découverte de la grossesse. Révérend Esc. Infirmières et infirmiers. USP, 2008:32 (2) 312-20.

MOURA, E. C. C. ; FERNANDES, M. A. ; APOLLINARIS, r. i. f. Perception maternelle sur les troubles psychiatriques dans les suites de couches : implications pour la relation mère-enfant. Rev Bras Nurses, v. 64, n. 3, p. 445-50, 2011.

NEME, Bussâmara-1975. Obstétrique. 3 ed. São Paulo, 2005.

NUNES FILHO, E. P. ; BUENO, J. R. ; NARDI, e. psychiatrie et santé mentale : concepts cliniques et thérapeutiques. São Paulo : Editora Atheneu, 2005.

PANDEY, D. F. ; Amorim, c. c. de Psicoembriologia des suites de couches : prise de conscience de la relation mère-bébé. Revue électronique de psychologie. 1 an, n. 1, jul. 2007.

RIBEIRO, W. G. ; ANDRADE, m. rôle de l’infirmière dans la prévention de la dépression post-partum (DPP). Rapport sur la prévention de la santé, c. 5, n. 1. S. 07-09, 2009.

SOTTO-MAYOR, I. M. B. ; PICCININI, relation maritale a. c. et dépression maternelle. Psycho. c. 36, n. 2, p. 135-138, mai / août 2005.

SZIGETHY, E.M. ; RUIZ, p. dépression chez les adolescentes enceintes : une approche de traitement intégré. Am J Psychiatry 158 (1): 22-27, 2001.

TRUCHARTE, F.A.R.PEUT ; KNIJNIK, R. B. ; SEBASTIANE. R. W. ; ANGERAMI-CAMON, v.a. (organisateur). Psychologie de l’hôpital : théorie et pratique 2 revue et augmentée edition. São Paulo : Cengage Learning, 2010.

VIEIRA, A. P.  et al. Prévalence de la dépression post-partum chez les femmes d’un hôpital universitaire. La production annuelle d’initiation scientifique étudiants, v. 14, n. 25, p. 311-321, 2011.

ZACK, d V et al. Dépistage et intervention des troubles psychiatriques associés à la puerpéralité : une collaboration avec l’infirmière psychiatre. V magazine, de soins infirmiers. 61, n. 6, p. 36-42, jun. 2003. 1 CD-ROM.

[1] Psychologue. Master en théorie et recherche. Maître de conférences à l’Université de l’état de Pará-UEPA. Un chercheur au programme diplômé du centre de médecine tropicale de l’UFPA. Courriel : [email protected]

[2] Metropolitan College Studen d’Amazon. Courriel : [email protected]

[3] Biomédicale. Doctorat en maladies tropicales. Un chercheur au programme diplômé du centre de médecine tropicale de l’UFP. Maître de conférences et chercheur à l’Université fédérale d’Amapá, AP. Courriel : [email protected]

[4] Metropolitan College Studen d’Amazon. Un chercheur au programme diplômé du centre de médecine tropicale de l’UFPA. Courriel : [email protected]

[5] Biologiste. Docteur en théorie et recherche. Maître de conférences et chercheur à l’Institut d’Amapá-FIPA fédéral. Courriel : [email protected]

[6] Docteur en médecine tropicale maladies. Chercheur du programme diplômé du centre de médecine tropicale de l’UFPA. Maître de conférences et chercheur à l’Université fédérale du Pará – UFPA. Courriel : [email protected] (auteur correspondant).

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here