Forme de suivi pharmacothérapeutique pour les soignants des patients atteints de schizophrénie réfractaire

0
51
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE DE RÉVISION

SILVA, Aglaciene Lopes da [1], BASTOS, Camila Granado de [2], DOMINGOS, Flavia Caires [3], PINTO, Michele Cristina da Rocha [4], SANTANA, Claudinei Alves [5]

SILVA, Aglaciene Lopes da. Et al. Forme de suivi pharmacothérapeutique pour les soignants des patients atteints de schizophrénie réfractaire. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 09, Vol. 05, p. 93 à 107. septembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sante/schizophrenie-refractaire

RÉSUMÉ

Introduction : La schizophrénie est l’un des troubles mentaux les plus pertinents en santé publique, causant une grande détresse pour le patient et les membres de sa famille. La persistance des symptômes caractérise la réfraction de la maladie qui est traitée avec la clozapine considérée comme l’étalon-or dans le traitement, mais ses effets indésirables peuvent être aussi intenses que les symptômes de la maladie. Objectif : Développer un formulaire de suivi pharmacothérapeutique pour les soignants de patients adultes atteints de schizophrénie serait réfracter de l’utilisation de la clozapine. Méthodes: La recherche des articles a été effectuée dans les bases de données et sites web du gouvernement du 15 novembre 2018 au 15 janvier 2019, publié à partir de 2012. Résultat : Trente-sept articles ont été trouvés, à l’exclusion de 20 articles, y compris dans cette revue 17 articles, 2 livres, 4 protocoles cliniques et 1 monographie de drogue. Conclusion : La proposition de développer le formulaire de suivi pharmacothérapeutique est d’identifier les effets indésirables qui peuvent influencer le traitement pharmacologique et de réduire les effets indésirables du traitement en conséquence pour améliorer la qualité de vie du patient.

Mots clés: soins pharmaceutiques, schizophrénie, clozapine, soignants.

INTRODUCTION

La schizophrénie ou les troubles schizophrènes constituent un groupe de troubles mentaux graves, sans symptômes pathognomoniques, caractérisés par des distorsions de pensée et de perception, par insuffisance et difficulté à exprimer de l’affection sans préjudice de la capacité intellectuelle, présentant des déficiences cognitives au fil du temps (PEREIRA et al., 2013)

Ils sont caractérisés par la présence de symptômes positifs (délires, hallucinations et désorganisation de la pensée et de la conduite, idées bizarres, agitation psychomotrice et troubles du langage) et de symptômes négatifs (matité affective-volitionnelle), de pertes cognitives (en particulier le déficit de la capacité d’abstraction et de perspicacité) et de symptômes dépressifs et anxieux. (CEZARETTO et al., 2014)

Le premier épisode est présenté sous la forme d’un épisode psychotique, d’environ 20 ans, chez les hommes et 25 chez les femmes, généralement associés à des hallucinations, des délires et la désorganisation de la pensée pendant les crises aiguës; entrecoupées par des périodes de rémission, avec difficulté à exprimer des émotions, l’apathie, l’isolement social et un profond sentiment de désespoir. (SILVA et al., 2016)

La schizophrénie est l’un des troubles mentaux les plus importants en santé publique, causant une grande détresse pour le patient et les membres de sa famille. (MAGALHÃES et al., 2018)

Environ 30 % des personnes atteintes de schizophrénie montrent alors une amélioration de l’image clinique, appelée réfractaire au traitement, et la principale caractéristique de la schizophrénie réfractaire est la persistance de symptômes positifs d’intensité modérée à sévère, malgré le traitement approprié (PEREIRA et al., 2013; CEZARETTO et al., 2014).  Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2018, on estimait qu’il y avait 21 millions de personnes atteintes de schizophrénie dans le monde, ce qui a eu un impact cognitif, fonctionnel et affectif important (PEREIRA et al., 2013; WHO, 2019).

Au Brésil, en 2008, on estimait qu’environ 1,6 million de patients schizophrènes se trouvaient au Brésil, ce qui a eu un impact sur le système de santé en exigeant une assistance spécifique. (Oliveira et al., 2017)

Le traitement de la schizophrénie est composé de la pharmacothérapie (antipyycotique), de la psychothérapie et de la sociothérapie. (FREITAS et al., 2016)

Les médicaments antipsychotiques sont des antagonistes ou des agonistes partiels dans les récepteurs de la dopamine D2, mais la plupart bloquent également plusieurs autres récepteurs de monoamine. La puissance des antipysysys, en général, est parallèle à l’activité des récepteurs D2, mais les activités dans d’autres récepteurs (5-HT2A, et muscarinics) peuvent réduire les effets extrapyramidaux indésirables. (RANG et al., 2007)

Les antipsychotiques peuvent également être divisés en antipsychotiques typiques (halopéridol, flupazine, primozide, chlorpromazine, levomepromazine) c’est-à-dire les médicaments plus anciens avec des actions importantes dans le récepteur D2, et les antipsychotiques atypiques (clozapine, olanzone, quetiapine, zipraside et rispéridone, qui constituent une jeune génération de médicaments avec un antagonisme D2 moins important et par conséquent avec moins d’effets extrapyramididaux. (GOLAN, 2009)

Les traitements doivent être effectués en monothérapie en fonction du profil d’innocuité et de la tolérabilité du patient (CEZARETTO et al., 2014).  En cas d’échec thérapeutique avec l’utilisation de l’un de ces médicaments pendant au moins 6 semaines à des doses appropriées sans amélioration d’au moins 30% dans l’échelle d’évaluation psychiatrique, une deuxième tentative avec un autre antipsychotique devrait être faite (BRASIL, 2013).

Pour les patients atteints de la forme la plus grave de schizophrénie, appelée réfractaire ou résistante, le traitement de choix est l’utilisation d’antipsychotiques atypiques, la clozapine, considérée comme l’étalon-or dans laquelle elle démontre de réduire les symptômes aigus et le risque de suicide (FREITAS et al., 2016; CAMPANA E SOARES, 2015). N’ayant aucune preuve que l’association avec un autre antipsychotique peut apporter des avantages au patient (PEREIRA et al., 2013).

Tous les antipsychotiques, à l’exception de la clozapine, peuvent être utilisés dans le traitement sans ordre de préférence chez les patients diagnostiqués avec la schizophrénie (BRASIL, 2013).

Pour le contrôle de la schizophrénie, le traitement médicamenteux est essentiel, mais dans l’évaluation des patients, les effets indésirables causés par le traitement médicamenteux peuvent être aussi intenses que les symptômes de la maladie, qui sont des changements moteurs extrapyramidaux, des changements endocriniens, la sédation, l’hypotension et le gain de poids, la bouche sèche, vision floue, agranulocytose (SILVA et al., 2016; GOLAN et al., 2009).

L’Organisation mondiale de la Santé définit les effets indésirables (AR) comme « toute réponse nocive, indésirable et non intentionnelle qui se produit avec des médicaments à des doses couramment utilisées chez les hommes pour la prophylaxie, le diagnostic, le traitement de la maladie ou la modification des fonctions physiologiques » (OMS, 2019).

La famille devient un protagoniste dans la prise en charge des personnes atteintes de schizophrénie étant important pour leur resocialisation et, par conséquent, c’est la première et principale institution sociale avec laquelle la personne atteinte de maladie mentale va socialiser (BENNETT et al., 2015; CAMPANA E SOARES, 2015). Il est important que leurs soignants et les membres de leur famille soient prêts à vivre avec la douleur et la souffrance du patient (CEZARETTO et al., 2014; MAGALHÃES et al., 2018).

L’une des principales préoccupations des soins de santé mentale est la polypharmacie avec une utilisation exagérée et inadéquate des médicaments, qui peuvent être adaptés par les soins, les soins ou l’activité clinique du pharmacien (FEGADOLLI et al., 2016).  La participation du pharmacien a été fondamentale, étant en mesure d’établir le premier contact avec le patient et d’agir comme un lien avec les autres professionnels de l’équipe de santé mentale participant à des stratégies d’adhésion et d’effets indésirables agissant dans les soins de santé mentale (MAGALHÃES et al., 2018; FEGADOLLI et al., 2016; SILVA E LIMA, 2017).

OBJECTIF

Le développement d’une forme de suivi pharmacothérapeutique pour les soignants de patients adultes atteints de schizophrénie serait réfracter de l’utilisation de la clozapine.

MÉTHODOLOGIE

La recherche des articles a été effectuée dans les bases de données : Scielo (Scientific Electronic Library Online) et PubMed (National Library of Medicine), NCBI (National Center for Biotechnology Information), VHL (Virtual Health Library), government websites (Ministry of Health, National Health Surveillance Agency, World Health Organization) en portugais et en anglais. La perquisition a été effectuée du 15 novembre 2018 au 15 janvier 2019.

Les mots clés utilisés en portugais étaient l’attention pharmaceutique, la schizophrénie, la clozapine et les soignants et dans l’attention pharmaceutical attention, schizophrenia, clozapine et caregivers.

Les articles publiés de 2013 à 2018 avec accès gratuit et texte intégral ont été jugés valides.

Résultats

D’après la méthodologie adoptée, 37 articles ont été trouvés qu’après lecture exhaustive ont été exclus 20 articles, parce qu’ils n’ont pas démontré de clarté dans le thème proposé.

Ainsi, 17 articles, 2 livres, 4 protocoles cliniques et 1 monographie du médicament ont été inclus dans cet examen.

Discussion

Les effets indésirables des médicaments (EIM) sont plus fréquents que ce à quoi on peut s’attendre et ne peuvent jamais être garantis qu’un médicament est complètement sûr. L’utilisation de médicaments dans des situations non indiquées ou dans des circonstances qui violent les critères d’utilisation rationnelle peut causer des dommages, augmenter la fréquence des hospitalisations, des coûts de santé et même la mort.

Clozapine est le traitement de choix dans la schizophrénie réfractaire et son effet thérapeutique favorise une amélioration du raisonnement logique, une situation essentielle pour comprendre la maladie et le traitement adhérant, résultant ainsi d’une amélioration clinique importante des patients et, par conséquent, de leur qualité de vie (BARKHOF et al., 2012; BATISTA et al., 2016; SISKIND et al., 2016).

Toutefois, l’utilisation de la clozapine n’est pas exempte d’effets indésirables, dont certains sont potentiellement mortels, sont des limites importantes pour la non-observance (PORRAS-SEGOVIA et al., 2017).  Les préoccupations au sujet d’autres effets indésirables qui incluent, le manque d’appétit, la sédation, le gain de poids, la résistance à l’insuline, qui sont liés au développement du syndrome métabolique (SP) et une forte activité intrinsèque anticholinergique peuvent augmenter la résistance à essayer ce médicament (BATISTA et al., 2016; SISKIND et al., 2016; PORRAS-SEGOVIA et al., 2017).

La présence d’un parent ou d’une personne responsable de la prise en charge du patient doit être envisagée, aidant à effectuer des activités quotidiennes, car la gravité de la maladie génère du stress, de l’isolement et des coûts financiers supplémentaires, ce qui rend les soignants surchargés (KHAN ET ZAIDI, 2017; HANSEN et coll., 2014).

En ce qui concerne la clozapine, une réaction indésirable d’impact important sur le patient est l’agranulocytose, caractérisée par la diminution des globules blancs granulocitiques étant l’une des principales raisons de l’arrêt du traitement (SISKIND et al., 2016; KHAN E ZAIDI, 2017). Ce risque d’agranulocytose a une prévalence de 1-2% chez les patients traités par la clozapine, une situation obligatoirement surveillée par les professionnels de la santé pour s’assurer que les patients reçoivent les médicaments régulièrement (WARNEZ et ALESSI-SEVERINI, 2014). Les monographies actuelles du produit déterminent que les patients commencent le traitement graduellement et que les dénombrements de leucocytes et de neutrophiles (LDN) sont maintenus à des niveaux sûrs (CRISTALIA, 2019).

Pour le suivi du patient et de son soignant, un formulaire de suivi précothérapeutique a été préparé avec des EIM très communs et communs de clozapine, initialement choisis parce qu’ils sont des réactions qui sont dans plus de preuves dans les études cliniques, sont plus faciles à identifier, et parce qu’ils sont des raisons pour le retrait de traitement plus loin. D’autres ADR du médicament n’ont pas été utilisés parce qu’ils nécessitaient des soins médicaux spécialisés et des résultats d’essais en laboratoire.

De l’examen de la littérature, les champs obligatoires présents dans le formulaire de suivi pharmacothérapeutique présenté ci-dessous ont été sélectionnés :

  • Identification du patient : Dans ce bloc, les caractéristiques du patient sont identifiées en ce qui concerne le nom, le sexe, la date de naissance, les mesures anthropométriques de l’âge (taille et poids). L’évaluation de poids est importante, parce que l’une des réactions défavorables est le gain de poids qui est lié au syndrome métabolique (SM) (BATISTA, 2016). Il est prouvé que les personnes atteintes de schizophrénie réfractaire utilisant la clozapine sont exposées à un risque plus élevé de SP par rapport à la schizophrénie en général, et peuvent atteindre deux fois le poids, ce qui représente un grave problème de santé publique dans le monde entier (BATISTA, 2016).
  • État clinique du patient : Ce bloc identifie les limitations du patient concernant la vision, la parole, la locomotion et l’audition. S’il y a une certaine limitation, la présence d’un soignant sera nécessaire.
  • Habitudes de vie et dépendances : La consommation d’alcool, la consommation de cigarettes et les drogues illicites sont identifiées : Cette information est importante parce que la clozapine potentialise les effets de l’alcool et d’autres dépresseurs du système nerveux central, et si le patient est fumeur, l’arrêt soudain du tabagisme augmente la concentration plasmatique de clozapine, conduisant à une augmentation des effets indésirables (CRISTALIA , 2019)
  • Habitudes alimentaires et activité physique : Ce bloc identifie la fréquence quotidienne de l’alimentation et de l’activité physique afin d’intervenir pour améliorer la qualité de vie du patient, puisque la consommation de caféine peut augmenter la concentration plasmatique de clozapine (CRISTALIA, 2019).
  • Antécédents de consommation de drogues et d’allergies : Ce bloc identifie les antécédents d’utilisation et d’allergies à d’autres médicaments afin de minimiser les effets nocifs des interactions médicamenteuses.
  • Traitement médicamenteux avec clozapine: Ce bloc identifie les doses quotidiennes et les temps d’administration afin de minimiser les effets nocifs des interactions médicamenteuses.
  • Évaluation du traitement adhérant : Dans ce bloc, il cherche à identifier si le patient présente des difficultés dans l’adhésion du traitement au traitement afin de le guider avec l’utilisation correcte pour un plus grand effet thérapeutique.
  • Évaluation des réactions indésirables aux médicaments (D AMR) : Dans ce bloc, le patient et/ou le soignant indiqueront la présence d’une réaction indésirable au médicament décrivant sa fréquence.

Tableau 1. Réactions indésirables courantes et très courantes séparées par des systèmes physiologiques (CRISTALIA, 2019).

Perturbation par le système physiologique      EIM commun RAM très commun
Troubles métaboliques et nutritionnels Gain de poids

Troubles psychiatriques

Dysarthrie (faiblesse musculaire, difficulté à parler)

Troubles du système nerveux

Convulsions, commotions myocloniques, symptômes

extrapyramidals, tremblements, raideur, maux de tête

Somnolence, sédation, étourdissements

Perturbations visuelles

Vision floue
Troubles cardiaques Changement ECG

(électrocardiogramme)

Aquicardiac

Troubles du système vasculaire

Hypotension posturale, hypertension, syncope
Troubles gastro-intestinaux Nausées, vomissements, sécheresse de la bouche Constipation, hypersalivation

Troubles hépatobiliaires

Enzymes hépatiques élevées

Troubles urinaires et urinaires

Rétention urinaire, incontinence urinaire

Troubles généraux

Fièvre (hypermie bénigne), troubles de la transpiration,

Fatigue

Source: Propre élaboration

  • Identification de la personne responsable du remplissage : le patient ou le soignant.
  • Conduite pharmaceutique : Dans ce domaine sera déterminée la conduite et les lignes directrices pharmacothérapeutiques à transmettre au patient ou au soignant afin d’améliorer la qualité de vie du patient.

Figure 1. Forme de suivi pharmacothérapeutique des patients utilisant la Clozapine (BRASIL, 2019; CFF, 2019)

Source: Propre élaboration

Le formulaire de suivi pharmacothérapeutique proposé vise à améliorer le traitement et à être un outil rapide et possible à appliquer par les patients et les membres de la famille et/ou les soignants sans connaissance spécifique de la pathologie.

CONCLUSION

La proposition d’élaborer le formulaire de suivi pharmacothérapeutique est d’identifier les effets indésirables qui peuvent influencer le traitement du traitement et de réduire les effets indésirables du traitement en raison de l’amélioration de la qualité de vie des patients.

Pour le patient, l’élaboration de cette forme signifie une possibilité de soins plus sûrs et plus efficaces par le pharmacien, car il permet le sauvetage de l’histoire des événements vécus par lui à la suite de l’utilisation du médicament.

Les dossiers d’information existants peuvent se passer des demandes et des examens supplémentaires ou les simplifier, ce qui réduit les hospitalisations, les interventions médicales et la durée du séjour dans les services de santé en raison d’effets indésirables.

En ce qui concerne les professionnels de la santé, l’enregistrement de ces informations peut contribuer à l’intégration de l’équipe de santé, permettant la coordination des soins. Dans l’enseignement et la recherche, il permet la connaissance des effets indésirables, l’historique des médicaments utilisés, les limitations ou les problèmes de santé favorisant une meilleure connaissance et des interventions sur le sujet.

Dans le soin des patients, le pharmacien peut vous guider sur l’utilisation correcte des médicaments prescrits, dans le but d’améliorer les effets thérapeutiques et de réduire la probabilité d’apparition d’effets indésirables, d’interactions médicamenteuses et de toxicité.

Ce processus apporte de grands avantages et offre une plus grande reconnaissance professionnelle au pharmacien, renforçant le lien dans les actions de santé dans le suivi des patients atteints de schizophrénie réfractaire.

RÉFÉRENCES

BARKHOF, Emile et al. Interventions to improve adherence to antipsychotic medication in patients with schizophrenia–a review of the past decade. European Psychiatry, v. 27, n. 1, p. 9-18, 2012.

BATISTA, FPH et al. Prevalencia de síndrome metabólico en pacientes con esquizofrenia refractaria. Ciencia y enfermería, v. 22, n. 3, p. 11-24, 2016.

BENNETT LMD et al. Patients’ preferences related to benefits, risks, and formulations of schizophrenia treatment. Psychiatric Services, v. 66, n. 7, p. 719-726, 2015.

BRASIL. Ministério da Saúde. Portaria SAS/MS nº 364, de 9 de abril de 2013. Protocolo clínico e diretrizes terapêuticas de esquizofrenia. Disponível em < http://portalarquivos.saude.gov.br/images/pdf/2014/abril/02/pcdt-esquizofrenia-livro2013.pdf>  Acesso 15.nov.18 ás16h.

BRASIL. Portal da saúde. Formulário padronizado para realização da consulta farmacêutica. Disponível             em <http://portalsaude.saude.gov.br/images/docx/2015/abril/16/FORMUL–RIO-PADRONIZADO-PARA-REALIZA—-O-DA-CONSULTA-FARMAC–UTICA-disponibilizado-no-site.docx> Acesso 15.jan.19 ás 15h.

BRASIL. Conselho Federal de Farmácia. Modelo de formulário para documentação de serviços clínicos.  Disponível em: http://www.cff.org.br/noticia.php?id=2581&titulo=CFF+disponibilizamodelos+de+formul%C3%A1rios+para+documenta%C3% A7%C3%A3o+de+servi%C3%A7os+cl%C3%ADnicos> Acesso 15.jan.19 ás 14h

CAMPANA, Mariana Campos; SOARES, Marcos Hirata. Familiares de pessoas com esquizofrenia: sentimentos e atitudes frente ao comportamento agressivo. Cogitare Enfermagem, v. 20, n. 2, 2015.

CEZARETTO, Marceli et al. Perfil clínico e sociodemográfico de pacientes com esquizofrenia refratária tratados em um centro terciário. Jornal Brasileiro de Psiquiatria, v. 63, n. 3, p. 185-190, 2014.

CLOZAPINA medicamento genérico. Jose Carlos Módolo. São Paulo.Cristalia. Disponível em: <http://www.anvisa.gov.br/datavisa/fila_bula/frmVisualizarBula.asp?pNuTransacao=1 175432015&pIdAnexo=2444983> Acesso em 15.nov.18 ás 20h.

FEGADOLLI, Claudia et al. Farmacêuticos integrando equipes de cuidado em saúde mental no Sistema Único de Saúde (SUS): uma reflexão coletiva na cidade de São Paulo. Interface-Comunicação, Saúde, Educação, v. 20, p. 1093-1098, 2016.

FREITAS, Pedro Henrique Batista de et al. Esquizofrenia refratária: qualidade de vida e fatores associados. Acta Paulista de Enfermagem, v. 29, n. 1, p. 60-68, 2016.

FREITAS, PHB; NUNES, FDD; PINTO, JAF; et al. Síndrome metabólica em pacientes com esquizofrenia. Rev. enferm. Cent.-Oeste Min, 2016, 6(1):1976-1993. Disponível em: http://pesquisa.bvsalud.org/enfermagem/resource/pt/bde-28449> Acesso 10.dez.18 ás 20h.

GOLAN, DE; TASHJIAN, AH; ARMSTRONG, EJ; et al. Princípios de Farmacologia: a Base Fisiopatológica da Farmacoterapia, 2ed. Rio de Janeiro, Guanabara Koogan, 2009, 177-180.

KHAN, Afaque H.; ZAIDI, Samina. Clozapine: improvement of negative symptoms of schizophrenia. Cureus, v. 9, n. 12, 2017.

HANSEN, Nayara Fernanda et al. A sobrecarga de cuidadores de pacientes com esquizofrenia: uma revisão integrativa da literatura. Revista eletrônica de enfermagem, v. 16, n. 1, p. 220-7, 2014.

MAGALHÃES, Josiléia Félix et al. Estratégias de enfrentamento de mulheres cuidadoras de pessoas com esquizofrenia. Revista de Pesquisa: Cuidado é fundamental online, v. 10, n. 3, p. 793-800, 2018.

OLIVEIRA, DPA; LEITE, ESM; ARAUJO, GM, et al. Vivências e qualidade de vida de portadores de esquizofrenia. Journal of Medicine and Healt Promotion, 2017, 2(3):535-543. Disponível em http://jmhp.fiponline.edu.br/pdf/cliente=13-de8b335b0a80db19c7acdd64fe02483c.pdf>  Acesso 26.nov.18 ás 21h.

PEREIRA, ADU; MUSSEL, E; BARROS, HL, et al. Protocolos Clínicos e Diretrizes Clinicas, Esquizofrenia Refratária. Fundação Hospitalar do Estado de Minas Gerais, 2013, (30):101-130. Disponível em <http://www.fhemig.mg.gov.br/index.php/docman/Proto colos_Clinicos-1/126-030-esquizofrenia-refrataria-07082014/files> Acesso:15.nov.18 ás 16h

PORRAS-SEGOVIA, Alejandro et al. Rapid-onset clozapine-induced loss of glycaemic control: case report. BJPsych open, v. 3, n. 3, p. 138-140, 2017.

RANG, H.P; DALE, M.M; RITTER, J.M, et al. Farmacologia, 6ed. Rio de Janeiro, Elsevier, 2007, 551-553.

SILVA, Sarah Nascimento; LIMA, Marina Guimarães. Assistência Farmacêutica na Saúde Mental: um diagnóstico dos Centros de Atenção Psicossocial. Ciência & Saúde Coletiva, v. 22, p. 2025-2036, 2017.

SILVA, Amanda Mendes et al. Esquizofrenia: Uma revisão bibliográfica. UNILUS Ensino e Pesquisa, v. 13, n. 30, p. 18-25, 2016.

SISKIND, Dan et al. Clozapine v. first-and second-generation antipsychotics in treatment-refractory schizophrenia: systematic review and meta-analysis. The British Journal of Psychiatry, v. 209, n. 5, p. 385-392, 2016.

WARNEZ, Stephanie; ALESSI-SEVERINI, Silvia. Clozapine: a review of clinical practice guidelines and prescribing trends. BMC psychiatry, v. 14, n. 1, p. 1-5, 2014.

WHO. Organização Mundial de Saúde. Esquizofrenia. Disponível em <https://www.who.int/topics/schizophrenia/es/> Acesso 13.dez.18 às 20h40min. (2019)

[1]Pharmaceutique. Spécialiste en pharmacologie clinique et pharmacothérapie, Senac.

[2] Pharmaceutique. Spécialiste en pharmacologie clinique et pharmacothérapie, Senac.

[3] Pharmacien. Spécialiste en pharmacologie clinique et pharmacothérapie, Senac.

[4] Pharmaceutique. Spécialiste en pharmacologie clinique et pharmacothérapie, Senac.

[5] Pharmacien. Maîtrise en sciences médicales, FMUSP. Spécialiste multiprofessionnel en oncologie (LSH). Spécialiste en pharmacie hospitalière (FOC).

Soumis : août 2020.

Approuvé : septembre 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here