Les écoles de criminologie et de criminologie et leurs influences sur la formation d’un profil criminel dans les sociétés

0
8
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

SARAIVA, Barbara Frazão [1]

SARAIVA, Barbara Frazão. Les écoles de criminologie et de criminologie et leurs influences sur la formation d’un profil criminel dans les sociétés. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 05, vol. 07, p. 127 à 136. mai 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/droit/ecoles-criminologiques

RÉSUMÉ

L’article à l’écran vise à effectuer une analyse historique de la criminologie mettant en évidence les changements liés aux positions des écoles criminologiques, en ce qui concerne le profil du criminel et son comportement déviant au fil du temps et l’influence de cela dans l’environnement social. Afin de mener à bien les discussions pertinentes sur le sujet, l’étude prendra forme à partir d’un examen de la littérature, qui, à son tour, sera proposé pour faire allusion à des aspects importants qui se démarquent dans le domaine des théories criminelles. Ils sont cruciaux pour un panorama historique brésilien, et, à partir de celui-ci, pour effectuer les réflexions nécessaires sur le profil criminel, en mettant l’accent sur le Brésil. La réflexion sur de telles questions justifie la pertinence de cette étude.

Mots clés: Criminologie, Écoles criminologiques, changements, environnement social.

1. INTRODUCTION

Cette proposition vise à analyser, du point de vue de la science criminelle, les transformations tangentielles à la construction de l’image du criminel. À cette fin, il sera basé sur des concepts et des théories des écoles criminologiques afin de vérifier leur expressivité dans l’environnement dans lequel on vit. Dans un premier temps, nous discuterons de ce qu’est la criminologie, l’objet de cette science et la méthode qu’elle utilise, ainsi que la position de plusieurs auteurs sur le sujet. Ensuite, une brève analyse historique des Écoles de pensée criminologique sera effectuée, mettant en évidence les perceptions de chacun par rapport à l’analyse du profil criminogène. Il s’agit d’un document d’examen basé sur la méthode déductive, et est donc basé sur la recherche bibliographique.

En raison de l’approche méthodologique utilisée ici, la recherche se concentrera sur les aspects qui imprègnent le domaine de la criminologie. Il sera également vérifié comment ces éléments démontrent l’importance de penser la science criminologique du point de vue social, parce que de cette asymétrie avec la société, il est possible qu’il y ait une meilleure compréhension du profil criminogène. Il vise à identifier les délinquants par la présentation de différents points de vue sur la justification du crime, en soulignant que de telles théories sont le fruit de la pensée humaine, et, par conséquent, ces visions sont influencées par de multiples relations humaines temps de conditionnement.

2. SCIENCES CRIMINELLES ET ÉCOLES CRIMINOLOGIQUES : LA FORMATION DU PROFIL CRIMINOGÈNE

2.1 L’OBJET DE LA SCIENCE CRIMINELLE

Initialement, selon Silva et Miquelon (2018), il convient de souligner que la science criminologique n’a pas d’uniformité par rapport à sa définition, car, selon les auteurs, il y a plusieurs concepts qui varient selon l’auteur. Ainsi, les endoctrineurs Antônio García-Pablos de Molina et Luiz Flávio Gomes sont des références dans le thème, parce qu’ils inventent la criminologie et ses concepts d’un point de vue empirique et interdisciplinaire. Il s’agit de l’étude du crime, de la personne du délinquant, de la victime et du contrôle social du comportement delitif (MOLINA; GOMES, 2002). Selon Lola Anyar, la criminologie étudie la création de normes pénales – à travers des normes sociales qui impliquent celles de nature criminelle – le processus de leur déni, l’établissement de ces normes et la réaction sociale résultant de leur effet pratique (CASTRO, 1983).

Pour beaucoup, la criminologie est une science humaine et sociale qui vise à étudier ses objets, à savoir: le crime, le délinquant, la victime et le contrôle social. Ainsi, Schecaria (2012, p. 44) fait allusion à ce que : « malgré plusieurs concepts, la criminologie peut être comprise comme une science empirique et multidisciplinaire qui cherche à comprendre plusieurs processus, dont le social, qui impliquent son objet, à savoir le crime, le délinquant, la victime et le contrôle social ». Pour Schecaria (2012), il existe une relation étroite entre la criminologie et le droit pénal qui fait que les deux ont le même objet, à savoir: la criminalité et ses variables, mais diffèrent dans l’orientation donnée à leurs études. La science criminelle doit être comprise comme une norme de caractère répressif, car elle comprend le crime comme une conduite sociale anormale.

De ce point de vue, le droit criminel comprend qu’il doit y avoir une punition pour sa violation. La criminologie, à son tour, comprend le crime, le criminel et leur conduite dans une perspective causale, et propose donc des moyens préventifs pour ces criminels de cesser de l’être. En ce sens, Pimentel comprend (2007, p. 81) qu’il est important de souligner que les questions susmentionnées conceptualisent le crime de différentes manières, en comprenant le droit pénal comme un crime, l’action ou l’omission typique, illégale et coupable et la criminologie, le comprend comme un problème social qui implique des aspects moraux, religieux, philosophiques, politiques, historiques, biologiques, psychologiques et autres ». L’importance de l’étude du criminel est soulignée au fil du temps, parce que la caractérisation du délinquant, selon les paramètres des écoles criminologiques, dicte des voies de sanction pour le droit pénal, ainsi que de permettre une analyse sociologique de chaque moment historique.

En ce qui concerne le délinquant comme objet d’étude des sciences criminelles, Paula (2013) fait allusion au fait qu’il doit être compris comme un sujet historique, réel, complexe et donc énigmatique par essence. Il s’agit donc d’une personne normale, et donc de l’environnement dans lequel elle influence, et par conséquent sur ses actions. Pour Schecaria (2012), un autre aspect important est l’étude de la victime qui souffre de la pratique de l’acte delictif qui peut être causé par ses propres actes, par des actes d’autres ou même des actes de hasard. Au départ, le droit criminel n’a pas tenu compte du chiffre de la victime, se concentrant uniquement sur le délinquant, mais du point de vue de la science criminelle, la victime a également été prise en considération dans l’analyse du profil du criminel. Selon Penteado Filho (2013), trois phases devraient être envisagées en ce qui concerne la victime d’un point de vue criminel.

Il s’agit respectivement de « l’âge d’or, de la neutralisation du pouvoir de la victime et de la réévaluation de son importance » (PENTEADO FILHO, 2013, p. 24). L’« âge d’or » est compris par les endoctrineurs comme la période qui a duré jusqu’au Haut Moyen Âge. La victime était comprise comme le cœur du processus et il y avait l’occurrence de la vengeance privée. Selon france (2018), la deuxième phase comprenait le processus de neutralisation de la victime, et donc, après avoir désigné le monopole punitif de l’Etat, un modèle de processus basé sur des actions publiques qui prévaut à ce jour dans les systèmes juridiques les plus divers a été utilisé. Pour Viana (2016), il y a eu, à ce stade, peu d’actions criminelles de nature privée, ainsi que de rares possibilités d’ingérence de la victime dans la sphère criminelle.

La troisième phase, enfin, comprend la redécouverte du rôle de la victime. L’étude de la victimologie a permis une étude plus approfondie dans l’étude relative à la criminalité, en raison des informations précieuses fournies par eux. Cette science est d’une importance capitale, parce que, à partir de là, nous avons commencé à analyser les dommages subis par les victimes qui changent en fonction des types de crimes et de la gravité avec laquelle ils ont été commis, ce qui a beaucoup aidé à la réintégration des victimes dans l’environnement social. En ce qui concerne le contrôle social, il convient de noter qu’il est d’une importance capitale d’analyser la relation de cause à effet entre le contrôle social et la criminalité pour l’étude de la criminologie. Comme on le sait, les conflits sont inhérents à l’interaction sociale, et peuvent être résolus entre ceux qui sont impliqués seulement ou avec l’intervention de l’État, selon le degré de désapprobation que la criminalité a dans la société.

Selon Molina (2002), le contrôle social constitue un ensemble d’institutions, ainsi que des stratégies et des sanctions découlant de l’environnement social. Ils visent ensuite à promouvoir et à assurer la sécurité et à comprendre les modèles et les normes communautaires dans ce processus. En ce sens, depuis le début des civilisations, les sociétés ont établi des normes de conduite afin qu’il y ait un équilibre social, constituant des sanctions par le biais du contrôle social quand il ya des transgressions d’entre eux pour maintenir l’ordre social. Ainsi, Conde (2005, p. 22) prédit que « e contrôle social détermine ainsi les limites de la liberté humaine dans la société, constituant, en même temps, un instrument de socialisation de ses membre ». Il est important de noter que le contrôle social criminel est apparu non seulement pour punir le criminel, mais aussi pour délimiter ius puniendi par l’État. Pour Beccaria (2003, p. 19 à 20) :

Dans ce pacte social, il ne serait pas seulement à l’origine du droit pénal, mais aussi à sa limite, puisque seule la nécessité oblige les hommes à céder une partie de leur liberté; c’est que chacun d’entre vous accepte seulement de mettre dans le dépôt commun la plus petite partie possible de celui-ci, c’est-à-dire exactement ce qui était nécessaire pour engager les autres à le garder en possession du reste. L’assemblée de toutes ces petites parties de la liberté est la base du droit de punir. Tout exercice du pouvoir qui s’écarte de ce fondement constitue un abus et non une justice; c’est un pouvoir en fait et non en droit; usurpation et jamais un pouvoir légitime.

Il est important de souligner, compte tenu du contexte présenté, que des sciences telles que la biologie, la psychologie, la sociologie, la psychiatrie étaient fondamentales pour les analyses criminologiques, servant ainsi de base pour aider les statistiques et les observations, nécessaires, à leur tour, pour définir la méthode de recherche pour chaque période. Au fil des ans et des méthodes, à partir de ces analyses interdisciplinaires, il est perçu que le crime n’est pas devenu le seul objet d’étude de la criminologie, puisque cette science a établi d’autres objets comme portée et d’importance égale pour la réalisation des analyses: le délinquant compris d’un point de vue préventif et répressif.

2.2 ÉCOLES CRIMINOLOGIQUES : MÉTHODES D’ANALYSE DES PROFILS DE CRIMINOGÈNES

En ce qui concerne les périodes historiques de la criminologie, depuis l’Antiquité (période désignée comme pré-scientifique), il y avait déjà des textes clairsemés qui ont révélé le souci de la criminalité. La période est référencée dans le Code de Hammurabi, daté d’environ 1772. C., basé sur la Loi de Talion, avec la maxime « oeil pour oeil, dent pour dent », dans lequel il prêchait la vengeance, c’est-à-dire la peine rétributive. À cette époque, le crime était compris sous des angles religieux et surnaturels, étant considéré comme un péché, jugé sur la base des valeurs éthiques et morales de l’époque. En ce qui concerne l’émergence de la criminologie, il y a désaccord sur son cadre inaugural, et il est certain que la doctrine de la majorité a la date de 1879 et a été inaugurée par le Français anthropologue Paul Topinard. L’idée a été diffusée et, en 1885, Raffaele Garófalo a utilisé le terme science de la criminalité dans l’œuvre « criminologie ».

Depuis les Lumières, au XVIIIe siècle, l’École classique apparaît, dont les principaux représentants étaient Cesare Beccaria, Francesco Carrara et Giovanni Carmignani, caractérisé par l’adoption de la méthode logique-abstraite et déductive, basée sur le syllogisme et le fondement de la responsabilité pénale en libre arbitre. À ce stade, il convient de mentionner le livre « Dos Delitos e das Penas », écrit en 1764 par le marquis de Beccaria. Il s’agit d’une critique du système pénal actuel, dans laquelle il dénonce la torture, les peines et les peines disproportionnées, en collaboration avec la réforme du système (BECCARIA, 2001). Il reste clair que cette École n’avait pas de théories homogènes, parce que ses adhérents divergeaient dans de nombreux postulats, mais il reste clair que la peine, la responsabilité pénale et le crime étaient les idées qui la caractérisaient.

Ainsi, les doctrines jusnaturalistes et contractualistes, qui, dans un premier temps, semblent opposées, croyaient en des normes juridiques supérieures à l’État, remettant ainsi en question la légitimité de leur tyrannie. En ce sens, baratta enseigne (1999, p. 33) : « le contrat social est la base de l’autorité et des lois de l’État ; sa fonction, qui découle de la nécessité de défendre la coexistence d’intérêts individualisés dans l’État civil, est également la limite logique de tout sacrifice légitime de la liberté individuelle par l’action de l’État. Il souligne, en particulier, l’exercice du pouvoir punitif par l’État lui-même. Pour cette raison, les partisans de l’école ont défendu le rétablissement de la dignité humaine et de son droit devant l’État, qui a largement contribué au droit pénal.

À la fin du 19ème siècle, sous l’inspiration de la physionomie et de la phrénologie, une période appelée scientifique a commencé, qui a conduit à l’émergence du positivisme criminologique. L’Italien Positive Scuola avait comme dirigeants Lombroso, Ferri et Garofalo, et Lombroso est l’auteur de l’ouvrage « L’homme délinquant », publié en 1876. Il est considéré par les endoctrinaires comme le père de la criminologie, et aussi comme le créateur de la discipline « Anthropologie criminelle ». Il a utilisé la méthode empirique dans ses enquêtes et a préconisé le déterminisme biologique dans le domaine criminel. Le médecin italien croyait, sur la base de ses pénitenciers de recherche médicale qui utilisaient la méthode causale explicative, que le criminel se composait d’une variété de l’espèce humaine, affectée par des anomalies anatomiques et physiopsychologiques.

Pour lui, il était certain que les traits physiques identifieraient le criminel par nature. À cette fin, il a proposé la mise en place d’un profil capable de vérifier les personnes susceptibles de commettre des crimes. Paula (2013 apud MOLINA, 2002, p. 24), déclare que « la principale contribution de Lombroso à la criminologie ne réside pas tant dans sa célèbre typologie (où il met en évidence la catégorie du « délinquant né ») ou dans sa théorie criminologique, mais dans la méthode qu’il a utilisée dans ses enquêtes : la méthode empirique ». Dans la phase sociologique de cette école, selon Paula (2013), dans laquelle Enrico Ferri s’est démarqué, il a poursuivi le mouvement qui a popularisé les phénomènes criminogènes, anthropologiques, physiques et sociaux. En plus de défendre les substituts criminels, le jurisconsult a mis davantage l’accent sur la prévention des crimes, en plus de présenter la peine non pas comme un moyen de punir l’individu, mais de la réajuster à la vie sociale.

Selon Paula (2013) et Manslodo (2018), Ferri a censuré les « classiques » affirmant que ceux-ci ont annulé la théorie sur la genèse du crime, ce qui a conduit à la conclusion factuelle de cela, avec leur présence. Il a proposé, en remplacement, l’adhésion à une vision « étiologique » de ce crime, et a donc guidé la recherche scientifique afin de vérifier les causes de la criminalité (MOLINA, 2002). Il a également souligné que le criminel serait destiné à commettre des pratiques criminelles en raison de son contexte de vie, et a donc soutenu l’idée qu’il n’y a pas de libre arbitre. Dans la phase juridique de l’École, l’accent est mis sur les contributions de Garófalo. Ses recherches portait sur le crime lui-même et défendaient la relation entre le caractère criminel et une anomalie psychique et morale, introduisant la dangerosité criminelle comme critère de mesure criminelle.

Garófalo a occupé le poste de juriste et a donc proposé une systématisation juridique à l’École positive. Elle a surtout mis l’accent sur des principes tels que la dangerosité, compris comme la base de la responsabilité du délinquant et de la prévention spéciale comme une fin de la peine, en fondant le droit de punir sur la théorie de la défense sociale et en formulant une définition sociologique de la criminalité naturelle (BITENCOURT, 2000). Rodrigues (2019) fait allusion au fait que, pour Garófalo, de l’utilisation du terme « unitio », compris comme philosophie, il était fondé sur la prémisse que la peine devrait être due aux caractéristiques de chaque délinquant, sans utiliser, par conséquent, des critères conventionnels, tels que le châtiment ou l’expiation, la correction ou la prévention. Chaque délinquant est unique et exige des peines différentes.

Aussi appelée école anthropologique, naturaliste ou réaliste, elle se distingue par son rôle de manière multidisciplinaire, c’est-à-dire qu’elle utilise d’autres sciences, comme la psychiatrie, l’anthropologie, la sociologie et la statistique pour analyser le comportement humain. Afin d’effectuer une analyse plus complète et détaillée, des facteurs externes ou internes sont utilisés, tels que la cause et l’environnement dans lequel elle se pose. Dans ce contexte, l’École positiviste comprend que le criminel choisit de commettre le crime. Ce choix est gratuit. On suppose également que les facteurs qui influencent ce criminel proviennent de leur contexte de vie, ce qui le place dans un état d’anomalie, dans lequel la personne normale est capable de vivre dans la société. Les écoles classiques et positives, à leur tour, selon Ribeiro (2017), étaient les seuls courants criminels qui, à l’époque, assumaient des positions philosophiques distinctes.

Par la suite, l’École critique est venue, qui comprend le crime comme un phénomène social et cherche à expliquer et à justifier la façon dont les facteurs de l’environnement social agissent sur la conduite individuelle, conduisant l’homme à la pratique de la charcuterie. Cette École cherche un paradigme de réaction sociale, rompant avec le paradigme étiologique des écoles précédentes, et, par conséquent, il ya une série de discours qui sont le résultat de l’ensemble de diverses connaissances de divers domaines de la connaissance. Ils sont utilisés pour illustrer les phénomènes criminels basés sur la connaissance d’une coopération homogène à chaque époque historique. À travers ces discours, plusieurs courants ont émergé qui ont cherché à concilier leurs idées à la recherche de nouveaux modèles d’étude pour la criminologie, et la pensée criminologique a été influencée par deux points de vue principaux de la macrosociologie.

Selon Abreu (2018), le premier est la théorie de l’intégration (également connue sous le nom de théorie du consensus ou fonctionnaliste). Ce courant englobe les écoles sociologiques de Chicago, la théorie de l’association différentielle, la théorie de l’anomie et la théorie de la sous-culture délinquante. Par conséquent, il vise à réfléchir sur les façons dont la société fonctionne parfaitement, afin que les sujets puissent partager des objectifs communs à la collectivité, en obéissant, par conséquent, aux normes existantes. Il y a ensuite des associations bénévoles qui créent des systèmes sociaux et partagent des valeurs similaires, ce qui fait fonctionner la coopération mutuelle. Ils présentent comme éléments stabilité, intégration, coordination fonctionnelle et consensus. Selon cette théorie, le changement social représente un dysfonctionnement.

La seconde était la théorie des conflits sociaux, dans laquelle sont insérées la théorie de l’approche de l’étiquetage, la théorie interactionniste et la théorie critique, qui comprennent le crime comme un phénomène social et sélectif, directement lié à la vie dans la société. For Good (2011), la théorie des conflits sociaux comprend et est basée sur des aspects tels que les faits et l’ordre et comment ceux-ci se manifestent dans la société. Ces éléments sont fondés sur la forme de force et de coercition, et sont ainsi rendus possibles par la domination de certains individus avant d’autres, qui place une partie de la société comme soumise à ces autres. Il y a donc une relation dominante et dominée.

Cette théorie a été défendue par plusieurs auteurs, et parmi eux, Karl Marx se distingue, qui comprend, à partir de ses écrits théoriques et philosophiques, que chaque élément d’une société contribuerait à sa désagrégation et à sa transformation. Paula (2013), dans son étude, souligne que le succès de cette école s’est produit en raison du fait qu’elle est basée sur l’utilisation efficace des informations qu’elle fournit afin d’analyser les effets politiques criminels. Selon Molina (2002), seules ces théories sont basées sur l’hypothèse que la criminalité est un phénomène sélectif, d’abord social, et donc sont liés à certains processus, structures et conflits sociaux, et, par conséquent, les variables doivent être isolées.

CONSIDÉRATIONS FINALES

Cette réflexion visait à mettre l’accent et à discuter, d’un point de vue historique, des objets de la criminologie. Elles sont extrêmement complexes et doivent être analysées à partir de l’interdisciplinarité. Il convient donc de souligner que la portée de l’œuvre n’était pas d’épuiser les thèmes sur le sujet, car il serait trop épuisant d’analyser les nombreuses théories développées par elle. Le but de cet article était d’élucider les aspects essentiels liés au domaine de la science criminelle. Tout d’abord, nous avons analysé les écoles criminologiques, ainsi que leurs méthodes d’analyse pour comprendre leurs objets, compte tenu des différents noyaux sociaux.

On conclut que la criminologie est cruciale pour comprendre le phénomène criminel aux multiples facettes inséré dans les sociétés. Après des recherches de chaque phase, école ou théorie du caractère criminel, nous avons remarqué la pertinence de la pensée de chaque époque en ce qui concerne les motifs du crime génère dans la sphère sociale, en particulier en ce qui concerne les lois pénales, dans leurs formations de types criminels et les politiques criminelles. En ce sens, l’importance de l’analyse interdisciplinaire a été soulignée, comme historique, politique et sociale dans l’étude des objets de cette science pour la compréhension des raisons qui déterminent les facteurs qui favorisent la cartographie du profil criminogène de chaque contexte.

RÉFÉRENCES

ABREU, N. G. M. Teorias macrossociológicas da criminalidade. Revista Interdisciplinar de Sociologia e Direito, v. 20, n. 3, p. 99-118, 2018.

BARATTA, A. Criminologia Crítica e crítica do Direito Penal: introdução à sociologia do direito penal. Tradução Juarez Cirino dos Santos. 2ª ed. Rio de Janeiro: Freitas Bastos: Instituto Carioca de Criminologia, 1999.

BECCARIA, M. C. Dos delitos e das penas. São Paulo: Ed Martins Claret, 2003.

BEM, S. N. T. C. do. Algumas reflexões sobre o Direito Penal do Inimigo em face da proteção dos direitos fundamentais. 2011. 90 f. Especialização (Pós-Graduação em Direito Penal) – Escola da Magistratura do Estado do Rio de Janeiro, Rio de Janeiro, 2011.

BITENCOURT, C. R. Manual de Direito Penal: parte geral. 6ª. ed. rev. e atual. São Paulo: Saraiva, 2000.

CASTRO, L. A. Criminologia da Reação Social. Tradução de Ester Kosovski. Rio de Janeiro: Editora Forense, 1983.

CONDE, F. M. Direito penal e controle social. Trad. Cíntia Toledo Miranda Chaves. Rio de Janeiro: Ed. Forense, 2005.

FRANÇA, F. B. Evolução Histórica Do Objeto de Estudo da Vitimologia. 2018. Disponível em: https://fernandabf.jusbrasil.com.br/artigos/530481135/evolucao-historica-do-objeto-de-estudo-da-vitimologia. Acesso em: 13 mai. 2020.

GARÓFALO, R. Criminologia: estudo sobre o direito e a repressão penal seguido de apêndice sobre os termos do problema penal. Campinas: Ed. Pétrias, 1997.

MANSOLDO, M. C. N. Crimes tributários sob a ótica da criminologia crítica: extinção de punibilidade pelo pagamento do tributo e a teoria do etiquetamento. Revista Quaestio Iuris, v. 11, n. 2, p. 839-879, 2018.

MOLINA, A. G. P. de. Criminologia: uma introdução a seus fundamentos teóricos. Tradução de: Luiz Flávio Gomes. 3ª. ed. São Paulo: Revista dos tribunais, 2002.

MOLINA, A. G-P.; GOMES, L. F. Criminologia: Introdução a seus fundamentos teóricos; Introdução às bases criminológicas da Lei 9.099/95; Lei dos Juizados especiais Criminais. 8ª. ed. rev. e. atual. São Paul: Revista dos tribunais, 2002.

PAULA, T. B. de. Criminologia: estudo das escolas sociológicas do crime e da prática de infrações penais. 2013. 46 f. Graduação (Bacharel em Direito) – Universidade do Norte Paulista, São José do Rio Preto, 2013.

PENTEADO FILHO, N. S. Manual de Criminologia. 3ª ed. São Paulo: Saraiva, 2013.

PIMENTEL, M. P. O Crime e a Pena na Atualidade. 24ª ed. São Paulo: Atlas, 2007.

RIBEIRO, M. dos. S. Um breve histórico das escolas: clássica, positiva, crítica, moderna alemã e a influência da escola positiva na formação do Código Penal de 1940. 2017. Disponível em: https://jus.com.br/artigos/59164/criminologia. Acesso em: 13 mai. 2020.

RODRIGUES, E. M. S. Comportamento Criminal do Psicopata. 2019. Disponível em: https://ambitojuridico.com.br/cadernos/direito-penal/comportamento-criminal-do-psicopata/. Acesso em: 13 mai. 2020.

SCHECARIA, S. S. Criminologia. 4ª ed. ver. e. atual. São Paulo: Revista dos Tribunais, 2012.

SILVA, M. A. D.; MIQUELON, E. A. A criminologia clínica: a psicopatia e a exploração da mídia por audiência. 2018. Disponível: https://www.boletimjuridico.com.br/artigos/direito-penal/4148/a-criminologia-clinica-psicopatia-exploracao-midia-audiencia. Acesso em: 13 mai. 2020.

VIANA, E. Criminologia. 4ª ed. Salvador: Juspodivm, 2016.

[1] Baccalauréat en droit de l’Université fédérale de fluminense en 2012.

Envoyé : Avril, 2020.

Approuvé : mai 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here