La ville comme un espace de citoyenneté : une réalité dans l’éducation ?

0
677
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

FREITAS, Lucas Dornas de [1]

CASTILHO, Pedro Teixeira [2]

FREITAS, Lucas Dornas de; CASTILHO, Pedro Teixeira. La ville comme un espace de citoyenneté : une réalité dans l’éducation? – Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. Année 1. Vol. 9. Pp. 648-658 octobre/novembre 2016. ISSN. 2448-0959

Résumé

La connaissance de l’aménagement urbain est essentielle dans la formation de l’architecte et urbaniste à l’architecte conscient de l’interrelation entre l’architecture et l’urbanisme et la relation particulière et collective. Donner la même importance à l’architecture de l’urbanisme doit avoir l’engagement de l’espace public, la Citoyenneté et le collectif, qui cesse la croissance du marché et en particulier sur le collectif.

Mots-clés: Espace public ville – citoyenneté – – enseignement de l’architecture et l’urbanisme.

INTRODUCTION

Lorsque nous faisons référence à la « Faculté d’architecture » et de l’urbanisme, nous concluons que les diplômés de ces écoles soient qualifiés pour exercer l’activité de l’architecte et urbaniste ayant la même capacité. Cette conviction est affectée lorsque nous pouvons évaluer les grilles curriculaires présenté et vérifié les pratiques habituelles de professionnels, plus dirigés vers la conception de l’édifice pour la zone urbaine.

Pour beaucoup de la ville est un ensemble de bâtiments, pour les autres, c’est un ensemble de personnes. Mais, ce qui rend un ensemble de bâtiments et de personnes à être nommée ville ? Ce qui distingue un simple village ? La différence entre une ville et un village n’est pas seulement quantitative. Dans un concept brève et objectif, Allix (1956) caractérise la ville comme un groupe humain provenant d’outre-mer, où la plupart des habitants traitant de divers gîtes activités ou pastorale. Ce qui caractérise une ville n’est pas le nombre de personnes qui y vivent, mais qu’elles exercent, ainsi que comme tu le fais.

La ville peut être considérée comme une ingérence dans l’environnement la plus sévère. Peut être perçue comme la synthèse de la civilisation, dont lifestyle traverse non seulement de sa structure, mais l’ensemble de sa région d’influence, modélisation d’un univers urbain au-delà de ses frontières. La ville est l’endroit où l’homme peut améliorer leurs aptitudes intellectuelles, compte tenus de la coexistence de plusieurs groupes sociaux ; Par conséquent, un endroit où vous pouvez vous engager en mode étendu la possibilité d’un mode de vie distinct et donc la liberté.

Cependant, la ville tout en favorisant la croissance de la civilisation, puisqu’elle requiert, dans la tâche ardue de la création d’espaces adaptés aux enfants, des relations sociales humanitaires exige une action sociale de plus en plus accrue, en qui les différences peuvent être résolues ainsi progressivement plus égalitaire, plus droit, plus fatigué, surtout sur le plan culturel, plus sain et durable.

CITOYENNETÉ

Le mot « citoyenneté » dérive du Latin civitas qui signifie ville. Dans l’antiquité classique, le citoyen a été celui qui a vécu dans les villes et leurs relations sociales reposaient sur les devoirs et droits communs. Les tiges des années, la citoyenneté a été perçue comme un ensemble de droits. Le concept d’égalité des droits a transformé la société précédente, établie sur la notion de statut inégal. Citoyenneté établit un code commun de droits et, bien que certaines différences hiérarchiques demeurent, comme les différences entre les classes sociales, de race et de genre, citoyenneté signifie qui, toujours, citoyens part égalité des droits et devoirs. La liberté et la diversité dans les villes seulement a fait étendre ces droits.

Cependant, pas toutes les personnes résidant dans les villes aussi profiter du droit à la ville, considérée comme une vie décente et un accès à tout ce qu’elle fournit, tels que le droit à la liberté d’aller et venir, d’exprimer un point de vue, de produire, pour étudier, pour vivre décemment et d’avoir accès à la culture de ses manières plus variés.

Entre nous la citoyenneté si établi d’une manière hiérarchique, une contradiction avec le concept d’égalité qu’elle assume. Pour le comprendre dans ses manifestations quotidiennes, il était nécessaire de créer des paramètres bizarres comme subcidadãos ou hipercidadãos, citoyenneté réglementée, les citoyens de négatif, estadania, parmi beaucoup d’autres. Bizarre, mais indispensable à la compréhension de nos différences constantes. Bien que personne ne devrait ignorer les transformations et les victoires, beaucoup de différences essentielles et pas seulement des différences persistent. Et, si vous persister, la citoyenneté ne peut pas être complète, depuis la pratique pour un suppose la pratique des autres. Le droit à la culture suppose la jouissance des droits civils, est liée à la libre expression de l’opinion, le droit de venir et aller et, par conséquent, l’accès gratuit aux divers endroits de la ville. Ceci, suppose que vous êtes inquiet, le droit à une vie décente et l’insertion dans la ville. Ont le droit de participation politique si favorise et complète avec le droit à l’éducation et au savoir.

Pour quels droits peuvent être exercés en pleine forme, il faut que sont établis légalement – qui donne la transparence et la protection. Mais ils doivent aussi être expérimentés : citoyens doivent avoir la science et les conditions de les exercer. La garantie légale est une étape qui doit être complété par l’exercice, la pratique du droit.

Par conséquent, la Loi de la ville de groupe les producteurs et les acteurs de la culture et aussi leurs grandes organisations ne signifie pas que tout le monde a pleinement accès à la culture. Pour assurer que cet accès passe par un processus de changement social et politique. Dans le contexte politique, il est vital que les verdicts sur la vie culturelle contient avec les activités des différents acteurs sociaux. Dans le contexte social, nos villes soient plus égalitaires dans leur espace, assure la coexistence au lieu de séparation. La discrimination spatiale qui marque nos villes est un blocus physique et social de nombreux droits, en plus d’être un moyen de multiplication des différences.

Bien que la répétition du sujet de déterritorialisation, ce que vous voyez dans certains territoires de la capitale brésilienne est l’existence de groupes sociaux avec peu de puissance mobilité physique du fait de la région métropolitaine et ses dépenses, mais aussi les difficultés de vivre avec d’autres groupes et les espaces des distances, devenant ainsi prisonniers de leur lieu de résidence. Surmonter ces obstacles est un défi pour les gestionnaires publics, décentraliser la culture est une autre. Dans ces deux cas, ce que nous réalisons est l’importance de la culture et de ses défis : ni détenus ni exclusif d’un espace Submissives.

Enfin, l’espace est une composante essentielle de l’identification des citoyens avec les villes, aussi bien dans leurs espaces publics, tels que des places et des parcs, dans leurs immeubles référentielles de différentes façons de vivre, dans le quartier ou même chez eux. Dans la structuration de notre identité, plusieurs sens engagé l’appel de rôle américain aux particuliers, aux choses et des événements, mais l’espace se distingue. Est par le biais de la mémoire des lieux, notre record d’expériences dans la mémoire et de nos sentiments. Faire partie d’une ville, un État ou un pays est non seulement un statut juridique, mais, surtout, le partage d’expérience et l’expérience des emplacements. Il s’agit de l’importance de maintenir les emplacements plus expressifs de la ville comme un moyen de renforcer l’appel pour l’identification et l’engagement des citoyens de la ville.

La compréhension actuelle du patrimoine culturel, à la place du patrimoine historique et artistique, est indicateur de processus d’incorporation pour cette politique publique, matériel et immatériels événements culturels et divers groupes sociaux qui forment le collectif brésilien. La mise en place de la ville sur la protection du patrimoine mondial, en particulier depuis la Constitution de 1988, donner du concret à cette expansion, en plus de la richesse de la vie quotidienne des habitants des villes, se connecter à leurs identités.

Si la réclamation que la ville est un lieu de liberté, de citoyenneté et de la culture si elle contredit avec notre réalité, pas son image, l’affirmation de cette croyance et cette théorie est le fondement de nos actions dans le monde.

VILLE ET CITOYENNETÉ

La citoyenneté représente un ensemble de droits ancestraux et droits de la personne face à l’État et la société, qui déterminent la démocratie. La citoyenneté est fondée sur les principes du droit et l’égalité : tous sont égaux devant la Loi et tout le monde a le droit d’agir, directement ou indirectement, du processus de création de ces mêmes lois (participation politique). La citoyenneté comprend aussi les droits sociaux ou, tel qu’indiqué par Marshall (1967), le « droit de participer entièrement dans le patrimoine social et de mener la vie d’un être civilisé selon les normes qui prévalent dans la société. ”

Au sujet de l’éducation à la citoyenneté, Fernandez, Miranda et Alexander (2002) confirment que la citoyenneté n’est pas juste un tas de droits, mais elle couvre également la participation consciente à la vie publique et dans la vie sociale, dans laquelle un citoyen « doivent développer afin de lutter pour l’intégration sociale, préservation de l’environnement, justice sociale, solidarité, sécurité, tolérance, déclaration de la société civile contre arbitraire du pouvoir » (FERREIRA ; MIRANDA ; ALEXANDER, 2002, p. 2.3).

Ainsi, la ville doit être l’emplacement du plein exercice de la citoyenneté. Cela signifie non seulement la ville doit assurer les moyens pour l’être humain à se développer sur le plan culturel et matériel, mais que leur ville soit un résultat d’aspiration et de tous ses citoyens. De cette façon, la politique de développement urbain doit être un produit de cet exercice.

Le statut de la ville détermine que la fonction sociale de la propriété et le droit à la ville sont les principes de la politique urbaine. Que cela signifie-t-il ? Tout d’abord, cela signifie que l’intérêt public l’emporte sur les intérêts privés et que la propriété urbaine doit s’adapter à la prospérité commune et la justice sociale (BRÉSIL, 2002).

La mise en place du statut de la ville et l’exercice de la fonction sociale de la propriété nécessite un outil essentiel : le plan d’urbanisme. Il s’agit de l’outil de base de la politique urbaine, requise par la Constitution de 1988 à toutes les municipalités avec plus de 20000 habitants. Le plan directeur est une loi, approuvée par le Conseil municipal, qui détermine les lignes directrices pour la croissance urbaine (délimitation de la zone urbaine et l’expansion urbaine, c'est-à-dire, de quelle manière la ville devrait élargir), au zonage urbain (gestion d’aménagement : les aires appropriées pour la Fondation des industries, des surfaces commerciales, bâtiments résidentiels, logements grappes etc.), pour la fixation des allotissements , pour la régularisation agraire (illegal bâtiment, bidonvilles, tènements, etc.) et tout ce qui concerne la croissance et le développement de la ville (BRÉSIL, 2002).

Le statut de la ville prévoit que, dans l’élaboration du plan directeur, doit avoir lieu, en tout état de cause, la participation des citoyens, directement et indirectement, par l’intermédiaire de leurs représentants d’associations. Devrait être fait d’études et les conférences, débats et auditions publiques de la ville, diagnostics et propositions faites devraient être largement publiées par les outils de communication, donc tout le monde peut agir sur un pied d’égalité (BRÉSIL, 2002).

Le droit à la ville signifie plus que le droit au logement, le droit à une vie décente, y compris toutes les choses qui peut fournir une ville : écoles, dispensaires, hôpitaux, parcs, espaces verts, eau, égout, collecte des déchets, bref, tous les appareils et les conditions sociales qui peuvent rendre la vie urbaine saine et protégée.

La structuration d’une ville de tous et pour tous nécessite une constante Conférence des débats politiques et un agenda social qui s’exprime dans les lois, les projets et les actions.

ENSEIGNEMENT DE L’ARCHITECTURE ET L’URBANISME

Une censure de grilles curriculaires ordinaires en vigueur dans les écoles d’architecture et d’urbanisme est sur la fragmentation et la compartimentation des cours d’affaires. Normalement, le cours et ses disciplines sont réunis par des ministères ou des « industries de la connaissance » qui est présenté comme un prétexte à des questions de qualité de la formation professionnelle dans le présent.

Un autre problème est le manque d’intérêt des élèves en étude et rencontrer l’aménagement urbain, de ses causes dans la dynamique, logique et aussi des événements de la modernité. Le collectif progressivement est guidé par le processus d’atomisation et d’individualisation, dans laquelle les intérêts privés sont plus importants que les intérêts publics. Les entités jusqu’alors créateurs d’opinions sont remises en cause : la famille, la religion et l’État. La progression de marché comme faisant référence. Ainsi, établit la liberté individuelle, le plaisir instantané et en même temps, la vitesse, le changement et la concision. Les firmes au monde NET et le marché se développe sur les différents domaines de l’expérience humaine.

Donner que la même importance à l’architecture de l’urbanisme est d’appeler l’engagement avec le collectif, de la Citoyenneté et de l’espace public pour l’architecte, en arrêtant la progression du marché et en particulier sur le collectif. Est d’impliquer les professionnels dans la création constante de la ville et ainsi l’enseignement du nouvel urbanisme.

Un architecte qualifié pour comprendre que l’urbanisme peut faire des critiques et à construire des espaces publics appropriés et de haute qualité – espaces puissent reprendre l’utilisation et les expériences collectives dans les villes de plus en plus marquées par l’indifférence et peu-si les espaces publics. Je veux dire, c’est l’architecte devient un sujet qui connaissent bien votre participant de fonction dans la création de la ville et ses territoires.

A cette époque, la connaissance de la critique de conception et la conduite urbaine apparaissent comme stimulateurs de nouvelles actions et de nouveaux compromis – sont un champ libre à la rescousse de l’importance de l’espace public et la création d’une éthique professionnelle engagée avec la composition de la ville, le bien-être de ses habitants et les générations futures. C’est sous cette conception qui a réexaminé que l’enseignement de l’urbanisme aujourd'hui peut apporter de nouvelles perspectives selon les facultés, leurs enseignants et les étudiants. Donc, vous le souhaitez, grâce à la reconnaissance de l’aménagement urbain, placer et faire fonction d’architecte-urbaniste la scène comme acteur dans la structuration de l’espace de la ville tout aussi indispensable.

RÉFÉRENCES

ALLIX, André. Manuel de géographie générale : physique, humain y. Madrid : Ediciones Rialp, 1967.

Brésil. Loi nº. 10 257 du 10 juillet 2001. Le statut de ville et la législation connexe.  2. Éd., actuel.  Brasilia : Sénat fédéral, Secrétariat pour les questions techniques, 2002. 80 p. disponible à : <http: www.geomatica.ufpr.br/portal/wp-content/uploads/2015/03/estatuto-da-cidade.pdf="">.</http:> Accès à : jeu de 6. 2016

FERREIRA, M. M. ; MIRANDA, B. M. ; Alexander. Éducation à la citoyenneté : les tendances actuelles. Tetsdais-Active citoyenneté, développement durable et diversité culturelle, 2002.

FISCHER, Sylvia. Mythes et perspectives : la profession d’architecte et d’enseignement de l’architecture. Magazine design, Rio de Janeiro, 1995.

MARSHALL, t. h. citoyenneté, classe sociale et statut. Rio de Janeiro : Zahar, 1967.

NUNES Debora. La formation des architectes. Dans : NUNES, Debora (prg.). Salvador : l’architecte et la ville informelle. Salvador : PPG-FAUFBA/LabHabitar, 2000, 216p.

[1] École de Pythagore. Département d’architecture et design urbain

[2] UFMG. Département de psychologie

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here