Évaluation anthropométrique et enregistrement alimentaire d’un groupe de personnes âgées d’un programme de santé à Mineiros-GO

0
14
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

CARRIJO, Lucilene Santos Pereira [1], FRANÇA, Ana Paula Souza [2], TAVARES, Dielly Custódio [3], OLIVEIRA, Kelly Kristina Nogueira de [4], SILVA, Istefane Borges da [5], COSTA, Sílvia Souza Lima [6], FREITAS, Lunara da Silva [7]

CARRIJO, Lucilene Santos Pereira. Et al. Évaluation anthropométrique et enregistrement alimentaire d’un groupe de personnes âgées d’un programme de santé à Mineiros-GO. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 06, Vol. 04, p. 162 à 179. Juin 2021. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès : https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sante/programme-de-sante

RÉSUMÉ

Actuellement, le nombre de personnes âgées a considérablement augmenté au Brésil et dans le monde. On croit que cette augmentation est liée aux politiques de santé publique, à l’aide sociale, à la sécurité sociale et au souci d’un vieillissement actif et en santé. Évaluer le profil anthropométrique et alimentaire des membres âgés d’un programme de santé à Mineiros-GO. Étude observationnelle descriptive, développée avec les personnes âgées (âge ≥ 60 ans), des deux sexes. Les individus ont été soumis à l’anthropométrie, et la taille, le poids, le tour de taille, le tour de veau, l’évaluation brachiale et de graisse corporelle par des skinfolds ont été évalués. L’évaluation des habitudes alimentaires a été faite en analysant 3 dossiers alimentaires sur des jours de semaine non consécutifs, dont un le week-end. Les participants étaient âgés de 54 ans, principalement des femmes (85 %), avec un âge moyen de 72,4 + 6,6 ans. Bmi a indiqué que 50% des personnes âgées étaient en surpoids. Le tour de taille a indiqué le risque de maladies cardiovasculaires chez les femmes, mais pas chez les hommes. Le pourcentage de graisse était adéquat pour des femmes, cependant, a augmenté pour des hommes (F : moyen = 33,3%, écart-type = + 5,6% ; H : moyenne = 31,2 %, ET = + 6,9 %). L’évaluation des habitudes alimentaires a montré un apport en macronutriments et des micronutriments adéquats inférieurs au niveau recommandé. La présente étude a montré que, malgré la prise adéquate de macronutriments, le groupe présentait un surpoids et un risque élevé de maladies chroniques. Par conséquent, il est suggéré de mener plus de recherches avec les personnes âgées, afin de contribuer à un vieillissement naturel et sain.

Mots-clés : Vieillissement, Anthropométrie, Consommation alimentaire.

1. INTRODUCTION

Selon l’Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE), les personnes âgées de 60 ans ou plus sont considérées comme âgées. Actuellement, le nombre de personnes âgées a considérablement augmenté au Brésil et dans le monde, et au Brésil, l’estimation pour 2050 atteindra 66,5 millions de personnes (29,3%) dans ce groupe d’âge. On croit que cette augmentation est liée aux politiques de santé publique, à l’aide sociale, à la sécurité sociale et à l’importance d’un vieillissement actif et en santé, dans lequel la demande augmente pour ce groupe (BRASIL, 2016).

L’augmentation de l’espérance de vie de la population peut être liée à la découverte de la guérison et du traitement de diverses pathologies au cours des dernières années. On peut observer que la qualité de vie et l’économie sont également directement liées à cette augmentation. Le vieillissement provoque l’émergence de plusieurs maladies chroniques non transmissibles (MNT), telles que le diabète sucré, l’hypertension, les dyslipidémies et le cancer. Ainsi, il est nécessaire de mieux prendre en charge les personnes âgées, en plus des investissements dans les domaines de la santé, afin de promouvoir le vieillissement en bonne santé de l’ensemble de la population (MIRANDA; MENDES; SILVA, 2016).

L’origine des MNT est liée, entre autres facteurs, au mode de vie et aux habitudes alimentaires, car une alimentation inadéquate peut entraîner le développement de troubles qui interfèrent tout au long de la vie. Une alimentation équilibrée est extrêmement importante et contribue au vieillissement en bonne santé, qui peut être influencé par le mode de vie et des facteurs génétiques. Une alimentation saine ainsi que des pratiques régulières d’activité physique sont des mesures pour atteindre un vieillissement en santé (MARCHIONI; FISBERG, 2009). En outre, chacun a droit à une alimentation de qualité, en quantités suffisantes, dans des conditions microbiologiquement accessibles, qui répondent aux besoins particuliers de chaque individu et assurent un vieillissement sain (GEUS et al., 2011).

L’évaluation anthropométrique est d’une importance primordiale dans le processus de vieillissement, une phase dans laquelle l’individu présente des changements physiologiques caractéristiques de l’âge. Parmi eux, on peut citer des altérations de la cavité buccale, qui entravent la mastication, la déglutition et la perception des caractéristiques sensorielles des aliments. En outre, il existe également des altérations gastro-intestinales et métaboliques et une perte de masse musculaire, conduisant à une sarcopénie, à une réduction de la force physique et à une dépense énergétique totale avec une perte d’autonomie conséquente. L’alimentation des personnes âgées est un facteur qui nécessite beaucoup d’attention, car c’est une période au cours de laquelle des changements se produisent, soit dans les conditions internes de leur corps, soit dans celles liées aux contextes externes de l’environnement, qui modifient leurs habitudes alimentaires. Il est important de se rappeler que la vieillesse est un processus lié aux changements de comportement, étant donné les transformations qui se produisent au fil du temps (MIRANDA; MENDES; SILVA, 2016; GEUS et al., 2011).

La sarcopénie est définie comme la perte de masse maigre, de force et de fonction musculaire, qui peut affecter les hommes et les femmes, étant associée à un risque plus élevé de chutes et à une diminution de la capacité fonctionnelle. Avec le vieillissement, la sarcopénie a tendance à s’aggraver et est liée à un faible indice de masse corporelle (IMC) et à un mode de vie sédentaire (NETO et al., 2012). On croit que l’évaluation anthropométrique est importante pour la population âgée parce qu’elle fournit de l’information qui peut refléter leur état de santé et leur qualité de vie. Il s’agit d’une méthode rapide, facile à réaliser, non invasive et peu coûteuse, réalisée au moyen d’instruments simples tels que des balances, des rubans à mesurer et des adipomètres. Il est composé de mesures telles que le poids, la taille, les circonférences et les plis cutanés (PFRIMER; FERRIOLLI, 2008). L’évaluation nutritionnelle vise à vérifier la présence de maladies ou de troubles nutritionnels, en utilisant des mesures appropriées pour collaborer au rétablissement et au maintien de l’état de santé de la personne (MELLO, 2017).

Ainsi, l’objectif de cette étude était d’évaluer le profil anthropométrique et alimentaire des membres âgés d’un programme de santé à Mineiros-GO.

2. MATÉRIAUX ET MÉTHODES

2.1 SUJETS DE CONCEPTION ET D’ÉTUDE

Il s’agit d’une recherche descriptive sur la conception observationnelle, qui a été développée avec un groupe de participants âgés à un programme de santé d’un établissement d’enseignement supérieur (EES) de Mineiros -Goiás, d’août à novembre 2019. Le groupe de santé a débuté en février 2018 et compte actuellement 82 personnes âgées, 10 hommes et 72 femmes. L’objectif principal du programme était de fournir aux personnes âgées les connaissances nécessaires pour atteindre un âge avancé digne, avec la santé et l’autonomie. Une équipe multidisciplinaire, composée d’étudiants et d’enseignants d’un établissement d’enseignement supérieur, de divers domaines, mène les activités avec les participants dans un espace approprié. Parmi les activités développées figurent la réalisation de conférences éducatives, de dynamiques, de roues de conversation et d’activités physiques. Le cycle d’activités a lieu tous les semestres, deux fois par semaine.

Les sujets de recherche ont été définis à l’aide de critères d’inclusion : être actuellement inscrits dans le groupe de santé, être âgés de ≥ 60 ans, les deux sexes.Les critères d’exclusion étaient les suivants : les personnes qui présentaient un état physique ou mental qui aurait pu les empêcher de participer ou celles qui avaient choisi de ne pas participer.

La recherche a été approuvée par le Comité d’éthique de la recherche (CEP) sous le numéro CAAE 14279919.0.0000.5428, car elle est conforme à la Résolution n° 466/12 du Conseil national de la santé, qui porte sur les aspects éthiques de la recherche avec des êtres humains.

2.2 PROCÉDURES

La recherche a été menée à des heures et des jours établis, avec la collecte de données d’août à octobre 2019, avec signature du formulaire de consentement libre et éclairé (TCLE). Un questionnaire a été élaboré spécifiquement pour cette recherche, contenant des renseignements sociodémographiques tels que la date de naissance, le sexe, la race ou l’origine ethnique, l’état matrimonial, la profession, le revenu familial, l’activité physique régulière, le tabagisme, la consommation d’alcool et le diagnostic de diabète et d’hypertension.

Après avoir rempli ce questionnaire, les individus ont été soumis à l’anthropométrie, lorsque les mesures de la taille, du poids (pour calculer l’IMC), du tour de taille, du mollet, du bras, du muscle du bras et des plis cutanés ont été enregistrées: trichisthèse, sous-scapulaire, veau et suprailiac.

La hauteur a été mesurée par un estadiomètre, avec une précision de 1 mm. La mesure a été effectuée avec des individus pieds nus, en position verticale, pieds unis, fesses, épaules et talons contre le mur, les bras lâches le long du corps. La taille a été déterminée selon le sexe, d’après les formules proposées par Chumlea (1985) (CHUMLEA; ROCHE; STEINBAUGH, 1985).

Le poids a été vérifié au moyen d’une balance numérique de la marque Omron® d’une capacité de 150 kg, avec l’individu debout, pieds nus, utilisant des vêtements légers, des pieds unis et un poids répartis sur les deux pieds. L’IMC a été calculé en tenant compte du rapport entre la masse corporelle (en kg) et la hauteur (en mètres) au carré (kg/m²) et classé selon les seuils proposés par Lipschitz (1994).  (tableau 1).

Tableau 1 – Classification de l’état nutritionnel selon l’IMC pour les personnes âgées.

Classification de l’IMC (kg/m²)
< 22 Faible poids
22-27 eutrophie
> 27 surpoids

Source: Lipschitz (1994). IMC – indice de masse corporelle.

Le rapport taille-hauteur (WHT) a été évalué en divisant la taille par la taille, en partant de la prémisse que le tour de taille d’une personne ne devrait pas être supérieur à la moitié de sa taille. Les valeurs de référence, selon Pitanga (2011) sont : 0,52 pour les hommes et 0,53 pour les femmes. Lorsqu’ils sont supérieurs à la référence, ils indiquent un risque cardiovasculaire (PITANGA, 2011).

Le tour de taille a été mesuré avec un ruban à mesurer inélastique et flexible de marque Prime Med® d’une capacité de 150 cm, à mi-chemin entre la dernière côte et la crête iliaque en triple, avec l’individu en position verticale, abdomen détendu, bras tendus latéralement le long du corps avec les paumes tournées vers le corps, les pieds légèrement écartés et le poids uniformément réparti entre les deux membres inférieurs. Pour la classification du tour de taille, la Sociedade Brasileira De Diabetes (2017) a été utilisée comme référence. (Tableau 2).

Tableau 2 – Seuils du tour de taille pour définir le risque de complications métaboliques.

sexe Risque de complications métaboliques
Élevé (cm) Très élevé (cm)
hommes 94 > 102
femme 80 > 88

Source : Société brésilienne du diabète, 2017

La circonférence du mollet (CP) a été mesurée afin d’évaluer la perte de masse maigre, avec l’individu assis, jambe fléchie à un angle de 90º avec le genou, plaçant le ruban sur la circonférence avec le plus grand diamètre du mollet et mesuré latéralement. Les valeurs de référence retenues, qui indiquaient une diminution de la masse musculaire, étaient : < 33 cm pour les femmes et < 34 cm pour les hommes (PAGOTTO, 2018).

La circonférence du bras a été mesurée avec l’individu dans une position anatomique. Avec le bras fléchi à un angle de 90º avec le coude, le point médian entre l’acromion et l’extrémité de l’olécrâne était localisé. Après avoir marqué le point médian, l’individu a étendu les bras le long du corps avec la paume tournée vers la cuisse et la mesure de la circonférence a été effectuée en millimètres. Cette mesure a été utilisée pour estimer le tissu musculaire, obtenu grâce aux résultats de la circonférence du bras et du DCT, à l’aide des formules appropriées (FRISANCHO, 1990).

La classification du pourcentage d’adéquation du CMB a été faite comme suit: malnutrition sévère ( 70%, modérée > 70-80%, légère > 80-90% et > eutrophique 90-100%. Les pourcentages pour le calcul du pourcentage d’adéquation ont été obtenus dans des tableaux de référence, selon Frisancho (1990).

Pour déterminer la graisse corporelle, les quatre plis cutanés ont été mesurés à l’aide d’un adipomètre de marque CESCORF®. Le pli cutané du triceps (DCT) a été réalisé avec l’individu tourné à l’opposé du mètre, où le point médian entre l’acromion et l’olécrâne était marqué, formant le pli du tissu adipeux (SAMPAIO, 2012).

Le skinfold subscapulaire a effectué avec l’individu en position orthostatique avec son dos au compteur, lui demandant de plier le bras en arrière, sur les arcs costar, formant un angle de 90º avec le coude. À l’aide des doigts, le point situé sous l’angle inférieur du scapulaire a été localisé et marqué, où la mesure de flexion a été effectuée (SAMPAIO, 2012).

Le pli cutané supraliaque a été mesuré en position debout, vu par l’observateur latéralement. Prise d’un pli cutané oblique immédiatement au-dessus de la crête iliaque, coïncidant avec une ligne imaginaire descendant de la ligne axillaire antérieure. Le dispositif était fixé à 1 cm sous le pli d’insertion (SAMPAIO, 2012).

Le pli cutané du mollet a été mesuré à l’extrémité du plus grand périmètre de la jambe, l’individu étant assis et l’articulation du genou en flexion formant un angle de 90º avec la cuisse. Le pourcentage de graisse a été estimé pour les valeurs spécifiques de l’IMC pour les personnes âgées et classé selon une étude menée par Gallagher et al. (2000) avec 1626 individus des deux sexes et 3 ethnies différentes (GALLAGHER, 2000). (tableau 3).

Tableau 3 – Seuils estimés pour le pourcentage de graisse corporelle chez les personnes âgées de 60 à 79 ans, selon la race et l’IMC.

IMC

(Kg/m²)

Femmes (%) Hommes (%)
Afrodescendant jaune blanc Afrodescendant jaune blanc
22

27

27,4

37,8

30,9

38,9

29,7

41,0

13,1

24,8

16,6

25,9

15,5

27,0

Source : adapté de Gallagher et coll., 2000. IMC – Indice de masse corporelle.

Pour les calculs, l’équation de prédiction de la densité corporelle (DC) proposée par Petroski (1995) a été appliquée, et la formule de Siri, qui utilise le DC pour calculer le pourcentage de graisse (PETROSKI, 1995).

2.3 CONSOMMATION ALIMENTAIRE

L’évaluation de la consommation alimentaire a été réalisée en analysant 3 fiches alimentaires. Le volontaire a choisi 3 jours non consécutifs par semaine, dont un jour de week-end, soit le lundi, mercredi et samedi et a enregistré tous les aliments consommés avec leurs quantités respectives, mesures ménagères, marques déposées, formes de préparation, heure et lieu des repas. Par la suite, ces enregistrements ont été analysés individuellement pour évaluer la consommation alimentaire de manière quantitative. Pour analyser l’adéquation des glucides, des protéines, des lipides et des micronutriments (calcium, vitamine D, fer et sodium), des valeurs de référence ont été utilisées pour l’âge moyen de l’échantillon, compte tenu du sexe, selon les DRIs (Dietary Reference Intake), (1997) (INSTITUTE OF MEDICINE, 1997; PADOVANI, 2006).

2.4 TRAITEMENT DES DONNÉES

Les données ont été représentées de façon descriptive. Pour les variables continues, la moyenne arithmétique a été utilisée, avec son écart type (ET) respectif, et pour les variables catégorielles, la fréquence absolue (N) et le pourcentage (%). La totalisation et le calcul des données descriptives ont été élaborés à l’aide du programme Microsoft Office Excel, version 2013.

3. RÉSULTS

Le programme de santé comptait initialement 82 participants inscrits et, parmi ceux-ci, 60 étaient des habitués et ont accepté de participer à l’étude. Sur les 60 personnes interrogées, 6 avaient moins de 60 ans et ont donc été exclues. Les participants étaient âgés de 54 ans, la plupart de sexe féminin (85 %), avec un âge moyen de 72,4 + 6,6 ans, minimum de 60 ans et maximum de 85 ans. Les personnes âgées étaient pour la plupart de race blanche, mariées ou en union stable et retraitées (tableau 4).

En analysant l’état nutritionnel, l’IMC a indiqué une eutrophie chez les hommes (IMC = 26,0 kg/m²) et un surpoids chez les femmes (IMC = 27,7 kg/m²). De plus, 50 % de toutes les personnes âgées faisaient de l’embonpoint. Le tour de taille a indiqué le risque de maladies cardiovasculaires chez les femmes, mais pas chez les hommes. La CMB était adéquate pour 100 % des femmes évaluées et pour la plupart des hommes (87,5 %). Cependant, la circonférence du veau n’a indiqué une masse maigre adéquate que pour 56,5 % des femmes et 37,5 % des hommes. Le pourcentage de graisse était adéquat pour des femmes, cependant, a augmenté pour des hommes (F : moyen = 33,3%, écart-type = + 5,6% ; H : moyenne = 31,2 %, ET = + 6,9 %). Le tableau 4 présente les caractéristiques de l’échantillon.

Tableau 4 – Données sociodémographiques et anthropométriques de l’échantillon, selon le sexe.

Variables Hommes

N =8

Femmes

N = 46

Âge (années) 76 + 8 71 + 6
caucasien 6 (75,0) 33 (71,7)
Union conjugale ou stable 8 (100) 25 (54,3)
Jusqu’à terminer l’école primaire 3 (37,5) 32 (69,6)
retraité 8 (100) 37 (80,4)
Étilistes 2 (25,0) 5 (10,9)
Fumeurs 1 (2,2)
Diabétiques 2 (25,0) 10 (21,7)
hypertendu 2 (25,0) 30 (65,0)
Indice de masse corporelle (kg/m²) 26,0 + 5,6 27,7 + 4,3
Rapport hauteur de taille 0,55 + 0,07 0,50 + 0,1
Tour de taille (cm) 90,4 + 11,0 86,2 + 12,8
Adéquation supérieure à 90 % du CMB 7 (87,5) 46 (100)
CP approprié 3 (37,5) 26 (56,5)
Matières grasses (%) corporel 31,2 + 7 33,3 + 5,6

Valeurs représentées en moyenne + écart type ou n (%). CMB – Circonférence musculaire du bras. CP – Circonférence du veau. Source: auteur.

Les dossiers alimentaires ont été évalués dans 34 (63 %) des personnes qui ont retourné des dossiers alimentaires complets et avec des renseignements valides. L’apport calorique moyen de l’échantillon évalué était inférieur à celui recommandé par les DRIs, tant pour les hommes (2 497 kcal pour un homme de 76 ans) que pour les femmes (2 039 kcal pour une femme de 71 ans).

L’apport en glucides était adéquat pour les deux sexes, selon la recommandation (45-65%). De même, l’apport en protéines et en lipides était également adéquat pour les hommes et les femmes (recommandation : 10 à 35 % et 20 à 35 %, respectivement).

En ce qui concerne les micronutriments, l’apport moyen en calcium constaté (recommandation : 1200 mg, 70 ans) et en vitamine D (recommandation : 15 μg, 70 ans) était insuffisant pour les deux sexes. D’autre part, l’apport moyen en fer était adéquat pour les hommes et les femmes (recommandation: 8mg, 70 ans). L’apport moyen en sodium était adéquat chez les deux sexes, étant donné qu’un apport inférieur à 2400 mg par jour est recommandé à tout âge (tableau 5).

Tableau 5 : Moyennes et écarts types de l’apport en macro et micronutriments évalués par le dossier alimentaire de 3 jours, selon le sexe.

Variables mâle femelle mâle femelle
Moyenne + ET Moyenne + ET recommandation
Calories totales (Kcal) 1340+429,7 1194+333,4 2497 2039
Glucides (%) 47,4+11,5 51,9+7,5 45-65
Protéines (%) 21,5+7,5 22,3+5,9 10-35
Lipides (%) 29+6,7 26,9+5 20-35
Calcium (mg) 460,3+216,4 326+193 1200
Fer (mg) 12,4+3,3 9+3,4 8
Vitamine D (μg) 11,8+23 1+0,9 15
Sodium (mg) 2372,7+1864,4 1216,2+753,7 ˂ 2400

Valeurs représentées en moyenne + écart type ou n (%). Source: auteur.

4. DISCUSSION

Cette étude décrit l’évaluation anthropométrique et alimentaire des participants âgés à un programme de santé. Le groupe se composait principalement de femmes âgées (85 %), ainsi que de la population brésilienne, en général, dans laquelle les femmes montrent un plus grand intérêt pour la recherche de la santé. Cela peut être lié à la portée accrue des programmes de santé, qui sont généralement davantage axés sur la santé des femmes, des enfants et des personnes âgées, le plus souvent accompagnés de femmes (SOUZA, 2013).

L’âge moyen était de 72,4 ans, équivalent à une autre étude, qui a trouvé un âge moyen de 70,4 ans (BORBA ; MUNIZ, 2011).

En ce qui concerne l’éducation, il a été remarqué que la plupart des personnes interrogées avaient peu accès à l’éducation, ne dépassant pas l’école primaire (68,5 %) et cela peut avoir un impact négatif sur les soins et la qualité de vie des personnes âgées. En outre, cela peut impliquer des difficultés à comprendre et à apprendre les saines habitudes alimentaires (BORBA; MUNIZ, 2011; SILVA; SIMÕES; LEITE, 2007).

L’étude en question a montré un faible nombre de fumeurs et de fumeurs, un résultat pertinent pour la santé de cette population. D’autre part, une étude a observé une prévalence plus élevée de personnes âgées qui consommaient de l’alcool et des cigarettes, 20,8% des hommes et 11,7% des femmes. L’alcoolisme et le tabagisme sont des habitudes qui peuvent avoir des conséquences néfastes sur la santé des personnes âgées, car le tabac est considéré comme l’un des cancérogènes les plus influents pour l’homme. Une consommation élevée d’alcool est associée à l’hypertension, à la cirrhose, aux accidents vasculaires cérébraux hémorragiques et aux cancers de l’oropharynx, du larynx, de l’œsophage et du foie (SENGER, 2011).

L’IMC moyen constaté a montré un surpoids pour la plupart des femmes (27,7 kg/m²), une valeur similaire à celle de l’étude de Closs (2015), où les femmes présentaient des niveaux d’IMC élevés (29,58 ±5,96 kg/m2). L’augmentation de l’IMC peut être associée à un risque accru de décès, en plus de l’association avec le développement de facteurs de risque cardiovasculaires chez les personnes âgées (CLOSS, 2015).

Cependant, en comparant cette recherche avec d’autres études qui ont également évalué l’IMC pour ce groupe d’âge, indiquant un surpoids pour les deux sexes, ils rapportent la relation avec le mode de vie. Ainsi, l’augmentation de l’IMC est associée à des causes de mortalité chez les hommes et les femmes de plus de 60 ans. En outre, l’augmentation de la masse grasse et la perte de masse maigre sont associées au risque et au développement de maladies. Il est à noter que l’IMC est une variable qui ne doit pas être évaluée individuellement car il s’agit d’une méthode qui ne considère pas les pannes corporelles séparément. Par conséquent, il est conseillé de les associer à d’autres indicateurs tels que les plis et les circonférences (SANADA, 2018).

Le rapport taille (WHtR) trouvé dans l’enquête a indiqué un risque de maladie cardiovasculaire chez les hommes, corroborant l’étude de Closs (2015), avec des personnes âgées, qui a trouvé WHtR > 0,5. En utilisant WHtR pour évaluer le risque cardiovasculaire, on considère que le tour de taille ne doit pas être supérieur à la moitié de la taille, indiquant une obésité centrale (CLOSS, 2015). Cette méthode a été largement citée dans la littérature comme indicateur de risque chez les personnes âgées, en plus du tour de taille (WC) seul, car elle est utilisée pour évaluer le risque coronarien élevé et est liée à la mortalité (PITANGA, 2011). WHtR représente l’un des meilleurs indicateurs de risque par rapport à d’autres méthodes d’identification des maladies cardiovasculaires, telles que le WC et le rapport taille-hanches (WHR) (BENEDETTI ; MEURER ; MORINI, 2012).

Dans cette étude, WC a montré l’adéquation pour les mâles et l’insuffisance pour les femelles, aussi bien que dans l’étude de Machado; Coelho et Coelho (2010) dans lesquels les WC étaient de 87,23 ±14,2 cm chez les femelles. Selon la Sociedade Brasileira de Diabetes (2017), on sait que l’accumulation de graisse dans la région abdominale a été utilisée pour identifier l’adiposité viscérale associée au risque de maladies cardiovasculaires et métaboliques. (SOCIEDADE BRASILEIRA DE DIABETES, 2017).

 Certaines études montrent que les hommes ont tendance à avoir des dépôts de masse maigre plus élevés par rapport aux femmes. Cependant, dans cette recherche, 100% des femmes ont montré une adéquation supérieure à 90% à la CMB. Contrairement aux résultats présentés dans l’étude par Silva et al., (2015), le CMB était similaire pour les deux sexes (H : 23,8±4,1 et F : 23,5±4,2; p = 0,16).

Le CP, d’autre part, s’est avéré inadéquat pour une partie considérable des personnes âgées évaluées dans cette étude, indiquant l’affaiblissement possible de la masse maigre. Au contraire, l’étude de Closs (2015) a trouvé un résultat satisfaisant, montrant la préservation de la masse musculaire. Une CP adéquate a été associée à une plus grande force musculaire, à de meilleures performances physiques et fonctionnelles, en plus d’être indiqué comme le plus sensible à l’évaluation de la masse musculaire chez les personnes âgées (CLOSS, 2015).

Les résultats du pourcentage de graisse de cette étude ont indiqué l’excès de graisse sous-cutanée chez les hommes, corroborant le pourcentage de graisse trouvé dans l’étude qui a évalué 395 résidents âgés dans des maisons de soins infirmiers à Rio de Janeiro. Les mesures du skinfold ont été largement utilisées dans l’estimation de la graisse corporelle, car elles sont considérées comme faciles à réaliser, peu coûteuses et applicables dans les études sur le terrain et épidémiologiques (MACHADO; COELHO; COELHO, 2010).

Bien qu’eutrophes, les hommes du groupe âgé présentaient un pourcentage élevé de graisses, ce qui peut indiquer un risque accru de MNT. L’accumulation de graisse corporelle peut affecter différents systèmes et est liée à des problèmes métaboliques et sanguins, en plus de rendre les personnes âgées plus vulnérables aux limitations et à la réduction de l’activité quotidienne (MIRANDA, 2017). De plus, la plupart des hommes évalués avaient une masse maigre altérée, même s’ils étaient membres d’un programme qui offre de l’activité physique deux fois par semaine. Dans une étude qui a analysé la composition corporelle de 37 personnes âgées à Rio de Janeiro et a utilisé plusieurs méthodes pour calculer le pourcentage de graisse, il a été observé que l’une des méthodes qui ont montré des résultats significatifs était par mesure de 4 fois, le même que dans cette étude, en utilisant Petroski, (1995).

L’évaluation des apports en macronutriments et micronutriments a été estimée selon le sexe et la tranche d’âge (51-70 ans ; > 70 ans), à l’aide des DRIs (Dietary Referece Intakes) (PADOVANI, 2006). Bien que 50 % des membres soient en surpoids, un apport calorique insuffisant peut être observé conformément à la recommandation, les besoins énergétiques quotidiens moyens de ces personnes étant d’environ 2497 et 2039 Kcal (INSTITUTE OF MEDICINE, 1997) . Cela signifie que les personnes âgées consomment moins de calories que leurs besoins quotidiens. Des valeurs similaires ont été observées dans l’étude de Venturini et al., (2015), qui a trouvé des valeurs comprises entre 1320 et 1564 Kcal. Malgré cela, dans cette recherche, la proportion de macronutriments ingérés (glucides, protéines et lipides) s’est avérée adéquate. Surtout pour les personnes âgées, il est important que le régime alimentaire soit équilibré par rapport aux macronutriments, comme observé (VENTURINI, 2015).

Cependant, des insuffisances ont été observées dans l’apport en micronutriments tels que le calcium et la vitamine D, similaires à l’enquête sur le budget des ménages (POF) 2008-2009 chez les personnes âgées au Brésil, qui a trouvé une prévalence d’insuffisance proche de 80%. Deuxième Leite; Baratto et Silva (2014), le calcium est extrêmement important dans le processus de vieillissement, car il aide à prévenir l’ostéoporose et est un ingrédient alimentaire important pour le tissu osseux (FISBERG et al., 2014). Son rôle dans l’organisme dépend de l’action de la vitamine D, de l’exposition au soleil et de l’activité physique, devenant d’importants protecteurs contre la perte de masse osseuse et le développement de l’ostéoporose. Sa recommandation quotidienne est de 1200 mg par jour à partir de 51 ans pour les hommes et les femmes précisément parce que ce groupe est plus vulnérable à l’ostéoporose (INSTITUT OF MEDICINE, 1997). Toujours selon le POF, la vitamine D avait un apport proche de 100 % d’adéquation dans toutes les régions, contrairement à cette recherche qui a trouvé une insuffisance pour les deux sexes (VENTURINI, 2015).

Le fer était le seul micronutriment qui avait un apport adéquat, avec une moyenne de 12,4 mg pour les hommes et 9 mg pour les femmes. Au contraire, d’après l’étude de Venturini et al., (2015) qui a montré que les femmes ont tendance à consommer moins de fer que les hommes. Selon Gualandro; Hojaij et Filho (2010) la carence en fer est considérée comme courante chez les personnes âgées. Sa cause peut être soit l’ingestion de médicaments qui altèrent son absorption, soit l’apport insuffisant de sources alimentaires telles que la viande, les haricots, les fruits et les légumes. Environ 150 g de viande atteignent pratiquement la moitié de la recommandation quotidienne, elle est donc considérée comme un micronutriment facilement acquis (PFRIMER ; FERRIOLLI, 2008). Des études montrent que l’anémie est un trouble fréquent dans la population âgée et que sa prévalence augmente avec l’âge. Il est considéré comme un facteur de risque de morbidité et de mortalité, en plus d’interférer avec les performances physiques et mentales et la capacité de maintenir les activités quotidiennes, affectant la qualité de vie de cette population. Par conséquent, la consommation de sources alimentaires est essentielle. Selon les DRIs, les valeurs de référence pour l’apport en fer sont de 8,0 mg/jour pour les femmes et les hommes (NATIONAL ACADEMY OF SCIENCES, 2001).

Avec le processus de vieillissement, les personnes âgées ont tendance à devenir beaucoup plus vulnérables aux carences nutritionnelles, en particulier les vitamines et les minéraux, en particulier avec le tissu osseux, prédisposant à l’ostéoporose ou aux fractures osseuses. Ainsi, les personnes âgées ont besoin d’un plan alimentaire spécifique et adapté à leurs particularités nutritionnelles (VENTURINI, 2015 ; COUSSIRAT, 2012).

Cette recherche représentait une enquête d’une grande pertinence pour la population en question. Cependant, certaines limites doivent être notées. La première, liée à la taille de l’échantillon, qui peut être considérée comme petite. Néanmoins, 66% des personnes âgées inscrites dans le groupe ont été évaluées. Un autre point limitant était la méthode utilisée pour évaluer l’apport alimentaire (dossier alimentaire de 3 jours). On ne peut pas s’assurer que l’apport alimentaire de seulement 3 jours reflète fidèlement les habitudes alimentaires de l’individu, outre le fait qu’il peut y avoir des changements intentionnelles dans l’habitude alimentaire au cours de la période d’évaluation. L’évaluation de la consommation alimentaire peut être influencée par plusieurs facteurs, tels que l’interférence dans la qualité de l’information, le niveau d’éducation, le souci de l’approbation sociale et des habitudes de beauté et la perception qu’a la personne d’une saine alimentation (MENEZES, 2013).

5. CONCLUSION

La présente étude a révélé un pourcentage élevé de graisse pour les hommes, un IMC et un tour de taille élevé pour les femmes, ce qui peut impliquer l’apparition de MNT. Ce fait a attiré l’attention sur la nécessité d’une orientation nutritionnelle pour éveiller l’adoption d’habitudes alimentaires plus saines, car il est inévitable de lier ces habitudes de vie aux données anthropométriques de la population, en particulier des personnes âgées, qui sont déjà touchées par de nombreuses influences physiologiques de l’âge avancé.

D’importantes carences nutritionnelles ont également été observées dans la population âgée étudiée, principalement dans les micronutriments. On croit que cela peut être la réalité d’autres populations ayant des caractéristiques similaires, ce qui montre l’importance d’autres études avec ce groupe d’âge.

Par conséquent, il est de la plus haute importance de détecter précocement les personnes à risque nutritionnel, car il devient possible d’effectuer une intervention nutritionnelle primaire et plus spécifique, telle que le développement d’actions préventives, l’orientation nutritionnelle dans les soins de santé primaires, visant à promouvoir une alimentation saine et à stimuler l’activité physique, afin de promouvoir l’amélioration de la qualité de vie des personnes âgées.

Par conséquent, l’expansion des études de composition corporelle et de profil anthropométrique chez les personnes âgées, en utilisant des plis cutanés et des périmètres musculaires de manière plus complète, favorise un meilleur diagnostic de l’état nutritionnel de cette population, ce qui facilite la planification et l’élaboration d’une conduite à appliquer. Ainsi, il est de plus en plus important de connaître les caractéristiques anthropométriques et alimentaires spécifiques de chaque groupe d’âge, permettant la construction de normes de référence locales. Par conséquent, il est suggéré de mener plus de recherches avec ce groupe afin de contribuer à un vieillissement naturel et sain.

RÉFÉRENCES

BENEDETTI, T. R. B.; MEURER, S. T.; MORINI, S. Índices antropométricos relacionados a doenças cardiovasculares e metabólicas em idosos. Rev. Educ. Fís/UEM. Florianópolis-SC, v. 23, n. 1, p. 123-130, 1. trim. 2012.

BORBA, T. B.; MUNIZ, R. M. Sobrepeso em idosos hipertensos e diabéticos cadastrados no Sistema HiperDia da Unidade Básica de Saúde do Simões Lopes, Pelotas, RS, Brasil. Rev. Enferm. Saúde. v.1, n. 1, p. 69-76, 2011.

CHUMLEA, W. C, ROCHE, A. F, STEINBAUGH M. L. Estimating Stature from Knee Height for Persons 60 to 90 Years of Age. Journal of the American Geriatrics Society. V. 33, n. 2, p. 116-120, fev, 1985.

CLOSS, V. E.; ROSEMBERG, L.S.; ETTRICH, B. G.; GOMES, I.; SCHWANKE, C. H. Medidas antropométricas em idosos assistidos na atenção básica e sua associação com gênero, idade e síndrome da fragilidade: dados do EMI-SUS. Vev.Scientia Medica. v. 25, n. 3, p. 1-7, 2015.

COUSSIRAT, C.; BATISTA, C.; SCHNEIDER, R. H.; RESENDE, T.; SCHWANKE C. H. A. Vitaminas B12, B6, B9 e homocisteína e sua relação com a massa óssea em idosos. Rev Brasil de Geriat e Gerontol. v.15, n. 3, p. 577-585, 2012.

FISBERG, R. M.; MARCHIONI, D. M.; CASTRO, M. A.; JUNIOR, E. V.; ARAÚJO, M. C.; BEZERRA, I. N.; PEREIRA, R. A.; SICHIERI, R. Ingestão inadequada de nutrientes na população de idosos do Brasil: Inquérito Nacional de Alimentação 2008-2009. Rev Saúde Pública. v. 47 n. 1 Supl):222S-30S 2013.

FRISANCHO, A. R. Anthropometric standards for the assessment of growth and nutritional status. Ann Arbor: The University Academic Press, P. 48-53. 1990.

GALLAGHER, D.; HEYMSFIELD, S. B.; HEO, M.; JEBB, S. A.; MURGATROYD. R. A.; SAKAMOTO, Y. Healthy percentage body fat ranges: an approach for developing guidelines based on body mass index.  Am J Clin Nutr. EUA, v. 72, p. 694-701, 2000.

GEUS, L. M. M.; MACIEL, C. S.; BURDA, I. C. A DAROS, S.J.; BATISTEL, S.; MARTINS, T.C. A.; FERREIRA, V. A; DITTERICH, R. G. A importância na inserção do nutricionista na Estratégia Saúde da Família. Ciência e Saúde Coletiva, Ponta Grossa Pr, v. 16, n.1, p. 119-23, dez. / 2011.

GUALANDRO, S. F. M.; HOJAIJ, N. H. S. L.; FILHO, W. J. Deficiência de ferro no idoso. Rev Bras Hematol Hemoter. São Paulo, v. 32, n. 2, p. 57-61, 2010.

INSTITUTE OF MEDICINE. Dietary reference intakes for calcium, phosphorus, magnesium, vitamin D, and fluoride. Washington (DC): National Academy Press; 1997.

INSTITUTO BRASILEIRO DE GEOGRAFIA E ESTATÍSTICA (IBGE). População de idosos vai triplicar até 2050 no Brasil, revela pesquisa São Paulo: 2016. Disponível em: <https://www.correiobraziliense.com.br/app/noticia/economia/2016/08/30/internas_economia,546485/populacao-idosa-vai-triplicar-ate-2050-revela-pesquisa.shtml< Acesso em 05 mar. 2019.

LEITE, S. C.; BARATTO, I.; SILVA, R. Consumo de cálcio e risco de osteoporose em uma população de idosos. Rev Bras de Obes, Nutriç e Emagrec. v. 8, n. 48, P. 165-174, 2014.

LIPSCHITZ, D. A. Screening for nutritional status in the elderly. Nutrition in Old Age, v. 21, n. 1, p. 55-67, 1994.

MACHADO, R. S. P.; COELHO, M. A. S. C.; COELHO, K. S. C. Percentual de gordura corporal em idosos: comparação entre os métodos de estimativa pela área adiposa do braço, pela dobra cutânea tricipital e por bioimpedância tetrapolar. Rev. Bras. Geriatr. Gerontol. v. 13, n. 1, p. 17-27, 2010.

MARCHIONI, D. M. L.; FISBERG, R. M. Dieta, nutrição e prevenção de doenças crônicas não transmissíveis. In: CUPPARI, L. Nutrição nas doenças crônicas não-transmissíveis. 1. Ed. São Paulo, SP. Manole, Cap. 1. P. 2-24, 2009.

MELLO, A. C.; CARVALHO, M. S. ALVES, L. C., GOMES, V. P.; ENGSTROM, E. M. Consumo alimentar e antropometria relacionados à síndrome de fragilidade em idosos residentes em comunidade de baixa renda de um grande centro urbano. Cadernos de Saúde Pública. Rio de Janeiro, v.33, n. 8, 2017.

MENEZES, N.; BRITO, T. T.; ARAÚJO, M. B. P.; SILVA, T. M.; NOLASCO, C. C. N.; RENNARLI, R.; FISCHE, A. T. S. Perfil antropométrico dos idosos residentes em Campina Grande-PB. Rev Bras de Geriat e Geront. V. 16, n. 1, p. 19-27, 2013.

MIRANDA, G. M. D.; MENDES, A. C. G.; SILVA, A. L. A.; O envelhecimento populacional brasileiro: desafios e consequências sociais atuais e futuras. Rev. bras. Geriatria. Gerontol. Rio de Janeiro, v. 19, n. 3, p. 507-519, jun. 2016.

MIRANDA, R. N. A.; CARVALHO, E. P.; AMORIM, I. R.; SANTOS, K. S.; SERRÃO, F. O. Conhecendo a saúde nutricional de idosos atendidos em uma organização não governamental, Benevides/pa. Rev. Conexão UEPG. v. 13, n. 3, p. 3-18, 2017.

MOREIRA, A. J.; NICASTRO, H.; CORDEIRO, R. C.; COIMBRA, P.; SILVIA FRANGELLA, V. S. Composição corporal de idosos segundo a antropometria. Rev Brasil de Geront. v. 12, n. 2, p. 201-213. 2009.

NATIONAL ACADEMY OF SCIENCES. Dietary Reference Intakes for Vitamin A, Vitamin K, Arsenic, Boron, Chromium, Copper, Iodine, Iron, Manganese, Molybdenum, Nickel, Silicon, Vanadium, and Zinc. Washington DC: National Academy Press, 2001.

NETO, L. S. S.; KARNIKOWISKI, M. G.; TAVARES, A. B.; LIMA, R. M. Associação entre sarcopenia, obesidade sarcopênica e força muscular com variáveis relacionadas de qualidade de vida em idosas. Rev Bras Fisioter. Palmas To, v. 16, n. 5, 360-7. Fev. /abr. 2012.

PADOVANI, R. M.; AMAYA-FARFÁN, J.; COLUGNATI, F. A. B.; DOMENE, S. M. Á. Dietary reference intakes: aplicabilidade das tabelas em estudos nutricionais. Rev de Nutri. v.19 n. 6, p. 741-760, 2006.

PAGOTTO, V.; SANTOS, K. F. MALAQUIAS, S. G.; BACHION, M. M.; SILVEIRA, E. A. Circunferência da panturrilha: validação clínica para avaliação de massa muscular em idosos. Rev Bras Enferm. Goiânia-GO, v. 71, n. 2, p. 343-50, mar./jun.2018

PETROSKI, EL. Desenvolvimento e validação de equações generalizadas para a estimativa da densidade corporal em adultos. Santa Maria: Universidade Federal de Santa Maria, 1995.

PFRIMER, K.; FERRIOLLI, E. Avaliação Nutricional do Idoso. In: VITOLO, M. R. Nutrição da Gestação ao Envelhecimento. 1. ed. Rio de Janeiro. Rubio Ltda, 2008. Cap. 45, p. 435-449.

PITANGA, F. J. G. Antropometria na avaliação da obesidade abdominal e risco coronariano. Rev Bras Cineantropom Desempenho Hum. Salvador BA, v. 13, n. 1, p. 238-241, nov./dez.2011.

SAMPAIO, L. R.; SILVA, M. C. M.; OLIVEIRA, T. M.; RAMOS, C. I. Avaliação Nutricional: ed. 1 reimpressão   Salvador: Edufba, 2012.

SANADA, K.; CHEN, R.; WILLCOX, B.; OHARA, T.; WEN, A.; TAKENAKA, C.; MASAKI, K. Association of sarcopenic obesity predicted by anthropometric measurements and 24-y all-cause mortality in elderly men: The Kuakini Honolulu Heart Program. Nutrition. Japão, v. 46, p. 97-102, Abr./set. 2018.

SENGER, A. E. V.; ELY, L. S.; GANDOLFI, T.; SCHNEIDER, R. H.; GOMES. I.; CARLI G. A. Alcoolismo e tabagismo em idosos: relação com ingestão alimentar e aspectos socioeconômicos. Rev. Bras. Geriatr. Gerontol. v. 14, n. 4, p. 713-719, 2011.

SILVA, A. L. S. C.; SILVA, B. S.; BRANDÃO, J. M.; BARROSO, S. G.; ROCHA, G. S. Avaliação antropométrica de idosos atendidos no Ambulatório de Nutrição do Centro de Referência em Assistência à Saúde do Idoso da Universidade Federal Fluminense, no município de Niterói-RJ. Demetra 10, n. 2, p. 361-374, 2015.

SILVA, R. C. P.; SIMÕES, M. J. S.; LEITE, A. A. Fatores de risco para doenças cardiovasculares em Sociedade Brasileira de Diabetes. Diretrizes da sociedade brasileira de diabetes. 1. ed. São Paulo: Clannad, 2017.

SOUZA, R.; FRAGA, J. S.; GOTTSCHALL, A. B. A.; BUSNELLO, F. M.; RABITO, E. I. Avaliação antropométrica em idosos: estimativas de peso e altura e concordância entre classificações de IMC. Rev. Bras. Geriatr. Gerontol. v. 16, n. 1, p. 81-90, 2013.

VENTURINI, C. D.; ENGROFF, P.; GOMES, I.; CARLI, G. A.  Prevalência de obesidade associada à ingestão calórica, glicemia e perfil lipídico em uma amostra populacional de idosos do Sul do Brasil. Revista Brasileira de Geriatria e Gerontologia. Rio de Janeiro, v. 16, n. 3, p. 591-601, jul. 2013.

[1] Nutritionniste, troisième cycle en nutrition clinique à la Collège métropolitain de Ribeirão Preto São Paulo (SP).

[2] Nutritionniste, diplômée du Collège Morgana Potrich (FAMP), Mineiros – GO Brésil.

[3] Nutritionniste, diplômée du Collège Morgana Potrich (FAMP), Mineiros – GO Brésil.

[4] Nutritionniste, troisième cycle en nutrition clinique à la Collège métropolitain de Ribeirão Preto São Paulo (SP).

[5] Nutritionniste, diplômée du Morgana Potrich College (FAMP), Mineiros – GO Brésil.

[6] Infirmière, diplômée du Morgana Potrich College (FAMP), Mineiros – GO Brésil

[7] Conseiller d’orientation. Nutritionniste, Doctorat en sciences, Faculté de médecine, Université de São Paulo (USP), São Paulo – SP. Professeur à la FAMP – Morgana Potrich College, Mineiros – GO, Brésil.

Soumis : Mars 2021.

Approuvé : Juin 2021.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here