REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Analyse épidémiologique de l’hypertension artérielle systémique dans la communauté Quilombola de Curiaú dans l’état d’Amapá

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
Rate this post

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

SANTOS FILHO, João Gilberto Sakai [1], PENA, Eduarda Emanuelle da Silva [2], ESPINDOLA, Gabriel de Oliveira [3], BRITO, Maiara de Fátima de Brito [4], RESQUE, Rafael Lima [5], BARBOSA, Robson Carvalho [6], VANZELER, Tainá Lobato [7]

SANTOS FILHO, João Gilberto Sakai. Et al. Analyse épidémiologique de l’hypertension artérielle systémique dans la communauté Quilombola de Curiaú dans l’état d’Amapá. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An. 07, Éd. 01, Vol. 06, p. 140-153. Janvier 2022. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès : https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sante/analyse-epidemiologique

RÉSUMÉ

Avec une prévalence élevée et de faibles taux de contrôle, l’hypertension artérielle systémique (HSA) est l’un des principaux facteurs de risque modifiables des maladies cardiovasculaires et l’un des problèmes de santé publique les plus importants. Question directrice : Quelle est la prévalence et les facteurs associés de l’HSA dans la communauté Quilombola de Curiaú ? Objectif : L’objectif de cette étude était l’analyse épidémiologique de la prévalence de l’HSA et des facteurs qui lui sont associés dans la Communauté Quilombola de Curiaú. Matériel et méthodes : Il s’agit d’une étude transversale descriptive, menée auprès de 71 volontaires, âgés de ≥ 18 ans et résidant dans la communauté. Résultats : L’âge moyen des volontaires était de 49,01 ans, 64,7 % (n=46) étaient des femmes et 35,2 % (n=25) étaient des hommes. Il a été observé que 32,8 % (n=24) des participants étaient hypertendus, soit 33,4 % (n=8) d’hommes et 66,6 % (n=16) de femmes, parmi lesquels 50 % (n=12) étaient sous traitement antihypertenseur. Parmi les participants, il a été constaté que 70,8% avaient des antécédents familiaux d’hypertension, de plus, 33,8% des volontaires avaient des niveaux d’hypertension artérielle. Conclusion : Une forte prévalence de l’HSA et des niveaux d’hypertension artérielle ont été observés dans la communauté Quilombola de Curiaú, en particulier les femmes, car elles étaient celles qui présentaient le plus la maladie. De plus, une prévalence plus élevée d’HSA a été détectée chez les personnes âgées de ≥ 60 ans. De cette façon, il est nécessaire qu’il y ait une plus grande attention à la politique de santé publique et à la mise en œuvre de programmes axés sur le traitement médicamenteux de ce quilombo.

Mots-clés : Afro-descendants, Quilombolas, Hypertension Artérielle.

1. INTRODUCTION

L’HSA est une maladie chronique non transmissible (MNT), définie par une augmentation soutenue de la pression artérielle liée à de multiples facteurs aggravants, tels que : mauvaise alimentation, manque d’exercice physique, tabagisme, consommation excessive d’alcool ou de sodium, stress, obésité et génétique (BARROSO, 2021).

Avec une prévalence élevée et des taux de contrôle faibles, l’HSA est l’un des principaux facteurs de risque modifiables des maladies cardiovasculaires et l’un des problèmes de santé publique les plus importants aujourd’hui (BRANDÃO, 2010). L’HSA a tendance à être asymptomatique, entraînant des implications pour la difficulté d’un diagnostic précoce et une faible adhésion du patient au traitement prescrit, car il existe des médicaments qui ont des effets secondaires, par conséquent, le contrôle de l’HSA devient inefficace (MONTEIRO et al., 2020).

Lobo et al. (2017) ont trouvé des données sur la population brésilienne qui indiquaient une augmentation de la prévalence de l’HSA, où l’association avec de faibles niveaux d’éducation, les femmes à faible revenu et, chez les hommes, ceux qui ont les revenus financiers les plus élevés se démarquent.

Au Brésil, l’HSA est plus fréquente et plus grave dans les populations d’ascendance africaine prononcée. De cette manière, la population quilombo restante résidant à Curiaú, dans l’État d’Amapá, peut être choisie comme point de plus grande attention à cet égard, car elle présente historiquement une plus grande contribution génétique d’ascendance africaine que les populations brésiliennes métisses résidant dans les centres urbains (LINDHORST et al., 2007 ; KURIAN ; CARDARELLI, 2007 ; BARROS et al., 2006).

Ainsi, la pertinence d’une étude ethnico-raciale sur les maladies et les déterminants sociaux est pertinente dans les populations plus sensibles. Dans ce contexte, la question directrice de cet article était : Quelle est la prévalence et les facteurs associés de l’HSA dans la Communauté Quilombola de Curiaú ? Par conséquent, l’objectif de ce travail était de réaliser une analyse épidémiologique de l’HSA et d’identifier les facteurs associés à cette maladie chez les résidents de la communauté quilombo de Curiaú.

Il existe une quantité simple d’études sur la population noire au Brésil, en particulier sur les Afro-descendants des quilombolas, en ce sens la présente étude contribue à l’expansion de la visibilité des inégalités qui affectent la population quilombola, en plus d’identifier la santé besoins et la promotion d’interventions thérapeutiques, afin d’aider à la planification d’actions visant non seulement à prévenir l’hypertension, mais aussi à contrôler l’HSA.

2. MATÉRIELS ET MÉTHODES

Il s’agissait d’une étude transversale descriptive pour l’analyse épidémiologique de l’HSA dans la Communauté Quilombola de Curiaú dans l’État d’Amapá. Les critères d’inclusion étaient : être des adultes (âgés de 18 ans ou plus), vivant dans la communauté Curiaú, ayant accepté de participer à la recherche et signé le Free and Informed Consent Form (FICT) ; et ceux d’exclusion : les non-résidents de la communauté, ainsi que les mineurs ou ceux considérés comme incapables de décider de participer. Sur la base de ces critères, l’échantillon était composé de 71 volontaires résidant dans la communauté Curiaú.

2.1 COLLECTE DES DONNÉES ET VARIABLES

La collecte des données a été réalisée d’août à décembre 2019. Les variables étudiées étaient : le sexe (féminin ou masculin) ; âge et tranche d’âge (18 à 29 ans, 30 à 59 ans et plus de 60 ans) ; origine ethnique (européenne, africaine, autochtone et asiatique), état civil, mode de vie, tels que : consommation d’alcool et de cigarettes (sporadiquement, hebdomadairement, quotidiennement, sans consommation) ; maladies présentes : l’hypertension artérielle systémique (HSA) et l’existence d’autres maladies ont été évaluées par des questions dichotomiques (oui ou non) ; des mesures telles que la mesure de la pression artérielle et les tests de glycémie, en plus de l’utilisation de médicaments antihypertenseurs.

Les mesures et la classification des niveaux de pression artérielle (TA) ont suivi le protocole contenu dans les VII lignes directrices brésiliennes sur l’hypertension artérielle. Les sujets devaient avoir la vessie vide, ne pas faire d’exercice pendant au moins 60 minutes et ne pas avoir consommé d’alcool, de cigarettes, de café ou de nourriture au cours des 30 minutes précédentes.

Les mesures de la pression artérielle ont été prises deux fois (avec un intervalle de 2 minutes entre chaque mesure) à l’aide du tensiomètre numérique OMRON-HEM 6124, selon les critères établis par les directives brésiliennes sur l’hypertension artérielle (BARROSO et al., 2020). Après trois à cinq minutes de repos, les participants étaient assis, les jambes décroisées, les pieds à plat sur le sol, le dos appuyé contre la chaise et détendus, le bras gauche reposant sur la table au niveau du cœur. Le résultat de la moyenne des deux dernières mesures a été considéré comme la valeur de pression finale. Les personnes atteintes de TA dont les niveaux de tension artérielle étaient inférieurs à 140 pour 90 mmHg ont été considérées comme se situant dans la plage normale.

2.2 ANALYSE STATISTIQUE

Le programme BioStat 5.0 a été utilisé pour l’analyse statistique des données épidémiologiques (âge moyen et coefficient de variation). Les variables dépendantes ont été soumises à tabulation dans un tableur et analysées par corrélation avec le test du chi carré (χ2) à l’aide du programme Microsoft® Office Excel 2013.

2.3 ASPECTS ÉTHIQUES

Le projet de recherche a été soumis, conformément à la résolution n ° 466/12, pour évaluation par Plataforma Brasil et le Comité d’éthique de la recherche (CEP), situé à l’Université fédérale d’Amapá – UNIFAP. L’approbation de l’étude est enregistrée sous le numéro d’identification CAAE[8] 14952919.5.0000.0003.

Les participants ont été informés de l’objectif de la recherche et invités à signer la clause de consentement libre et éclairé, autorisant l’utilisation de leur échantillon dans l’étude.

3. RÉSULTATS ET DISCUSSION

L’étude a impliqué la participation de 73 individus quilombolas résidant dans la communauté de Curiaú. Parmi les 73 volontaires qui ont participé à la recherche, 71 (96,2%) étaient ceux qui ont participé à l’ensemble du processus d’étude. Il y a eu une réduction de 3,7 % des participants parce qu’ils n’étaient pas inclus dans les critères établis. La plupart des participants étaient des femmes, 46 (64,7 %) et 25 (35,2 %) des hommes. Concernant l’âge, les personnes âgées entre 18 et 29 ans totalisaient 11 (15,49%), de 30 à 59 ans 38 (53,52%) et les plus de 60 ans totalisaient 22 (30,98%).

Par ailleurs, 85,9% des répondants se déclarent d’origine africaine, 9,8% d’origine indigène, 1,4% se disent d’origine européenne et 2,8% ne savent pas ou ne veulent pas renseigner. En ce qui concerne l’état matrimonial, il a été observé que 42,2% sont mariés et/ou vivent avec une personne de la même communauté.

Un profil similaire a également été retrouvé dans l’étude de Santos et al. (2020), réalisée auprès d’adultes quilombolas à Bahia, où la variation d’âge constatée parmi les participants était de 18 à 92 ans, avec une médiane de 45 ans. L’échantillon était majoritairement composé de femmes, totalisant 61,1% d’entre elles. Parmi les participants, 86,5% se sont déclarés noirs et 76,7% des individus ont déclaré avoir un conjoint.

Concernant le profil des patients atteints d’HSA, il a été possible d’identifier une prévalence plus élevée de la maladie chez les femmes, autour de 34,7% (Tableau 1), en outre, il y avait une prévalence significative dans la tranche d’âge des 30-59 ans et 60 ans ou plus. Selon les données de l’analyse de l’Enquête nationale sur la santé de 2013, mentionnée dans l’étude d’Andrade et al. (2015), une prévalence de 21,4 % a été trouvée, étant plus élevée chez les femmes 24,2 %, et chez les personnes de plus de 75 ans 55,0 % et de race/couleur noire 24,2 %.

Tableau 1 – Relation SAH – Sexe

VARIABLE HOMMES FEMMES
Hypertendu Oui 8 (32%) 16 (34,7%)
Non 17 30
PA élevé Oui 8 3
Pas de diagnostic d’HSA Non 9 27
Sonorisation contrôlée Oui 2 2
Non 1 5
Histoire des transporteurs SAH Oui 4 13
Non 5 2
Histoire de l’HSA Oui 19 30
Non 6 16

Source : Données de l’auteur, 2019.

Dans une étude réalisée avec une niche d’adultes dans le sertão de Pernambuco, la prévalence de l’HSA d’un montant de 27,4% a été mise en évidence, montrant une augmentation avec l’âge et le niveau d’éducation décroissant, en plus, il y a une prévalence plus élevée d’hypertension maladie chez les personnes des classes économiques inférieures (SANTIAGO et al., 2019).

Surtout, parmi ceux qui avaient SAH, il a été constaté que 70,8% avaient des antécédents familiaux d’hypertension, les femmes ayant un plus grand nombre de personnes atteintes de SAH dans leurs familles, environ 76% (n = 35) et les hommes, ont montré 56% (n=14). Aucune association significative n’a été observée entre les antécédents familiaux d’HSA et le sexe dans la communauté de Curiaú (p = 0,080). Dans une enquête réalisée auprès de patients hypertendus et diabète sucré (DM) associés, inscrits dans une stratégie de santé familiale (ESF) à Minas Gerais, il a été identifié que 70% des répondants avaient des antécédents familiaux d’HSA ou de DM (PRATES et al., 2020).

Parmi les participants à la présente étude diagnostiqués hypertendus (n = 24), 12 (50,0 %) étaient traités par un médicament antihypertenseur de la classe ARA (antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II) associé à un diurétique de la classe thiazidique et 60, 0 % (n=6) n’avaient pas de tension artérielle contrôlée, même en utilisant des médicaments, étant 17 % (n=1) de sexe masculin et 83 % (n=5) de sexe féminin. Ménezès ; Portes et Silva (2020) ont identifié, parmi les personnes hypertendues de leur étude, que parmi les 73% qui savaient qu’ils avaient la maladie, 95% d’entre eux suivaient un traitement, mais seulement 49% d’entre eux maintenaient un contrôle adéquat de la pression artérielle, reflétant la dichotomie de traitement négligé. .

Dans le tableau 2, il est possible de visualiser les résultats du contrôle de la pression artérielle avec l’application d’un traitement médicamenteux et, bien que les femmes prennent davantage soin d’elles-mêmes, en particulier en ce qui concerne la recherche plus rapide de soins, les données statistiques n’étaient pas statistiquement significatives (p. = 0,144) et montrent que les femmes de cette étude ont le moins de contrôle sur l’HSA.

Tableau 2 – Prévalence et contrôle de l’HSA, selon le sexe, dans la population Quilombola de Curiaú.

VARIABLE HOMMES FEMMES VALEUR
Hypertendu Oui 8 (33,3%) 16 (66,6) 0,813
Non 17 (36,2%) 30 (63,8%)
PA élevé Oui 13 (52%) 10 (21,7%) 0,009*
Non 12 (48%) 36 (78,2%)
TA élevée (pas de diagnostic d’HSA) Oui 2 (25%) 6 (75%) 0,745
Non 12 (30,7%) 27 (69,2%)
Sonorisation contrôlée Oui 2 (18,1%) 1 (9%) 0,144
Non 1 (9%) 5 (45,4%)
Histoire de l’HSA Oui 14(56%) 35 (76%) 0,080
Non 11 (44%) 11 (23,9%)

Source : Données de l’auteur, 2019.

Les résultats obtenus par le manque de contrôle de la TA, malgré l’utilisation d’une thérapie médicamenteuse avec des médicaments antihypertenseurs, peuvent suggérer un type de DRP (Problèmes liés aux médicaments), puisque l’efficacité de ces médicaments est déficiente, puisque les personnes interrogées ont déclaré avoir une observance médicamenteuse . Il est donc nécessaire d’avoir un suivi rapproché avec ces volontaires afin que la vraie raison de l’inefficacité de ces médicaments puisse être recherchée et ainsi chercher à résoudre ce problème individuel.

Dans une étude menée auprès de 270 patients hypertendus, il a été observé que 63% des participants adhéraient au traitement avec des médicaments antihypertenseurs chez les personnes souffrant d’hypertension et, lorsque le déficit d’observance était constaté, il était principalement causé par une négligence dans la prise du médicament, mettant en évidence un problème de nature culturelle (ALBUQUERQUE et al., 2018).

En ce qui concerne l’utilisation de médicaments, 14,08 % (n = 10) de ceux qui ont participé à cette recherche ont déclaré avoir un certain type d’EIM (réaction indésirable aux médicaments) tels que : nausées, vertiges, maux de tête, douleurs localisées à l’estomac, entre autres. D’autre part, il a été vérifié à travers les entretiens que l’adhésion à l’utilisation de produits naturels diminue l’utilisation de médicaments lorsque cela est nécessaire.

Selon Barroso et al. (2021) pour le contrôle de la pression artérielle, le traitement médicamenteux est une option valable, cependant, des changements dans les habitudes alimentaires et le mode de vie en général sont également nécessaires et doivent être une priorité pour le patient dans la mesure du possible. Pour améliorer le contrôle de l’HSA, des stratégies qui consistent en des interventions organisationnelles centrées sur le patient et ses déterminants de santé, menées par des équipes multidisciplinaires, peuvent être utilisées, visant à améliorer la qualité des soins pour l’hypertension et, par conséquent, la qualité de vie (JARDIM et al., 2020).

Parmi les volontaires, il a été observé que 33,8% (n=23) avaient une tension artérielle élevée (≥140/90 mmHg) et parmi ceux-ci, 19,7% (n=14) avaient un diagnostic d’hypertension artérielle. Parmi les participants dont la tension artérielle était altérée, 43,4 % (n = 10) étaient des femmes et 56,5 % (n = 13) étaient des hommes. Il y avait une différence statistiquement significative (p = 0,009) entre les sexes concernant la classification des échantillons par rapport à l’élévation des niveaux de pression artérielle, avec un niveau plus élevé de TA élevée chez les hommes, mettant en évidence certains faits notés dans les soins de santé des hommes, où les individus des hommes prennent plus de temps pour se faire soigner et, avec cela, le diagnostic tardif de plusieurs pathologies, dont l’HSA.

En ce sens, Song et al (2020) affirment que les hommes ont des niveaux de perception de l’hypertension plus faibles et une incidence plus élevée de cette maladie par rapport aux femmes du même âge avant la sixième décennie de la vie.

En ce qui concerne la classification des volontaires diagnostiqués avec SAH, il n’y avait pas de différence significative entre les sexes (p = 0,813). Il est possible d’observer que dans cette étude, le sexe ne présente pas un facteur de risque d’HSA dans la communauté de Curiaú.

Dans l’étude de Lobo et al. (2017), il y avait des prévalences plus élevées d’HSA chez les personnes moins scolarisées, quels que soient les années d’études et le sexe.

Par rapport aux personnes interrogées qui avaient une tension artérielle élevée (avec et sans diagnostic d’hypertension), seuls 1,4 % (n=1) âgés de 18 à 39 ans avaient une tension artérielle élevée. Entre 30 et 59 ans, 21,1 % (n=15) avaient des valeurs de PA altérées et chez les individus âgés de 60 ans ou plus, 18,3 % (n=13) avaient des valeurs supérieures à celles considérées comme normales. Au vu des résultats observés, il y avait une association significative entre le groupe d’âge et l’élévation de la pression artérielle dans cette étude (p = 0,015) (graphique 3). Il est important de noter que 2 volontaires n’avaient aucun intérêt à mesurer la TA au moment de la recherche.

Tableau 3 – Données sur l’élévation de la pression artérielle dans la population étudiée.

ÂGE HYPERTENSIF HAUTE PA
18- 29 Oui Non Valeur Oui Non Valeur
11 (15,4%) 0,002 1 (1,4%) 10 (14%) 0,015
30- 59 11 (15,4%) 27 (36,6%) 15 (21,1%) 22 (30,9%)
≥ 60 13 (19,3%) 9 (12,6%) 13 (18,3%) 8 (11,2%)
Total 24 (33,8%) 47 (66,1%) 29 (42%) 40 (57,9%)

Source : Données de l’auteur, 2019.

Concernant la consommation d’alcool et le tabagisme, les volontaires ont répondu à des questions concernant la fréquence de leur consommation. Parmi les personnes interrogées : 32,3% (n=23) consomment sporadiquement de l’alcool, 8,4% (n=6) consomment de l’alcool chaque semaine et 3 (n=4,2%) boivent quotidiennement. Enfin, 39 (54,9%) des répondants ont déclaré ne pas boire d’alcool. Concernant la consommation de cigarettes, seulement 1,4% (n=1) des volontaires fumaient de façon sporadique, 2,8% (n=2) en consommaient de façon hebdomadaire, 7% (n=5) déclaraient fumer quotidiennement et 88,7% (n=63) des participants ont déclaré ne pas fumer (graphique 4).

Tableau 4- Relation entre la consommation d’alcool et de cigarettes dans la population étudiée.

VARIABLES HOMMES FEMMES
Alcool N % N %
Sporadiquement 6 8,4 17 23,9
Hebdomadaire 4 5,6 2 2,8
Du quotidien 2 2,8 1 1,4
N’utilise pas 13 18,3 26 36,6
Total 25 35,2 46 64,7
Cigarette N % N %
Sporadiquement 0 0 1 1,4
Hebdomadaire 2 2,8 0 0
Du quotidien 2 2,8 3 4,2
N’utilise pas 21 29,5 42 59,1
Total 25 35,2 46 64,7

Source : Données de l’auteur, 2019.

On estime que la consommation excessive d’alcool est responsable d’environ 10 à 30 % des cas d’HSA et d’environ 6 % de la mortalité toutes causes dans le monde (BARROSO et al., 2021.) Dans l’analyse de Santos et al. al. (2019), le tabagisme était l’un des facteurs de risque associés à l’AH, avec un pourcentage total de fumeurs de 37,18 %. Ainsi, le tabagisme est reconnu comme un facteur de risque de survenue d’hypertension chez l’adulte.

4. CONSIDÉRATIONS FINALES

Les études avec des groupes considérés comme vulnérables sont rares, ce qui souligne l’importance de ce travail pour la communauté universitaire et la société en général, car il visait à analyser les caractéristiques épidémiologiques pouvant être associées à l’HSA dans la population de la Communauté Quilombola de Curiaú. L’identification des personnes hypertendues peut permettre le suivi et la sensibilisation d’un groupe présentant le risque cardiovasculaire le plus élevé et de progression vers d’autres comorbidités ou d’aggravation de la maladie existante.

Ainsi, compte tenu du fait que le ministère de la Santé conceptualise la santé comme un bien-être biopsychosocial impliquant plusieurs aspects, l’étude de l’hypertension artérielle systémique chez les groupes vulnérables est pertinente. Parmi les différents paramètres abordés ici, l’éducation, l’âge et le sexe des individus se sont démarqués. Par conséquent, répondre à la question directrice : Quelle est la prévalence et les facteurs associés de l’HSA dans la communauté Quilombola de Curiaú ? Parmi les résultats de la prévalence de l’HSA trouvés dans cette étude, plusieurs facteurs existants ont été pris en compte, ce qui élargit l’analyse de la prévalence parmi différentes populations et lieux. Cependant, cette étude a révélé que l’HSA est un problème de santé important dans la communauté de Curiaú et, en particulier, chez les femmes, car ce sont elles qui ont le plus présenté la maladie. Une prévalence plus élevée d’hypertension a également été détectée chez les personnes âgées de ≥ 60 ans, étant un groupe d’âge considéré comme un facteur de risque d’HSA en raison du processus de vieillissement.

Parallèlement, lors de l’analyse des volontaires qui présentaient une élévation des niveaux de pression, il est possible d’observer que les individus masculins présentaient une élévation par rapport à l’âge. Les personnes de la tranche d’âge entre 30 et 59 ans étaient celles qui présentaient le plus une TA élevée. Ceci doit être pris en compte, car ils présentent un plus grand risque de développer une HSA et doivent être surveillés fréquemment.

Les résultats de la présente étude, comparés à d’autres travaux sur les vestiges d’ascendance africaine, démontrent la prévalence de l’HSA dans la communauté Quilombola de Curiaú, associée à des facteurs de risque connus et spécifiques, en attirant l’attention sur la nécessité de mettre en œuvre des politiques publiques qui couvrent la nécessité d’enquêter sur les déterminants de la santé et leurs implications par rapport aux soins de santé pour les quilombolas, en plus des programmes qui tiennent compte de l’adhésion à la pharmacothérapie, en se concentrant sur l’amélioration de la qualité de vie et la promotion de la santé publique pour la population de cette communauté.

RÉFÉRENCES

ALBUQUERQUE, Nila Larisse Silva de et al. Associação entre acompanhamento em serviços de saúde e adesão terapêutica anti-hipertensiva. Revista Brasileira de Enfermagem, v. 71, p. 3006-3012, 2018.

ANDRADE, Silvânia Suely de Araújo et al. Prevalência de hipertensão arterial autorreferida na população brasileira: análise da Pesquisa Nacional de Saúde, 2013. Epidemiologia e Serviços de Saúde, v. 24, p. 297-304, 2015.

BARROS, Marilisa Berti; CÉSAR, Chester Luiz; CARANDINA, Luana; TORRE, Graciella

Dalla. Desigualdades sociais na prevalência de doenças crônicas no Brasil, PNAD-2003. Ciênc. saúde coletiva, 11(4):911-926, 2006.

BARROSO, Weimar Kunz Sebba et al. Diretrizes Brasileiras de Hipertensão Arterial. 2020. Arquivos Brasileiros de Cardiologia, v. 116, p. 516-658, 2021.

BRANDÃO, Andréa A. et al. Conceituação, epidemiologia e prevenção primária. Brazilian Journal of Nephrology, v. 32, p. 1-4, 2010.

JARDIM, Thiago Veiga et al. Controle da Pressão Arterial e Fatores Associados em um Serviço Multidisciplinar de Tratamento da Hipertensão. Arquivos Brasileiros de Cardiologia, v. 115, p. 174-181, 2020.

KURIAN, Anita; CARDARELLI, Kathryn. Racial and ethnic diferences in cardiovascular disease risk factors: a systematic review. Ethn Dis., 17(1):143-152, 2007.

LINDHORST, Jane; ALEXANDER, Nichole; BLIGNAUT, Juliet; RAYNER, Brian. Differences in hypertension between blacks and whites: an overview. Cardiovasc J Afr., 2007;18(4):241-247, 2007.

LOBO, Larissa Aline Carneiro et al. Tendência temporal da prevalência de hipertensão arterial sistêmica no Brasil. Cadernos de Saúde Pública, v. 33, 2017.

MENEZES, Thiago de Castro; PORTES, Leslie Andrews; SILVA, Natália Cristina de Oliveira Vargas. Prevalência, tratamento e controle da hipertensão arterial com método diferenciado de busca ativa. Cadernos Saúde Coletiva, v. 28, p. 325-333, 2020.

MONTEIRO, Ariane Alice Fernandes et al. Estudo sobre a adesão ao tratamento de hipertensão arterial sistêmica na UBSF de Três Poços. Brazilian Journal of Health Review, v. 3, n. 1, p. 1289-1305, 2020.

PRATES, Elton Junio Sady et al. Características clínicas de clientes com hipertensão arterial e diabetes mellitus. Rev. enferm. UFPE on line, p. [1-10], 2020.

SANTOS, Angélica Viana Rocha et al. Perfil sociodemográfico do adulto quilombola com distúrbios hiperglicêmicos. Brazilian Journal of Health Review, v. 3, n. 6, p. 19007-19018, 2020.

SANTOS, Deyse Mirelle; PRADO, Beatriz Santana; OLIVEIRA, Cristiane Costa; ALMEIDA-SANTOS, Marcos Antonio. Prevalence of Systemic Arterial Hypertension in Quilombola Communities, State of Sergipe, Brazil. Arq. Bras. Cardiol., 113(3):383-390, 2019.

SANTIAGO, Emerson Rogério Costa et al. Prevalence of systemic arterial hypertension and associated factors among adults from the semi-arid region of Pernambuco, Brazil. Arquivos brasileiros de cardiologia, v. 113, p. 687-695, 2019.

SONG, Juan-Juan; MA, Zheng; WANG, Juan; CHEN, Lin-Xi; ZHONG, Jiu-Chang. Gender Differences in Hypertension. J Cardiovasc Transl Res, 13(1):47-54, 2020.

ANNEXE – NOTE DE BAS

8. Certificat de présentation d’appréciation éthique.

[1] Diplômé en sciences pharmaceutiques à l’Université fédérale d’Amapá. ORCID : 0000-0002-3181-6630.

[2] Spécialisation en spécialisation en criminalistique judiciaire. Institut d’études supérieures et de recherche en sciences de la santé d’Amapá, IECSA, Brésil. Diplôme en Sciences Biologiques, Université Fédérale d’Amapá, UNIFAP, Brésil. ORCID : 0000-0002-8181-8773.

[3] Master en sciences de la santé, Université fédérale d’Amapá, UNIFAP, Brésil. Spécialisation continue en biologie moléculaire et génétique médico-légale, Institut national de médecine légale et des sciences médico-légales, INFOR, Brésil. Diplôme en Sciences Biologiques, Université Fédérale d’Amapá, UNIFAP, Brésil. ORCID : 0000-0002-0749-4627.

[4] Diplômé en Sciences Pharmaceutiques de l’Université Fédérale d’Amapá. ORCID : 0000-0002-6302-8647.

[5] Doctorat en Génétique et Biologie Moléculaire de l’Université Fédérale de Pará, UFPA, Brésil. Master en Génétique et Biologie Moléculaire de l’Université Fédérale de Pará, UFPA, Brésil. Spécialisation en génétique et biologie moléculaire de l’Université luthérienne du Brésil, ULBRA, Brésil. Diplômée en pharmacie du Centre universitaire de l’État de Pará, CESUPA, Brésil. ORCID : 0000-0002-5769-5734.

[6] Maîtrise en sciences pharmaceutiques, Université fédérale d’Amapá, UNIFAP, Brésil. Spécialisation en cours dans le Cours de Spécialisation en Criminal Forensics. Institut d’études supérieures et de recherche en sciences de la santé d’Amapá, IECSA, Brésil. Diplôme en BIOMÉDECINE. Collège Estácio de Macapá, Estácio Macapá, Brésil. ORCID : 0000-0001-6826-8327.

[7] Maîtrise en sciences de la santé, Université fédérale d’Amapá, UNIFAP, Brésil. Diplôme en Sciences Biologiques, Université Fédérale d’Amapá, UNIFAP, Brésil. ORCID : 0000-0002-0940-0102.

Soumis : Janvier 2022.

Approuvé : Janvier 2022.

Rate this post

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 113331
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?