Vue d’ensemble mondiale et nationale de l’étain entre 2010 et 2014

0
89
DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/biologie/etain
PDF

SILVA, Fábio Tenório [1], ARAÚJO, Franciolli da Silva Dantas [2], FECURY, Amanda Alves [3], OLIVEIRA, Euzébio [4], DENDASCK, Carla Viana [5], DIAS, Claudio Alberto Gellis de Mattos [6]

SILVA, Fábio Tenório. Et al. Vue d’ensemble mondiale et nationale de l’étain entre 2010 et 2014. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année 03, Ed. 09, Vol. 08, pp. 12-21 septembre 2018. ISSN:2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/biologie/etain, DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/biologie/etain

RÉSUMÉ

La production brésilienne d’étain à l’échelle industrielle a commencé dans les années 1940 et s’est développée en 1950. Cependant, l’importance interne ne s’est produite qu’avec la découverte du gisement de cassitérite de Rondônia en 1950. Malgré cela, le Brésil ne faisait pas partie de l’International Tin Counciul (ITC), qui était l’accord de marché des pays majoritaires dans la production d’étain à l’époque, ce qui est devenu un obstacle à la valorisation de l’étain dans le commerce international. L’étain métallique est employé dans le revêtement pour des récipients en acier, dans la production du soudage pour des joints des pipes ou des circuits électriques, dans la céramique, dans la fabrication du verre, dans la production du laiton et dans sa forme secondaire, la ferraille, il est employé dans la production de l’étain. L’objectif de cet article est de montrer le panorama mondial et national de l’étain entre 2010 et 2014. Les données pour effectuer cet article ont été prises auprès du Département national de la production minérale – DNPM (http://www.dnpm.gov.br/). La recherche bibliographique a été effectuée dans des articles scientifiques trouvés dans le réseau informatique mondial. L’étain a connu une période relativement positive entre les années étudiées. Il a été constaté que la production mondiale d’étain avait peu de changements; considérant que l’Asie est le principal continent qui détient des réserves d’étain; que la production brésilienne d’étain métallique et contenu a augmenté au cours de la période analysée; que le Brésil exporte plus que les importations d’étain; que la consommation apparente variait, se rapprochant d’un niveau élevé; et que le prix de la tonne était très proche au cours des années étudiées. Les crises sur le marché international n’ont pas affecté si fortement la production qu’elles ont augmenté en raison des investissements dans l’extraction des matières premières.

Mots-clés: Étain, Marché, Stabilité, Consommation interne.

INTRODUCTION

L’étain est un élément chimique principalement tiré de la cassitérite, un minerai minéral dont la composition est le dioxyde d’étain (Sn02) (RAMOS, 2003). La plupart des boîtes sont utilisées dans le revêtement protecteur ou comme alliage si elles sont associées à d’autres métaux (USGS, 2017). L’étain métallique est extrait de cassitérite à partir de réactions chimiques qui éliminent les oxydes du minéral, ne laissant que l’élément chimique d’intérêt (BROCCHI, 2017).

L’exploitation minière est une activité économique visant l’extraction et le traitement des minerais trouvés dans les roches et/ou le sol. À l’heure actuelle, c’est coûteux et complexe, car des études approfondies sont nécessaires pour déterminer l’emplacement du minerai, la taille des réserves minérales, la sécurité, la faisabilité et la viabilité économique des activités à démarrer (GANEM et coll., 2016)

Les minéraux se forment simultanément dans le sol et lorsqu’ils ont une valeur économique, ils sont appelés minerai. Pour commercialiser un minéral donné, il est nécessaire de l’enlever du minerai dans lequel il est contenu et cela se fait à partir de processus de concentration, où les procédures industrielles telles que le tamisage et la comminution separatthe minéral d’intérêt pour l’obtenir, si possible, sous forme métallique. Les procédures d’obtention du métal d’un minéral sont chimiques et elles proviennent de réactions électrochimiques, de réactions à des températures élevées ou de dissolution de substances aqueux. Dans le cas de l’étain, le métal est normalement obtenu à partir de l’élimination de l’oxyde présent dans la composition chimique de la cassitérite. L’équipement qui favorise la réaction doit présenter une température supérieure au point de fusion de l’étain pour générer le métal à l’état liquide. Le liquide subit les étapes du raffinement et de l’ajustement de composition à vendre (BROCCHI, 2017).

Les dépôts de cassitérite sont généralement formés dans des roches ignées comme les riolites ou les granits, par exemple. Cependant, la formation du gisement de ce minéral peut également se produire par endroits des dépôts de l’érosion des roches ignées, comme cela se produit quand il est lié au tungstène, par exemple. Les roches qui contiennent de la cassitérite et qui se sont formées à haute température sont altérés par l’action de l’eau, oxydant. Comme il s’agit d’un minerai minéral non ferreux, la cassitérite demeure intacte et est transportée par des processus de concentration mécanique naturelle, formant des dépôts dans les rivières. De là, les gisements de cassitérite acquièrent plusieurs environnements géologiques favorables à leur formation (RODRIGUES, 2001; RAMOS, 2003).

L’étain est un métal argenté malléable. Sa densité varie entre 6,8 g/cm³ et 7,1 g/cm³ et en dessous de 13,2 °C, elle devient blanche ou grise. Il est principalement prélevé sur la cassitérite, un minerai dont la composition chimique est le dioxyde d’étain (Sn02). La cassitérite se trouve habituellement dans les roches ignées, comme les granits et les riolites, par exemple. Par conséquent, sa formation est dans les médias avec des températures très élevées (RAMOS, 2003; DNPM, 2017a).

L’étain métallique est utilisé dans le revêtement pour les conteneurs en acier, dans la production de soudure pour les joints de tuyaux ou de circuits électriques, dans la céramique, dans la fabrication du verre, dans la production de laiton et sous sa forme secondaire, la ferraille, il est utilisé dans la production d’étain (DNPM, 2017; USGS, 2017; DNPM, 2017a).

La production brésilienne d’étain à l’échelle industrielle a commencé dans les années 1940 et s’est développée en 1950. Cependant, l’importance interne ne s’est produite qu’avec la découverte du gisement de cassitérite de Rondônia en 1950. Malgré cela, le Brésil ne faisait pas partie de l’International Tin Counciul (ITC), qui était l’accord de marché des pays majoritaires dans la production d’étain à l’époque, ce qui est devenu un obstacle à la valorisation de l’étain dans le commerce international. Dans les années 1970, l’étain brésilien s’est renforcer avec l’application de sources gouvernementales pour la recherche minérale et la production métallurgique (CUTER et KON, 2008). La production mondiale d’étain en 2014 était de 286 000 t. La même année, la production brésilienne était équivalente à 14 700 t (USGS, 2016).

L’importation est le terme donné à l’entrée de produits ou de services dans un pays d’origine étrangère et peut avoir ou non une valeur économique (Brésil, 2014). Le Brésil a importé 669 t d’étain en 1999, soit la plus grande quantité de minéraux importés de la fin des années 1980 à l’an 2000. La même année, la valeur de l’étain était à son apogée sur le marché étranger, 3 800 10³ (BROCCHI, 2017).

L’exportation est l’évasion de produits ou de services d’une patrie particulière, qu’ils en proviennent ou en proviennent et qu’ils puissent avoir de la valeur ou non (BRASIL, 2015). En 1989, l’étain brésilien a obtenu ses données les plus élevées sur les exportations entre 1988 et 2000 avec 34 166 t, ce qui a coûté 286 081 10³ $US, également sa valeur la plus élevée au cours de cette période. Les principales destinations de la matière première sont les États-Unis, l’Argentine et le Chili (BROCCHI, 2017).

L’exportation et l’importation brésiliennes d’étain sont généralement effectuées à partir de la valeur de la tonne (t) en dollars par FOB. Free on Board (FOB) est un acronyme réglementé par la Chambre nationale de commerce (CCN) qui est utilisé lorsque le transporteur a la responsabilité du produit jusqu’à ce qu’il soit dans le navire de son transport (IPEA, 2010).

En 2014, l’étain valait 994 cents la livre, selon le London Metal Exchange (LME) et évaluant ses prix entre 2010 et 2011, il a été noté qu’en 2011, il avait sa valeur marchande la plus élevée à 1 188 cents la livre (USGS, 2016).

but

Présentez le panorama mondial et national de l’étain entre 2010 et 2014.

méthode

Les données ont été recueillies auprès du Département national de la production minérale – DNPM (http://www.dnpm.gov.br/). Sur la page d’accueil, sur le thème « Collection », l’onglet « Publications » a été sélectionné. Cliquez sur l’icône option « Statistiques et économie minérale ». L’icône « Résumé minéral » a été sélectionnée sur la nouvelle page qui s’est ouverte. Les résumés de 2010 à 2014 ont été téléchargés en PDF et des données sur l’étain ont été recueillies à partir des tableaux « Réserves et production mondiale » et « Statistiques principales – Brésil ». Les données ont été compilées dans l’application Excel, un composant de la suite Microsoft Corporation Office. La recherche bibliographique a été effectuée dans des articles scientifiques trouvés dans le réseau informatique mondial, fabriqués dans des machines du laboratoire informatique de l’Institut fédéral de l’éducation, de la science et de la technologie d’Amapá, campus de Macapá, situé à l’autoroute BR 210 KM 3, s/n – Bairro Brasil Novo. Code postal: 68.909-398, Macapá, Amapá, Brésil.

Résultats

La figure 1 montre la production mondiale d’étain entre 2010 et 2014. Les données montrent que la production a diminué en 2011 et 2012 et qu’elle a augmenté au cours des deux dernières années étudiées.

Figure 1 : Production mondiale d’étain entre 2010 et 2014.

La figure 2 montre les données sur la production mondiale d’étain par pays entre 2010 et 2014. Les données montrent que la Chine et l’Indonésie sont les plus grands producteurs d’étain et que l’Australie est le plus petit producteur pendant la période de recherche.

Figure 2 : Production mondiale d’étain par pays entre 2010 et 2014.

La figure 3 montre la production d’étain au Brésil sous forme métallique entre 2010 et 2014. Les données montrent que la production d’étain métallique a augmenté au Brésil de 2011 à 2014.

Figure 3 : Production d’étain au Brésil sous forme métallique entre 2010 et 2014.

La figure 4 montre la production d’étain au Brésil sous forme de minéraux contenus entre 2010 et 2014. Les données montrent que la production d’étain contenu a augmenté au Brésil entre les années de la recherche.

Figure 4 : Production d’étain au Brésil sous forme de minéraux contenus entre 2010 et 2014.

La figure 5 montre les données sur les importations et les exportations d’étain au Brésil entre 2010 et 2014. Les données montrent que le Brésil a exporté plus que l’étain importé, sauf dans les composés chimiques, où il n’y a pas eu d’exportation d’étain au Brésil au cours de la période étudiée.

Figure 5 : Exportation et importation d’étain au Brésil entre 2010 et 2014.

La figure 6 montre la consommation apparente d’étain métallique au Brésil entre 2010 et 2014. Les données montrent que la consommation apparente a diminué en 2011 et 2012 et a augmenté au cours des deux dernières années de l’enquête.

Figure 6 : Consommation apparente d’étain métallique au Brésil entre 2010 et 2014.

La figure 7 montre le prix moyen de l’étain au Brésil, en dollars, entre 2010 et 2014. Selon le graphique, l’étain avait une valeur plus élevée en 2011 au Brésil et il avait le prix le moins cher en 2010

Figure 7 : Prix moyen de l’étain au Brésil entre 2010 et 2014.

Discussion

Plusieurs pays ont signé des partenariats stratégiques et construit des projets entre 2009 et 2011 pour accroître la production nationale d’étain. En Chine, premier producteur mondial, des alliances ont été signées et une usine de 293 millions de dollars devait commencer l’exploration des gisements à l’été 2013. En Indonésie, également un pays important dans la production d’étain, la production de matières premières en 2012 a augmenté de 19% par rapport à 2011. En Égypte, Gisppsland Ltd. a découvert un nouveau gisement de cassitérite en 2011 qui a permis l’investissement pour l’exploration dans les années suivantes. En Bolivie et au Congo, le gouvernement qui a coopéré pour augmenter la production nationale des deux pays, en promouvant des coentreprises, c’est-à-dire des syndicats d’entreprises avec l’État pour exploiter l’étain. Ce qui a probablement causé la baisse de la production d’étain dans les années précédant l’augmentation a peut-être été causé par la préparation financière des principaux pays producteurs à n’avoir aucun problème au moment où le capital était dirigé vers la construction de nouvelles mines (JAMES, 2013).

L’Asie est le continent avec le plus grand nombre de réserves d’étain lavables, avec 31,25% des réserves mondiales en Chine et 16,66% en Indonésie, permettant l’exploitation de la matière première. Malgré la position que le Brésil présente dans la production, il a la 3ème position dans la quantité de réserves prouvées et sa production n’est pas plus grande simplement parce que ces réserves sont réparties dans tout le pays irrégulièrement, ce qui entrave les processus de concession de l’exploitation minière pour l’exploitation de l’étain. L’Australie s’est probablement classée dernière dans les grands pays parce qu’elle ne possède que 3,75 % des réserves d’étain (RODRIGUES, 2001; BRÉSIL, 2012; en 2012a).

L’augmentation de la production brésilienne est une conséquence de l’augmentation et de l’anticipation de l’achat d’étain en 2011, effectué par les États-Unis, principal acheteur de la matière première extraite au Brésil. Avec l’achat garanti, l’investissement dans la production est devenu efficace, augmentant la production brésilienne au fil des ans pour profiter de la stabilité et de la réceptivité du marché international (BRASIL, 2012; 2018).

La production d’étain contenu a probablement augmenté dans le pays grâce aux investissements des sociétés minières pour améliorer l’extraction. TABOCA Mining, par exemple, a investi 1,25 milliard de reais dans la mine de Pitinga, déterminant des projections de production de jusqu’à 7 494 t de Sn contenues, augmentant à nouveau la production qui a connu une baisse considérable de la mine en 2010 et 2011, avec seulement 1 451 t et 1 354 t de matériaux respectivement (ACANTHE, 2014).

Les principales destinations du produit exporté par le Brésil ont acheté plus d’étain au cours de la période étudiée. C’est le cas des États-Unis, par exemple, qui ont racheté la matière première en plus grande quantité à partir de 2011, augmentant le nombre d’exportations. Un autre facteur clé a été l’excédent de 50,2 millions de dollars que la balance brésilienne a réalisé dans le commerce international en 2011. L’importation n’a pas battu les données sur les exportations parce que le Brésil vend plus d’étain qu’il n’en achète et, bien que la Bolivie, par exemple, ait acheté 1,8 kt d’étain en 2011, ce montant représente 82 % des importations de l’année, ce qui fait que la quantité d’étain achetée par le Brésil est faible (BRASIL, 2016; 2018).

La consommation apparente d’étain au Brésil a subi l’impact des crises internationales en 2011, causées par la récession de 2008. Il était naturel pour les petites et moyennes entreprises des pays émergents, comme le Brésil, de subir des baisses de croissance et de ventes en raison du désordre sur le marché international au cours de la période. Les acheteurs brésiliens d’étain ont traversé une période de contrôle des dépenses, ce qui a favorisé la réduction des achats de matières premières pour la consommation intérieure. Toutefois, l’augmentation des exportations de matières premières a contribué à l’augmentation de la consommation intérieure en 2013 et 2014, car le capital acquis lors de la vente d’étain a fait circuler l’argent dans le commerce national du secteur, donnant une plus grande sécurité pour l’achat d’étain pour la consommation intérieure (CUTER et KON, 2008; VIEIRA, 2011).

Selon la Bourse des métaux de Londres, l’étain mondial a atteint un sommet en avril 2011, la tonne coûtant 32 975 $. Sa valeur la plus basse était de 14 925 $ la tonne, soit en février 2010. A partir de mi-2013, le prix de l’étain est resté plus stable, avec des valeurs très proches, mais clôturant l’année 2014 avec une baisse de la valeur de la tonne, à 19 095 dollars. Ces prix sont liés au marché mondial, influençant directement le prix de l’étain brésilien. Le prix du métal interne a suivi la logique du marché international, mais avec des valeurs plus faibles. La cause probable de cette baisse du prix de la tonne est que l’étain est vendu en FOB et, comme le Brésil qui est le fournisseur du produit ne le transporte pas, les clients obtiennent probablement des prix plus abordables pour récompenser le fret de la matière première (LME, 2018).

CONCLUSION

L’étain a connu une période relativement positive entre les années étudiées. Il a été observé que les crises sur le marché international ne pouvaient pas affecter la production si fortement qu’elles ont augmenté en raison des investissements dans l’extraction des matières premières. Bien que le Brésil ne soit pas le principal détenteur de réserves de minerais riches en étain, il s’est montré très actif et ferme dans sa production, profitant des opportunités que le marché mondial a proposées pour accroître la prospection et l’extraction des matières premières. Le résultat a été l’augmentation de la consommation apparente en pleines complications économiques que le pays traversait et les variations que le prix de l’étain a souffert au cours des années de la recherche.

Production

RÉFÉRENCES

ACANTHE, T. Polo Mineral do Amazonas. 2014. Disponível em: < http://www.ahkbrasilien.com.br/fileadmin/ahk_brasilien/portugiesische_seite/departamentos/Cooperacao_e_Desenvolvimento/Polo_Mineral_do_Amazonas.pdf >. Acesso em: 20 de dezembro de 2017.

BRASIL. Acesse Aqui os Dados Sobre Economia Mineral., 2012. Disponível em: < http://www.ibram.org.br/150/15001002.asp?ttCD_CHAVE=185736 >. Acesso em: 04 de maio de 2018.

______. Informações e Análises da Economia Mineral Brasileira Brasilia: Instituto Brasileiro de Mineração IBRAM, 2012a. 68p.

______. Exportação. 2015. Disponível em: < http://idg.receita.fazenda.gov.br/orientacao/aduaneira/importacao-e-exportacao/despacho-aduaneiro-de-exportacao. >. Acesso em: 30 de dezembro de 2017.

______. Anuário Mineral Brasileiro: Principais Substâncias metálicas. Brasília: Departamento Nacional de Produção Mineral DNPM 2016.

______. Estanho. 2018. Disponível em: < http://www.mdic.gov.br/legislacao/9-assuntos/categ-comercio-exterior/482-metarlurgia-e-siderurgia-6. >. Acesso em: 04 de janeiro de 2018.

BROCCHI, E. A. Os Metais: Origem e Principais Processos de Obtenção. Rio de Janeiro, 2017. Disponível em: < http://web.ccead.puc-rio.br/condigital/mvsl/Sala%20de%20Leitura/conteudos/SL_os_metais.pdf >. Acesso em: 30 de dezembro de 2017.

CUTER, J. C.; KON, A. Cartel internacional do estanho: a importância da indústria brasileira na quebra do conluio. Rev. Economia e Sociedade, v. 17, p. 157-171, 2008.

DNPM. Mineração. Brasília: Departamento Nacional de Produção Mineral DNPM 2017.

______. Estanho (Sn). Brasília: Departamento Nacional de Produção Mineral DNPM 2017a.

GANEM, R. S.; FILHO, A. F. F.; GANEM, R. S. IMPACTOS SOCIOAMBIENTAIS DA MINERAÇÃO: Estudo de Caso em Pedreira, Ilhéus, BA. IV Congresso Baiano de Engenharia Sanitária e Ambiental – COBESA. Cruz das Almas, Bahia 2016.

IPEA. O que é? FOB. 2010. Disponível em: < http://desafios.ipea.gov.br/index.php?option=com_content&view=article&id=2115:catid=28&Itemid=23 >. Acesso em: 07 de novembro de 2017.

JAMES, F. C. J. Minerals Yearbook: Tin. United States (USGS). U.S. Geological Survey, 2013. Disponível em: < https://minerals.usgs.gov/minerals/pubs/commodity/tin/index.html#myb >. Acesso em: 27 de dezembro de 2017.

LME. Tin Historical Price Graph. 2018. Disponível em: < https://www.lme.com/en-GB/Metals/Non-ferrous/Tin#tabIndex=2 >. Acesso em: 04 de janeiro de 2018.

RAMOS, C. R. Estanho na Amazônia: o apogeu e ocaso da produção. Novos Cadernos NAEA, v. 6, p. 39-60, 2003.

RODRIGUES, A. F. S. Estanho. Balanço Mineral Brasileiro. Brasilia: Departamento Nacional de Produção Mineral DNPM 2001.

USGS. Tin Statistics and Information. 2016. Disponível em: < https://minerals.usgs.gov/minerals/pubs/commodity/tin/. >. Acesso em: 21 de novembro de 2017.

______. Tin Statistics and Information. 2017. Disponível em: < https://minerals.usgs.gov/minerals/pubs/commodity/tin/. >. Acesso em: 21 de novembro de 2017.

VIEIRA, J. G. S. A Crise Econômica de 2011. Curitiba PR, 2011. Disponível em: < http://www.santacruz.br/v4/download/janela-economica/2011/14-a-crise-economica-de-2011.pdf. >. Acesso em: 04 de maio de 2018.

Lycéen. Cours technique en exploitation minière. l’Institut fédéral d’éducation fondamentale, technique et technologique de l’Amapá (IFAP).

[1] Technologue en matériaux. Maîtrise en sciences des matériaux et ingénierie. Professeur chercheur, Institut fédéral d’éducation fondamentale, technique et technologique de l’Amapá (IFAP)
[2]
Biomédicale. Doctorat en maladies tropicales. Professeur chercheur, Université fédérale d’Amapá (UNIFAP).

[3] Biologiste. Docteur en maladies tropicales. Professeur chercheur à l’Université fédérale du Pará (UFPA).

[4] Biologiste. Docteur en maladies tropicales. Professeur chercheur à l’Université fédérale du Pará (UFPA).

[5] Théologien. Doctorat en psychanalyse clinique. Chercheur au Center for Research and Advanced Studies, São Paulo, SP.

[6] Biologiste. Doctorat en théorie et recherche comportementale. Professeur chercheur, Institut fédéral d’éducation fondamentale, technique et technologique de l’Amapá (IFAP)

Théologien, docteur en psychanalyse clinique. Il travaille depuis 15 ans avec la méthodologie scientifique (méthode de recherche) dans l’orientation de la production scientifique des étudiants en master et au doctorat. Spécialiste en études de marché et en santé.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here