REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Revista Científica Multidisciplinar

Pesquisar nos:
Filter by Categorias
Administration
Administration navale
Agronomie
Architecture
Art
Biologie
Chimie
Communication
Comptabilité
cuisine
De marketing
Dentisterie
Déontologie
Droit
Éducation
Éducation physique
Environnement
Génie Agricole
Génie chimique
Génie de l’environnement
génie électrique
Génie informatique
Génie mécanique
Géographie
Histoire
Ingénierie de production
Ingénierie de production
l'informatique
Littérature
Mathématiques
Météo
Nutrition
Paroles
Pédagogie
Philosophie
Physique
Psychologie
Santé
Science de la Religion
Sciences aéronautiques
Sciences sociales
Sem categoria
Sociologie
Technologie
Théologie
Tourisme
Travaux Publics
Vétérinaire
Zootechnie
Pesquisar por:
Selecionar todos
Autores
Palavras-Chave
Comentários
Anexos / Arquivos

Xanthome chez un chien caniche : à propos d’un cas

RC: 139378
189
Rate this post
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

COSMOSKI, Camilla Alexandra [1], CLOCK, Jessica Gonçalvez [2], BORELLI, Vanessa [3]

COSMOSKI, Camilla Alexandra. CLOCK, Jessica Gonçalvez. BORELLI,  Vanessa. Xanthome chez un chien caniche : à propos d’un cas. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. Année. 07, éd. 10, Vol. 07, p. 37-44. Octobre 2022. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/veterinaria-fr/xanthome-chez-un-chien

RÉSUMÉ

Les xanthomes sont des lésions granulomateuses bénignes qui présentent des dépôts de dérivés lipoprotéiques. Dans ce contexte, le présent article a pour question directrice : quelles procédures doivent être réalisées pour le traitement du xanthome chez un chien caniche ? Visant à décrire un rapport de cas d’un chien caniche diagnostiqué avec un xanthome. A cet effet, nous rapportons le cas d’un chien caniche mâle de 14 ans qui a présenté, macroscopiquement, un nodule de la conjonctive palpébrale de l’œil droit, mesurant 0,7 cm de diamètre, blanc avec des plages jaunâtres. Lors de l’examen microscopique, une prolifération néoplasique bénigne des cellules épithéliales a été observée, identifiant, sur la base de l’examen clinique et de laboratoire, le diagnostic de conjonctive palpébrale : adénome de Meibomius/xanthome, qui, étant une tumeur bénigne, avec un bon pronostic histopathologique, pourrait être éliminé par exérèse chirurgicale complète. Ainsi, le patient a subi une intervention chirurgicale pour exciser la lésion en utilisant la technique microchirurgicale, évoluant cliniquement favorablement jusqu’à la guérison complète. Ainsi, il a été constaté que les lésions des paupières chez le chien sont pertinentes dans la pratique clinique et ont un impact important sur la qualité de vie de l’animal, car elles provoquent une friction constante avec les surfaces oculaires. La littérature recherchée souligne également que pour le traitement des tumeurs des paupières chez les chiens et les chats, une excision chirurgicale doit être effectuée et la technique la plus appropriée doit être choisie pour chaque cas en fonction de la localisation de la tumeur, de son extension et de sa profondeur. De plus, dans la mesure du possible, l’excision avec de larges marges chirurgicales est préférable pour prévenir les récidives et traiter conjointement la maladie primaire, le cas échéant.

Mots clés : Xanthome, Chiens, Médecine vétérinaire.

INTRODUCTION

Les xanthomes sont des lésions granulomateuses bénignes qui présentent des dépôts de dérivés lipoprotéiques. Ils sont le plus souvent localisés dans le derme (xanthomes cutanés), d’origine réticulo-endothéliale, et sont rarement rapportés chez les animaux de compagnie. La plupart des xanthomes canins sont associés à des anomalies du métabolisme des lipides ou à des troubles métaboliques tels que l’hyperlipidémie, le diabète sucré, l’hypothyroïdie ou l’hyperadrénocorticisme (STILES, 2013).

Ils apparaissent généralement dans le tissu sous-cutané du visage, des oreilles, du ventre et dans les organes viscéraux, tels que : la rate, le foie, les glandes surrénales, l’estomac, le duodénum et le pancréas. De plus, les xanthomes peuvent également être trouvés dans d’autres tissus, notamment : la peau, les tendons et les articulations du genou et du coude (STILES, 2013).

Les lésions sont pour la plupart multifocales et asymptomatiques, mais dans certains cas, des douleurs et des démangeaisons peuvent survenir au site. Visuellement, elles consistent en des papules, des nodules ou des plaques blanches ou jaunâtres, avec des bords pouvant être érythémateux. Dans de rares cas, la formation d’une masse ulcérée peut se produire, libérant du matériel insipide, amorphe et nécrotique (PIRES, 2016).

La couleur des xanthomes peut varier du rose, pâle ou brun. Au microscope, ils peuvent être : papillaires, verruqueux ou plats. La caractéristique histologique du xanthome verruciforme est la présence d’agrégats de grandes cellules spumeuses vacuolées, ou cellules de xanthome, qui remplissent la papille du tissu conjonctif entre des broches épithéliales allongées et hyperplasiques de profondeur relativement uniforme (PIRES, 2016).

Les cellules de xanthome se colorent positivement pour l’antigène du groupe de différenciation 68 (CD68), indiquant une origine monocyte/macrophage. Le CD68 est un antigène cytoplasmique associé aux lysosomes. Il s’exprime avec une coloration plus intense dans les macrophages que dans les monocytes, mais il colore également les granulocytes et les mastocytes (PIRES, 2016).

La formation de xanthomes est dérivée d’une concentration plasmatique anormale de cholestérol, de triglycérides ou de lipoprotéines (hyperlipémie ou hyperlipoprotéinémie). Cependant, malgré ces précisions, la physiopathologie et l’étiologie de la maladie ne sont toujours pas totalement élucidées. Par conséquent, le traitement doit s’adresser au-delà de la lésion, en traitant également la cause primaire afin qu’après l’exérèse chirurgicale, aucune récidive ne se produise (SALES et al., 2021).

Par conséquent, sur la base de ce qui précède, le présent article a pour question directrice : quelles procédures doivent être effectuées pour le traitement du xanthome chez un chien caniche ? Visant à décrire un rapport de cas d’un chien caniche diagnostiqué avec un xanthome.

RAPPORT DE CAS

Un chien caniche mâle de 14 ans s’est présenté à la clinique avec un nodule macroscopique dans la conjonctive palpébrale de l’œil supérieur droit, mesurant 0,7 cm de diamètre, blanc avec des zones jaunes sur la coupe (Figure 1).

Figure 1. Examen clinique d’une lésion cutanée chez un chien

Exame clínico de lesão cutâneo em cão.
Source : Auteur propre (2022).

À l’examen microscopique, une prolifération néoplasique bénigne de cellules épithéliales a été observée, disposées en nids, séparées par de fines trabécules de tissu conjonctif. Les cellules avaient un cytoplasme modérément et finement vacuolé, avec un noyau rond, une chromatine lâche et un nucléole évident. De plus, une légère anisocytose, une anisocaryose et un infiltrat inflammatoire multifocal de lymphocytes et de neutrophiles ont été observés. Adjacent à la prolifération néoplasique bénigne, séparés par une couche de tissu conjonctif, un grand nombre de macrophages mousseux disposés dans un manteau contenant des nids de fentes de cholestérol a également été observé (Figure 2).

Figure 2. Examen histopathologique du xanthome

Exame histopatologico de xantoma.
Source : Vanessa Borelli (2022).

Sur la base de l’examen clinique et biologique, le diagnostic était conjonctive palpébrale : xanthome. Puisqu’il s’agit d’une tumeur bénigne, avec un bon pronostic histopathologique après exérèse chirurgicale complète.

La présence de xanthome adjacent au néoplasme indique une hyperlipidémie associée. Ainsi, le patient a subi une intervention chirurgicale pour exciser la lésion en utilisant la technique microchirurgicale.

Après consultation pré-anesthésique et évaluation physique, il a été constaté que le patient était apte à la procédure anesthésique. Par conséquent, les procédures suivantes ont été réalisées : Médicament pré-anesthésique (MPA) par voie intramusculaire (IM) avec acépromazine 0,02 mg/Kg et méthadone 0,2 mg/Kg.

L’induction anesthésique a été réalisée avec du propofol 2 mg/Kg, du fentanyl 5 mcg/Kg, où le patient a autorisé l’intubation et atteint le niveau d’anesthésie souhaité.

L’entretien anesthésique a été réalisé avec du rémifentanil 10 mg/Kg/heure et de l’isoflurane. Un blocage locorégional extraconal (péribulbaire) a été réalisé à une dose de 0,1 ml/Kg. La technique chirurgicale a commencé par une incision quadrangulaire autour de la lésion et l’ablation a été réalisée. Par la suite, une cryothérapie a été réalisée avec l’appareil CrioFast.

Pour la médication post-chirurgicale, des gouttes ophtalmiques de moxifloxacine QUAD ont été prescrites pendant 15 jours.

DISCUSSION

Les xanthomes sont des lésions bénignes du granulome associées à une perturbation du transport des lipides. Elles résultent d’anomalies de la synthèse ou de la dégradation des protéines plasmatiques conduisant à une hyperlipoprotéinémie. Ils sont associés à une hyperlipoprotéinémie et peuvent être causés par la consommation d’aliments riches en matières grasses. Alternativement, ils peuvent être déclenchés par des maladies telles que : le diabète sucré. De plus, une hyperlipoprotéinémie peut survenir en conjonction avec un défaut héréditaire du métabolisme des lipides. La formation de xanthomes est généralement secondaire à une infiltration ou à un dépôt de lipoprotéines dans les tissus. Par conséquent, la cause initiale du xanthome doit faire partie de l’analyse clinique afin qu’elle puisse être traitée par des médicaments et/ou un régime alimentaire (PIRES, 2016).

L’hyperlipidémie est caractérisée comme un trouble héréditaire du métabolisme des lipoprotéines, d’étiologie inconnue et peut être liée à un problème génétique de la lipoprotéine lipase ou à l’absence d’apoprotéine CII. Les signes cliniques impliquent généralement : athérosclérose spontanée, lipémie rétinienne, xanthomes cutanés, douleurs abdominales, léthargie, vomissements et/ou diarrhée. Des manifestations neurologiques, telles que des convulsions et des changements de comportement, peuvent également survenir (SALES et al., 2021). Par conséquent, dans le cas en question, l’investigation de la maladie et son traitement deviennent essentiels.

Les lésions des paupières chez le chien sont pertinentes dans la pratique clinique, car elles ont un impact important sur la qualité de vie de l’animal, car elles provoquent une friction constante avec les surfaces oculaires (FERREIRA et al., 2009).

Comme ces lésions sont généralement asymptomatiques, les propriétaires d’animaux consultent un vétérinaire en raison de la ressemblance de la tumeur avec des lésions néoplasiques, cependant, il existe des cas asymptomatiques qui affectent les fonctions des organes (STILES, 2013).

Cliniquement, les xanthomes sont multifocaux et consistent en papules, nodules ou plaques blanches/jaunâtres dont les bords peuvent être érythémateux. Cependant, comme ils sont généralement associés à une hyperlipidémie, il est indispensable d’analyser la présence de signes de cette pathologie, qui sont : vomissements, diarrhée et gêne abdominale et, dans les cas les plus sévères, lorsque la concentration sérique de triglycérides est supérieure à 1000 mg /dl, peut être associé à : pancréatite, lipémie rétinienne, convulsions, xanthomes cutanés, paralysie des nerfs périphériques et changements de comportement (STILES, 2013).

Pour le diagnostic, des tests cliniques et de laboratoire sont utilisés, avec une biopsie de la lésion pour l’analyse histopathologique et le diagnostic définitif. La cytologie des granulomes peut être utilisée comme examen complémentaire. De plus, les xanthomes étant associés à des dyslipidémies et à des maladies secondaires, il est important qu’un bilan biochimique soit réalisé, comprenant le cholestérol et les triglycérides, pour analyser ou exclure l’existence ou non d’une hyperlipidémie et également diagnostiquer un diabète sucré, par exemple. Si une autre pathologie est suspectée, une investigation pour le diagnostic et le traitement doit être effectuée (PIRES, 2016).

A l’examen histopathologique, les xanthomes présentent une infiltration nodulaire diffuse par des macrophages dans le tissu conjonctif, avec un cytoplasme mousseux et des cellules géantes histiocytaires multinucléées. Les macrophages traversent les fibres de collagène ou sont en couches diffuses, modifiant l’architecture normale. De plus, dans certains cas, les macrophages et les cellules géantes peuvent être individualisés (STILES, 2013).

Pour le traitement, il est essentiel d’évaluer la cause étiologique du xanthome. Pour les cas associés à une hyperlipoprotéinémie secondaire, en particulier lorsqu’il s’agit de diabète sucré, le traitement de la cause conduit généralement à la résolution du xanthome. En cas d’hyperlipidémie, en particulier si elle est associée à des aliments et à une xanthomatose idiopathique, le régime alimentaire de l’animal doit être remplacé par un régime pauvre en graisses, ce qui entraîne normalement une amélioration du xanthome.

En ce qui concerne l’hypertriglycéridémie, un traitement adéquat est important pour éviter une pancréatite future, et un traitement visant à réduire la concentration sérique de triglycérides doit être effectué. En cas de chylomicronémie, le régime alimentaire doit être modifié avec des valeurs inférieures à 20 % de matières grasses, voire inférieures. Si l’animal est obèse, en plus du régime pauvre en graisses, une restriction calorique doit être appliquée. Après 6 à 8 semaines de régime, les taux sériques de triglycérides et de cholestérol doivent être réévalués. En outre, des médicaments pour le traitement de l’hypertriglycéridémie peuvent être administrés, mais seulement si les taux de triglycérides sériques sont supérieurs à 500 mg/dl, la niacine 100 mg/jour ou des dérivés de l’acide fibrique (fibrates) tels que le gemfibrozil 200 mg/jour peuvent être indiqué pour les canidés et, pour les chats, 10 mg/kg BID. Pour l’hypercholestérolémie, le traitement médicamenteux ne doit être effectué que si les taux de cholestérol sérique sont supérieurs à 800 mg/dl, et un régime alimentaire restreint doit d’abord être tenté (PIRES, 2016).

Ferreira et al. (2009), indiquent que le traitement des tumeurs des paupières chez les chiens et les chats doit être effectué par excision chirurgicale, et la technique la plus appropriée doit être choisie pour chaque cas en fonction de l’emplacement de la tumeur, de son extension et de sa profondeur, en plus, chaque fois que si possible, l’excision avec de larges marges chirurgicales est préférable pour prévenir les récidives et toujours traiter la maladie sous-jacente avant ou en conjonction avec la chirurgie.

CONSIDÉRATIONS FINALES

Cet article visait à décrire un rapport de cas d’un chien caniche diagnostiqué avec un xanthome, guidé par la question : quelles procédures doivent être effectuées pour le traitement du xanthome chez un chien caniche ? Compte tenu de ce qui précède, il a été constaté que, dans le rapport présenté, le patient a évolué cliniquement favorablement et s’est complètement rétabli. Ainsi, il a été constaté que les lésions des paupières chez le chien sont pertinentes dans la pratique clinique et ont un impact important sur la qualité de vie de l’animal, car elles provoquent une friction constante avec les surfaces oculaires.

En ce qui concerne les procédures, la littérature souligne que, pour le traitement des tumeurs des paupières chez les chiens et les chats, une exérèse chirurgicale doit être effectuée et la technique la plus appropriée doit être choisie pour chaque cas en fonction de la localisation de la tumeur, de son extension et de sa profondeur, de plus, dans la mesure du possible, l’exérèse à marges chirurgicales larges est préférable pour prévenir les récidives et traiter conjointement la maladie primaire, le cas échéant.

LES RÉFÉRENCES

FERREIRA, F. M. et al. Neoplasias Oculares In: DALECK, C. R.; DE NARDI, A. B.; RODASKY, S. Oncologia em cães e gatos. São Paulo: Roca, 2009. p.364-384.

PIRES, Andrea do Rosário. Xantoma retrobulbar em gato europeu comum – estudo de um caso clínico. 2016. 100 f. Dissertação (Mestrado em Veterinária) – Universidade de Lisboa. Lisboa, 2016.

SALES, Nathali Adrielli Agassi de et al. Reactive Seizures Due to Hyperlipidemia in a Maltese Dog. Acta Scientiae Veterinariae, [S.L.], v. 49, p. 1, 1 jan. 2021. Disponível em: http://dx.doi.org/10.22456/1679-9216.110100. Acesso em: 26 set. 2022.

STILES, J. Feline Ophthalmology. In: GELLAT, K. N.; GILGER, B. C.; KERN, T. J. (edts). Veterinary ophthalmology. 5ª ed. p 1477-1560. Oxford: John Wiley & Sons, Inc. 2013.

[1] Master en Sciences de la Santé de l’Universidade Estadual de Ponta Grossa – UEPG ; Post-graduation en Ophtalmologie et Microchirurgie en Ophtalmologie Vétérinaire par Faculdade Qualittas, Graduation en Médecine Vétérinaire Centro de Ensino Superior dos Campos Gerais – CESCAGE. ORCID : 0000-0003-2979-3094.

[2] Spécialisation en Anesthésiologie PAV, Diplôme en Médecine Vétérinaire par le Centro de Ensino Superior dos Campos Gerais – CESCAGE. ORCID : 0000-0002-4095-3282.

[3] Doctorat en pathologie animale; Master en sciences animales avec spécialisation en pathologie ; Diplôme en médecine vétérinaire de l’Universidade Estadual do Centro Oeste do Paraná – UNICENTRO.

Envoyé : Août 2022.

Approuvé : Octobre 2022.

Rate this post
Camilla Alexandra Cosmoski

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita