Thérapie au Laser sur la guérison des escarres chez les patients de l’UTI de faible intensité

0
434
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI [ SOLICITAR AGORA! ]
Classificar o Artigo!
ARTIGO EM PDF

RODRIGUES, Rosana do Nascimento [1], FERREIRA, Vanessa Diellen Pinto [2], BITTENCOURT, Margarete Carrera [3], PEIXOTO, Ivonete Vieira Pereira [4]

RODRIGUES, Rosana do Nascimento; et.al. Faible intensité Laser therapy sur la guérison des plaies de pression chez un patient de l’ICU. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. 03 ans, Ed. vol. 05, 05, pp. 359-418, mai 2018. ISSN:2448-0959

Résumé

La présente étude repose sur les affectations de la thérapie laser de faible intensité comme une option efficace pour le traitement des plaies de pression (LPP), dans le but de reepithelialization du tissu lésé dans les plus brefs délais. De la problématique autour des patients de soins intensifs (USI), principalement par l’acquisition de vulnérabilité de PPR. Ayant comme objectifs, évaluer l’applicabilité du facteur d’accélérateur de thérapie (ITL) faible intensité laser dans le processus de guérison de PPR au stade I et II d’un patient de l’hôpital aux soins intensifs et décrire le processus de réparation tissulaire en PPR dans critique patient traité avec vinaigrette de thérapie conventionnelle plus ITL. C’est une étude d’intervention thérapeutique avec une approche qualitative, qualifiée de l’essai clinique de l’étude de cas type, impliquant un patient âgé de 68 ans, de l’hôpital aux soins intensifs, montrant des blessures de pression de catégorie qu'i et catégorie II énumérés, respectivement dans les régions de la loi sacrée et le calcanéum affectant les deux fesses. Collecte de données a été subdivisée en deux étapes, la première se concrétise pour la tuberculose-infection dans les hôpitaux et le second en résidence surveillée. L’instrument utilisé pour la présente étude est l’équipement de thérapie® Xt-DMC, qui a la fonction d’envoi de lumière rouge ou infrarouge laser de faible puissance (100 mW). Le protocole a choisi d’utiliser a été et scan comme suit : l’irradiation commence le 1 cm des bords de la plaie, faire des demandes individuelles, laissant entre 1 et 2 cm entre les points, à l’aide d’une dose entre 2 et 4 J/cm², associée à un balayage , où l’applicateur est placé à 1 cm du lit de la plaie étant animé sur la superficie totale de la lésion lors de l’irradiation. Les résultats sont satisfaisants, compte tenu du fait qu’il y a eu une amélioration significative dans le processus de guérison de la PPR traitées avec ITL adjuvant application montrant être une thérapie efficace comme facteur accélérateur sur la guérison d’un patient de PPR dans hospitalisation en soins intensifs. Démontrée par la mise en œuvre des textes issus de la guérison des plaies du calcanéum et sacro-régions, évoluant avec totale réépithélialisation LPP en 3 séances calcanéen ITL sacro-région de l’ETL évolué positivement montrant diminution de la superficie totale à l’égard de la première session de 15 cm², soit 3,7 cm de largeur à 53,8 cm de hauteur. Considérant que l’homéostasie d’unprovision lésion cellulaire, le corps et le patient présente 4 facteurs systémiques qui ralentissent la cascade d’événements physiologiques qui se produisent systématiquement dans la guérison : l’hypertension ; Diabète ; l’insuffisance rénale chronique et 68 ans et les blessures ont évolué de manière satisfaisante même avec ces facteurs à ITL est une thérapie qui doit être examinée dans le contexte des bandages.

Mots clés : blessures de pression, intensive care Unit, logiciel, Laser, pansements, wound healing.

1. Introduction

1.1 thème à l’étude

Les blessures de pression (LPP) sont définis comme toute lésion tégumentaire causées par une pression soulagée et peuvent conduire à une nécrose des tissus. Les auteurs Mathew, et al. (2016) mettre en évidence que les régions en cause sont plus fréquemment les proéminences osseuses importantes, qui cause des lésions cutanées peuvent causer un certain nombre de complications comme les infections, potentializing l’aggravation de l’État. La recherche de Mann ; Lee ; Jorge (2009) a montré que le nombre de cas de PPR dans le monde entier reste élevé, ce qui vient à la rencontre de ce qui est discuté dans la littérature, qui mettent l’accent sur la nécessité de nouvelles études sur le sujet, afin d’améliorer les mesures préventives et thérapies.

Infirmier est une profession qui agit dans des soins complexes et des décisions immédiates dans tous les secteurs de l’aide dans les soins de santé, en particulier lorsque vous travaillez dans l’unité de soins intensifs (USI). Les études de leurs auteurs respectifs, Zanei Ducci, Whitaker (2008) mettre en évidence que l’ICU est un secteur d’une extrême complexité, où nous avons trouvé lit monté, ayant des difficultés ou contrainte à se déplacer dans son lit, ce qui rend ces patients susceptibles d’être risques de complications dues à des procédures invasives, perte du muscle masse et l’apparition de PPR.

En ce qui concerne les soins des patients avec engagement tégumentaires, l’infirmière est le professionnel de la santé qui a un rôle clé dans le traitement des plaies, étant donné que ce professionnel n’a plus de contact avec le patient, suit l’évolution de blessures, oriente et exécute le pansement, ainsi que détient une plus grande maîtrise de cette technique en vertu de posséder des éléments pédagogiques adaptés à cette pratique et l’équipe soignante développer comme l’une de vos missions.

Actuellement, il y a beaucoup de choix de pansements sur le marché. Le franc d’auteurs À que Gonçalves (2009) a fait remarquer que les ressources financières de l’unité santé et/ou de patient sur la nécessité de continuer à utiliser de la vinaigrette, évaluation de la plaie et l’évaluation des avantages et des coûts, sont quelques-uns des points considéré au moment de choisir le type de pansement, qui doit être conforme à la nature, l’emplacement et la taille de la plaie afin de faciliter le processus de guérison.

Le processus de guérison est compris comme un ensemble de processus complexes et interdépendants, dont le but est de restaurer les tissus endommagés. Corroborer cela décrit, l’étude de Mandelbaum ; Santin di ; Mandelbaum (2003, p. 393) stipule que « l’étude de la réparation de la peau comporte une vaste gamme d’événements et de situations particulières et qui nécessite une connaissance élémentaire de l’anatomie, histologie, biochimie, immunologie, pharmacologie, entre autres sciences ».

L’utilisation de laser à basse altitude sur les plaies cutanées traité contribue à l’optimisation du processus de guérison avec votre photo stimulant d’action. Est conforme à ces réflexions les auteurs Andrade ; Clak ; Ferreira (2014), quand ils mettent l’accent sur la thérapie laser de faible intensité, appliquée sur les plaies cutanées, est en mesure de promouvoir les principaux effets physiologiques : réponse anti-inflammatoire ; Neo-angiogênese ; épithéliales et la prolifération des fibroblastes ; synthèse et fourniture de contraction du collagène et de la plaie.

La présente étude repose sur les pouvoirs de la thérapie au laser comme une option efficace pour le traitement de PPR, dans le but de reepithelialization du tissu lésé dans les plus brefs délais. Études de Rock des auteurs, et collab. (2012) mettre en évidence les effets laser assignées aux stimuli des divers systèmes biologiques lorsque photo stimulée par rayonnement, prouvant à procéder à un examen efficace, car il diminue le temps de remplacement de tissus avec augmentation de l’activité de prolifération et cellulaire , la modulation et la prolifération des facteurs de croissance.

1.2 contexte

Patients admis aux soins intensifs présentent le profil d’État potentiellement grave et nécessitent un support plus avancé avec plusieurs paramètres de suivi et de surveillance dans la période, où une assistance intensive niveau serait la seule solution pour évoluer de manière satisfaisante. Sur ce point, il est considéré que le même rapport des conditions physiologiques défavorables pour l’homéostasie et corps performance d’équipe multidisciplinaire est essentielle pour optimiser le développement de l’amélioration.

Dans ce contexte, les soins infirmiers se distinguent comme transaxle qui envahissent le processus de soins de santé, offrir de meilleures conditions pour le patient, tant dans l’exécution des procédures et des mesures visant à prévenir de possibles acometimentos d’une hospitalisation prolongée. Soutenir ces reflets le Miyazaki auteurs ; Caliri et Santos (2010), lorsqu’ils soulignent que les patients admis aux soins intensifs ont une plus grande sensibilité aux complications, mettre en péril votre sécurité, telles que les infections nosocomiales, erreurs liées au processus d’administration des médicaments et les lésions intégrité de la peau entre autres.

Cette étude devient pertinente en raison du taux élevé de PPR dans les infections urinaires, qui sont directement liées aux déficiences physiologiques du patient. Dans notre expérience académique profiter la discipline intitulée soins infirmiers hôpital pratique, dans lequel nous avons eu l’occasion d’effectuer l’habillage de petite, moyenne et haute complexité et observer comment cette pratique est présente dans la routine de soins infirmiers. A partir de ce point de vue, le thème a suscité nous explorant une méthodologie qui permet une amélioration considérable dans les PPR, prevenisse l’évolution de la phase de dégâts et qui optimise la travail de routine.

De ces affirmations, nous mettons en évidence le bien-fondé de l’utilisation de la technologie du laser de faible intensité dans le traitement des plaies cutanées, basé sur les auteurs Andrade ; Lima et Albuquerque (2010), qui soulignent que les effets bioestimulantes lllt sur blessure, parce que les réponses des cellules au rayonnement infrarouge se produisent en raison des changements physiques et chimiques des photorécepteurs qui, pour absorber la lumière, Prenez état électronique excité, cette arme clique sur quatre actions principales : changer l’état de réduction et oxydation (état redox) et l’accélération du transfert des électrons ; des changements structurels et une activité biochimique par le chauffage transitoire des chromophores (responsable de la coloration d’une molécule d’atomes). augmentation de la production de superoxyde ; génération de l’oxygène moléculaire, qui contribuent à la guérison.

Par conséquent, l’intérêt pour le sujet proposé dans cette partie de l’étude de l’examen de la question autour des patients ICU, principalement par l’acquisition de vulnérabilité de PPR, à travers le manque de mobilité et comment ces blessures peuvent causer des dommages intégrité physique irréversible. Ces créances sont contre ce que nous voulons pour additionner avec ce point de vue, les auteurs font remarquer que.

Parmi les facteurs de risque qui contribuent à l’exposition des patients à votre développement : déficit de mobilité ou de sensibilité, friction et cisaillement, œdème, humidité, vieillesse, maladies systémiques, utilisation de certains médicaments tels que exemple, corticoïdes, anti-inflammatoires et antibiotiques, carences nutritionnelles, des troubles neurologiques et troubles métaboliques (BAVARESCO ; LEROUX, p. 3, 2012).

Nous mettons en évidence l’importance de cette étude à partir du moment où les auteurs énoncés pour afficher les données qui sont la qualité de l’utilisation du laser dans la réparation des tissus dans ICU les patients atteints de PPR et de la contribution dans le sentiment de prendre le développement technologique sur l’assistance, car il existe des types de blessures nécessitant une guérison des stimuli, autrement dit, les technologies qui fournissent aide coopérative biologique étapes de guérison. Sans ces stimuli externes, la plaie reste plus longtemps dans la phase inflammatoire et donc exposés à des agents infectieux et des infections possibles.

1.3 le questionnement

Au Brésil, les études ont évalué l’incidence et la prévalence de PPR dans les hôpitaux et les établissements de long séjour et des ménages, révélant que les nombres varient selon le scénario et le profil des patients étudiés. En accord avec ces affirmations, les auteurs de Oliveira, et collab. (2013), en cas d’Excel dans leurs études que, dans le cadre d’une thérapie intensive, l’occurrence de PPR, qui peut se présenter avec plus haut les numéros en raison de la gravité des patients, la thérapie fréquente procédures, utilisation des médicaments vasoactifs, immobilité au lit, de connexion spécifiques au périphérique et de longues périodes d’hospitalisation.

Des soins spécifiques à la PPR, qui implique toute l’équipe pluridisciplinaire, afin que les mesures thérapeutiques peuvent être intégrés. Il est considéré comme un facteur inquiétant pour les changements de scène/degré de PPR, infections possibles et en conséquence l’aggravation de l’état clinique du patient. Considérant l’importance de la contribution des connaissances scientifiques de l’équipe multidisciplinaire, surtout le personnel infirmier afin de prévenir et de traiter la PPR.

On sait que dans l’unité de soins intensifs lits sont admis les patients qui ont besoin d’attention spécialisée, suivi entre autres passes pour un temps plein et souvent ne sont pas décubitus change de priorités. On peut déduire de l’étude des auteurs Pereira et Soares (2012, p. 140), dire que « en effet, l’existence d’un ulcère de pression est un processus complexe, marqué par la douleur, malaise avec un impact physique, psychologique et émotionnel du patient et à leurs proches «.

L’infirmière, dans ce contexte, à négliger le changement en décubitus et l’évaluation des patients, peut devenir possible PPR stimulateur ou encourager les évolutions négatives de ces lésions par la demande des patients d’être soignés. Il est à noter que le jour ouvrable prévu par la résolution du Conseil d’administration Collegiate (RDC) au paragraphe 26 de 2012, lorsque les Etats en personnels dimensionnement la quantité au moins 1 infirmier pour chaque 10 lits, ne correspondent pas à la réalité.

Ainsi, il est considéré comme pertinent d’investir dans des propositions préventives et thérapeutiques liées à la confrontation de ce problème. Plusieurs facteurs interfèrent avec le processus de guérison, et aujourd'hui, le marché offre une variété de produits qui peuvent être utilisés avec succès tant en prévention et en traitement de PPR.

L’instrument laser thérapeutique pour incorporation comme s’est accompagnée dans le domaine biomédical depuis 1960, Theodore Maiman. Depuis lors, le laser de faible intensité a un certain nombre d’indications, qui peut être utilisé seul ou comme complément aux autres traitements. Le traitement au laser est indolore et locales, la durée et le nombre de séances dépendra de chaque tableau clinique, le laser fonctionne dans la guérison et la régénération de tous les différents tissus du corps humain.

Le traitement des plaies, par le biais de la thérapie Laser (ITL), de faible intensité du processus actifs effets physiologiques qui contribuent à la guérison, dans cette perspective les auteurs Busnardo et Simões (2010) font remarquer dans leurs études que stimulation photique, En plus de fournir des effets anti-inflammatoires et analgésiques, également positivement influencer la fonction des macrophages, ce qui permet la production de facteurs de croissance qui favorisent l’augmentation de la prolifération cellulaire, améliorer la qualité de la cicatrisation des plaies .

Dans cette perspective, l’ITL efficace pour accélérer le processus de guérison de ces blessures ?

2. Objectifs

2.1 générales

Évaluer l’applicabilité du facteur d’accélérateur de thérapie (ITL) faible intensité laser dans le processus de guérison de PPR au stade I et II d’un patient de l’hôpital aux soins intensifs.

2.2 spécifiques

  • Effectuer une ITL dans les lésions ;
  • Décrire le processus de réparation tissulaire dans PPR critique patient traité avec vinaigrette de thérapie conventionnelle plus ITL.

3. Bases conceptuelles

3.1 anatomie et physiologie de la peau

Le système tégumentaire effectue des fonctions liées à votre emplacement sur la surface du corps. La peau protège contre les blessures et aussi les récepteurs pour des sensations de douleur, de pression, de toucher et de température. L’auteur de rouge (2014) met en évidence, dans ses études, que la peau a plusieurs fonctions, telles que : protection mécanique ; microbiologiques et notre corps physiologique ; Il est également responsable de la production de vitamine d.

La peau est considéré comme le plus grand organe du corps humain et représente environ 15 % du poids corporel, avec des changements structurels au cours de votre extension. Selon les études de caméra (2009), la peau est constituée de trois couches interdépendants : la couche externe, l’épiderme ; couche intermédiaire, le derme ; et l’hypoderme interne couche ou la couche de tissu adipeux, sur lequel se trouvent les couches déjà mentionnés, ce qui permet à la peau de se déplacer librement les structures profondes du corps.

L’épiderme est composé de l’épithélium stratifié pavimentoso kératinisée. « Les cellules plus abondants dans cet épithélium sont les kératinocytes. L’épiderme présente trois types de cellules : mélanocytes, les cellules de Langherans et merkel "(JUNQUEIRA ; RAM, 2009, p. 360).

Dans cette perspective, l’auteur élucide Garbero (2016), dans ses études, le derme est une épaisse couche de tissu conjonctif qui se dépose de l’épiderme et le produit, en profondeur, avec les lipides du tissu sous-cutané Rico, consistant en deux couches. Le diluant papillaire, formée de tissu conjonctif lâche avec la grande quantité de cellules et un lâche de fibres de collagène mince lipidiques (principalement du collagène de type III). Le treillis est plus dense, avec des fibres de collagène épaisses (principalement de collagène de type I) disposées en gros faisceaux. En plus des fibres de collagène, le derme contient des fibres élastiques abondantes qui forment une lipidiques entre les poutres et le collagène. Les cellules qui sont trouvent en plus grande quantité sont les fibroblastes et les macrophages, mais il y a aussi une bonne quantité de mastocytes.

L’hypoderme est constitué de tissu conjonctif appelé adipeuse panniculus grumeleux, richement desservie par les vaisseaux sanguins et les nerfs. Leonardi (2008) explique que la formation de réserves de sang de la peau se compose des vaisseaux artériels, suppression et formant deux plexus : celui qui se trouve sur la limite entre le derme et l’hypoderme et une autre entre la couche réticulaire et papillaire. La couche papillaire est à partir de branches fines des papilles dermiques et chaque papille possède un mitigeur avec une branche artérielle vasculaire ascendant et descendant.

3.2 la physiologie de la cicatrisation des plaies

Le processus de guérison a pour but de rétablir l’intégrité de la peau. Les champs auteurs ; Blanc et Groth (2007, p. 51) affirment que « la guérison des plaies est parfait et coordonnée cascade d’événements cellulaires, moléculaires et biochimiques qui interagissent pour la reconstruction des tissus. » Ce processus est déclenché par toute lésion tissulaire, certains auteurs classent la physiologie de la cicatrisation en trois phases : inflammatoire, proliférative et remodelage (maturation).

En accord avec ces réflexions les auteurs Isaac, et collab. (2010), quand il explique les phases niveau cellulaires du processus de guérison, en soulignant que le premier se caractérise par l’hémostase, résultant de la formation du caillot de fibrine et la migration des leucocytes phagocytaires, qui permettra d’éliminer les substances étrange et micro-organismes. La seconde consiste, essentiellement, la migration et la prolifération des trois classes : les fibroblastes, l’endothélium et les kératinocytes, en plus de la fibronectine dépôts sur la carcasse de la fibrine, formant le fibronexus ; la sécrétion de collagène III, en plus, sur ce dernier et la synthèse d’autres éléments de la matrice, étant les fibroblastes plus responsables de ces changements structurels.

Dans la troisième et dernière phase, le changement intervient sur le modèle d’organisation de collagène et votre principal type de remplacement de III collagène naturel par I, augmentation du nombre de liaisons transversales entre les monomères de cette substance et l’orientation courante dans les lignes de stress, phénomènes qui augmentent la résistance de la plaie de la peau. Tout le processus de guérison sera contrôlé par polipeptídios appelées facteurs de croissance, ce qui modifiera la physiologie de leurs cellules cibles.

En ce qui concerne la classification quant au type de guérison, peut désigner les auteurs Santos, et al. (2005), afin de montrer que l’intention première de guérison des plaies il y a aucune perte de tissus et les bords de la peau sont juxtaposées, guérison des blessures de seconde intention sont présentées avec une perte considérable de tissu, les bords la peau sont éloignés les uns des autres et la guérison est plus lente lorsqu’il est associé avec l’intention première. Guérison des plaies de troisième intention sont celles qui sont corrigées chirurgicalement après la formation du tissu de granulation, afin de présenter les meilleurs des résultats fonctionnels et esthétiques.

3.3 lésion cellulaire de la peau

Toutes les formes d’une lésion tissulaire, commençant par des changements moléculaires dans les cellules, qui se trouvent dans un état d’équilibre homéostatique, capable de gérer les exigences physiologiques. Stress et stimuli pathogènes peuvent conduire à l’adaptation de la cellule, des situations qui entraînent des changements structurels, mais avec la préservation de la viabilité cellulaire. « Si ces stimuli est plus agressifs, au point de dépasser la capacité d’adaptation, qui avait abouti à une série d’évènements qui se terminera la lésion cellulaire » (SILVA et al., 2011. p. 63).

Sur le plan biologique, on sait que neo-angiogênese est le développement de nouveaux vaisseaux sanguins, à savoir la formation d’un approvisionnement de sang neuf, cette procédure est nécessaire pour fournir un environnement idéal pour la guérison de la plaie. Dans ce contexte, nous soulignons les études Tazima ; Vicente ; Moriya (2008, p. 259), où ils soulignent que « dans toutes les blessures, l’approvisionnement en sang des fibroblastes sont responsables de la synthèse du collagène qui découle d’une croissance intense de nouveaux navires, avec la cicatrisation de seconde intention et le tissu de granulation «. Les nouveaux navires sont formés à partir du solide, qui migrent endothéliales pousses vers la périphérie vers le centre de la plaie sur le maillage de fibrine placé dans le lit de la plaie.

3.4 des blessures de pression et les cotes

Selon les études de l’AMA, et al. (2010), PPR, qui se produire lorsque la pression interstitielle est supérieure à la pression intracapilar, ayant pour résultat un déficit de la perfusion capillaire, ce qui empêche le transport de nutriments aux tissus par intrinsèques et des facteurs extrinsèques au patient. Les auteurs de l’étude Mathew, et collab. (2016) préciser que le facteur principal développement physiopathologiques de ces lésions est la pression exercée par le poids du corps par le manque de mobilité, qui est la condition que les patients de soins intensifs contribuent significativement à la développement de la maladie, lorsque les tissus mous du corps sont comprimée entre un os et un surplomb de surface dur provoque une pression supérieure à la pression capillaire, ischémie survenant sur le site de la compression. Protocole de soins infirmiers pour la prévention et le traitement des escarres de l’Institut d’hématologie de l’état de Rio de Janeiro (2010) trie dans les stades : stade I, II, II, IV et v.

Au stade I, la peau reste intacte, montrant une hyperémie d’une zone localisée. L’hyperémie n’est pas régresser après la décompression, il existe un œdème discret. À ce stade de PPR, la guérison spontanée, si des actions préventives sont effectuées, telles que changer de décubitus, etc. positionnement patient.

À l’étape II, il y a perte de l’intégrité de l’épiderme, avec engagement du derme. Blessures superficielles avec lit rouge pâle, sans esfacelo (tissus dévitalisés). Peut toujours être présenté comme bulle intacte (exsudat séreux) ou ouvrir cassé.

Scène III présente son engagement dans le tissu sous-cutané, qui est visible sans exposition osseux, tendineux ou musculaire. Il peut y avoir des esfacelo, y compris le détachement de la peau et la tuneilização (formation des tunnels associés à profondeur).

Lorsque la lésion atteint le stade IV, il y a engagement à une perte totale du tissu, muscle ou tendon. Il peut y avoir esfacelo ou escarre (tissus morts de couleur noir avec texture sèche similaire au cuir). Ce type de plaie inclut souvent des détachements et tuneilização. Peut affecter les muscles et les structures de support sous l’aponévrose, tendon ou capsule articulaire, conduisant à l’apparition d’une ostéomyélite.

blessures de pression 3,5 en unité de soins intensifs

Nous pouvons comprendre, basée sur le protocole de soins infirmiers pour la prévention et le traitement des escarres (2010), qui touchent principalement les patients alités de PPR et avec limitation de mouvement, dans ce contexte il a été considéré que les patients ICU vulnérables à ces blessures, ce qui peuvent causer des dommages incalculables en termes de douleur et de souffrance, en plus de contribuer à l’augmentation des coûts avec les hospitalisations et les traitements. L’existence d’un fonds pendant la période d’hospitalisation perturbe l’organisme physiologie dans votre chimie et votre émotion, surtout par la condition de l’atteinte à l’intégrité physique, qui impose au patient une nouvelle image et l’équipe multidisciplinaire développer un ensemble de stratégies pour la prévention et la récupération des tissus lésés.

De cette réflexion, nous pouvons dire que le guide rapide des plaies de pression, construit par deux infirmières, responsable et Dan (2013), Excel dans leurs études que les gens avec la diminution de la sensibilité, l’immobilité prolongée, ou pêle-mêle avec vieillesse sont plus sensibles à l’acquisition de PPR, alors que les emplacements plus à risque de la PPR sont le menton zone régions occipitales, épaule, coude, sacrée, ischion, trocante, crête iliaque, du genou et calcanéum malléole. Les auteurs affirment également que, malgré les progrès scientifiques et technologiques pour la prévention et le traitement de la LPP, cette complication demeure une cause importante de morbidité dans les hôpitaux, institutions de longues permanences et en soins à domicile les sensibles.

La PPR est difficile à traiter, généralement longues et coûteuses, qui confirme le principe de prévention. « Donc, avant que les gens présentant des risques pour le développement de plaies de pression, l’équipe multidisciplinaire responsable de la mise en œuvre des mesures de prévention afin de réduire l’impact de cet appel interlocutoire (GOMES, et al., 2011).

3.6 évaluation de blessure de pression

Il existe plusieurs échelles d’évaluation d’une LPP, parmi eux l’échelle de Braden, qui a été développé basé sur la physiopathologie de la PPR, à l’aide de trois déterminants considérés comme critiques : intensité ; tolérance de durée, la pression et le tissu. Les auteurs Barbosa, Becaria et Poletti (2014) se distinguent, dans son étude sur l’évaluation du risque de formation de la LPP, l’échelle est composée de six échelles sub comme illustré sur la figure ci-dessous. Le total des scores allant de six à vingt-trois, avec les valeurs plus élevées indiquent un risque faible de PPR et de faibles scores indiquent un risque élevé pour l’apparition de ces lésions.

Figure 1 : évaluation du degré de l’échelle de Braden des risques. Source : Aucely Chagas, 2010.
Figure 1 : évaluation du degré de l’échelle de Braden des risques. Source : Aucely Chagas, 2010.

Nous pouvons en déduire, avec des auteurs Garcia, et al. (2011), que les patients en soins intensifs, c'est-à-dire admis aux soins intensifs, présentent un risque élevé pour développer la LPP, en raison des contraintes environnementales et psicobiológicas, telles que : une instabilité hémodynamique, la restriction de mouvement par période prolonger le temps et l’utilisation des drogues sédatives et analgésiques, qui diminuent la perception sensorielle et d’entraver la mobilité. Ces patients représentent un groupe prioritaire pour l’étude et l’identification de l’apparition de ces PPR. Il est important de noter qu’actuellement les plus connus sont les échelles de Norton, Gosnell, Waterlow et Braden. Ce dernier, d’origine américaine, créé en 1987, passé par le biais de validation et d’adaptation à la langue portugaise.

3.7 l’utilisation du laser dans le traitement des lésions de la peau

Comme les études de Torres et Basha (2007), le laser à terme est l’acronyme de Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation, qui signifie amplification de lumière par émission stimulée de rayonnement. Même si c’était Albert Einstein qui a conçu les principes de génération de ce type de lumière, qu’en 1960, a produit le premier émetteur laser. La thérapie laser de faible intensité entre l’arsenal de la médecine moderne comme une composante efficace pour aider dans le traitement d’un grand nombre de maladies.

Depuis lors, plusieurs enquêtes ont été menées sur les animaux et les humains pour tester les risques et les avantages associés à la tuberculose-infection, mais la plupart des informations obtenues sont encore discordants. Second cuisine (2003), les premiers traitements des lésions de faible intensité laser chez l’homme ont été faites au cours de la fin 1960 et début des années 1970 par le groupe du professeur Endre Mester à Budapest, les résultats de ce travail indiquent le potentiel de l’irradiation laser de faible intensité ont été utilisés sans sources et les doses de jusqu'à 4 J/cm², obtenir des succès sur ces résultats en termes de vitesses plus rapides pour la guérison des plaies et la réduction de la douleur.

Baxter (1998) fait remarquer que dans les décennies suivantes, lllt a été évaluée dans le traitement de divers types de plaies et blessures de pression, avec des résultats positifs, surtout dans les cas chroniques et intraitables. Dans ce type de traitement vise à accélérer le processus de margilinização, augmenter le flux sanguin dans la région de la plaie, ainsi que stimuler l’angiogenèse. Second cuisine (2003), certains auteurs normaliser la densité d’énergie ou irradiance à déposer sur le site à traiter doit être comprise entre 1 à 6 J/cm². Ils recommandent le traitement suivant : anti-anti-inflammatoire-1 à 3 J/cm² ; action circulatoire-1 a 3 J/cm ² ; action antiálgica-2 le 4 J/cm² ; action régénératrice-3 à 6 J/cm².

Bagnato (2005) affirme que le principe de fonctionnement du laser se trouve dans les lois fondamentales de l’interaction de la radiation lumineuse avec la matière. Ainsi, le facteur qui détermine quel type de matière et dans quel but le laser est utilisé et votre intensité. Auteurs (Baptista, 2003 ; Columbus, et al., 2013) soulignent que le Laser à basse altitude (LBI) ou thérapeutique, est composé d’une puissance de jusqu'à 1 Watt (W) ou 0,001 milliwatts (mW), soit un rayonnement (optique), fait partie du spectre électromagnétique à l’aide d’une piste entre 600nm à 1000nm ( nanomètres), c'est-à-dire la lumière visible (rouge) et invisible (partie du proche infrarouge et ultraviolet) (annexe B).

Le COFEN résolution 358/2009 sur la systématisation des soins infirmiers et la mise en œuvre du processus de soins infirmiers dans les environnements publics et privés, dans laquelle se trouve le professionnel en soins infirmiers et autres questions. Le Conseil régional des soins (COFEN), au sujet de leurs affectations, libère l’utilisation de l’ITL par des infirmières, pourvu qu’ils sont bien formés et spécialisés pour l’utilisation de la même chose (annexe D).

Dans le traitement des plaies, l’infirmière qui travaille dans l’évaluation, de choix et de détermination de la conduite, comme un facteur essentiel pour l’efficacité du traitement parce que le mauvais choix entraînera des complications et le retard de la guérison traitent (Macintosh ; Kakihara, 2011). Infirmière formée et spécialisée dans les procédures avec la thérapie au laser peut l’utiliser pour la guérison des soins, la relaxation musculaire, réduction de le œdème et la douleur soulagement (COFEN, 2011 ; COREN, 2014).

Compte tenu de ce qui précède, on conclut que la conduite de la procédure avec ITL peut-être être exercée par l’infirmière, dans le cadre d’une approche pluridisciplinaire, depuis qualifié en cours particulier, institutions reconnues et réglementées. L’utilisation de l’ITL vise à réparer des tissus comme adjuvant dans le traitement des plaies aiguës et chroniques des os et des tissus mous et la prévention des complications de modifications inflammatoires ou l’inhibition des processus douloureux aigus et chroniques. Veuillez trouver ci-joint l’avis du COFEN et COREN (annexe C).

4. Méthodologie

4.1 type d’étude

C’est une étude d’intervention thérapeutique avec une approche qualitative, qualifiée de l’essai clinique de l’étude de cas type, impliquant un patient âgé de 68 ans, de l’hôpital aux soins intensifs, montrant des blessures de pression de catégorie qu'i et catégorie II énumérés, respectivement dans les régions de la loi sacrée et le calcanéum affectant les deux fesses.

Il est considéré comme un types de recherche sur la nature contrôlée qui évalue au fil du temps les êtres humains soumis à des interventions ciblant les effets sur la santé et l’intervention de nature chirurgicale, mentale, médicale, par le biais d’essais cliniques équipement ou orientation scolaire. « Les essais cliniques sont associés à la recherche médicale ; l’évaluation de la recherche ; avec les domaines de l’éducation, les services sociaux et les politiques publiques ; et les infirmières étaient en développant votre propre tradition sur la « recherche interventionnelle (POLIT ; BECK, p. 321, 2011).

D’une approche qualitative, l’auteur Creswell (2010, p. 43) il définit comme « un moyen d’explorer et de comprendre le sens que les individus ou groupes d’attribuent à un problème social ou humain ». Les principales procédures qualitatives, selon Creswell, mettant l’accent sur l’échantillonnage intentionnel, ouvrent la collecte de données, analyse de textes ou d’images et une interprétation personnelle des conclusions.

site de recherche 4,2

La présente étude a été initiée à l’hôpital de Clinicas Gaspar Viana (FHCGV) pour la période du 15 mars-08 avril 2017. 2 ITL séances ont eu lieu dans l’hôpital, le patient a été par la suite libéré et nous continuons avec les séances en résidence surveillée.

4.3 recherche Participant

Ont participé à cette étude un patient âgé de 68 ans de soins intensifs de le FHCGV, mettant en vedette PPR de stade I et II sans signe d’infection sur blessure.

4,4 critères d’inclusion

Patient hospitalisé de l’ICU, montrant des PPR de stade I et II, quelle que soit la taille, emplacement et le nombre de lésions.

critères d’exclusion 4,5

Patients atteints de PPR infectés et dans le stade III. On sait que l’utilisation du laser apporte de nombreux avantages, mais il a ses contre-indications qui doivent être respectées afin d’éviter un plus secondaire. Dans cette perspective les études, les auteurs Moshkovska et Mayberry (2005) et Bjordal (2005) a fait remarquer que les critères d’exclusion pour l’utilisation du laser est établie par la présentation clinique des éléments suivants :

Photosensibilité ou hypersensibilité causée par le rayonnement laser et peut générer un processus allergique et par conséquent de développer un moyen de contact pour coloniser les micro-organismes ; la glande thyroïde, les changements hormonaux peuvent survenir ; abdomen gravide, parce que le transplacentário contacter peut survenir changements et pauvres formations fœtales ; Infectés, parce que la tuberculose-infection de PPR avec votre action fotoestimulante stimule aussi la prolifération des bactéries lorsque colonisés ; lésions d’origine maligne, étant donné que l’utilisation du laser stimule l’activation de la capacité énergétique intracellulaire en stimulant la prolifération des cellules ; blessures à proximité des trous naturels pour le risque d’obstruction, de brûlures et d’infection, puisque c’est un milieu où la microflore dans l’homéostasie est constituée de bactéries résident ; PPR situé autour d’une matière synthétique exposée (plaques métalliques et vis) risques de brûlures.

collecte de 4,6 données

Collecte de données a été subdivisée en deux étapes, la première se concrétise pour la tuberculose-infection dans les hôpitaux et le second en résidence surveillée. Il est pertinent de mettre en évidence les relations interpersonnelles entre le patient et sa famille, qui ont joué un rôle dans le résultat final de courtage positivement.

Les procédures ont été effectuées : lecture du consentement éclairé (TFCC), qui se trouve à l’annexe D ; durée de l’autorisation pour l’utilisation des images (annexe E), de documentation et d’exposition de photos sur la recherche et des explications relies aux critères d’inclusion et d’exclusion de l’étude, ainsi que les risques et les avantages de l’utilisation du traitement de la tuberculose-infection de PPR ; examen clinique de la LPP pour évaluation, approchés caractéristiques de blessures comme la taille, le type de tissu, peri-ulceral, gonflement, douleur et rougeur ; nettoyage de la lésion avec des jets de sérum physiologique 0,9 %, suivi par le processus de séchage à l’aide de gaze stérile, par la suite en utilisant le laser.

La méthodologie de la radiation choisie a été ponctuée, où le stylet est positionné perpendiculairement à 1 cm du bord peri-ulceral. 15 séances d’ITL ont eu lieu sur deux jours au cours de la période de 30 jours ; Les acides gras essentiels a été utilisé (actes) comme couverture topique, favorisant l’hydratation de la plaie ; Il a été la réalisation de l’occlusion de la lésion à l’aide de gazes stériles et micropore et/ou ruban adhésif. Le protocole a choisi d’utiliser a été l’auteur cuisine (2003), qui associe la technique de cotation analyse et détermine le traitement comme suit : l’irradiation commence le 1 cm des bords de la plaie, faire des demandes individuelles, en laissant 1 cm à 2 cm entre les points en utilisant une dose comprise entre 2 et 4 J/cm² associé à un aucun contact (scan), où l’applicateur est placé 1 cm dans le lit de la plaie étant animé sur la superficie totale de la lésion lors de l’irradiation.

Nous choisissons ce protocole à travers diverses études dans le domaine de la physique et de la biochimie, cette méthode vise à accélérer le processus de marginalisation, d’augmenter le flux sanguin dans la région de la plaie, angiogenèse, augmentant le potentiel de stimuler cellulaire de guérison énergétique du rayonnement.

Instrument de recherche 4,7

L’instrument utilisé pour la présente étude est l’équipement de thérapie Xt, qui a la fonction d’envoi de lumière rouge ou infrarouge laser de faible puissance (100 mW) pour l’application du laser stimule la synthèse du collagène et la guérison des tissus mous ( épiderme, derme et hypoderme). Avec une action analgésique et anti-inflammatoire, augmenter la circulation sanguine locale, aide à la formation du tissu de granulation.

Figure 2 : Équipement de thérapie XT. Source : Manuel d’équipement.
Figure 2 : Équipement de thérapie XT. Source : Manuel d’équipement.

Nous mettons en évidence certaines fonctions qui sont liées au choix du type de vague et de l’électricité consommée sur une application locale du tissu par Joule. L’étude de l’auteur Colls (1986), qui s’est tenue à Barcelone dans le centre de documentation de Laser, visée à la relation entre la longueur d’onde et de potentiel d’action cellulaire, soulignant que la méthodologie utilisée dans la bande infrarouge stimule fotofísicos et effets sur les membranes de la cellule photoélectrique. En conséquence, favorise l’excitation des électrons, de vibration et de rotation des molécules, qui se traduisent par une augmentation de la synthèse d’ATP. Il est bien connu que la longueur d’onde du laser dépend du type de composant qui émet de la lumière, dirigée par le système optique et la façon de vous alimenter, la lumière émise est toujours monochrome, c'est-à-dire un élément spécifique.  Comme illustré sur la figure ci-dessous.

Figure 3 : Élément Relationship x longueur d’onde. Google images
Figure 3 : Élément Relationship x longueur d’onde. Google images

Selon les études des auteurs Meirelhes, et coll. (2014), les lasers que puissance caractéristique jusqu'à 1 watt lorsqu’il est utilisé abondamment dans la bande rouge comme indiqué sur la figure 4, incluez dans votre mécanisme d’action des réactions photochimiques médiée par induction par une activation directe de la synthèse de l’enzyme, ses principales cibles sont les mitochondries et les lysosomes.

Figure 4 : longueur d’onde et la couleur du laser. Source : Google images 2017.
Figure 4 : longueur d’onde et la couleur du laser. Source : Google images 2017.

La lumière émise par le milieu laser est de vagues qui ont une longueur spécifique, l’auteur Péroca (1999), dans une publication intitulée comprendre la physique du Laser, met en évidence que la longueur d’onde correspond à la distance entre deux Maxima et deux minimes, lorsque les mêmes sont mesuré dans le sens la vague se déplace. La fréquence est donnée par l’équation F = C/L, où F est la fréquence, C est la vitesse et L la longueur d’onde. Il est à noter que la fréquence est le nombre de vagues qui passent un moment donné pendant le temps d’une seconde.

L’équipement utilisé pour arbitrer le patient dénommé la capacité de caractéristiques de PPR ITL à émettre des lasers avec leurs caractéristiques respectives, mais se fait remarquer que la longueur d’onde utilisée pour effectuer une ITL a 660 nanomètres. Montré dans l’image ci-dessous.

Image : longueur d’onde. Source : Fichier de Rosana Rao 2017.
Image : longueur d’onde. Source : Fichier de Rosana Rao 2017.

Joule est que l’unité du système International (SI) de l’énergie et de Watt est l’unité SI de puissance. Ces certificats correspondent à différents ordres de grandeur et de la relation entre ces variables est mesurée par un calcul mathématique qui peut être réalisé de deux formules. Comme l’image B.

Image b : la relation entre Watt et Joule. Source : Fichier Rosana Rodriguez.
Image b : la relation entre Watt et Joule. Source : Fichier Rosana Rodriguez.

L’application de 2 Joules avec la puissance de 100 mW dans le temps de 20 secondes par partition, c'est-à-dire chaque score dans la région péri-ulceral correspond à ces trois constantes : J = 2, P = 100 mW et T = 20 secondes. En plus de la méthode de balayage avec les mêmes constantes, mais avec la distribution d’énergie différents.

Les auteurs Brugnera Junior et Patel (1998) décrivent l’absorption d’énergie au moyen d’une cellule laser et interface, se produit lorsqu’une structure atomique stable réagit avec un photon passant d’un État plus sous tension. L’utilisation de l’ITL, cette réaction se déroule d’une manière délibérément après chaque session, étant donné que l’état d’équilibre correspondant au niveau minimum d’énergie et de recevoir plus d’énergie passe à l’état excité.

4,8 analyse des données de

La technique choisie pour une utilisation dans cette étude était un type d’analyse numérique à travers une application intitulée analyseur de plaie Mobile (MOWA). Cet outil est peu utilisé au Brésil et est l’évaluation systématique de PPR dans les hôpitaux en Amérique du Nord et en Europe. C’est une solution logicielle mobile pour la gestion de PPR, étant une application pour smartphones et tablettes, qui utilise la classification de la couleur pour évaluer le type de tissu ; les dimensions des lésions sont faites sous la forme de mesure plan anatomique (hauteur, longueur, profondeur et type de tissu) avec la photographie numérique. Il convient de noter que l’application n’effectue pas la lecture du tissu épithélial, ou reepitelizado, c'est-à-dire, on calcule la superficie totale de la lésion et de ce paramètre, est le pourcentage de chaque type de tissu présent.

Les lignes directrices de traitement des blessures sous pression de groupe consultatif européen des ulcère pression (EPUAP) et le Comité consultatif National des ulcère pression (NPUAP), suivi des méthodes des plaies doit être considéré selon la documentation photographique et l’utilisation de dispositifs électroniques pour la collecte de données.

Pour la vérification des schémas de guérison des blessures, en particulier en ce qui concerne la diminution de la zone d’ulcère au cours de la période stipulée, l’accompagnement était avec évaluation tous les quinze jours de types de tissus qui existent dans le lit de la plaie, parce que ces les tissus sont un indicateur important de la scène de la guérison et un signe de complications présentes. Ce système de couleur est une méthode facile pour observer les caractéristiques dominantes sur blessure, être utilisé à l’échelle de cotation du système rouge, jaune, noir (RYB), où le tissu de granulation (rouge), l’esfacelo (jaune) et la nécrose (noire) identifié comme illustré à la Figure 5.

Figure 5 : classification du système rouge, jaune, noir. Source : topsy plaies un.
Figure 5 : classification du système rouge, jaune, noir. Source : topsy plaies un.

4.9 éthiques et les Aspects juridiques de la recherche

Cette étude a suivi toutes les directives contenaient dans la résolution 466/12, le Conseil National d’éthique de la recherche (CONEP). La recherche a été modérée pour le Comité d’éthique de recherche de la Fondation publique hôpital de Clínicas Gaspar Vianna (FHCGV). Le participant reste dans un état de secret absolu et la confidentialité. La recherche prend la passerelle prévue dans sa résolution 466/12 du CONEP. Les procédures seront dérouleront en signant la consentement forme libre claire participation dans le projet et le terme de publication d’images de la PPR.

Pendant le tournage de la tuberculose latente au sein des hôpitaux, un écran a été utilisé comme isolant pour éviter tout type d’embarras en cas d’exposition. Page d’accueil de surveillance, des procédures ont été menées dans la chambre du patient sous la supervision de votre fournisseur de soins (femme) selon le code d’éthique en soins infirmiers et les règles de la recherche avec des humains, représentés par les résolutions 466/12 et 251 / 97 du CONEP, sans préjudice aux participants.

les risques et les avantages 4,10

L’utilisation de la tuberculose latente dans les lésions cutanées niveau peut conduire à des dommages physiques comme photosensibilité, de ce point de vue, l’auteur que cuisine (2003) souligne que l’idéal est de prendre une dose d’essai avant le traitement ; des tensions élevées peuvent entraîner des brûlures pour une mauvaise manipulation du laser. Dans la présente étude a été menée une session de test, avec 2 Joules, 1 cm du bord peri-ulceral par l’intermédiaire de 2 cm, un score et un autre. Après 24 heures, passez à l’étape d’évaluation approfondie à la recherche de signaux comme l’irritation de la peau, des taches foncées sur le site de la partition, puis la patiente a été désignée apte à continuer l’ITL.

Le risque de contamination et l’infection peut exister parce que, la plume qui rayonne le laser n’est pas jetable et le patient présente une PPR dans le calcanéum infecté et non Loi accomplie cette blessure. ITL Ce risque a été réduit au minimum afin que toutes les recommandations ont été utilisées pour l’antisepsie et asepsie obéi dans la manipulation du matériel et l’ordre des bandages a été observée, fournissant un traitement thérapeutique avec la sécurité et de protection.

La bioactivité du laser sur la stimulation de la synthèse de collagène favorise et aide la cicatrisation des tissus mous (épiderme, derme et hypoderme), avec une action analgésique et anti-inflammatoire, augmente la vascularisation locale en aidant à la formation du tissu de granulation. Nous pouvons comprendre, basée sur les auteurs Busnardo et Simões (2010), le processus de guérison est complex et comprend les modifications vasculaires et cellulaires épithéliales et prolifération des fibroblastes, la synthèse et fourniture de collagène, d’élastine et protéoglycanes et la contraction de la plaie.

4.11 biosécurité

Biosécurité peut être définie comme un ensemble de mesures qui vise à minimiser les risques inhérents à une activité donnée. En ce sens, véritable est considérée comme le risque de contamination durant la réalisation des pansements et cet aspect doit être respectée. Techniques de lavage des mains, utilisés pour l’antisepsie et asepsie, l’utilisation de gants, de sérum et de gaze stérile, l’ordre d’exécution de la procédure dans chaque blessure, élimination ont été fondamentaux pour l’efficacité biologique du traitement. Pour une protection oculaire, lunettes ont été utilisés durant les interventions de l’ITL.

5. Résultats et discussion

Les résultats de cette étude ont été discutées et présentées selon les objectifs proposés. Première évaluation clinique et la description de Mowa et logiciel plus tard discussion de PPR.

blessures de pression calcanéen 5.1

Cette blessure, 3 séances d’ITL servaient un jour sur deux. Le nettoyage a été effectué avec jets saline 0,9 % avec l’aide de 40 x 12 gauge needle connecté au sérum, séchage effectué avec de la gaze stérile, puis le point 4 applications associées à balayage ITL. La couverture topique élue était à la Loi, par la suite le pansement était occlus avec gaze et micropore, tel qu’illustré en photos C, D et e.

Image c : première session de l’ITL. Source : Mowa
Image c : première session de l’ITL. Source : Mowa

Selon la classification de le Mowa, lors de la première session la PPR a présenté les caractéristiques suivantes : exsuldato absent ; infection ; pas de saignement ; pas profond ; 0,0 nécrose de % ; 65,9 % fribrina ; 34,1 granulation de % ; zone de 63,5 cm ² (largeur : 10,0 cm-hauteur : 9,4 cm).

Image d : 2ème session de l’ITL. Source : Mowa
Image d : 2ème session de l’ITL. Source : Mowa

Dans la deuxième session, le programme EFTLV évolue sans exsuldato, infection, saignements et nécrose. Présenté le pourcentage : fribrina : 51,4 % ; Granulation : 48,6 % ; Secteur : 8,1 cm ² (largeur : 4,2 cm-hauteur : 2,8 cm). Évoluer positivement avec la perte de tissu fibrineuse pourcentage de 14,5 % ; tissu de granulation 14,5 % accrue ; et la réduction de la superficie totale de 55,4 cm ², soit 5,8 cm large 6,6 cm ² ² de temps.

Et l’image : 3e session de l’ITL. Source : Mowa
Et l’image : 3e session de l’ITL. Source : Mowa

Dans la troisième session, la PPR évolue convenablement obtenir zéro pourcentage par l’application, puisque les mêmes ne la lecture du tissu épithélial. Exsuldato : manque ; infection : aucune ; saignement : aucune ; profondeur : aucune ; nécrose : 0,0 % ; fribrina : 0,0 % ; granulation : 0,0 % ; Superficie : 0.0 cm ² (largeur : 0.0 cm-hauteur : 0. 0 cm).

blessures de pression 5,2 en sacro-

Cette blessure, 15 ont été utilisés ITL séances tous les deux jours. Nettoyage a été effectué avec jets saline 0,9 % avec l’aide de l’aiguille de calibre 40 x 12 connecté au sérum, réalisation de débridement mécanique avec lame de bistouri Swann-Morton n° 20, lorsque nécessaire et séchage avec de la gaze stérile, puis de la tuberculose-infection avec 12 applications ponctuels associés à balayage. La couverture topique élue était à la Loi, par la suite le pansement était occlus avec gaze et micropore, comme le montre les images, F, G et H.

Image f : première session de la tuberculose latente dans la région sacro. Source : Mowa
Image f : première session de la tuberculose latente dans la région sacro. Source : Mowa

Selon la classification de le Mowa, lors de la première session la PPR a présenté les caractéristiques suivantes : Exsuldato : disparus ; infection : aucune ; saignement : aucune ; profondeur : aucune ; nécrose : 8,3 % ; fribrina : 30,4 % ; granulation : 61 % ; zone : 15,6 cm ² (largeur : 4,5 cm-hauteur : 55 cm).

Image de G : 5e session de la tuberculose latente dans la région sacro. Source : Mowa
Image de G : 5e session de la tuberculose latente dans la région sacro. Source : Mowa

Cinquième session, LLP a évolué sans exsuldato ; infection : aucune ; des saignements ; profondeur ; indiquant le pourcentage de nécrose : 11,1 % ; fribrina : 88,8 % ; granulation : 0,5 % ; zone : 7,4 cm ² (largeur : 3,8 cm-hauteur : 3,6 cm).  Évoluer positivement avec la diminution de la superficie totale utilise 8,2 cm ², soit 0,7 cm ² large à ² 51,4 cm de hauteur.

Image : 15ème session de la tuberculose latente dans la région sacro. Source : Mowa
Image : 15ème session de la tuberculose latente dans la région sacro. Source : Mowa

À la 15e session, le programme EFTLV évolue sans exsuldato ; infection ; des saignements ; profondeur ; montrant le pourcentage de nécrose 8,6 % ; fribrina : 8,8 % ; granulation : 3,4 % ; zone : 0,6 cm² (largeur : 0,8 cm-hauteur : 1,2 cm). Progressent de façon satisfaisante après avoir nádegada de guérison totale, montrant la diminution de la superficie totale utilise 15 cm², soit 3,8 cm ² large à ² 53,8 cm de hauteur.

5,3 facteurs qui interfèrent avec la guérison des plaies et l’utilisation de laser

Comprendre la cascade des mécanismes physiologiques disponibles en train de panser les plaies guérissent par des mécanismes différents, selon leur condition. L’auteur Hess (2002) met en évidence dans votre étude qu’il existe des facteurs qui interfèrent avec les processus physiologiques qui sont d’origine locale et des facteurs systémiques et les sont caractérisent comme une quantité excessive de changements de pansement et l’utilisation de couverture insuffisante ; facteurs systémiques sont liées à des carences nutritionnelles, problèmes immunologiques, circulatoires et âge avancé.

Le patient dans cette étude présente trois maladies chroniques : diabète de type II, hypertension (SAH) et insuffisance rénale chronique (CRF), qui est liée à des facteurs systémiques qui interfèrent dans le processus de guérison au-delà de la facteur de l’âge puisque le même a 68 ans.

Un des PPR du patient est situé dans la région du calcanéum, bientôt la perfusion tissulaire locale est compromise non seulement par le diabète, mais aussi pour l’hypertension, qui est une pathologie liée à une perte progressive de l’élasticité de la paroi des artères. « SAH, plus populairement appelé « haute pression », est liée à la force que le coeur ne pour propulser le sang à l’ensemble du corps » (LIMA et al., apud 2012 NOBLE et al., 2001, p. 10).

Toujours dans le cadre des maladies concomitantes, il est à noter que l’IRC du patient est un facteur prédictif de mauvais résultats pour toute pathologie cutanée. Selon Lupi et. Al., (2011), la pathologie rénale de longue date entraîne la difficulté de maintenir le taux de protéines sériques dans la plage normale, ce qui conduit à un retard dans le processus de réparation. Dans le cas ici, même avec l’IRC, a noté la cicatrisation totale des lésions, à un moment considéré comme favorable, montrant l’efficacité de la méthode.

Âge a signalé dans plusieurs œuvres comme un facteur de mauvais pronostic, puisqu’il y a une inversion du métabolisme physiologique. Dans les études de Mann (2006), l’auteur décrit l’âge facteur peut interférer sur la voie dans le traitement des maladies de la peau par des changements de l’hydratation, composition de collages et de remplacement de la cellule. Il déduit que lllt pourrait avoir un succès rapide si le patient n’avait pas avancé l’âge, comme ils avaient besoin de juste 15 séances de guérison de l’une des fesses de PPR dans la région sacro-de stade II et 3 séances de guérison totale LPP du calcanéum.

5.4 couverture topique

Les pansements impliquent nettoyer la plaie avec l’utilisation des techniques et des fluides qui cherchent à minimiser les produits chimiques et des traumatismes mécaniques. Pour Fan et al., (2012), l’infirmière occupe un rôle essentiel dans le scénario des indications de garnitures et de mises à jour continues nécessité d’optimiser l’utilisation de la couverture d’actualité dans la plaie, étant donné que, sur le marché mondial, sont offerts à une gamme de produits qui peut être utilisé à différentes étapes du traitement des plaies.

Les couvertures disposent des fonctions différenciées actives, y compris : nettoyage, débridement, déclin de la population bactérienne, contrôle de l’exsudat, stimulant protection granulation et ré-épithélialisation. Dans cette étude, couplée à un traitement approprié des blessures de la patiente et basée sur diverses enquêtes, a montré l’utilisation des Act.

Selon Ferreira, et al. (2012) et Dealey (2007), il existe plusieurs types d’acides gras, mais quand il s’agit de traiter les plaies, l’acide linoléique et l’acide linolénique sont les plus importants. Contribuer au processus de réparation tissulaire qui possèdent antioxydant et protéger les membranes cellulaires contre les attaques des radicaux libres. En plus d’être un agent de protection, assure le maintien de l’hydratation des tissus et aide à la cicatrisation de la peau.

Comme les auteurs Jorge et al., (2007), la papaïne est une enzyme protéolytique qui a la propriété de substances protéiques non viables décomposé. Est commercialisé sous différentes formes comme la poudre, gel et crème. A l’action parage, liquéfier tous les tissus dévitalisés, agissant comme bactériostatique et bactéricide, développer et stimuler la granulation. Quelques précautions en ce qui concerne la manutention et l’emballage de la papaïne sont nécessaires, en notant que la solution doit être utilisée immédiatement après votre préparation pour réduire les facteurs d’oxydation, éviter tout contact avec des métaux et des substances composées de fer, iode et oxygène car ce sont les éléments que désactiver le site actif de la molécule de la papaïne, protéger de la lumière, l’humidité et la chaleur et éviter le contact prolongé avec l’air.

Les blessures qui ont été traitées dans la présente recherche avaient un très faible pourcentage des tissus nécrosés et la papaïne est toujours une substance instable en ce qui concerne l’oxydation, la perte de ses effets et toujours utiliser que vos rubriques d’être peu répandue au Brésil, nous avons choisi utiliser la Loi sur l’hypothèse que la Loi vise à traiter toute lésion cutanée infectée ou pas, quel que soit l’étape dans le processus de guérison.

Angelis et Tirapegui (2013) relatives aux actes font partie des éléments essentiels pour le maintien de l’intégrité de la membrane cellulaire et la transepidérimica de la barrière de la peau. Au Brésil, l’utilisation des triglycérides à chaîne moyenne et des actes (actes-TG) a été popularisée en 1994, où il a observé les effets cliniques, dans la prévention et le traitement des escarres de décubitus. La plupart des auteurs étudiés ont montré l’efficacité de l’application topique des actes pour votre action hydratante, montrant le grand résultat dans la guérison des blessures de pression. De cet aperçu, puisque ce produit est largement utilisé au Brésil, nous nous efforçons pour votre usage et nous avons obtenu des résultats positifs.

5.5 les complications de la peau et laser

D’acoro avec Ribeiro et al. (2010), les lasers de faible intensité peuvent produire des effets dans d’autres parties du corps au-delà du site où il est irriado. Une raison possible de l’effet systémique, c’est que les cellules dans les tissus dans lesquels ils sont irradiés produisent des substances qui diffusent et circulant dans les vaisseaux sanguins et le système lymphatique.

Agne (2009) rapports que les effets de ces rayonnements sur les tissus dépendent de votre absorption d’énergie et de la transformation de cette dans certains processus biologiques, étant donné que l’effet sur la structure vivante dépend principalement de la quantité d’énergie déposés et la durée d’absorption. Carolbelley et Magalhães (2008), l’utilisation de la lumière à différentes longueurs d’onde laser est capable d’accélérer la formation de l’épiderme, augmenter l’épaisseur de la couche épithéliale, promouvoir la néovascularisation et la réorganisation des fibres collagènes.

Lorsque le professionnel sans qualification effectue ce type de traitement, les chances de succès existe toujours, mais le risque de complications qui, jusqu’ici, est très bas, très-haut. Le plus commun est le traitement ne fonctionne pas, menant au mécontentement des patient, mais des complications légers et graves peuvent survenir telles que : rougeur ; au feu ; un gonflement qui, avec un traitement approprié, sont revenue en aucun temps. Les complications les plus graves sont des brûlures et peuvent évoluer à des changements dans la pigmentation de la peau, qui peut être réversible ou non, ou encore laisser des cicatrices.

Dans la présente étude, il a été constaté qu’ITL à la médiation, le processus de guérison et les complications citées par les auteurs, parce qu’elles ont été prises des soins appropriés décrits dans la littérature et de la PPR, qui a évolué de manière satisfaisante.

5,6 types de pansements et le laser

Dans la présente étude, nous avons utilisé la technologie laser avec l’âge, nous tenons à souligner que le coût de l’équipement est relativement élevé, environ R $ 4 000, mais il est pertinent au point que ce n’est pour l’usage portatif, batterie et chargeur, et la possibilité de utilité chez les autres patients, montrant un avantage des coûts plus élevés. Silveira et al. (2016) ont utilisé la technologie des pansements sous vide chez les patients qui avaient des blessures graves à la fin et les résultats positifs obtenus.

Il est connu que l’utilisation de membrane de cellulose sur la plaie peut être potentialisée lorsqu’ils sont associés à la propolis extrait pour votre production, c’est parce qu’antibactérien caractéristiques de cet élément naturel. L’auteur Sanchez (2012, p. 72) utilisé des pansements de cellulose bactérienne (CB) associées ou non à la lllt et souligne que « pures membranes CB à la propolis sont des matériaux prometteurs pour le traitement des ulcères chroniques difficiles à guérir. Pour de meilleurs résultats, il est proposé l’Association de LBI aux membranes de CB «.

5.7 combien fournisseur de cicatrice au Laser

Thérapie au laser favorise la prolifération cellulaire, effets de stimulant dans ce sentiment, Felice et al. (2009) explique que cette fotoestimulante devienne l’accélérateur de processus mitotique en peau microbiote, y compris les micro-organismes infectieux présents. Ceux-ci, lorsque fotoestimulados, elles se multiplient très rapidement par la cellule d’excitation, cependant dans les études, les auteurs Bienvenue et al. (2007) a conclu, d’une recherche in vitro, la thérapie au laser et la photodynamique de faible puissance (InGaP, 670 nm) n’a pas produit des effets antibactériens et/ou bactériostatique, soit avoir été effet biostimulant sur les bactéries.

L’équipement utilisé par les auteurs était le laser de marque InGaP Bioset®, modèle Physiolux double, avec les paramètres suivants : sortie de 30 mW, 670 nm longueur d’onde seulement rouge, continue et directe luminescence avec des doses relativement faibles de densité d’énergie, et en une seule séance, ce type de procédé d’irradiation de zone dans une application peut générer des pertes d’énergie.

Dans la présente étude, le matériel fourni était le Therapy Xt®, la méthodologie d’application était de 2 J avec la puissance d’émetteur de 100 mW, à l’époque de 20 secondes par score à une longueur d’onde de 660 manomètres. La puissance de sortie est de 70 mW plus élevée comparativement utilisés chez les bactéries ; la longueur de l’onde est 10 petites jauges, c'est-à-dire la longueur de l’onde est inférieur et ont été utilisés plus d’une vingtaine par rapport à l’étude avant dénommé. De cette différence constante présenté entre le matériel et méthode, signifie que le potentiel de l’énergie de l’équipement thérapie® Xt est plus grande et cet aspect a été la nécessité d’utiliser la seule ITL non infectées de PPR.

Comparaison entre le traitement des lésions cutanées par des procédés physiques, Yamada et, al. (2009) a effectué un travail en appliquant la thérapie au laser par rapport à une stimulation électrique haute tension, avec un avantage à ce dernier, mais un nombre important, nous ne pouvons conclure que le résultat peut piloter de nouveaux protocoles.

Autres affectations pour l’utilisation de la thérapie au laser sont dans la présente étude, tels que l’abdominoplastie chirurgie, Santos (2013) traitement de brûlures, Andrade et al., (2010) en perforans mauvaise plante chez les diabétiques Alves et al., (2013). De cette façon ouvre un éventail de possibilités avec la tendance de l’utilisation de la méthode courante, s’étant vu positivité dans les pronostics des patients utilisant la technologie de laser, comme dans le cas discuté ici.

L’auteur Scott et al. (2009) utilisé le laser sur le syndrome du canal carpien et décrit qui obtient de meilleurs résultats que la technique chirurgicale classique, les chromophores d’une plus grande absorption étant les mitochondries, qui sont nombreuses dans les cellules du corps, dendrites, nous dans les terminaisons synaptiques et en infériorité numérique dans les axones moteurs. Ont l’auteurs Raj et al. (2016) ITL utilisés dans les lésions musculo-squelettiques, notamment en étant capables de réguler la libération de certaines cytokines responsables de la prolifération des fibroblastes et la synthèse du collagène, comme facteur de bêta (FGF-b) le facteur de croissance fibroblastique Croissance (TGF) de transformateur.

Récemment, Mejia et al. (2015) a signalé que la thérapie laser de faible intensité module la production de collagène chez les patients atteints du pied diabétique et la biomodulation est liés à plusieurs mécanismes, parmi eux la prolifération des fibroblastes, illustré par Marchal et al., (2010), par le biais Études histopathologiques. Pour analyser les bases de données scientifiques, nous avons décidé d’utiliser la tuberculose-infection au grade de blessure de pression I et II résultats de guérison satisfaisants.

Considérations finales

Ce qui précède, on a conclu qu’il y avait une amélioration significative dans la guérison processus de PPR traités avec affichage d’ITL adjuvant demande être une thérapie efficace, comme facteur d’accélérateur sur la guérison d’un patient de PPR d’hospitalisation en réanimation. Démontré par les résultats de la cicatrisation des plaies du calcanéum et sacro-régions, évoluant avec réépithélialisation totale LPP en 3 séances calcanéen ITL sacro-région de l’ETL évolué positivement montrant une diminution de superficie totale en ce qui concerne la première session de 15 cm², soit 3,7 cm de largeur à 53,8 cm de hauteur.

Considérant que la lésion cellulaire annuler le déploiement de l’homéostasie du corps, et le patient présente 4 facteurs systémiques qui ralentissent la cascade d’événements physiologiques qui se produisent systématiquement dans la guérison : l’hypertension ; Diabète ; l’insuffisance rénale chronique et 68 ans et les blessures ont évolué de manière satisfaisante même avec ces facteurs à ITL est une thérapie qui doit être examinée dans le contexte des bandages.

Ainsi, il est suggéré la possibilité de la tuberculose latente dans les protocoles de traitement de PPR donc cette intervention accéléré la prolifération de tissus et augmente la circulation sanguine locale, avec la formation du tissu de granulation plus organisée, favorisant une rapide guérison de la blessure. L’étude de cas s’est avéré une méthode importante pour soutenir la conception de futures études cliniques portant sur un échantillon plus large et randomisés capable de produire une plus grande preuve des avantages de cette thérapie, étant donné que cette recherche a comme la limite d’un seul patient.

Aussi, conclut que les développements technologiques de ces derniers temps, tels que les traitements au laser, occupent une place de choix. Médecine et plus récemment l’esthétique a été l’un des principaux bénéficiaires. Dans ce sens, l’utilisation du laser facteur accélérateur dans le processus de guérison devient importante, en particulier l’importance d’améliorer le développement scientifique et technologique dans le domaine de la santé, afin de contribuer à l’efficacité du assistance lors des tissus de guérison et engageant les animateurs de cette possibilité.

Références

AGOSTINI, T. ; SILVA. Acide hyaluronique D : l’ingrédient actif dans les produits cosmétiques. 2014. Disponible à :<http: siaibib01.univali.br/pdf/tatiane%20agostini.pdf=""> consulté : 17, 2016.</http:>

ANDRADE, F. S. S.D. ; CLARK, R. M. ; FERREIRA, m. l. effects de faible niveau laser thérapie favorise la guérison des plaies cutanées. Révérend col. 2012.  Disponible à : < http://www.scielo.br/pdf/rcbc/v41n2/pt_0100-6991-rcbc-41-02-00129.pdf=""> </>, consulté le : 16 mars 2016.

ANDRADE, g. ; Lima, c. F ; ALBUQUERQUE, a. k. (B). Effets laser thérapeutique dans le processus de guérison des brûlures : une revue de la littérature. Bras de l’Apocalypse. Burns. 2010. Disponible à :<http: www.sbqueimaduras.com.br/revista/marco-2010/05efeitosdolaser.pdf=""> consulté : 05, Jun de 2017.</http:>

AHMED, G. M ; Ubaldo Duarte de Lima MOSER, A.D. de l. Lllt dans les ulcères de pression : limites pour l’évaluation de la réponse chez les personnes atteintes de la moelle épinière. Texte cadre infirmières, Florianópolis, 2013. Disponible à : < http://www.scielo.br/scielo.php?script="sci_arttext&pid=S0104-07072013000300035"> </>consulté le : 06/05/2017 > d’accès aux données sur : 5 juin 2017.

BAGNATO, V.S. le laser magnifique. Institut de physique de São Carlos. São Paulo. 2005.

BADIN, T. P ; BECCARIA, L. M ; POLETTI, évaluation des risques a. n. des escarres en soins intensifs et préventive, assistance de soins infirmiers. Mgr d’Enf. UERJ. p. 350. mai / juin. 2014.

BAPTISTA, i. m. c. analyse de l’effet du laser de faible puissance sur la prévention de déhiscence cicatricielle en chirurgie cardiaque. 2003. f 127. Thèse (maîtrise en génie biomédical)-Université de Vale do Paraíba, São José dos Campos, 2003.

BIENVENUE, R. G ; BRAUN, G ; de CARVALHO, a. R ; BERTOLINI, effets G. R. F. de la thérapie photodynamique et une seule application de Laser de faible puissance dans les bactéries In Vitro. Révérend physiothérapie et la recherche. 2008.

BUSNARDO, V. ; BIONDO-SEN, M.L.P. les effets de laser hélium-néon de faible intensité sur la guérison des lésions cutanées induites chez le rat. Bras de l’Apocalypse. Fisioter. San Carlos, v. 14, n. 1, p. 45-51, jan/fev. 2010.

BJORDAL, J.M. ; LEE, M.R., JOENSEN, J. ; COUPPE. (C) ; LJUNGGREN, A. ; STERGIOULAS. A. systématique examiner avec meta-analyses et évaluations procédurales de la thérapie laser à basse altitude en coude latéral tendinopathie (tennis elbow). BMC Musculoskelet Disord. 2008.

CAMPOS, A. C. L. ; BORGES BLANC ; GROTH, A.K., cicatrisation des plaies. ABCD Arq Bras Cir Dig. article de la revue 2007. Disponible à : <http: www.scielo.br/pdf/abcd/v20n1/10.pdf="">.</http:> Accès au : 01 sept. 2016.

CAMÉRA, c. l. anatomie et physiologie de la peau. São Paulo – SP, 2009. Disponible à :<http: www.medicinanet.com.br/conteudos/revisoes/2054/anatomia_e_fisiologia_da_pele.htm=""> consulté : 17, 2016.</http:>

COFEN-avis-SP-009/2014 COREN CT Menu : utiliser le Laser de faible intensité (LBI) par l’infirmière. Disponible à : < file:///c:/users/14220208/downloads/coren%20ltbi%20por%20enfermeiros.pdf=""> consultée : 05, dix de 2016.

CTGAE-avis n° COFEN 001/2016 PAD numéro 608/2015 de COORDINATION générale des techniques gestion technique chambre Chambre et infirmières aide-CTGAE disponible à : <file: :/users/14220208/downloads/compet%c3%aancia%20do%20enfermeiro%2 ="" 0para%20o%20tratamento%20de%20feridas.pdf="">consulté : 05, dix des 2016.</file:>

COFEN-avis COREN/GO no 026/PFB/2016 sujet : utilisation du LASER dans le traitement des plaies par des infirmières professionnelles. Disponible à : <file: :/users/14220208/downloads/parecer-n%c2%ba026.2016-utiliza%c3%a7%c3%a3o-laser-no-tratamento-de-feridas-pro-profissional-enfermeiro.pdf="">consulté : 05, dix des 2016.</file:>

COLLS, j. La thérapie au laser, hoy. Centro de Documentación Laser, Barcelone, p. 30-70, 1986.

CUNHA, d. Q. Développement d’une application pour la thérapie au laser dans la plaie. 2016. Disponible à : < http://www.univas.edu.br/mpcas/docs/dissertacoes/27.pdf=""> </>consultée : 03, juin 2017

CRESWELL, J.W.W. projet de recherche : méthodes qualitatives, quantitatives et mixtes. 2. Ed. New York : Bookman, 2010.

DUCCI, A. J. ; ZANEI, S.S. V ; WHITAKER, I.Y. Nursing workload quantifier Professional Nursing/patient ratio aux soins intensifs de cardiologie. Infirmière de Mgr Esc.de. l’USP. Vol. 42, no. 4, 10, 2008. Universidade de São Paulo, São Paulo, Brésil. Disponible à : <file: :/tcc/referencias/2%20duci,%20zanei,%20jorge%20uti.pdf="">.</file:> Accès à : 31 aout. 2016.

VENTILATEUR, K ; TANG, J ; ESCANDÓN, J ; KIRSNER, R.S. systématisation des pansements pour le traitement des plaies. Rev Bras Cir Plast. 2012.

FAREED, L. A. ; PINEIRO, A.R., Laser de puissance de basse à l’aide la cicatrisation des plaies. 2009. Disponible à : <http: www.unigran.br/interbio/paginas/ed_anteriores/vol3_num2/arquivos/artigo6.pdf="">consulté : 16, Mar, 2016.</http:>

FRANCO, D. ; Gonçalves, L.F. blessures de la peau : le choix du pansement approprié. Le colonel Rev. Bras. CIR. 2009. Disponible à : <http: www.scielo.br/pdf/rcbc/v35n3/a13v35n3.pdf="">consulté : 17, 2016.</http:>

GARBERO, M.F. La peau. Juiz de Fora/MG. Disponible à : < http://dramariadefatimagarbero.site.med.br/index.asp?pagename="Artigos"> </>. Accès au : 01 sept. 2016.

GARCIA, F.S. L ; BASTOS, M.A. ; MATOZINHOS, F. P. ; TEMPONI A, H. R ; MELÉNDEZ, G.V. evaluation du risque d’escarre chez les patients critiques. Révérend esc. infirmières et infirmiers. USP, vol. 45, no 2. São Paulo. 2011.

Hemorio. Institut d’état de l’hématologie. Soins infirmiers protocole prévention et traitement des escarres. Rio de Janeiro 2010.

HESS, C.T. traitement des plaies et des ulcères traduc[ da 4. ed. original]tion du dos Maria Angelica Borges Santos ; examen technique de Sonia Regina de Souza-Rio de Janeiro : Reichmann & Affonso éd., 2002.

ISAAC, C ; LADEIRAP. R. S ; REGO, F.M. P ; ALDUNATE, J. C. B ; FERNANDEZ, M.C. processus des plaies de guérison : guérison physiologique. Rev Med. São Paulo. 2010. Paragraphe 125 p., pp. 125-31. Disponible à : <http: www.revistas.usp.br/revistadc/article/viewfile/46294/49950="">.</http:> Accès au : 01 sept. 2016.

JUNQUEIRA, L. C. U. ; LAMB, J. Basic Histology. 11e édition. Rio de Janeiro : Guanabara Koogan, 2009.

CUISINE, thérapie électrothérapie laser de faible intensité : pratique factuelle. 11. Ed. São Paulo. Manole, p. 171-179. 2003.

LEONARDI, r. L. cosmétologie appliquée. São Paulo : Editora Santa Isabel, 2008.

MANDELBAUM, S. H. ; D J’AI SANTIN, E.P. ; MANDELBAUM, M.H.S. guérison : les concepts et les ressources auxiliaires. Soutiens-gorge An Rev. Dermatol. Rio de Janeiro.2003. Disponible à : <http: www.scielo.br/pdf/abd/v78n4/16897.pdf="">, consulté le : 15, Marc, 2016.</http:>

LUPI, LE ; REZENDE, L ; ZANGRANDO, M ; SESSIM, M ; SILVEIRA, C. B ; SEPULCRI, M.S. ; DUARTE, J. D. ; CARDIM, P ; FERNANDES, M ; Santos, manifestations cutanées r en insuffisance rénale terminale. De Mgr Anais Brasileiros 2011 dermatologie. Disponible à : < http://www.scielo.br/pdf/abd/v86n2/v86n2a15.pdf=""> consultée : 04, juin 2017.

Medeiros, a. b. f. escarre chez les patients âgés : analyse de la prévalence et les facteurs de risque. 2006. Forteresse disponible à : < http://srvweb.uece.br/cmacclis/dmdocuments/adriana_bessa_fernandes_medeiro.pdf=""> consultée : 07, juin 2017.

MEDEIROS, A. B. F ; LEE, C. H. A. F ; GEORGE, m. analyse de b. s. de la prévention et le traitement des ulcères de pression par les infirmières. Révérend esc. infirmières et infirmiers. USP, São Paulo, v. 43, n. 1, p. 223-228, mars 2009. Disponible à : <http: www.scielo.br/scielo.php?script="sci_arttext&pid=S008062342009000100029&lng=en&nrm=iso">.</http:> Accès à : 31 aout. 2016.

MOREL, D. P. M ; COSTA, V. C. Thérapie au laser et les ultrasons dans le traitement du ventre postopératoire tuck chirurgie plastique : revue de la littérature. 2015. Disponible à : < http://_laserterapia_e_ultrassom_no_tratamento_pys-operatyrio_da_cirurgia_plystica_de_abdominoplastia_revisyo_de_literatura.=""> consultée : 05, juin 2017.

MANNING, G. C. (C) ; DA SILVA, C. A ; MARQUES, A. M. ; PATEL, A. L. B. L’efficacité de la photothérapie Laser dans la réparation des tissus chez les patients atteints de troubles fonctionnels systémique. C & D-Electronic Journal de Fainor, malkajgiri, c. 7, no 2, p. 71-84, / dez… 2014. Disponible à : <http: srv02.fainor.com.br/revista/index.php/memorias/article/viewfile/321/194="">. Accès au : 06, juin 2017.</http:>

MIYAZAKI, M. Y ; CALIRI, M.H. L ; SANTOS, C. B. Sur la connaissance de prévention de l’ulcère de pression chez les professionnels de soins infirmiers. Révérend Latin Am. ENF[online]. 2010, vol. 18, no 6, p. 1203-1211. ISSN 1518-8345. Disponible à : < http://www.scielo.br/pdf/rlae/v18n6/22.pdf=""> </>. Accès au : 01 sept. 2016.

MATTHEWS, J. ; BORGES ET L ; C. R ; AGNEAU, D.C. ; ROSA, E. G ; Rock, N.A. Concept et classification des blessures de pression : mise à jour le groupe consultatif national pression ulcère. Apocalypse de Enf du Midwest v. 6i2 Miner, p. 2293. Mai / août. 2016.

MOSHKOVSKA. T ; MAYBERRY. J. il est temps de tester la thérapie laser de niveau faible en Grande-Bretagne. Post Grad j Med 2005

OLIVEIRA, S. H. ; MARCHE, R. T. ; SILVA, M.L. N ; DINIZ, E.R. escarres en unité de soins intensifs : analyse de l’incidence des blessures et installé. 2013. Disponible à : <http: www.abeneventos.com.br/anais_senpe/17senpe/pdf/0684co.pdf="">consulté : 10 à AVR de 2016.</http:>

OLIVEIRA, c. g. a. s. Association de thérapie au laser avec la papaïne sur la guérison des ulcères diabétiques sur les membres inférieurs. 2007. Disponible en < http://biblioteca.univap.br/dados/000002/00000241.pdf=""> accéder à : 4 juin 2017

PEREIRA, S ; Smith, h.m., escarres : perception des parents sur l’impact émotionnel et coûts intangibles. Rev d’Enf, série-n ° 7 juillet 2012, p. 139-148. Disponible à : <http: www.scielo.mec.pt/pdf/ref/vseriiin7/seriiin7a15.pdf="">.</http:> Accès au : 01 sept. 2016.

PEROCA, j. d. comprendre la physique du Laser. Disponible à :< http://143.107.153.201/restauradora/laser/fisica.html="">. Accès au : 06, juin 2017.

PARKER, P. R ; PAULA, j. (B) ; CIELINSKI. J ; PILONETTO. M ; BAHTENE, L.C.V. petit effets laser d’intensité sur une culture bactérienne in vitro et in vivo plaie infectée. Le colonel Rev. Bras. CIR. 2014. Disponible en< http://www.scielo.br/pdf/rcbc/v41n1/pt_0100-6991-rcbc-41-01-00049.pdf=""> </> accéder au : 06, juin 2017.

POLIT, DE D. F ; Beck, C.T. Fundamentals of Nursing Research : évaluation de la preuve pour la profession d’infirmière. Porto Alegre : New Haven, 2011.  

RAMIRES, R.C ; MEJIA, d.p.m. les effets du laser sur le traitement de l’escarre – revue de la littérature. 2011. Disponible à : < http://www.unifafibe.com.br/revistasonline/arquivos/revistafafibeonline/sumario/21/21112012211553.pdf=""> consultée : 07, juin 2017.

ROCK, C. L. J. V. JUNHIOR ROCK, M ; AARESTRUP, B.J. V ; AARESTRUP, f. m. Inhibition de l’expression de la cyclo-oxygénase peau de 14:00 les plaies des souris NOD soumis à la thérapie Laser de faible intensité. VASC Bras 2012.

SANTOS, j. (B) ; PORTO, S. G ; SUZUKI, L.M. ; SOSTIZZO, L.R. Z ; ANTONIAZZI, J. L. ; ECHER, i. c. évaluation et le traitement des plaies : lignes directrices pour les professionnels de la santé. Hôpital das Clinicas de Porto Alegre. 2011.

SANCHEZ, f. evaluation du processeur de la réparation des tissus dans les ulcères chroniques à l’aide de pansements de cellulose bactérienne associées ou non à la thérapie au laser. 2012 disponible à :< https://www.passeidireto.com/arquivo/5880596/avaliacao-do-processo-de-reparacao-tecidual-em-ulcera-cronicas-utilizando-curati=""> </> consultée : 09 à juin 2017.

SILVA, L. A. ; LEE, T. F. ; FAREED, L. A. ; PINEIRO, A.R., Laser de puissance de basse à l’aide la cicatrisation des plaies. 2009. Disponible à : <http: www.unigran.br/interbio/paginas/ed_anteriores/vol3_num2/arquivos/artigo6.pdf="">consulté : 16, Mar, 2016.</http:>

SILVA, FR. D ; BARBOSA, M. H ; AGUILAR, d. F, OLIVEIRA, l. P, MELO, A.F. : évaluation des facteurs de risque de l’ulcère de pression chez les patients hospitalisés dans un hôpital universitaire.

Révérend Email infirmières. [Internet]. 2011.

SILAVA, R.C.L. ; FIGEREDO, N.M.A. ; MANOHAR, I.B. ; COSTA, M.M. ; SILVA, plaies portent : notions de base et les mises à jour en soins infirmiers. São Caetano Sul. SP : Yendis éditeur, 2011.

SILVEIRA, D. ; FILS, W.V.N. F ; GUIMARÃES, J. ; CASTRO, D. ; FERRACINI, a.m. application du traitement de la dépression dans le traitement des plaies infectées. Étude de cas. Bras de l’Apocalypse. Ortop. Vol. 51 n ° 6 São Paulo novembre 2016/Dec.

SIMON, c. m. f. escarre dans l’unité de soins intensifs et la conformité des actions de soins infirmiers. Ribeirão Preto. 2010.

TAZIMA, M. F. G. S. ; VICENTE, Y. A. M. V. A. ; MORIYA, t. plaie de biologie et la guérison. 2008.

RESPONSABLE, S. R. ; Dantas, S. R. P. E. escarres prévention et traitement : guide rapide. Disponible à : <http: www.coloplast.com.br/global/brasil/wound/cpwsc_guia_pu_a5_d7.pdf="">consulté : 10 avril 2016.</http:>

AMA, A. P ; PETIT-FILS, AUCUN T ; FERNANDEZ, M.C. ulcères de pression. Rev de São Paulo. p. 172. Juil. 2010.

YAMADA ET F ; RAO, P. L ; PARKER, T. F ;. Rapport de cas : Comparaison de la stimulation électrique haute tension et de thérapie de laser dans la surface de l’ulcère. 2009 disponible :<http: www.inicepg.univap.br/cd/inic_2009/anais/arquivos/re_0802_0625_01.pdf=""  ="">accéder au : 06, juin 2017</http:>

CLARIFICATION DE LA RECHERCHE

La recherche a comme objectif principal d’étudier les effets curatifs, par le biais de l’application du laser en complément des ressources thérapeutiques en pression plaies (LPP) de grade I (GI) et grade II (GII), dans une unité de soins intensifs. L’étude se fera dans la période de janvier à mars 2017, aura la collecte de données par le biais de la réalisation du lllt et le suivi de la LPP, les données obtenues seront analysées et organisées sous forme de travaux scientifiques.

Après la signature de ce terme, les participants autorisés de votre participation à l’étude et ne sera pas ont révélé leur identité. Il est important de noter que cette recherche n’aura pas les mêmes coûts, ne donnera pas droit à rémunération en espèces et ne mettre pas de dommages secondaires sur la santé des personnes. L’affaire inclus juge recherche embarrassante ou pour toute raison se sentent lésé par votre participation à cette étude, peut décider de renoncer à participer à l’étude, en refusant de signer ce document et peut demander la suppression de votre la recherche, bien qu’il ait signé auparavant, sans aucune sorte de represaria, de coercition ou de représailles.

Les risques pour la physique, morale ou psychologique de l’intégrité des participants de l’étude peut exister parce que le sujet peut éventuellement être victimes d’iatrogène, sera minimisé ce risque étant donné que les procédures doivent être effectuées par un  qualifiés professionnels d’exercer cette fonction, les patients seront fera sur une équipe pluridisciplinaire et les réalisations des procédures seront faites avec l’utilisation de matériaux appropriés et en aucun temps les données seront utilisées aux fins ne sont pas des scientifiques dans la nature.

PIÈCE DÉTACHÉE

ANNEXE A : ÉQUIPEMENT MANUEL

La thérapie XT est un équipement fabriqué avec la technologie la plus élevée, selon les dernières normes de fabrication nationale, exigées par l’ANVISA – surveillance Agence de la santé nationale.

La thérapie XT est conçu pour être utilisé par la physiothérapie, les soins dentaires et les professionnels de la santé. Le professionnel doit être qualifié pour l’application des techniques liées au produit. Une mauvaise utilisation peut entraîner des dommages irréversibles.

FONCTION DE L’ÉQUIPEMENT

Lumière rouge et infrarouge laser thérapie XT émet au anti-inflammatoire, analgésique et à des fins curatives.

FONCTIONNEMENT DE L’ÉQUIPEMENT

Grâce à un petit écran et trois boutons affiche et opérateur effectue toutes les fonctions et les réglages de l’appareil.

INDICATIONS

La thérapie XT comporte les informations suivantes dans les champs respectifs :

ART DENTAIRE

  • Réparation des tissus mous (Laser rouge) : aphtes et ulcères, maladies systémiques traumatiques avec manifestation orale, Lichen plan, Lupus érythémateux, Pemphigus vulgaire, hiperplástica la gingivite (diabétique), perlèche, gingivite, post-opératoire, Dysfonctionnement de TMJ.
  • Réparation du tissu osseux (Laser infra-rouge) : orthodontie, implantologie, parodontologie, extraction dentaire, les traumatismes, les os biostimulation.
  • Réparation des tissus dentaires (Laser rouge et infrarouge) : pós-preparo, amélogenèse imparfaite, hypersensibilité de cavité pós-raspagem hypersensibilité, hypersensibilité dentinaire. • Réparation de nerf (Laser infra-rouge) : névralgie, paresthésie, paralysie, syndrome de la douleur.
  • Autres applications (Laser rouge et infrarouge) : alvéolite, oedème, xérostomie, pericoronarite, glossite migratoire bénigne, anesthésie, herpès simplex, herpès zoster.

LA MÉDECINE EN GÉNÉRAL

  • Plaies chroniques (Laser rouge) : ulcères de membre inférieurs, ulcères veineux, Ulcères artériels, ulcères diabétiques, ulcères cutanés, différentes étiologies de stase veineuse ulcères, plaies cutanées.
  • Plaies chroniques (infrarouge et Laser rouge) : ulcères de décubitus.
  • Fractures (Laser rouge) : fracture du fémur fracture fermée du milieu troisième.
  • Régénération (Laser rouge) : régénération du cartilage et des os, augmentation des globules blancs et des leucocytes.
  • L’inflammation (Laser rouge) : l’inflammation pulmonaire.
  • Inflammation (Laser rouge et infrarouge) : inflammation aiguë, inflammation aiguë et la carraghénine.
  • Autre (rouge de Laser) : diabète, postopératoire chirurgicale vasculaire micro-courant plate-forme.
  • Autre (Laser infra-rouge) : le syndrome de Sjögren.

THÉRAPIE PHYSIQUE

  • Laser rouge : dermatite de Contact, brûlures, escarres, ulcères diabétiques, ulcères variqueux.
  • Laser infra-rouge : articulé main, l’arthrite, la polyarthrite rhumatoïde, biomodulation, douleur cervicale, douleur, inflammatoire traite DMED DMED, épicondylite, plante faceite, fibromyalgie, gonartrose, coiffe des rotateurs blessures, blessures musculaires, blessures à lésions des nerfs périphériques, lombalgie, arthrose, paralysie faciale, cartilage, paresthésie, post-chirurgicale, réparation, syndrome du canal carpien, tendinite du calcanéum, tendinite rotulienne, tendinopatias, syndrome de douleur de boost myofascial release de nerf.

CONTRE-INDICATIONS

Éviter l’utilisation chez les patients ayant les caractéristiques suivantes :

  • Femmes enceintes ou allaitantes.
  • Individus avec l’épisode de cancer de peau dans la région irradiée.
  • Patients atteints de glaucome.
  • Patients atteints de cataractes qui ne sont pas sous contrôle médical.

CLASSEMENT

Norme/Directive Classement
CEI 60601-1 B appliqué en interne alimenté la partie matériel et type
MDD 93/42 (Union européenne) IIB
RDC 185/2001 (ANVISA) III
IEC 60825-1 3R

SPÉCIFICATIONS

Laser infra-rouge Caractéristiques
Longueur d’onde 808 nm ± 10 nm
Puissance de sortie émetteur 100 mW ± 20 %
Laser rouge Caractéristiques
Longueur d’onde 660 nm ± 10 nm
Laser rouge Caractéristiques
Puissance de sortie émetteur 100 mW ± 20 %
Laser rouge (viseurs Laser) Caractéristiques
Longueur d’onde 660 nm ± 10 nm
Puissance de sortie émetteur 0,5 mW-2,5 mW

CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES

Caractéristiques Spécifications
Tension d’alimentation 100-240 V ~
Courant (entrée) Courant alternatif
Courant (sortie) Courant continu
Puissance d’entrée 25 VA
Mode de fonctionnement Continue
Protection contre les chocs électriques Alimenté en interne
Incertitude de temps (secondes) ± 4 %
Incertitude d’énergie (en Joules) ± 20,4 %
Fréquence 50/60 Hz
Degré de protection contre la pénétration de l’eau et des objets solides IP20
Les lasers en mode de fonctionnement Fonctionnement en continu
Dimension de la pièce à main 21 cm (hauteur) x 3 cm (largeur) x 5 cm (profondeur)
Dimension du titulaire de la pièce à main 11 cm (hauteur) x (largeur) x 19 6 cm (profondeur)
Poids de la pièce à main 0,18 kg
Supporter le poids de la pièce à main 0.12 kg
Fibres optiques de diamètre utile 600 µm de chaque fibre
Température de fonctionnement 10° C ET 30° C
Batterie Li-ion 3 .7V 18650 avec circuit de protection
Fabriqués et testés selon : CEI 60601-1, IEC 60601-1-2, IEC 60685-1 et IEC 62034.
Version du logiciel 11

SÉCURITÉ-IMPORTANTES CONSIGNES DE SÉCURITÉ

  • Lire ce manuel avant d’utiliser l’équipement.
  • Attention – utilisation des commandes ou réglages ou l’exécution d’autres procédures non spécifiées ici peut entraîner l’exposition dangereuse aux radiations.
  • Attention – les fumées et/ou fumée peut contenir des particules laser des tissus vivants.
  • Considérant que le produit sera utilisé par du personnel qualifié, une formation complémentaire spécifique à l’opération de l’équipement n’est pas nécessaire. Cependant, nous recommandons de lire le manuel complet d’instructions avant d’utiliser l’équipement.
  • Si l’équipement n’est pas utilisé pendant un certain temps, la batterie doit être enlevée.
  • Remplacement de la pile par un personnel ayant une formation inadéquate peut entraîner un risque (par exemple, des températures excessives, un incendie ou d’explosion).
  • La lumière laser peut causer des blessures aux yeux. Tous les gens présent à l’endroit où il y a laser de luminescence doit protéger les yeux. Trois verres verts (pour l’opérateur, Assistant et patient) sont fournis avec la thérapie XT. Seulement les lunettes fournies par DMC doivent être utilisés avec le produit.
  • Ne jamais regarder directement le faisceau laser émis et surtout ne pas il diriger sur n’importe qui, mais c’est sous traitement.
  • Surfaces brillantes peuvent réfléchir la lumière du laser vers les yeux.
  • Irradie jamais processus tumoral, le laser peut stimuler directement les.
  • Irradie jamais processus infectieux directement, le laser peut les aggraver.
  • Jamais rayonne une blessure non diagnostiquée.
  • Ne pas rayonner le faisceau sur l’utérus de la femme avec moins de trois mois de gestation.
  • Seuls les professionnels qualifiés devraient faire fonctionner l’équipement. Une mauvaise utilisation peut entraîner des dommages irréversibles.
  • Seuls les composants mentionnés dans ce manuel doivent être utilisés en conjonction avec l’équipement.
  • L’équipement ne doit pas servir avec alimentation cordon ou autres que celles prévues par le CGM, car cela peut entraîner une augmentation des émissions ou de la diminution de l’immunité de l’unité.
  • Pour éviter le risque de choc électrique, cet appareil doit être raccordé uniquement dans les prises de courant avec mise à la terre.
  • Ne branchez pas le cordon d’alimentation dans les points difficiles à atteindre.
  • Lorsque vous retirez le câble d’alimentation toujours tirer sur la fiche.
  • Toute modification apportée à l’équipement est autorisée.
  • Les entrées/sorties d’air pour la ventilation de l’équipement ne doit pas être obstruées.
  • Ne pas appliquer n’importe quel type de pellicule protectrice sur la pièce à main pour empêcher l’obstruction des entrées/sorties pour la ventilation d’air.
  • N’installez pas l’appareil dans un endroit soumis à la lumière directe du soleil, une atmosphère poussiéreuse ou vibrations mécaniques.
  • Il y a risque d’incendie ou d’explosion lors de la sortie du laser a été utilisée en présence de matériaux inflammables, de solutions ou de gaz, ou dans un environnement Rico en oxygène. L’utilisation d’anesthésiques inflammables ou de gaz oxydants comme l’oxyde nitreux (N2O) et l’oxygène, doit être évitée. Certains matériaux, coton par exemple, lorsque saturée en oxygène, peut s’enflammer les hautes températures produites. Les solvants de colles et de la solutions inflammables utilisées pour le nettoyage et la désinfection doivent s’évaporer avant de l’équipement utilisé. Il devrait porter attention sur le danger d’inflammation des gaz endogènes.
  •  L’utilisateur doit être exposé au bruit de l’équipement pour un maximum de 8 heures par jour.
  • En raison de l’exiguïté de l’équipement, certains éléments de sécurité ne pourraient pas être inscrit comme : moyens de protection contre une utilisation non autorisée, de contrôle et d’arrêt d’urgence du laser. De cette façon, l’utilisateur doit garder l’appareil dans un endroit sûr et protégé.

ÉLÉMENTS D’ÉQUIPEMENT DE SÉCURITÉ

Faisceau de visée

L’appareil utilise un faisceau de ciblage de faible intensité. Ce laser est visible et pour l’indication de l’incidence prévue du point laser infrarouge.

Comme le ciblage faisceau passe par le même système de livraison de faisceau, cet ouvrage offre un bon moyen de vérifier l’intégrité du système. Si le faisceau de visée n’est pas présent sur l’extrémité distale du système, si votre intensité est réduite ou si cela semble diffus, c’est une mesure possible, que le système de distribution est endommagé ou ne fonctionne pas correctement.

Alarmes

Pour la sécurité de l’utilisateur, l’appareil émet un signal sonore tandis que le laser est activé.

Entretoise

Envoyant une entretoise à insérer dans l’extrémité de la fibre optique, afin d’avoir une demande de contact, c'est-à-dire l’entretoise est une partie du produit appliqué. Pour effectuer le remplacement de l’espaceur il suffit de tirer ce qui a déjà été utilisé, nettoyage de l’équipement et l’entretoise de nouveau, comme élément « Nettoyage/désinfection » et l’insère à l’extrémité de la fibre optique.

Pièce à main LED

Lorsque le voyant lumineux de la pièce à main clignote rapidement, le laser a été congédié.

LISTE DES COMPOSANTS

La thérapie XT est composé des pièces suivantes et accessoires :

Accessoires :

  • Médias électroniques
  • 3 lunettes de protection
  • Manuel de l’utilisateur
  • Garantie
  • Housse de transport

Pièces ou accessoires additionnels peuvent être achetés à DMC par les codes suivants :

  • Cordon d’alimentation : 010130131
  • Alimentation d’énergie : 010990317
  • Lunettes : 050020001
  • Batterie : 110030182
  • Entretoise : 110030078. L’entretoise a un emballage individuel avec le code de produit, avec la réutilisation de symbole interdit et les informations du constructeur, c'est-à-dire DMC equipment Ltd importation et l’exportation, comme ci-dessous :

Code : DMC EQUIPMENT LTD importation et l’exportation. | Rue Sebastião de Moraes, 831-Jd. Dawn-São Carlos/SP | CEP 13562-030 | w ww.dmcgroup.com.br

Tous les accessoires et les pièces décrites ci-dessus sont pour l’usage exclusif de l’équipement de thérapie XT.

AVIS DE LASER

AVERTISSEMENT la pièce à main :

L’étiquette ci-dessous indique le rayonnement laser d’exposition classe 3R.

AVERTISSEMENT la pièce à main :

L’étiquette ci-dessous illustre l’alerte de rayonnement laser, selon IEC 60825-1.

PIÈCE À MAIN

ÉQUIPEMENT/PATIENT/OPÉRATEUR POSITION

L’équipement doit être utilisé dans les cliniques médicales, dentaires ou de physiothérapie. Il doit être placé sur un banc et connecté à une prise de courant, comme le montre l’illustration ci-dessous.

L’entretoise dans la pièce à main doit être en contact avec le patient et le professionnel doit tenir la pièce à main, comme l’image ci-dessous :

INSTALLATION

Pour installer la batterie dans la pièce à main suivre les procédures suivantes :

Avant de brancher l’appareil pour la première fois, il est nécessaire de recharger la batterie.

Il y a deux manières de recharger la batterie : brancher l’alimentation directement à la pièce à main ou à l’appui avec la pièce à main.

Brancher le câble du bloc d’alimentation dans une prise mise à la terre. Une recharge complète de la batterie dure environ 3 heures et est affichée sur l’écran par le code « CC » et la led bleue clignote lentement dans la pièce à main.

INSPECTION AVANT UTILISATION

Avant chaque utilisation, vérifiez l’état de la pièce à main et les câbles d’alimentation. Les câbles ne doivent pas être anéanties, tordus, écrasés, avec coupe de housses de protection externe ou avec les conducteurs intérieurs exposés. Le boîtier en plastique de la pièce à main ne doit pas être cassé. Fibre optique ne doit pas être endommagé.

UTILISATION

Appuyez sur n’importe quel bouton pour allumer l’appareil. Pour le désactiver, appuyez sur les boutons gauche et droite pour éteindre (le code « of » apparaît à l’écran). Après 90 secondes d’inactivité, l’appareil s’éteint automatiquement pour économiser la batterie.

Sélectionnez l’émetteur laser en appuyant sur le bouton gauche de la pièce à main. Sélectionnez l’énergie irradiée par l’émetteur laser, en appuyant sur le bouton droit sur la pièce à main. Les valeurs sont indiquées à l’écran. Le temps d’irradiation est automatiquement ajusté selon l’énergie sélectionnée et affiché sur l’écran en quelques secondes, le compte à rebours lorsque vous appuyez sur le bouton d’activation.

Pour activer l’émetteur laser Appuyez sur le bouton d’activation. Si l’utilisateur souhaite arrêter l’émission laser, il suffit de relâcher le bouton d’activation. Pour reprendre l’émission de laser depuis le point d’arrêt, appuyez sur le bouton d’activation, ou appuyez sur la touche droite pour commencer un nouveau cycle d’application. À la fin du cycle, la minuterie redémarre automatiquement à la dernière valeur sélectionnée et l’émetteur est éteint.

Le code « Cb » sur l’afficheur indique la fin de la charge de la batterie, nécessitant une recharge. La batterie peut être rechargée avec la pièce à main sur le support avec l’alimentation branché au même ou avec l’alimentation branché directement sur la pièce à main.

Une recharge complète de la batterie dure environ 3 heures et est indiquée par un bleu clignotement de la LED en tant qu’il est incomplet et par affichage lorsqu’il est plein (code « CC »).

En appuyant simultanément sur les boutons droit et gauche, s’affichera à l’écran la batterie charger niveau. Le niveau est indiqué par le code « b » suivi d’un chiffre de 1 à 9 (ex. « b5 »), et « b1 » indique frais minimums et « b9 », pleine chargement, étant donné que le chargeur n’est pas connecté.

Quand pas en service, garder la pièce à main sur le support pour éviter les chutes et charger la batterie.

L’équipement sera toujours mode disponible, c'est-à-dire lorsque vous appuyez sur le bouton d’activation que du laser sera délivrée.

PROCÉDURE DE SOUMISSION

Pour retirer la fiche, appuyez sur les boutons droit et gauche jusqu’au virage off. Sinon, au bout de 90 secondes d’inactivité l’appareil s’éteint automatiquement pour économiser la batterie.

REMPLACEMENT DE LA PILE

La capacité de la batterie de stockage de cargaison diminue avec le temps. Lorsque la batterie est trop faible, vous aurez besoin de le remplacer. Suivez la procédure de remplacement ci-dessous :

  • Appuyez sur le loquet sur le couvercle du compartiment batterie et sortez de la pièce à main.
  • Retirez la batterie du compartiment et le connecteur de sortie.
  • Connecter la nouvelle batterie, positionner correctement le connecteur dans le compartiment à piles.
  • Insérez la batterie dans le compartiment et réinstallez le couvercle. La procédure est illustrée à la rubrique « installation ».

Piles neuves doivent être achetés exclusivement chez DMC.

La batterie au lithium XT thérapie sur la composition et ne doivent pas être jetés avec les ordures ménagères.

ISOLATION RÉSEAU

En cas d’urgence ou pour le nettoyage, le cordon doit être enlevé de la prise de courant.

NETTOYAGE/DÉSINFECTION

  • Avant d’être nettoyée/désinfectée, l’équipement doit être déconnectée de la prise de courant, pour éviter le risque de choc électrique ;
  • La pièce à main et votre soutien devraient être nettoyée/désinfectée à l’aide d’un chiffon doux imbibé d’alcool à 70 % ;
  • Les lunettes peuvent être lavés à l’eau tiède et un détergent neutre.

L’ENTRETOISE EST À USAGE UNIQUE SEULEMENT. Donc, cela devrait être nettoyée/désinfectée avec 70 % d’alcool avant de l’utiliser et ensuite rejeté. Nouvelles cales d’espacement doivent être achetés de l’équipement de DMC.

Ne pas laver ou vider les liquides dans la pièce à main ou votre soutien.

L’équipement, les pièces et les accessoires ne sont pas stérilisables. N’importe quelle méthode de stérilisation endommagera le même entraînant l’annulation de la garantie.

Nettoyage/désinfection de pièce à main et de votre soutien peut être exécutée plusieurs fois, sans incidence sur la surface de finition.

ENTRETIEN PRÉVENTIF

Le matériel doit être étalonné tous les ans par le fabricant. Le fabricant n’assume aucune responsabilité pour l’exploitation sûre de l’équipement si le calibrage n’est pas maintenu.

Tous les services d’assistance technique, tels que les mises à jour, réparation, étalonnage, etc.. doit être effectuée par le fabricant. Schémas de circuit, listes de pièces, des descriptions, des directives d’étalonnage et de vérification ne sont pas rendues accessibles au non autorisée par le fabricant.

Si l’entretien ou tout autre service d’assistance technique est effectué par personnel non autorisé, le fabricant n’assume aucune responsabilité pour l’exploitation sûre de l’équipement.

Avant chaque utilisation, vérifiez l’état de la pièce à main et les câbles d’alimentation. Les câbles ne doivent pas être anéanties, tordus, écrasés, avec coupe de housses de protection externe ou avec les conducteurs intérieurs exposés. Le boîtier en plastique de la pièce à main ne doit pas être cassé. Fibre optique ne doit pas être endommagé.

Ne pas tenter de démonter la pièce à main ou votre soutien. En cas de pannes contact matériel avec l’assistance technique de la DMC.

STOCKAGE ET TRANSPORT

Le matériel doit être stocké dans un environnement sans poussière, sans exposition directe aux rayons du soleil et de produits chimiques et produits de nettoyage.

Le matériel doit être stocké, transporté et utilisé dans les conditions suivantes :

  • Température : + 10 ° c à + 40
  • Humidité : 30 % à 75 %.
  • Pression atmosphérique : 700hPa à 1060.

Évitez les chocs mécaniques, les coups et les vibrations dans les équipements.

PROBLÈMES ET SOLUTIONS POSSIBLES

Problème Solution possible
L’appareil ne s’allume pas -Vérifier que la batterie est bien connectée.

-Vérifier que la prise est sous tension.

-Recharger la batterie.

-Contacter le DMC.

La charge de la batterie s’épuise rapidement -Vérifiez la batterie charger niveau (voir article « utiliser ») et recharger la même. Si le niveau de charge ne change pas avec l’expédition, contactez le DMC.
Apparemment les émissions laser faible -Retirer l’entretoise de fibre optique et vérifier l’accumulation de résidus sur le visage. Nettoyer avec un coton imbibé d’alcool 70 %.

JETER

À la fin de la durée de vie utile de l’équipement et de ses composants, ceux-ci peuvent entraîner la contamination environnementale ou être utilisés de façon inappropriée. Pour minimiser ces risques, le client doit jeter l’équipement en vertu des législations locales.

Contient de la batterie au lithium et XT thérapie n’a pas doivent être jetée avec les ordures ménagères.

SYSTÈME DE LIVRAISON LASER

L’équipement a une diode laser rouge et une diode laser infrarouge. Deux fibres optiques conduisent la lumière laser émise par chaque émetteur. La puissance optique émise est commandée par un courant électrique dans les diodes laser.

CALCUL DE LA DIVERGENCE DU FAISCEAU

Norme appliquée : 60825-1:2014 / 3.13 sous-clause

La divergence du faisceau à 600 µm fibre est 0,45 ± 0,03 rad rad.

NORMES DE SÉCURITÉ ÉQUIPEMENT ÉLECTROMAGNÉTIQUE

Ci-dessous sont décrites dans les tableaux qui représentent les normes d’émission et immunité électromagnétique.

Conseils et déclaration du fabricant – émissions électromagnétiques – pour tous les équipements et

Système [IEC 60601-1-2 / 2007 – subcl. 6.8.3.201 a) 3)]

La thérapie XT est prévu pour une utilisation dans l’environnement électromagnétique décrit ci-dessous. Le client ou l’utilisateur de la XT de thérapie doit s’assurer qu’il est utilisé dans un tel environnement.
Essais d’immunité Compliance Orientation environnement électromagnétique
Émissions RF

ABNT NBR IEC CISPR 11

Groupe 1 comme Le XT thérapie utilise l’énergie RF uniquement pour ses fonctions internes. Par conséquent, ses émissions RF sont très faibles et ne sont pas susceptibles de causer des interférences dans les équipements électroniques à proximité.
La thérapie XT est pratique pour une utilisation dans tous les établissements autres que destinés à un usage domestique ou qui ne sont pas directement connectés à un réseau public d’alimentation électrique de basse tension bâtiments utilisés pour l’alimentation usages domestiques.
Émissions RF

ABNT NBR CISPR 11

Classe « A »
Émissions harmoniques

CEI 61000-3-2

Ne s’applique pas
Émissions en raison de la fluctuation de tension/flicker. CEI 61000-3-3 Ne s’applique pas

Tableau 1 : information des émissions électromagnétiques exigences de conformité basés sur tableau 201 – 60601-1-2, 2007.

Conseils et déclaration du fabricant – immunité électromagnétique – pour toute thérapie XT-

[IEC 60601-1-2 / 2007 – subcl. 6.8.3.201 a) 6)]

La thérapie XT est prévu pour une utilisation dans l’environnement électromagnétique décrit ci-dessous. Le client ou l’utilisateur de la XT de thérapie doit s’assurer qu’il est utilisé dans un tel environnement.
Essais d’immunité Test de niveau

ABNT NBR IEC60601

Niveau de conformité Environnement électromagnétique-

Ligne directrice

Décharges électrostatiques

(ESD) IEC 61000-4-2

± 6 kV contact

± 8 kV air

Comme Sols doivent être bois, béton ou céramique. Si les planchers sont recouverts d’un matériau synthétique, l’humidité relative doit être au moins 30 %.
Trains électriques transitoires/impulsions rapides (Burst)

IEC 610004-4

± 2 kV sur les lignes d’alimentation

± 1 kV sur les lignes d’entrée/sortie

Comme Qualité de l’alimentation devrait être celle d’un environnement commercial ou hospitalier type.
Flambées

IEC 61000-4-5

± 2 kV ligne (s) à la terre

± 1 kV ligne (s) la ligne

Comme Qualité de l’approvisionnement d’énergie devrait être celle d’un environnement commercial ou hospitalier type.
Creux de tension, les brèves et les variations de la tension sur les lignes d’entrée d’alimentation IEC 61000-4-11 5 % < Ut

(&gt; 95 %-chute de tension en Ut) pour 0,5 cycles.

40 % Ut

(60 % de la tension chute en Ut) pour 5 cycles

70 % Ut

(30 % de la tension chute en Ut) pour 25 cycles.

5 % < Ut

(&gt; 95 %-chute de tension en Ut) pendant 5 secondes

Comme Qualité de l’approvisionnement d’énergie devrait être celle d’un environnement commercial ou hospitalier type. Si l’utilisateur de la thérapie exige la poursuite de l’exploitation au cours de l’interruption de l’alimentation XT, il est recommandé que la thérapie XT est alimenté par une batterie ou une alimentation sans coupure.
Alimentation fréquence du champ magnétique (50/60 Hz)

IEC 61000-4-8

3 A / m Comme Champs magnétiques de fréquence doit être à des niveaux caractéristiques d’un lieu typique dans un commercial typique ou le milieu hospitalier.
Remarque : Ut correspond à la tension d’alimentation c. un.  avant l’application du test de niveau.

Tableau 2 : information immunité électromagnétique exigences de conformité basés sur le tableau 202-60601-1-2, 2007.

D’orientation et de la déclaration du fabricant – immunité électromagnétique – appareils non

SUPPORT DE VIE- [IEC 60601-1-2 / 2007 – subcl. 6.8]

La thérapie XT, est prévu pour une utilisation dans l’environnement électromagnétique décrit ci-dessous. Le client ou l’utilisateur de la XT de thérapie doit s’assurer qu’il est utilisé dans un tel environnement.
Essais d’immunité Test de niveau de ABNT NBR IEC 60601 Niveau de conformité Environnement électromagnétique-

Ligne directrice

RF menée

IEC 61000-4-6

RF rayonnée

IEC 61000-4-3

3 Vrms

150 kHz à 80 MHz

3 V/m

80 MHz à 2,5 GHz

3 V

3 V/m

Équipement de communication RF portable et mobile ne doit pas servir près de n’importe quelle partie de la thérapie XT, y compris les câbles, avec la distance de séparation, calculée de l’équation applicable à la fréquence de l’émetteur.

Distance de séparation recommandée

D = 10,10 m

D = 10,10 m

(80 MHz à 800 MHz)

D = 20,20 m

(800 MHz à 2,5 GHz)

Où P est la puissance maximale de sortie d’émetteur assignée en watts (W) selon le fabricant de l’émetteur et D est la distance de séparation recommandée en mètres (m).

Il est recommandé que l’intensité du champ créée par l’émetteur RF, tel que déterminé par une inspection électromagnétique sur place, soit moins que le niveau de conformité dans chaque gamme de frequênciab.

Interférence peut se produire autour d’équipements portant le symbole suivant :

 

NOTE 1-80 MHz et 800 MHz, la bande de fréquence supérieure.

NOTE 2 – les présentes lignes directrices ne s’appliquent pas dans toutes les situations. La propagation électromagnétique est affectée par l’absorption et la réflexion des structures, des objets et des personnes.

Des intensités de champ AAS établies par émetteurs fixes, tels que les stations de base, téléphone (cellulaire/sans fil) et radios mobiles terrestres, radio amateur, AM et FM de la radio et émetteurs de télévision ne peut pas être prédite par la théorie avec précision. Pour évaluer l’environnement électromagnétique dû aux émetteurs fixes de RF, une inspection électromagnétique est recommandée sur le site. Si l’intensité de champ mesurée à l’endroit où la thérapie XT est utilisé dépasse le niveau de conformité utilisé ci-dessus, la XT la thérapie doit être observée pour vérifier le fonctionnement normal. Si les anomalies sont observées, procédures supplémentaires peuvent être nécessaires, comme la réorientation ou substitutive XT.

b au-dessus de la plage de fréquences que 150 kHz à 80 MHz, l’intensité de champ doit être inférieure à 3 V/m

Tableau 3 : exigences de conformité informations immunité électromagnétique pour les équipements qui ne vise pas le maintien en vie basé sur la Table 204-60601-1-2, 2007.

Minimale recommandée des distances de séparation entre les équipements de communication RF portables et mobiles et le XT de thérapie.
La thérapie XT est prévu pour une utilisation dans un environnement électromagnétique dans lequel les perturbations RF rayonnées sont contrôlées. Le client ou l’utilisateur de la thérapie XT peut aider à prévenir les interférences électromagnétiques en respectant les distances minimales entre les équipements de communication portable RF ou mobile (émetteurs) et la thérapie XT, comme recommandé ci-dessous, selon la puissance maximale sortie de matériel de communication.
Puissance maximale nominale de l’émetteur (W) Distance de séparation selon la fréquence de l’émetteur (m)
150 kHz à 80 MHz 80 MHz à 800 MHz 800 MHz à 2,5 GHz
0,01 0,12 0,12 0,23
0,1 0,37 0,37 0,74
1 1.2 1.2 2.3
10 3.7 3.7 7.4
100 12 12 23
Pour les émetteurs avec une puissance de sortie nominale maximale non répertoriés ci-dessus, la distance de séparation recommandée (en [m]mètres) peut être déterminée à l’aide de l’équation applicable à la fréquence de l’émetteur.
Remarque 1 : à 80 MHz à 800 MHz, la distance de séparation pour la gamme de fréquences plus élevée.
Remarque 2 : ces lignes directrices ne soient pas applicables dans toutes les situations. La propagation électromagnétique est affectée par l’absorption et la réflexion des structures, des objets et des personnes.

 

GARANTIE

  1. Les équipements fabriqués et/ou commercialisés par DMC sont garantis 24 (vingt-quatre) mois à compter de la date d’achat contre les défauts de fabrication.
  2. La garantie couvre uniquement les défauts de fabrication ou de matériaux utilisés dans la fabrication des produits. La garantie ne couvre pas les frais d’expédition.
  3. La garantie est automatiquement annulée si tout électrique, physical abuse, si les pièces sont modifiées ou si des applications autres que celles pour lesquelles l’appareil a été développé.
  4. Dans le cas de l’équipement réparé en dehors de la période de garantie, elle seulement s’étendra à composants remplacés.
  5. Les causes des défauts plus communs proviennent de choc physique appliquée à l’unité, lorsque la garantie est annulée.
  6. La DMC décline toute responsabilité pour les blessures corporelles ou dommages matériels résultant d’une mauvaise utilisation de l’équipement pour son produit ou commercialisé, lever à l’utilisateur de fournir des mesures de sécurité afin d’éviter de tels incidents.
  7. Responsabilité de DMC à l’égard de l’utilisation de l’équipement et ses conséquences, est limitée à la valeur de remplacement de la même chose.

L’équipement sera uniquement garanti par le fabricant :

  • Opérations d’assemblage, des extensions, des ajustements, des modifications ou des réparations sont effectuées par une personne autorisée par lui ;
  • Le câblage de l’environnement en question est conforme aux exigences appropriées ;
  • L’appareil est utilisé conformément aux instructions.

[1] Le huitième semestre des soins infirmiers de la Centro Universitário faire état du Pará.

[2] Le huitième semestre des soins infirmiers de la Centro Universitário faire état du Pará.

[3] Conseiller en orientation, infirmière, médecin et professeur de soins infirmiers cours au Centro Universitário font état du Pará.

[4] Coorientadora, infirmière, médecin et professeur de soins infirmiers cours au Centro Universitário font état du Pará.

Download PDF
Como publicar Artigo Científico

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here