Opération Lava-Jato et Odebrecht: une affaire qui se terminera?

0
37
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
Rate this post
PDF

ORIGINAL ARTICLE

SANTOS, Humberto de Faria [1], BRONZATO, Anderson [2]

SANTOS, Humberto de Faria. BRONZATO, Anderson. Opération Lava-Jato et Odebrecht: une affaire qui se terminera?. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 02, vol. 10, pp. 61-75. février 2021. ISSN:2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/deontologie/lava-jato-et-odebrecht

RÉSUMÉ

Les individus et les organisations de différents types sont toujours mis au défi de décider par quel type de cadre éthique ils se conformeront. La décision peut être gratifiante ou punitive. Les agents externes, comme les collectivités, peuvent influer sur la façon dont la décision en résultera. Cet essai affirme que le scandale de corruption Odebrecht est un exemple d’une telle situation. Parallèlement aux décisions internes de l’entreprise, la communauté externe a joué un rôle en déplaçant Odebrecht d’un acteur respecté dans l’industrie mondiale de la construction à l’exposition de ses pratiques immorales. La présente étude montre également les récentes tentatives d’ingérence politique dans les enquêtes sur ce scandale et comment l’ancien Odebrecht tente de se reconstruire en tant qu’entreprise.

Mots clés: opération Lava-Jato, Odebrecht, corruption, Amérique latine.

1. INTRODUCTION

L’objectif de cet essai est d’introduire l’affaire de corruption de l’entreprise brésilienne odebrecht et de l’analyser du point de vue du cadre qui a conduit Odebrecht à agir dans l’une des plus grandes affaires de corruption en Amérique latine. Les analyses porteront sur deux considérations motrices dans le processus décisionnel qui a mené à l’affaire : (1) les hypothèses d’Odebrecht sur les communautés nationales et internationales; (2) l’absence de pratiques éthiques motivées soit par des principes éthiques (aspect positif) soit par une incitation économique (aspect négatif). Le lien entre les relations d’Odebrecht avec les communautés nationales et internationales sera analysé par rapport aux cadres moraux des éléments négatifs et positifs de l’éthique. Il s’agit d’un argument pour expliquer le faux pas d’Odebrecht. Le cas d’Odebrecht est particulièrement riche non seulement en raison de la somme d’argent en cause, de 800 millions de dollars eu de pots-de-vin au cours des 15 dernières années, mais aussi en raison de sa portée géographique, qui comprenait 12 pays d’Amérique latine et d’Afrique (RUSSEL, 2017). En outre, sa méthode systématique et, enfin, l’environnement culturel dans lequel l’entreprise opère fournissent des éléments qui enrichissent l’analyse de cas. Un aspect de cet environnement non perçu par les dirigeants d’Odebrecht est le changement dans l’intérêt de la société pour les affaires de corruption. Il est également pertinent de faire remarquer la relation entre l’affaire Odebrecht et l’opération Lava-Jato, considérée comme l’enquête anticorruption la plus considérable de l’histoire des Amériques (ROMERO, 2017, p. 2). Il ya des cas de corruption impliquant Odebrecht dans toute l’Amérique latine et l’Afrique, ces cas seront mentionnés, mais l’objectif principal de cet essai est l’évolution du cas au Brésil.

2. PRINCIPES FONDAMENTAUX

2.1 LA SOCIÉTÉ

Odebrecht a été fondée par Norberto Odebrecht en 1940 sous le nom de « Construtora Norberto Odebrecht » et est devenue la principale entreprise de construction en Amérique latine, opérant dans 27 pays à travers le monde (ROMERO, 2017, p. 1). En 2015, le groupe employait 181 000 personnes dans le monde. Odebrecht a été reconnu avec son histoire réussie comme un exemple de gestion. Dans l’un de ses articles de 2015, le magazine The Economist a mis l’accent sur les deux côtés de l’entreprise (« PRINCIPES ET VALEURS », 2015, p. 55), c’est-à-dire le fait que la réputation de l’entreprise parmi les spécialistes était très appréciée alors que ses pratiques réelles qui ont été dévoilées, ont prouvé qu’elle ne respectait aucune norme éthique acceptable. À titre d’exemple de la réputation internationale favorable, IMD, une école de commerce suisse, a désigné l’entreprise comme la meilleure entreprise familiale au monde.

Un an auparavant, Mckinsey, une société de conseil américaine, avait rapporté au sujet d’Odebrecht que « les principes et les valeurs ont aidé ce conglomérat familial brésilien à prospérer ». (« PERSPECTIVES SUR LE FONDATEUR ET L’ENTREPRISE FAMILIALE », n.d., p. 43). La famille Odebrecht avait déjà construit au Brésil avant même que Norberto ne fonde l’entreprise. Norberto a combiné une philosophie de gestion basée sur l’éthique luthérienne protestante et les enseignements de Peter Drucker, et de gourou américain de la gestion (« PRINCIPES ET VALEURS », 2015, p.1).

2.2 AFFAIRE DE CORRUPTION D’ODEBRECHT

Les dirigeants d’Odebrecht ont organisé un département nommé « Division des opérations structurées ».  Aujourd’hui, cette unité est appelée par les médias brésiliens et internationaux qui suivent le scandale de l’entreprise le « Bribe Department » (« LE SCANDALE ODEBRECHT APPORTE L’ESPOIR DE LA RÉFORME », 2017, p. 1). L’argent provenant de ce département a contribué à définir les élections des présidents dans six pays d’Amérique latine. En plus d’accorder un soutien financier aux campagnes, Odebrecht a également fourni des conseils spécialisés aux candidats à la présidence dans des pays comme le Brésil, l’Argentine, le Panama et d’autres. Sur les 7 millions de dollars versés à la société brésilienne de conseil Polis, 3 millions de dollars américains étaient directement liés à des conseils de campagne électorale (ROMERO, 2017, p. 2). Le principal objectif du programme était de verser des pots-de-vin aux autorités publiques et aux dirigeants d’entreprises publiques pour garantir qu’Odebrecht remporterait une fausse vente aux enchères lancée par ces sociétés. Au Brésil, les procureurs ont supervisé le projet de pots-de-vin de 22,18 millions de dollars EU pour assurer huit contrats avec Petrobras, une compagnie pétrolière brésilienne (« LES ENTREPRISES BRÉSILIENNES PAYERONT UN RECORD DE 3,5 MILLIARDS DE DOLLARS EN CAS DE CORRUPTION », 2016). Une autre partie du régime était d’enchérir sur des offres basses pour obtenir des contrats en vertu de l’assurance que tous les addenda aux contrats seraient approuvés. Par exemple, 22 addenda ont été appliqués dans la construction de la route reliant le Brésil et le Pérou. Le coût initial est passé de 800 millions de dollars EU à 2,3 milliards de dollars (« LE SCANDALE ODEBRECHT APPORTE L’ESPOIR DE LA RÉFORME », 2017, p. 1).

À en juger par la durée de la corruption et la manière systématique dont l’entreprise a traité ces stratagèmes, il est possible d’affirmer que les dirigeants de l’entreprise commettaient clairement et systématiquement des actes illégaux. Ces actes n’étaient pas une conséquence de la négligence; au contraire, on peut dire que les cadres étaient spécialisés dans la corruption ou que la corruption était leur façon de faire des affaires. Compte tenu de sa réputation internationale liée à sa compétence en gestion, il est difficile de dire que les dirigeants d’Odebrecht manquaient d’information ou ne maîtrisaient pas les processus décisionnels.

2.3 QU’EST-CE QUI S’EST PASSÉ? LE RÔLE DES COMMUNAUTÉS

Comment l’entreprise est-elle passé de l’éthique protestante à l’un des plus grands scandales de l’histoire ? Wicks et Parmar (2009, p. 2) offrent une théorie qui peut être utilisée comme outil d’analyse de l’affaire Odebrecht. Dans son texte, il énumère différentes communautés qui peuvent jouer un rôle dans chaque cas. Ces communautés sont l’entreprise, l’industrie, l’entreprise, la communauté locale, la communauté nationale, la communauté internationale. Selon Wicks et Parmar (2009, p. 3), « en particulier sur la scène internationale, le fait d’avoir des participants de plusieurs communautés peut impliquer que les entreprises doivent patauger dans des ensembles d’attentes morales très différents et parfois contradictoires ». Le conflit entre la moralité de l’entreprise et de la société et au sein des sociétés peut et, dans le cas d’Odebrecht, provoquer des pressions contre les personnages impliqués dans des affaires de corruption. Pour adapter la théorie à ce contexte, seules les communautés nationales et internationales seront directement couvertes dans cet essai. Les autres organisations sont en quelque sorte traitées indirectement dans différentes parties des textes.

En 2014, la politique fédérale brésilienne a lancé l’opération Lava-Jato. Cette opération a révélé, entre autres cas de différentes entreprises, les relations Odebrecht au sein du système politique, et, dans le même temps, a suscité l’indignation de la société et la pression contre ce genre de relations. Le public et la presse ont réagi avant la perception que, outre la façon injuste de faire des affaires, même le processus électoral des dirigeants du pays était influencé, sinon contrôlé par le pouvoir économique d’Odebrecht.

La tolérance à la corruption traditionnellement présente au Brésil et en Amérique latine, en général, a permis à Odebrecht d’appliquer sa façon de faire des affaires basée sur la corruption dans la région. Prenant le rapport annuel de Transparency International comme référence pour la corruption, tous les pays impliqués dans l’affaire Odebrecht apparaissent du côté très corrompu de l’indice (« CORRUPTION PERCEPTION INDEX 2016 », 2016, p. 2 et 3) (voir Pièce jointe II). Une communauté nationale dans cette analyse, dans le cas brésilien, doit être divisée en deux segments : la classe politique et la société civile. L’une des considérations motrices de la décision d’Odebrecht d’opérer dans le schéma des pots-de-vin était son hypothèse que sa relation avec la classe politique la garderait en sécurité dans le présent et l’avenir comme elle l’avait été au cours des 15 dernières années. Pour cette raison, l’attention de l’entreprise s’est tournée vers ce segment public de la communauté nationale. Les dirigeants d’Odebrecht n’ont pas réalisé que la société civile était intolérante à la corruption et qu’elle pouvait jouer le rôle d’intervenante. Et c’est ce qu’il a fait. Des publications sur les médias sociaux aux manifestations et pétitions officielles, l’opération Lava-Jato a reçu le soutien de la société civile. Comme le postule l’article de The Economist, « En Amérique latine, nous sommes à une époque où l’opinion publique joue un rôle fondamental dans la lutte contre la corruption » (« LE SCANDALE ODEBRECHT APPORTE L’ESPOIR DE RÉFORMER », 2017, p. 3).

Odebrecht a apparemment tenté d’incorporer le principe défendu par John Ladd selon lequel «il est inapproprié d’attendre des organisations qu’elles se conduisent selon la morale commune» (LADD, 1970, p. 499). Une partie influente de la société brésilienne s’est rapprochée de la position de K. Goodpaster, en critiquant la ligne de pensée de Ladd (GOODPASTER; MATTHEWS 1982, p. 3). Ce type de conflit et ses conséquences sont des éléments qu’Odebrecht n’avait pas.

La participation de la communauté internationale s’est également avérée utile pour supprimer le régime. C’est un autre aspect qu’Odebrecht semble avoir ignoré. Le coût financier de cette coopération pour Odebrecht sera de 3,5 milliards de dollars selon les autorités brésiliennes, suisses et américaines. Une autre conséquence, en plus de toutes les amendes, concerne la prudence des banques dans l’octroi de nouveaux crédits alors que la polémique se propage («PRINCIPES AND VALUES», 2015, p. 2). Comme le rapporte Reuters («LES ENTREPRISES BRÉSILIENNES PAYERONT UN RECORD DE 3,5 MILLIARDS DE PÉNALITÉS EN CAS DE CORRUPTION», 2016), la coopération internationale, en particulier de la part de pays ayant des pratiques strictes en matière de corruption, comme les États-Unis, était vitale pour élucider le cas.

2.4 QU’EST-CE QUI S’EST PASSÉ? L’ABSENCE DE NORMES ÉTHIQUES

Dans son article « Does Ethics Pays », Lynn Paine fait le cas économique de l’éthique d’entreprise sous deux aspects : positif et négatif (2000, pp. 321 e 322). Négatif étant la recherche de se conformer à la loi et d’éviter les risques financiers et l’exposition à la réputation. D’autre part, l’aspect positif vise à aller au-delà du simple respect juridique; il vise le respect des normes éthiques. Ce faisant, les entreprises génèrent un environnement positif parmi leurs employés et une solide réputation auprès de la communauté externe. Une autre considération motrice d’Odebrecht était son mépris pour l’observation du droit formel ou de l’éthique de bon sens. En analysant l’affaire Odebrecht par rapport à ces normes présentées par L. Paine, il vérifie que l’entreprise n’a pas réussi à répondre à la fois les aspects positifs et négatifs. En raison du contexte social ou de la communauté nationale, les dirigeants d’Odebrecht ne se sentent pas obligés par la loi d’agir pour éviter la punition, l’approche négative ou de s’en tenir aux principes éthiques, à l’approche positive, à la recherche d’objectifs propres et à ceux de la société, également expliqués par Wicks et Parmar (2009, p. 9). Il attire l’attention sur le fait que la détérioration morale d’une partie de la communauté est un facteur qui a libéré l’entreprise de toute obligation ou contrainte éthique minimale.

Une partie de la conséquence, comme mentionné ci-dessus, est la perte économique qui a déjà été mesurée en amendes. De plus, les pertes économiques associées ont également été massives et la réputation de l’entreprise a diminué. Néanmoins, ce ne sont pas les seules pertes. Marcelo Odebrecht, l’ancien PDG de l’entreprise, a été condamné à 19 ans de prison qu’il purge déjà. Les pertes d’emplois et la discrimination à l’encontre des anciens employés de l’entreprise (« Demitida da Odebrecht, ex-secretária diz ser discriminada na busca de emprego – Notícias – Política »,n.d. – {Licenciée d’Odebrecht, l’ex-secrétaire se dit discriminée dans sa recherche d’emploi – Actualités – Politique}) font également partie du prix payé.

Pour nommer ce qui aurait pu améliorer le processus décisionnel et conduire à un meilleur résultat, il ne suffit pas d’examiner uniquement le processus de l’entreprise. Étant donné que, comme on l’a soutenu, la communauté, ou l’un de ses segments, le politique, a contribué à créer les conditions pour le fonctionnement de la pratique de la corruption, il est important de se demander ce que la communauté pourrait faire différemment. Selon Romero, « le seul élixir pour guérir cette maladie régionale est le renforcement des institutions démocratiques dans toute l’Amérique latine » (2017, p. 4). Les institutions, comme la justice brésilienne, ne resteront fortes que si elles sont soutenues et surveillées par l’opinion publique.

Bien que le nom ait changé, Odebrecht existe toujours en tant qu’entreprise, et maintenant, pour la première fois, il est probable qu’il aura un non-Odebrecht en tant que PDG. « C’est l’occasion de s’attaquer à un problème et d’exprimer nos sincères excuses à la société dans son ensemble et de renforcer l’engagement que nous avons mis les choses au point » (RUSSEL, 2017). C’est ainsi que Flávio Faria, PDG de la division ingénierie industrielle d’Odebrecht, s’est adressé à son auditoire lors de l’édition de juin 2017 de la conférence d’ingénierie qui s’est tenue à la Nouvelle-Orléans. En plus d’épouser ce discours avec de nouvelles pratiques, Odebrecht a également le défi de remplir les engagements économiques devant les tribunaux brésiliens et d’autres pays. Odebrecht a mis en place un programme d’ombudsman, géré par un tiers, et toujours, selon Faria, « l’entreprise encourage tout le monde, de haut en bas, à être éthique dans son comportement » (RUSSEL, 2017). L’entreprise semble avoir l’intention de se tourner vers la pratique des valeurs morales. Comme nous l’avons vu et verrons ci-dessous, l’affaire est toujours en cours. Il est tôt pour évaluer les initiatives; ce que l’on peut dire, c’est que, compte tenu des réactions auxquelles l’entreprise est toujours confrontée dans différentes parties du monde, il est peu probable que sans ces initiatives, l’entreprise ait une chance de survivre.

2.5 ODEBRECHT APRÈS LE SCANDALE

Selon le magazine Forbes, au cours des cinq dernières années, l’entreprise a subi la reformulation de plusieurs processus internes, ainsi que les méthodes d’action, en mettant l’accent sur un changement rigoureux basé sur l’éthique, l’intégrité et la transparence. Avec la promesse et la philosophie d’être une entreprise axée sur l’avenir, Odebrecht a annoncé fin 2020 qu’il serait appelé Novonor, dans une tentative de restructuration qui vise à retirer le groupe de tous les scandales de corruption dans l’histoire récente de l’Amérique latine (FORBES, 2020).

Après avoir ajouté une dette de plus de 15 milliards de dollars lorsque nous traitons avec les 11 sociétés appartenant au groupe, en 2019, la société a présenté un plan de réorganisation judiciaire (similaire au chapitre 11 des États-Unis), qui a été approuvé à la mi-2020 par la Cour de justice de l’État de São Paulo. Il s’agissait de la plus importante récupération judiciaire approuvée par le Brésil. Parmi les déterminations, novonor devra vendre 4 de ses principales entreprises, celles-ci étant la pétrochimie Braskem, le producteur d’éthanol Atyos, l’opérateur de plates-formes Ocyan, et la participation à la centrale hydroélectrique de Saesa (MARINHO, 2020).

Si la réputation de l’ancien Odebrecht a été largement affectée par les scandales qui ont révélé l’implication systémique de la corruption dans l’affaire du « Lava-Jato », en 2018, l’opérateur de plates-formes Ocyan, anciennement Odebrecht Oil and Gas, a signé un contrat avec Petrobras pour truquage. Les chiffres n’ont pas été divulgués, mais le changement de nom, ainsi que les changements dans les accords de gouvernance et de clémence avec les autorités ont clairement démontré un cycle de reprise du groupe. D’autre part, l’entreprise a réduit le nombre d’employés de 1/3 par rapport au nombre d’embauches avant l’apparition du scandale de corruption (FOLHA, 2020).

La mise en œuvre des pratiques d’amélioration d’Ocyan a été achevée en 2020 après près de quatre ans de surveillance indépendante. Parmi les nouvelles politiques, il y a eu la mise en place de contrôles et de mécanismes de lutte contre la corruption qui garantissent l’éthique et la transparence dans la conduite des accords et des affaires (RUDDY, 2020).

Bien que le boom des reportages se soit produit entre 2013 et 2016, même ces dernières années, la littérature a dépeint l’étude de projets dans lesquels l’ancien Odebrecht a été impliqué dans le paiement de pots-de-vin. Par exemple, Campos et ses collaborateurs (2019) ont évalué, dans une étude de cas, que 58 projets signés par Odebrecht étaient sous-payés de pots-de-vin, dont le paiement d’employés pour structurer des offres afin de bénéficier à l’entreprise ou d’obtenir une meilleure évaluation pour la vente aux enchères du projet. Pourtant, dans cette étude, les auteurs soulignent que sur les 58 projets analysés, 30 ont été soudoyés pour réaliser des renégociations rentables; C’est-à-dire que de nombreux contrats ont augmenté le paiement à l’ancien Odebrecht sans nécessiter d’investissements supplémentaires ou d’amélioration de la qualité du service (CAMPOS, 2019).

Selon Valarini (2019), l’utilisation de pratiques illégales a été encouragée par un code de conduite permissif et par l’absence d’un système interne capable de prévenir les activités illégales de l’entreprise. En conséquence, la culture organisationnelle a été établie afin que de telles pratiques soient normalisées et naturellement acceptées (VALARINI, 2019). Avec cette culture en place, l’ancien Odebrecht a fait usage de la culture politique corrompue en Amérique latine, créant des associations avec des noms influents au pouvoir, qui ont culminé dans l’instabilité politique, sociale et économique et impliqué des pays comme le Pérou, la Bolivie, l’Argentine, l’Équateur, le Venezuela, la Colombie, le Panama, la République dominicaine, le Guatemala et le Mexique (MORALES, 2019).

En 2018, le soi-disant Odebrecht a mis en œuvre un « Code de conduite » qui consistait en un ensemble de lignes directrices pour les orientations internes et externes pour les employés de l’entreprise au niveau de l’interaction, avec un éventail extrêmement large qui tient compte de la relation avec les actionnaires, fournisseurs, clients, agents privés, entreprises partenaires et concurrents. En outre, le « Code » mis en œuvre interdisait plusieurs attitudes qui pourraient aboutir au financement ou au parrainage d’actes illégaux, tels que des pots-de-vin et des pots-de-vin, et les membres sont tenus de signer une déclaration d’acceptation et d’engagement, où ils doivent déclarer qu’ils ont pris connaissance de toutes les dispositions présentes dans le document et qu’ils sont prêts à s’y conformer (ODEBRECHT, 2018).

2.6 IMPLICATION POLITIQUE ET TENTATIVES D’INGÉRENCE POLITIQUE APRÈS LE SCANDALE

Dans son témoignage devant le ministère public, l’ancien PDG d’Odebrecht, Marcelo Odebrecht, a indiqué que les paiements illicites aux hommes politiques et dirigeants brésiliens représentaient 0,5 à 2% du chiffre d’affaires annuel de l’entreprise (MARQUES, 2019). Des pots-de-vin et des contributions à des campagnes politiques ont été versés. Les paiements, qui ont eu lieu par voie électronique, ont contribué à masquer les preuves de pots-de-vin et ont établi une relation à long terme entre ceux qui ont versé le pot-de-vin et ceux qui l’ont reçu (CAMPOS, 2019).

Les scandales impliquant l’ancien Odebrecht ont atteint des proportions internationales. Par exemple, en 2017, Jorge David Glas Espinel, un homme politique équatorien qui a été vice-président de l’Équateur jusqu’en 2017, a utilisé son statut de ministre des Secteurs stratégiques et aussi de vice-président pour bénéficier de contrats avec l’ancien Odebrecht. Après toutes ces plaintes, l’enquête internationale a poussé Glas à quitter la vice-présidence et, en décembre 2017, l’homme politique a été condamné à 6 ans de prison (DANIEL, 2019).

Au niveau national, les défis pour le développement brésilien en termes d’innovation et de croissance impliquent la capacité et l’autonomie du pays en tant qu’institution et, en revanche, l’intense politisation des entreprises publiques (OLIVEIRA, 2020). Marcelo Odebrecht, actuellement condamné à une peine d’«assignation à résidence », souffre des graves conséquences qui frappent l’entreprise construite depuis trois générations. Les preuves révèlent que la racine corrompue a commencé lorsque Norberto Odebrecht était encore aux commandes (MORALES, 2019). En 2017, avec la nomination de Luciano Guidolin au poste de directeur général, l’entreprise a apporté une série de changements, mettant en place un canal de signalement anonyme d’actes considérés comme illégaux, ainsi qu’une politique de conformité différente de celle pratiquée précédemment.

Plusieurs responsables d’Odebrecht dénoncés et reconnus coupables de corruption ont conclu un accord de plaidoyer primé aux niveaux national et international – collaborant pour enquêter sur le scandale dans des pays tels que les États-Unis, le Panama, la Suisse, le Pérou, la République dominicaine et le Brésil. En 2018, la police fédérale brésilienne a conclu que l’ancien président du Brésil, Michel Temer, avait reçu un pot-de-vin de l’ancien Odebrecht (MORALES, 2019).

Dans le même temps, Jorge Enrique Pizano et Alejandro Pizano, son fils, deux témoins centraux dans l’affaire Odebrecht en Colombie sont morts dans la même semaine. Jorge s’est théoriquement suicidé alors que son fils était empoisonné. Un cas similaire s’est produit avec Rafael Merchán, ancien secrétaire à la transparence de la Colombie, qui a ingéré du cyanure. Alan García, qui était deux fois l’ancien président du Pérou, s’est suicidé en se tirant une balle dans la tête le jour où il recevrait un mandat d’arrêt pour avoir reçu des pots-de-vin en millions de dollars par « Odebrecht Engenharia e Construção » (MORALES, 2019).

Au Brésil, le système judiciaire a des processus bureaucratiques, lents et pleins de problèmes inhérents au système. Ces caractéristiques ont contribué au développement d’un environnement fondé sur la corruption et le détournement du capital. En outre, le « sentiment d’impunité » prévaut, et cela devient clair lorsque nous observons que, de toutes les affaires de corruption étudiées au cours des dernières décennies dans le pays, seule l’opération Lava-Jato a conduit à l’arrestation de grands cadres et politiciens (DALLAGNOL, 2017).

L’actuel président, Jair Messias Bolsonaro, a affirmé fin 2020 avoir « mis fin au Lava Jato », dans une tentative d’auto-louange, suggérant qu’il n’y avait pas de corruption dans son mandat. Toutefois, en réponse à cette déclaration, plusieurs procureurs ont suggéré des moments au cours de son gouvernement où Bolsonaro aurait, en théorie, agi dans le but d’affaiblir l’opération (SHALDERS, 2020). Un exemple a été la nomination du juriste Augusto Aras au poste de procureur général. Récemment, Aras a affirmé qu’il incomberait au Pouvoir législatif d’enquêter sur les crimes de responsabilité attribués aux autorités, une attitude qui a révélé sa tentative d’éluder la mission fonctionnelle établie par la Constitution (MOLICA, 2021). En outre, Aras a publié une décision indiquant que le groupe de travail de Curitiba pour l’opération n’aura qu’un mandat d’exploitation jusqu’à la fin de janvier 2021. D’autres fois où Bolsonaro aurait tenté d’affaiblir le Lava Jato, c’était lors de la démission de l’ex-ministre de la Justice, Sérgio Moro, qui a politiquement rompu avec le président et a quitté le gouvernement l’accusant d’essayer d’interférer dans les opérations de la police fédérale, dans une tentative de protéger les alliés politiques et familiaux dans les processus d’enquête, et en faisant des changements importants sur le Conseil de contrôle des activités financières (COAF) (SHALDERS , 2020). Enfin, la nomination du juge Kassio Nunes Marques à la Cour fédérale suprême, un juge qui privilégie habituellement les droits et les garanties des défendeurs au cours des enquêtes. La présence du ministre à la Cour suprême est absolument importante pour absoudre ou réduire les peines des politiciens. Lorsque Kassio Nunes a été nommé par l’actuel président, plusieurs politiciens enquêtés dans l’opération de lavage de voiture ont été célébrés (SHALDERS, 2020). Jair Bolsonaro s’est récemment associé à plusieurs hommes politiques qui sont la cible de l’opération Lava Jato et qui sont responsables des secteurs d’État avec des budgets milliardaires (PONTES, 2020).

CONCLUSIONS

Cet essai visait à présenter et à analyser l’affaire de corruption Odebrecht. L’objectif de l’analyse était d’identifier ce qui a conduit les dirigeants d’Odebrecht à prendre les décisions qui ont fait passer l’entreprise d’une organisation très appréciée à une position d’exposition internationale. En outre, la société a également été soumis à payer le billet le plus élevé lié à la corruption dans l’histoire. Différentes approches auraient pu être adoptées dans cette analyse. En l’espèce, les décisions de la compagnie ont été examinées en fonction du concept de Wicks et Parmar, qui tient compte de l’incidence et de l’influence des différentes collectivités. De plus, les aspects négatifs et positifs du cas d’éthique d’entreprise présenté par Paine ont également été analysés. Ces approches ont été utilisées car elles offrent des cadres qui guident à travers la partition du cas dans différents éléments, communautés et relient ces éléments sous deux types de motivation, les aspects positifs et négatifs. Le résultat actuel de l’affaire Odebrecht offre des caractéristiques pour faire valoir un autre argument de Lynn Paine selon lequel l’économie est une justification de l’acceptation de l’éthique plutôt que des principes éthiques eux-mêmes. Quelle que soit la motivation d’Odebrecht à agir comme elle l’a fait, l’entreprise est maintenant forcée par les communautés nationales et internationales d’accepter des normes morales plus élevées pour faire ses affaires, comme elle l’a fait dans le but de préserver la réputation de l’entreprise. Toutefois, il convient de mentionner que les enquêtes sur l’opération de lavage de voitures sont toujours en cours et que plusieurs tentatives d’ingérence politique ont été menées récemment au Brésil.

RÉFÉRENCES

CAMPOS, N., ENGEL, E., FISHER, R. D., GALETOVIC, A. Renegotiations and corruption in infrastructure: The Odebrecht case. Access on January 24, 2021. Available at <https://ssrn.com/abstract=3447631>.

Corruption Perception Index, 2016. In: Transparency International – the global coalition against corruption. Access on January 24, 2021. Available at <https://www.transparency.org/en/news/corruption-perceptions-index-2016#>.

DALLAGNOL, D. A luta contra a corrupção: A Lava Jato e o futuro de um país marcado pela impunidade. Primeira Pessoa, Rio de Janeiro, 2017.

DANIEL, L. G. C. Medios y Corrupción. Análisis del discurso de las noticias publicadas en los diarios El Telégrafo y El Comercio sobre el caso Jorge Glas – Odebrecht emitidas entre agosto y diciembre de 2017. (Trabajo de Titulación para obtención del título de Comunicador Social con énfasis en Comunicación Organizacional), 104 f. Quito, Ecuador, 2019.

FOLHA, 2019. Em retomada, empresa da Odebrecht aluga 1ª sonda à Petrobrás após Lava Jato. Access on January 24, 2021. Available at <https://www1.folha.uol.com.br/mercado/2019/07/em-retomada-empresa-da-odebrecht-afreta-1a-sonda-a-petrobras-apos-lava-jato.shtml>.

FORBES, 2020. Odebrecht muda nome para Novonor. Access on January 23, 2021. Available at <https://forbes.com.br/negocios/2020/12/odebrecht-muda-nome-para-novonor/>.

GARCIA, D. Demitida da Odebrecht, ex-secretária diz ser discriminada na busca de emprego. In: Notícias UOL Política. Access on January 23, 2021. Available at <https://noticias.uol.com.br/politica/ultimas-noticias/2017/04/25/demitida-da-odebrecht-ex-secretaria-diz-ser-discriminada-na-busca-de-emprego.htm>.

GOODPASTER, K. E., Jr MATTHEWS, J. B. M. Can a corporation have a conscience? Harvard Business Review, 1982. Access on September 06, 2017. Disponível em <https://hbr.org/1982/01/can-a-corporation-have-a-conscience>.

LADD, J. Morality and the ideal of rationality in formal organizations. The Monist, v. 54 (4) p. 488-516.

MARINHO, F. Odebrecht consegue a maior recuperação judicial da história do Brasil. In: Economia, Negócios e Política, CPG – Click Petróleo e Gás, 2020. Access on January 23, 2021. Available at <https://clickpetroleoegas.com.br/odebrecht-consegue-a-maior-recuperacao-judicial-da-historia-do-brasil/>.

MARQUES, B. From the Panama papers to Odebrecht: illicit financial flows from Brazil. Business and Public Administration Studies, v. 12, n. 1, p. 22-31, 2019.

MOLICA, F. Senadores querem que Aras seja punido por Conselho Superior do MPF. In: CNN Brasil Política, 2021. Access on January 24, 2021. Available at <https://www.cnnbrasil.com.br/politica/2021/01/22/senadores-querem-que-aras-seja-punido-por-conselho-superior-do-mpf>.

MORALES, S., MORALES, O. From bribes to international corruption: the Odebrecht case. Emerald Emerging Markets Case Studies, v. 9, n. 3, p. 1-13, 2019.

ODEBRECHT, 2018. Codigo de conducta. Access on January 24, 2021. Available at <https://www.oec-eng.com/es/home#book5/1>.

OLIVEIRA, R. L. Corruption, and local content development: assessing the impact of the Petrobras’ scandal on recent policy changes in Brazil. The Extractive Industries and Society, v. 7, p. 274-282, 2020.

PAINE, L. S. Does ethics pay? Business Ethics Quarterly, v. 10 (1), p. 319-330.

PERSPECTIVES ON FOUNDER AND FAMILY-OWNED BUSINESSES. In: McKinsey&Company. Access on September 06, 2017. Available at <https://www.aidaf.it/wp-content/uploads/2014/09/Perspectives_on_founder_and_family-owned_businesses.pdf>.

PONTES, J. Bolsonaro até queria acabar com a Lava-Jato, mas não pode. In: Veja Política, 2020. Access on January 24, 2021. Available at <https://veja.abril.com.br/blog/jorge-pontes/bolsonaro-ate-queria-acabar-com-a-lava-jato-mas-nao-pode/>.

PRINCIPLES AND VALUES. The Economist, 2015. Access on September 06, 2017. Available at <https://www.economist.com/business/2015/08/20/principles-and-values>.

ROMERO, G. A Brazilian virus called Odebrecht. Brazil, N_A.

ROSENBERG, M. RAYMOND, N. Brazilian firms to pay record $3.5 billion penalty in corruption case. In: Reuters. Access on January 24, 2021. Available at <https://www.reuters.com/article/us-brazil-corruption-usa/odebrecht-braskem-plead-guilty-in-u-s-after-brazil-bribe-probe-idUSKBN14A1QE>.

RUDDY, G. Ocyan conclui melhorias na conformidade após monitoramento externo. In: Valor Econômico, empresas, 2020. Access on January 24, 2021. Available at <https://valor.globo.com/empresas/noticia/2020/11/19/ocyan-conclui-melhorias-na-conformidade-apos-monitoramento-externo.ghtml>.

RUSSEL, P. R. Odebrecht tries to “turn the page” after bribery scandal, 2017.

SHALDERS, A. ‘Acabei com a Lava-Jato’: as medidas de Bolsonaro que já enfraqueceram a operação. In BBC News Brasil, 2020. Access on January 24, 2021. Available at <https://www.bbc.com/portuguese/brasil-54472964>.

THE ODEBRECHT SCANDAL BRINGS HOPE OF REFORM. The Economist, 2017. Access on September 6, 2017. Available at <https://www.economist.com/the-americas/2017/02/02/the-odebrecht-scandal-brings-hope-of-reform>.

VALARINI, E. POHLMANN, M. Organizational crime and corruption in Brazil a case study of “Operation Carwash” court records. International Journal of Law, Crime and Justice, v. 59, 100340, 2019.

WICKS, A., PARMAR, B. L. Moral Theory and Frameworks. Rochester, NY, 2009. In: Social Science Research Network. Access on September 6, 2017. Available at <https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1417202>.

ANNEXES

Données sur certaines des conséquences de l’opération Lava-Jato dans d’autres pays d’Amérique latine.

Pays Pots-de-vin versés (en millions de dollars AMÉRICAINS) Amendes Chargé Détenu
Argentine 35 0 0 (1 fait l’objet d’une enquête 0
Colombie 11 0 2 2
République dominicaine 92 184 0 0
Panama 59 59 17 0
Pérou 29 262 4 4

Source: article Un virus brésilien appelé Odebrecht. février 2017

Extrait de l’Indice de perception de la corruption 2016

Source: Transparency International

[1] Master en systèmes de gestion et doctorant en formation professionnelle.

[2] Candidate à la maîtrise en technologies de l’information, post-diplôme Lato Sensu en expertise judiciaire et pratiques actuarielles avec enseignement dans l’enseignement supérieur, post-diplôme Lato Sensu en contrôle de gestion et finance et un baccalauréat ès sciences en comptabilité.

Envoyé: Janvier 2021.

Approuvé: Février 2021.

Rate this post

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here