Extraction de l’amiante: une approche des risques technologiques environnementaux et de la santé au travail

0
22
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

NUNES, Antônio José Ribeiro [1]

NUNES, Antônio José Ribeiro. Extraction de l’amiante: une approche des risques technologiques environnementaux et de la santé au travail. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 06, Vol. 04, p. 53 à 63. Juin 2021. ISSN : 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/ingenierie-de-lenvironnement-fr/technologiques-environnementaux

RÉSUMÉ

Le Brésil est l’un des plus grands producteurs mondiaux d’amiante ou d’amiante, ce qui constitue un minéral dont le fibrillum naturel a une sédosité et des propriétés physiques et chimiques d’une grande valeur pour l’industrie automobile et de la construction, en raison de sa résistance mécanique et de sa capacité à résister à des températures élevées. L’amiante présente un risque élevé pour la santé humaine, avec des effets dévastateurs. L’exploitation minière dans l’État de São Paulo et à Rio de Janeiro a été interdite, compte tenu des problèmes des travailleurs touchés par l’asbestose, mais étant donné son utilisation à grande échelle dans l’industrie nationale, la plupart des régions brésiliennes poursuivent leurs activités minières. Le but de cet article est de démontrer les risques technologiques et environnementaux dans les activités productives contemporaines de l’extraction de l’amiante. Il est destiné à démontrer les risques imminents des opérations, les effets sur le corps humain chez les travailleurs ayant une exposition prolongée; maladies professionnelles résultant d’une exposition continue au minéral. Les résultats montrent que l’utilisation à grande échelle dans les grands secteurs de production détermine leur utilisation en appliquant des mesures restrictives et des limites d’exposition des travailleurs. Malgré cela, cette question reste controversée, étant donné que São Paulo et Rio de Janeiro ont aboli l’utilisation de l’amiante face aux effets négatifs sur la santé des travailleurs. La Confédération nationale des travailleurs de l’industrie – CNTI a cherché des alternatives compte tenu de l’importance de l’amiante dans l’économie nationale dont les tendances sont l’extraction contrôlée et l’inspection avec des méthodes d’essai de pollution de l’environnement et l’utilisation obligatoire d’EPIs.

Mots-clés : Mines, Amiante, Asbestose, Risques technologiques environnementaux, Santé au travail.

1. INTRODUCTION

L’utilisation du chargement à l’écaille d’amiante dans l’industrie brésilienne a généré de nombreuses controverses et la tentative de masquer les problèmes environnementaux et professionnels liés à l’extraction du minéral qui présente « différentes fibres d’amiante, à la fois du groupe des amphebólios (amosite, crocidolite, anthofilite, actinolite et trémolite) et des serpentines (chrysotile) » (WUNSCH FILHO; NEIGE; MONCAU, 2001, p. 1).

Actuellement, il y a des efforts pour adapter et étendre les systèmes de surveillance et d’information en santé au travail et en environnement des États brésiliens pour la protection des travailleurs travaillant avec l’extraction de l’amiante. La surveillance est complexe en ce qu’une telle action est souvent menée clandestinement. Bien que les États de São Paulo et de Rio de Janeiro aient déterminé la fin de l’exploitation de l’amiante, de nombreuses municipalités brésiliennes continuent de maintenir l’exploitation du minéral et les résultats pour la santé des travailleurs sont visiblement des maladies et des incapacités physiques, des décès dus à des néoplasmes pulmonaires dus à la silicose et à d’autres maladies (BARCELLOS; QUITÉRIO, 2006).

Le problème de la recherche pointe vers l’analyse suivante: Comment faire l’action de la surveillance de l’environnement dans le domaine des politiques de santé publique dans les demandes liées au travail des mineurs d’amiante?

Les hypothèses de l’étude indiquent que les alternatives les plus efficaces pourraient être l’augmentation régulière de la surveillance dans les régions minières, un meilleur accès aux soins de santé au travail, l’expansion des procédures d’examen pour l’achèvement des diagnostics et la réglementation de l’activité afin de déterminer des mesures qui éliminent les riches grâce à l’utilisation d’équipements de protection individuelle – EPIs (CONFEDERAÇÃO NACIONAL DOS TRABALHADORES NAS INDÚSTRIAS – CNTI, 2013).

Le but de cet article est de démontrer les risques technologiques et environnementaux qui surviennent dans les activités productives contemporaines de l’extraction de l’amiante. Il est destiné à démontrer les risques imminents des opérations, les effets sur le corps humain sur les travailleurs qui ont été exposés de longue durée; maladies professionnelles résultant d’une exposition continue au minéral.

Le choix du thème en raison du souci de sécurité et de santé au travail est justifié, étant donné que le diagnostic des maladies causées par le minéral est complexe, en plus d’avoir de rares notifications de maladies professionnelles dans ce domaine de production.

La pertinence de l’étude est de démontrer l’importance de la sécurité et de la santé au travail pour l’efficacité des processus de normalisation des structures d’intervention dans l’environnement de travail des mineurs, compte tenu des intérêts économiques sur le marché en raison de la valeur de l’amiante et de sa vaste utilisation dans l’industrie.

Dans l’activité professionnelle, il existe une grande diversité de risques professionnels qui exigent de la part de la santé publique et des entreprises des responsabilités différentes dans le domaine de la sécurité et de la santé au travail et de l’hygiène du travail en tant que sciences qui agissent directement dans la recherche et dans l’orientation des situations à risque face aux défis posés par le système de production.

2. DÉVELOPPEMENT

2.1 L’EXTRACTION DE L’AMIANTE : UNE APPROCHE DES RISQUES TECHNOLOGIQUES ENVIRONNEMENTAUX ET DE LA SANTÉ AU TRAVAIL

À partir de l’extraction de l’amiante et des risques technologiques environnementaux, la société connaît actuellement une vulnérabilité constante exprimée par l’aggravation des accidents et des maladies de nature professionnelle que même les directives de sécurité ne sont parfois pas suffisantes au vu des problèmes technologiques environnementaux générés par la production.

Dans le cadre de cette approche de la vulnérabilité, les lignes directrices sur la sécurité et la santé au travail ont cherché à présenter des propositions intégratives dans le but de supplanter les procédures fragmentaires, basées sur des fondements théoriques et méthodologiques dans les techniques d’analyse des risques dans une approche interdisciplinaire et systémique, qui ne présentent des résultats efficaces que par la pleine participation des travailleurs aux activités de contrôle des risques technologiques environnementaux (CONFEDERAÇÃO NACIONAL DOS TRABALHADORES NAS INDÚSTRIAS – CNTI, 2013).

Dans ce contexte de sécurité et de santé au travail, la définition des risques technologiques environnementaux liés aux effets chimiques-radioactifs qui produisent de grands risques dans les activités productives est établie, en mettant l’accent sur l’analyse complète des « dangers de la technologie et de ses dimensions techniques, cognitives, sociales, culturelles et philosophiques » (PORTO; FREITAS, 1997, p. 60).

La responsabilité des agences de protection de la santé des travailleurs d’apporter le soutien voulu à la politique nationale de sécurité et de santé au travail qui est effectivement remplie, du point de vue des risques technologiques environnementaux qui causent des maladies professionnelles dans tous les systèmes de production dans le but de déterminer une interface entre la sécurité/ hygiène/ santé et la dimension environnementale au travail par le biais de procédures normalisées (MARANO, 2007).

Dans l’extraction de l’amiante, les études épidémiologiques démontrent que le grand risque potentiel est la maladie pleurale obtenue par l’exposition, dont la prévalence élevée atteint 30% des populations minières dans des coupes d’étude allant jusqu’à 10 ans qui ont démontré la prévalence de maladies telles que « le cancer du larynx et certaines tumeurs gastro-intestinales étaient également liés à l’amiante dans certaines études » (WUNSCH FILHO; NEIGE; MONCAU, 2001, p. 1).

De ce point de vue, les activités de travail sont étudiées et analysées sous cinq domaines avec des approches technologiques environnementales.

L’amiante est un minéral que l’on trouve facilement dans la nature et qui, par ses caractéristiques particulières telles que la flexibilité et la résistance à la traction aux propriétés chimiques, thermiques et électriques, est utilisé commercialement dans divers produits, tels que le ciment dont les propriétés font de l’amiante un minéral utilisé comme matière première pour la constitution d’autres éléments, à partir de ceux liés aux composants de la construction civile , comme le ciment, les carreaux, les boîtes à eau, ainsi que dans les industries automobiles comme les toiles, les freins et les revêtements de disques d’embrayage.

Selon Martines et Grando (2008, p. 01) en raison des propriétés de l’amiante et parmi elles principalement de sa résistance, ce minéral est utilisé au Brésil et dans le monde dans la fabrication de différents produits commerciaux. L’auteur mentionne également qu’environ 85% sont utilisés statiquement par les industries de l’amiante-ciment ou du fibro-ciment, 10% dans l’industrialisation des pièces automobiles, 3% dans les produits textiles et 2% dans la fabrication de produits chimiques / plastiques.

Cependant, malgré ces avantages chimiques et physiques, l’amiante est formé d’éléments dont il peut être prouvé qu’ils produisent des problèmes de santé, tels que les maladies pulmonaires et le cancer.

Pour Medina (2008, p. 02), certaines études ont déjà prouvé que l’amiante est un minéral, dont les éléments chimiques qui le composent ont un potentiel cancérogène. Ces éléments de potentiel cancérogène peuvent être détectés à tout moment de la production, de la transformation ou même de l’utilisation du minéral.

L’auteur mentionne également que selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le chrysotile, un élément associé à l’amiante, peut être un facteur déclencheur de nombreuses pathologies pulmonaires, y compris l’asbestose, le cancer du poumon et le mésothéliome pleural et le péritone. En outre, la recherche révèle qu’il n’existe pas de limite d’exposition sûre au risque cancérogène fourni par ce composant chimique.

En ce qui concerne l’asbestose, selon Martines et Grando (2008, p. 02), on considère que :

est une maladie pulmonaire liée à l’inhalation prolongée de poussières contenant une concentration élevée de fibres d’amiante. Les fibres se logent dans les alvéolos pulmonaires, et pour se défendre, le corps dépose sur elles une protéine semblable à un « ciment » qui guérit l’alvéolo, l’empêchant d’être rempli d’air. Ce processus, se répétant au fil des ans, peut rendre le poumon fibreux et sans élasticité, avec des difficultés respiratoires.

En ce qui concerne les autres pathologies causées par le contact avec l’amiante, nous avons que dans les cas d’apparition d’un cancer du poumon, les mêmes sont plus fréquents lorsqu’il existe une association entre le tabagisme et le cancérogène. De plus, selon Martines et Grando (2008, p. 02), on considère qu’entre le début de l’exposition aux éléments de l’amiante et le début du tableau clinique du cancer du poumon, il y a une période d’environ 20 ans.

2.2 GESTION DES RISQUES DANS LES MILIEUX MINIERS

La gestion des risques est une action systématique dans les organisations qui développent de nouveaux modèles d’analyse des risques cherchant à identifier, dans la complexité des événements technologiques environnementaux au travail, les facteurs qui les déclenchent simultanément, les conditions de risque préexistantes potentielles au travail (SOUZA; FONTES, 2008).

Veloso Neto (2013) est un passionné de l’application du système de gestion de la sécurité chez les mineurs d’amiante. La gestion des risques intègre la nécessité d’inspections périodiques des lieux de travail visant à évaluer l’utilisation des IPE par les travailleurs, ainsi que le temps d’exposition basé sur un temps de service réduit.

Dans ce contexte, il appartient à la société minière d’engager un spécialiste pour gérer le bon enlèvement de l’amiante afin que les règles de sécurité soient respectées conformément au NR – 15 (Annexe 12) qui réglemente l’utilisation sous forme de fabrication du produit, étant interdit l’utilisation de certains types d’amiante.

Normalisation technique, NBR 5643 (MB1090) réglemente la fabrication des carreaux d’amiante, NBR13956-1 qui régule le processus d’exposition du travailleur aux environnements où il existe des risques de silice en déterminant les directives d’analyse au moyen d’essais de niveau de silice dans l’environnement minier.

Les autres normes techniques du tableau ci-dessous se réfèrent aux analyses environnementales relatives aux méthodes d’essai pour la pollution de l’environnement et la concentration des produits chimiques:

Tableau 1 : Normes techniques environnementales pouvant relever de l’utilisation de l’amiante par les sociétés minières.

Source : Veloso Neto (2013)

Tavares (2004) analyse que les processus de production potentiellement dangereux, tels que les actions effectuées par les travailleurs dans des environnements miniers d’amiante, dans des atmosphères potentiellement dangereuses dues à la silice favorisent les probabilités réelles de risques face aux forces de production qui mettent les êtres humains en danger.

Tableau 2 : Gestion des risques

Source : Marano (2007)

Comme en témoigne l’application des lignes directrices des normes réglementaires favorise les consignes au travail en matière de sécurité et de santé, ainsi que les mesures de prévention dans les différents environnements de travail et les activités productives impliquant la manipulation de l’amiante.

Les événements dangereux découlant de l’exposition à l’amiante peuvent amener le travailleur à réagir négativement. La gravité de l’événement est considérée comme une conséquence de l’année générée qui peut blessures, traumatismes, décès, capacité de travail réduite, etc.

La gestion des risques dans l’extraction de l’amiante implique la définition du risque qui implique deux éléments importants: la probabilité d’un événement à risque et la conséquence dangereuse de cet événement caractérisé par la prévalence des maladies professionnelles à moyen et long terme.

En ce qui concerne ce contexte juridique et opérationnel de l’utilisation de l’amiante, c’est en accord avec Martines et Brando (2008, p. 03) qu’il y a le critère 15 de santé environnementale lancé par l’Organisation mondiale de la santé. A travers ce critère, il est orienté qu’en ce qui concerne les fibres biopersistentes d’amiante doivent subir un processus de contrôle rigide et permanent afin de minimiser les effets toxiques et cancérigènes.

Dans le cas d’événements à risque, ceux-ci sont dérivés d’activités produites mettant en danger la santé et l’intégrité physique du travailleur. Ces événements découlent du degré élevé de risques liés à l’extraction minière de l’amiante, associés à des situations de désinformation et de manque de supervision.

Malgré tous les dommages causés par l’utilisation de l’amiante par les industries, il n’existe toujours pas de lois spécifiques interdisant l’extraction, à l’exception de certains États brésiliens tels que São Paulo et Rio de Janeiro, dans d’autres situations d’utilisation, la plupart des États établissent des critères pour contrôler l’exploitation de l’amiante, déterminant l’utilisation des EPIs.

On sait que plusieurs pathologies sont causées par les éléments qui forment l’amiante et que ces pathologies affectent non seulement les travailleurs miniers, mais aussi ceux qui travaillent dans les industries et les usines, mais aussi l’ensemble de la population qui réside à proximité de l’environnement de production.

On considère donc que la lutte pour l’utilisation de l’assurance contre l’amiante par les industries devrait être l’ahurissante de tous, travailleurs et société, qui ont le droit de vivre dans un environnement sain et de risquer de nuire.

3. CONSIDÉRATIONS FINALES

L’étude a montré les difficultés liées à l’interdiction de l’utilisation de l’amiante dans l’industrie brésilienne. Son utilisation à grande échelle dans les grands secteurs de production détermine son utilisation en appliquant des mesures restrictives et des limites d’exposition des travailleurs. Malgré cela, cette question reste controversée, étant donné que São Paulo et Rio de Janeiro ont aboli l’utilisation de l’amiante face aux effets négatifs sur la santé des travailleurs.

La Confédération nationale des travailleurs de l’industrie – CNTI a cherché des alternatives compte tenu de l’importance de l’amiante dans l’économie nationale dont les tendances sont l’extraction et l’inspection contrôlées par des méthodes d’essai de pollution environnementale et l’utilisation obligatoire d’IPE.

Actuellement, la prévention des risques technologiques environnementaux incite la société à rechercher des alternatives pour éviter la vulnérabilité des travailleurs pendant le processus de production, de la gestion des risques qui peut réduire autant que possible le potentiel nocif des risques d’extraction et d’amiante.

Le maintien des activités d’extraction sans les précautions appropriées des normes techniques place le travailleur dans une grande vulnérabilité aux maladies professionnelles que, en ce qui concerne le nombre de cas pathologiques qui ont victimisé les travailleurs, bien qu’il n’existe actuellement pas de données précises, les recherches se référant à ceux de 1980 et 2001 démontrent les résultats épidémiologiques sur les maladies professionnelles et leurs risques graves.

La Constitution brésilienne a établi le plein droit des travailleurs de vivre dans un environnement de travail sain et exempt de risques pour la santé, sans projection d’aucun type de problèmes technologiques environnementaux générés par la production.

Dans le cadre de cette approche de la vulnérabilité, la nécessité d’une gestion des risques, d’inspections périodiques et de la création d’une équipe de professionnels pour informer adéquatement les travailleurs des risques a été démontrée.

RÉFÉRENCES

BARCELOS, Christovam; QUITÉRIO, Luiz Antônio Dias. Vigilância ambiental em saúde e sua implantação no Sistema único de Saúde. Revista de Saúde Pública, v. São Paulo, n. 01, ed. 40, jun./fev. 2006.

CONFEDERAÇÃO Nacional dos Trabalhadores nas Indústrias – CNTI. Acordo nacional para extração, beneficiamento e utilização segura e responsável do amianto crisotila 2013 a 2015. Disponível em: <http://www.sinticomex.org.br/ckfinder/userfiles/files/ACT%20CNTA%202015.pdf>. Acesso em: 5 mar. 2021.

MARANO, Vicente Pedro. Doenças ocupacionais. 2. ed. São Paulo: LTr, 2007.

MARTINES, Marco Utrera; BRANDO, Daniela. Amianto: proibição, uso controlado ou imobilização? 2008. Disponível em: <http://ambientes.ambientebrasil.com.br/residuos/artigos/amianto%3A_proibicao,_uso_controlado_ou_imobilizacao%3F.html> Acesso em: 6 mar. 2021.

MEDINA, Damares. O Amianto e as Restrições ao seu uso na Jurisprudência do Supremo Tribunal Federal. Revista Prática Jurídica, São Paulo, v. VII, n. 72, mar. de 2008.

SOUZA, Luis Cláudio Paiva de; FONTES, Carlos Eduardo Mazzuco. Qualidade de vida no trabalho: saúde emocional e gestão estratégica. São Paulo: EDICON, 2008.

TAVARES, José da Cunha. Noções de prevenção e controle de perdas em segurança do trabalho. São Paulo: SENAC, 2004.

VELOSO NETO, Hernani. Construção social do risco e da segurança do trabalho em contexto organizacional. Rio de Janeiro: Civeri Publishing, 2013.

WUNSCH FILHO; V. NEVES, H.; MONCAU, J. E. Amianto no Brasil: conflitos científicos e econômicos. Revista Associação Médica Brasileira, São Paulo, v. 47, n. 3, jul./set. 2001.

[1] Études post-graduées – Vérification, gestion et expertise environnementale / Ingénierie de la sécurité au travail; Diplômé – Génie minier.

Soumis : avril 2021.

Approuvé : juin 2021.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here