Potentiel de production d’électricité à partir de systèmes d’énergie héliothermique dans l’État du Minas Gerais

0
11
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTIGO ORIGINAL

ASSIS, Matheus Miranda de [1], CUNHA, Marcelo José Pereira da [2]

ASSIS, Matheus Miranda de. CUNHA, Marcelo José Pereira da. Potentiel de production d’électricité à partir de systèmes d’énergie héliothermique dans l’État du Minas Gerais. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 06, Vol. 01, p. 19 à 43. juin 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/ingenierie-de-lenvironnement-fr/potentiel-de-production ‎

RÉSUMÉ

Compte tenu de la consommation croissante d’électricité actuellement connue par la société, la diversification de la matrice énergétique à l’aide de sources renouvelables augmente. Dans ce scénario, cet article analyse et évalue, à l’aide de l’analyse spatiale dans le système d’information géographique (SIG) à l’aide d’applications Quantum Gis et d’ArcGis, les endroits les plus susceptibles d’installer des plantes héliothermales dans l’État du Minas Gerais. Un examen bibliographique des modèles de système héliothermal a été effectué, indiquant que le modèle de la tour centrale est le plus avantageux et le plus efficace par rapport aux autres. Le croisement des données normales d’irradiation directe fournies par Solar and Wind Energy Resource Assessment (SWERA), base cartographique de l’État du Minas Gerais, l’hydrographie et les lignes de transmission d’électricité, modèle d’élévation numérique élaboré à partir des données de la Shuttle Radar Topograpy Mission (SRTM) fournie par United States Geological Survey (USGS) et, enfin, la quantitative et la spatialisation des industries installées par la municipalité a indiqué deux régions dans Uberlândia/MG, comme des endroits plus susceptibles d’installer une usine héliothermale dans l’État.

Mots clés: Énergie thermosolar, système d’information géographique, analyse spatiale.

1. INTRODUCTION

Le développement économique de la planète a provoqué une augmentation croissante de la consommation d’énergie. Comme les frais de réchauffement climatique augmentent, il est de plus en plus nécessaire de fournir cette demande avec des sources d’énergie renouvelables, telles que l’énergie éolienne, solaire et la biomasse (CAMAROS; OLIVEIRA; SHAYANI, 2016).

Selon International Renewable Energy Agency (IRENA, 2017), en 2016, l’énergie solaire dans le monde a augmenté de 70 873 MWe par rapport à 2015, ce qui représente 13,9 % de toute l’énergie produite dans le monde parmi d’autres sources renouvelables.

L’Allemagne, actuellement la plus grande économie d’Europe, est l’un des pays qui investissent le plus dans la matrice de l’énergie solaire, et sa région la plus ensoleillée a un indice de rayonnement 40% inférieur à la région la moins ensoleillée du Brésil (CEPEL, (Centre de recherche sur l’énergie électrique) [entre 2013 et 2016]; CABRAL; SENNA; TORRES, 2013).

Selon l’Agence nationale de l’énergie électrique (ANEEL, 2017), la matrice électrique brésilienne est divisée en : hydroélectricité (68,1%), biomasse (8,2%), éolienne (5,4%), solaire (0,01%), gaz naturel (9,1%), produits pétroliers (3,7%), nucléaire (2,6%) et le charbon et les dérivés (2,9 %). Selon Portal Brasil (2017), l’énergie solaire a augmenté de 8,4% entre novembre 2015 et 2016, ce qui démontre la progression constante de la source solaire, même avec la crise économique vécue par le scénario actuel.

Parce qu’il est situé dans une région vicinale à la ligne équatoriale, le Brésil présente de faibles variations dans les taux d’incidence solaire tout au long de l’année, ce qui rend son territoire très enclin à l’installation de systèmes qui tirent parti de l’irradiation solaire comme source d’énergie (SILVA; SOUZA, 2016).

À l’heure actuelle, plusieurs gouvernements et organisations non gouvernementales ont encouragé le développement et l’utilisation de technologies qui favorisent une plus grande utilisation de l’énergie de l’irradiation solaire. Parmi les technologies les plus connues figure l’énergie solaire photovoltaïque, et son exploitation est basée sur la conversion de l’irradiation solaire en électricité par le biais de matériaux semi-conducteurs (KEMERICH, 2016).

Une autre technologie prometteuse est l’énergie héliothermale, également appelée Concentrated Solar Power (CSP). Assez similaire à la thermoélectrique conventionnelle, ce modèle est basé sur l’utilisation de miroirs stratégiquement positionnés sur le sol qui reçoivent et concentrent le rayonnement solaire à un récepteur central. Dans ce récepteur circule un fluide (air, eau, sels ou huile) qui, lorsqu’il est chauffé par rayonnement atteint des températures élevées, favorisant une augmentation de la pression dans le système, générant par conséquent de l’énergie mécanique qui sera ensuite convertie en énergie électrique (LODI, 2011).

Les travaux actuels visent à identifier les régions de l’État du Minas Gerais les plus sujettes à l’installation de systèmes héliothermaux sur la base de données d’irradiation directe normale, de pente du terrain, de disponibilité de l’eau, de proximité des lignes de transmission et des zones de conservation de la nature.

2. CADRE THÉORIQUE

Le fonctionnement des systèmes héliothermaux suit la prémisse de base de la réflexion et de la concentration des rayons solaires dans les récepteurs centraux, qui ont une surface plus petite, afin d’obtenir la température la plus élevée possible pour le plein fonctionnement du système. Actuellement, quatre modèles de systèmes héliothermiques sont utilisés, qui seront discutés ci-dessous.

2.1 CYLINDRICAL PARABOLIQUE OU PARABOLIQUE LINÉAIRE

Considérée comme la technologie la plus mature parmi celles actuellement utilisées, elle est essentiellement formée par un ensemble de miroirs incurvés interconnectés en format parabolique jusqu’à 100 mètres de long, reliés à un système de suivi du rayonnement solaire à un seul axe; canaux de plusieurs colonnes parallèles du Nord au Sud. Ses réflecteurs ont un diamètre de 5 à 6 mètres. Généralement, son récepteur thermique central se compose d’un tube en verre à vide (pour réduire les pertes de chaleur) avec un tube en acier inoxydable à l’intérieur, appliqué avec un revêtement noir à travers lequel il traverse un fluide, comme les huiles synthétiques, qui peut atteindre des températures allant jusqu’à 390 °C. Le revêtement appliqué au tube présente un niveau élevé d’absorption du coefficient de rayonnement et de réflectivité d’environ 5 % (SILVA, 2013; PHILIBERT et al. 2010).

L’huile circule en circuit fermé et est envoyée à un échangeur où son énergie thermique est utilisée pour chauffer l’eau et produire de la vapeur à haute pression. Ensuite, la vapeur produite alimente une turbine connectée à un générateur produisant de l’électricité. Enfin, la vapeur est acheminée vers des condensateurs qui réduisent sa température et la renvoient au processus en boucle fermée (SILVA, 2013).

Selon Bianchini (2013), les centrales de ce modèle de plus grande capacité actuellement en service peuvent produire jusqu’à 100 MW d’électricité, comme l’usine Shams 1 en exploitation depuis 2013 aux Émirats arabes unis.

2.2 DISQUE PARABOLIQUE

Utilisant des miroirs en forme de disques paraboliques – aussi appelés plats paraboliques – ce système reflète le rayonnement direct reçu à un récepteur central, situé à son point focal. Le rayonnement direct chauffe le récepteur central à travers lequel circule un fluide de travail, qui conduira un moteur à cycle Stirling[3]; seulement alors déclencher un générateur (BIANCHINI, 2013).

Selon Kalogirou (2009), le système parabolique peut atteindre des températures supérieures à 1 500 °C, atteignant les températures les plus élevées parmi tous les systèmes et peut être installé sous forme de systèmes unitaires ou à grande échelle, étant indiqué pour des régions plus isolées.

2.3 FRESNEL

Le système Compact Linear Fresnel Reflector (CLFR), également connu sous le nom de Fresnel, comporte des miroirs étroits et longs avec une surface plate ou légèrement incurvée, disposés d’une manière alignée et segmentée, affichant des caractéristiques proches du système cylindrique parabolique. Ce système présente ses récepteurs de rayonnement juste au-dessus des miroirs. Le modèle peut fonctionner à des températures allant jusqu’à 200°C (LODI, 2011; PENAFIEL, 2011).

L’un des avantages de ce modèle est le faible coût de son installation et de son exploitation, puisque ses miroirs réflecteurs ont un design simple, facilitant sa fabrication. La production de vapeur se produit dans les récepteurs eux-mêmes, éliminant le besoin de fluides de transfert et d’échangeurs de chaleur (PHILIBERT et al, 2010; SILVA, 2013).

2.4 TOUR CENTRALE

Aussi connu sous le nom de Central Receiver System (CRS), il se compose d’un ensemble de miroirs plats distribués généralement sous la forme de champ solaire circulaire, contrôlé électroniquement pour suivre le soleil. Les miroirs se déplacent sur deux axes indépendamment, reflétant autant de rayonnement que possible à un récepteur thermique, situé au sommet d’une tour centrale (LODI, 2011).

Selon Lodi (2011), en absorbant la chaleur à des températures de 800°C à 1000°C, le récepteur la transfère à un fluide circulant (vapeur, air ou sels fondus). Le fluide chauffé est conduit à un bloc électrique, où la vapeur surchauffée est produite par l’alimentation d’une turbine et la production d’électricité (BIANCHINI, 2013).

Les températures élevées que ce système est en mesure d’atteindre permet l’utilisation de turbines à haute puissance, qui pour Bianchini (2013), lui fournit « une plus grande efficacité de conversion de l’énergie mécanique dans la turbine à vapeur à l’énergie électrique dans le générateur ».

3. MÉTHODOLOGIE

Cette étude a été développée à partir d’articles scientifiques, de publications, de livres et de données historiques et géospatiales provenant d’institutions nationales et internationales.

Les systèmes d’information géographique (SIG) sont un outil puissant pour l’accès, la classification, la mesure, la superposition de cartes, l’analyse de voisinage, l’analyse de connectivité, la construction de cartes dérivées et l’aide à la prise de décisions. Considérant que dans ce travail, l’objet principal est le choix ou l’indication de zones plus probables pour l’installation d’une usine héliothermale dans l’État de Minas Gerias, un éventail très varié de thèmes a dû être pris en considération et l’utilisation du SIG était d’une importance fondamentale dans le croisement des données, le filtrage et la convergence à l’objet.

Les SIG utilisés dans ce travail étaient Quantum GIS vr. 2.18 et ArcGis vr. 10.3. Pour choisir des endroits qui fournissent des conditions idéales et une efficacité pour l’installation de systèmes héliothermaux, des paramètres tels que : les niveaux d’incident d’irradiation directe dans la région doivent être analysés; pente du terrain; la disponibilité de l’eau et la proximité des lignes de transport et des unités de conservation de la nature.

3.1 PROJET SWERA

Comme une source d’information se distinguent ceux soulevés par le projet Solar and Wind Energy Resource Assessment (SWERA), dont l’objectif principal est de faciliter l’insertion de sources d’énergie renouvelables dans les pays qui ont investi dans le projet – y compris le Brésil – fournissant des cartes d’irradiation normale normale fondamentale pour évaluer les sites enclins à l’installation de systèmes énergétiques héliothermaux. Le Centre de prévisions météorologiques et d’études climatiques (CPMEC/INPE) par l’intermédiaire de la Division climat et environnement (DCE) est responsable de la coordination du projet au Brésil.

Toutes les cartes d’irradiation générées par le projet SWERA sont mises à disposition sous forme de produits et d’outils sur les plates-formes du Système d’information géographique (PEREIRA et al, 2005).

3.2 FACTEURS ENVIRONNEMENTAUX

Le choix du site à installer un système héliothermal dépend directement des facteurs environnementaux qui seront expliqués ci-dessous; et répondre à leurs conditions préalables, assurera l’efficacité et les économies dans l’installation et l’exploitation des usines.

3.3 IRRADIATION DIRECTE NORMALE

Le principal facteur dans le choix des sites sujets à l’installation de systèmes héliothermaux, et le paramètre utilisé dans les cartes du projet SWERA abordées dans cette étude, l’irradiation directe normale, ou DNI (de l’anglais, Direct Normal Irradiance ), est défini comme l’irradiation émise par le soleil que lors de la traversée de l’atmosphère terrestre ne souffre pas d’aucune sorte de déviation; et lorsque le ciel est complètement couvert par des nuages, sa valeur est égale à 0 (ENERGIA HELIOTÉRMICA, 2015).

Selon Philibert et al. (2010), afin qu’un système héliothermal soit efficace, les fabricants ont fixé une limite minimale de DNI de 1 900

à 2 100

. En dessous de ces valeurs, les systèmes héliothermaux n’auraient pas d’avantages par rapport aux autres systèmes d’énergie solaire, tels que les systèmes photovoltaïques.

3.4 PENTE DU TERRAIN

Pour éviter les dépenses excessives liées au terrassement sur le site d’installation de l’usine, Penafiel (2011) souligne l’importance de choisir des endroits où le terrain a peu de pente, c’est-à-dire un relief plat.

3.5 DISPONIBILITÉ DE L’EAU

Considérée comme un paramètre pertinent dans le choix des zones pour l’installation de systèmes héliothermaux, l’eau est utilisée dans les processus de refroidissement et de nettoyage de la vapeur des miroirs réflecteur des plantes; et selon le modèle, sa disponibilité à grande échelle est d’une importance capitale (PHILIBERT et al, 2010).

Pour les systèmes paraboliques et Fresnel qui ont été expliqués au point 2, environ 3 000 l/MWh sont nécessaires pour l’ensemble du processus. Pour les systèmes en forme de tour, la consommation d’eau par MWh dépend de l’efficacité de la technologie appliquée; et dans ceux-ci, le système de refroidissement est fait par l’air circulant, sans utilisation de l’eau et réduisant la consommation totale dans les usines CSP (PHILIBERT et al, 2010).

Les données hydrographiques contenant l’emplacement des cours d’eau dans l’État du Minas Gerais ont été obtenues auprès de Instituto Mineiro de Gestão das Águas (IGAM).

3.6 PROXIMITÉ DES LIGNES DE TRANSMISSION, DES SOUS-STATIONS ET DES CENTRES DE CHARGE

Pour la viabilité économique et la réduction des coûts, il est essentiel d’évaluer la distance entre la centrale et les centrales électriques, les lignes de transport et les sous-stations électriques; depuis la construction de ces systèmes a des valeurs très élevées (AZEVEDO; TIBA; CANDEIAS, 2010).

L’emplacement des lignes de transmission du système électrique de l’État du Minas Gerais a été acquis dans le Système d’information géographique du secteur électrique (SIGEL), un système administré par aneel.

3.7 UNITÉS DE CONSERVATION DE L’ENVIRONNEMENT

Visant à la conservation des zones naturelles, le Système national de conservation de la nature (SNCN) a été créé par la loi no 9 985 du 18 juillet 2000, dans le but de créer et de gérer des unités de conservation de la nature (UC); fédérale, étatique ou municipale.

Selon la loi susmentionnée, les UC peuvent être définies comme les suivantes :

L’espace territorial et ses ressources environnementales, y compris les eaux juridictionnelles, avec des caractéristiques naturelles pertinentes, légalement établies par la Puissance publique, avec des objectifs de conservation et des limites définies, sous régime d’administration spéciale, auxquelles s’appliquent les garanties appropriées de protection.

En raison de la nécessité de la suppression des plantes dans les zones d’installation et d’exploitation des systèmes héliothermaux, dans ce travail, les régions contenant UC seront jetés.

3.8 ANALYSE SPATIALE

L’analyse spatiale dans un système d’information géographique est la capacité de mesurer les propriétés et les relations, compte tenu de l’emplacement spatial du phénomène à l’étude, avec l’application de procédures enchaînées dont le but est d’obtenir de l’information qui permet la prise de décision à partir d’un ensemble d’informations qui se chevauchent ou interdépendantes.

Le paramètre initial de l’analyse spatiale effectuée ici était de définir la valeur minimale normale d’irradiation directe (DNI) à considérer, compte tenu de la nécessité d’établir des critères qui fournissent une production efficace d’électricité. Sur la base des paramètres expliqués au point 3.3, la moyenne entre l’intervalle minimal défini par les fabricants a été considérée, c’est-à-dire la valeur de 2 000

.

Les données du projet SWERA utilisés sont en format shapefile, sous forme de matrice, couvrant l’ensemble du territoire national brésilien. Chaque cellule du tableau a 10 km sur les deux axes. La table d’attribut qui accompagne le fichier shapefile affiche les données DNI mensuelles et annuelles moyennes pour chacune des cellules. Il est important de noter que les valeurs moyennes pour chacune des cellules sont représentées selon la moyenne quotidienne, il est donc nécessaire que la valeur minimale de NID initialement définie avec l’échelle annuelle (2 000)

soit convertie en échelle quotidienne. Comme ça:

Avec les données dni pour l’état du Minas Gerais, une analyse spatiale a été effectuée par des attributs, ayant comme condition pour filtrer la valeur du NiD égale ou supérieure à 5,48

, ce qui garantit une incidence d’irradiation solaire sur le site d’au moins 2.000 et,

par conséquent, rend le projet d’installation d’une usine héliothermale viable, comme déjà expliqué. Carte 01 (Map 01 – Irradiation map of Minas Gerais state) et 02 (Map 02 – Filtered map for minimum conditions of Direct Normal Irradiation at Minas Gerais state) ci-dessous illustrent les résultats avant et après l’analyse spatiale susmentionnée.

Avec la carte construite à l’étape précédente (valeurs DNI ≥ 5.48), les lignes d’information et de transmission d’hydrographie ont été dépassées pour l’état du Minas Gerais. Une nouvelle analyse spatiale a été effectuée en utilisant comme paramètres toutes les cellules DNI (10 km x10 km) qui interceptent les cours d’eau et, à partir de ce résultat, toutes les cellules qui interceptent les lignes de transmission. Cette étape a fourni des sites de filtrage avec nid égal ou supérieur à 5,48 qui sont proches des cours d’eau et des lignes de transmission. La carte 03 (Map 03 – Map of selected cities prone to system instalation) présente le résultat de cette analyse spatiale.

La carte avec les limites des municipalités du Minas Gerais a été obtenue auprès de l’Institut brésilien de la statistique et de la géographie (IBSG). Ceci, superposé au résultat de l’étape précédente, a permis d’identifier 26 municipalités qui contiennent des cellules contenant du DNI ≥ 5,48 près des cours d’eau et des lignes de transmission, et, par conséquent, des candidats à l’installation d’une centrale héliothermique. Le résultat de cette analyse peut être vu sur la carte 03 ci-dessous.

Avec un grand nombre de sites susceptibles d’être installés, un nouveau filtre a été appliqué afin qu’il soit possible de choisir une seule municipalité. Le paramètre choisi pour cette étape était la municipalité qui présentait la plus forte concentration d’industries. On en déduit ici que ce paramètre est révélateur d’une municipalité prospère, avec une économie en hausse et qu’il assurerait le financement d’un projet de cette nature. En outre, le complexe industriel lui-même pourrait être impliqué dans le projet, ce qui pourrait faire en aide aux coûts de l’installation et bénéficier de l’énergie produite.

Comme source de consultation pour l’identification, l’emplacement et la quantification des industries dans le Minas Gerais, nous avons utilisé les données mises à disposition par le Registre industriel Mg, administré par le Système de la Fédération des Industries de l’État du Minas Gerais (FIEMG). Le tableau 1 ci-dessous présente un résumé des résultats de la présente consultation.

Tableau 1 – Nombre d’industries dans les municipalités d’intérêt du projet dans l’État du Minas Gerais

Villes Micro Petit Moyenne génial Total
Uberlândia 137 384 87 22 630
Uberaba 72 186 53 7 318
Sete Lagoas 34 128 45 13 220
Montes Claros 36 103 44 7 190
Ituiutaba 12 42 8 3 65
Bom Despacho 11 34 12 1 58
Paracatu 14 32 5 1 52
João Pinheiro 5 17 4 1 27
Brumadinho 3 12 9 1 25
Várzea da Palma 2 10 1 3 16
Bambuí 2 6 0 1 9
Prata 2 3 3 1 9
Martinho Campos 1 6 2 0 9
Buritizeiro 2 2 1 0 5
Iguatama 0 3 1 0 4
Conceição das Alagoas 0 2 1 0 3
Monte Alegre de Minas 0 3 0 0 3
São Gonçalo do Abaeté 0 1 1 0 2
São Roque de Minas 0 1 0 0 1
Tiros 0 0 1 0 1

Source: CADASTRO INDUSTRIAL MG, 2017

Selon le tableau 1, Uberlândia/MG compte le plus grand nombre d’industries, principalement des industries moyennes et grandes. La carte 04 (Map 04 – Map of médium and and large industries of Uberlândia city) illustre l’emplacement de ces développements dans cette municipalité.

Pour faire la carte hypsométrique de la ville d’Uberlândia, carte 05 (Map 05 – Hypsometric map of Uberlândia city), et la carte de la pente Carte 07 (Map 07 – Declivity map of Uberlândia city) de la municipalité d’Uberlândia, Carte 06, images radar de la Shuttle Radar Topograph Mission (SRTM) fournies par l’United States Geological Survey (USGS) avec une résolution spatiale de 30 mètres ont été utilisées. Cette analyse a été nécessaire pour évaluer les régions de la municipalité avec les taux de pente les plus bas.

4. RESULTATS ET DISCUSSION

Grâce à la méthodologie expliquée dans le point précédent, quatre zones propices à l’installation du système héliothermal dans la municipalité d’Uberlândia/MG ont été identifiées, comme le montre la carte 08 (Map 8 – Declivity map of selected areas in Uberlândia city).

Il est possible de noter, dans la carte susmentionnée, que les deux régions plus au nord ont un relief plus ondulé; facteur qui pourrait coûter l’installation de plantes héliothermales. En outre, la région plus au nord-est dispose d’une zone de conservation de l’environnement appelée Pau Furado State Park; qui seront jetés en raison de la nécessité de supprimer les installations pour l’installation d’une usine sur place.  Dans ce cas, il est suggéré la mise en place de plantes héliothermales dans l’une des zones au sud de la municipalité, qui présentent un relief plus plat et la proximité des cours d’eau et des lignes de transmission.

Pour une meilleure compréhension du processus successif et enchaîné d’analyse spatiale effectué dans cette œuvre, un script et les fonctions exécutées sont représentés dans un organigramme de la figure 01.

5. Conclusions

Compte tenu des caractéristiques locales des zones définies et des technologies héliothermales mentionnées au point 2, il est suggéré d’installer des centrales dans le modèle de la tour centrale.

Comme décrit à l’article 2.4, le modèle de la tour centrale peut atteindre des températures allant jusqu’à 1 000 °C. Cela permet d’utiliser des turbines à haute puissance, permettant une forte augmentation de l’efficacité dans la production d’électricité. Un autre avantage de ce modèle réside dans l’emplacement de son récepteur thermique, qui, parce qu’il est installé dans une zone centrale de l’usine, permet une plus grande efficacité dans le stockage thermique, ce qui assure un plus grand temps de fonctionnement pendant les périodes de nuit. Enfin, nous soulignons la faible consommation d’eau dans le processus de réfrigération de ce modèle, ce qui contribuerait à réduire le taux de captage de l’eau à proximité des régions proposées dans la présente étude.

Le croisement de toutes les informations relatives aux données de rayonnement et aux facteurs environnementaux effectués dans les analyses spatiales dans les applications Quantum Gis et d’ArcGis a permis de réduire l’univers de l’espace géographique de l’État du Minas Gerais à deux petites zones situées dans la municipalité d’Uberlândia/MG, qui présentent les caractéristiques les plus favorables pour la mise en œuvre d’une entreprise de production d’énergie renouvelable avec l’installation d’une centrale électrique héliothermale dans la tour centrale.

Les zones sélectionnées sont proches des cours d’eau et des lignes de transmission, ce qui permet d’avoir de l’eau d’être prise et d’une interconnexion facile avec le système électrique national.

Les deux zones ne sont pas conflictuelles par les unités de conservation, qui garantissent le respect de l’environnement et, enfin, sont loin du périmètre urbain, qui garantit la sécurité de la population.

6. RÉFÉRENCES

AGÊNCIA NACIONAL DE ENERGIA ELÉTRICA – ANEEL. Informações gerenciais – setembro 2016. Disponível em <http://www.aneel.gov.br/documents/656877/14854008/Boletim+de+Informações+Gerenciais+-+3°+trimestre+de+2016/a4192798-adf3-4902-b2ae-098033e69f5c>. Acessado em 14 de jun. de 2017.

ALVES, Mariana Castro. Sol, primeira fonte de luz e energia. Gênero. N° 59. Revista Pré-univesp. Julho, 2016. Disponível em: <http://pre.univesp.br/sol-primeira-fonte-de-luz-e-energia#.V-FD6GVS37M> Acesso em: 20. Set. 2016.

AZEVEDO, Verônica Wilma Bezerra. Estudo de localização de centrais termoelétricas solares de grande porte na região do semi-árido nordestino. Recife, PB. 2010.

BIANCHINI, Henrique Magalhães. Avaliação comparativa de sistemas de energia solar térmica. Rio de Janeiro, RJ. 2013.

BRASIL. Lei nº 9.985, de 18 de julho de 2000. Regulamenta o art. 225, § 1o, incisos I, II, III e VII da Constituição Federal, institui o Sistema Nacional de Unidades de Conservação da Natureza e dá outras providências. Brasília, 18 de julho de 2000.

CABRAL, Isabelle de Souza. SENNA, Pedro Rocha. TORRES, Adriana Cazelgrandi. Energia solar – Análise comparativa entre Brasil e Alemanha. Ln: IV CONGRESSO BRASILEIRO DE GESTÃO AMBIENTAL. Salvador, 2013.

CADASTRO INDUSTRIAL MG. Informação comercial atualizada e gratuita das indústrias mineiras. Disponível em <http://www.cadastroindustrialmg.com.br>. Acesso em: 16. Jun. 2017.

CAMARGOS, Ronaldo Sérgio Chacon; OLIVEIRA, Rafael Amaral de; SHAYANI, Rafael Amaral. Método para análise comparativa dos impactos técnicos da geração distribuída fotovoltaica concentrada e pulverizada. Revista Brasileira de Energia Solar, v. 7, n. 2, p. 115-122, 2017.

CEPEL, Centro de Pesquisas de Energia Elétrica. Energia Solar. [entre 2013 e 2016]. Disponível em: <http://www.cepel.br/linhas-de-pesquisa/menu/energia-solar.htm> Acesso em: 20. Set. 2016.

ENERGIA HELIOTÉRMICA. Radiação direta. 2015. Disponível em: < http://energiaheliotermica.gov.br/pt-br/glossario/radiacao-direta> Acesso em: 15 abr. 2017.

IRENA, International Renewable Energy Agency. Statistics Time Series. Disponível em: <http://resourceirena.irena.org/gateway/dashboard/?topic=4&subTopic=16> Acesso em: 15 abr. 2017.

KEMERICH, Pedro Daniel da Cunha. FLORES, Carlos Eduardo Balestrin. BORBA, Willian Fernando de. SILVEIRA, Rafael Borth da. FRANÇA, Jacson Rorigues.

KALOGIROU, S. Solar energy engineering: processes and systems. USA: Elsevier, 2009.

LODI, Cristiane. Perspectivas para a geração de energia elétrica no Brasil utilizando a tecnologia solar térmica concentrada. Rio de Janeiro, RJ. 2011.

PENAFIEL, Rafael Andrés Soria. Cenários de geração de eletricidade a partir de geradores heliotérmicos no Brasil: a influência do armazenamento de calor e da hibridização. Rio de Janeiro, RJ. 2011.

PEREIRA, Enio Bueno et al. Mapas de irradiação solar para o Brasil – Resultados do Projeto SWERA. São José dos Campos, SP. 2005.

PHILIBERT, C., FRANKL, P., DOBROTKOVA, Z.. Technology roadmap: Concentrating Solar Power. Internacional Energy Agency (IEA), 2010. Disponível em: < https://www.iea.org/publications/freepublications/publication/csp_roadmap.pdf>. Acesso em: 26. Mar. 2017.

PORTAL BRASIL. Capacidade elétrica atinge 149 mil Megawatts em novembro. Publicado: 02/01/2017. Disponível em: <http://www.brasil.gov.br/infraestrutura/2017/01/capacidade-eletrica-atinge-149-mil-megawatts-em-novembro>. Acesso em: 26. Mar. 2017.

SILVA, Manuel António Pimenta da. Central de produção de energia eléctrica a partir de energia solar térmica. Lisboa, Portugal. 2013.

SILVA, Gardenio Diogo Pimentel da. SOUZA, Marcelo José Raiol de. Análise de variáveis de projeto de sistema solar fotovoltaico utilizando o modelo SAM: uma comparação entre Belém, Fortaleza e Brasília. Belém, PA. 2013.

ANNEXE – RÉFÉRENCE DE RÉFÉRENCE

3. Selon Bianchini (2013), il est actuellement le système le plus utilisé pour présenter des pertes thermiques plus faibles et être plus économique. Le moteur Stirling utilise la chaleur pour varier la pression à l’intérieur d’une chambre à hydrogène scellée, ce qui rend les pistons produisent de l’énergie mécanique.

[1] Ingénieur de l’environnement et sanitariste.

[2] Ingénieur d’arpentage et analyste dans le développement et la réforme agraire.

Envoyé : Mars, 2020.

Approuvé : juin 2020.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here