Externalités positives et négatives dues à l’avancée de la sojiculture

0
46
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

MOREIRA, Samya de Freitas [1], SANTOS, Sara Dorea de Oliveira [2], SILVA, Raiane Ferreira [3], LOBO, Ronilson Rosário [4], JESUS, Edmir dos Santos [5], JÚNIOR, Antônio Pereira [6]

MOREIRA, Samya de Freitas. Et al. Externalités positives et négatives dues à l’avancée de la sojiculture. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. 04 année, Ed. 12, vol. 03, p. 91-113. décembre 2019. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/ingenierie-de-lenvironnement-fr/externalites-positives

RÉSUMÉ

Les externalités ont des effets positifs ou négatifs parce qu’elles génèrent des coûts ou des avantages pour la société. L’objectif de cette étude était de mener une recherche quantitative-qualitative, pour des preuves en relation avec les externalités et l’avancement de la sojiculture, dans la municipalité de Paragominas, et, avec cela, générer des données qui permettent un équilibre adéquat. La méthode appliquée était l’inductive, avec une approche qualitative quantitative, associée à l’enquête sur les données documentaires avec le délai entre 2008 et 2016, en raison de la mise en œuvre du projet de municipalité verte en 2008. L’analyse des données obtenues a révélé qu’il y avait une évolution dans la zone plantée de soja (52 520 ha à 239 163 ha) au cours des trois périodes de trois ans analysées (2008-2010; 2011-2013; 2014-2016), a également indiqué qu’il y avait une progression du PIB agricole (101 605 000 $R$ à R$ 278 493 000,00$ et, par conséquent, une augmentation du PIB municipal (4 290 238 000 ,000 $R) à 6 684 730 690,00 R$ qualifiée d’externalités positives. Toutefois, elle a donné lieu à des externalités négatives, telles que la déforestation, qui est passée de 2 555 710 ha (2008-2010) à 2 619 570 ha (2014-2016). Par conséquent, cette situation d’externalités négatives peut être contournée par l’application de techniques durables (p. ex., technique de non-travail; inoculation des graines pour la fixation biologique de l’azote (BNF) dans le sol, ainsi que l’utilisation de zones de Déboisées.

Mots-clés: Déforestation, non-travail, revenu, secteur agricole, soja.

1. INTRODUCTION

L’externalité est une défaillance du marché, et peut être comprise comme un coût ou un avantage, résultant de la production d’un bien économique, ou de la consommation de biens et de services, qui se concentre sur des tiers, à l’exception des producteurs. Elle provient, dans ce cas, de la production ou de la consommation, et peut être positive, lorsqu’elle génère un avantage, et négative, lorsqu’elle entraîne un coût (ALMEIDA, 2013; ANTUNES, 2009; MIRANDA, 2014). La monoculture du soja, par exemple, manque d’analyse plus approfondie, car il s’agit d’une activité potentiellement produisant d’externalités positives et négatives (BALBINOT JUNIOR et al., 2017).

Le processus évolutif brésilien de sojiculture a commencé en 1941, lorsque cette culture a acquis la première référence nationale de la production commerciale au Brésil, avec la culture de 450 tonnes. Huit ans plus tard, le Brésil a porté sa production à 5 651,33 %, avec 25 881 tonnes en 1949, lorsqu’il a acquis son premier record international en tant que producteur. Dix ans plus tard, la houle du soja est passée de 151 574 tonnes et, au cours de la décennie suivante, à 1 056 607 tonnes, soit une augmentation de 597,09 %. De là, le soja s’est définitivement imposé comme une culture économiquement importante pour le pays (EMBRAPA, 2015).

Cependant, en 1970, moins de 2 % de la production nationale a été récoltée dans le centre du Brésil. Cependant, en 1980, ce pourcentage est passé à 20 %, en 1990, il était déjà supérieur à 40 % et, en 2011, la contribution était de 60 %, et avec tendance à occuper plus d’espace à chaque nouvelle récolte. En tant que reflet de cette progression de la productivité dans le pays, le Brésil se classe au deuxième rang du plus grand producteur d’oléagés, avec peu de différence dans la production, et cela ne se produit que les États-Unis (DALL’AGNOL, 2011).

En d’autres termes, la culture du soja est l’exposant de l’agro-industrie brésilienne, et l’expansion continue commence à attirer l’attention sur les effets qui découlent de cette production. Les externalités générées par la monoculture du soja ne se limitent pas à celles directement liées aux zones destinées à ces cultures (FIRMINO; FONSECA, 2008).

En outre, si l’on considère qu’il existe des sous-produits (biens d’intérêt public générés par l’activité agricole), résultant de l’activité agricole, avec une attention particulière à la monoculture du soja, ces sous-produits doivent être compris comme des externalités. Il est essentiel d’arriver à un modèle de rémunération des externalités, soit par des subventions du gouvernement, soit par l’augmentation des prix de ces articles (GRANZIERA; SAES, 2014).

En ce qui concerne les externalités positives, la sojicultura se distingue par son poids politique, elle favorise donc la mise en œuvre de travaux d’infrastructure dans la région à partir de ce qu’on appelle « effet de drag », qui consiste à attirer d’autres activités et/ou investissements dans la région (BRUM ; DALFOVO, D.A. BENFICA, 2011).

Certes, la croissance des secteurs impliqués dans le soja, de l’expansion des zones agricoles, des technologies et des investissements dans les industries de transformation, donne des résultats positifs à la population des villes, comme la création d’emplois, plus l’investissement dans l’éducation et la formation professionnelle, par conséquent, il existe de meilleures sources de revenus et de services (DERANI; SCHOLZ, 2017).

En ce qui concerne les externalités négatives, les biomes et la biodiversité sont directement touchés par l’expansion de la monoculture du soja. L’agriculture intensive, en particulier liée à l’agro-industrie de cette oléagée, augmente la participation à la conversion de la couverture végétale indigène. Avec l’augmentation de la production de soja, causée par l’incitation accrue du gouvernement, la superficie plantée a également augmenté (33 millions de tonnes en 2000 à 95 millions de tonnes en 2016, soit une augmentation de 187,88%), ce qui provoque l’augmentation de la déforestation et, avec elle. , dommages à l’environnement (SOUZA; ROCK; RIBEIRO, 2013).

En conséquence, la perte de biodiversité est la principale réponse environnementale à la déforestation et est également totalement irréversible lorsqu’il y a co-évolution, c’est-à-dire une évolution interdépendante des espèces. La déforestation détruit les habitats de diverses espèces animales et végétales et met leur existence en péril (ARAÚJO, 2014).

De plus, des études (NOBRE et coll., 2009; SANTOS et coll., 2011), renforcent la thèse selon laquelle l’avancée du soja et la conversion de la couverture végétale peuvent provoquer de graves changements climatiques hydrologiques et régionaux, tels que l’augmentation de la température, les changements dans les régimes pluviométriques et les changements dans disponibilité de l’eau. La monoculture du soja peut également causer l’appauvrissement et la contamination des sols, en raison de l’utilisation aveugle d’engrais et de pesticides (DEUS; BAKONYI, 2012).

Par conséquent, l’avancée de la sojiculture provoque des externalités positives et négatives qui doivent être étudiées, ce qui justifie cette recherche, dont la pertinence est accrue par l’élaboration de l’information nécessaire pour stimuler les externalités positives et minimiser le négatif et, enfin, atteindre l’objectif, qui est de mener une recherche qualitative quantitative, par rapport aux externalités dans la municipalité de Paragominas, et l’avancement de la sojiculture, en plus de générer des données qui permettent un équilibre adéquat.

2.  EXAMEN DE LA LITTÉRATURE

Au Brésil, le soja a connu la croissance la plus rapide dans les zones cultivées, et l’expansion extraordinaire de la production au cours des 20 dernières années s’explique par l’augmentation de la superficie plantée et de la productivité (KUPLICH, CAPONE; COSTA, 2018). Cette superficie cultivée a augmenté de 378,5 % et la productivité a progressé de 64,2 % au cours des décennies de 1970 à 2000 (PAMPLANA, 2017). En conséquence, les oléagineux fournissent une grande capacité au secteur agricole brésilien, en raison de l’importance territoriale (27,7 millions d’hectares plantés en 2012/2013, soit 52 % des cultures temporaires), bien qu’il ne l’ait pas toujours été (ARAÚJO; PONTE, 2015).

Cela était dû à la migration progressive vers Le Paranô, étendue au Midwest, d’abord par l’intermédiaire du Mato Grosso do Sul, puis vers d’autres États (GAZZONI, 2013; M. SILVA; RODRIGUES, 2016). Selon les données de la National Supply Company -CONAB (OLIVEIRA NETO, 2017), actuellement, cinq États situés dans la région centre-sud du Brésil (Gois, Mato Grosso, Mato Grosso do Sul, Parano et Rio Grande do Sul) concentrent 75% de la superficie cultivée avec (25,8 millions d’hectares) et 77 % de la production nationale (79,25 millions de tonnes).

La conséquence de cette migration est devenue le rôle important pour le développement des municipalités, comme c’est le cas à Sorriso – MT, qui présente de bons indices socio-économiques, tels que le passage du revenu par habitant d’environ 7 846,00 R$ en 1999 à 25 935,00 $ en 2005. Cette croissance économique peut également être remarquée par rapport au produit intérieur brut – PIB et, selon le ministère des Finances du Mato Grosso, il était de 207 millions de reais en 1998, atteignant 706 millions de reais en 2003, ce qui signifie une croissance de 342 % en cinq ans. Sur ce total, le soja participe avec 40 % et, compte tenu de l’ensemble du secteur primaire de la municipalité, cette participation passe à 60 % (FREDERICO, 2011; GIARETTA, 2017).

C’est ce que constate l’expansion de la superficie du soja, qui est passée, par rapport à la superficie totale de la municipalité, de 40,7 % en 2000 à 63,7 % en 2006. Cependant, une partie de la déforestation à Sorriso est directement due à la plantation d’oléagés, qui occupe la deuxième place parmi les municipalités du Mato Grosso avec le pourcentage le plus élevé de déforestation, soit 68,3%. La zone déboisé de Sorriso entre 2000 et 2006 correspondait à 12,17 % de la superficie totale de la municipalité (BRUM, DALFOVO; AZUAGA, 2009).

Dans la municipalité de Sinop et MT, le soja a contribué positivement à d’autres secteurs également pour présenter des progrès, tels que le secteur industriel et des services, qui avait, respectivement, en 2004 une part dans le pib de la municipalité, en R$ 95 535,00 et R$ 347 529,00 (BRUM; DALFOVO; BENFICA, 2011).

Une autre municipalité, Cristalina – GO, est l’un des plus grands producteurs de soja (1er au classement de l’État et 6e au niveau national) et l’augmentation du PIB, en plus de l’insertion conséquente sur le marché national et international, a donné le statut à la ville. La mise en place de structures de stockage physique visant à accueillir le produit final des plantations, a généré l’insertion et la transformation sociale, puisque ces mesures créent des emplois qui peuvent absorber une partie du prolétariat marginal, afin d’intensifier le secteur l’économie locale (FERNANDES; PESSÔA, 2011).

Poussée par le surharvest de soja, l’agriculture du Rio Grande do Sul – RS a évolué en 2013, et l’État a enregistré le deuxième PIB agricole le plus élevé au Brésil (12% du total brésilien), et n’était que derrière Le Paranô (12,5%). Il s’agit d’une avancée significative par rapport à 2012, lorsque Rio Grande do Sul a contribué à hauteur de 8,1 % à la génération de richesses du premier secteur. L’amélioration des performances a également assuré le dépassement (dans le classement annuel de la production) d’autres États, traditionnellement en avance sur rs, tels que Mato Grosso, Minas Gerais et Sao Paulo (BORGES; SIMÕES; TRINDADE, 2016).

Cependant, la croissance rapide de la production de soja s’accompagne de plusieurs problèmes dans le domaine social et, principalement, dans le domaine de l’environnement, puisque l’expansion de la demande de sojôcola atteint le biome amazonien, l’un des plus riches en biodiversité de la planète, et génère non seulement pour la société brésilienne, mais aussi pour les pays consommant cette production (MANGATTO JUNIOR; OLIVEIRA; SILVA, 2017; RIVERO et al., 2009).

Dans le contexte amazonien, en particulier dans le cas de Santarém – PA, la terre qui donne lieu à l’expansion productive du soja à grande échelle, peut être la terre dégradée par les pâturages précédemment établis, la terre spéculée par les grands producteurs de la l’agriculture mécanisée, ou même les forêts indigènes qui, bien que intactes par l’homme, ont été les plus utilisées récemment, en raison de la rareté des terres propices à la production plus proches des centres d’écoulement (ARA-J;) PONT, 2015). En conséquence, le soja, combiné à l’élevage et à l’exploitation forestière du bétail, sont les plus grands vecteurs de déforestation (MAGNO et al., 2013).

Dans cette municipalité, les impacts sur les eaux sont visibles quotidiennement, les bras des rivières et des ruisseaux importants ont déjà disparu ou sont en train d’être ensoreamento, les animaux sauvages disparaissent ou envahissent également les zones urbaines. La plantation illégale de soja sur les sources détruit les sources d’eau et entraîne la réduction du volume de soja, ce qui conduit à divers crimes environnementaux (BROCHADO, 2017; ARBRE D’OLIVIER; SANTANA, 2012).

En conséquence, le soja constitue une menace puissante pour la biodiversité amazonienne, car il justifie de grands projets d’infrastructures de transport, qui à leur tour initient une série d’événements conduisant à la destruction d’habitats naturels dans extensions, en plus des zones plantées directement avec du soja. De tels faits rendent le soja beaucoup plus nocif pour l’environnement que les autres cultures (DOMINGUES; BERMANN, 2012)

Par conséquent, la migration de la culture du soja du nord du Mato Grosso vers le sud de la région amazonienne a provoqué de nombreux changements climatiques. Études (ARTAXO et coll., 2014; GONZALES et coll., 2013; NOBRE et coll., 2009; SANTOS et coll., 2011) révèlent que cela est dû à la déforestation endémique des forêts de Biome, et beaucoup est dû à l’avancée du soja. Par conséquent, la thèse est renforcée que, avec l’avancée du soja et la déforestation d’immenses zones, le climat dans la région est directement affecté et modifie brusquement les périodes pluvieuses et d’autres variables associées à cela (SANTOS, C; SATYAMURTY; SANTOS, E. 2012).

De tels changements se sont également produits dans le biome de Cerrado et ont modifié les structures écosystémiques de la région, où la végétation indigène est remplacée par des cultures de soja ou des sols secs et acides, en plus de subir des transformations pour s’adapter à la plantation, ce qui nuit aux dommages l’exploitation de subsistance des familles vivant des ressources naturelles offertes par le Cerrado Biome, tels que les plantes ornementales et médicinales, les fruits cerrado, etc. (QUEIROZ, 2009).

En outre, une étude (IRIGARAY et coll., 2011) menée dans le bassin supérieur du Paraguay, qui abrite le biome pantanique, a déclaré que la plaine inondable de ce biome a une relation d’interdépendance avec les écosystèmes qui l’entourent. Par conséquent, tout changement peut devenir une menace pour la biodiversité du système pantanal, comme l’utilisation et l’occupation du sol dans ce biome, qui a une grande production de soja. Cependant, même avec l’importance écologique du Pantanal, jusqu’en 2004, 44 % de la zone de couverture indigène du bassin du Haut-Paraguay a été modifiée.

Un autre problème s’est produit à Gois, où l’appauvrissement génétique du sol est le plus critique dans les pratiques agricoles en vigueur dans cette région de Cerrado, qui se concentre généralement sur la monoculture de soja, ce qui rend progressivement le sol infertile et inadapté, même pour le soja production agricole. L’introduction d’espèces envahissantes dans la région, de manière négative, modifie le système naturel actuel, qui favorise l’apparition de ravageurs et de maladies, qui affectent non seulement les ressources naturelles, mais aussi la production agricole (MATOS; PESSÔA, 2012).

En outre, dans la municipalité de Cristalina, dans le même État, les cultures pétrolières causent des dommages irrémédiables à la richesse en eau de la région, car, en plus d’utiliser sans discernement les réserves d’eau, elles continuent de nuire à la pollution causée par la pollution causée par l’application d’intrants agricoles et de pesticides, qui sont déversés par des équipements d’irrigation dans les cultures, afin d’intensifier la production. Ces mêmes produits qui corrigent l’insuffisance nutritionnelle du sol et combattent également les ravageurs, lorsqu’ils tombent dans le sol sont absorbés et atteignent les eaux souterraines et, dans certains cas, les sources des sources d’eau (ABDALA; RIBEIRO; FERREIRA, 2016).

Juste pour illustrer: les questions foncières ajoutent aux effets de la spécialisation productive dans le soja. La croissance annuelle moyenne du nombre de conflits sur le terrain a été de 7,64 % entre 1990 et 2013. En fait, l’occupation des territoires pour la culture du soja exerce une pression sur les réserves forestières, ainsi que sur les zones destinées à la petite agriculture et à l’extraction des plantes, occupées par des agriculteurs familiaux, des peuples autochtones et d’autres peuples traditionnels (CPT, 2016).

Bien que le soja ait été initialement planté dans des zones dégradées de la région de Baixo Amazonas, des cas de plantations transformées sont observés au-dessus des zones de forêts abattues ou brûlées. En fait, dans cette région, le soja a également atteint des zones traditionnellement occupées par des agriculteurs familiaux, où des acquisitions et des expulsions de la terre ont eu lieu, dans un processus de remplacement des cultures originales, telles que le maïs, les haricots, la macaxeira, les fruits et légumes (SILVA, 2008).

Avec l’aide de Greenpeace, les communautés locales ont pu identifier les impacts du soja dans l’État de Parô, dans l’ouest du pays. Les autorités locales s’interrogent sur le développement de la région avec l’arrivée du soja, compte tenu des nombreux impacts négatifs identifiés, tels que la dégradation urbaine, l’absence d’un hôpital qui couvre l’ensemble de la ville et une éducation de mauvaise qualité (OLIVEIRA; SANTANA, 2012).

Dans Cristalina – GO, le travailleur rural qui a été expulsé du camp en raison de l’utilisation de machines, provoque l’exode rural et l’enflure dans la ville, qui n’a pas la structure physique ou sociale pour accueillir cette main-d’œuvre disqualifiée. Par conséquent, ils sont considérés comme des prolétaires marginaux, qui ont besoin et créent de nouvelles façons de survivre, d’influencer le commerce informel, le nombre de chômeurs, de sans-abri et, par conséquent, l’augmentation de la violence urbaine (FERNANDES; PESSÔA, 2011).

Ces scénarios facilitent la compréhension des externalités positives et négatives causées par l’expansion de l’agro-industrie du soja, qui nuisent aux bons résultats obtenus financièrement, impose des coûts environnementaux considérables dans un processus continu de (DELAZERI, 2016).

3. MÉTHODOLOGIE

3.1 MÉTHODE

Pour l’élaboration de cette étude, les résumés rédigés par cinq chercheurs sur les expositions sur les méthodes de recherche ont été appliqués (graphique 1).

Tableau 1 – Les méthodes de recherche utilisées.

ChercheurANNÉE DE PUBLICATIONMéthodesfonctionnalités
Silveira, j’en ai un. Cordoba2009InductifIl part de l’observation de faits ou de phénomènes dont on veut savoir les causes. En particulier, dans la municipalité de Paragominas, l’expansion du soja a été étudiée comme une augmentation de la déforestation locale.
Prodanov, Nouvel An;10; Français2013Approche quantitative-qualitativeL’utilisation conjointe de la recherche quantitative et qualitative permet de recueillir plus d’informations que ce qui pourrait être obtenu isolément, en générant une meilleure couverture des données et une meilleure compréhension des problèmes étudiés.
Sakamoto, Sakamoto; Scott2014Nature appliquéeIl cherche à générer des connaissances pour une application pratique, orientée vers la solution de problèmes spécifiques en impliquant des vérités et des intérêts locaux.
Severino2017Procédure exploratoireIl est proposé de mieux connaître le problème de la recherche, afin de le rendre plus explicite, il peut s’agir d’un sondage bibliographique, d’entrevues avec des personnes expérimentées dans le problème recherché et d’une analyse d’exemples qui stimulent la compréhension.

Source: Auteurs (2019).

Les bases d’information suivantes ont été consultées : (1) Institut brésilien de géographie et de statistique (IBGE), où des informations ont été recueillies sur la production agricole de cultures de soja à Paragominas, qui impliquaient la valeur de la production, le production en tonnes (t.) et en zone plantée (ha), calculée par l’Enquête agricole municipale (2) National Institute of Space Research (INPE), basée sur le Digital Amazon Deforestation Program (PRODES), pour l’enquête sur l’information sur déforestation dans la municipalité et (3) Agence nationale de l’eau (ANA), basée sur le portail électronique HidroWeb, pour recueillir des données sur les précipitations annuelles totales.

À titre de base de la Revue de la littérature, des revues scientifiques disponibles dans les bases d’information suivantes ont été utilisées : (4) portail de la Coordination pour l’amélioration du personnel de l’enseignement supérieur (CAPES); (5) base de données bibliographique de Scientifc Electronic Library Online (SciELO) et (6) Google Scholar.

Pour l’analyse de la relation « zone déboisée et augmentation de la superficie plantée de culture de soja », la méthodologie utilisée par Rivero et coll. a été appliquée. (2009). Cette analyse a été réalisée entre 2008 et 2016, et les taux de déforestation observés pour la même période. Les analyses impliquaient des études de corrélation pearson entre ces variables, dans le but de confirmer ou non l’existence de ces variables.

Les données obtenues ont été organisées en arrangement tabulaire et traitées statistiquement avec l’utilisation de feuilles de calcul contenues dans le logiciel Microsoft Excel (2016) et la corrélation pearson, avec des valeurs pour r, obtenues avec l’utilisation de feuilles de calcul élaborées pour du Software BioEstat – version 5.3 (AYRES et coll., 2007), et l’utilisation de l’échelle (tableau 01) utilisée par Porto; Jésus, Jésus, Jésus, Jésus; Pereira Junior (2017). De l’organisation des données, des graphiques ont été élaborés avec le logiciel originpro 9. 64 (2012), pour démontrer l’interaction entre les variables étudiées. Et, en ce qui concerne l’élaboration des tables, ils ont été élaborés dans des feuilles de calcul contenues dans le logiciel Microsoft Word (2016).

Tableau 1 – Échelle utilisée pour caractériser le type de corrélation entre les variables.

Corrélation Pearson (r)relation
0Inexistant
0,10 – 0,30Faible
0,40 – 0,60Modérée
0,70 – 1,00Forte

Source: Porto; Jesus; Pereira Júnior (2017).

3.2 DOMAINE D’ÉTUDE

La recherche a été menée dans la municipalité de Paragominas (figure 01), située dans la région sud-est de l’État de Paro et située à 02o59’08” S et 47o19’57” W. La superficie de la municipalité est équivalente à environ 19 342,254 km2 et la population est estimée à 110 026 habitants, avec une densité de population de 5,69 habitants/km2 (IBGE, 2017a).

Figure 1 – Carte de l’emplacement de la municipalité de Paragominas – PA.

En ce qui concerne la caractérisation géophysique de la municipalité, le climat est classé comme Aw (pluie tropicale avec saison sèche bien définie), avec une moyenne annuelle de 1 743 mm, 81 % et 26,3 oC, respectivement, en vue de la période de juillet à novembre faible disponibilité en eau; la végétation est classée dans la forêt équatoriale subperenifolienne subperenifolienne subperenifolian, la forêt équatoriale dense des basses terres et la forêt équatoriale plunifolienne alluviale dense; a une altitude moyenne de 89 m; le sol est principalement (95%) type latosol jaune, et le réseau hydrographique est composé de deux bassins principaux : la rivière Capim et la rivière Gurupi (PINTO et al., 2009).

L’une des principales activités économiques en vigueur est axée sur l’agriculture, où les cultures prédominantes sont le soja (Glycine spp.), le maïs (Zea mays L.), le manioc (Manihot esculenta Crantz) et le tournesol (Helianthus annuus L.).  La municipalité diffère considérablement des autres dans la région en ce qui concerne la façon de pratiquer l’agriculture, et dans le truquage des propriétés, car il est normal de trouver des producteurs qui utilisent un niveau technologique élevé (ALVES; CHÊNE; SILVA, 2014).

Cependant, semblable aux zones cultivées avec des céréales en Amazonie, dans cette municipalité, le système de culture conventionnel ou traditionnel est pratiqué. Cela se caractérise par l’utilisation intensive de la mécanisation et de la monoculture, laissant, dans la plupart des cas, le sol exposé, ayant comme conséquence la perte de matière organique et d’érosion (SOUZA et al., 2017).

4. RESULTATS ET DISCUSSION

4.1 EN CE QUI CONCERNE LA PRODUCTION DE SOJA

Les données obtenues sur la production de soja indiquent qu’il y a eu une tendance à la croissance de la production de soja à Paragominas au cours de la période analysée, c’est-à-dire de 2008 à 2016 (figure 02).

Figure 2 – Évolution de la zone plantée de soja dans la municipalité de Paragominas – PA.

Il a été remarqué, à partir de l’analyse des données, qu’au premier triennium (2008-2010), la superficie plantée de soja correspondait à 52 520 ha; dans le deuxième triennium (2011-2013), la superficie destinée à la culture du soja était équivalente à 114 720 ha (118,43 %). Enfin, au troisième triennium (2014-2016), la superficie plantée correspondait à 239 163 ha (108,47 %), avec une tendance involutive (-9,96 %).

Études menées dans les municipalités d’Aceguô, Bagé et Dom Pedrito (RS), réalisées par Kuplich; Capone, Capone; Costa (2018) a corroboré l’étude menée dans la municipalité de Paragominas (PA), parce qu’ils ont conclu que la zone plantée de soja en 2015 était, respectivement, 250, 52 et 38 fois plus élevée par rapport à la première année d’analyse (2000). Selon l’étude, à Aceguô, la zone plantée de soja en 2015 a augmenté de 1 150 % par rapport à 2005; dans la commune de Bagé, la superficie plantée entre 2005 et 2015 a augmenté d’environ 191,7%. Et dans la municipalité de Dom Pedrito, en 2015, la superficie plantée a augmenté de 204% et a été distribuée dans toute la municipalité. Dans la recherche menée à Paragominas, il a été constaté qu’il y avait une croissance parallèle entre 2008 et 2016.

Une autre étude réalisée par Brochado (2017), dans la municipalité de Santana do Araguaia (PA), la plupart des zones auparavant destinées aux pâturages, est axée sur la culture du soja. Dans le Parô, la production d’oléoise est principalement concentrée dans les municipalités de la région méridionale et a également une production importante dans la municipalité de Santarém, dans la région de la Basse-Amazonie. Dans les municipalités de Paragominas, Dom Eliseu, Ulian-polis et Rondon do Paro, la récolte 2016 a atteint environ 180 000 ha de superficie plantée de soja. Par conséquent, il était évident que la croissance de la sojiculture dans la municipalité analysée n’est pas le travail de hasard.

4.2 JUSQU’À LA ZONE NON PRÉUE

En ce qui concerne la zone déboisé dans la municipalité de Paragominas, on a observé, à travers les données, qu’il y avait une tendance à la croissance de la superficie totale au cours des périodes de trois ans analysées (figure 3).

Figure 3 – Évolution de la zone déboisé dans la municipalité de Paragominas – PA.

Il a été constaté, à partir de l’analyse des données, qu’au premier triennium (2008-2010), la zone déboisé correspondait à 2 555 710 ha; au deuxième triennium (2011-2013) a atteint 2 598 920 ha (1,69 %). Enfin, au troisième triennium (2014-2016), la déforestation s’est élevée à 2 619 570 ha (0,79 %), avec une tendance involutive (- 0,9 %). Les données indiquent également que, malgré la tendance à la croissance de la zone déboisé, il y a eu une tendance à la baisse entre le deuxième et le troisième triennium, qui dénote la présence de l’exécution des mesures réglementaires municipales, qui ont contribué à la réduction des taux de déforestation.

Dans la recherche menée par Delazeri (2016), dans les municipalités de Parô qui composent l’Arc déforestation (Altamira, Brasil Novo, Cumaru do Norte, Dom Eliseu, Itupiranga, Marabô, Novo Progresso, Novo Repartimento, Pacajô, Paragominas, Rondon do Parô, Santa Maria das Barreiras, Santana do Araguaia, Sao Félix do Xingu, Thaïlande et Ulian-polis), il a été indiqué que la baisse des taux de déforestation peut être attribuée aux politiques environnementales (Plan d’action pour la prévention et le contrôle de la déforestation en Amazonie juridique (PCDAm), introduit dans la seconde moitié des années 2000. A Paragominas, ce processus s’est produit en 2008, à partir de la mise en œuvre du “Projet de municipalité verte”, avec l’élaboration d’un pacte contre la déforestation entre le gouvernement et la société locale.

Dans l’analyse annuelle des données obtenues, il a été constaté qu’entre 2008 et 2016, une tendance à la croissance dans la zone déboisé, puisque, en 2008, ce taux était équivalent à 841 540 ha et, huit ans plus tard, a évolué à 875 350 ha en 2016, soit une augmentation de 4,01% au cours de cette période.

L’étude menée par Pampelune (2017), dans la municipalité de Barreiras – BA, a conclu que l’évolution de la déforestation entre 1990 et 2016 a montré une tendance évolutive de 24% et, dans une analyse plus détaillée, cet auteur a ajouté qu’en 1990, le taux était équivalent à 13% , cependant, 26 ans plus tard, il y a eu une évolution à 37%, avec une variation équivalente à 24%. Cette étude a également conclu qu’entre 2010 et 2016, le taux d’augmentation de la déforestation correspondait à 7 %, et était la période où la croissance était la plus élevée par rapport aux années précédentes. Enfin, l’auteur a conclu que, dans l’intervalle analysé, 59 507,2 ha de zones de végétation indigène ont été débogés, ce qui indique une tendance à la continuité de l’expansion agricole dans la zone d’étude.

Dans une enquête menée par Mengatto Junior; Arbre d’olivier; Silva (2017) dans la municipalité de Marabô – PA, l’évaluation des données de PRODES Digital pour la municipalité a indiqué qu’il y avait une augmentation des zones débogées, cartographiées sur quinze ans analysées (2000 à 2015), car il est passé de 5 818,9 km2 en 2010 à un total de 8 533,5 km2 en 2015. En ce qui concerne le taux d’augmentation de la déforestation, à Marabô il y avait une augmentation de 46,6%, déjà dans la municipalité de Paragominas – PA, cette augmentation a été de 4,01%.

4.3 QUANT AUX EXTERNALITÉS POSITIVES ET NÉGATIVES DANS LA MUNICIPALITÉ DE PARAGOMINAS – PA

4.3.1 CROISSANCE DU PIB PAR HABITANT

En ce qui concerne la relation entre la valeur avancée de la production de soja, il y avait aussi une propension à évoluer dans le PIB de la municipalité de Paragominas (tableau 2).

Tableau 2 – Données sur la production et le PIB du soja dans la municipalité de Paragominas – PA.

AnnéeProduction de soja (t.)PIB (R$)
200835.1604.290.238.000
200942.6003.467.596.000
201071.8206.453.706.230
2011119.5157.322.330.400
2012123.7404.598.608.690
2013121.8003.095.759.160
2014121.8005.605.753.640
2015275.5006.684.730.690

Source : Préparé par les auteurs (2018) à partir de données contenues dans l’ IBGE (2017b).

Les données ont indiqué une évolution du PIB local, passant de 4 290 238 000 ,000 R$, avec une production de soja équivalente à 35 160 tonnes en 2008, à un PIB de 6 684 730 690,00 dollars, dont la production de soja est égale à 275 500 tonnes en 2015. En ce qui concerne l’analyse de données spécifiques sur le PIB de Paragominas, cela indique que, de 2008 à 2015, il y a eu une augmentation de 55,81%. Dans ce cas, la croissance du PIB dans la municipalité peut être directement liée à l’avancée de la production de soja, puisque cette activité a également affiché un taux de croissance (52 520 ha à 239 163 ha) au cours des trois années analysées (2008-2010; 2011-2013; 2014-2016).

La recherche menée à Dom Pedrito (RS), par Borges; Simons; Trindade (2016), a indiqué que la municipalité présentait de bons indices socio-économiques, avec un pib de 605 054 586,00 R$ et une production de soja équivalente à 39 600 tonnes en 2008, à 977 858 471,00 R$ et une production de soja égale à 180 900 tonnes en 2013. Comme dans Dom Pedrito – RS, les avantages de la production d’oléoulités à Paragominas – PA, se reflète dans l’économie locale, de sorte que la bonne performance du PIB est une externalité positive, provenant de la production céréalière à grande échelle dans la municipalité.

4.3.2 EVOLUTION OF SCHOOL ENROLMENTS, NUMBER OF SCHOOLS AND TEACHERS HIRED

En ce qui concerne l’évolution des inscriptions à l’école, le nombre d’écoles et d’enseignants embauchés dans la ville de Paragominas, les données analysées ont indiqué une tendance à la baisse de ces exigences (figure 4).

Figure 4 – Évolution du nombre d’inscriptions effectuées, nombre d’écoles et de contrats d’enseignants à Paragominas – PA.

Quant à l’analyse des données relatives au nombre d’inscriptions, d’écoles et d’enseignants, il est à noter que :

(1) Le nombre d’inscriptions observées a été modifié, avec 61 786 000 inscriptions en 2009, 63 414 000 en 2012 et 59 596 000 en 2015;

(2) il y a eu une diminution du nombre d’écoles, comme en 2009 il y en avait 372 en 2012, qui est tombé à 332, alors qu’en 2015, il ne comptait que 318 écoles et,

(3) par rapport au nombre d’enseignants embauchés, en 2009, il y a eu un total de 1 824, 1 868 en 2012 et, en 2015, 1 490 enseignants ont été embauchés.

En ce qui concerne le nombre d’inscriptions effectuées et d’enseignants embauchés dans la municipalité, on a perçu un rendement plus élevé de ces exigences en 2012. La même année, la valeur de la production de soja a augmenté de plus de 56 % par rapport à l’année précédente, de sorte qu’il y a eu une augmentation du PIB de l’agriculture; toutefois, l’augmentation du rendement du soja ne représentait que 3 % du PIB de la municipalité de Paragominas. Ainsi, il ne représentait pas une augmentation significative du PIB municipal et, par conséquent, il n’était pas un facteur déterminant de l’augmentation du nombre d’inscriptions et d’embauche d’enseignants. Cette augmentation cette année pourrait être liée à des facteurs tels que le meilleur développement d’autres secteurs économiques (p. ex., l’exploitation forestière, la production de charbon, le reboisement, l’exploitation minière de bauxite, l’industrie et les services), qui n’ont pas fait l’objet de cette Étude.

Une étude menée dans la commune de Porto Nacional (TO), réalisée par Silva et Rodrigues (2016), a analysé les principaux impacts sociaux générés dans la municipalité en raison de la culture du soja pour la production de biodiesel et a lié les recettes plus élevées à l’amélioration des Éducation. L’étude a conclu que plus les recettes de la municipalité sont élevées, plus la disponibilité des services publics est grande et, par conséquent, plus l’infrastructure urbaine est grande. Ainsi, il y aurait une augmentation de l’infrastructure éducative et diminuerait le décrochage scolaire. Dans la municipalité de Paragominas, cet effet de chaîne n’était pas évident, car, dans les années où le développement économique s’est amélioré, au cours de la période analysée, il y a eu une diminution des facteurs importants pour l’éducation, c’est-à-dire que l’investissement dans ce secteur ne l’externalité positive résultant de l’évolution de la sojiculture dans la municipalité.

4.3.3 CORRÉLATION ENTRE LA ZONE PLANTÉE DE SOJA ET LA ZONE NON D’ALGUE

La corrélation de Pearson nous a permis de vérifier la relation d’importance entre la zone plantée avec la culture du soja et la zone déboisé dans la municipalité de Paragominas (figure 05).

Figure 5 – Corrélation entre la zone plantée de soja et la zone déboisé dans la municipalité de Paragominas – PA.

Pour l’analyse de la zone plantée de soja et de la zone déboisé, les données indiquaient une corrélation positive qualifiée de forte (r à 0,81). Ces données nous permettent d’inférer qu’il existe un lien direct entre les totaux de la superficie plantée de soja et l’augmentation de la déforestation des hectares, c’est-à-dire combien elle a été déboisé chaque année, en ce qui concerne le processus de développement agricole à Paragominas.

Les études menées dans les municipalités ci-dessous (tableau 3) présentent une corrélation Pearson (r) établie entre 0,81 et 0,99.

Tableau 3 – Valeurs de coefficient Pearson (r) dans les municipalités des États de: Mato Grosso – MT et Paro – PA.

Municipalitésr
Sinop – MT0,85
Sorriso – MT0,99
São Félix do Xingu – PA0,81

Sources: Brum; Dalfovo, Dalfovo; Benfica (2011), Giaretta (2017) et Magno et al. (2013).

Les valeurs de (r) trouvées par Brum; Dalfovo, Dalfovo; Benfica (2011) dans la municipalité de Sinop. dans Mato Grosso, (r à 0,85); Giaretta (2017) à Sorriso, dans le même état (r – 0,99), et Magno et al. (2013) à Sao Félix do Xingu, Parô (r – 0,81), étaient des consonnes à celle trouvée dans Paragominas (r – 0,81), car il y avait une forte corrélation entre les tendances de l’augmentation de la zone occupée par la plantation de soja et la zone déboisé (établie dans le 0,81 à 0,99). À Paragominas, la zone déboisé et la superficie de culture des oléolyses augmentent pratiquement dans la même proportion, de sorte que la déforestation est une externalité négative dérivée de l’avancée de la sojiculture dans la municipalité.

4.3.4 CORRÉLATION ENTRE LA DÉFORESTATION ET LES PRÉCIPITATIONS TOTALES

Les données obtenues et analysées pour la déforestation et les précipitations totales à Paragominas ont montré des tendances de croissance pour la déforestation et une diminution des précipitations au cours des périodes de trois ans analysées (figure 06).

Figure 6 – Relation entre la déforestation et les précipitations totales à Paragominas – PA.

La variation des précipitations a atteint des niveaux extrêmes, avec un maximum de 5 621,4 mm au premier triennium (2008-2010), et un minimum de 4 234,6 mm au troisième triennium (2014-2016). Cependant, la variation des précipitations peut être liée à plusieurs facteurs autres que la déforestation, comme la présence de La Nia et les activités anthropiques.

En ce qui concerne l’analyse de la corrélation (r) de Pearson entre les variables de déforestation et de précipitations, les données indiquent qu’il existe une relation inversement proportionnelle (r – 0,37), donc, l’adjectif en tant que relation faible, c’est-à-dire qu’elles ont une certaine indépendance entre eux. Ainsi, la déforestation n’influence pas significativement le niveau de précipitations dans la municipalité de Paragominas (PA).

L’étude de Santos, C; Satyamurty, Satyamurty; Santos, E. (2012), réalisé à Manaus (AM), a conclu que, dans le contexte amazonien, le changement climatique peut être lié à la fois aux activités liées à l’utilisation et à l’occupation des terres, ainsi qu’à des phénomènes naturels tels qu’El Nio et La Nisa. Dans la municipalité de Paragominas, les conditions atmosphériques, en particulier les précipitations, peuvent être liées aux variations climatiques mondiales résultant de causes naturelles. Ainsi, la déforestation n’est pas le principal agent causatif de la variation locale des précipitations, par conséquent, il n’est pas considéré comme une externalité négative en raison de l’avancée de la monoculture de soja.

Par conséquent, l’un des moyens d’atténuer l’externalité principale causée par la monoculture de soja, la déforestation, est d’appliquer des techniques de culture considérées comme plus durables, qui favorisent l’équilibre dans l’utilisation des terres pour l’activité économique, telles que , No-tillage, suivi de l’inoculation des graines pour la fixation biologique de l’azote (BNF). Ainsi, avec l’augmentation de la productivité des céréales, il n’y aura pas besoin d’ouvrir de nouvelles zones de culture afin d’répondre à la demande de production (BULEGON et al., 2016; LOSS et coll., 2011).

Une autre est l’utilisation de zones déjà débogées est l’un des facteurs qui peuvent augmenter l’augmentation de ce type d’action et, contribuant ainsi à la conservation de la biomasse végétale indigène, éviter la perte de nouveaux habitats, ainsi que déterminer la conservation de la diversité biologique de cette municipalité, en plus de contribuer à la conservation des zones de préservation permanente (PPA), en particulier les deux plans d’eau municipaux (rivière Uraim et paragominas/Rivière-de-Prainha).

5. CONCLUSION

La sojiculture a généré des externalités à la société dans laquelle elle a été insérée. Parmi eux, l’augmentation du PIB municipal, par suite de l’augmentation de l’économie locale causée par la sojicultura entre 2008 et 2016.

En ce qui concerne les externalités négatives, la corrélation entre l’avancée de la zone plantée de soja et la déforestation à Paragominas a été prouvée. Toutefois, il convient de souligner qu’il peut y avoir d’autres variables telles que le bétail, l’exploitation forestière et la production d’autres cultures dans la municipalité, ce qui a influencé l’augmentation de la superficie déboisé, mais qui n’ont pas été analysées dans ce Recherche.

Les données générées par cette étude, se référant à l’augmentation de la superficie plantée du soja, à l’augmentation de la superficie déboisé et au PIB municipal, à l’évolution du nombre d’inscriptions d’enseignants faits et embauchés, à la diminution du nombre d’écoles et à la variation des les précipitations, sont réels et permettront la poursuite des études futures impliquant la dynamique de la sojiculture.

RÉFÉRENCES

ABDALA, K. O.; RIBEIRO, F. L.; FERREIRA M. E. Risco de impactos ambientais gerados pela dinâmica de uso do solo. Revista Brasileira de Cartografia, Monte Carmelo, v. 68, n. 2, p. 235-252, 2016.

AGÊNCIA NACIONAL DE ÁGUAS. PORTAL – ANA. Portal HidroWeb. Disponível em: <http://www.snirh.gov.br/hidroweb/publico/apresentacao.jsf>. Acesso em: 22/95/2018.

ALMEIDA, L. C. B. Teoria economia ecológica. In: Pereira, R. S. (Org.). Gestão para o desenvolvimento econômico sustentável. São Paulo: Globus, 2013.

ALVES, L. W. R.; CARVALHO, E. J. M.; SILVA, L. G. T. Diagnóstico agrícola do município de Paragominas, PA. Belém: Embrapa- Amazônia Oriental, 2014.

ANTUNES, D. Externalidades negativas sobre o meio ambiente: processos econômicos de custeio. Revista de Ciências Gerenciais, São Paulo, v.13, n. 18, p.57-73, 2009.

ARAÚJO, R. C. Análise sobre a monocultura de soja e o desenvolvimento sustentável na Amazônia com base na teoria do desenvolvimento endógeno. Revista Economia e Desenvolvimento, Santa Maria v. 26, n. 1, p.106-118, 2014.

ARAÚJO, R. C.; PONTE, M. X. Agronegócios na Amazônia: ameaças e oportunidades para o desenvolvimento sustentável da região. Revista de Ciências Agroambientais, Alta Floresta, v. 13, n. 2, p.101-114, 2015.

ARTAXO, P. et al. Perspectiva de pesquisas na relação entre clima e o funcionamento da floresta amazônica. Ciência e Cultura, Campinas, v. 66, n. 3, p. 41-46, 2014.

AYRES, M. et al. BioEstat 5.0: aplicações estatísticas nas áreas das ciências biológicas e médicas. Belém: MCT; IDSM; CNPq, 2007. 364 p. il. Acompanha CD-ROM.

BALBINOT JUNIOR, A. A. et al. Análise da área, produção e produtividade da soja no Brasil em duas décadas (1997-2016). Londrina – PR: Embrapa Soja, 2017.

BORGES, S. C.; SIMÕES, F. S. B.; TRINDADE S. L. A Relação entre a Produção de Soja e o PIB no município de Dom Pedrito/Rs. Revista Agropampa, Dom Pedrito, v.1, n. 2, p. 169-180, 2016.

BROCHADO, M. L. C. Avaliação de cenários de desmatamento para o estado do Pará. 2017, 44 p.  Dissertação (Mestrado em geografia) – Universidade de Brasília – UNB, Brasília – DF, 2017.

BRUM, A. L.; DALFOVO, W. C. T.; AZUAGA, F. L. Alguns impactos da expansão da produção de soja no município de Sorriso-MT. Revista Desenvolvimento em Questão, Ijuí,v. 7, n. 14, p. 173-200, 2009.

BRUM, A. L.; DALFOVO, W. C. T.; BENFICA, V. C. A relação entre o desenvolvimento e o crescimento das culturas de grãos no município de Sinop-MT: uma análise para o período de 1984 a 2009. Revista Desenvolvimento em Questão, Ijuí, v. 9, n. 17, p.159-190, 2011.

BULEGON, L. G. et al. Componente de produção e produtividade da cultura de soja submetida à inoculação de Bradyrhizobium e Azospirillum. Revista Terra Latinoamericana, Chapingo – Estado do México, v. 34, n. 2, p. 169-176, 2016.

CPT. Comissão Pastoral da Terra Relatório. “Conflitos no campo 2016”. 2016. Disponível em:<https://www.cptnacional.org.br/component/jdownloads/summary/41-conflitos-no-campo-brasil-publicacao/14061-conflitos-no-campo-brasil-2016>. Acesso em: 08/06/2018.

DALL’AGNOL, A. A soja no brasil: evolução, causas, impactos e perspectivas. Congresso de la soja del Mercosur, 5.; FORO DE LA SOJA ASIA, 1, Rosario. Un grano: Un universo. [Rosário: Asociación de la cadena de la soja Argetina], 2011.Disponível em: <http://ainfo.cnptia.embrapa.br/digital/bitstream/item/47515/1/amelio.soja.2011.pdf>. Acesso em: 08/06/2018.

DELAZERI, L. M. Determinantes do desmatamento nos municípios do Arco Verde – Amazônia Legal: uma abordagem econométrica. Revista Economia-Ensaios, Uberlândia, v. 30, n. 2, p. 11-34, 2016.

DERANI, C.; SCHOLZ, M. C. A Injustiça ambiental das externalidades negativas das monoculturas para commodities agrícolas de exportação no Brasil. Revista Direito Agrário e Agroambiental, Maranhão, v. 3, n. 2, p. 1-25, 2017.

DEUS, R. M.; BAKONYI, S. M. C. O. Impacto da agricultura sobre o meio ambiente. Revista Eletrônica em Gestão, Educação e Tecnologia Ambiental, Santa Maria, v. 7, n. 7, p. 1306-1315, 2012.

DOMINGUES, M. S.; BERMANN, C. O Arco do desflorestamento na Amazônia: da pecuária à soja. Ambiente e Sociedade, São Paulo, v. 15, n. 2, p. 1-22, 2012.

EMBRAPA. Empresa Brasileira de Pesquisa Agropecuária. Perspectiva agrícolas no Brasil: desafios da agricultura brasileira 2015-2024. Capítulo 2 – Agricultura Brasileira: perspectivas e desafios. Brasília – DF: OCDE: FAO, 2015. 51p. Disponível em: <http://www.agri-outlook.org/>. Acesso em: 12/11/2017.

FERNANDES, P. A.; PESSÔA, V. L. S. O Cerrado e as suas atividades impactantes: uma leitura sobre o garimpo, a mineração e a agricultura mecanizada. Revista Eletrônica de Geografia, Rio Claro, v. 3, n. 7, p. 19-37, 2011.

FIRMINO, R. G.; FONSECA, M. B. Uma visão econômica dos impactos ambientais causados pela expansão da agricultura. Revista Econômica e Administração, São Paulo, v. 9, n. 18 p. 32-48, 2008.

FREDERICO, S. As cidades do agronegócio na fronteira agrícola moderna brasileira. Caderno Prudentino de Geografia, Presidente Prudente, v. 1, n. 33, p. 5-23,2011.

GAZZONI, D. L. A sustentabilidade da soja no contexto do agronegócio brasileiro e mundial. Londrina – PR: Embrapa, 2013.

GIARETTA, J. Produção agropecuária e suas interações com fatores ambientais, sociais e econômicos no município de Sorriso – Mato Grosso. 2017, 55 p. Dissertação (mestrado em Ambiente e Sistema de Produção Agrícola) – Universidade do Estado de Mato Grosso – UNEMAT, Tangará da Serra, 55 p, 2017.

GONZALEZ, R. A. et al. A influência do evento El Niño-Oscilação Sul e Atlântico Equatorial na precipitação sobre as regiões Norte e Nordeste da América do Sul. Revista Acta Amazônica, Manaus, v. 43, n. 4, p. 469-480, 2013.

GRANZIERA, M. M.; SAES, M. S. M. Um estudo da contribuição da agricultura multifuncional para o desenvolvimento rural sustentável. Revista de Gestão Ambiental e Sustentabilidade, São Paulo, v. 3, n. 1, p. 60-70, 2014.

IBGE. Instituto Brasileiro De Geografia E Estatística. Bases Cartográficas. Brasília, DF. 2017a. Disponível em: <https:// mapas.ibge.gov.br/bases-e-referenciais/basescartograficas/mapas-municipais>. Acesso em: 02 mai. 2018.

IBGE. Instituto Brasileiro De Geografia E Estatística. [email protected]. Brasília, DF. 2017b. Disponível em: < https://cidades.ibge.gov.br/ >. Acesso em: 20/10/2017.

INPE. Instituto Nacional de Pesquisas Espaciais. PRODES DIGITAL, Desflorestamento nos Municípios da Amazônia Legal para o ano de 2016. 2017. Disponível em: <http://www.dpi.inpe.br/prodesdigital/prodesmunicipal.php>. Acesso em: 18/ 10/2017.

IRIGARAY, C. T. et al. O Pantanal Matogrossense enquanto patrimônio nacional no contexto das mudanças climáticas. In:  SILVA, S. T., CUREAU, S.; LEUZINGER, M. (Orgs.). Mudança do Clima. Desafios jurídicos, econômicos e socioambientais. São Paulo: Fiuza, 2011.

KUPLICH, T. M.; CAPONE, V.; COSTA, L. F. F.  O avanço da soja no Bioma Pampa. Boletim Geográfico do Rio Grande do Sul, Porto Alegre, v. 32, n. 31, p. 83-100, 2018.

LOSS, A. et al. Agregação, carbono e nitrogênio em agregados do solo sob plantio direto com integração lavoura-pecuária. Pesquisa Agropecuária Brasileira, Brasília, v. 46, n. 10, p. 1269-1276, 2011.

MAGNO, R. A. M. et al. Configuração espacial do desflorestamento em fronteira agrícola na Amazônia: um estudo de caso na região de São Félix do Xingu, estado do Pará. Revista Nera, Presidente Prudente, v. 16, n. 22, p. 96-110, 2013.

MATOS, P. F.; PESSÔA V. L. S. O Agronegócio no Cerrado do Sudeste Goiano: uma leitura sobre Campo Alegre de Goiás, Catalão e Ipameri. Sociedade e Natureza, Uberlândia, v. 24, n. 1, p. 37-50, 2012.

MENGATTO JUNIOR, E. A.; OLIVEIRA, R. C.; SILVA, J. O município de Marabá, PA frente ao ZEE na Amazônia Legal: avaliação das taxas de desmatamento. Embrapa Informática Agropecuária-Artigo em anais de congresso (ALICE). SIMPÓSIO BRASILEIRO DE GEOGRAFIA FÍSICA APLICADA, 17.; CONGRESSO NACIONAL DE GEOGRAFIA FÍSICA, 1., 2017, Campinas. Os desafios da geografia física na fronteira do conhecimento. Campinas: Unicamp, 2017.

MIRANDA, R. S. O Agronegócio da soja no Brasil: do Estado ao capital privado. Revista Novos Rumos Sociológicos, Pelotas, v. 2, n. 2, p. 122-141, 2014.

NOBRE, C.  A. et al. Características do Clima Amazônico: Aspectos Principais. In: Keller, M. et al. (Eds). Amazonia and Global Change.  Washington, DC:  Geophysical Monograph, jan. 2019, p. 149-162.

OLIVEIRA NETO, A. A. Acompanhamento da safra brasileira. Companhia Nacional do Abastecimento (CONAB): Sexto levantamento, março 2017 – safra 2016/2017.: Brasília: Companhia Nacional de Abastecimento, 2017. Disponível em: < http://www.conab.gov.br>. Acesso em: 13/11/2017.

OLIVEIRA, C. M.; SANTANA, A. C. A governança no Arranjo Produtivo de Grãos de Santarém e Belterra, estado do Pará: uma análise a partir do grão soja. Revista de Economia e Sociologia Rural. Brasília, v. 50, n. 4, p. 683-704, 2012.

PAMPLONA, N. L. Mudanças no uso e cobertura da terra no município de Barreiras – BA entre 1990 e 2016. 2017. 44 p. Monografia (Graduação em Engenharia Ambiental) – Faculdade de Tecnologia, Universidade de Brasília. Brasília – DF. 2017.

PINTO, A. et al. Diagnóstico Socioeconômico e Florestal do município de Paragominas. Relatório Técnico. Belém – PA: Imazon, 2009.

PORTO. M. L.; JESUS, E. S.; PEREIRA JÚNIOR, A. Análise das tendências nas relações entre fluxo de veículos, arborização e os níveis de intensidade de ruído. Ecologia e Nutrição Florestal, Santa Maria, v.5, n. 3, p. 87-97, 2017.

PRODANOV, C. C.; FREITAS, E. C. Metodologia do trabalho científico: métodos e técnicas da pesquisa e do trabalho acadêmico. 2 ed. Novo Hamburgo – RS: Universidade Feevale, 2013.

QUEIROZ, F. A. Impactos da sojicultura de exportação sobre a biodiversidade do Cerrado. Sociedade e Natureza, Uberlândia, v. 21, n. 2, p. 193-209, 2009.

RIVERO, S. et al. Pecuária e desmatamento: uma análise das principais causas diretas do desmatamento da Amazônia. Nova Economia, Belo Horizonte, v. 19, n. 1, p. 41-66, 2011.

SAKAMOTO, C. K.; SILVEIRA, I. O. Como fazer projetos e Iniciação Científica. São Paulo : PAULUS, 2014.

SANTOS, C. A. C.; SATYAMURTY, P.; SANTOS E. M. Tendências de índice de extremos climáticos para a região de Manaus-AM. Acta Amazonica, Manaus – AM, v. 42, n. 3, p.329-336, set. 2012.

SANTOS, S. R. Q. et al. Regime térmico e hídrico do solo para área de floresta tropical em anos de El Niño e La Niña, Caxiuanã-PA: estudo de caso. Revista Brasileira de Meteorologia, São Paulo, v. 26, n. 3, p. 367-374, 2011.

SEVERINO, A. J. Metodologia do trabalho científico. 24  ed.  São Paulo: Cortez, 2017.

SILVA, C. A. F. Corporação e Agronegócio da soja na Amazônia. Revista ACTA Geográfica, Boa Vista, v. 2, n. 3, p.29-40, 2008.

SILVA, T. L. A.; RODRIGUES, L. H. Avaliação sistêmica dos impactos sociais da produção de soja para biocombustíveis na região central do estado de Tocantins. 2016. 140 p. Dissertação (mestrado em Engenharia de Produção e Sistemas) – Universidade do Vale do Rio dos Sinos, São Leopoldo – RS, 2016.

SILVEIRA, D. T.; CÓRDOVA, T. E. A pesquisa científica. In: Gerhardt, T. E.; Silveira, D. T. (Org.). Métodos de pesquisa. Porto Alegre: Editora de UFRGS, 2009, p. 31-42.

SOUZA, L. M. et al. Avaliação do uso e cobertura da terra em Paragominas e Ulianópolis – PA, utilizando dados do projeto TERRACLASS. Revista Brasileira de Cartografia, Uberlândia, v. 3, n. 3, p. 421-431, 2017.

SOUZA, P. J. O. P.; ROCHA, E. J. P.; RIBEIRO A. Impactos do avanço da soja no balanço de radiação no leste da Amazônia. Acta Amazônica, Manaus, v. 43, n. 2, p. 169-178, 2013.

[1] Diplômé en génie de l’environnement. Université d’État de Parô. Center for Natural Sciences and Technology.

[2] Diplômé en génie de l’environnement. Université d’État de Parô. Center for Natural Sciences and Technology.

[3] Diplômé en génie de l’environnement. Université d’État de Parô. Center for Natural Sciences and Technology.

[4] Diplômé en génie de l’environnement. Université d’État de Parô. Center for Natural Sciences and Technology.

[5] Docteur en sciences du climat. Université d’État de Parô. Center for Natural Sciences and Technology.

[6] Maîtrise en sciences de l’environnement. Université d’État de Parô. Center for Natural Sciences and Technology.

Soumis : novembre 2019.

Approuvé : décembre 2019.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here