Revenu et la Tradition : un récit épistémologique

0
163
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI [ SOLICITAR AGORA! ]
Revenu et la Tradition : un récit épistémologique
5 (100%) 1 vote
ARTIGO EM PDF

JUNIOR, Jackson Bouéres Damasceno [1]

KUBO, Rumi Regina [2]

JUNIOR, Jackson Bouéres Damasceno; KUBO, Rumi Regina. Revenu et la Tradition : un récit épistémologique. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. 07 edition. année 02, vol. 02. PP 136-161, octobre 2017. ISSN : 0959-2448

RÉSUMÉ

Dans les communautés rurales la relation entre la production agricole, la culture et la tradition sont des éléments de caractérisation sociale essentielle pour le développement rural. Caractérise principalement par la conformation adaptée à l’environnement physique, les contraintes environnementales et potentiels façonner des formes de vie et l’utilisation de ces ressources dans la capacité de production, en témoignent de généré des conditions environnementales de restructuration, même Cela, à tout moment peut être utilisé par le capital. La reconstruction du processus, ce qui a entraîné historiquement vécu des indicateurs d’exclusion sociale dans les pays les plus pauvres, une théorie qui peut expliquer ce fait, est celui qui traite de l’extension des frontières de la capitale et la nécessité d’élargir les marchés consommateurs locaux. Ce document propose que l’implication directe des familles d’agriculteurs en décidant, dans la formulation de politiques qui embrasseront les communautés traditionnelles ou non, sont en mesure de briser cette logique de l’absence de représentation des catégories spécifiques qui existent dans les zones rurales.

Mots-clés: Organisation sociale, les moyens de subsistance. Développement rural.

INTRODUCTION

Dans les communautés rurales, la relation entre la production agricole, culture et tradition de sociétés spécifiques devrait considérer comme éléments de caractérisation sociale est essentiel pour le développement rural.

Les formes d’organisation sociale, Division des normes du travail, technologiques, structuration des terres et la structure économique ont peu de rapport avec les unités de production des ménages des forces extérieures (remplacement de modèles économiques et autochtones), donc mise en forme les chances que les traditions construites ne donnent pas plus dépannent compte local.

Ceux-ci, caractérisée principalement en formant votre adaptés à l’environnement physique, leur potentiel, formant les limites environnementales des formes de vie et l’utilisation de ces ressources a mis en évidence une capacité productive capable de générer des conditions de restructuration le milieu environnemental.

Cet espace physique, approprié pour les sociétés en question, est immédiatement transformé et mis au point des techniques et des moyens d’utilisation des ressources, ciblant principalement la satisfaction des besoins fondamentaux, comme la nourriture, de vêtements, de culture et de loisirs.

On observe que les questions liées au logement et à l’éducation sont placées dans le fond, gagne une plus grande importance, les questions liées au processus de génération de la production et le revenu.

De cette façon, la relation entre la planification agricole, la culture et l’économie est présente dans la vie quotidienne des sociétés rurales, étant associé à la notion de fait social, qu’ils soient traditionnels ou non.

Ce concept fait référence à ces éléments d’être présent dans toutes les situations rencontrées par les communautés rurales, dans tous les aspects de la vie quotidienne, la farine, dans ce cas particulier est la base du pouvoir et économie.

Ce processus, actuellement en cours, suggère que, dans la plupart des cas où les normes adoptées sur le plan culturel remplacera entièrement par des procédés qui insistent sur les autres fonctions des activités économiques, tels que les aspects purement quantitatives.

Ainsi, restreignant l’ensemble du processus de production et la productivité éléments destinés à l’insertion finale des sociétés en question dans le marché commun, et il y a un besoin croissant d’utiliser la terre et ses ressources.

Ce différend, considérée comme cruels, se manifeste tous les jours au sein des sociétés rurales, car l’appel de consommateurs est une réalité constante et de plus en plus fort dans la réalité des familles de paysans.

De cette façon, il est reconstruit le processus connu historiquement, et qui ont abouti à des indicateurs d’exclusion sociale dans les pays les plus pauvres, une théorie qui peut rendre compte de ce fait est celui qui traite de l’extension des frontières de la capitale et le besoin d’expansion de marchés de consommation locale.

Cette approche ne croit pas en la chance de ces familles qui ne dépendent pas exclusivement sur l’environnement physique et ceux qui n’ont pas été exaucées par les politiques publiques adoptées, qui est, l’État, de mettre en œuvre des politiques de développement rural, n’est pas en mesure d’observer les différentes formes et besoins des recours présentés par les sociétés.

Dans ce contexte, afin d’éviter la reproduction de ce modèle, il y a un réel besoin d’implication directe des familles d’agriculteurs dans le processus décisionnel, dans la formulation des politiques qui seront adoptées dans les communautés traditionnelles ou non, briser la logique de la représentation des catégories spécifiques qui existent dans les zones rurales.

LA PRODUCTION TRADITIONNELLE OBSERVÉE AU SUJET DE LA LOGIQUE DU DÉVELOPPEMENT RURAL

Une grande partie des activités agricoles traditionnelles pratiquées dans les régions tropicales humides de la planète en commun caractéristiques, obtention du nom générique de l’agriculture itinérante (PEDROSO JÚNIOR ; MURRIETA ; ADAMS, 2008), si indigène, quilombolas ou autre groupe social spécifique, vu comme l’une de ses principales dispose de la dépendance de l’environnement physique, à laquelle ces sociétés sont incluses.

Pour le développement de leurs activités économiques, des entreprises traditionnelles s’occuper des éléments environnementaux représentées par le sol, la semence, par leurs fruits, légumes et pour les produits qui proviennent de la terre, et ceux-ci sont présents dans les aliments, religion, fêtes et autres moments importants dans la vie des communautés rurales.

Conklin (1961), cité par Pedroso Júnior, Murrieta et Adams (2008), a défini la forme de la production alimentaire par les communautés traditionnelles comme étant continu système agricole, où les clairières sont ouverts à être cultivés pendant une période plus courte que la destinés à la jachère des terres pour être pratiqué dans de nombreuses régions du globe et incluent un certain nombre de techniques. Autres termes sont utilisés aussi pour le désigner comme slash-and-burn agriculture, jachères ou coupe et brûle.

Pour venir de l’activité agricole traditionnelle (indispensable à la survie des exploitations familiales dans la municipalité de Presidente Juscelino-MA) être développé, certaines conditions sont nécessaires qui vont au-delà de la capacité de travailler, territoriales et domaine fourniture de capital monétaire et infrastructure productive, par exemple, le niveau d’organisation et d’articulation interne des sociétés paysannes.

Et bon nombre de ces conditions sont associées à des facteurs structurels comme des relations sociales, de la parenté et de réciprocité fondée sur le principe de confiance. Ces relations renvoient aux normes traditionnelles développé et grandi avec le vrai but de la formation d’une identité locale, responsable de l’intégrité culturelle et favoriser les processus de l’organisation locale.

L’aboutissement de ce processus est observée dans les soirées, dans la religion et de la manière dans quel visage de sociétés locales leurs problèmes quotidiens, reflétant directement dans les pratiques qui se réfèrent à des mesures concertées, sans, toutefois, ont pour but explicit de génération de revenu monétaire. Cette période des fêtes il y a l’implication de chacun dans la Communauté, où chaque personne a une fonction spécifique, et le résultat final est partagé par tous.

Si nous observons les célébrations se réfèrent généralement à la récolte de céréales, fruits et aussi des saints de la dévotion des fermiers, qui sont adorées afin d’assurer une bonne récolte, faire la pluie tombent dans la période de plantation, afin de permettre un bon Mariages et de nombreux enfants et ainsi de suite, toujours observer les principes et l’approche de la nature, la configuration d’une relation très forte entre l’environnement, la culture, la tradition et la religion, qui est tout à fait la vie des paysans.

Dans ce contexte, les parties sont configurés comme un axe central du processus organisationnel, étant donné que tous les processus qui motivent sont liés à la production économique et la génération de travail à la main pour promouvoir ces activités. Donc, célébrations avec grande mobilisation sociale signifie une société souhaite conserver leurs habitudes culturelles, tandis que les célébrations qui ne parviennent pas à attirer l’attention de la population locale est un signe de désorganisation sociale profonde, un fait noté clairement dans le cadre de cette recherche. Un exemple clair de ce qui est discuté sont les vacances qui n’arrivent plus dans le bourg de Folhal, le résultat de désorganisation sociale et qui présentent plus dans la réalité de Juçaral galopante.

FORMES INDIGÈNES DE L’UTILISATION DE Le ŒUVRE À DES FINS D’ORGANISATION SOCIALE ET POLITIQUE

Champ recherche a permis d’identifier trois moments clés où il y a un distribution/partage / l’échange de la population active, dans l’exercice des activités agricoles. Ces phénomènes sont présentés sous la forme d’un échange quotidien pour le développement de l’activité agricole, environnementales emplois nettoyage et l’entretien des zones de production parfois qu’il y a plus besoin de travailler, les ressources environnementales dans la région où ces les populations habitent et à la préparation et l’organisation d’actions pour les parties commémoratives.

  • Le) change tous les jours :

La coopération entre les familles d’agriculteurs est une pratique où les phénomènes inhabituels sont observées dans d’autres sociétés. Parmi ces phénomènes, l’échange de jours ouvrables ou échange tout simplement quotidienne est le principal, établissant comme un instrument important d’unité sociale et la préservation des pratiques traditionnelles.

Trading quotidien est de fournir du travail personnel et votre famille à d’autres familles d’agriculteurs, qui, à ce moment précis, exigent des travaux supplémentaires au-delà des montants offerts dans la cellule familiale de la stratégie de production de survivre est entraînée par des facteurs non liés à votre capacité de gouvernance.

La nécessité d’une plus grande quantité du travail dans l’unité familiale de production provient principalement de la courte période de préparation de la zone de plantation de plantations, qui passe généralement après les premières pluies, ce qui permettront un bon développement des plantes cultivé.

Ces activités dépendent de facteurs environnementaux. De cette façon, constitue une stratégie de survie développée par les familles d’agriculteurs, conformément aux caractéristiques locales.

Généralement, dans les collectivités interrogées, échanges quotidiens se produit au moment de la perceuse (forêt secondaire) pour la culture, à l’ouverture de la coupe-feu, qui constitue un nettoyage de la végétation de la zone frontière marginal, la culture faire obstacle à l’avancement de la feu sur la végétation d’entrée et autres plantations et enfin à l’heure de slash-and-burn, c'est-à-dire le retrait du reste des racines et des branches d’arbres qui n’étaient pas transformés en gris par le feu.

  • b) l’organisation des fêtes religieuses et culturelles :

Un autre mode change tous les jours, fréquent dans les communautés étudiées, se rapporte à l’échange et même le don de tous les jours à l’organisation et la tenue d’événements culturels et religieux, s’annonce comme un grand effort collectif. À ces occasions, il y a aussi une très grande demande, et que de cette manière (grâce au don quotidien) est que ces moments se produisent.

Nettoyage l’yard, la réforme de l’abri, la suppression du mât, la collection de produits (viandes, céréales et fruits), de préparation des aliments et de la distribution de nourriture, la sécurité et, par la suite, nettoyage de l’environnement, après la fête, est certaines des activités développé par la Communauté dans le but de réalisation de l’événement.

Dans le cadre de l’étude, il apparaît que les parties et les événements sociaux sont d’une importance fondamentale pour le maintien de l’identité des entreprises qui effectuer, une fois, de célébrer le fait d’être et existant. Dans ces moments, sont la vie sur la photo, tradition et confirmé le promoteur unique de moyens d’existence du parti de la société, indiquant le renouvellement du cycle social développé. Les principaux partis sont religieux, très commune dans les noirs Juçaral et Boa Vista, pins et Tambor de Mina, patrimoine religieux quilombo.

  • c) nettoyage et entretien des ressources naturelles existantes :

Ce phénomène fait référence à l’exigence selon laquelle les compagnies ont en préservation des sources d’eau, des dépôts naturels et des espèces endémiques d’importance économique, entre autres activités.

À l’observation de ces éléments est requis un travail important à « dominer la nature » et rendre la vie humaine possible dans un contexte environnemental particulier. Par conséquent, il devient nécessaire d’utiliser le travail des voisins et des proches, qui répondent aux besoins présentés, avec la confiance que lorsqu’ils ont besoin de main d’oeuvre, seront traitées rapidement par les familles qui ont reçu le « don ».

Un exemple précis du fait susmentionné est que certains membres de ces communautés ne pratiquent pas l’extraction de juçara, mais grandir de manioc pour faire de la farine. De cette façon, le travail des agriculteurs du manioc servira à nettoyer le juçaral, ainsi que le travail de récolte juçara, qui sera utilisé sur le désherbage des bâtons de manioc.

La donation, anthropologique phénomène étudié par Mauss (1991), correspond à un contrat, Loi tacite reçoivent au moment requis que les emplois « donnés » à d’autres agriculteurs ou les groupes d’agriculteurs qui ont des besoins similaires et des cultures très proches, alors qu’il y ait un complément entre les produits échangés.

Pour Mauss (1991), les dons sont présents dans de nombreuses sociétés, notamment la campagne, qui a pour but d’échange des « dons », chez des volontaires de la théorie, en fait, les données obligatoires et compensé, donc un élément important de la cohésion sociale et responsable des moyens traditionnels de la vie de ces sociétés.

Du point de vue d’économie, Mauss (1991) fait remarquer que le don est fondamental à la réalisation des tâches plus grandes qui ne pourraient pas être développées par une seule famille d’agriculteur, la main-d'œuvre disponible dans la cellule familiale ne suffire pas.

Pour Mauss (1991), en termes de production agricole, le cadeau peut être considéré comme un don, même face à l’obligation de renvoyer, parce que ce don dépend de la survie du groupe résidentiel.

Ce cadre, il y a une grande implication des entreprises interrogées dans les pratiques des ruisseaux et fontaines où naissent des juçareiras de nettoyage et la production de mangue et noix de cajou.

L’approche des familles de paysans, avec les marchés officiels, peut contribuer à une certaine perte d’identité culturelle, affaiblissement de la relation avec l’environnement. Donc, le réel besoin pour les marchés propres stratégies pour ces producteurs, ayant comme caractéristique principale de la différenciation des produits en provenance des communautés traditionnelles ensemble pour ceux qui sont produits dans le commerce.

Mais, en revanche, ces relations sociales et environnementales peuvent aussi être renforcées, car les produits présentés aux marchés portent en elles les propres caractéristiques culturelles des communautés d’origine. Fait observé dans cette recherche.

Mauss (2001) note cette contradiction et met la nécessité de considérer le fait que les produits fabriqués dans des unités familiales sont le résultat d’un système social, ils ont des caractéristiques particulières de cette société souvent ne pas traduire en consommateurs exigent, comme une conséquence directe de la production excédentaire, qui par la suite sera destinée aux marchés et ne peut pas être absorbée par le processus de la consommation, il existe une différence latente entre les produits commerciaux et identité.

Cette distinction peut dériver la différenciation entre les produits et marchandises. Les marchandises sont produites afin de satisfaire les besoins alimentaires et économiques avec la commercialisation de générer un revenu monétaire excédentaire. Les marchandises, selon le contexte où ils sont insérés, promouvoir plus de souveraineté alimentaire, car ils sont utilisés pour maintenir l’unité sociale, de préserver les aspects de l’identité et les traditions qui sont responsables de la culture.

Les marchandises sont conçues dans le but de satisfaction de qui le produit, bien qu’ayant un grand potentiel d’utilisation comme produit. Ce fait est démontré dans certains produits spécifiques, tels que farine fromage et manioc minas, produit en bonne vue sur les pins, la culture des parties Juçaral des noirs, entre autres.

Dans ce contexte, Kopytoff (2008) considère que, outre les aspects sociaux, la différence entre les produits et marchandises pour votre valeur économique. L’auteur déclare que le produit ou la marchandise est donné localement, qui produit, soulignant notamment l’importance de celui-ci pour que la société et de la satisfaction de leurs besoins les plus urgents. Même dans ce cas, en supposant que les valeurs de marché, avec un frais de commercialisation plus élevés.

PRODUITS ID : VALEUR ET PRODUCTION DANS LES COMMUNAUTÉS TRADITIONNELLES DANS LES ZONES RURALES

Mauss notes (2001) qui maintiennent la production avec les caractéristiques de l’identité propre à chaque société rurale spécifique est un droit des groupes ruraux, leur adaptation de décider comment ils seront conçoivent leurs produits. En ce qui concerne la technique de production utilisée dans le processus de production, c’est aussi une décision de chaque groupe social spécifique, mais, pour l’essentiel, ce droit est utilisé par les amateurs des réformes technologiques en tant qu’argument à une cote biaisée de ces communautés rurales traditionnelles.

Dans ce contexte, le terme traditionnel est confondu avec terme inefficace ou même tardive. Oubliez les méthodes traditionnelles pour assurer les formulaires remplace génération d’échelle productive à transmettre aux marchés serait le seul moyen de ces sociétés rurales reposant simplement certain niveau de développement économique, la structure sociale de déconstruction aliments, produits existants prospéré par le ministre des siècles, dans le but d’élargir l’égal d’approvisionnement alimentaire à commercialement.

Gehlen (2004) note que la compétitivité et la professionnalisation des agriculteurs traditionnels permet de surmonter les inégalités sociales dans les zones rurales, au contraire, l’auteur déclare que la production agricole de remorquage à la demande des marchés met à profit certains responsable de la plus grande vulnérabilité des segments sociaux.

Rupture des liens sociaux basés sur la culture de la réciprocité est d’augmenter les chances d’échec économique et par conséquent augmenter les possibilités d’abandon de l’activité agricole, ce qui améliore le rendement de ces familles dans d’autres contextes différents de l’agriculture ou même rural.

L’examen des moyens d’existence (ELLIS, 1998, 2000) apporte des arguments substantiels qui renforcent les stratégies adaptées à la préservation des agriculteurs traditionnels. L’approche vers les marchés (formel, institutionnels et alternatifs ou) est essentielle, mais cette approche doit être soigneusement planifiée afin qu’il n’y a aucun préjudice aux organisations sociales et des formes indigènes de production assurée par les sociétés rurales.

Perondi et Schnneider (2012) adresse exogènes modèles interfèrent avec la dynamique interne des sociétés rurales, dans le but de remplacer les manières et les modes de production qui caractérisent le mode de vie et n’ont pas la capacité de générer un développement.

Après un demi-siècle d’interventions dans les zones rurales, en mettant l’accent sur le développement, les chercheurs et les décideurs ont atteint un quasi-consensus autour de l’idée que la promotion de changements économiques et sociaux est un défi qui requiert beaucoup plus de remplacer ou offrir de nouveaux facteurs de production, suite à une série de recommandations qui avaient été jugées par les Nations que s’ils croyaient à un stade plus avancé de développement. Dans certains cas, cette idéologie a défendu l’existence d’un processus dans lequel le point d’arrivée stade le plus avancé il faudrait traverser certaines étapes ou phases, comme s’il y avait une sorte de script pour être indifférente et générales et battus par les retardataires. La conséquence politique de cette conception * dans les propositions de développement pour l’intervention et la planification, dans lequel les organisations étatiques et multilatérale développent des actions et les inciter à se former exogène dans les pays « sous-développés » ou régions (PERONDI ; SCHNEIDER, 2012). Bien que les médias récentes approchent des moyens de subsistance durables a été fréquemment utilisé par les institutions internationales.

La réciprocité est un cadeau, c’est un acte de construction sociale, il n’y a aucun besoin réel de revenir pour en savoir plus s’y attendre, étant donné que l’entente d’échange est un processus d’échange, où il y a le retour mutuel du don, avec le souci de répondre à un besoin immédiate.

Afin de comprendre le processus vécu par les peuples traditionnels, de survivre à des pressions politiques et sociales, manque de cette discussion, autres fonctions de l’inverse du processus, comment donner et recevoir des cadeaux.

Dans une perspective très proche de cette discussion, Sabourin (2009) aborde les aspects de la réciprocité dans les zones rurales, où la base de votre argumentation en adoptant des politiques publiques de développement rural, et comment ceux-ci sont reçus et influencer (positivement ou non) dans les réalités spécifiques des sociétés traditionnelles.

Sabourin (2009), les capacités et les projets des particuliers, entreprises et organisations peuvent osciller, dialectiquement, entre deux tendances opposées et en même temps, d’une part la production de matériaux pour l’échange de valeurs pour le profit individuelle et, d’autre part, la génération de valeurs éthiques liés à la production de valeurs d’usage des matériaux destinés à la consommation, la redistribution ou généralisé, réciprocité, comme c’est le cas de marchés traditionnels étudiés par Polanyi.

Dans cette logique, le point de vue quantitatif, dans le contexte particulier de cette recherche, il y a certains produits qui ont une plus grande échelle de la production qui peut être liée au fait qu’ils ont la double fonction du produit des valeurs éthiques et des marchandises pour répondre aux les exigences des marchés de consommation.

Un exemple de ceci se trouve à la référence empirique de cette recherche, la farine et la juçara sont produites pour répondre aux besoins des familles, y compris le renforcement des relations sociales internes par le biais de réciproque et pratiques également répondent à une forte demande du marché consommateur.

Dans cette étude, le fait que la pratique de la réciprocité et la préservation de la culture des valeurs, la sensibilité plus faible des sociétés rurales, l’invasion de nouvelles techniques et différencient les formes d’utilisation de l’environnement naturel. Fait remarqué pour observer les données du Quilombo de Juçaral noir contrairement à la colonie de Folhal.

Le principal produit généré dans ce contexte, c’est la farine de manioc, les communautés rurales du Président Juscelino-MA, à réaliser votre importance dans le contexte économique et culturel, a élu la farine comme le symbole d’échange et de réciprocité. Est par le biais de la production de farine que ces valeurs sont construits et ont constitué, et à travers elle est maintenue (ou non) l’unité sociale et les valeurs culturelles.

Un autre produit qui présente une importance fondamentale pour les entreprises sondées est le juçara, oui, je regarde le contexte environnemental et l’écosystème où ils sont recueillis, ce produit configure la synthèse des pratiques de préservation de l’environnement.

Ainsi, les sociétés rurales utilisent happe comme un instrument de cohésion et de la préservation de la culture locale et les coutumes, le renforcement de la relation établie entre l’homme et la nature.

Alors que ces deux produits sont importants pour la préservation de la culture et d’entretien qui en découle de l’identité à travers les pratiques de la réciprocité, il y a un appel très fort pour les marchés pour ce produit est disponible à la vente. Cela encourage la réaction des communautés locales à démontrer sur la destination finale de l’excédent de production, constitue l’axe principal de l’analyse, reliant ainsi, comme un instrument de Division des examens internes sur l’augmentation de la production pour satisfaire le marché et abandonner leur instrument caractéristique des moyens de subsistance.

Cette discussion est présente dans le quotidien la vie des communautés rurales étudiées par conséquent le fait de générer des revenus pour produire est quelque chose poursuivis par une partie importante des sociétés paysannes, mais c’est aussi élément de préoccupation des autres membres de la communauté même, parce que, augmentation de la production implique l’adoption de mécanismes de production différenciée ou transfert technologique tout simplement.

Le point de départ est le loyer qui, pour la littérature, est divisé en consommation et revenu revenu monétaire, mais, face aux arguments présentés ci-dessus il est possible d’identifier un autre élément qui est essentiel pour le développement rural, revenu pour la cohésion sociale, interprété comme favorisant l’unité et la culture.

Ce revenu est montré à la fois si la main-d'œuvre est utilisée collectivement d’objectifs communs tels que le nettoyage des activités des marais et ruisseaux, où le manioc est également déposée pour faire fermenter pour ensuite être transformé en farine. Une fusion des dimensions sociales et environnementales dans le même contexte, stratégies développées localement par des pins Juçaral de noir et de Boa Vista, ne pas respectés dans la communauté de Folhal, selon l’homme total se désintégrer nature, en raison de l’insertion radicale du capitalisme à l’époque, qu'ils sont mis sur pied des projets de production modernes.

Ce processus est observé lorsqu’il y a un remplacement complet des systèmes de production traditionnels sur la base des systèmes simples, avec une capacité immédiate d’apporter des réponses.

Cette compréhension est partagée par les intimés, qui demande que « sans la tourbière, aucun d'entre eux ne pourraient survivre », parce que, pour les paysans interrogés lui vient à la vie et la vie est soutenue par la juçara de farine et, par conséquent, tous ceux qui vivent respectent et travail d’entretenir le marais.

Cet avis n’est pas partagé par les « colons » de Folhal, bien qu’appartenant à la même parcelle de terre de Juçaral. Folhal familles ont une opinion contraire vers la survie, par conséquent, paraissent ce qui soutiendra les emplois officiels et les financements publics, promouvoir le miracle technologique fourni par domaine agricole mécanisée, qui a été déployée dans Règlement avec fonctionnalités de PRONAF.

Cette réalité vient de remplacer les activités agricoles, qui a moins d’importance dans la vie quotidienne des familles que se sont installés dans Folhal, puisque la nature vivante, source de ressources pour la survie des sociétés rurales, est maintenant considérée seulement comme un cadre dans le passé.

À des fêtes et manifestations religieuses, il existe aussi une communauté de Don quotidien, parce que, dans ces événements, grâce à la participation de la grande majorité des membres des sociétés locales de planification des activités futures et le destin des sociétés sont discutés et tracé d’une ligne de développement, puisque c’est un moment de rassemblement social et qu’il donne des pensées sur la commune de tous les jours à tous les présents.

Cet événement doit être comptabilisé comme des revenus, du point de vue de l’économie, oui, il s’agit d’un temps où les autres activités pourraient être développées et génèrent des revenus, mais sont utilisées afin de générer des conditions pour le groupe de se produire.

Cette évolution complexe des différentes activités a été décrite et étudiée par Mauss (1924), où une de ses contributions centrales à la sociologie, démontrant la valeur des choses ne peut pas être supérieure à la valeur de la relation et ce symbolisme est fondamental pour la vie sociale. Mauss (1924) est venu à cette compréhension de l’analyse des modalités d’échanges en « sociétés archaïques » et le fait que ces procédures ne sont pas juste une chose du passé. Comprendre que la logique mercantile moderne remplace les anciens formulaires de Constitution des liens et des alliances entre les humains et a constaté que ces formes sont toujours présents dans les sociétés modernes. Des arrangements similaires pour les circonscriptions lui paraissant comme un fait social qui se révèle de deux conceptions du total, tous dans le sens où la société inclut tous les phénomènes humains de religieux, économique, culturel, politique, nature, entre autres, sans aucune hiérarchie préalable pour justifier une économie naturelle qui ont précédé les autres phénomènes sociaux, et qui produit de la nature de ces produits, par des membres des communautés, n’est non seulement matériel, mais aussi, surtout, symbolique.

De cette façon, l’habitude de boire juçara avec de la farine peut être considéré comme fait social total (MAUSS, 1974), parce que, conceptuellement signifie que toutes les étapes de la vie quotidienne de ces sociétés passent par habitude/culture prise juçara avec de la farine, représentant le jour à jour, le chemin dans les bois, l’accord sur la ferme, les relations avec les médias, la dépendance absolue des ressources naturelles et des relations sociales qui sont construites, c'est-à-dire, la vie des communautés rurales linéairement Président Juscelino – MA. Facteurs qui ne sont pas gérés et respectés par la politique de développement rural mis en place dans le village de Folhal au moyen de projets productifs.

Cette stratégie, mise en place dans le bourg de Folhal, a été utilisée comme un inducteur du processus de développement, mais en aucun cas respecté toute pratique quotidienne de ces familles, car, ce qui a été mis en place un emballage non ouvert de techniques génériques. Ce processus a été mis en évidence au Brésil du 40, où le sud et le sud-est traversé le processus de modernisation, décrit par Graziano da Silva comme « douloureuse modernisation », dont les conséquences sont notées dans les déséquilibres environnementaux profond et un isolement profond et ne pas tenir compte des pratiques traditionnelles des sociétés rurales.

Selon les rapports des agriculteurs, les techniciens qui sont chargés de l’installation de production projet financé avec des fonds de la PRONAF, désigné le bois zone connecté à être vendu et avec elle, payer la première tranche du financement agricole auxquels ils étaient soumis.

De cette manière, on observe que les principes qu’il a écrit des théories sur le développement n’ont pas été observés, est, probablement, l’activité économique soutiendra le paiement des mensualités de financement agricole. Ainsi, les agriculteurs qui se soumettent à vendre le bois déboisées zone pour effectuer les versements de crédit rural pour le renforcement des activités familiales.

On observe qu’il y avait une nouvelle logique économique fondée sur la rupture des relations historiquement construite entre sociétés rurales et de la nature vivante, la principale cause de l’incrédulité concernant une proposition pour un développement plus harmonieux.

GÉNÉRATION DE REVENUS GRÂCE AU TRAVAIL NON AGRICOLE

Un autre contexte se présente quand on observe les activités développées par les paysans en ce qui concerne votre utilisation de le œuvre pour la génération de revenus. Dans les spécificités de chaque contexte, une réalité différente, que nous présenterons ci-dessous.

Chez les pins de Boa Vista, une des familles interrogées, les activités non agricoles sont encore peu développées, se limitant à la seule famille qui a des salaires et l’autre qui vend le marché du travail à l’extérieur de la cellule familiale.

Selon les données recueillies, les activités culturelles qui ont un impact sur la génération de revenus sont présentes dans la réalité de la moitié des familles, des données significatives pour l’analyse.

Au cours de la fête de St. dans la Quilombo de Juçaral noir, outre les aspects organisationnels et le renforcement de l’identité culturelle, il y a un très grand potentiel pour la génération de revenus par le biais de produits et services même, configuration, ainsi que alternative à ces sociétés, en plus de démontrer aux autres entreprises, aspects liés à votre mode de vie.

Les emplois officiels ne sont pas encore partie des demandes présentées par les agriculteurs des pins de Boa Vista au cours de la recherche a trouvé seulement un fonctionnaire qui exerce la fonction d’enseignant dans la Communauté (tableau 1).

Tableau 1 – vente de main d’oeuvre et des revenus non agricoles dans la ville de Boa Vista, Presidente Juscelino pins – MA

Job
(R$)
Diariste
(R$)
Contrats de
(R$)
Activités communautaires
(R$)
Activités culturelles
(R$)
Total
(R$)
1 famille 256 256
famille 2
Famille 3 400 400 800
Famille 4 18 000 600 360 18 960
famille 5 280 280
famille 6 360 360
7 famille
famille 8 400 400

Source : champ de recherche, 2015.

Pins d’agriculteurs de Boa Vista, bien que les squatters, n’ont pas le revenu basé sur la vente de la main-d'œuvre par le biais d’empreitas tous les jours, par conséquent, développent des activités économiques, basées sur la production de farine, qui est le fleuron de votre production (tableau 1).

Nettoyer les sources d’eau de la Juçaral et la conservation des zones de réserves forestières sont également la responsabilité des agriculteurs. Pour ces activités sont investis importante labor montas (tableau 1).

Pour le parti, il y a aussi la participation de la population, parce que, certains donnent un jour pour mettre le processus et gérer avec qui assumez messages capable de générer des subventions économiques, comme stand-alone divers vendeurs et/ou travaux en tant que gardes de sécurité, les nettoyants et les événements liés à nettoyage, qualifiée d’emplois générés par les activités culturelles (tableau 1).

Activités communautaires ont un grand potentiel pour la génération de revenus, par conséquent, sont responsables de l’activation des services de base pour le développement des activités économiques. Un exemple de ceci est le Bayou, où se trouve le juçara à fermenter (pubar).

Activités culturelles sont aussi responsables pour générer des services ayant un potentiel économique, comme les fêtes religieuses, des tournois de football et des visites dans d’autres collectivités. Ces événements permettent l’émergence de petites entreprises qui permettent la création de revenus.

En noir Juçaral, les activités non agricoles à générer des revenus sont limite à la vente de la force de travail par le biais de tous les jours à certaines fermes dans la région, où, en ces moments spécifiques, la façon de gérer le terrain exprime l’identité de quilombo.

Ainsi, il y a une appréciation du travail dans le Quilombo de Juçaral, parce que, selon eux, le rendement final est nettement plus élevé.

La question des parties et des manifestations religieuses est très présente dans la réalité de la société Juçaral des noirs, parce que, dans cette ville il y a trois fêtes religieuses au cours de l’année, et ceux-ci ont influence dans toute la région, apportant des gens d’autres régions de la municipalité, nécessitant une grande quantité de travail supplémentaire pour assurer votre réussite dans cette façon d’exprimer votre potentiel rémunératrices.

Ce qui précède, les parties qui expriment la préservation de la culture locale sont responsables d’un pourcentage important des recettes générées par cette société. Dans ce contexte, exactement la moitié des familles interrogées générer des revenus d’activités traditionnels apparentés (tableau 2).

Tableau 2 – vente de main d’oeuvre et des revenus non agricoles dans la communauté quilombolas du Président Juscelino Juçaral dos Pretos-MA

Job
(R$)
Diariste
(R$)
Contrats de
(R$)
Activités communautaires
(R$)
Activités culturelles
(R$)
Total
(R$)
1 famille 900 900
famille 2 300 300
Famille 3 180 320 120 620
Famille 4 40 40
famille 5
famille 6 200 120 320
7 famille 200 200 400
famille 8 200 200
famille 9 900 560 120 120 240
10 famille 200 200 400

Source : champ de recherche, 2015.

Activités communautaires sont associées avec le nettoyage, la conservation des ressources naturelles et également la production des parties, alors que 70 % des familles interrogées développent des activités liées à ces activités spécifiques (tableau 2).

CHANGEMENTS DANS L’ENVIRONNEMENT PHYSIQUE ET SON IMPACT SUR LE PROCESSUS DE GÉNÉRATION DE REVENUS

Les changements observés n’étaient pas des relations sociales simplement, comme indiqué précédemment. La rapidité des changements, a également modifié la façon dont les colons de Folhal observent la nécessité de préserver les ressources en eau, une fois le marais n’ont pas la même importance qu’avant dans la vie de ces personnes.

Le processus d’observation participante révèle qu’en noir Juçaral la relation avec les ressources naturelles est plus harmonieux, parce que la société locale savoir la dimension de l’importance de l’environnement physique pour votre survie, principalement d’observer votre niveau de dépendance, en qui a transporté les vêtements sont lavés, les animaux sont baignés, l’hygiène personnelle des familles est effectuée et dans un endroit où il est de tradition à cette société.

Le trajet vers le marais est effectué quotidiennement par les familles quilombolas de Juçaral et au cours de cet événement est observé aussi bien, le besoin de nettoyage et d’entretien, tâche qui est divisé et interprétée par tous les membres de cette société.

Plus précisément, notant l’aspect économique, le revenu dépend de la préservation du marais, oui, elle est jouée à la fermentation du manioc pour être transformé en farine, la base de l’économie locale, et cette ressource naturelle constitue un élément fondamental pour la préservation de la mode de vie de ces familles, qui n’est pas grave pour être abandonné mais plutôt préservés et transmis pour les générations futures.

Chez les pins de Boa Vista, cette relation avec l’environnement physique est aussi très forte, parce que l’activité d’extraction de juçara est l’un des piliers de l’économie locale, ainsi que de la farine qui est fermentée dans le Bayou, investissement collectives existant dans votre sauvegarde.

Cette Communauté considère la question environnementale comme fondamentale, car elle dépend directement de votre économie, ne référençant pas par l’aspect culturel. L’aspect romantique a été abandonnée, étant remplacé par la possibilité offertes par les marchés dans l’acquisition de farine de manioc et Hameed des communautés d’agriculteurs du Président Juscelino.

Accès aux programmes sociaux du gouvernement fédéral peut être considéré comme positive répond donc aux besoins de l’accès à certains biens de consommation, et la pression sur les ressources naturelles diminue de manière significative.

FORMATION DE REVENU NON AGRICOLES : LES TRANSFERTS SOCIAUX

Les transferts sociaux sont aujourd'hui dans un élément important à élever le revenu des sociétés rurales. Un point à noter, c’est comment ce revenu interfère avec le maintien des aspects culturels et le renforcement de la relation avec le territoire et ses ressources naturelles.

À Boa Vista pines communauté 40 % des familles reçoivent des subsides économiques des programmes de transfert de revenus, et ce fait diffère sensiblement, formant dans un élément principal du revenu de ces familles.

Le revenu annuel total des familles de cette communauté est de R $178,676.00, s’élevant à une moyenne par habitant de R $ 22 334,50 par famille. Je regarde seulement les familles qui reçoivent des prestations sociales que moyenne s’élève à R $ 27 056,00. Si l'on exclut les familles qui ne sont pas Bolsa Família, ce revenu a diminué à R $ 3 200,00, c'est-à-dire le revenu obtenu par le biais de programmes sociaux est assez pertinent.

Dans ce contexte, note la présence de deux familles qui ont des revenus très faibles, statistiquement, considéré comme un parti pris, mais tenir compte de la réalité vécue par les familles des pins de Boa Vista. Fit conclut que ces familles ont de fortes sources de préservation de l’identité culturelle, ce qui ne signifie pas qu’ils souffrent de la misère.

Ce fait démontre l’isolement social et l’absence de politiques de développement rural efficace orientée vers la production, la transformation et la commercialisation de la production. L’État ne couvre pas la production agricole et la commercialisation aussi capable de générer des revenus et développement.

Ainsi, les investissements dans la recherche et de vulgarisation rurale sont inutiles, étant le transfert de revenus privilégiés politiques et de remplacement technologique et de produits.

Identité culturelle, est sans aucun doute, un élément de renforcer le développement. Dans le cadre du transfert de revenus, renforce le processus, car il donne accès aux familles d’agriculteurs aux moyens de production nécessaire à développer.

Tableau 3 – prestations et transferts sociaux payés par le gouvernement fédéral aux producteurs de la communauté de Boa Vista, Presidente Juscelino pins – MA

Retraite
(R$)
Sac à main
Famille
(R$)
Panier
Base
(R$)
Seguro
Défense
(R$)
Autres
(R$)
Total
(R$)
1 famille 1 352 3 128 4.480
famille 2 5 136 5 136
Famille 3
Famille 4 9 384 Pension 9 384
famille 5 18 768 9 384 Pension 9 384
famille 6 3 552 3 552
7 famille
famille 8

Source : champ de recherche, 2015.

En noir Juçaral, programmes sociaux contribuent aussi largement à la formation du revenu final, représentant plus d’un tiers du total des revenus des familles quilombolas, mais pas interfèrent dans le processus de modification de la structure sociale et culturelle, qui mérite une profonde et la lecture de cette réalité.

La plupart des familles interrogées, cette augmentation des recettes a contribué à améliorer certaines infrastructures nécessaires à la condition de vie. Il y avait des changements dans la structure des maisons, laissant d’être de taipa et reconstruit en maçonnerie.

Un autre fait qui se démarque est la renforcement et une plus grande participation des collectivités à des partis et mouvements religieux. Il y a eu une augmentation de la fréquence des Juçaral membres de la société. Éventuellement, ce fait peut être compris comme une saisie des marrons que ces parties ont un potentiel en ce qui concerne la génération de revenus.

Dans la colonie de Folhal, programmes sociaux prennent une connotation totalement différente pour être les familles d’agriculteurs de cette région, vivant un processus de déconstruction de l’identité culturelle.

Les données du tableau 4 montrent que 90 % des familles interrogées accéder aux programmes sociaux du gouvernement et ont leur plus grande partie de votre revenu monétaire. L’agriculture n’a pas beaucoup d’importance, et il y a aussi un nouveau phénomène structurant. Ce phénomène se réfère à l’emploi formel qui commence à émerger dans cette société (vue dans le tableau 2).

Tableau 4 – prestations et transferts sociaux payés par le gouvernement fédéral pour les Maroons de président Juscelino Juçaral dos Pretos-MA

Retraite
(R$)
Bolsa família
(R$)
Panier de base
(R$)
Autres
(R$)
Total
(R$)
1 famille 4 416 4 416
famille 2 2 400 2 400
Famille 3 9 500 9 500
Famille 4 9 500 9 500
famille 5 2 304 2 304
famille 6 1 200 1 200
7 famille 2 580 2 580
famille 8 9 500 9 500
famille 9
10 famille 9 500 9 500

Source : champ de recherche, 2015.

Ce fait est observé plus intensivement dans le village de Folhal, où la relation homme/nature est très fragile, suivie par la communauté des pins de Boa Vista et peu fréquente dans l’emballement Juçaral.

Ainsi, aujourd'hui, fondé sur l’affaiblissement de la production agricole et de la relation entre l’homme et la nature, l’élément décisif plus important point de vue quantitatif est le revenu monétaire, où ce qui compte c’est d’obtenir le capital monétaire. Nature est considérée comme une stratégie de générer de l’argent.

Tableau 5 – prestations et transferts sociaux payés par le gouvernement fédéral aux colons de Folhal, le Président Juscelino – MA

Retraite (R$) Bolsa família
(R$)
Panier (R$) Autres
(R$)
Total (R$)
1 famille 2 400 2 400
famille 2 8 768 3 144 11 912
Famille 3 3 228 3 228
Famille 4 2 220 2 220
famille 5 5 040 5 040
famille 6 3 872 3 872
7 famille 3.000 3.000
famille 8 3 720 3 720
famille 9 2 400 2 400
10 famille

Source : champ de recherche, 2015.

AUTRES FORMES DE REVENU OBTENTION

Les sociétés rurales ont attiré le regard de nombreuses autres sociétés, ce qui a provoqué la curiosité des chercheurs qui cherchent à comprendre les raisons et les conséquences de cette approche. Une raison possible de ce phénomène fait référence aux différences culturelles qui structurent et différencient les différentes sociétés, attraction différente a toujours été développeur des processus de cristallisation des différences sociales.

Ce fait a également été observé dans cette étude de la formation de revenus, car il ont été soulevées au-delà du revenu agricole autres éléments comme la vente de services, de tourisme, de traitement et de production des facteurs influant sur fin de formation du loyer.

Notez que la diversification des activités économiques pour obtenir un revenu ont influencé sur la diminution de la pression sur les ressources naturelles, car où il existe d’autres méthodes de travail la pression sur les terres et les eaux est inférieure. Ce fait est observé à Boa Vista et pins dans les Quilombo de Juçaral dos Pretos parce que, dans ces endroits, la terre et ses ressources sont considérées comme un compte d’épargne pour l’avenir.

Chez les pins de Boa Vista, cette relation est représentée par deux familles qui obtiennent des revenus de la pratique du fret, et cette activité est responsable de beaucoup d’autres, parmi eux qui influencent la vente directe de la production agricole en Foire agro-écologique, qui s’est tenue au siège de la municipalité de Le Président Juscelino-MA.

Tout au plus, valorisation des produits primaires, telles que la transformation du manioc en farine et de haricots sont mis au pilon et juçara, d’emballage a été responsable d’un haut représentant dans le revenu monétaire.

Autres activités telles que le tourisme rural, la vente et la production d’objets artisanaux sont encore insuffisantes pour influer sur les revenus de cette communauté. Un fait constant dans la vie quotidienne de cette société sont les visites de groupes de personnes, que le week-end et les jours fériés qui fréquentent les sources de la communauté. Ce fait, qui a suscité dans les familles locales un moyen de générer des revenus de cette activité.

Tableau 6-non agricoles revenus que plusieurs obtenus par les agriculteurs de la ville de Boa Vista, Presidente Juscelino pins – MA

Industrie agroalimentaire
(R$)
Tourisme
(R$)
Vente directe/salon
(R$)
Frets
(R$)
Extraction (R$) Location de voitures
(R$)
Total
(R$)
1 famille 1 190 320 3 576 5 086
famille 2 2 560 515 3 075
Famille 3 7 440 1 360 8 800
Famille 4
famille 5 3.000 3.000
famille 6 100 100
7 famille
famille 8 600 600
famille 9
10 famille

Source : champ de recherche, 2015.

En noir Juçaral, les revenus non agricoles sont perçues, même si une importance fondamentale pour le maintien de l’identité culturelle. Toutefois, dans cette société, il existe une dépendance plus bas sur le capital monétaire, parce que la plupart des besoins est remplie par le biais de la reproduction de la mode de vie traditionnel et ses conditions, dont la dépendance à l’égard des marchés, d’acquérir des produits, est peu utilisé, pratique assurer une plus grande indépendance.

Un exemple concret de cette réalité est la production de balais avec des fibres de Juçara, pour le nettoyage des maisons et des yards des familles quilombo. De cette façon, il n’y a pas besoin pour la production du capital financier pour l’achat de ce produit.

Quantitativement, l’activité non agricole qui introduit un poids plus important dans la formation du revenu des familles de Juçaral noir est l’extraction de juçara, qui est pratiquée par toutes les familles de cette communauté. Les caractéristiques de la végétation locale fruits comme la mangue et noix de cajou est également largement exploitées par quilombolas, mais ce ne sont pas commercialisés, mais utilisés dans les relations réciproques, resserrer les liens sociaux et, en particulier, exprimant le respect de la ressources naturelles de leur région.

Tableau 7-non agricoles revenus, que plusieurs ont fait remarquer dans la communauté quilombolas noir Juçaral, Président Juscelino – MA

Industrie agroalimentaire
(R$)
Tourisme
(R$)
Vente directe/salon
(R$)
Frets
(R$)
Extraction
(R$)
Location de voitures
(R$)
Total
(R$)
1 famille 300 300
famille 2 380 380
Famille 3 270 270
Famille 4 320 320
famille 5 260 260
famille 6 240 240
7 famille 360 360
famille 8 280 280
famille 9 280 280
10 famille 240 240

Source : champ de recherche, 2015.

Dans le village de Folhal, la diversification des revenus est de peu de conséquence. La plupart des revenus est formé par les transferts sociaux et les loyers générés par des emplois officiels, un fait observé de la déconstruction de la relation homme/nature, qui a abouti à la destruction des modèles culturels mis en place.

De cette façon, différents des autres cas, le revenu est utilisé pour renforcer les relations client extérieur à des unités de production domestique, étant obtenues individuellement, déconstruire la culture et la tradition de réciprocité et d’échange au sein de la communauté.

Ce qui se traduit par cette discrimination positive est l’extinction des partis locaux, planification des réunions, des activités communautaires et l’entrée des Églises évangélique pentecôtiste, où le sort des responsabilités de la société sont transférés à Dieu, seul responsable du sort les familles de la colonie.

Tableau 8 – revenus non agricoles plusieurs observées dans la Communauté dans le village de Folhal, le Président Juscelino – MA

Industrie agroalimentaire
(R$)
Tourisme
(R$)
Vente directe
(R$)
Frets
(R$)
Extraction
(R$)
Location de voitures
(R$)
Total
(R$)
1 famille
famille 2 300 300
Famille 3
Famille 4
famille 5
famille 6
7 famille
famille 8
Família9
10 famille 300 300

Source : champ de recherche, 2015.

CONCLUSION

Le processus de transformation des normes technologiques, sans doute, on observe au sein des communautés étudiées, mais ceci n’est pas lié à la connaissance et l’insertion des familles des marchés fermiers, décision est étroitement liée aux besoins des familles de agriculteurs.

Ce fait est présent dans la communauté de Boa Vista, qui pins pour ne pas avoir de sécurité en ce qui concerne la propriété de la terre, cherchant à la production et productivité accrue, une façon de maintenir le lien avec la campagne, conservant ses caractéristiques des paysans.

Transformations sociales sont également des réflexions de l’approvisionnement en une diminution des ressources et des services environnementaux disponibles, ceux-ci étant remplacés par des solutions de rechange ont été trouvés et emmené aux sociétés rurales forme où arrive le processus endogène.

3 Couper seulement, plus précisément dans le processus de transformation de quilombo dans le bourg, il a été observé qu’outre la violation de l’identité, peu soucieux de la question environnementale qui rend ce peut apporter des problèmes graves à ces familles.

Dans les deux premières découpes, toutes les observations faites sur la logique de la préservation des moyens de subsistance observé, conduisant à des résultats différents, privilégiant cependant, pratiques de la continuité des spécificités culturelles, où les traditions sont des éléments centraux dans des contextes.

Dans la troisième coupe, discontinuité observée par l’introduction d’une nouvelle logique d’organisation qui privilégie l’individualisme et de la dépendance des ménages transfert politique et emploi création de revenus, ce qui les rend plus vulnérables.

Le concept du revenu formation traditionnelle se réfère à des spécificités culturelles qui sont mis en évidence dans le cadre des activités économiques dont le but est la formation de revenus dans les communautés rurales. Ce concept est abstrait, qui mérite une approche plus approfondie dans la rubrique s’entrelacent la société relation, la nature et la culture, en termes de l’échange un élément clé de votre compréhension.

De cette façon, la lecture de ce concept nécessairement doit reposer différencier les spécificités. Dans chacun des réalités étudiées, il existe des différences, et ceux-ci dépendent, avant tout locales et le niveau de l’Organisation des relations sociales construite, développée et pratiquée par chaque société spécifique.

Les voies autochtones du relatifs à l’environnement sont essentiels à la façon utilisée pour l’obtention des revenus monétaires, du local au régional et ainsi de suite, et pas du global au local, provoquant les spécificités de chaque société puisse être couverts par les politiques publiques.

Les pratiques de la réciprocité sont un élément très important pour la promotion du développement rural, lorsqu’elles sont observées, la relation entre l’homme et la nature est forte, avoir un élément décisif dans la formation du revenu final, depuis le niveau de dépendance de la ressources naturelles est encore tout à fait significatif.

Le potentiel environnemental devrait également servir différemment dans chaque réalité, façons d’observer l’environnement et comment il peut influencer le développement ne voit pas uniformément, afin que chaque groupe a une lecture spécifique et une perception différente de Comment ce potentiel peut être utilisé.

L’aspect culturel est également très important pour le développement des activités économiques où cet aspect est observé sous forme de Division du travail, quid pro quo entre membres de la famille, les copains et les partenaires et pour le renforcement du processus de planification endroits, obligeant d’avoir des résultats positifs pour la génération de revenus. Par conséquent, influer sur la vie de la société ensemble.

La diversification des activités économiques, dans ce contexte, il est très important pour la préservation des cultures et traditions, oui, il existe une relation très étroite entre l’homme et la nature, et cette relation est fondamentale pour le développement des activités économiques, comme l’extraction du juçara et du traitement de la farine, les activités qui reposent sur l’économie locale.

Les transferts sociaux ont également important rôle dans le contexte étudié, depuis exerçant des fonctions différentes, selon le niveau organisationnel directement, observé une relations de réciprocité et de l’importance de l’élément culturel pour chaque communauté spécifique.

Dans la quilombo, où le traditionnel a une grande importance, transferts sociaux servent à assurer les infrastructures sociales nécessaires pour une meilleure qualité de vie aux familles, améliorer les maisons d’habitation. Dans la zone d’occupation et de possession, où les relations commerciales supposent beaucoup d’importance, les revenus monétaires acquiert le rôle de l’infrastructure productive pour l’ajout de valeur aux produits traditionnels et dans la colonie, où les relations sociales et culturelles sont en effondrement, le loyer acquiert le rôle du renforcement des relations avec les consommateurs et l’individualisation de la société locale.

La diversification de la production et la valorisation des produits traditionnels tels que Han et farine, a un grand potentiel dans le processus de génération de revenu monétaire, renforce les relations de réciprocité et permet la manifestation des phénomènes sociaux, telles que la réciprocité, tout en permettant une plus grande intégration des sociétés où ceci est démontré.

Dans les sociétés dans lesquelles le processus de perte d’identité est constante, les pratiques de copinage, de réciprocité et de noter marchant vers l’individualisation et la perte culturelle, qui renvoie à des pratiques purement économiques.

Ce qui suggère cela finance analyse des politiques à travers le PRONAF, dans le bourg de Folhal. Initialement destinée à la promotion d’activités productives a servi, avant tout, le démantèlement des relations sociales qui existent dans la Communauté, en se concentrant uniquement sur l’aspect du revenu monétaire élevée, qui affectent la cohésion sociale et organisationnelle, augmentation de la fragilité de cette société.

Les activités de préservation de l’environnement communautaire et les pratiques culturelles sont importantes pour la formation du revenu final donc améliore le facteur de production et de travail, aussi, que le processus de préservation de l’identité culturelle est préservé.

De cette façon, la conjonction des éléments productifs, identité culturelle et sont crucial pour le processus d’obtention de revenus, car ces facteurs lorsque mis en évidence permettre le renforcement des relations avec les médias et également de transférer aux entreprises la décision finale sur le modèle de développement rural devrait être adopté.

Cette combinaison fournit les éléments nécessaires pour des solutions de rechange productifs sont atteints, et aussi pour les processus de préservation de l’identité culturelle et renforce les relations avec les médias, déclenchant un cercle vertueux de développement rural par le communautés où ceci est démontré.

La technologie de diffusion transculturel, soutenue par la nécessité d’accroître la productivité, rend le processus entier construit des années par des entreprises locales viennent de s’éroder. Cela se produit au nom principalement l’accès aux marchés qui ne sont pas accessibles.

RÉFÉRENCES

CONKLIN, H. C. L’étude de l’agriculture itinérante. Current Anthropology[S.l.], v. 2, n. 1, p. 27-61, 1961.

ELLIS, f. ménage strategia et la diversification des moyens de subsistance ruraux. Journal des études sur le développement, Londres, v. 35, n. 1, p. 1-38, 1998.

ELLIS, f. moyens d’existence et diversité rurale dans les pays en développement. Oxford : Oxford University Press, 2000.

GEHLEN, i. les politiques publiques et du développement social. Perspective., São Paulo, v. 18, n. 2, avril/juin. 2004.

KOPYTOFF, JE. La biographie culturelle des choses : banalisation comme processus. Dans : APPADURAI, a. la vie sociale des choses : les marchandises dans le point de vue culturel. Niterói : Fluminense fédéral Université, 2008.

MAUSS, m. Dynamique des systèmes agraires. Paris : Ministère de la Recherche et de l’enseignement Supérieur ´ je, 1991. (Rapport de Synthèse).

MAUSS, m. essais sur la sociologie. Londres : Prospect, 2001.

MAUSS, m. sociologie et anthropologie. São Paulo : EPU, 1974.

PEDROSO JÚNIOR, RAFAEL NADAL ; MURRIETA, R. S. S. ; ADAMS, Cristina. L’agriculture et la gravure : un système en transformation. Bulletin du Museu Paraense Emílio Goeldi, Belém, sciences humaines, v. 3 n. 2, Aug. 2008.

PERONDI, M. A. ; SCHNEIDER, s. Bases théoriques de l’approche de la diversification des moyens d’existence. Développement régional magazine, Santa Cruz do Sul, v. 17, n. 2, p. 117-135, 2012.

SABOURIN, paysans du e. Brésil : entre le Mercantile Exchange et la réciprocité. Rio de Janeiro : Garamond, 2009.

[1] Il détient un baccalauréat en génie agricole de l’Universidade Estadual do Maranhão (2001) et une maîtrise en agroécologie Universidade Estadual do Maranhão (2009). Docteur en développement Rural à l’Université fédérale de Rio Grande do Sul (2017) et suppléante à la Universidade Estadual do Maranhão responsable pour les disciplines de la sociologie et la zone rurale de la législation, agraire et politique environnementale et commercialisation agricole. Développement de la recherche dans le domaine de la création de revenus en milieu rural et les politiques publiques en faveur du développement rural.

[2] Professeur, Département d’économie et relations internationales à l’Université fédérale de Rio Grande do Sul. Il est titulaire d’un baccalauréat en Sciences biologiques (1989) et beaux-arts (2000), maîtrise en botanique (1997) et un doctorat en anthropologie sociale (2006) de l’Université fédérale de Rio Grande do Sul. Fonctionne avec le programme d’études supérieures dans le développement Rural (PGDR) et intègre les groupes Desma (Centre d’études en forêt durable de développement Rural et de l’Atlantique), visuels (anthropologie visuelle) et nsiala (Centre d’études sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle). Traite les thèmes suivants : développement rural et la durabilité, l’ethnobotanique et ethnoécologie, pratiques sociales liées aux ressources naturelles et d’anthropologie de l’image.

Como publicar Artigo Científico

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here