Les nouvelles règles du nouveau code de procédure civile

0
600
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

MELO, Guilherme Thomé de [1]

SOUZA, João Pedro Rosa de [2]

MELO, Guilherme Thomé de; SOUZA, João Pedro Rosa de. Les nouvelles règles du nouveau code de procédure civile. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. Année 1. Vol. 9. Pp 321-331, octobre/novembre 2016. ISSN: 2448-0959

RÉSUMÉ

Le but de cette étude est d’apporter à la discussion portant sur les nouvelles règles relatives à la logique des décisions judiciaires prévues dans le nouveau code de procédure civile (loi n° 13 105 de 2015), les arguments en faveur et contre elle concernant et la base constitutionnelle de cette innovation. À cette fin, le présent ouvrage se fonde dans les ouvrages, articles scientifiques, des sujets similaires et sur le droit constitutionnel et les codes de procédure civile, le précédent et le nouveau. En conséquence, l’analyse il fallait sobrepesar les principes juridiques contradictoires afin de trouver celui qui doit prévaloir, dans le sacrifice de l’autre, de rendre le droit de bénéficier d’un tel débat.

Mots-clés: mise à la terre. Nouveau code de procédure civile. Obligation.

INTRODUCTION

Le nouveau Code de procédure civ[3]ile a apporté de nombreux changements par rapport à ce qui précède, parmi eux, nous mettons en évidence l’objet de ce travail, qui est en relation avec le raisonnement des décisions de justice en droit de procédure civil.

L’objectif de cet article est d’apporter aux nouvelles exigences énumérées dans le nouveau code de procédure civile à observer par les juges dans leurs arguments pour décider des conflits procédures.

Pour une meilleure analyse de la proposition de ce travail, se traduira, en premier lieu, d’une manière générale, le caractère d’arguments juridiques, qui est prévue par la Constitutio[4]n.

En outre, le code de procédure civile, utilisée pour instaurer les règles déjà précédents raisonnement des juges de la Cour doit suivre. Cependant, le nouveau code de procédure civile a apporté de nouvelles règles qui provoquent des controverses parmi les praticiens du droit, qui se manifeste pour ou contre l’utilisation d’arguments concrets, comme sera démontrée.

Ainsi, ce travail apporte les points positifs et négatifs sur les fondements juridiques prévues dans le nouveau code de procédure civile et ses conséquences probables dans la vie quotidienne de la magistrature.

1. DE RAISONNEMENT JUDICIAIRE

Tout d’abord, il est à noter qu’est prévue dans la Constitution de la République fédérative du [5]Brésil de 1988, à l’article 93, point IX, la Cour décision devrait se fonder, sous peine de nullité. Cette prévision sert pour le juge constitutionnel démontre aux parties du processus, votre motivation pour trancher l’affaire.

En ce sens, extrait de la Magna Carta, à l’article 93, point IX :

toutes les décisions des organes du pouvoir judiciaire seront publiques et motivé des décisions, sous peine de nullité et la limite de la Loi, la présence, dans certains actes, les parties et leurs avocats, ou seulement à ceux dans les cas où la préservation du droit à la vie privée des intéressés dans le secret ne pas nuire à l’intérêt public à l’information ; (Formulation de l’amendement constitutionnel n° 45, 2004)

Registres que la Cour supérieure de Justice a plusieurs décisions relatives à l’interprétation de l’art. 93, IX de la Constitution fédérale :

Il s’agit d’idée-force, axé sur le prestige de l’Etat démocratique de droit : les décisions du pouvoir judiciaire doivent être motivé (art. 93, IX, CF). Ce Monsieur, est fourni à la Cour concernent l’avis ministériel ou aux termes de la Loi, cependant, le droit à l’honneur le dialeticidade, expression du contradictoire, ajoute justification pour être de son auteur. Ordonnance rendue à reconnaître l’invalidité du faire et de rétablir le jugement de première instance, promouvoir les motifs de décision, afin de relever les arguments opposés en appel (Cour supérieure de Justice – 6ème t.-Habeas Corpus no. De ministre Maria Thereza 90 684-rapporteur Assis Moura).

La démonstration de la motivation du juge est indispensable pour que la décision n’a pas n’importe quel type de nullité, car elles doivent être examinées tous les arguments présentées par les parties comme un moyen de réponse par le magistrat.

De cette façon, comme dans le cas d’une règle constitutionnelle, l’instruction montre également le caractère démocratique de l’autorité compétente, depuis seulement le contrôle juridictionnel, soit par les parties, ou même par le pouvoir judiciaire, par le biais de l’analyse des motifs de la prise de décision, qui doit démontrer clairement la motivation pour trancher les conflits.

L’instruction signifie que ce qui était la raison qui a amené le juge à statuer sur une affaire donnée, qui est démontrées et autres parties en cause la justification de sa décision et doit être de façon claire et objective.

Selon Nelson Nery Junior (1999) :

Prise en charge, le magistrat donne les raisons de fait et droit, qui le convainc de trancher la question. La raison d’être a implication substantielle et non purement formel, où peut conclure que le juge devrait examiner les questions mises à l’essai, en externalisant la base fondamentale de sa décision. Ne se considèrent pas des décisions « substantiellement » motivées qui disent « selon les documents et les témoins entendus dans le processus, l’auteur a raison, qui a confirmé la demande ». Cette décision est nulle parce qu’il n’avait pas de justification.

Comme nous le verrons le long de ce travail, le code de procédure civile de 1973 application juridique ATTENDU que les juges ont, dans tous les domaines de la justice, ainsi que dans toute procédure judiciaire, pour supporter correctement leurs décisions, qu’elles soient interlocutoire dans la nature ou extinctif.

Pourtant, il n’y a aucun moyen de parler juridiques motifs sans trait pour le principe de la libre croyance a motivé les juges dans notre système juridique. Ce principe stipule que le magistrat est libre de décider les cas dans un non liées et devrait soutenir leurs motivations comme la législation existante et la jurisprudence.

Toutefois, le nouveau code de procédure civile apporte le raisonnement juridique de façon plus rigoureuse aux magistrats, comme nous le verrons au cours de cette étude.

2. DE JUSTIFICATION COMME L’ANCIEN CODE DE PROCÉDURE CIVILE

L’ancien code de procédure civile, déjà traités comme devoir le raisonnement des décisions judiciaires par les magistrats, compte tenu de ces raisons dans ce travail.

En ce sens, tout d’abord fournit votre article 131, qui prévoit que « le juge doit évaluer preuve librement, prenant en compte les faits et circonstances contenues dans le fichier, même si ne pas invoqués par les parties ; mais doit indiquer, en condamnant, les raisons que vous avez formé le convincer «.

De cette façon, même si le juge a appelé Hall version d’évaluation gratuite de la preuve présentée par les parties au cours de la procédure, cela doit motiver dans votre phrase qui était la motivation, car il a été décidé que leur compréhension et par conséquent apportant une sécurité juridique accrue pour ceux qui sont impliqués dans le processus.

Plus précisément, l’article 458 du code de procédure civile devant, a prédit que les exigences essentielles de la phrase :

J’ai-rapport, qui contient les noms des parties, le résumé de la demande et la réponse du défendeur, ainsi que l’enregistrement des événements majeurs entrepris en cours ; II-exposé des motifs sur lesquels le juge examinera les questions de fait et de droit ; III-dispositif, dans lequel le juge va résoudre les problèmes, les parties que vous proposez.

Pourtant, l’art. 165 le même diplôme complète : « les arrêts et jugements seront livrées avec le respect des dispositions de l’art. 458 ; autres décisions seront fondées, quoique concis mode. »

À la lecture de l’article ci-dessus, il semble que l’instruction est un élément essentiel dans la phrase ou dans toute autre décision de la Cour, dans lequel le juge démontrera les questions de fait que la loi présentée dans un cas donné.

Donc, en résumé, on peut dire que la prise en charge, indiquant les motifs de fait et de droit, qui a conduit le magistrat à cette décision.

Le raisonnement suivi dans des décisions judiciaires est si important que son absence peut rendre l’acte judiciaire pertinent, tel qu’exprimé dans l’article susmentionné 93, IX, le CRFB/88, sous peine d’envisagées citra petita, c'est-à-dire est considérée comme un essai qui donne moins que demandé par le demandeur, sans motif légitime.

Toutefois, pour la compréhension de ce travail, le code de procédure civile de 1973, est-ce nécessaire d’attirer l’attention sur une caractéristique qui différencie beaucoup de motivation en ce qui concerne le nouveau code de procédure civile.

Cette fonctionnalité déjà prévue n’était sur aucune obligation du juge de se prononcer sur tous les arguments énoncés dans la demande et dans le jeu défensif, qui ne sera pas possible dans la nouvelle loi de procédure civile comme nous le verrons plus tard.

En ce sens, expliquer l’auteur Marcus Vinícius rivières Gonçalves (2013) :

Sera pas toujours nécessaire que le juge de présenter des observations sur toutes les causes d’action et la défense de principes fondamentaux. Si une des causes d’action être immédiatement démontrée et est, en soi, suffisante pour la réception de la demande, le juge doit la phrase d’origine, sans avoir à regarder l’autre. Par exemple : si on postule l’annulation du contrat car signé par impossible sans aide, et parce qu’il a été contraint au pour signer, il y aura une demande, mais deux causes d’action, chacun suffisant en soi pour la réception de la demande. Si un être démontrée immédiatement, le juge peut juger, sans examiner les autres : le même en ce qui concerne les principes fondamentaux de la défense : si un être prouvée et est suffisante pour conduire au rejet de la demande, le juge peut phrase, loin de la réclamation initiale, sans examiner les autres.

Registre qui est scellé au juge de rejeter la demande de l’auteur, sans examiner l’ensemble des moyens de fait et de droit alléguée, ou hôte sans examiner toutes les bases de la défense, parce qu’ils auraient violé une disposition constitutionnelle, dans le sens indiqué plus haut.

Ainsi, a démontré comment le code précédent de procédure civile traite avec le droit constitutionnel du raisonnement des décisions judiciaires, la rubrique suivante apporte la justification dans le nouveau code de procédure civile, afin de démontrer les différences principales.

3. LA NOUVELLE LOGIQUE PRÉVUE DANS LE NOUVEAU CODE DE PROCÉDURE CIVILE

Le nouveau code de procédure civile, art. 489, § 1, fournit un certain nombre de fonctionnalités qui, une fois présenté par une décision de la Cour, ne sera pas dans le présent l’instruction en démonstration :

« (1) il est considéré non justifié de tout jugement, si interlocutoire ou jugement, sentence, qui :

(I) être limitée à, la reproduction ou à la paraphrase du texte normatif, sans expliquer sa relation avec la cause ou la question tranchée ;

Concepts juridiques indéterminés II-Location, sans expliquer la raison de son incidence en l’espèce ;

III-invoquer des motifs justifieraient toute autre décision ;

IV-aucun visage tous les arguments déduit dans le processus de pouvoir, en théorie, pour réfuter la conclusion adoptée par le juge ;

V-limitée à invoquer un précédent ou énonciation de la feuille de match, sans identifier leurs fondamentaux déterminants ou démontrer que l’affaire en première instance s’adapte à ces principes fondamentaux ;

Vu arrêt énoncées ci-après de la feuille de match, la jurisprudence ou la jurisprudence invoquée par la partie, sans montrer l’existence d’une distinction dans l’affaire en jugement ou le dépassement de la compréhension. ”

Selon cette nouvelle loi, si la décision devrait exposés la relation entre les actes normatifs et les concepts juridiques utilisés et l’affaire. En plus d’invoquer des raisons qui seulement répondent à la décision, ainsi que répondre les arguments avancés par les parties pour contrer la résolution du mérite.

En outre, le nouveau dispositif a jurisprudence et grand remplissage réglementaire précédents. Le juge, en rendant sa décision, doit suivre les précédents, la jurisprudence ou le précédent qui est accusé dans le processus et pour justifier l’invocation de qui, le cas échéant à l’affaire. Dans le cas contraire, doit pointer la raison n’est pas possible.

Cette disposition concorde avec la prédiction de l’Art. 93, IX de la Magna Carta, qui traite de la motivation de la décision de la Cour comme un élément essentiel de la Loi. Comme le dit José Tadeu Neves Xavier dans le nouveau code de procédure civile a noté d’hyperactivité Vésicale de Rio Grande do Sul (2015) :

L’importance du raisonnement des décisions judiciaires a conduit le législateur à définir un certain nombre de paramètres à respecter dans l’exercice de l’activité de la motivation de la phrase, ils sont tous portée pour assurer l’efficacité de cette garantie qui est présentée avec biais constitutionnel (art. 93, CF), inhérents à la conception de la primauté du droit.

Il poursuit en expliquant la pertinence de la décision motivée :

La motivation des décisions judiciaires, mais aussi servir à limiter le raisonnement adopté par le législateur, permet à la partie à développer ses activités dans un système de dialeticidade des cours d’appel, menant une activité intellectuelle élaborée par le juge et exprimée dans la justification pour l’analyse de l’instance supérieure. L’absence de raisonnement, blesse par conséquent, le principe du contradictoire.

Notez que le nouveau code de procédure civile exige une décision plus approfondie, pour garder les arguments génériques et s’inquiètent de toutes les questions pertinentes dans le processus, qui devrait être apprécié par le juge d’instruction. C’est idéalisé, mais cette décision constitutionnellement parfois n’est pas appliquée dans la pratique.

4. CRITIQUES SUR LA NOUVEL « MODE » DE LA JUSTIFICATION

Dans l’analyse des changements que le nouveau code de procédure civile, il peut être dit que c’était sur celles qui ont trait à la justification des décisions judiciaires que des discussions ont eu lieu, principalement au sujet de sa recevabilité.

Ces changements, a démontré dans cette étude n’étaient pas très bien vu par des experts, considérant que cet nouvel « mode » de motivation exigera beaucoup de juges, qui peuvent altérer le principe d’économie procédurale et la vitesse.

Adhérez à l’Association des juges fédéraux du Brésil (Ajufe), Association brésilienne des magistrats (AMB) et l’Association nationale des magistrats des tribunaux du travail (Anamatra), en cette année de 2015, ont demandé le droit de veto [6]à l’article 489 du nouveau code de procédure civile.

En ce sens, a critiqué l’avocat et professeur Padman Streck :

Qui pensent-ils ? Eux ou au Brésil ?  Exiger que les pétitions de juges examinés sont souvent trop demander ? Il est en effet inquiétant que les entités liées au système judiciaire cherchent précisément vetos les dispositifs qui leur apportent plus d’obligations.[7]

Pourtant, il est soutenu par les critiques sur les articles concernant ces sujets :

avoir des effets graves, négativement, dans la gestion des processus, en indépendance personnelle et fonctionnelle des juges et production propre des décisions judiciaires dans toutes les régions du pays, avec des répercussions néfastes dans la durée raisonnable de fait.[8]

La rigidité des motifs dans le nouveau code de procédure civile est notoire, voici, comme l’a déjà vu, ne seront pas considérés a justifié la décision limité l’indication ou la reproduction de la législation, qui devrait être tranchée dans un plus exclusif dans les parties, en soulignant tous les points soulevés par les deux au cours du processus, en justifiant les revendications des critiques dans le sens de la possible violation du principe de rapidité procédurale.

En revanche, il y a des experts qui louent les changements apportés par le nouveau code de procédure civile, pour faire valoir que la justification est prévue dans la Constitution fédérale, étant la principale manifestation en procédure civile de l’Etat démocratique de droit.

En comprenant cela, a déclaré le professeur à l’Universidade Federal da Bahia, Fredie Didier Jr., qui ne comprenaient pas la raison de la demande au veto par les magistrats, comme indiqué ci-dessus :

Les juges qui sont disputaient qu’il est possible d’interpréter la décision sans examiner les raisons à cet effet ? Le Président de la République, si ces dispositifs, avalizaria son veto à cette compréhension.[9]

Même le professeur et le juge de la Cour de Rio Grande do Sul, Alexandre Freitas Chamber, dit :

Vous ne peut pas vivre avec des arguments fallacieux (de type « manquant exigences, indefiro ») que tout ce qu’ils disent et ne sont pas compatibles avec l’État démocratique de droit. Donc, voici ma confiance en ce que, avec la peine, nous avons des vraies décisions et démocratiquement fondée.[10]

De cette manière, on observe que les partisans de cet nouvel « mode » pour des raisons d’État, faisant l’éloge de ce changement en vertu des principes constitutionnels déjà exposés, ainsi que juridique pour les parties, ainsi que pour faciliter l’exercice de la double degré de juridiction, dans la mesure où favorisent les parties qui peuvent contrecarrer les motifs donnés par le juge dans sa décision avec une plus grande appropriation, évitant les décisions superficielles , qui sont très courantes dans la vie quotidienne de la magistrature.

5. CONCLUSION

Déduisent, par conséquent, que la nouvelle disposition qui apporte le nouveau code de procédure civile, en ce qui concerne la justification des décisions judiciaires, est juste un reflet de la constitutionnel prévu sur le même sujet.

Cependant, les spécifications trouvent ce périphérique de toute l’attention de la demande discrétionnaire, pour traiter avec une plus grande rigueur, la motivation de sa décision.

Juste besoin de motiver de manière détaillée a suscité la discussion parmi les juristes. Les partisans de la nouvelle disposition considèrent ce bénéfique pour la réalisation de l’État démocratique de droit et rendre plus efficace le processus, en arrivant à sa fin contemplant tous les points litigieux en elle. Le contraire par écrit, à son tour, selon laquelle le changement nuira à la rapidité procédurale et la durée raisonnable de fait et clamor pour un droit de veto à l’appareil.

Par conséquent, remarque qu’il y a un conflit de principes qui régissent les relations juridiques et sur la possibilité de veto, doit définir que l'on doit l’emporter par rapport aux autres, ou un qui est plus avantageux pour la société et l’activité juridictionnelle en général.

RÉFÉRENCES

BRÉSIL, Cour supérieure de Justice – 6ème t.-Habeas Corpus no. De ministre Maria Thereza 90 684-rapporteur Assis Moura.

NERY JR, Nelson. Principes de procédure civile dans la Constitution fédérale. São Paulo : Revista tribunaux dos, 1999. p. 175-6.

GONÇALVES, Marcus Vinicius rivières. Procédure civile énoncée. 3ème ed. Révisé et mis à jour. São Paulo : Saraiva, 2013.

Nouvelle procédure civile code annoté/OAB. -Porto Alegre : RS OAB, 2015.

Juges demanderont de droit de veto l’article nouveau CPC nécessitant une justification. Disponible à : <http: www.conjur.com.br/2015-mar-04/juizes-pedem-veto-artigo-cpc-exige-fundamentacao="">.</http:> Consulté le : 18 nov. 2015.

HOMCI, Arthur Laërce. Obligation de motivation dans la nouveau CPP. Magazine Jus Navigandi, Teresina, 20 ans, n. 4237, 6 févr. 2015. Disponible à : <http: jus.com.br/artigos/34877="">.</http:> Consulté le : 18 nov. 2015.

[1] Diplômé en droit. Universidade do Vale do Itajaí.

[2] Diplômé en droit. Universidade do Vale Itajaí

[3] Loi n° 13 105 de 2015.

[4] Article 93, IX, de la Constitution de la République fédérative du Brésil.

[5] Sera considérée comme une CRFB/88 dans tout le texte

[6] http://www.conjur.com.br/2015-Mar-04/juizes-Pedem-veto-artigo-CPC-exige-fundamentacao

[7] Ibid..

[8] Ibid..

[9] http://www.conjur.com.br/2015-Mar-04/juizes-Pedem-veto-artigo-CPC-exige-fundamentacao.

[10] Ibid..

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here