Primé collaboration : limites et possibilités

0
609
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
Classificar o Artigo!
ARTIGO EM PDF

GARÇÃO, João Vasconcelos [1]

GARÇÃO, João Vasconcelos – Primé collaboration : limites et possibilités.  Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. Année 1. Vol. 8. pp. 210-227. Septembre 2016. ISSN. 2448-0959

RÉSUMÉ

La collaboration primée, également connu sous le nom mouchard ou tipoff efficace, est un Institut du criminel et pénal droits procéduraux, dans lequel, l’auteur du crime qui collabore avec la justice, à la recherche et dénonce les associés ont droit à certains avantages.  La collaboration primé est un moyen d’obtenir des preuves de la responsabilité du haut de la hiérarchie de l’organisation criminelle. Dans cette étude, vous pouvez analyser votre remise en forme avant la nécessité de chercher des moyens de preuve au sujet de cette organisation criminelle, débrayez avec plus de précision la paternité et l’importance relative de la criminalité et en particulier sur le rôle du ministère public comme titulaire de l’action pénale dans leurs conventions. Cet article a pour but de renvoyer sur les possibilités et les limites de la collaboration primée, cherchant à comprendre les préceptes légaux et les problèmes de cette question.

Mots-clés: test, le rôle du ministère public et de la matérialité et la paternité du crime.

1. INTRODUCTION

La nouvelle loi des innovations d’organisation criminelle a apporté par rapport au contexte juridique, détailler les concepts des instruments d’enquête et des procédures. En 2013, la nouvelle loi est entrée en vigueur des organisations criminelles (droit : 12 850/13), qui traitait de la collaboration primée avec plus de détails. C’est pourquoi se pose la question si la nouvelle loi ne suffisait pas à épuiser toutes les questions sur le sujet, la définition, conditions, prestations, la compétence et la procédure de la collaboration primée.

De nos jours, les institutions du système brésilien de la justice cherchent des moyens différents pour minimiser les impacts négatifs qui causent la criminalité dans leurs concitoyens afin du pour rendre tolérables fonctionnelle s’écarte de leurs fonctionnaires, notamment ceux de grade supérieur.

Ce travail de recherche vise à l’étude du droit. 12 850/13, qui traite des organisations criminelles au Brésil, moyens d’obtention de preuves, les infractions criminelles et procédure pénale liées à noter dans ce contexte, en plus d’observer les critiques actuelles trouvée dans la doctrine, comme la sanction récente de droit (02.08.2013) et de promouvoir les liens logiques entre les différents articles, y compris l’appartenance à la législation précédente et d’autres lois. De l’approche systématique des éléments de la loi no 12 850/13 a noté que cela a apporté les concepts juridiques, les limites et les précisions sur les possibilités d’action du gouvernement dans la lutte contre la criminalité organisée dans le pays.

Cette étude sur le droit. 12 850/13, qui traite des organisations criminelles au Brésil, a pour but de construire une analyse systématique, considérant que sa sanction consiste directement dans le cadre conceptuel de caractère nouvelles plus pratiques axées sur l’action des pouvoirs de l’État dans la défense de la sécurité publique.

Notant les récentes critiques contre trouvé dans les doctrine et promouvoir des connexions logiques entre les différents articles, y compris l’appartenance à la législation précédente, on se rend compte que le nouveau texte de loi est d’une importance primordiale à l’enquête et de procédure aussi action, d'où vient le travail des agents de police et le procureur.

Il sera tout d’abord, un bref contexte juridique de la législation nationale qui avait ce thème que son objectif principal. Puis, après les observations, que la nouvelle loi des organisations criminelles est structurée.

Rechercher avec le contenu de cet ouvrage, permettent l’analyse critique de la législation récente et ainsi voir quels chemins d’accès qui peuvent être pincés par le travail des agents de l’État pour des raisons de sécurité publique.

Le champ d’application de la présente étude est d’analyser et de contextualiser certains des dispositifs trouvés dans la collaboration primée Institute, trouvé notamment dans l’actuelle Loi fédérale nº 12 850/2013, qui traite des organisations criminelles. En particulier, l’Institut de collaboration primée, anciennement nommé mouchard et son rôle dans les procédures pénales. La collaboration primée a été utilisée à grande échelle aujourd'hui, comme un moyen de découverte de nouveaux éléments de preuve, la compréhension du modus operandi des organisations criminelles et la criminalité de nouveaux éléments, notamment les chefs de la structure de l’organisation.

L’article du strand, basé sur règle juridique qui prévaut de droit, notamment, dans la loi fédérale 12 850/13, versa, en particulier, malgré la Collaboration primé et ses développements : éléments de preuve, le rôle du ministère public et de la matérialité et la paternité du crime.

2. ANALYSE de la COLLABORATION de AWARD-WINNING la Loi : 12 850/13

Le juge, à la demande des parties et en conformité avec les exigences légales, peut accorder pardon juridique, peine réduite ou le remplacement de sanction des droits restrictifs si l’employé de la défenderesse contribue efficacement et volontairement avec les enquêtes et les poursuites pénales (art. 4 de la Loi d’organisation criminelle).

Cet appareil est le même diapason de la loi No. 9 807/99 (Loi de protection des victimes, des témoins et des collaborateurs accusés) en ce qui concerne les exigences relatives à l’octroi de la prestation, en tenant compte, en tout cas, la personnalité de l’employé, la nature, des circonstances, gravité et l’impact social de la poursuite pénale et de l’efficacité de la coopération. En outre, les droits du développeur ont été également configurés comme cette loi.

Du fait de l’efficacité de la collaboration devrait une ou plusieurs des motifs mentionnés dans les éléments de l’art. Quatrièmement, ils sont : l’identification des autres co-auteurs et des participants de l’organisation criminelle et d’infractions pénales commises par eux ; la révélation de la structure hiérarchique et la répartition des tâches de l’organisation criminelle ; la prévention des infractions pénales découlant des activités de l’organisation criminelle ; la récupération totale ou partielle de produit ou de l’avantage des infractions pénales commises par l’organisation criminelle ; l’emplacement de toute victime avec leur intégrité physique préservée. Ce sont les exigences en matière de collaboration considérées utiles et efficaces du point de vue de la recherche et les processus.

Il convient de noter qu’aucun jugement exécutoire ne sera rendu exclusivement sur la base des déclarations faites par le défendeur, conformément à l’art. Quatrièmement, paragraphe 16, de la Loi.

En ce qui concerne le droit de garder le silence garanti par la Constitution ont du développeur des déclarations ne constituaient pas la renonciation à ce droit, des États sont requis, compte tenus de l’action bénévole, faits que la possibilité de la renonciation à la droite, après tous le développeur défendeur suppose une forme de témoignage d’être vos informations.

3. LA PROCÉDURE PROBATOIRE

Rencontre examine, préalablement, la notion de preuve, qui peut être définie comme un instrument à travers lequel le juge forme sa conviction quant à l’occurrence ou l’inocorrência des faits en cause dans le processus.

La procédure probatoire, à son tour, peut être définie comme une activité composé d’un ensemble d’actes successifs et coordonnées, par laquelle le juge cherche à reconstituer les faits rapportés dans le processus par les parties.

Selon Guilherme de Souza Nucci-11ème édition-fl. 1 021, in verbis :

« Questions de présentation se compose de cinq périodes distinctes :

 -Prendre des éléments de preuve constitués en quête de preuves ;

 -Dépôt de la preuve qui indique le magistrat le moyen de preuve utilisé par les parties ;

 -Admission d’une preuve cohérente en accordant ou non, par le juge, la preuve présentée ;

 – La production de la preuve qui est configurée comme le moyen par lequel l’objet de la course est introduit dans le processus ;

 – L’évaluation de la preuve selon laquelle le juge évalue la preuve. ”

 

 

3.1. ÉVALUATION DE LA PREUVE DANS LES PROCÉDURES RELATIVES À LA COLLABORATION DE PRIMÉ

Comme il ressort, en analysant les déclarations incriminantes de le corréu, il est à noter que le défendeur n’a pas payé l’engagement de dire la vérité dans son interrogatoire et sont dans la situation du bénéficiaire, le bénéficiaire peut être procédurale.

Conformément à l’accepté, le magistrat doit considérer les éléments suivants à l’évaluation de ces éléments de preuve : la véracité de la confession, l’absence de haine dans une de ces manifestations, l’homogénéité et la cohérence de leurs déclarations, l’absence de but pour atténuer ou même supprimer sa propre responsabilité pénale et la confirmation de la collaboration par une autre preuve.

Le juge doit considérer, sur l’évaluation de la déclaration fournie par la personne protégée, les hypothèses suivantes :

-Si la direction n’a pas tromper le témoin ;

-If du témoin de ne pas tromper l’esprit.

En ce qui concerne la perception et la transmission de l’avis, il convient d’analyser le développement et la qualité des facultés mentales du témoin, le fonctionnement des sens des témoins, les conditions dans lesquelles a produit la perception, sous le plan physique et psychologique, les caractéristiques de l’objet perçu, la perception du temps, de distance et de volume, outre les conditions de transmission de l’avis.

Au sujet de la sincérité de la déclaration, il devrait être noté la présence ou non de tout intérêt qui peut-être influencer, conscients ou inconscients sur la volonté du déposant, l’existence de rapports douteux et considération individuelle de chacun des témoins.

L’évaluation du témoignage de la police, à son tour, doit répondre de deux éléments : le manque d’intérêt pour conjurer une illégalité possible dans leurs efforts et la preuve de votre déclaration par d’autres preuves, sauf s’il est impossible de le faire. Ces exigences doivent être respectées en raison de la possibilité de la crainte de l’influence de l’enquête l’impartialité des mots des officiers impliqués.

Soutiennent que, ces dernières années, dans une procédure pour la détermination du crime organisé, une tendance marquée au sujet de l’évaluation d’une preuve circonstancielle.

La première des exigences à prendre en considération par le juge est l’existence que de fait indiciante. La seconde, porte sur l’exclusion de la chance, parce qu’il y a la possibilité d’un faux lien entre la preuve et le fait déterminé, le juge doit étayer leur persuasion. Pourtant, l'on a la chance d’effraction du fait. Vous devez également faire attention à l’analyse du manque de preuves. Enfin, le juge doit tenir compte de l’existence du lien de causalité entre le fait et l’a indiqué, la pluralité des indices et la convergence ou accord de ces.

4. L’ACCORD CONCLU AVEC LE PROCUREUR

Selon la loi/12 850 13, art. 4ème et après les représentants du service des poursuites publiques doivent répondre aux exigences suivantes pour le dépôt des accords :

1-volonté de l’initiative impérieuses dev est la nécessité des agents de l’état de respecter le libre arbitre de l’enquête en ce qui concerne une éventuelle tipoff dans la phase de découverte avant le procès.

2-pertinence des déclarations de l’objet d’une enquête-doit garder un lien de causalité avec les résultats positifs produits dans l’enquête criminelle en cours.

3-coopération faite efficacement la nécessité accusée de collaborer en permanence avec les autorités, en se mettant à votre disposition pour l’élucidation des faits étudiés.

De 4-développeur personnalité, nature, gravité et répercussion sociale de la poursuite pénale sont compatibles avec l’Institut.

Registre que la proposition de l’application de la collaboration primé doit être réservée à un sujet qui développent des fonctions similaires à celles aujourd'hui développé par des poursuivants dans les procédures pénales.

4.1 – le droit à l’accord de COLLABORATION AWARD-WINNING

La compétence juridique d’entreprendre pour le compte de l’État dans l’entente de collaboration primée est seulement le Public Ministère (député), bien que soumis à un contrôle judiciaire. Cela provient du fait que, selon la Constitution, l’action pénale contre une personne compétence constitutionnelle pour promouvoir (ou). Cette compétence est prévue à l’article 129, paragraphe I, de la Constitution, selon lequel la fonction institutionnelle du Ministère Public est « de promouvoir, en privé, le ministère public, conformément à la Loi ».

En conséquence, seulement qui peut présenter la poursuite judiciaire contre quelqu'un et demander l’exécution de la peine n’est qui peut également demander que la peine de s’appliquer ou ne pas être, dans une moindre mesure, en raison de l’accord de collaboration primée.

La police et autres organismes d’enquête (tels que les commissions parlementaires d’enquête (photos) et les organismes administratifs qui exploitent des faits éventuellement criminelles, comme la recette, les organismes environnementaux, les tribunaux des commissaires aux comptes etc.) n’ont pas l’autorisation légale de régler mouchard pour les mêmes raisons ci-dessus exposé. Si la police et ces organismes n’ont pas la tâche de promouvoir une poursuite, ne peut s’engager à accorder les avantages du maître d’ouvrage.

La légitimité unique du Ministère Public à officialiser l’accord de collaboration décerné également les tiges du simple fait que, si l’accord a été signé avec le rat par une autre entité publique et la MP n’a pas d’accord avec lui, cela pourrait rendre le mouchard sans prendre en compte les avantages offert. En outre, que la poursuite est l’auteur de l’action pénale et que les preuves réunies par la police et autres organismes d’enquête sont destinés principalement à la MP, c’est lui qui doit évaluer l’utilité de l’information du rat et de la pertinence de leur d’éclaircissement des faits.

Cela ne signifie pas que la police et les organes n’ont aucun rôle important dans le panorama de collaboration primée. Au contraire, dans des conditions idéales, la police et les procureurs doivent travailler ensemble afin de rassembler autant de preuves que possible pour la clarification des crimes. La police pourrait permettre de trouver le collaborateur possible, aidant au pour persuader d’effectuer le tipoff (grâce à la preuve de son implication dans l’attentat) et, surtout, devrait collaborer à la découverte d’autres éléments de preuve pour confirmer et sécuriser les renseignements fournis par l’informateur. De différentes façons, le même s’applique à d’autres organismes publics qui peuvent découvrir les crimes. Tout le monde doit agir pour défendre la société harmonique, dans l’obéissance aux lois.

Par conséquent, la loi fixe en 2013/12 850 art. 4, paragraphe 6, que la négociation de la coopération avec l’enquête et son avocat peut-être avoir la participation de la police et les procureurs.

La loi 12 850/2013 confirme cette interprétation, pour assurer que la collaboration primée sera portée à l’analyse du juge « à la demande des parties » (art.. (4), et seulement le procureur est partie à la procédure pénale contre l’accusé. Paragraphe 2 du présent article permet à la police propose l’application des avantages de la collaboration au juge, mais la proposition (ce que la loi appelle « représentation ») doit être approuvée par le parquet.

Il convient de souligner, le rôle du député dans la collaboration primée est fructueuse et indispensable.

4.2. LE RÔLE DE LA PUBLIC PROSECUTION SERVICE-MP DANS LES ACCORDS DE COLLABORATION PRIMÉE

Collaboration de primé, voici le sujet d’actualité. Bien qu’il peut être analysé sous différentes perspectives, maintenant Rechercher vérifier les limites de l’action de poursuite et de défense dans le cadre de la collaboration primée aux fins de la lutte contre une organisation criminelle, établi dans la loi no 12 850/2013.

L’Institut est prévue entre les articles 4 et 7 de la Loi. C’est, selon les termes de Ronaldo Batista pinto (2013, P. 25), le « (…) possibilité que détient le délinquant pour obtenir réhabilitation judiciaire ou une réduction de peine (ou son remplaçant), depuis cela efficacement et devenir bénévole, aider à obtenir les résultats prévues par la Loi «.

Bien que plusieurs points de la loi nº. 12 850/2013 peut être l’objet de critiques, on ne peut nier son effort pour traduire une facture plus détaillée en ce qui concerne le sujet de la collaboration primée (en ce qui concerne la forme et le contenu), avec les prévisions d’une section consacrée à ce sujet.

Donc indéniable que tout statutaire mouchard, le plus complet et détaillé sont la Loi des organisations criminelles (paragraphe. 12 850/13, art. 4 à 6).

La légitimé de l’accord de collaboration primée est énoncée à l’article 4, paragraphe 6, de la loi No. 12 850/2013.

Le juge ne participera pas aux négociations entre les parties pour la formalisation de l’accord de collaboration, qui aura lieu entre le chef de la police, objet d’une enquête et le défenseur à la manifestation du ministère public, ou, le cas échéant, entre le procureur et l’enquête, l’accusé ou son avocat.

Les normes citées ont encore, sur les chances de tipoff et ses conséquences majeures, mais une fonctionnalité peu ou rien concernant la forme de négociation, ses participants et limites. D'où les difficultés rencontrées à la fois par l’accusation et la défense lorsque leur performance pratique pour négocier des accords pour la formalisation de l’accord de collaboration attribué.

En ce qui concerne la défense, la première devant être faite en ce qui concerne l’intérêt elle-même à la conclusion de l’accord, expliquant à l’accusé. Une fois confirmé l’intérêt mentionnée, il est entendu que sa performance dans des négociations clées avec le procureur en ce qui concerne les termes de l’accord devant être conclu.

En ce sens, David Teixeira de Azevedo (1999, p. 7) enseigne :

 « Satisfait, mais l’avocat de choisir le meilleur moyen et le plus redoutable exercice de défense modes du client, en prenant soin d’appliquer toute votre formation, talent, intelligence et connaissances juridiques – d’autant plus dans le cas de tipoff – que l’accord de collaboration est aussi claire, objective et limitée que possible et approuvés afin de lier les signataires et l’autorité judiciaire que la ratification la concrétisation des avantages légalement, c’est mieux et plus prolongée expression. »

L’accusation, pour sa part, doit analyser également intérêt à la conclusion de l’accord, en particulier les résultats qui peuvent être obtenus pour les poursuites pénales, avec la mise à exécution de la collaboration primée. Il devrait également limiter son utilisation aux cas graves et, de manière à ne pas banaliser la demande de l’Institut.

= Avec la divulgation des accords conclus dans le cadre de l’opération dite « lave-auto », l’une des dispositions a appelé assez d’attention, se rapportant à la « renonciation » levage matériel sur la compétence et des nullités. A titre d’exemple, nous allons jeter un oeil à l’au-dessous de la clause du contrat ' opération de lavage de voiture » – fl. 09, en verbis :

« Clause 12-09 feuille-the AWARD-WINNING COLLABORATION de PAULO ROBERTO COSTA (lavage de voiture). La défense renonce à tous les impetrados d’habeas corpus dans les 48 heures, renoncer à exercer également les défenses procédurales, y compris une discussion sur la compétence et les nullités. ”

Se pose, alors la deuxième question, serait-il possible poursuite et défense chancelarem la « démission » de ces droits ? Seraient notamment dans le cadre du pouvoir discrétionnaire du développeur ?

Pour répondre à une telle question, la doctrine a environ les nullités, et il est important de faire la différence entre la procédure d’annulation relatifs et absolus :

En règle générale de la procédure de nullité absolue, la gravité des défis atypiques présenté au cours de la procédure qui a abouti à l’annulation de la Loi, indépendamment de toute demande de l’intéressé et peut être reconnue par le juge d’Office ou à n’importe quel degré de juridiction. Allégué par la partie, ne nécessite pas la démonstration d’un préjudice, se manifestent ou supposé, comme certains préfèrent. Les exemples conduisent généralement à la violation des principes constitutionnels, en particulier le droit de la défense et le contradictoire. Dans cette ligne, est null le processus sans défenseur ; l’absence d’un argument de fermeture (ou des débats oraux) ; Quand le conflit se produit entre les différents défendeurs thèses, mais avec le même avocat ; médecine légale faite par un seul etc. expert officieux. Entre également dans le champ de la procédure de nullité absolue la phrase (et tous les actes) émis par juge absolument incompétent.

Spécifiquement sur les nullités absolues, Julius Fabbrini Mirabete (2008, p. 57). Explique : (…) Sont caractéristiques de la procédure de nullité absolue : un) une partie le mai avait l’intention d’eux, indépendamment de savoir si ou pas d’intérêt ; b) juge lui-même devrait déclarer eux, quelle que soit la provocation ; c) sont insanáveis ; d) les parties n’ont pas eux.

De cette façon, la seule façon de faire une telle clause est une théorie procédure pénale loin de son application en ce qui concerne les questions de politique publique qui sont en dehors de la portée du pouvoir discrétionnaire du développeur.

En effet, étonnant que le ministère public, impôt Loi, visent également la conclusion de la clause ci-dessus.

En ce sens, c’est la loi la limite de la défense et l’accusation, devrait examiner la carcasse jamais construite par la doctrine. Le non respect de ces préceptes est inacceptable et ne devrait pas conduire à leur approbation par le magistrat ou l’invalidation ultérieure de l’accord ainsi conclu par les autorités judiciaires.

5-l’importance de la collaboration dans la CLARIFICATION de la paternité et de la MATÉRIALITÉ

La collaboration primée Institute, actuellement prévue à l’article 4, « caput » et suite à la loi fédérale, 12 850 2 août 2013 est le résultat d’un mûrissement indéniable par le législateur, infra, en reconnaissant que le « persécuteur État seul, est incapable de démêler les circonstances, la matérialité ou la paternité de certaines infractions criminelles, en particulier celles liées à la criminalité organisée.

Ce n’est pas maintenant, car comme la meilleure doctrine, existence déjà dans la planification de la patrie, autres instituts, comme le mouchard, prévoit un certain nombre de lois spéciales, qui a toujours cherché à atténuer la sanction doit être attribué au personnel les membres qui contribuent volontairement l’État juge pour résoudre certains conflits.

Cependant, ce qui nous le voyons avec l’institution de la collaboration primée, est effectivement une qualification pour le mouchard. C’est parce que, comme légale la collaboration primée, la fourniture, selon la situation, vous pouvez même éteindre la criminalité du rat à travers la réhabilitation judiciaire, conformément à l’article 107, IX, du Code pénal, qui jamais auparavant envisagé par la doctrine et la jurisprudence sur la patrie.

En ce sens, ce que cet article tente d’obtenir, est en fait, a attiré l’attention aux autres collègues qui travaillent dans le domaine pénal, sur l’importance qu’il devrait être dispensé à la collaboration de primé, non seulement pour avoir été un versement à l’objet d’une enquête/principalement dénoncé pour vanter la participation de l’avocat, en tenant dûment et audit des coûts, comme un personnage central dans la réalisation de l’accord avant la mise en œuvre du Ministère Public , ainsi qu’à l’autorité de police.

Vous pouvez dire à cette vieille idée que l’avocat doit à tout prix à nier les faits ou la participation en faveur de son client, être rétrograde. Vous voyez, dans un contexte actuel de la loi préventive et responsable, notamment dans le domaine pénal, l’avocat, même dans le cas de l’obligation prévue à l’article 6, III, de la loi 8 078/90 (Code de consommation), donnant à votre client, tous les outils et les possibilités offertes par la Loi, pour sa défense efficace, ce qui signifierait, miraculeuse.

Alors, quand le législateur oblige, dans tous les actes, confirmation et mise en œuvre de l’assistance juridique, que de mettre l’art, la participation et la collaboration. Quatrièmement, au paragraphe 15 (quinze), ne représente rien de plus qu’un véritable hommage à l’art. 133 de la Constitution de la République fédérative du Brésil, adoptée en 1988, qui prévoit la figure de l’avocat comme essentielle et indispensable à l’administration de la Justice.

C’est en ligne avec ce que j’ai déjà eu la lettre républicaine actuelle, la nouvelle loi (12 850/13), qui traite de la collaboration primée, contrairement à l’ancien mouchard, comprend clairement que la figure de l’avocat non seulement représente l’intérêt supérieur du contrefacteur présumé, mais principalement reconnaît la légalité de l’accord lui-même, chancelando ce qu’il faut juge États, représente une exception à l’obligation/obligation de punir.

Il n’est pas moins, qu’actuellement nous assistons, dans divers milieux, le démantèlement des organisations criminelles, en vertu de la tipoff d’un seul membre, qui contribue efficacement à l’atelier de cannibalisation de « gang qualifié », puisque, avec l’aide de son avocat, a reconnu l’avantage conféré par la Loi.

Ainsi, la collaboration primée, pourrait servir de bénéficier l’assisté dans diverses manières et d’éteindre sa criminalité, réduisant la peine d’emprisonnement de jusqu'à 2/3 (deux tiers), remplaçant par restrictives des droits, suspendant pour jusqu'à 6 (six) mois, la date limite pour la soumission de la plainte, ou même quitter la poursuite de l’offrir, en totale exception au principe d’obligatoire d’actions criminelles publics comme l’explicite art. 4, « caput », § 3, alinéa 4 et alinéa 5, de la loi qui définit les règles et organisation criminelle sur l’enquête criminelle.

Notez que, comme la loi l’exige, avant cela, il était l’organe de la demande du ministère public privé, quand observée sous l’aspect de véritables « négocier », afin d’accorder certains avantages, parmi eux, sa propre transaction pénale, prévue à l’art. 76 de la Loi 9 099/95, aujourd'hui, en passant par le tamis de la propre étudié, renversant tous la « polarité » des rapports juridiques.

Ainsi que de reconnaître leur droit aux prestations, accorder au rat, le temps et la façon de l’utiliser, y compris, si afin de mieux comprennent, livrer de façon fractionnée, information au titulaire de la poursuite ou autorité, de la police selon les propositions, conformément à l’art. 4, § 2 et § 6 de la Loi 13/12 850, configuration, vrai en fin de compte, « table ».

Pour tout cela, on ne peut manquer de souligner, même si la manière succincte, sur l’importance de la figure de l’avocat reçoit avec l’édition de la Loi 13/12 850, a reçu de nouveaux outils qui apporteront des changements inévitables les vieilles conceptions de cabinet d’avocats de litige sous criminel, ainsi que, ressaltarão le rôle de passage gestion reprendre l’avocat de la poursuite pénale en particulier la phase de découverte avant le procès «, qui n’est rien d’autre qu’une exception positive adoptée par la pure systématique l’ancienne procédure accusatoire et devrait être » applaudi « par la classe des avocats.

La collaboration primée est adoptée lorsque la procédure rencontre des difficultés non seulement pour le stade de la recherche, en raison de la complexité des crimes, mais, surtout, parce qu’elle est souvent liée à la politique, un fait qui renforce la complexité de la conduite des enquêtes policières.

La Loi prévoit que les dénonciateurs ont besoin d’identifier les autres co-auteurs de l’organisation criminelle et, par conséquent, les crimes commis par eux et vous devrez remettre l’argent détourné. En retour, l’enquête qui collabore avec les informations pertinentes peut bénéficier d’économies, telles que la diminution de la peine ou même d’un pardon.

Il est important de souligner que l’Institut traités dans cet article étant de la plus haute importance pour la société brésilienne qui connaît une série d’injustices. Ainsi, cet Office ne doit pas être banalisé, parce que c’est un instrument efficace pour lutter contre les crimes graves.

Il est à noter que l’Institut sera valide qu’après l’approbation de la déclaration, et étant donné que le rat peut ajouter des informations pertinentes que les autorités ne possèdent pas. Selon l’accusation, cette coopération apportera des informations pour le processus, dont les autorités n’auraient jamais accès à ou prendrait peut-être du temps pour recevoir. Ayant une particularité plus nécessaire et extrêmement importante pour la société et en particulier de contourner efficacement la paternité et la matérialité de l’infraction.

Les enquêtes de mouchard boosté. Dénonciateurs sont engagés pour parler de tout ce que vous savez sur les crimes qui ont pris part et aussi de fournir la preuve, outre la restitution des fonds obtenus illégalement.

L’avantage, recevrait une peine réduite à la fin de la procédure en Cour. Certains sont restés pris au piège jusqu'à collaborer et d’autres a collaboré avec le mouchard, même si dans la liberté. Deuxième lecture du journal télévisé quotidien, magazine et télévision, semble que les principaux donneurs d’alerte était l’ancien directeur d’approvisionnement Paulo Roberto Costa, Petrobras, qui décrit le fonctionnement du régime la corruption et cité des politiciens et hommes d’affaires impliqués avec des déviations. Concernant les ressources qui ont dû être renvoyées étaient environ 26 000 000 $ et real estate.

Un autre rat est Nestor Cerveró, ancien directeur de la zone internationale de Petrobras et BR distribuidora, dénonce que payé $ 6 000 000 au Président du Sénat, Renan Calheiros et – le sénateur Jader Barbalho. Le sénateur Delcídio Amaral, pour lequel il aurait été avec d’autres un montant de 2 000 000 $ et le banquier Andre Esteves, propriétaire de combler l’a également accusé.

Comprend aussi, Júlio Calderon, qui a admis à avoir versé des pots-de-vin pour garder les affaires avec Petrobras, indiquant les transferts vers le PT et le PMDB. Cela a été le premier à accuser le maire, Eduardo Cunha, a reçu $ 5 000 000.

Voici les renseignements consignés découlant des interprétations des nouvelles aux journaux, tous deux se lisent comme (télévision), et notamment des lectures des relations d’affaires avec le représentant du ministère public et de la Cour décisions déjà rendues. Ainsi, déduit, irretorquivelmente, le Bureau de collaboration primée est extrêmement important dans la clarification de la paternité et de la matérialité de l’infraction.

6-FINALE PENSÉES

Est clair et même prévu, la diversité des opinions sur la structure des doctrines de droit, sa légalité et même de sa constitutionnalité. L’absence de jurisprudence solidifié est un autre élément qui entrave une analyse de la pratique sécuritaire en ce qui concerne les effets concrets de la Loi. Toutefois, il est indéniable l’utilisation large de la législation étudiée, dans un effort pour plus de précisions et de compréhension des structures des organisations criminelles opérant dans le pays. Plus grand exemple d’application de la loi visée est dans le cas de « car wash opération » menée par la Cour fédérale. À cet égard, le procureur fédéral et la Police fédérale, à plusieurs reprises, fait usage de la collaboration primée comme moyen d’atteindre de nouveaux

faits et des preuves.

Il faut une analyse méticuleuse de la loi en question, afin de corriger les éventuels manquements ou les lacunes laissées par le législateur, compte tenu des principes constitutionnels régissant les procédures pénales. De toute façon, la Loi des organisations criminelles a été une grande aide des pouvoirs publics dans la lutte contre la criminalité organisée, et son amélioration est un objectif important dans la lutte contre la criminalité.

12 850/2013 loi a été promulguée dans le but de commencer la lutte contre les organisations criminelles opérant au Brésil. La définition d’organisation criminelle, en plus les moyens d’enquête criminelle relative à ces infractions, les procédures à prendre et les moyens d’obtention de preuves se trouve dans le corps de votre texte. Ce dernier sujet est la collaboration primée, appelée mouchard par la Loi 9 034/1995, qui a été abrogé par celui qui fait l’objet de cette pièce.

La collaboration primée a été un moyen d’obtenir des preuves dans certaines actions criminelles plus grandes et les plus pertinentes au processus dans le pays. Toutefois, il est encore grande divergence doctrinale et jurisprudentielle concernant la bonne exécution de la loi dans le processus. Cette étude sort pour répondre à ce besoin, discutant de la doctrine et de vérifier les points d’accord et de la discorde entre auteurs qui jusqu'à présent pores dans l’étude de cette législation. Plus précisément, les paragraphes ont été disséqués sixième à dixième article de salle de loi, qui comprend la collaboration primée.

L’approche du sujet, primé collaboration, actuelle et pertinente, considérant qu’avant l’augmentation de la criminalité organisée est mis en surbrillance est important et urgent à l’étude et la recherche sur une preuve essentielle de collecte des crimes commis par les puissantes organisations.

Souligner également que cette rubrique, collaboration primée, c’est faisable, oui, avec insistance, contribue au système de justice pénale de la réponse rapide et efficace en cas de complexes crimes commis par des organisations criminelles, qui, souvent, qu’avec la collaboration de corréus et participer il est possible d’avancer dans la clarification de certains crimes.

Il est extrêmement important d’analyser la contribution que les autorités compétentes sont d’atteindre grâce à la collaboration de primés, notamment, à titre de preuve et à la recherche de la vérité. Un Institut qui a été initié par les Philippines et les ordonnances qui sont venus sur les médias actuels, gagner de l’espace.

C’est par le biais de le « opération car wash », déjà mentionné comme le plus gros cas de corruption que le Brésil fait face, suspect de personnes d’empreinte importante et impliqué dans le blanchiment de capitaux, fraudes aux appels d’offres et de surfacturation. L’enquête a décidé de collaborer avec la justice, est la possibilité de recevoir une peine plus clémente ou par crainte d’être arrêtés préventivement pendant un certain temps. Selon le juge fédéral Sergio Live, responsable processus découlant de l’opération, les collaborations primés sont la meilleure façon de résoudre les financiers et les crimes de l’entreprise.

Dans les mots d’un maître : Ronaldo Batista Pinto « Collaboration primé est un moyen efficace de la preuve et est la lutte contre la criminalité arme. « Cinquième édition-fl. 18.

7-BIBLIOGRAPHIE

CUNHA, Roger Sanches. Primé collaboration-commentaires sur la nouvelle Loi sur la criminalité organisée-Loi nº 12 850/2013-Ed. Jus Podium, 2e édition, 2014.

FILS du GRECO, Vicente. Commentaires au droit de l’Organisation criminelle – Loi n° 12 850/13-Vicente Greco fils. -São Paulo : Saraiva, 2014.

Lima, brésilien Renato. Procédure pénale manuel simple Volume, 2e édition .3º, Salvador, 2014.

NUCCI, Guilherme de Souza. Criminel et de procédure pénal a commenté. 8th ed. Rio de Janeiro : forensics, 2014.

Brésil. Constitution de la République fédérative du Brésil de 1988.

Le décret no 5 105, du 12 mars 2004.

Loi n° 7 492, du 16 juin 1986

Loi n° 8 072, du 25 juillet 1990.

Loi n° 8 137, du 27 décembre 1990.

Loi nº 8 884, du 11 juin 1994.

Loi n° 9 034, du 3 mai 1995.

Loi n° 9 080, 19 juillet 1995.

Loi n° 9 269, du 2 avril 1996.

Loi nº 9 613, du 3 mars 1998.

Loi n° 9 807, du 13 juillet 1999.

Loi n° 10 149, du 21 décembre 2000.

Loi n° 11 343, du 23 août 2006.

Loi n ° 12 529, du 30 novembre 2011.

Loi n° 12 683, du 9 juillet 2012.

Loi n° 12 850, du 2 août 2013.

OLIVEIRA, Eugenio Pacelli. Cours de la procédure pénale. 18. Éd. rev. et ampl. Courant. Selon la loi n ° 12 830, 12 850 et 12 878, tous de 2013.

[1] Avocat, études supérieures en droit pénal et procédure pénale à l’Universidade Tiradentes. Contact : autor@nucleodoconhecimento.com.br

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here