Paradis fiscaux: aspects positifs et négatifs

0
0
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
Rate this post
PDF

ARTICLE DE RÉVISION

OJEDA, Nataly Luiza Nantes [1]

OJEDA, Nataly Luiza Nantes. Paradis fiscaux: aspects positifs et négatifs. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 12, Vol. 03, p. 69-80. décembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/comptabilite/paradis-fiscaux

RÉSUMÉ

Cet article vise à dévoiler les paradis fiscaux et leur utilisation croissante, on sait que l’opération a provoqué une baisse de la collecte des impôts et, par conséquent, le blocus du développement économique des pays. Les objectifs tournent autour de l’analyse des aspects positifs et négatifs, considérant qu’il y a ceux qui profitent des avantages offerts par les paradis fiscaux, ainsi que ceux qui sont lésés par cette pratique, couvrant leurs concepts, les utilisateurs, en passant par une brève explication des les flux de capitaux dans le monde, les conséquences de l’augmentation de ce type de transaction pour les États. La méthodologie a une approche qualitative à travers des recherches exploratoires de nature bibliographique descriptive afin de mettre en évidence les problèmes posés par l’utilisation des paradis fiscaux par les personnes physiques et morales. Beaucoup a été fait pour éviter les conséquences négatives de l’utilisation des paradis fiscaux à travers le BEPS en collaboration avec l’ICRICT qui formule des lignes directrices à mettre en œuvre pour réduire l’érosion des assiettes fiscales des États, les aspects négatifs sont caractérisés par la perte du pouvoir de l’État la promotion et la continuité des services de base et la disparition des investissements dans les politiques publiques de lutte contre les problèmes sociaux, tels que la faim, le chômage, la criminalité, la santé, l’éducation, entre autres. En revanche, le terme de «paradis fiscal», bien qu’il soit communément vu avec une certaine aversion par les médias, la société en général et les pays, présente d’un point de vue des aspects positifs car son utilisation est un outil opérationnel de planification fiscale financière et commerciale, l’augmentation des bénéfices elle peut créer de nouvelles opportunités commerciales, et ces entreprises peuvent générer plus d’emplois et de revenus pour les plus pauvres.

Mots-clés: paradis fiscaux, évasion fiscale, évasion fiscale, BEPS, ICRICT.

1. INTRODUCTION

Les paradis fiscaux sont historiquement et principalement associés par les médias de télévision, les capitaux illicites, où il serait possible de cacher des ressources financières aux illégalités, mais peuvent également être utilisés par les milliardaires et les sociétés transnationales pour contourner les impôts et augmenter leur fortune d’une manière parfaitement légale.

À l’heure actuelle, il n’existe aucun moyen efficace d’empêcher les particuliers et les personnes morales de transférer leurs bénéfices vers des pays à faible taux d’imposition, puisque le système fiscal international, qui est le même depuis les années 1920, est qu’il y a 100 ans, le monde utilisait les mêmes normes réglementaires.

Pour éviter l’affaiblissement massif de la collecte des États, l’OCDE et le G20 ont créé un programme connu sous le nom de BEPS (Base, Erosion, Profit, Shifting), allié au BEPS, il y a aussi un groupe d’experts qui se sont organisés pour suivre le débat sur la fiscalité internationale et proposer des alternatives au modèle de l’OCDE.

Cela dit, cet article vise à problématiquer les aspects positifs et négatifs de l’utilisation des paradis fiscaux.

2. RÉFÉRENCE THÉORIQUE

2.1 QU’EST-CE QU’UN PARADIS FISCAL?

Les paradis fiscaux sont des zones commerciales exemptes de recouvrement d’impôts ou avec des taux proches de zéro sur les transactions financières, caractérisés par l’absence d’imposition, les garanties de secret bancaire et l’identité des investisseurs, ce qui en fait une cachette parfaite pour les particuliers et les personnes morales qui souhaitent omettre leurs bénéfices.

Ces caractéristiques signifient que les pays qui les fournissent ont toujours été associés, en particulier dans les médias télévisés, à des capitaux illicites, où il serait possible de cacher des ressources financières à des crimes tels que la corruption et le trafic de drogues et de personnes, sans aucune question, comme enseigné (DE SÁ, 2016) « Les paradis fiscaux sont considérés comme une incitation aux activités illicites, et dans l’étude en particulier , considéré comme un instrument d’activités corrompues.

À cet égard, dit l’auteur « Les paradis fiscaux sont généralement considérés avec préjudice par les gens et même par les gouvernements de certains pays, y compris le Brésil … » (DE MELLO, 2014), sur les préjugés qui entourent le thème, il y a ceux qui bénéficient des avantages offerts par les paradis fiscaux, ainsi que ceux qui sont lésés par cette conduite, disent ainsi les auteurs (REIS et LOEBENS, 2019) « Les plus grands préjudices sont les États qui perdent la richesse générée par territoires et de perdre leur perception de l’impôt, et par conséquent il est également a nui à la grande majorité de la population de ces États … » concernant la baisse des recettes et, par conséquent, le blocage du développement économique des pays.

Compte tenu des définitions et de leurs différents aspects, il s’agit de rechercher l’identification des utilisateurs, les transactions financières effectuées dans les paradis fiscaux sont effectuées par des particuliers et des personnes morales « …Les paradis fiscaux permettent aux particuliers et aux entreprises de cacher des informations sur leurs activités… » notre griffon (SNF et GFI et al., 2015), représentés par des milliardaires et des sociétés transnationales pour contourner les impôts et augmenter leur fortune.

2.2 UNSELLING LE FLUX DE CAPITAUX DANS LE MONDE

Bien que les pays du monde entier aient leurs propres systèmes de perception des impôts, il existe des règles internationales régissant la circulation de l’argent entre les pays, le problème est que ces normes internationales sont entrées en vigueur depuis environ un siècle sur des marchés beaucoup moins globalisés que ceux d’aujourd’hui, pour cette raison il y a un certain écart qui a conduit à des lacunes et des lacunes dans les règles régissant le transit des capitaux. , c’est-à-dire de l’argent dans le monde entier.

De telles lacunes dans la législation permettent aux entreprises transnationales et de plusieurs millions de dollars (particuliers et sociétés) d’utiliser des manœuvres fiscales ou illégales pour cacher leurs gains et échapper au paiement des impôts, et l’un des principaux mécanismes possibles est l’existence et l’utilisation de paradis fiscaux, compte tenu de ce scénario, les autorités internationales sont de plus en plus sous pression pour créer un nouveau système fiscal international. , qui est le même depuis les années 1920, raconte ainsi (PRZEPIORKA, 2018) « … à partir des années 1920, on peut affirmer que le modèle fiscal international développé à partir des œuvres des Bruins, Stamp, Seligman et Eunadi… a été consolidé.

Actuellement, il n’existe aucun moyen efficace d’empêcher les particuliers et les entités juridiques de transférer des avantages vers des pays à faible taux d’imposition, conclut l’auteur (PRZEPIORKA, 2018) « Les éléments de connexion traditionnels cristallisés dans le système juridique international depuis le début du XXe siècle ne se prêtent plus à guider les politiques fiscales internationales dans un environnement mondialisé ». Considérant qu’au cours de ces 100 années, les multinationales ont développé une expertise sans précédent pour rendre la pression fiscale internationale minimale, et poursuivre leur manœuvre pour multiplier leurs gains, l’auteur DALMOLIN décrit des données épouvantables pour mesurer les valeurs :

Récemment, la Banque centrale du Brésil (2018) a publié le recensement des capitaux brésiliens à l’étranger. Ces données ont révélé que 60 301 personnes (55 757 personnes et 4 544 personnes morales) ont investi près d’un billion de dollars à l’étranger (environ 25 % du PIB). (DALMOLIN, 2018).

Dans ce contexte, l’OCDE et le G20 ont créé un programme qui s’est fait connaître sous le nom de BEPS (Base, Erosion, Profit, Shifting) MÉLO et PIMENTEL tels que :

Sous l’effet de la crise économique de 2008, dont de nombreux pays développés ne se sont pas encore complètement remis, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en collaboration avec le Groupe des 20 (G-20), a lancé en 2013 un plan d’action visant à freiner le détournement des bénéfices et l’érosion des assiettes fiscales, un programme connu sous le nom d’érosion de base et de transfert de bénéfices (BEPS). (MÉLO et PIMENTEL, 2016).

Traduction signifie « … l’érosion de la base et le transfert de bénéfices. (NUNES, HALIK et al. 2017), son objectif est de lutter contre la fuite des capitaux et de reprendre la capacité de collecte des pays.

2.3 BEPS ET ICRICT

D’une manière générale, grâce au BEPS, des mesures ont été créées pour améliorer les aspects techniques et administratifs, et surtout accroître la transparence des entreprises dans la publication de leurs états financiers.

Mais même si l’initiative a été largement saluée comme un premier pas vers la lutte contre l’évasion, les réponses s’éloignent encore des résolutions concrètes du problème, c’est à partir de ce constat qu’un groupe de quinze experts s’est organisé pour suivre le débat sur la fiscalité internationale et proposer des alternatives au modèle de l’OCDE, l’association est devenue connue sous le nom d’ICRICT.

L’ICRICT est la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des sociétés qui vise à promouvoir le débat sur la réforme fiscale dans les sociétés au niveau international à travers une discussion qui est la plus large et la plus inclusive possible des normes fiscales internationales; envisager des réformes du point de vue de l’intérêt public mondial plutôt que national; et rechercher des solutions fiscales justes, efficaces et durables pour le développement. Griffin de l’auteur (IJF, 2016).

Le comité de l’ICRICT réunit plusieurs experts en tant qu’exemple lauréat du prix Nobel d’économie et l’ancien chef de la Banque mondiale Joseph Stiglitz et l’économiste et écrivain Français Thomas Piketty, ce groupe propose, par exemple, que les normes proposées par le BEPS, soient discutées et analysées aux Nations Unies (ONU) afin de démocratiser le débat sur le sujet en question.

Cela est dû au nombre limité de pays qui ont développé le programme a fini par générer une sous-représentation des intérêts des nations les plus pauvres, par exemple, l’une des avancées les plus claires proposées dans beps est la création d’une législation qui oblige les multinationales à divulguer leurs états financiers pays par pays:

La Déclaration de pays à pays, établie au Brésil par l’intermédiaire d’IN 1.681/16, est le résultat d’une coopération internationale liée aux actions proposées dans le cadre du projet BEPS (Base Erosion and Profit Shifting), coordonné conjointement par les pays membres du G-20 et l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). (GO FURTHER, 2017).

La mesure simplifierait la surveillance d’éventuelles manœuvres fiscales menées par les entreprises, c’est-à-dire une plus grande transparence :

… en utilisant la discussion existante sur la coopération fiscale et les pratiques de transparence qui permettraient l’obtention d’informations pertinentes qui peuvent accroître l’efficacité des activités d’inspection, essayez d’augmenter les limites imposées à l’évasion fiscale. (BARRETO et TAKANO, 2016).

Toutefois, la proposition a finalement été atténuée par deux autres clauses, la première établit que seul le pays d’origine de la multinationale, aura accès à des rapports comptables, sans obligation de partager les informations avec d’autres pays, le second détermine que seules les entreprises dont les bénéfices annuels sont supérieurs à 750 millions d’euros sont tenus de divulguer ces données, voyons :

Art. 4º Les entités pays à pays résidant au Brésil dont le chiffre d’affaires consolidé total du groupe multinational au cours de l’exercice précédant l’exercice de la déclaration, tel que reflété dans les états financiers consolidés du contrôleur final, est inférieur à :

I – R$ 2,260,000,00.00 (deux milliards, deux cent soixante millions de reais), si le contrôleur final réside au Brésil à des fins fiscales; Ou

II – € 750 000 000,00  (750 millions d’euros), soit l’équivalent converti par la cotation du 31 janvier 2015 en monnaie locale de la juridiction de résidence aux fins fiscales du contrôleur final. (EN 1681/2016).

Dans la pratique, cela limite le pouvoir de surveillance des pays les plus pauvres et exclut environ 90 % des multinationales de la liste des obligations du BEPS.

D’autre part, l’ICRICT fait valoir que l’augmentation réelle de la transparence devrait étendre cette obligation à toutes les entreprises qui ont des ressources dans les paradis fiscaux, et rendre les données accessibles à tous les États, sans aucune limitation, décrit ainsi « … exiger la publication de rapports pays par pays pour toutes les entreprises bénéficiant du soutien de l’État. (IJF, 2020).

L’ICRICT fait également d’autres propositions qui visent à corriger les distorsions dans les règles de la fiscalité internationale, mais comme elle a acquis une plus grande centralité dans le programme, elle est dans la création d’un nouveau modèle de taxation des multinationales.

L’utilisation de paradis fiscaux a déjà été identifiée dans des entreprises telles que Google, Starbucks et Amazon :

La division britannique d’Amazon, par exemple, a enregistré des ventes de plus de 8 milliards de dollars l’exercice précédent, mais a payé 18,1 millions de dollars en impôts.

Google, à son tour, a réalisé des revenus de 5,5 milliards de dollars en 2013, l’année où il a payé 17,6 millions de dollars en impôts.

Mais l’une des entreprises les plus interrogées était Starbucks, qui a déclaré en 2012 des ventes de plus de 600 millions de dollars, mais n’a payé aucun impôt sur les sociétés. Notre Griffin (BBC, 2015)

Ces entreprises déplacent d’importantes sommes d’argent en effectuant des manœuvres fiscales qui contournent le paiement des impôts et, par conséquent, gonflent leurs bénéfices dans les paradis fiscaux.

Pour contourner ce cadre, le document préparé par l’ICRICT propose une résolution apparemment simple, mais avec de grandes perspectives de transformation : reconnaissant les multinationales comme des entités uniques, ce changement mettrait fin à ce type de pratique, peu importe si l’entreprise dispose d’une façade commerciale dans les paradis fiscaux, puisque les bénéfices de l’entreprise seraient calculés à l’échelle mondiale.

La Commission vise à promouvoir le débat sur la réforme par le biais d’une discussion plus large et plus complète des règles fiscales internationales que ce qui est possible dans tout autre forum existant; envisager les réformes du point de vue de l’intérêt public mondial et non d’un avantage national; et rechercher des solutions fiscales justes, efficaces et durables pour le développement. (IJF, 2020).

Sur cette base, l’idée des économistes est de déterminer quelle valeur sera taxée, en fonction de paramètres matériels, tels que: les ventes, le nombre d’employés ou les usines de production, et enfin le projet propose la création d’une répartition proportionnelle des impôts perçus, les régions qui concentrent plus d’activités reçoivent plus et les régions qui concentrent moins d’activités reçoivent moins.

3. MÉTHODOLOGIE

La méthodologie présentée a une approche qualitative puisque la méthode adoptée était par la recherche exploratoire de nature bibliographique descriptive afin de démontrer les problèmes découlant de l’utilisation des paradis fiscaux par les particuliers et les entités juridiques.

La recherche bibliographique a été effectuée de manière synthétisée où des articles, des périodiques, des thèses et des mémoires ont été sélectionnés qui portaient sur des concepts sur les paradis fiscaux contenus dans les bases de données électroniques.

Les recherches ont été effectuées dans Google Scholar and Scientific Electronic Library Online (SciELO), les descripteurs employés dans ces bases de données en portugais étaient: « paradis fiscaux », « évasion fiscale », « évasion fiscale », « BEPS », « ICRICT ». La période de publication des études s’est prolongée de 2012 à novembre 2020.

En outre, la collection a été réalisée dans des bases théoriques de la littérature académique-scientifique (livres, revues et rapports) axées sur le thème proposé.

4. DISCUSSIONS SUR LES ASPECTS POSITIFS ET NÉGATIFS DE L’UTILISATION DES PARADIS FISCAUX

Actuellement d’une manière sans précédent dans notre histoire, 2 153 personnes détiennent plus de 4,6 milliards de personnes, selon les données (d’OXFAM, 2020), il ne fait aucun doute que des projets tels que BEPS méritent d’être fondés pour être pionniers dans la lutte contre les paradis fiscaux et pour identifier ce problème comme l’un des principaux obstacles à la réduction des inégalités sociales, mais il est convenu dans la communauté internationale que l’urgence de résoudre ces conflits exige des politiques plus incisives qui renforcent le pouvoir de collecte de l’État et aider le processus de répartition des richesses, sans cela, la tendance est que les années à venir maintenir le modèle de concentration des revenus, vu au cours des dernières décennies, la population paie les comptes de la récession comme une minorité puissante, surfe sur les avantages fiscaux, fuyant les impôts et omettant leurs revenus.

D’autre part, le terme « paradis fiscal » est communément considéré avec une certaine aversion par les médias, la société en général et les pays, qui tentent souvent de maintenir des contrôles stricts et la répression des individus et des entités juridiques qui utilisent ces lieux pour effectuer des investissements et des opérations de marché, alors qu’en fait le terme, peut être, dans une perspective plus large, juste un outil opérationnel de planification fiscale , tel que décrit (RAMOS, 2019) « Fiscal Haven, au sens du terme, ne signifie pas et ne nous renvoie pas à la pratique criminelle. Ils servent également de « conduits » dans les opérations financières internationales et dans l’assemblage de la planification fiscale. », après que tous les montants appliqués dans les paradis fiscaux ne sont pas dans leur intégralité dérivés d’activités illicites et la lutte contre leur utilisation peut représenter des pertes pour le progrès et l’expansion du marché mondialisé, ainsi que la planification fiscale, financière et commerciale:

Il convient de rappeler que, par la planification fiscale, il est entendu que l’ensemble des systèmes juridiques visent à réduire le paiement des impôts; ainsi, tout contribuable a le droit de structurer son entreprise de la manière qui semble la plus opportune, cherchant à réduire les coûts, y compris les impôts prélevés sur le revenu de son entreprise. Si cette personne ou cette entreprise le fait légalement, les autorités doivent la respecter et ne peuvent pas être considérées comme forçant les gens à payer autant d’impôts que possible à leurs gouvernements respectifs. En outre, on sait qu’avec la mondialisation de l’économie, l’administration correcte de la charge fiscale est devenue une question de survie, dans le but de la minimiser légalement. (DE MELLO, 2014). 

En d’autres termes, l’auteur maintient qu’une grande partie du marché et des transactions financières effectuées dans des paradis fiscaux sont autorisées par la loi.

5. CONSIDÉRATIONS FINALES

Le principal problème de l’exode des ressources des pays où les charges fiscales sont élevées et destinées aux paradis fiscaux est l’érosion des assiettes fiscales des États, qui peut entraîner la perte de pouvoir de l’État pour la promotion et la continuité des services de base et le persaisissement des investissements dans les politiques publiques qui luttent contre les problèmes sociaux, tels que la faim, le chômage, la criminalité, la santé, l’éducation, entre autres.

La difficulté d’identifier la voie de l’argent et le manque de transparence des entreprises sont des impasses majeures pour lutter et superviser l’utilisation des paradis fiscaux, d’autre part, paradis fiscal n’est pas synonyme d’illégalité, et tout citoyen ou entrepreneur peut venir investir légalement dans leurs actifs ou leurs actifs financiers dans d’autres pays habituellement où leurs bénéfices peuvent atteindre de nouvelles opportunités d’affaires , et ces entreprises peuvent générer plus d’emplois et de revenus pour les plus pauvres.

En ce qui concerne le Brésil, il convient également de souligner qu’il est nécessaire de formuler des politiques visant à maintenir les ressources financières sans que cette importation en infraction la Magna Carta (BRASIL, 1988), qui permet clairement dans son article 5, XV, la liberté de locomotion sur le territoire national, d’entrer, de rester et de partir avec leurs avoirs, par conséquent, quelle que soit la manière dont l’Administration fiscale et la société en général sont lésées par cette manœuvre, il ne peut y avoir d’interdiction ou de limitation par rapport à la les sorties de ressources et d’actifs financiers du territoire national, car elles constituent une stratégie de planification fiscale couverte par la légalité.

6. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

BARRETO, Paulo Ayres, TAKANO, Caio Augusto. Os desafios do planejamento tributário internacional na era pós-BEPS. In XIII Congresso – 50 anos do código tributário nacional, IBET, 2016. Disponível em https://www.ibet.com.br/wp-content/uploads/2017/09/BEPS.pdf. Acesso em 15 nov. 2020.

BRASIL. Dispõe sobre a obrigatoriedade de prestação das informações da Declaração País-a-País. Instrução Normativa RFB Nº 1681, DE 28 DE DEZEMBRO DE 2016. Disponível em:
http://normas.receita.fazenda.gov.br/sijut2consulta/link.action?idAto=79444. Acesso em 20 nov. 2020.

BRASIL. Constituição (1988). Constituição da República Federativa do Brasil. Disponível em http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/constituicao/constituicao.htm. Acesso em 20 nov. 2020.

BBC, World. As pessoas que “deixaram” o País de Gales para evitar o pagamento de impostos no Reino Unido. Notícia de 12 de novembro de 2015. Disponível em https://www.bbc.com/mundo/noticias/2015/11/151112_economia_crickhowell_pueblo_gales_paraiso_fiscal_ch. Acesso em 20 nov. 2020.

DALMOLIN, Luís Carlos. A exploração tributária intermediada pelo estado: dos
mecanismos tributários anestesiantes à fictio juris,
Dissertação (Mestrado), Junho de 2016, Disponível em https://lume.ufrgs.br/handle/10183/187387. Acesso em 13 nov. 2020.

DE MELLO, Antônio C. T, Paraísos Fiscais e Estratégias Empresariais: Ensaios sobre Investimentos Offshore. Novembro 2014, Edição do Kindle.

DE SÁ, Daniel Ferreira, Paraísos Fiscais, Corrupção e Crescimento Econômico, Dissertação (Mestrado) Faculdade de Economia do Porto – junho de 2016. Disponível em https://repositorio-aberto.up.pt/bitstream/10216/86744/2/158522.pdf. Acesso em 12 nov. 2020.

GO FURTHER. Declaração país – a país e ação 13 do BEPS no Brasil. In Boletim Informativo, 04 de julho de 2017. Disponível em http://www.gofurthergroup.com.br/declaracao-pais-pais-e-acao-13-do-beps-no-brasil/#:~:text=A%20Declara%C3%A7%C3%A3o%20Pa%C3%ADs%2Da%2DPa%C3%ADs,G%2D20%20e%20pela%20OCDE. Acesso em 14 nov. 2020.

IJF, Instituto Justiça Fiscal. Declaração da ICRICT, 20 de abril de 2016, Disponível em https://ijf.org.br/declaracao-da-icrict/. Acesso em 14 nov. 2020.

IJF, Instituto Justiça Fiscal. ICRICT demanda medidas tributárias internacionais para uma recuperação econômica sustentável, 16 de junho de 2020, Disponível em https://ijf.org.br/icrict-demanda-medidas-tributarias-internacionais-para-uma-recuperacao-economica-sustentavel/. Acesso em 20 nov. 2020.

MÉLO, Luciana Grassano de Gouvêa, PIMENTEL, João Otávio Martins. O plano de ação beps e as mudanças de paradigmas na tributação, Revista Acadêmica Faculdade de Direito do Recife, Volume 88, número 2, julho/dezembro de 2016. Disponível em https://www.periodicos.ufpe.br. Acesso em 10 nov. 2020.

NUNES, André, HALIK, Aline Roberta et al. A redução da evasão fiscal com a adoção do BEPS – Base Erosion and Profit Shifting, dezembro de 2016, Revista Espacios Volume 38, nº 23 Ano 2017, Página 6. Disponível em:
https://www.revistaespacios.com/a17v38n23/a17v38n23p06.pdf. Acesso em 18 nov. 2020.

PRZEPIORKA, Michell. Possibilidade de tributação em bases territoriais no sistema jurídico brasileiro – ofensa ao princípio da universalidade? – Revista Direito Tributário Internacional Atual, n. 4 (2018), Disponível em: https://www.ibdt.org.br/RDTIA/n-4-2018/possibilidade-de-tributacao-em-bases-territoriais-no-sistema-juridico-brasileiro-ofensa-ao-principio-da-universalidade/. Acesso em 16 nov. 2020.

RAMOS, Samuel Ebel Braga. A lavagem de dinheiro por meio de paraísos fiscais como crime transnacional: a cooperação internacional na recuperação de ativos. Revista Jurídica da Escola Superior de Advocacia da OAB-PR Ano 4 – Número 2 – Outubro de 2019. Disponível em http://revistajuridica.esa.oabpr.org.br/wp-content/uploads/2019/10/revista-esa-10-cap-06.pdf. Acesso em 20 nov. 2020.

REIS, Arthur Harder, LOEBENS, João Carlos. A omissão das nomenclaturas tributárias: um breve estudo sobre os “paraísos fiscais. 2019. Disponível em:
https://ijf.org.br/a-omissao-das-nomenclaturas-tributarias-um-breve-estudo-sobre-os-paraisos-fiscais/. Acesso em: 12 nov. 2020.

SNF e GFI, Centro de Pesquisa Aplicada-Escola de Economia da Noruega; Global Financial Integrity et al. Fluxos Financeiros e Paraísos Fiscais: Uma Combinação para Limitar a Vida de Bilhões de Pessoas, dezembro de 2015, Disponível em:
https://www.globaltaxjustice.org/sites/default/files/FluxoFinanceiroFINAL.pdf. Acesso em 17 nov. 2020.

OXFAM. Bilionários do mundo têm mais riqueza do que 60% da população mundial. Documento Informativo da Oxfam Brasil, 19 de janeiro de 2020. Disponível em: https://www.oxfam.org.br/noticias/bilionarios-do-mundo-tem-mais-riqueza-do-que-60-da-populacao-mundial/. Acesso em 21 nov. 2020

[1] Diplômé en sciences comptables (2011) et droit (2018), avec spécialisation dans le domaine de la gestion publique de concentration en administration publique (2019).

Soumis : novembre 2020.

Approuvé : décembre 2020.

Rate this post

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here