Transparence et l’analyse comparative comme outils pour promouvoir la participation sociale pour la Surintendance de la zone franche de Manaus

0
2020
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

BATISTA Junior, Luis Moreira Md [1]

CHANDRA, Bernardo Wagner [2]

BENTES, Ruan Carlos Ribeiro [3]

LIMA JÚNIOR, de José Wilson Pereira [4]

SANTANA, Andrei Pacheco [5]

BATISTA Junior, Luis Moreira Md ; et. Al. –Transparence et Benchmarking comme un outil pour promouvoir la participation sociale pour la Surintendance de la zone franche de Manaus. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. Année 1, vol. 8. p. 53-71, septembre 2016. ISSN. 2448-0959

Résumé :

L’inspection générale de la Zone franche de Manaus (Suframa) est une autorité fédérale responsable agissant pour le compte de l’aménagement de toute l’Amazonie occidentale. Pour une institution qui s’occupe directement et principalement avec le secteur privé de l’économie brésilienne, Suframa doit obtenir des pratiques qui contribuent à sa croissance et le développement institutionnel. À travers les aspects constitutionnels et les outils consacrées en général administration, cet article vise à concilier le principe de publicité et de Benchmarking, de présenter une option valide à l’autorité locale en termes de transparence et de participation du public.

Mots-clés : Suframa. Transparence. Analyse comparative. Participation sociale.

1. INTRODUCTION

Les pouvoirs de planification tripartites, consacrés dans l’article second de Constitution fédérale brésilienne, vise à un équilibre politique sans mépris l’importance de prévenir les abus de pouvoir. La séparation des pouvoirs poursuit cet objectif de deux façons, selon Dimitri Dimoulis (2008) : « tout d’abord, nécessitant la collaboration et le consensus de plusieurs autorités de l’État dans le processus décisionnel. Deuxièmement, établir des mécanismes de surveillance et la responsabilité mutuelle des pouvoirs de l’État, comme la conception des institutionnels freins et contrepoids. »

Chacun est, outre sa fonction de finalística, autres fonctions anormalement. Chaque fonction est assurée par des organes spéciaux définis comme les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires. Chacun de ces pouvoirs n’est pas subordonnée à l’autre, ayant ses limites et ses prérogatives conférées par la Constitution. Selon l’article 2 de la Constitution fédérale brésilienne, sont des puissances de l’Union, indépendante et harmonique entre eux-mêmes, le pouvoir législatif, l’exécutif et le pouvoir judiciaire.

En raison de l’hétérogénéité des activités, des missions et des charges portées par le texte de la Constitution fédérale de 1988, il devient essentiel d’une structure administrative systématique, discipliné et organisé permettant de demander la mise en œuvre des divers objectifs constitutionnels. En ce sens, a été mis en place la répartition des fonctions entre les puissances. Toutefois, il est possible de constater que ces fonctions sont dans la structure de l’entité politique appelé la République fédérative du Brésil. Pour être adoptée la Fédération comme une forme d’État, figure de l’État Central est laissée de côté pour être la répartition des compétences entre autres ceux de politiques internes – décentralisation politique.

Il est important de noter que cette décentralisation est accomplie en vertu de la Constitution, comme la création des entités fédérées, conformément aux articles 1 et 18 de la Constitution fédérale brésilienne : l’Union, les États membres, le District fédéral et les municipalités.

Art. 1. La République fédérative du Brésil, formé par l’Union indissoluble des États et municipalités et le District fédéral, est l’État démocratique de droit et de fondations :

Art. 18. L’organisation politique et administrative de la République fédérative du Brésil compose de l’Union, les États, les District fédéral et les municipalités, tout, en vertu de cette Constitution.

Après la déconcentration et la décentralisation des politiques et, plus précisément, afin de prendre en considération les grandes tâches administratives à effectuer par l’État, apparaît la nécessité pour la distribution interne de ces activités, c'est-à-dire de créer des secteurs afin que chacun d’eux a des fonctions spécifiques, pour lesquels la machine d’État s’écouler normalement, articulés et coordonnés au profit d’intérêts collectifs. Se pose alors, l’Administration publique.

2. LA CONSTITUTION FÉDÉRALE BRÉSILIENNE ET LE GOUVERNEMENT

La Constitution fédérale de 1988 contient plusieurs préceptes sur l’administration publique brésilienne à différents points. Cependant, est a un chapitre (chapitre VII), qui dispose sur les aspects généraux, les fonctionnaires, les membres de la police et les pompiers militaires des États, le District fédéral et les territoires et, enfin, des régions, qui sont geoeconômicos et sociaux complexes visant le développement et la réduction des inégalités régionales.

Mais, après tout, ce qui est e-gouvernement ? Bien qu’apparaisse une question simple réponse, telle interrogation n’est pas aussi simple à trancher, car le concept de cette expression n’est pas un. Avant de conceptualisation, il est nécessaire d’identifier l’approche utilisée.  Selon Di Pietro (2004), il y a quatre points cardinaux, à savoir : subjective, organique ou formelle ; matériel, but ou fonctionnelles ; large ; et stricte.

Quant à la direction adoptée pour l’expression « Administration publique », l’option de système juridique brésilien est le sens subjectif – la valeur des agents, agences et sociétés travaillant dans la fonction administrative de l’État.

Le fait que les activités administratives sont amples, les politiques, afin d’agir de façon satisfaisante et organisé la distribution de ces activités par le biais de leurs propres structures organisationnelles internes, services, secteurs ou organismes. Par conséquent, l’administration publique en Direct comprend les politiques, à savoir Union, États, District fédéral et les municipalités.

Cependant, cette Division interne ne peut atteindre tous les intérêts que l’État doit atteindre. Ainsi, la nécessité d’une meilleure exécution administrative fonctionne, une décentralisation de nouvelles conceptions – maintenant n’est plus en vertu de la politique, mais sous le point de vue administratif. Dans ce cas, les obligations administratives sont effectuées par des personnes morales qui composent l’administration indirecte et sont créés par des entités politiques.

Administration publique indirecte est donc l’ensemble des entités juridiques distinctes de l’État, mais ont été créés par la présente, afin d’effectuer les activités assignées comme propre. L’article 4 du décret-loi no 200/1967, qui a été approuvé par la Loi plus élevée que le Brésil, est la base de connaissances sur l’administration publique indirecte et fournit donc :

Art. 4° l’Administration fédérale comprend :

I – Administration directe, ce qui est des services intégrés dans la structure administrative de la présidence de la République et les ministères ;

II – administration indirecte, qui comprend les catégories d’entités suivantes, doté de la personnalité juridique :

  1. les) autorités locales ;
  2. b) Epic ;
  3. c) mixtes de sociétés ;
  4. d) des fondations publiques.

Paragraphe unique. Inclus dans l’Administration indirecte entités sont liées au ministère dans la zone de compétence est encadré son activité principale.

Bien que le dispositif juridique mentionné est utilisé comme une référence en matière d’assises organisationnelles de l’administration publique indirecte au Brésil, il est nécessaire de souligner qu’il est limité au pouvoir exécutif. Toutefois, l’adoption de cette structure axée sur l’organisation juridique et administrative de l’Etat (administration publique directe et indirecte) est une réalité dans la Constitution fédérale de 1988.

2.1. Le gouvernement et les principes constitutionnels :

Bien que pas exclusivement liés au droit administratif, ni être en mesure de ne pas tenir compte de l’utilisation des principes explicites et implicites, à l’article 37, caput, la Constitution fédérale brésilienne sont cinq hypothèses explicites pour être utilisé par l’administration publique directe et indirecte : légalité, impersonnalité, moralité, l’efficacité et la publicité. Donc a l’article mentionné :

Art. 37. L’administration publique directe et indirecte de le quelconque des pouvoirs de l’Union, les États, le District fédéral et les municipalités doit obéir aux principes de légalité, impersonnalité, moralité, caractère public et l’efficacité et aussi à ce qui suit :

Plus précisément en ce qui concerne le principe de publicité, est intéressant et nécessaire de le considérer comme un outil, dont l’objectif est, en règle générale, s’assurer que la société du savoir et de contrôle dans son ensemble.

Pour Meirelles (2004:94), « la publicité, le principe de l’administration publique (CF art. 37, caput), couvre toutes les action de l’Etat, non seulement sous le couvert de la divulgation officielle de leurs actions, mais aussi de la propitiation des connaissances du comportement interne de ses agents «.

Selon les termes de Lenza (2014:1417), « le principe de la publicité est ínsito l’État démocratique de droit et est étroitement lié à la perspective de la transparence, l’obligation de l’administration publique et de la law society.

Après le constitutionnel amendement n° 19/1998, l’article 37, paragraphe 3, de la Constitution brésilienne, est entré en vigueur avec un texte plus grand et plus détaillées. Des trois éléments insérés dans le paragraphe, mettez en surbrillance l’élément vallée II :

  • 3 la loi va réglementer les formes de participation des usagers dans l’administration publique directe et indirecte, en particulier :

(…)

II-accès des utilisateurs aux dossiers administratifs et les informations sur les actes du gouvernement, sous réserve des dispositions de l’art. 5 X et XXXIII.

Déjà dans le titre VIII (ordre Social), chapitre III (éducation, culture et sport), Section II (de la culture), il y a l’article 216, alinéa 2, dans lequel elle est disposée à « l’administration publique, sous la forme du droit, la gestion des documents du gouvernement et des mesures pour donner à votre requête combien de son besoin.

Ainsi, la prise en charge de la publicité – plus précisément sur le focus de la transparence – combiné avec les articles 5 (article XXXIII), 37 (§3, point II) et 216 (§2), arrive à être travaillé par le législateur brésilien à la recherche d’une Administration publique a un plus grand et mieux diafaneidade administrative, qui contribue à faciliter la participation populaire et contrôle social.

2.2. Le principe de la publicité et la transparence.

Selon la doctrine majoritaire, le principe de la transparence de la publicité, subprincípio. Pour les ventes (2013:232 et 233), « la publicité est une activité, une action qui utilise différents outils et techniques pour faire quelque chose de public. Déjà, la transparence est simplement une qualité de ce qui est visible. Rendre publiques est plus que d’être visible.

Le même auteur, dans une clarté remarquable, explique que la publicité est un ingrédient important, qui est doté de la puissance à présenter et diffuser l’information (transparence) et de les diffuser si compréhensible et pédagogique. Suit la compréhension des ventes :

Quand l’État offre, cependant, toutes leurs données, leurs performances sont envisageables transparent. Déjà de la publicité, ce qui signifie une action visant à faire quelque chose de public, visa, par divers moyens, faire l’activité administrative est connue (que ce soit en ouvrant des informations ou la divulgation), mais également saisie par citoyen public. Historiquement, l’Administration a été utilisée comme un atout par privés détenteurs du pouvoir. La publicité est un des instruments, découlant de l’État démocratique de droit, pour veiller à ce que nous pouvons effectivement publicizá il, rendent, en fait et en droit, un organisme public.

Cette vision est en ligne, meilleur moyen, avec la double dimension de l’accès à l’information : négatifs et positifs. Elle est caractérisée par divers moyens à rendre public l’administration efficace, pas seulement visible ou transparent, cela signifie que, en plus de fournir des informations, divulguer afin du pour rendre compréhensible et stimuler la participation. Elle a une démocratique, but éducatif et libérateur. L’Administration devrait utiliser divers moyens pour « faire le proche « le citoyen, à l’aide d’une approche cohérente avec le public cible, beaucoup plus vaste que simplement faire preuve de transparence. (Ventes, 2013:233)

Tous les actes commis par l’administration publique doivent devenir la connaissance du public, à l’exception des lois qui exigent le secret. Di Pietro (2011:365 et 366) affirme que transparence » se rapporte non seulement à la procédure de divulgation pour les savoirs de toutes les parties prenantes, mais aussi à des actes d’administration effectués aux différents stades de la procédure, qui peut être ouvert aux intéressés, afin d’assurer à tous la possibilité de surveiller leur légalité ». Sundfeld, à son tour, se déclare :

L’Administration jamais manie des intérêts, de pouvoirs ou de ses droits personnels, l’obligation de transparence absolue. « Tout le pouvoir émane du peuple et doit être exercé en son nom » (CF art. 1, § 1). Ensuite, il est évident, que le peuple, détenteur du pouvoir, ont le droit de tout savoir au sujet de l’Administration, pour contrôler l’étape par étape l’exercice du pouvoir. (Sundfeld, 1995:854)

En ce sens, le législateur brésilien, pris en charge par la prise en charge de la publicité et par l’article 5, XXXIII ; 37, § 3, II ; et 216, § 2, de la Constitution, a décidé d’éditer et de publier la loi nº 12 527/2011 – aussi appelé le droit d’accès à l’information (LAI), comme le décret no 7 724/2012, réglementant ladite législation.

2.3.  La Loi d’accès à l’information (loi no 12 527/2011).

De temps à autre en ce qui concerne l’accès à l’Information Loi (LAI), il est important de souligner qu’il s’agit d’une sorte de normes conçues pour affirmer, comme cela a été dit, l’article 5, XXXIII ; 37, § 3, II ; et 216, § 2, de la Constitution fédérale, ainsi que pour assurer le droit fondamental d’accès à l’information.

Conformément à l’article 10, toute personne intéressée peut présenter une demande d’accès à l’information aux organismes et entités, par tout moyen, et la demande contenir l’identification du demandeur et en spécifiant les informations nécessaires. Dans ce cas, il appartient les organismes et entités des pouvoirs publics pour assurer une gestion transparente de l’information, fournissant un accès étendu et la divulgation, sans laisser de côté, lorsque nécessaire, la protection des renseignements confidentiels et des renseignements personnels, observé leur disponibilité, l’authenticité, intégrité et restreindre l’accès à qui de droit.

En revanche, figurant à l’article 8, que c’est le devoir des organes et des pouvoirs publics de promouvoir, indépendamment des exigences de divulgation, dans le cadre de leurs compétences, d’informations d’intérêt collectif ou générales pour leur produit ou gardés dans un endroit facilement accessible. À cette fin, il est obligatoire d’utiliser tous les moyens légitimes et les instruments à leur disposition, être tenus de divulguer des sites officiels du World Wide Web (internet).

Sans entrer dans tous le contexte relevant de l’accès à l’Information, mettant de côté les aspects sensibles considéré comme la norme, mais je regarde seulement corrélés points à brins de manifestes traduits par la Loi est possible, immédiatement, montrant les deux formes de transparence administrative publique : transparence la transparence passives et actives.

Passive transparence se produit lorsque les informations sont envoyées en réponse à la demande présentée par toute personne intéressée. Transparence déjà active est caractérisée par la disposition de l’Administration publique de l’information, quelle que soit la demande, y compris par la disponibilité de leurs sites officiels électroniques sur l’internet.

Transparence, trouver à son tour, amparo dans article 8 LAI, dans lequel il est expliqué qu’il est du devoir des organes et autorités publiques promouvoir, quelles que soient les exigences de divulgation en lieu et place d’un accès facile, dans le cadre de leurs compétences, d’informations d’intérêt collectif ou générales pour eux produites ou détenues.

Transparence de transparence active et passive
La figure 1. Transparence la transparence et passivaFonte :
Manuel de la Loi d’accès à l’information pour les États et les municipalités (2013)

3. ANALYSE COMPARATIVE

Analyse comparative, à Spendolini (1994:10), est un « processus continu et systématique pour évaluer les produits, services et processus de travail des organisations qui sont reconnues comme représentants des meilleures pratiques, dans le but d’améliorations organisationnelles.

Du camp (1998), analyse comparative est un processus continu de mesure des produits, services et pratiques par rapport à la plus forte des concurrents ou des entreprises reconnues comme leaders dans leurs secteurs.

La pratique de l’analyse comparative est présentée par McNair et Leibfried (1992) comme un outil utilisé pour obtenir les informations nécessaires pour soutenir l’amélioration continue et, par ce biais, obtenir concurrentielle avantage face à la concurrence.

Bientôt, donc simplifiée, il est possible d’encadrer le benchmarking est un processus qui vise à assurer l’amélioration continue d’une institution particulière, basée sur l’observation des autres institutions qui sont considérés comme des points de repère dans ses branches.

Sans mépris les rajustements sont nécessaires pour le cadre correct à la réalité qu’organisation, analyse comparative peut être considéré aussi comme un mécanisme qui vise à obtenir de différentiel, de supériorité et donc la compétitivité des concurrents.

Malgré semblent être un instrument de mise en œuvre facile et tranquille, il y a lieu de souligner qu’il s’agit d’un processus de gestion a continué de complexité relative. Parfois, il est ancré dans le mitificadas mal considérations. Spendolini (1994:34) présente une comparaison entre les considérations correctes et erronées dans le tableau 1 :

Analyse comparative est Analyse comparative n’est pas
Un processus continu ; Un événement qui se produit qu’une seule fois ;
Un processus et la recherche qui fournit des renseignements précieux ; Un processus de recherche qui fournit des réponses simples ;
Un processus d’apprentissage avec les autres ; une recherche pragmatique d’idées ; Copie ; imiter ;
Un processus qui prend du temps et travail acharné ; nécessite discipline ; Rapide et facile ;
Un outil viable qui fournit des informations utiles pour améliorer pratiquement n’importe quelle activité. Une nouveauté ; une mode.

Le tableau 1. Analyse comparative-comparaison entre les mythes et vérités
Source : Spendolini (1994:34)

4. L’EXEMPLE DE L’AGENCE NATIONALE DE AVIATION CIVILE (ANAC) EN CE QUI CONCERNE LA TRANSPARENCE ET LA PARTICIPATION SOCIALE

L’Agence nationale de Aviation civile (ANAC), membre de l’administration publique fédérale indirecte, liée au ministère des transports, de ports et de l’Aviation civile, est un exemple d’une organisation qui valorise la transparence passive, active et proactive. L’un des principaux outils utilisés pour cela sont l’Agence de réglementation de l’ordre du jour de réglementation ainsi que les audiences et consultations publiques.

Selon le programme de réglementation – Rapport Final 2014, ANAC, « en 2012, l’Agence a fixé comme objectif de mettre en place le programme de réglementation comme l’un de ses projets prioritaires, afin de renforcer la transparence, améliorer l’environnement des entreprises et de fournir une plus grande prévisibilité des actes réglementaires cette Agence par le secteur de l’aviation civile et de la société ».

Par ordonnance n° 2 852, du 30 octobre 2013, révisé par Portaria. N ° 2 384, 9 octobre 2014, la municipalité a créé le premier programme de réglementation en 2014, pour mettre en œuvre dans la période 2015-2016. Selon la FAA, « l’Agenda est un plan qui renforce le modèle de transparence et de participation sociale dans un développement constant dans l’Agence. Est un document que, durant son mandat (désormais biennal), officiellement les thèmes qui va exiger une action prioritaire dans le processus de normalisation de l’ANAC, compte tenu de l’impact doit être généré pour la société «.

Le programme de réglementation a pour principaux objectifs :

  1. Fournir une plus grande transparence, avec la définition préalable de la priorité des thèmes d’action qui seront mis sur l’ordre du jour de la FAA et le suivi du développement des activités au cours de son mandat, ce qui donne à l’entreprise une plus grande prévisibilité des activités réglementaires de l’Agence ;
  2. Fournir une plus grande et mieux sociale participation, avec l’insertion de la société dans le processus de son élaboration par le biais de la collecte des contributions et des thèmes et pour donner une plus grande prévisibilité, d’accueillir que la société contribue plus efficacement ;
  3. Fournir une plus grande efficacité de l’activité de régulation, d’être un instrument de performance réglementaire planification ANAC ; et
  4. Favoriser l’amélioration constante du règlement sur les produits, à la suite les objectifs mentionnés ci-dessus.

En plus de fournir un ordre du jour, l’institution concernée par la révision de cet instrument de la participation sociale, y compris de nouveaux thèmes et mettre à jour les délais de réalisation de certains autre où approprié. Ensuite, dans l’exemple cité à partir de 2014, la vérification du respect de l’horaire prévu par rapport à l’année civile, dont le résultat était de 66 %. Le calcul des résultats se fait en divisant le nombre d’étapes franchies par la quantité des étapes du plan de conformité jusqu’en décembre 2014.

Un exemple partiel des thèmes listés dans la réglementation Agenda 2014 ANAC
La figure 2. Tableau partiel des rubriques figurant sur l’Agenda 2014 de réglementation ANAC
Fonte : site électronique ANAC

 

Un exemple partiel des sujets examinés et la légende sur la réglementation du jour 2014 ANAC
La figure 3. Un exemple partiel des sujets examinés et la légende sur la réglementation du jour 2014 ANAC (
légende : 1T14, 2T14, 3T14 et 4T14:1st, 2e, 3e et 4e trimestres de 2014 respectivement)
source : site électronique ANAC

 

Tableau partiel d’exemple accompagné par les exécutions, le Regulatory Agenda 2014 ANAC
La figure 4. Tableau partiel d’exemple accompagné par les exécutions, sur l’ordre du jour 2014 Regul
atóriaDe d’ANA
CFonte : site électronique ANAC

 

Liste d’exemple partiel d’étapes effectuées, sur la réglementation du jour 2014 ANAC
La figure 5. Liste d’exemple partiel des étapes effectuées, sur 2014 réglementaire de l’ordre du jour de ANACFo
nte : le site électronique ANAC

5. LA ZONE FRANCHE DE MANAUS (DOMINIQUE) ET L’INSPECTION GÉNÉRALE DE LA ZONE FRANCHE DE MANAUS (SUFRAMA)

5.1. Bref historique :

La Zone franche de Manaus (Dominique) a été créé par la loi no 3 173, 6 juin 1957 comme un port franc. Dix ans plus tard, le décret-loi n° 288 du 28 février 1967, élargi cette législation et révisé le modèle, à établir des incitatifs fiscaux depuis 30 ans, avec l’objectif de garantir la mise en œuvre des trois pôles de différents secteurs de l’Amazonie – industrielle, commerciale et agricole. Cette option a contribué à l’établissement du modèle de développement actuel, qui repose sur des incitations fiscales et extrafiscais, tous dans un souci de réduire les handicaps régionaux les.

En 1967, par le décret-loi n° 291, le gouvernement fédéral défini l’Amazonie occidentale on sait aujourd'hui, couvrant l’États d’Amazonas, Acre, Rondônia et Roraima-ans plus tard, les villes de Macapá et Santana, Amapá, étaient inclus. La mesure visant à promouvoir l’occupation de cette région et à l’élévation du niveau de sécurité pour le maintien de son intégrité. L’année suivante, par le décret-loi no 356/68, le gouvernement fédéral a prolongé partie des avantages du modèle à l’ensemble Western Amazon Dominique.

Uniquement à partir de 1989, la Surintendance de la Zone franche de Manaus, adopté par la chambre de votre région le libre-échange circonscription du sept domaines (FTA), créé dans le but de promouvoir le développement des municipalités qui sont considérés comme des frontières internationales de l’Amazonie et les intégrer au reste du pays.

Recherché le développement de bac par le biais de l’extension de certains avantages fiscaux le modèle Dominique, amélioration du contrôle des marchandises entrantes et sortantes et renforcer le secteur commercial, l’agro-industrie et l’industrie extractive. L’ALC sont : Tabatinga, Amazonas ; Macapá-Santana, Amapá ; Guajará-Mirim, Rondônia ; Crux et Brasiléia-Epitaciolândia, Acre ; et Bonfim et Boa Vista, Roraima.

L’histoire du modèle de Dominique peut être configuré en quatre phases distinctes qui ont précédé la phase actuelle. Selon Suframa, la première phase a été de 1967 à 1975 ; le second, de 1975 à 1990 ; la troisième phase, de 1991 à 1996 ; et la quatrième phase comprise la période de 1996 à 2002.

Dans la première phase, il y avait une prédominance de l’activité commerciale ; un flux de grand tourisme domestique, stimulé par la vente de produits dont l’importation a été interdite dans le reste du pays ; et le début de l’activité industrielle avec la liberté de l’importation d’intrants.

La deuxième phase a été marquée par la politique industrielle et de la mise en place du taux Minimum de nationalisation des produits industrialisés en Dominique et commercialisée dans d’autres parties du pays, ainsi que des plafonds annuels globaux d’importation et aussi par l’extension à tous les incitations Western Amazon de Dominique modèle.

Pendant la troisième phase, la nouvelle politique industrielle et du commerce extérieur marqué l’économie brésilienne, car il réduit la taxe d’importation pour le reste du pays avec le programme de compétitivité industrielle, qui a mis en place des changements profonds dans le modèle de Dominique, qui a dû se réinventer. Pour l’instant, le commerce déclina, plafonds annuels global import de façon éliminés, étant adopté la réduction de 88 % de la taxe à l’importation pour Dominique et le procédé de production base (PPB) remplace l’indice Minimum de nationalisation ;

Dans la quatrième phase en raison des conséquences de la mondialisation et du plan Real, le modèle Dominique dut être rénové. Il a été l’inclusion de la fonction exportation comme politique intentionnelle, qui vise à stimuler les ventes à l’étranger du pôle industriel de Manaus, l’appauvrissement de la SLA comme instruments d’intériorisation du modèle Dominique, l’établissement de critères pour le transfert des ressources financières de SUFRAMA à promouvoir le développement régional, la poursuite de l’expansion de la compétitivité technologique des industries de Manaus. À ce stade la SUFRAMA a commencé à fonctionner en tant qu’instance politique industrielle nationale régionale et articulateur et médiatrice des intérêts régionaux.

Actuellement, la politique de développement de la production (PDP), dans l’approfondissement de la politique industrielle et technologique de commerce extérieur (PITCE), prévoit une plus grande efficacité de production et capacité d’innovation des entreprises et l’expansion des exportations. En outre, il y a la mise en œuvre stratégique du processus productif base (PPB), qui établit la participation des quantités minimales et à valeur ajoutée locale d’utilisation des contributions régionales.

5.2. Suframa :

L’inspection générale de la Zone franche de Manaus (Suframa) est un organisme relevant du ministère de l’industrie, commerce et services qui gère la Zone franche de Manaus (Dominique), afin d’assurer la construction et la solidification d’un modèle de développement régional basé sur l’utilisation durable des ressources naturelles, garantir la viabilité économique et l’amélioration de la qualité de vie des populations locales.

Suframa est une institution qui a pour but de promouvoir le développement économique régional par le biais de génération, de consolidation et d’attirer des investissements, basée sur l’éducation, science, technologie et innovation, l’intégration nationale et insertion internationale concurrentielle. En outre, a une vision d’un avenir dans lequel vous souhaitez être reconnu comme une norme d’excellence dans l’Agence de développement durable, reconnu à la maison et à l’étranger.

Les principaux objectifs stratégiques qui animent l’organisation vers l’accomplissement de sa mission sont : renforcer le pôle industriel de Manaus (PIM) ; augmenter les activités agricoles, forestiers et agro-industriels ; renforcer les activités de service et du commerce des marchandises ; expansion des exportations et de remplacer les importations compétitifs ; pour attirer les investisseurs nationaux et étrangers, ainsi que soutenir l’entreprenariat local ; améliorer les moyens de l’irradiation des effets positifs de la Dominique et de zones de libre-échange (ALE) pour la qualité de vie et le développement endogène ; identifier et encourager les investissements dans les infrastructures par les secteurs public et privé.

Les pouvoirs de Suframa peuvent être synthétisés comme : élaborer le plan d’urbanisme de la zone duty free de Manaus et de coordonner ou de promouvoir sa mise en œuvre, directement ou au moyen d’ententes avec les organismes publics ou les organismes, y compris les sociétés par actions ou par le biais de contrats avec des personnes ou des entités privées ; examiner, une fois par an, le plan d’urbanisme et d’évaluer les résultats de son exécution ; promouvoir le développement et la mise en œuvre des programmes et des projets d’intérêt pour le développement de la zone franche ; fournir une assistance technique à des entités publiques ou privées, dans la préparation ou la réalisation de programmes d’intérêt pour le développement de la zone franche ; promouvoir et diffuser la recherche, des études et des analyses visant à la reconnaissance systématique du potentiel économique de Dominique.

Suframa travaille sur l’approfondissement et l’amélioration de la fonction de supervision de projets de finalísticos, l’institutionnalisation de l’Agence de développement, par exemple, dans l’exécution d’études, promotion, projets d’infrastructure, ainsi que recherche et développement (P & D).

En outre, l’exercice de l’autorité locale tente de s’assurer l’expansion et l’intégration des activités de prospection technologiques, veille stratégique et la planification stratégique et à l’expansion des activités de recherche sur les politiques publiques et développement socio-économique en Amazonie occidentale.

En ce qui concerne le rôle institutionnel de l’entité, il est important de souligner les actions de développement afin de renforcer le système régional de la science, de technologie et d’Innovation grâce à l’application des ressources dans l’enseignement et structures P & D, ressources humaines formation de troisième cycle et d’accords de coopération technico-scientifique avec les institutions nationales et internationales.

6. CONSIDÉRATIONS FINALES

Il est évident que l’inspection générale de la zone franche de Manaus possède une gamme de fonctions et les tâches autour de la responsabilité de créer, mettre en œuvre, exécuter, surveiller et refaire (le cas échéant) des politiques publiques pour le développement régional en Amazonie occidentale en harmonie avec les autres institutions publiques des différentes sphères du gouvernement.

Il n’est pas facile à jouer qui imprègne et parfois fusionne avec tant d’autres, au sein de l’autorité locale, que ce soit en relation avec les autres organes et entités. Partenariats, accords et gouvernance en réseau sont sorties fournies par l’administration des serveurs afin que les prestations atteignent et restent en Amazonie occidentale.

Cependant, entendre et agir uniquement sur la base de la voix et l’intraorganizacionais n’est pas suffisant. Une institution ne peut se prévaloir uniquement de ce savoir-faire. Nous devons écouter la raison des organismes publics : le citoyen. Il s’agit d’un chiffre qui devrait être entendu et pris en compte lors de l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques, notamment celles qui concernent les activités liées à un organisme public ou une entité.

Un organisme public qui existe et agit sans prendre en compte les besoins réels des citoyens est une figure simple dans un organigramme du gouvernement, qui consomme des ressources et qui ne contribue pas positivement au progrès social. Il y a des institutions qui doivent être considérées comme des exemples positifs à suivre.

Cependant, il n’est pas simple et purement pour copier ce qui se fait par d’autres organismes – pas moins parce que ce serait comme tirant pour vous les mêmes compétences et activités de l’organisation copiés, qui serait immédiatement illégal. Alors, ce qui serait idéal ? À cet égard, il serait approprié de faire ces grandes sociétés privées par rapport aux autres qui se développent dans de nouveaux produits, procédés et attitudes. En d’autres termes, l’idéal serait d’utiliser, entre autres, l’outil d’analyse comparative.

Par conséquent, lorsque vous prenez en considération la pratique de la National Aviation Agence civile (ANAC) comme paradigmatique – plus précisément en ce qui concerne le programme de réglementation –, il est légitime que la Suframa avis et adapter ces pratiques à la réalité du développement régional.

Évident qu’il n’est pas possible pour les travaux complexe, joué par une institution comme Suframa (dans le cadre de la préparation d’un agenda pour la transparence et la participation sociale) rentrera dans quelques lignes suggestives.

Cependant, il faut dire qu’il serait intéressant que l’inspection générale de la Zone franche de Manaus, après avoir écouté les citoyens sur leurs véritables intérêts et besoins, envisage (à l’intérieur de chacun de ses bureaux jointe) les thèmes plus demandées ou considérée comme une priorité.

En plus effectuée par le surintendant adjoint, peut-être segmentation consiste à la ségrégation des intéressées par niche et/ou l’emplacement des cible public-hommes d’affaires, Manaus / AM ; producteurs ruraux de Brasiléia/AC ; ou de marchands, de Porto Velho/RO par exemple.

L’exécutif annexe servirait comme une sorte de Pacte signé par Suframa, la société (représentée par les syndicats, les associations, les fondations, depuis légitimement choisie et relié directement à la question traitée dans l’annexe) et le ministère auquel est liée la Suframa.

C’est de la plus haute importance à la participation populaire dans les décisions prises par la Surintendance de la Dominique, parce que la protection au travail effectué par les agents publics dans l’intérêt de votre public cible aura double validation : juridique et social.

Guimarães et Amorim (2015:182) États que « il ne suffit pas de l’existence d’un espace public (…). Il est nécessaire, tout d’abord, que cette existence est partagée et toutes les personnes impliquées dans des conditions de visibilité «. N’on peut aucun l’inégalité, de domination ou de fausses représentations populaires pendant les possibilités d’expression de l’opinion des citoyens, qui inclut parfois même les titulaires de mandats politiques propres (personnes et/ou représentants de l’État).

7. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Brésil. L’Agence nationale d’Aviation civile. Programme de réglementation. Disponible à : <http: www.anac.gov.br/participacao-social/agenda-regulatoria="">.</http:> Consulté le 21 juin 2016.

________. Ordonnance n° 2384, 9 octobre 2014. Disponible à : <http: www.anac.gov.br/assuntos/legislacao/legislacao-1/portarias/portarias-2014/portaria-no-2384-spo-de-10-09-2014/@@display-file/arquivo_norma/pa2014-2384.pdf="">.</http:> Accès sur 6 août 2016.

________. Ordonnance n° 2852, du 30 octobre 2013. Disponible à : <http: www.anac.gov.br/assuntos/legislacao/legislacao-1/portarias/portarias-2013/portaria-no-2852-dir-de-30-10-2013/@@display-file/arquivo_norma/pa2013-2852.pdf="">.</http:> Accès sur 6 août 2016.

BLOG DE ROCK. Le commerce dans la zone franche de Manaus dans les années 70. Disponible à : < http://jmartinsrocha.blogspot.com.br/2013/08/o-comercio-da-zona-franca-de-manaus-na.html=""> </>. Accès au : 7 août 2016.

CAMP, Robert c. analyse comparative : le chemin de la qualité totale. 3. Ed. São Paulo : Pionnier, 1998.

DI PIETRO, Mary Sylvia Zanella. Droit administratif. 17. Ed. São Paulo : Atlas. 2004.

________. Droit administratif. 24. Ed. São Paulo : Atlas. 2011.

DIMOULIS, Dimitri. Importance et l’opportunité de la séparation des pouvoirs. Dans : Johncy de Moura Agra. (Org.). Constitutionnalisme. Les défis du troisième millénaire. 1ed. Belo Horizonte : Forum, 2008, v. 1, p. 143-161.

DURANGO INSTITUTE DEPAEPE. Le magazine de la croisière, septembre 1971 15d. Disponible à : < http://idd.org.br/acervo/revista-o-cruzeiro-15-de-setembro-de-1971-2/=""> </>. Accès au : 7 août 2016.

MCNAIR, C. J. ; LEIBFRIED, k. h. j. Benchmarking : un outil d’amélioration continue. Rio de Janeiro : Campus, 1992.

MEIRELLES, Hely Lopes. Droit administratif brésilien. 24. Éd. rev. et mis à jour. São Paulo : Malheiros Editores. 2004.

Brésil. Ministère de la transparence, la surveillance et le contrôle. Manuel de la Loi d’accès à l’information pour les États et les municipalités. 1. Éd. 2013. Disponible à : <http: www.cgu.gov.br/publicacoes/transparencia-publica/brasil-transparente/arquivos/manual_lai_estadosmunicipios.pdf="">.</http:> Consulté le 22 juin 2016.

LENZA, Pedro. Droit constitutionnel décrite. 18. Éd. rév., actuel. et ampl. São Paulo : Saraiva, 2014.

VENTES, Ramiro Gonçalves. Le droit d’accès à l’information publique. Disponible à : <http: uolp.unifor.br/oul/conteudosite/f1066346461/dissertacao.pdf="">.</http:> accès 4 juin 2016.

SPENDOLINI, M. J. analyse comparative. São Paulo : Makron Books, 1994.

SUNDFELD Carlos Ari. Principe de publicité administrative. Droit à un certificat de naissance, la vista et la citation à comparaître. Revue de droit public. 1995.

Brésil. Organe de surveillance de la zone franche de Manaus. Institutionnels. Disponible à : <http: site.suframa.gov.br/acesso-a-informacao/institucional="">.</http:> Accès au : 7 août 2016.

________. Pourquoi investir. Disponible à : <http: www.suframa.gov.br/invest/porque-investir.cfm="">consulté : 7 août 2016.</http:>

________. Projets industriels. Disponible à : <http: www.suframa.gov.br/invest/como_projetos-industriais.cfm="">consulté : 7 août 2016.</http:>

________. Zona Franca de Manaus – exhaustivité. Disponible à : <http: www.suframa.gov.br/invest/zona-franca-de-manaus-abrangencia.cfm="">.</http:> Accès au : 7 août 2016.

[1] Remise des diplômes en droit administratif et contracte l’Université Cândido Mendes (UCAM/Prominas) et un diplôme en technologie du gouvernement de l’Université du sud de Santa Catarina (Unisul). Agit en tant que fonctionnaire de la Zone franche de Manaus Surintendance (Suframa), en tant qu’analyste administratif ;

[2] Études supérieures en administration publique de l’Université Cândido Mendes (UCAM/Prominas). Diplômé en administration des affaires de l’Université d’état d’Amazonas (UEA). Agit en tant que fonctionnaire de la Zone franche de Manaus Surintendance (Suframa), en tant qu’analyste administratif ;

[3] Diplôme d’études supérieures en administration publique de l’Université Cândido Mendes (UCAM/Prominas) et l’éducation graduée en comptabilité Université Centre Superior do Amazonas (CIESA). Agit en tant que fonctionnaire de la Zone franche de Manaus Surintendance (Suframa), en charge de compteur ;

[4] DESS en administration publique et de la gestion des villes par le Centre International de l’Université (Uninter) et est diplômé de la Pontifícia Universidade Católica de Goiás (PUC/GO). Agit en tant que fonctionnaire de la Zone franche de Manaus Surintendance (Suframa), en charge de l’Ingénieur Civil ; et

[5] Troisième cycle en droit fiscal de l’Universidade Anhanguera-Uniderp (Anhanguera/LFG) et est diplômé en comptabilité de l’Université fédérale d’Amazonas (UFAM). Joue le rôle de la fonction publique de la Zone franche de Manaus Surintendance (Suframa), chargé de compteur.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here