Évaluation sociale et environnementale de la communauté de Tamatateua, côtes brésiliennes amazonienne

0
1733
DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/geografia/avaliacao-socioambiental
PDF

OLIVEIRA, Euzébio de [1]

OLIVEIRA, Euzébio de. Évaluation sociale et environnementale de la communauté de Tamatateua, Amazonie littoral brésilien. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. Année 1, vol. 5, pp. 37-57, ISSN : 0959-2448

RÉSUMÉ

La présente étude traite des aspects sociaux, économiques et environnementaux de la Tamatateua, une communauté d’agro-pesqueira, situé sur la côte nord-est de l’état du Pará, Brésil. Cette communauté est située dans la zone qui comprend la réserve extractive Marine Caeté-Taperaçu. Cette étude a été réalisée au moyen d’entrevues, utilisation de questionnaires, observation directe et la mesure des principaux problèmes environnementaux, suivant des méthodologies spécifiques. Les résultats ont montré que cette communauté a une situation socio-économique précaire et se caractérise par une population jeune, faible niveau d’éducation, qui survit avec moins d’un salaire minimum par mois. La communauté présente des problèmes liés au manque de services et d’infrastructures et l’utilisation abusive des ressources naturelles. Manque d’intérêt du gouvernement d’investir dans les services publics et superviser/pénaliser l’exploitation des ressources naturelles dans la région de la zone protégée. Propositions de mesures de gestion participative des zones côtières ont été lancées dans ce travail visant à améliorer la qualité de vie et l’environnement dans la zone d’étude.

Mots clés : dégradation sociale et environnementale, utilisation et occupation du territoire, la zone côtière.

1. INTRODUCTION

Ces dernières années, les écosystèmes côtiers ont subi des changements importants, principalement en réponse à la croissance importante de la population humaine et les activités économiques développées dans ces régions (Jiang et al., 2001 ; Billé & Mermet, 2002). Caractère naturel et anthropique traite à portée régionale et mondiale, tels que l’élévation du niveau de la mer, changement climatique, l’urbanisation désordonnée, déforestation, pollution des mers, estuaires et rivières, entre autres, ont été responsables de l’engagement (quali-quantitative) des ressources naturelles existantes dans ces écosystèmes (REID ; TREXLER, 1992 ; TISSERAND ; VERT, 1998 ; Souza ; NEUMANN, 2000).

Le Brésil compte environ 7 408 km de côtes, et qu’environ 70 % de la population brésilienne vit dans les principaux centres urbains le long de la côte (CNIO, 1998). La côte amazonienne brésilienne représente environ 35 % du littoral, dans le pays et est formée par les États d’Amapá, Pará et Maranhão qui forment plus de 2 500 km (Isaac & Barthem, 1995). Cette région a un Rico naturellement et très productive, biologiquement, avec de vastes zones de mangroves, estuaires, rivières et forêts tropicales, avec faune et flore très unique et varié, qui interconnectent les deux environnements terrestres comme (CH ; RIZZO, 1994 ; GLASER, 2003).

Dans le nord-est de l’état du Pará, les études montrent que la pression croissante exercée sur les écosystèmes, existant là, a généré divers problèmes environnementaux, en raison de la déforestation, occupation désordonnée, le manque de services et d’infrastructures, contamination du sol et le système d’eau, extraction prédatrice des stocks de poissons, parmi d’autres (SILVA et al., 2006 ; PARKER et al., 2006 a ; PARKER et al., 2007).

Parmi les municipalités de l’État, Portugal NE se distingue pour avoir un du plus grand potentiel pour l’exploitation des ressources halieutiques de la région (KRAUSE ; GLASER, 2003), après avoir été examiné, dans les années 90, le troisième plus grand centre de débarquant État (ESPÍRITO SANTO et coll., 2005), ainsi que l’un des plus grands producteurs agricoles de la région.  Entre les différentes communautés rurales existantes dans la municipalité de Bragança, la communauté agro-pesqueira de Tamatateua se distingue pour être insérée dans la réserve extractive Marine Caeté-Taperaçu (MMA, 2005).

Dans ce contexte, l’objectif de ce travail était d’étudier les aspects sociaux et environnementaux de la Tamatateua, mais aussi de proposer des mesures de gestion pour la RESEX rural de Caeté-Taperaçu, à l’aide de la communauté de Tamatateua comme étude de cas, car elle présente une densité de population représentative et une organisation sociale relativement structurée, par rapport aux autres membres de cette communautés marines de la zone protégée. Pour y parvenir, il fallait répondre au profil socio-économique des habitants, de déterminer les types d’utilisation et d’occupation du territoire locale, ainsi que de caractériser les principaux problèmes environnementaux détectés. Enfin, propositions de mesures de gestion participative des zones côtières ont été lancées, visant à améliorer la qualité de vie et l’environnement des communautés rurales situées dans cette zone de conservation.

2. MÉTHODOLOGIE

2.1 ZONE D’ÉTUDE

La communauté de Tamatateua est située au nord du centre ville de Bragança, côte nord-est de l’état du Pará, une des communautés agro-pesqueiras insérées dans la réserve extractive Marine Caeté-Taperaçu (MMA, 2005). (Figure 1).

Emplacement de la zone d’étude. (A) Brésil, (B) littoral, brazilian Amazon (C) emplacement de la communauté de Tamatateua.
La figure 1. Emplacement de la zone d’étude. (A) Brésil, (B) littoral, brazilian Amazon (C) emplacement de la communauté de Tamatateua.

Climat de la région est chaud et humide, avec une saison des pluies durant les mois de décembre à mai et une saison sèche, ou moins de pluie, dans les derniers mois de l’année. Pluviométrie moyenne annuelle varie de 2 500 à 3 000 mm. La température se situe entre 20,4 ° C et 32,8 ° C, avec une moyenne de 26,6 ° c. L’humidité relative se situe entre 80 et 91 % (INMET, 1992 ; : MARTORANO et coll., 1993).

La plaine côtière de Bragantina est caractérisée par la survenue des mangroves occupant 95 % de toute la zone côtière, et les forêts de mangrove composée essentiellement par les espèces de Rhizophora mangle, Avicennia germinans et Laguncularia racemosa et r. mangle l’espèce dominante (MARQUES et coll., 1997 ; PROISY et coll., 2003).

Tamatateua champs naturels sont couverts principalement par des roseaux (Aleucharis sp) et macrófilas aquatiques, que pendant la saison des pluies deviennent des champs inondés qui servent de source d’eau et de pâturage pour le bétail (boeuf et bubalino), ainsi que de l’Habitat pour plusieurs espèces de poissons, qui sont utilisés comme aliments Supplément (pêche de subsistance) pour certaines familles locales (OLIVEIRA 2005).

2.2 METODOLOGICOS PROCEDURES

Afin d’évaluer de manière intégrée les différents aspects sociaux, économiques et environnementaux de la communauté étudiée, des outils méthodologiques différentes ont été utilisées : questionnaires, entretiens, observation directement et la mesure de certains facteurs de dégradation de l’environnement.

Premier semi-envidar questionnaires ont été appliqués, composé de trois blocs de questions (profil socio-économique, condition de vie, logement et avis et perception des habitants sur les problèmes environnementaux). Ce travail a été effectué sur 100 % des résidences.

Pour la caractérisation du profil socio-économique de tous les résidents ont été surélevées informations sur âge, sexe, état matrimonial, l’éducation, occupation/profession et revenu.

La condition de logement et de vie des habitants de chaque résidence a été déterminée par l’enquête sur les aspects physiques du domicile (type de toiture, construction et étage et salle de bains), public services disponible (destination des déchets sanitaires, approvisionnement en eau, électricité, transport et collecte des ordures) et la situation du bien (propre, loué, de famille ou de dépassement). Pour déterminer la condition de vie et minimum acceptable logement servait l’indice des conditions de vie et du logement (ICV-MO) qui a été calculé selon la méthode décrite par Costa (2004), suivant le modèle utilisé par l’index de développement socio-économique mis au point par la Fondation de l’économie et les statistiques (IDESE/frais) par le biais de la formule (ICV-MO = (p1 x IAF) + (p2 x ISP) + (p3 x IP)) et la FIA l’aspect physique du logement, ISP services publics disponibles à la communauté et de la propriété intellectuelle de la situation de la propriété.

En ce qui concerne l’avis et la perception des habitants sur les problèmes environnementaux, les questionnaires ont été établis conformément aux travaux de Morgan et al. (1995) et LEATHERMAN (1997) et appliqué à un membre de chaque résidence.

Les types d’infrastructures et de services offerts à la Communauté (par exemple. santé, hygiène, éducation, transports, etc..) ont été soulevées dans le même temps l’application des questionnaires semi-envidar, de l’observation directe, conformément à la méthodologie de la check-list, administré par JUNYENT (1999) et PEREIRA et al. (2003), adapté à la réalité locale, ainsi qu’au moyen d’entrevues.

Basé sur l’avis et la perception des résidents, ainsi que sur l’observation directe effectuée en ce qui concerne les infrastructures et les services disponibles et l’état environnemental de la Communauté, des méthodologies spécifiques ont été adoptées pour mesurer/analyser certains problèmes environnementaux fait/détectés, tels que : l’accumulation des ordures ménagères, qualité de l’eau, la déforestation et utilisation des terres pour l’agriculture.

On trouvera ci-après la méthodologie appliquée :

(i) la production des déchets ménagers : a d’abord analysé le sort donné à ordures (collectés par la ville, champs, brûlées, enterrées, sous-évaluées dans les terrains vagues, etc.). Puis, la tâche de mesurer que la poubelle a été réalisée au moyen de deux échantillons, l’un à la fin de septembre et l’autre au début de novembre 2006, chaque échantillon représenté par les déchets produits au cours de deux jours à 30 % du nombre total de maisons dans la communauté. Basé sur la moyenne des deux échantillons était la production estimée d’ordures mensuel jusqu’à 100 % des résidences dans la communauté. Chaque échantillon collecté les déchets organiques (non recyclés) étaient lourd séparément des déchets inorganiques (recyclable), puis on a effectué des analyses de variance (début et fin du mois). Pour déterminer la normalité et l’homogénéité des données a été effectué le test de Lilliefors (CONOVER, 1971) et de Bartlett (SOKAL ; ROHLF, 1969), respectivement, à l’aide du programme 6.0 de STATISTICA (STATSOFT, 2001). Lorsque les données n’a pas montré une distribution normale, journal des transformations ont été utilisées (x + 1). Pour des données normales a été appliquées à l’analyse de variance (ANOVA-one-way), suivie de test post hoc Fisher LSD. Mais lorsque les variances sont hétérogènes critère a été appliqué test non paramétrique de Mann-Whitney (U). Les travaux ont été menés basé sur le manuel « engagement à recyclage » (1995) et dans le manuel « intégré la gestion des déchets solides en Amazonie » (IBAM, 2005), étant les deux méthodologies adaptées à la réalité locale.

(ii) qualité de l’eau : la collecte des échantillons a été réalisée pendant la saison sèche (novembre) et la saison des pluies (mars) dans deux puits communautaires. Le bien est situé dans le port de Atalaia (46 ‘ 44 ” W 42 123 – 1er 3 ‘ 6,73 ” S) 1et bien 2 à l’école des quatre brûleurs (46,47 ‘ 16 237 ” W-0 ° 56 ‘ 9 037 ” S). Ces puits ont été choisis pour avoir grande importance, compte tenu d’un grand nombre de résidents de la communauté. Toutes les analyses physico-chimiques ont été réalisées dans le laboratoire de Estuarine et océanographie côtière de l’UFPA, suivant des méthodologies et/ou à l’aide de matériel spécifique pour chaque variable étudiée. La couleur réelle et apparente a été analysé par la couleur de l’équipement eau HI 93727 Hannna Instrument, la turbidité de turbidité, compteur HI, Hanna 93703 Instrument de microprocesseur, le pH de Labmeter modèle pH2-pHs-3 b, la salinité par Multianalizador Corning Checkmate II, la température par thermomètre L Incoterm-168/04, le fer dissous par dureté & HI 93741 Hanna Instrument en fer, et les coliformes fécaux et totaux de la technique appelées tubes multiples en suivant les procédures de l’American Public Health Association (2004). Pour la classification de la qualité de l’eau, les opérations ont été effectuées en utilisant les paramètres fixés par les résolutions spécifiques, selon ANVISA (2004) et la CONAMA (1986 ; 2000 ; 2005).

(iii) le déboisement (exploitation forestière) : déforestation a été mesurée selon les réponses obtenues par entretiens et questionnaires aux résidents de la Communauté, qui traitait de questions relatives à l’usine d’extraction (coupure ou mangue), ainsi que par le biais de l’observation directe, basée sur la méthode de Greenwood (1973).

(iv) utilisation agricole des terres : par le biais de questionnaires et directe les observations ont été identifiées les domaines de la culture, types de pratiques agricoles et techniques de gestion des sols plus employés dans la Communauté au titre de l’étude, notamment la forme de labourer la terre, l’utilisation de pesticides et d’engrais ; coupé de la capoeira et brûlé. Suivant la méthode de Greenwood (1973).

3. RÉSULTATS ET DISCUSSIONS

3.1 PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE

La population de Tamatateua est de 966 personnes, pour un total de 207 ménages, avec une valeur moyenne de 4,66 personnes par maison. La plupart des résidents sont jeunes (20 ans – 52 %) <, hommes (55 %), simples (62 %) et avec l’éducation de base incomplète (60 %). Parmi les activités d’occupation/profession effectué par l’ensemble de la population, famille agricole représente 48 %, suivie de 35 %, pêche étudiant 9 %, 3 %, retraité fonctionnaire 2 % et autres 3 %. Il est important de souligner que l’activité de pêche apparaît avec seulement 9 %, en raison de l’autodenominação d’occupation (fermier) donné par les employés de cette communauté, cependant la pêche est menée comme une activité parallèle et complémentaire pour pratiquement tous ceux qui pratiquent l’agriculture, nommant cette communauté d’agro-pesqueira. En revanche, 64 % des familles survivent avec moins d’un salaire minimum par mois.

Le revenu par habitant faible, probablement, est la conséquence du faible niveau de scolarité que les villageois de Tamatateua, ainsi que le manque d’options pour les activités économiques (GRASSO, 2000). Ces résultats sont semblables à celles que Krause ; Glaser (2003), Silva et al. (2006), Pereira et al. (2006 a) et Pereira et al. (2006 b) trouvé dans des études similaires menées dans d’autres collectivités de la région de bragantina, un fait qui prouve la dure réalité sociale et économique des populations incluses dans la côte amazonienne.

En revanche, cette communauté offre une bonne structure en ce qui concerne les associations communautaires p. ex. Association des résidents, Association des producteurs de miel, Association féminine, entre autres. Parmi les principales réalisations des associations comprennent le financement rural, qui ont aidé l’agriculture familiale et autres activités qui viennent de contribuer au développement durable, telles que l’emplacement, extraction/production du miel. Ces événements sont liés directement à la mise en place du capital social (BERKES ; FOLKE, 1998) et les dirigeants locaux, qui sont absolument nécessaires dans les conditions préalables, collaborations ou de la coopération des organismes nationaux ou internationaux (KLOSE et coll., 2005), visant à l’élaboration d’actions communautaires afin d’améliorer la qualité de vie des populations rurales.

3.2 CONDITIONS DE VIE ET LOGEMENT/INFRASTRUCTURE ET SERVICES

En ce qui concerne l’indice des conditions de vie et de logement ICV-MO, Tamatateua Communauté, la médiane a été inférieure à la valeur 0,548 minimum des conditions acceptables qui est 0,707, selon le développement socioéconomique index créé par la Fondation de l’économie et des statistiques (IDESE/payant). Ce fait est dû à la précarité des aspects physiques et sanitaires du logement et des infrastructures et des services publics offerts à la population. La plupart des maisons sont de boue, de saleté étage frappé, certains recouverts de paille (feuilles de palmier séchées), ne pas avoir une salle de bains ou exécutant le système d’eau et/ou traitée, l’eau utilisée pour la consommation de la population vient de puits creusés dans les motifs sont communs des maisons, souvent près des stands noirs qui ne reçoivent pas de n’importe quel type de traitement. Selon Sanchez-Gil et al. (2004), l’absence de développement économique et social, découlant principalement de la peu d’options des activités économiques dans les communautés de pêcheurs, est sans aucun doute la principale cause des problèmes de la structure physique de ces résidences.

La Communauté a aucun système de traitement des eaux usées, ainsi que des ordures. Tamatateua possède également des centres de santé, et dans les situations les plus graves, le service se tient à le Bacuriteua de la santé communautaire ou dans les hôpitaux et/ou messages municipalité de Bragança. Les maladies les plus fréquentes sont : le paludisme, la grippe, diarrhée, infections virales et maladies de la peau. Selon les résidents, le paludisme est une maladie qui vient de rejoindre la communauté ces dernières années et selon Rodrigues ; Moreira (2006), ce fait est associé principalement à l’absence d’installations sanitaires de base et de la déforestation accrue dans la région.

Quant à l’éducation, la communauté est desservie par trois écoles publiques, offrant l’enseignement primaire incomplet. Ceux qui sont intéressés à poursuivre leurs études, la seule option est les écoles dans la municipalité de Bragança, qui malgré les transports en commun municipaux être offerts gratuitement, les autres frais de scolarité, alliée aux horaires des autobus scolaires, quelques options sont des facteurs qui empêchent ou entravent la continuité des études entre la plupart de ses habitants, ce qui justifie le faible niveau d’éducation de la population locale. Des résultats similaires ont été trouvés dans d’autres études menées dans les collectivités rurales de la côte de l’Amazone (KRAUSE et al., 2000 ; GLASER, 2003 ; KRAUSE ; GLASER, 2003).

ICV-MO études effectuées par Costa (2004), dans les communautés côtières du sud du Brésil, montrent que les faibles valeurs des indices trouvés dans ces collectivités, tant au nord qu’au sud du pays, ne sont pas considérés comme idéales, et que ces taux bas sont en raison, principalement, des problèmes d’accès aux services publics et des infrastructures, ainsi que peu à peu ou inefficaces investissements sociaux et/ou manque d’incitatifs gouvernementaux appliquée dans ces domaines.

3.3 PERCEPTION SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE ET LES AVIS

Selon l’opinion et de conscience sociale et environnementale des habitants (tableau 1), les principaux problèmes sont liés à la précarité des services publics, principalement à l’absence d’installations sanitaires de base (garbage collection, l’approvisionnement en eau et sanitaire réseau et traitement des eaux usées), ainsi que la dégradation et/ou la mauvaise utilisation des ressources naturelles (réduction des stocks de poissons et des forêts, surpêche déboisement des mangroves et la fertilité des sols réduit).

Le tableau 1. Principaux problèmes environnementaux pointés par la population de Tamatateua-PA.

-Problèmes environnementales Fréquence des réponses * %
1-découlant de l’absence d’assainissement
Présence d’ordures dans un quartier résidentiel de communauté 128 62
Présence de déchets dans la région des rivières et des mangroves 74 36
Maladies causées par l’eau contaminée et le manque de système d’égouts 62 30
Dégradation des sols par l’accumulation des ordures et des eaux usées 37 18
2-résultant de la dégradation des ressources naturelles
Réduction de la pêche et des ressources forestières 125 60
Pêche prédatrice/traumatiques (poisson, crabe, etc.). 56 27
Déboisement des mangroves 50 24
Productivité/réduire la fertilité des sols 48 23
3-autres
Ne savent pas comment répondre aux questions 09 04
Il n’y a pas de problèmes environnementaux dans le domaine de la communauté 27 13

* Bande passante pour N = 207 (nombre de ménages).

Le tableau 1 montre que seulement 4 % des répondants ne savait pas comment répondre aux questions, mais 13 % ont répondu qu’il n’y a pas de problèmes environnementaux dans la région de la communauté.

Selon les autres réponses, il était possible de constater que la population a une bonne opinion et la perception sur les principaux problèmes sociaux et environnementaux qui ont eu lieu dans la région. Toutefois, les mêmes, bien que présente une structure communautaire bon, sont assez négatif au sujet des attentes futures en ce qui concerne la conservation de l’environnement, même pas au courant du fait qu’ils sont dans une zone de conservation et que les ressources naturelles sont la principale source de survie locale (OLIVEIRA, 2004).

3.4 PRODUCTION D’ORDURES MÉNAGÈRES

La zone d’étude n’a aucun système public de collecte des ordures, et ainsi, 30 % des maisons étudiées jeter leurs ordures dans les terrains vagues, estuaires, rivières, champs, etc.. ; Alors que 70 % brûler ou enterrer les ordures. Toutefois, pendant la saison des pluies, la combustion n’est pas effectuée dans les jours de la plus grande précipitation et les déchets se joue maintenant autour de la Communauté par exemple rues, des écoles, des rivières, des mangroves, arrière-cour des maisons, etc..

100 % des résidences de la Communauté, la production mensuelle moyenne des ordures est d’environ 2 680,750 kg, montrant une production mensuelle par habitant de 2,775 kg, soit une moyenne de ± 0,093 kg/jour, qu’en deçà de la production moyenne nationale, qui, selon l’IBAM (2005), dans les villes avec moins de 200 000 habitants à la production, est le 0,700 0,450 kg/jour par habitant ordures. Cette moyenne quotidienne si faible peut être directement reliée à la question du faible revenu de la plupart de ses habitants, qui soulève de grandes difficultés d’accès aux biens de consommation, ainsi que la question de sa position géographique, parce que Tamatateua est situé dans la campagne, ne figurent pas dans le cycle « élevé » des déchets qui se produit dans l’environnement urbain.

Avec la répétition de l’échantillonnage, il a été possible de prouver qu’il y a une augmentation de la production des déchets ménagers au début du mois (collection 2), qui tend à diminuer à la fin de la même (1 collection), cela est dû au fait que ce mois-ci, les familles reçoivent les salaires, pensions, prestations gouvernementales, etc.. Bien que des variations intervenues dans la production de déchets au cours du mois, ces différences n’étaient pas statistiquement significatifs (U = 1695 ; p = 0.8086).

Parmi les composants des résidus inorganiques, plastique emporté avec 41 % de la valeur totale, suivie de papier/carton, avec 20 %, parmi d’autres (figure 2 a). Comparaison de la production de déchets organiques avec l’inorganique ne pouvez pas enregistrer des différences significatives (F = 3,62 ; p = 0.0595 ; F = 2,67 ; p = 0.1045, respectivement) entre les échantillons 1 et 2, bien que les pourcentages des résidus inorganiques ont été légèrement plus élevés que visuellement (Figure 2 b), qui diffère de la national « standard », dans laquelle environ 65 % des déchets ménagers, produits se compose des déchets organiques.

Le)
production
(B))

prélèvement d’échantillons
La figure 2. Composition (%) des déchets inorganiques (A) et production (kg) de déchets organiques et inorganiques, dans les deux échantillons (B).

Tamatateua, ainsi que dans d’autres collectivités côtières en Amazonie, le comestible de déchets organique sert de nourriture pour nombreux petits animaux, comme le canard, poulet, chien, etc.. Bien que se produire involontairement, la communauté étudiée vient à la suite des recommandations de Parsi (1996), en ce qui concerne les traiter et/ou mettre organique des déchets (aliments pour animaux), ce qui réduit les problèmes environnementaux et sanitaires liés à l’accumulation de la même.

Cependant, le volume des déchets solides produits dans ce domaine, conjugué à l’absence de la même collection sont une menace sérieuse pour tous les écosystèmes présents (mangroves, estuaires, rivières, etc.), ainsi que pour la santé humaine. Parmi les problèmes principaux sociambientais, découlant de l’accumulation du site de déchets peut être soulignée : la présence du vecteur (moustiques, mouches, rats, cafards, etc.) qui peuvent provoquer des maladies comme la dengue, le paludisme, les infections fongiques, parasites, etc.. ; la contamination des ressources en eau et des sols ; la production de gaz qui causent la mauvaise odeur ; Outre les impacts économiques et esthétiques (GRIMBERG ; BANERJEE, 1998). Des résultats similaires ont été trouvés dans d’autres collectivités de la région Nord et le nord-est du pays (SOUZA-FILHO, 2001 ; AGUILAR ; COSTA, 2003 ; PEREIRA et al., 2003 ; SILVA et al., 2006).

3.5 DE QUALITÉ DE L’EAU POUR LA CONSUMMATION

Le manque d’approvisionnement public en eau potable est l’un des principaux problèmes présentés à la communauté de Tamatateua. Pour cette raison, diverses communauté et puits privés ont été construits dans l’ensemble de la Communauté, cependant pendant une période de sécheresse prolongée, bon nombre de ces puits tarir. En revanche, le manque de profondeur et/ou les environs, en ce qui concerne les égouts sanitaires, qui se produit dans certains cas, peuvent contribuer à la qualité des eaux souterraines est compromise (AZEVEDO, 2006).

Les résultats de l’analyse physico-chimique effectuée dans deux puits montrent des variations dans la concentration de ses constituants en solution, qui peut être dangereux pour la santé humaine (tableau 2).

La couleur réelle et la couleur apparente des valeurs très élevées pendant la période sèche dans les deux puits analysés, étant loin au-dessus des paramètres établis par les résolutions en vigueur (tableau 2). En règle générale, la variation de la couleur de la turbidité de l’eau et/ou liés à la concentration de fer dissous (de la naissance ; BARBOSA, 2005). Dans la zone d’étude, ces variables ne semblent pas influencer directement la couleur apparente et réelle de l’eau, parce que dans la fosse 2, pendant la saison des pluies, le fer apparaît à haute valeur, période dans laquelle l’eau a montré aucune variation de couleur. Toutefois, selon ANVISA (2004), l’eau potable ne doivent pas présenter n’importe quel coloriage.

Paramètres Valeurs

idéal *

Puits 1 Puits 2
Période de sèche Saison des pluies Période de sèche Saison des pluies
Couleur réelle (mg Pt/L et UH) 20 < 70 0 120 0
Couleur apparente (mg Pt/L et UH) 75 < 330 0 430 0
Turbidité (UNT) 40 < 2.24 0 12,85 0,27
PH -9,0 6.0 4.85 5.35 4.49 4.72
Salinité 0 0 0 0 0
Température (° c) 26-29 28 C 28,9 ° C 29 C 29 C
Fer dissous (mg/L de Fe) 0,300 0,150 0,59 0,191 0,328
Coliformes totaux (UFC/100 mL) 100100mL100100100mL) < 1,0></ 1,0> 0 0 9.2 240
Coliformes fécaux (UFC/100 mL)  0 0 0 9.2 43

* Idéales valeurs de variables physico-chimiques et microbiologiques pour l’eau potable, selon les résolutions spécifiques ANVISA (2004) et de la CONAMA (1986, 2000, 2005).

Selon le pH, l’acide et les caractéristiques ont analysé l’eau impropre à la consommation humaine (CONAMA, 1989 ; ANVISA, 2004). Zéro salinité peut influencer les faibles valeurs de pH, mais la présence d’un sol acide, en raison de la concentration de la matière organique en décomposition existe à cet endroit, peut être l’un des principaux facteurs qui influent directement sur le pH des échantillons analysés. Ces données concordent avec les résultats trouvés par Santos et al. (1981), dans une étude menée dans la région de l’Amazonie centrale, dans laquelle a montré que le faible pH valeurs ont été assignées à excrétées métabolique par les microorganismes et les exsudats de la décomposition de la végétation elle-même, très présents dans la zone d’étude.

Comme indiqué précédemment, le fer dissous présente une valeurs légèrement surélevée en fosse 2, pendant la saison des pluies, et non standard permis tolérance (< 0,3 mg / L). Outre le jaunissement de l’eau et le goût désagréable, la forte concentration de fer dans l’eau peut causer des cancers, la maladie de Parkinson, entre autre (DISSANAYAKE ; CHANDRAJITH, 1999 ; SMITH ; HUYCK, 1999). En revanche, la présence de fer dans l’eau est également responsable de la perte de capacité spécifique de puits profonds (DREVER, 1997).

La présence de coliformes fécaux et totaux dans l’eau est aussi un autre problème majeur localement. Selon les résultats, noter que le puits 2 (école), dans les deux périodes, la concentration de ces microorganismes est élevée, au-delà des taux autorisés, surtout pendant la saison des pluies, lorsque la concentration de ces agents pathogènes se lève de 9,2 unités formant colonie (UFC) à 240. C’est probablement parce que l’enfouissement (fossa) de déchets de cuisine et sanitaires, produite dans le lycée, se trouve à moins de 10 m l’approvisionnement en eau bien, étant totalement hors techniquement les normes établies. Selon Macintyre (1990) et Creder (1999), les fosses doivent être situés à un niveau inférieur du sol, loin des puits ou autre source d’eau, respecter une distance minimale de 30 m, pour éviter la contamination par des agents pathogènes qui peuvent présenter un risque pour la santé humaine.

Semblable à ces études ont été réalisées par Glaser (2003), dans certaines collectivités du nord-est de Pará, et les résultats indiquent la présence élevée de coliforme fécale dans presque tous les foyers et les écoles surveillées. Études de Amaral et al. (2003) a montré que dans les communautés pauvres, le risque de contracter des maladies de l’eau contaminée est beaucoup plus élevé, puisque la connaissance de la part de la population, se référant à ces facteurs est minime ou inexistante.

En comparant la saison sèche et la météo pluvieuse, il était possible d’observer que l’eau est impropre à la consommation, dans les puits et les périodes.

3.6 DÉFORESTATION

Dans le tableau 1 vous pouvez voir que la question concernant l’apparition de la déforestation de la mangrove dans la région de la Communauté, apparaît avec une fréquence de réponses positives de 24 % de la population. Toutefois, interrogés sur leurs propres pratiques de déboisement, 85 % des répondants ont déclaré que réalisent les coupe, mais « étant seulement des arbres de capoeira » et 15 % n’a pas effectué de toute coupe, c’est-à-dire, le déboisement des mangroves s’affiche avec 0 %. Parmi ceux qui accomplissent la coupe, 94 % utilisent le bois pour la consommation domestique, utilisée comme combustible (bois), pour la construction de maisons et d’entourent résidentiel et secteurs de la création de petits animaux, tandis que 4 % utilisent la consommation de bois de chauffage et des terres à la production et la vente de charbon et de 2 % seulement pour la production et la vente de charbon (Figure 3 a).

La production de charbon est une source de revenus pour les habitants les plus pauvres des zones adjacentes de mangrove et repose en partie sur le bois provenant de zones de capoeira qui sont supprimées pour les cultures agricoles et dans les mangroves des zones connecté du bois (DAHDOU-GUEBAS et coll., 2000).

Les méthodes les plus utilisées pour obtenir le bois dans la zone d’étude sont les coupe partielle seulement les branches des arbres (57 %), l’abattage d’arbre-coupe total (36 %) et d’autre méthodes semblables rassemblement des brindilles sèches et/ou les arbres tombés (7 %) (Figure 3 b). Ceux qui effectuent l’abattage d’arbres, 37,28 % savent ou déjà entendu parler des méthodes de reboisement et parmi eux, seulement 3.38 % participe ou a participé à une telle activité.

But de l’extraction/coupe et les méthodes utilisées (B). Cons. (Consommation), méthode de Maki. (Méthodes).
La figure 3. But de l’extraction/coupe et les méthodes utilisées (B). Cons. (Consommation), méthode de Maki. (Méthodes).

Avec la méthode de l’observation directe, il était possible de détecter des zones de mangrove entourant la Communauté, qui souffrent du problème de couper les arbres de la mangrove (figures 4 a et 4 b). Ce facteur de dégradation des mangroves est dû, principalement, à des pressions commerciales, comme la demande des poteries et des boulangeries, qui sont situés à l’extérieur de la zone de recherche, ayant peu de rapport avec les stratégies locales visant à une utilisation durable de l’écosystème (GLASER et al., 2003). Selon ces auteurs, au moins la moitié de la consommation annuelle de bois tenu par les poteries et les boulangeries de région de bragantina est originaire de mangrove, avec préférence pour l’espèce r. mangle, en raison de ses qualités de rétention de chaleur et de la bonnes burns.

Vous pouvez lui dire, la pratique de l’abattage d’arbres de la mangrove, n’est pas nécessairement réalisée par la communauté de Tamatateua et Glaser et al. Commentaire de (2003) que cette pratique est réalisée par les bûcherons du dehors de la communauté. Ces résultats montrent d’une part la sensibilisation de la population locale ne pas à dégrader la zone de mangrove et d’autre part qu’il n’y a aucun contrôle ni de la population ni de IBAMA pour empêcher la coupe effectuée par les bûcherons d’autres communautés.

Figure 4-A et b. dégradées mangroves des zones de coupe d’arbres à des fins commerciales. Photo : REDEMA (2005).
Figure 4-A et b. dégradées mangroves des zones de coupe d’arbres à des fins commerciales. Photo : REDEMA (2005).

La sensibilisation de la population ne pas à dégrader la zone de mangrove locale, peut être liée au fait que la Communauté a associations communautaires structurées, en plus des comptés directement avec des projets nationaux et internationaux qui ont taquet, conçu entre autres préservationniste à l’éducation environnementale.

3.7 UTILISATION AGRICOLE DES TERRES

Environ 94 % des familles Tamatateua pratique des exploitations agricoles familiales et cette pratique, la base d’entretien des familles qui composent la communauté. Le système de culture prédominante repose sur des méthodes traditionnelles, connu comme l’agriculture itinérante, dans lequel se compose de conseils et de brûler de la capoeira, et puis la terre tourne, avec l’aide de seulement houes, pour la préparation des zones à cultiver. En général, les cultures, ils durent en moyenne deux ans et puis à nouveau pénétrer dans une zone en jachère (rest) pour la croissance de la capoeira (KATO et al., 1999).

De la production totale générée dans ces unités familiales, 52,03 % sont destinés uniquement à la consommation de la famille, 46,40 % pour la consommation et de la vente et 2,57 % seulement pour la vente. Les produits agricoles principaux sont le manioc/manioc (Manihot esculenta), le niébé (Vigna unguiculata), tabac (Nicotiana tabacum) et maïs (Zea mays). Mais ces cultures généralement souffrent d’une tendance d’augmentation ou diminuent de la production, en fonction de la pression du marché de consommation et aussi avec a diminué la qualité du sol. Pour 35 % des agriculteurs, la fertilité du sol a diminué considérablement au cours des cinq dernières années, chute de la production agricole, qui a forcé l’utilisation des engrais ou des engrais. En conséquence, 53.60 % des agriculteurs ont déclaré qu’ils ont pratiqué la fertilisation et 82,70 % utilisent des engrais organiques produites dans sa propre communauté (fumier de bovins).

L’itinérant à l’agriculture est plus en plus remplacé par l’agriculture. Ainsi, il peut y avoir récolte deux fois l’an en réduisant la période de jachère. Cette réduction du temps du sol a été réalisée grâce à l’utilisation du fumier comme engrais, une innovation locale (KLOSE et coll., 2005) ; déjà en ce qui concerne l’utilisation des pesticides, 31.44 % disent qu’ils utilisent ou ont utilisé cette méthode sur leurs récoltes pour la lutte contre les ravageurs tels que les fourmis et « puceron du haricot » (Aphis rumicis), mais la plupart ne dit pas quel produit utilisé. Notez que l’utilisation de produits chimiques comme les engrais et les pesticides sont solubles présents dans la zone de la communauté.

Des engrais solubles, un point de vue déterminé sont bonnes, étant facile à appliquer car les plantes présentent une réponse rapide et produisent davantage et la superficie peuvent être réduites. En revanche, il y a de nombreux inconvénients plus, parce que ce type d’entrée peut conduire à la perte de la fertilité des sols ; provoquer l’acidification, la mobilisation des éléments toxiques, immobilisation des éléments nutritifs, la minéralisation et une réduction rapide de la matière organique ; détruire les bioestrutura et accroître l’érosion (groupe de l’agriculture biologique Amaranthus-ESALQ-USP-PVL, 2006).

En général, nous pouvons réaliser ce qui se passe, même si utiliser de petits changements, sous la forme de la terre pour l’agriculture dans la Communauté, en particulier en ce qui concerne le remplacement des voyageurs par la plante vivace mode, d’élevage qui, selon Brinkmann ; Naissance (1973) et Cerri et al. (1985), est un facteur très positif, car l’agriculture itinérante, provoque de nombreux changements nuisibles aux propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol, dès lors que le système naturel est modifié par le feu.

4. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

Selon les résultats de cette étude, on peut conclure que les problèmes environnementaux majeurs de Tamatateua Communauté sont liés directement avec deux axes principaux : le manque de services et d’infrastructures (assainissement, des ordures, l’eau traitée) et la dégradation des ressources naturelles (réduction des ressources halieutiques et de la foresterie, le déboisement des mangroves, réduit la productivité des sols).

Pour réduire ou atténuer ces problèmes, nous vous suggérons de mesures qui peuvent contribuer à la mise en œuvre de plans ou de programmes de gestion intégrée des zones côtières pour la zone d’étude. Tout d’abord, il est recommandé l’établissement de priorités qui permettront d’orienter les actions des secteurs publics du gouvernement (organismes municipaux, provinciaux et fédéraux), ainsi que ceux d’ordre non gouvernementales (associations, ONG et la population locale), des compétences juridiques deuxième.

Ainsi, parmi les priorités suggérées à la gestion côtière participative en milieu rural Caeté-Taperaçu zone de protection Marine, sont :

(i) investir dans les infrastructures et services : système de garbage collection ; approvisionnement d’eau traitée (potable) ; mise en œuvre du traitement des eaux usées ; amélioration des soins de santé grâce au déploiement de postes et autres services de santé publique ; amélioration de la qualité de l’enseignement, comme l’expansion en matière d’éducation offerts à la Communauté, ainsi que dans la construction de nouvelles écoles.

(ii) investissement et encourager la création d’associations qui peuvent renforcer ou développer de nouvelles sources de revenus, par exemple la mise en œuvre de systèmes de recyclage des déchets solides, ainsi que la création de composteras pour les déchets organiques. Ces solutions de rechange, en plus de contribuer à l’élimination de la libération de ces résidus dans l’environnement, peuvent collaborer avec l’augmentation des revenus des résidents, ce qui améliore leur condition économique.

(iii) mettre en œuvre des procédures de contrôle (organismes compétents et les résidents locaux) pour prévenir la surexploitation des ressources biologiques locales, cherchant la protection des écosystèmes côtiers qui existent, en particulier des mangroves.

(iv) la promotion de programmes d’éducation environnementale, impliquant la communauté et les autorités gouvernementales comme agents de ce processus, se référant à l’importance sociale et environnementale de la région étudiée.

(v) élaborer des études et/ou des programmes visant à promouvoir des modes de gestion et l’utilisation durable des ressources naturelles (poissons, crabes, forêt de palétuviers, utilisation des terres), qui sont d’une importance fondamentale pour la survie de cette population.

Enfin, il est à noter que ces mesures proposées sont d’une importance fondamentale non seulement pour la zone d’étude, ainsi que pour les autres zones rurales et côtières de la zone côtière, autre que le fait que les résultats présentés dans cette étude, peut être utilisé comme une référence tant dans la zone côtière de l’administration municipale plans para, tout comme aux étapes de mise en œuvre du GERCO-PA.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

AMARAL, L. A. ; FILS DE NADER, A. ; ROSSI JUNIOR, D. ; FERREIRA, F. L. A. ; BARROS, l. s. s. eau potable comme un facteur de risque pour la santé dans les propriétés rurales. Journal de la santé publique. São Paulo, v. 37, n. 4, p. 510-514, 2003.

AMERICAN PUBLIC HEALTH ASSOCIATION. Standard Methods for Examination of Water and Wastewater. Washington, D.C. 2004. Disponible à : <http: www.satndard.methods.org/articles.cfm=””>.</http:> Accès à : 15 avr. 2005.

AGUILAR, M. C. B. ; COSTA, m. f. litière dans le milieu marin. Ciência Hoje, v. 32, n. 191, p. 64-67, 2003.

AZEVEDO, r. p. Utilisez des eaux souterraines dans le système d’approvisionnement public en eau des communautés sur les plaines inondables d’Amazonie centrale. ACTA amazonica, v. 36, n. 3, p. 313-320, 2006.

BERGER, U. ; GLASER, M. ; KOCH, B. ; KRAUSE, G. ; LARA, R. ; SAINT-PAUL, U. ; SCHORIES, D. ; WOLFF, M. Une approche intégrée à la dynamique des mangroves et de la gestion. Journal de la Conservation du littoral, v. 5, p. 125-134, 1999.

BERKES, f. & FOLKE, c. système social et écologique de Linking : pratiques de gestion et des mécanismes sociaux pour construire la résilience. Cambridge : Cambridge University Press, 1998. 495 p.

BILLÉ, r & MERMET, gestion côtière intégrée de l. au niveau régional : leçons de Toliary, Madagascar. Océan & Coastal Management, v. 45, n. 1, p. 41-58, 2002.

Brésil. Agence nationale de surveillance sanitaire-ANVISA. Ordonnance n° 518, du 25 mars 2004. São Paulo, 2004. Disponible à : <http: e-legis.bvs.br/leisref/public/showact.php.=””>consulté : 02 avril</http:> 2006

Brésil. Conseil national de l’environnement-CONAMA. Résolution n° 20 du 18 juin 1986. Disponible à : <http: mma.gov.br=””>.</http:> Accès au : 02 avr. 2006.

Brésil. Conseil national de l’environnement-CONAMA. Résolution n° 274 du 29 novembre 2000. Disponible à : <http: mma.gov.br=””>.</http:> Accès au : 02 avr. 2006.

Brésil. Conseil national de l’environnement-CONAMA. Résolution n° 357 du 17 mars 2005. Disponible à : <http: mma.gov.br=””>.</http:> Accès au : 02 avr. 2006.

Brésil. Administration de l’Institut brésilien des taxes municipales-IBAM. Gestion des déchets solides intégrée en Amazonie. La méthodologie et les résultats de son application. Ministère de l’environnement. 2005. 73P.

Brésil. Institut national de météorologie-INMET. Normales climatologiques 1961-1990. Brasilia, 1992. 84P.

Brésil. Ministère de l’environnement-MMA. ARPA créé 9 000 000 acres en pleine protection : arrêter les victoires extraction six réserves, sur la côte, sur l’île de Marajó et le sud de l’État. Brasilia, 2005. Disponible à : <http: www.mma.gov.br=””>.</http:> Accès au : 14 févr. 2006.

BRINKMANN, W. L. F. & NAISSANCE, J. C. L’effet de l’agriculture Agriculture sur brûlis sur les éléments nutritifs dans la région d’Amazonie centrale du tertiaire. ACTA amazonica, v. 3, p. 55-61, 1973.

CARVALHO, C. V. & RIZZO, H. G. La côte brésilienne : subventions pour une évaluation environnementale. 1er ed. Brasilia : MMA. Presse nationale, v. 1, 1994, 221 p.

CERRI, C. C. ; VOLKOFF, B. ; Edward, effet de p. b. de la déforestation sur la biomasse microbienne dans Latosol Amazon jaune. Campinas. Journal brésilien de soil Science. c. 9, p. 1-4, 1985.

CNIO – COMMISSION NATIONALE INDÉPENDANTE POUR LES OCÉANS. Le Brésil et la mer au XXIe siècle : rapport aux décideurs dans le pays. Rio de Janeiro-independent Commission nationale pour les océans. 1998. 408 p.

Conover, w. j. pratique statistique non paramétrique. New York : John Wiley, 1971. 302 p.

ENGAGEMENT À RECYCLAGE. Produit de recyclage. Rio de Janeiro, n. 4, p. 1-8, 1995.

COSTA, a. a. à la recherche d’une stratégie de transition vers la durabilité en système environnemental de la pêche artisanale. 2004. 310 f. Maître de thèse-Fundação Universidade Federal do Rio Grande, Rio Grande, 2004.

CREDER, Hydraulic and H. les Installations sanitaires. Rio de Janeiro : LTC, 5e éd., 1999, 465 p.

DAHDOU-GUEBAS, F. ; MATHENGE, J. ; KOEDAM, n. utilisation des produits du bois mangrove autour de Mida Creek (Kenya) entre la subsistance et les utilisateurs commerciaux. Economic Botany, S, v. 54, n. 4, p. 513-527, 2000.

C. b. DISSANAYAKE & CHANDRAJITH r. médical géochimie des milieux tropicaux. Revue des sciences de la terre, v. 47, p. 219-258, 1999.

DREVER, j. i. géochimie des eaux naturelles : environnements de surface et souterraines. Prentice-Hall : New Jersy, 1997. 436 p.

SAINT-ESPRIT, R. V. ; ISAAC, C. J. ; SILVA, L. M. ; MARTINELLI, J. M. ; HIGUCHI, H. ; SAINT PAUL, U.S. fish et crevettes côtières de l’estuaire bragantino, arrêter le Brésil. Bethléem : Madame la Présidente, 2005. 268 p.

GLASER, m. Interrelations entre l’écosystème de la mangrove, économie locale et la durabilité sociale dans l’estuaire de Caeté, nord du Brésil. Écologie des zones humides et la gestion, v. 11, p. 265-272, 2003.

GLASER, M. ; U. DE BERGER ; MACEDO, r. vulnérabilité du Site comme un avantage : gestion des forêts de mangrove dans l’état du Pará, nord du Brésil, dans des conditions d’illégalité. Regional Environmental Change, v. 3, n. 4, p. 162-172, 2003.

GRASSO, m. Understandingm modélisation et l’évaluation des liens entre les collectivités locales et la mangrove du fleuve Caeté Bay, PA, Brésil. 2000. 554 f. Doctorat en droit Dissertation-Faculté de la Graduate School de l’Université du Maryland, Maryland, nous, 2000.

GREENWOOD et de la Investigación social méthodologie... Piados de l’éditeur. Buenos Aires, 1973. 126p.

GRIMBERG, E. ; BANERJEE, p. recyclage : recyclage, recyclage des valeurs de matériaux. São Paulo : UNICEF/Polis, n. 31, 1998. 104P.

GROUPE D’AGRICULTURE ORGANIQUE AMARANTHUS-ESALQ-USP-PVL. 2006. Disponible à : <http: www.amaranthus.esalq.usp.br/prob_agrotox.htm=””>.</http:> Accès au : 26 mars. 2007.

IDESE, INDEX DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL. Disponible à : <http: www.fee.tche.br=””>.</http:> Accès à : mar 16. 2006.

ISAAC, c. j. & BARTHEM, r. b. les stocks de poisson de l’Amazonie brésilienne. PR-MCT/CNPQ. Le bulletin du Musée de Paraense Emilio Goeldi. Série d’anthropologie, v. 11, n. 2, p. 295-339, 1995.

JIANG, Y. ; KIRKMAN H. ; HUA, a. Megacity développement : gestion des impacts sur l’environnement marin. Océan & Coastal Management, v. 44, n. 5-6, p. 293-318, 2001.

JUNYENT, v. m. Percepció dels estétics j’ai mediambientals effets de la regeneració de platges. 1999. 465 f. Thèse-Universitat de Barcelona. Espanya. 1999.

KATO, M. S. A. ; KATO, R. ; DENICH, M. ; VLEK, p. l. g. sans feux alternatives à slash-and-burn pour l¿agriculture itinérante dans la région amazonienne orientale : le rôle d’engrais. Field Crops Research. c. 62, p. 225-237, 1999.

KLOSE, F. ; KRAUSE, G. ; GLASER, M. ; OLIVEIRA, R. S. ; BOCK, M. ; HANATSCHEK, r. Mangroves comme une zone économique de la PAC : la dynamique spatiale et socio-économiques dans un estuaire au nord du Brésil. In : GLAZER, M. ; CABRAL, N. ; RIBEIRO, A., (org.). Les gens, l’environnement et recherche : transdisciplinaire dans la gestion de la mangrove. Bethléem : a/UFPA, 2005, p. 87-113.

KRAUSE, g. & GLASER, m. co-évolution dynamiques socio-économiques et geomorphical dans le village de pêcheurs côtiers de la région de Bragance (Pará, nord du Brésil). Océan & Coastal Management, v. 46, p. 859-874, 2003.

LEATHERMAN, p. s. cote de la plage : l’approche méthodologique. Journal de recherche côtière, v. 13, p. 253-258, 1997.

MACINTYRE, a. j. Manuel de l’hydraulique et des Installations sanitaires. Rio de Janeiro : LTC technico-scientifiques livres S.A., 1990. 78p.

MARQUES, S. N. ; CARVALHO, E. A. ; MELLO, C. S. enquête préliminaire des angiospermes du chemin de Ajuruteua de mangrove, dans la municipalité de Bragança (PA). Dans : III International Workshop sur la dynamique et les recommandations à la direction dans les zones de mangroves Bragança-PA. Résumés, p. 3-4, 1997.

: MARTORANO, L. G. ; FERNANDEZ, L. C. ; CESAR, E. G. M. ; PARKER, i. c. b. études climatologiques dans l’état du Pará, la classification climatique et la carence en eau. Bethléem : SUDAM/EMBRAPA, SNLCS, 1993. p 53.

MORGAN, R. ; BURSALIOGLU, B. ; HAPOGLU-BALLES, L. ; JONES, T. C. ; YASMINE, E. ; WILLIAMS, a. t. opinions d’utilisateurs Beach et cotes de plage : étude sur la côte égéenne turque pilote. MEDCOAST ‘ 95. Espagne, p. 373-383, 1995.

NAISSANCE, s. m. a. & BARBOSA, j. n. f. eau qualité aquifère nappe phréatique au sommet du Salvador cristalline, Lucaia bassin, Salvador, Bahia. Brazilian Journal of Earth Sciences, v. 35, n. 4, p. 543-550, 2005.

OLIVEIRA, f. p., smbientais des évaluation impact socio-économique des projets d’extension sur la côte bragantino-Bragança-Stop. 2004. 83 f. Maître de thèse-Federal University du Pará, Campus de Bragança, 2004.

OLIVEIRA, les connaissances locales s. r. de l’utilisation de l’espace : un voyage ethnographique dans Tamatateua. In : GLAZER, M. ; CABRAL, N. ; RIBEIRO, A., (org.). Les gens, l’environnement et recherche : transdisciplinaire dans la gestion de la mangrove. Bethléem : a/UFPA, 2005, p. 105-118.

PARSI, j. t. Manuel de compostage : processus de faible coût. Belo Horizonte-MG : L’UNICEF-éditeur, 1996, 56 p.

PEREIRA, L. C. C. ; GUIMARÃES, D. ; RIBEIRO, M. J. S. ; COSTA, R. M. ; SOUZA FILHO, p. w. m. usage et d’Occupation dans Littoral de Bragança, Amazonie brésilienne. Journal de recherche côtière, SI, v. 50. Dans la presse, 2007.

PEREIRA, L. C. C. ; JIMÉNEZ, J. A. ; MEDEIROS, C. ; COSTA, R. M. L’influence de l’environnement statut de Casa Caiada, sur les plages de Rio Doce (NE, Brésil) sur les utilisateurs des plages. Océan & Coastal Management, v. 46, p. 1011-1030, 2003.

PEREIRA, L. C. C. ; RIBEIRO, M. J. S. ; GUIMARÃES, D. ; SOUZA FILHO, P. W. M. ; COSTA, M R… Formes d’utilisation et d’occupation dans la Ajuruteua plages plage-Pará (Brésil). Environnement et développement, TR, v. 11. Dans la presse, 2006 a.

PEREIRA, L. C. C. ; SOUZA FILHO, P. W. M. ; RIBEIRO, M. J. S. ; PATEL, S. C. C. ; Nunes, z. m. p. & COSTA, r. m. socio-environmental Dynamics in Vila dos Pescadores (Amazonie orientale, Pará, Brésil). Environnement et développement, TR, v. 11. Dans la presse, 2006 b.

PROISY, C. ; -FILS, P. W. M. ; FROMARD, F. ; PROST, M. T. R. C. ; Mendes, en Colombie-Britannique, suivi de la dynamique de la côte de l’Amazone (Pará, au Brésil et la Guyane française) à l’aide de la cammon méthodologie basée sur une analyse spéciale couplé à simuler l’outil. Dans : MANGROVE 2003, Salvador. Livre des résumés. 2003. c. 1, p. 459-459.

REID, w. c. & TREXLER, m. c. répondre aux impacts potentiels du changement climatique sur la biodiversité côtière américaine. Océan & Coastal Management, v. 20, n. 2, p. 117-142, 1992.

RAO, g. f. & MOREIRA, l. a. moustiques transgéniques. Arme possible contre le paludisme. Revista Ciência Hoje, v. 39, n. 232, p. 34-39, 2006.

SANCHEZ-GIL, P ; ARANCIBIA, A. Y ; GORDILLO, J. R ; JOUR, J. W. ; GABARIT, P. H. Certains indicateurs sociaux-économiques dans les États mexicains du golfe du Mexique. Océan & Coastal Management, v. 47, p. 581-596, 2004.

SANTOS, A. ; GANE, M. N. ; RIBEIRO, J. S. B. ; BELIER, s. r. b. hydrochimie de l’Amazonie centrale III. Laver la chimie de l’eau de la forêt dans l’écosystème de prairie d’Amazon (écoulement). ACTA amazonica, v. 11, n° 2 p. 335-346, 1981.

SILVA, I. R. ; PEREIRA, L. C. C. ; COSTA, r. m. utilisation et l’occupation dans une communauté de pêcheurs sur la rive de l’estuaire de la rio Caeté (Pará, Brésil). Environnement et développement, TR, v. 11. Dans la presse, 2006.

SMITH, K. S. & HUYCK, H. L.. Un aperçu de l’abondance, la mobilité relative, la biodisponibilité et la toxicité humaine des métaux. Dans : G.S. PLUMBEE & LOGSON, G.S. (dir.) Review Volume 6 : la géochimie environnementale des gisements minéraux ; Partie a : Processus, Techniques et problèmes de santé. SOC. Écon. Géol., 1999, pp. 29-70.

SOKAL, R. R. ; F. J. ROHLF, biométrie. Les principes et la pratique de la classification numérique en recherche biologique. San Francisco (Californie) : w. h. Freemann, 1969. 776 p.

Souza, m. r. m. & NEUMANN LEITÃO, s. conséquences socio-économiques des Impacts anthropiques sur l’estuaire de la rivière de San Francisco à Brejo Grande, Sergipe-Brésil. Trab. Oceanog. Université fédérale de Pernambuco. Recife, v. 28, n. 1, p. 97-116, 2000.

STATSOFT, i. n. c. STATISTICA (système de logiciel de l’analyse de données), la version 6. 2001.

WEAVER, a. j. GREEN, c. & changement climatique planétaire : leçons du passé-politique pour l’avenir. Océan & Coastal Management, v. 39, n. 1-2, p. 73-86, 1998.

[1] Biologiste, maîtrise ès sciences en biologie. Docteur en médecine tropicale maladies. Professeur et chercheur à l’Université fédérale du Pará – UFPA. Et chercheur au core développeur de l’UFPA de la médecine tropicale.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here