Loi générale sur la protection des données personnelles – LGPD

0
48
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE ORIGINAL

Machado, Daniel Dias [1]

Machado, Daniel Dias [1]. Loi générale sur la protection des données personnelles – LGPD. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 04, Vol. 08, p. 93 – 98. avril 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/droit/generale-sur-la-protection

RÉSUMÉ

Étant donné que la validité de la loi générale sur la protection des données, en 2020, a limité la circulation des renseignements personnels des individus, ce qui a eu un impact négatif sur les mécanismes existants de prévention du blanchiment d’argent, cet article vise à traiter de la nouvelle loi sur la protection des données personnelles, qui vise à protéger les données personnelles des individus et des personnes morales. , afin de savoir s’il y aura des difficultés à affronter par les mécanismes de prévention du blanchiment d’argent face aux adéquations exigées par la loi générale sur la protection des données. Cette recherche est pertinente afin de mesurer les conséquences pratiques qui résulteront de cette plus grande protection des données personnelles, telles que la sécurité juridique. C’est parce que dans la pratique, cela signifie une grande avancée, non seulement dans le système juridique et juridique, mais aussi dans le système social qui couvre le citoyen. Il s’agit donc d’une recherche bibliographique qui a révélé l’existence de mécanismes efficaces de protection des données et la possibilité d’en développer davantage dans les années à venir.

Mots-clés: Protection des données, loi sur la protection des données personnelles, Loi 13.709/2018.

1. INTRODUCTION

Cette étude vise à étudier la loi générale sur la protection des données personnelles (LGDP), publiée au Journal officiel fédéral du 14/08/2018 et qui entrera en vigueur après la période de vacatio legis de 24 mois. Dans la présente étude, il sera analysé si la loi mentionnée servira de protection accrue des droits des consommateurs ou agira comme un moyen de limiter les mécanismes de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Cette loi a été coupée au fil du temps entre sa création et son approbation et son vote, gagnant des contours très différents du projet de loi initial sur lequel elle était fondée. Ces changements ont fait l’objet de nombreuses critiques et débats, et à la veille de son entrée en vigueur, la loi 13.709/2018 suscite encore des doutes et des inquiétudes.Même la loi générale sur la protection des données lancée par l’Union européenne en 2018 n’a servi d’inspiration que dans certaines parties de la nouvelle loi brésilienne.

2. RÉFÉRENCE THÉORIQUE

2.1 DROIT GÉNÉRAL BRÉSILIEN SUR LA PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES

L’humanité n’a jamais connu dans son histoire une période d’innovations et de croissance aussi nombreuses que le présent. Des phénomènes tels que la mondialisation, la révolution technologique et l’invention d’Internet ont fait faire de la planète un bond en avant par rapport à la modernité. À la suite de tels phénomènes, il y a eu une diminution conséquente de la vie privée et des abus accrus tels que l’accès aux données privées des citoyens, sans ordre et sans autorisation de ces derniers.

Cette expansion de l’information et l’accès facile aux données privées de tiers, d’autre part, ont soulevé la nécessité de mécanismes qui freineraient tout type d’abus ou d’excès dans l’utilisation des données privées et personnelles de tiers. De la nécessité de mécanismes qui freineraient les excès et les abus en ce sens est née initialement la loi du cadre civil de l’Internet, et à un moment récent la loi de protection des données personnelles, le tout afin d’apporter une plus grande protection aux citoyens brésiliens et à leurs données personnelles.

En ce sens,

En 2014, le Cadre civil internet est entré en vigueur au Brésil, établissant des principes, des garanties, des droits et des devoirs pour l’utilisation d’Internet dans le pays. C’était une façon de reconnaître et de réglementer de nouvelles relations juridiques-virtuelles, en raison de l’existence de nombreux utilisateurs et fournisseurs, ainsi que des entreprises travaillant en ligne, étant donné qu’une grande partie de celle-ci n’était pas adaptée à la nouvelle réalité numérique. Le MCI s’occupe des crimes en ligne (cybercrimes) et de la neutralité du net, établit des droits et des garanties pour la liberté d’expression et, malgré la protection de la vie privée, finit par laisser une lacune dans le traitement des données personnelles, car on n’a pas accordé toute l’attention voulue à son utilisation, à sa destination, à son marketing, etc. (SOUZA, 2018).

La loi dite loi générale sur la protection des données (LGPD), loi n° 13 709 du 14 août 2018, définit comment le traitement des données personnelles doit être effectué par une personne naturelle ou juridique, couvrant également les médias numériques, afin de protéger les droits fondamentaux à la liberté et à la vie privée des individus, assurant ainsi une plus grande sécurité au grand public.

Cette protection doit être effectuée afin de s’assurer que toutes les informations collectées sont autorisées par l’utilisateur (cet utilisateur doit être au courant des informations collectées et à quelles fins elles seront utilisées). ​

La définition des données personnelles est entrée dans la Loi générale pour la protection des données personnelles, qui, dans son article 5 et ses éléments, apporte ce qui peut être défini comme des données personnelles et ses diverses hypothèses, non seulement dans la définition simple des données personnelles, mais aussi dans la définition des données personnelles sensibles et des données anonymisées.

Les données personnelles, selon la Loi générale sur la protection des données personnelles, peuvent encore être sensibles, c’est-à-dire celles qui, par leurs caractéristiques intimes et subjectives, obtiennent une plus grande protection de l’État, et anonymisées, c’est-à-dire celles qu’il n’est pas possible d’identifier le titulaire.

2.1.1 DÉBUTS ET CARACTÉRISTIQUES DE LGPD

Lors de l’adoption de la LGPD, ou loi n° 13 709 de 2018, elle a été instituée dans le but d’accroître la réglementation en matière de traitement des données personnelles et, en ce sens, elle a été la première loi à traiter de la question. La loi a apporté avec elle, des dispositifs importants dans la lutte pour une plus grande rigueur juridique, a également apporté l’obligation d’avoir plus de transparence et de protection dans les pratiques cybernétiques qui impliquent non seulement l’utilisateur, mais le consommateur (PIOVESAN, 2018).

Selon Lemos (2018), certains des principaux termes définis par la loi à l’article 5 sont les suivants :

  • Données personnelles : Données relatives à une personne naturelle directement identifiée ou identifiable.
  • Données personnelles sensibles : données génétiques, biométriques, sanitaires, de vie et d’orientation sexuelle, origine raciale ou ethnique; conviction politique, syndicale, philosophique ou religieuse.
  • Traitement des données : Toute opération qui peut être effectuée sur les données. Par exemple collecte, stockage, utilisation, transmission, modification, élimination.

L’une des principales caractéristiques de la loi générale sur la protection des données est d’être fondée sur les diktats du Règlement général sur la protection des données de l’Union européenne – RGPD38, qui a abrogé la directive sur la protection des données, comme il sera préférable de l’a élaboré au cours des travaux. Toutefois, il est important de noter que cette similitude signifie une sorte d’avancée législative, afin de promouvoir des pratiques impliquant la protection des données collectées et stockées par les entreprises européennes (CAMPOS, 2019).

Cela a servi d’exemple pour le monde, et dans le cas du GDPR, cela démontre son caractère extraterritorial. Pour cette loi, elle a été inaugurée au moment de son inauguration, car son élaboration a été faite afin de corriger le droit cybernétique, basé sur sa caractéristique la plus détonante de l’autre : sa dématérialisation des frontières par rapport à la portée de la norme (DE LUCCA et al., 2015).

2.2.DROITS ET PRINCIPES INHÉRENTS À LA PROTECTION DES DONNÉES

Selon Lovato (2015), les droits fondamentaux signifient que les droits de l’être humain sont reconnus et positifs dans la sphère constitutionnelle d’un État donné. En d’autres termes, les droits fondamentaux sont ceux prévus et protégés par la Constitution, et dans d’autres pays, ils sont également positifs par leur Constitution de la République.

L’auteur Silva (2012) fait valoir que les droits fondamentaux sont définis comme l’ensemble des droits et des garanties de l’institutionnalisation de l’être humain, dont le but principal est le respect de leur dignité, avec la protection du pouvoir de l’État et la garantie des conditions minimales de vie et de développement de l’être humain, c’est-à-dire qu’il vise à garantir l’être humain, le respect de la vie, la liberté , l’égalité et la dignité, pour le plein développement de sa personnalité.

En ce qui concerne les principes qui régissent l’ordre brésilien, ils sont d’une importance vitale, parce que c’est en eux que toutes les exigences de validité sont fondées et c’est à travers eux que le droit vient de s’exprimer comme il se doit, en servant son but de justice dans tous les sens et à tous les niveaux, constituant les principes sur la base de tous les systèmes juridiques , sous-pantiant le droit national.

Les principes des droits fondamentaux sont, dans cette conception, l’expression de l’arrangement juridique-institutionnel possible dans l’État social et démocratique du droit contemporain. Le constitutionnalisme qui légitime cet État est, par définition, complexe et ouvert aux différentes conceptions de la qualité de l’enseignement qui cherchent à atteindre l’hégémonie dans la société. Pour cette raison, comme Alexy (2008) le prédit, la réponse à ce qui devrait être le contenu d’un droit fondamental particulier inclura toujours les valeurs de ceux qui résolvent le problème. C’est la raison pour laquelle l’auteur défend la complémentarité nécessaire entre les approches normatives et analytiques, puisque celle-ci permet à ceux qui étudient un certain droit d’établir les bases à partir de laquelle ils construisent leur argumentation. Cela signifie que, d’un point de vue normatif, il est non seulement possible mais aussi nécessaire de répondre rationnellement à la question sur le contenu du principe constitutionnel inscrit à l’article VII de l’art. 206 (XIMENES, 2014, p. 1030).

Les principes de protection des données sont d’une immense pertinence dans la nouvelle législation pour la protection et le traitement des données personnelles, à tel point qu’ils bénéficient d’une protection par le biais de leurs propres normes. Pour la collecte et le traitement des données personnelles, les entreprises et les organisations doivent observer et respecter les principes inhérents à ces activités.

Les principes régissant la protection des données sont contenus dans l’article 6 de la loi 13.709/2018 ou loi générale pour la protection des données personnelles, qui apporte de manière exhaustive la liste des principes qui régissent le traitement des données et qui doivent être respectés et respectés par les entreprises et les organisations qui effectuent le traitement des données, sous peine de responsabilité et d’application des sanctions, y compris financières.

3. CONCLUSION

Actuellement, avec le LGPD au Brésil, le traitement des données se fait de manière autonome dans le cadre de la législation, ce qui a été observé en premier dans la vague européenne de dommages, et peut être clairement visualisé dans la législation brésilienne sur le sujet. Une loi générale sur la protection des données a été consolidée comme le moyen le plus efficace de freiner la falsification et la mauvaise utilisation des données.

Dans le contexte du Brésil, certaines lois sont importantes pour cette protection, comme le Code de la protection du consommateur, ainsi que le Cadre civil internet et la Magna Carta de 1988, qui protège les droits et garanties fondamentaux, y compris le droit à la vie privée.

La conclusion qui est tirée est que la loi brésilienne, bien qu’elle présente ses lacunes, suit le rythme mondial de la protection et a eu des mécanismes efficaces dans cette violation des données d’interdiction. Ainsi, il est possible que la protection soit élargie dans les années à venir, ce qui correspondrait à une plus grande protection de l’État aux droits et garanties fondamentaux.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

BRASIL. Constituição da República Federativa de Brasil, de 5 de outubro de 1988. Diário Oficial da União, Brasília, DF, Outubro de 1988.

___________. Lei Geral de Proteção a Dados Pessoais. Disponível em http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/_Ato2015-2018/2018/Lei/L13709.htm. Acesso em 22 fev. 2021.

___________. Lei n° 12.965 de 23 de Abril de 2014. Estabelece princípios, garantias e direitos e deveres para o uso da internet do Brasil. Diário Oficial da União. Disponível em < http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/_ato2011-2014/2014/lei/l12965.htm > Acesso em 22 fev. 2021.

DE LUCCA, Newton; SIMÃO FILHO, Adalberto; PEREIRA DE LIMA, Cíntia Rosa. Direito e Internet III: Marco Civil da Internet. São Paulo: Quartier Latin, 2015.

DONEDA, Danilo. Da Privacidade à Proteção de Dados Pessoais. Rio de Janeiro: Renovar, 2006.

LEMOS, R.; ADAMI, M.P.; SUNDFELD, P. Proteção de dados na Administração Pública. Jota. 14 de maio de 2018.

LOVATO, Ana Carolina. Direitos fundamentais e direitos humanos – Singularidades e diferenças. 2015.

PIOVESAN, Eduardo. Câmara aprova projeto que disciplina tratamento de dados pessoais. Disponível em: <http://www2.camara.leg.br/camaranoticias/noticias/POLITICA/558252-CAMARA-APROVA-PROJETO-QUE-DISCIPLINA-TRATAMENTO-DE-DADOS-PESSOAIS.html>. Acesso em: 22 fev. 2021.

SILVA, Keila Brito. Direito à saúde e integralidade: uma discussão sobre os desafios e caminhos para sua efetivação. 2012.

SOUZA, Thiago Vieira de, A proteção de dados pessoais como direito fundamental e a [in]civilidade do uso de cookies. 2018.

XIMENES, Salomão Barros. O Conteúdo Jurídico do Princípio Constitucional da Garantia de Padrão de Qualidade do Ensino: uma contribuição desde a teoria dos direitos fundamentais. Educ. Soc., Campinas , v. 35, n. 129, p. 1027-1051, Dec. 2014.

[1] Post-doctorant en application des ontologies pour la gestion des connaissances par l’Université Crown de Bradenton sous condition d’un double diplôme avec le programme postdoctoral en ontologie des connaissances et sa transcendance du point de vue éducatif, et son application en gestion organisationnelle par l’Université Fermín Toro de Lara, docteur en Sciences juridiques de l’Université Crown de Bradenton, maîtrise en administration avec mention en gestion organisationnelle de l’Universidad Nacional Experimental de Los Llanos Occidentales Ezequiel Zamora de Santa Bárbara, spécialiste en criminologie à Faculdade Famart de Itaúna et en éthique et justice à l’Université Harvard du Massachusetts, licence of Foreign Legal Sciences, technologue en services juridiques et notariaux à l’Institut brésilien de formation (IBF) de Joinville, technologue en commerce extérieur à l’Institut brésilien de gestion des affaires (IBGEN) à Porto Alegre, parajuriste en conciliation, médiation et arbitrage à l’Université de la Couronne de Brad ensuite.

Publié: Mars, 2021.

Approuvé : Avril, 2021.

Technologue du commerce extérieur à l'Institut brésilien de gestion des affaires (IBGEN) à Porto Alegre, parajuriste en conciliation, médiation et arbitrage à la Crown University of Bradenton, Bachelor of Foreign Legal Sciences à la Crown University of Bradenton, Technologist in Legal and Notarial Services à l'Instituto Brasileiro Institut de formation (IBF) de Joinville et baccalauréat en psychologie de l'Escola Superior Batista do Amazonas (ESBAM). De même, il a complété deux spécialisations, en criminologie à la Faculdade Famart de Itaúna et en éthique et justice à l'Université Harvard dans le Massachusetts. Il est titulaire d'une maîtrise en administration avec une mention en gestion organisationnelle de l'Universidad Nacional Experimental de Los Llanos Occidentales Ezequiel Zamora de Santa Bárbara, d'un doctorat en sciences juridiques de la Crown University of Bradenton et d'un postdoc en application des ontologies pour la gestion des connaissances de l'Université Crown de Bradenton en condition de double diplôme avec le programme postdoctoral en ontologie de la connaissance et sa transcendance du point de vue éducatif, et son application en gestion organisationnelle par l'Université Fermín Toro de Lara.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here