Droit à l’Image d’employé [1]

0
233
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI [ SOLICITAR AGORA! ]
Droit à l’Image d’employé [1]
5 (100%) 1 vote
ARTIGO EM PDF

ARAUJO, Camila Jarahy [2]

ARAUJO, Camila Jarahy. Droit à l’Image de l’employé. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. 08 édition. année 02, vol. 02. pp 64-85, novembre 2017. ISSN : 0959-2448

RÉSUMÉ

Le présent travail a pour but de discuter de l’absence d’un règlement portant sur le droit de représentation personnelle du travailleur, ainsi analyser la tutelle légale de l’image à laquelle l’employé a droit. Grâce à une analyse civile et constitutionnelle pour extraire l’existence de la protection du droit à l’image de l’employé, il y a déjà un tel droit, servie dans des cas spécifiques dans les relations de travail, ainsi qu’un droit fondamental garanti par la Magna Carta . Il est également question dans le droit civil, qui droit de tutelle sur l’image, votre rémunération due en cas de violation. À cette fin, il est nécessaire de faire une autorisation donnée par l’employé pour l’utilisation de votre image, ainsi que l’indemnisation du même lorsque terminé si lourdes et en violation des principes de la dignité humaine. Face au problème croissant de la commercialisation de l’image de l’ouvrier, nous devons veiller à la création d’une législation pour protéger spécifiquement le droit à l’image dans les relations de travail.

Mots clés: emploi, salarié, droit de l’image, droit Civil, droit de la personnalité.

1. INTRODUCTION

En raison de la rapidité avec laquelle les médias et les technologies développent, ainsi que des mécanismes modernes d’acquisition et de la publication d’informations, de plus en plus besoin d’interprètes lors du traitement des affronts aux droits de la personnalité, sont obligé de résoudre les liens complexes entre les relations industrielles et les prérogatives du travailleur, sans oublier leur individualité et leurs droits immanentes.

Afin de désigner le miroir de l’essence de l’homme, on observe que les préoccupations concernant les multiples facettes du droit à l’image sont constamment relancées, lorsque non présenté de nouvelles approches exigent l’indoctrinators de la solution et les tribunaux.

La recherche effrénée de nouvelles sources de profits, commandés par le système capitaliste, apporte et améliore l’eucentrismo, laissant beaucoup de temps, aveugle à l’augmentation des ventes de produits et services au détriment des travailleurs défavorisés.

Dans ce morceau, la fia article présent d’analyser l’image du travailleur le droit comme un droit de la personnalité et les limites de la relation de travail, faire une attention particulière à l’usage des uniformes avec des publicités pour les produits vendus sans le consentement du travailleur, exposant les raisons convaincant en doctrine essentiellement nationale et jugé, de tribunaux supérieurs.

Tout d’abord, sera ponctuée des principes du droit du travail, ses caractéristiques et origines, distinguer la source constitutionnelle de récolte qui sont spécialement juslaboral jusqu’au point où il touche la personnalité des droits, date à laquelle l’exsurge besoin d’intégration et de complémentarité entre constitutionnel, civil et champs du système du travail.

Puis, s’approchant à l’objet de l’étude, pénètre dans le droit à l’image comme attribut de l’être humain protégée par la Constitution comme un droit fondamental, croisement et le chevauchement des règlements de la relation de travail et l’emploi, où, ensuite, définit les champ d’application de la subordination du contrat de travail et les stages juridiques.

Pour les deux, cet article prend la méthodologie qualitative avec théorique et la littérature de recherche, qui cherchent une activité logique et rationnelle, dans laquelle les données collection vont chercher des éléments de la législation constitutionnelle, infra, doctrine et jurisprudence comme une source pour l’analyse et les conclusions en face de la réalité. Dans ce morceau, la réalité vécue par les travailleurs, balisent ensuite avec la rhétorique abstraite des spécialistes du droit, en gardant un œil sur les contours du droit à l’image des relations de travail.

Alors, mister soulignent l’importance d’une interprétation sous la lumière constitutionnelle, une intégration à des postulats existants, qui ne dispense pas de l’Assemblée législative pour créer des périphériques sur CLT de réglementer le droit de l’image dans les contrats de travail en plus.

2. PRINCIPES DU DROIT DU TRAVAIL

En dépit de l’art. 8 de CLT restreindre et attribuer à la fonction d’intégrer les lacunes de la Loi, les principes du fonctionnement du système politique, vous transportant la force normative, qui, en bref, exercer les fonctions d’intégration, interprétation et inspiration, exige également l’éminent Maître Miguel Reale (1999, p. 305) pour s’assurer qu’ils sont :

mobilise les vérités fondamentales d’un système de connaissances comme tel irrecevable, car ils sont évidents ou ayant été prouvée, mais aussi pour des raisons pratiques de caractère opérationnel, c'est-à-dire comme hypothèses requises par les besoins de recherche et de la praxis.

Sous ces prémisses conceptuelles, il est observé que dans l’après-seconde guerre mondiale, mis en place la dignité de la personne humaine au niveau de « super », y compris les axiologicamente et les constitutions des Etats démocratiques téléologiquement la prémisse d’interprétation et de référence en application de la Loi, y compris, par conséquent, la législation du travail.

En outre, comme le souligne Mascaro naissance Kobiet (2011, p. 454) les principes et droits fondamentaux sont des concepts qui se rapportent, toutefois se terminer pour obtenir le même résultat, plus largement sur les principes qui orientent la planification de la directive, compte tenu de ensemble juridique, énumérant les principales lignes directrices qui devraient réglementer. Un autre droits fondamentaux de la bande sont transférés à la personne et votre sphère subjective de la protection, le système juridique ne peut pas se détacher.

Le droit du travail a des principes propres, identifié et utilisé par la doctrine et de jurisprudence, soulignant qu’il est juste certaines distinctions d’affectation de noms, d’être mieux destrinchadas la posteriore, à savoir : principe 1-protectrice ; 2-principe de non renonciation ; 3-principe de la primauté de la réalité ; 4-principe de la continuité de l’emploi.

Se distingue, en outre, que la Constitution fédérale de 1988, imposé comme l’un des fondements de l’Etat démocratique de droit dans l’art. Premièrement, les valeurs sociales du travail et de la libre entreprise, ainsi qu’au cours de leurs appareils les principes constitutionnels de travail, qui apparaissent comme des colonnes dans la législation du travail.

2.1. PRINCIPES constitutionnels de travail

L'art. 170 de la Magna Carta entérine les principes fondamentaux de l’art. Tout d’abord, en affirmant que :

L’ordre économique, fondé sur la mise en valeur du travail humain et la libre initiative, vise à faire en sorte que tout ce qui existe, comme un impératif de justice sociale, les principes suivants :

(…)

III-la fonction sociale de la propriété ;

(…)

Protection de l’environnement-VI, notamment par le biais différenciées de traitement selon l’impact environnemental des produits et services et leurs procédés de préparation et de fourniture ;

VII-réduction des inégalités régionales et sociales ;

VIII-la poursuite du plein emploi ; (BRÉSIL, 1988)

Dans le même encombrement, art. 5, XIII, renfloue le libre exercice de travail, de commerce ou profession, s’est réuni les qualifications professionnelles établies par la Loi.

Un autre mignon, art. 6 de la Constitution établit, comme un droit social, ordre principal, le droit au travail, tangenciado de plusieurs autres, comme le droit à la protection de la maternité.

Déjà, l’habitant de l’art. 7 de la Magna Carta, pour protéger les autres droits qui cherchent à l’évolution des conditions sociales des travailleurs urbains et ruraux, le protecteur de principe, le front décrites.

En outre, le cadre du principe de l’égalité dans la manipulation constitutionnelle des travailleurs urbains et ruraux. Il est à noter que ce principe – position de l’art. 5 du CF/1988 – soutenir le principe de l’égalité de rémunération. De plus, le principe de l’égalité des sexes doit être remarqué dans votre main non seulement le protocole, mais aussi matière, traiter différemment les différents, dans la mesure de votre différence.

Ce tapis, au paragraphe XXXI, art. 7 de CF/88, l’interdiction de différenciation salariale et les paramètres de transporteur travailleur des besoins spéciaux d’embauche. Dans cette ligne, même dans l’art. 7, XXXII, il est interdit de la différenciation entre travail manuel et intellectuel et technique ou entre les professionnels de la même carat. Le principe de la non-discrimination, entabulada désigne l’interdiction de l’inégalité de traitement pour les cas où il n’y a aucune raison de droit ou justifiable, établissant ainsi la discrimination sans critères indues ou justification.

Il y a aussi dans l’art. 7, point I de la Charte, le principe républicain de protection contre l’arbitraire ou se séparer sans juste cause, traduit par la doctrine comme un principe de continuité de la relation d’emploi.

Comme un précepte de base de la relation de travail, extrait de l’article VI de l’art. 7 le principe de l’irréductibilité de rémunération, qui, en vérité, n’est pas absolue, étant donné que le personnage a votre propre exception Bomber à la fin de l’alinéa, la référence à la Convention ou à la convention collective.

Peu de temps après des positions et des sous-positions I et V de l’art. 8 de CF/88, énonce la liberté d’association comme un principe, indépendamment du périphérique lui-même faire des réserves à cette liberté, comme l’affirme l’article II du même article, prévoyant le principe de l’unité syndicale, interdisant la création de plusieurs entités, au même titre le même représentant territorial de la catégorie professionnelle ou économique, à un degré quelconque.

2.2. PROPRES PRINCIPES DE DROIT DU TRAVAIL

Parmi les principes spécifiques de travail Loi ressortent comme les plus importants qui constituent l’épicentre de la protection des travailleurs et des privilèges, garantissant le droit à un travail décent dans les relations de subordination, en commençant par le principe de protection, comme ci-dessous :

le) principe de protection :

Repose sur le principe d’établir une protection et assimiler le travailleur dans le travail de récolte, un désavantage naturel de subordination inhérent à la relation de travail, donc ce principe fournit un avantage au salarié en cas de transaction, étant divisé en trois :

I) l’in dubio pro operario ou in dubio pro misérable : ce principe est utilisé au moment de la rédaction, l’interprétation et application des normes, c'est-à-dire des situations factuelles, où émergent des différences de perceptions, chercher vous-même et se démarquer au profit du Quel travailleur, puisque votre prochaine création générant beaucoup de critiques, en établissant une protection excessive aux travailleurs ;

II) l’application de la plus favorable à la norme de l’employé : recherche avec ce principe de complémentarité du principe d’in dubio pro Builder, rendant l’application des normes, un choix qui est plus favorable au travailleur, parce que la Constitution elle-même mis le droits des travailleurs dans le catalogue des droits de l’homme et des droits fondamentaux de la personne humaine ;

III) l’application de la condition plus favorable au salarié : il répertorie toutes les prérogatives et les droits déjà accomplis par le travailleur, soit ces plus favorable, ne peut pas être changé, puisqu’ils ont intégré l’héritage juridique du travailleur, fournit aussi bien les L’article 5, article XXXVI des FC, qui protège les acquis droit.

b) principe de la primauté de la réalité :

Ce principe stipule que c’est la réalité des faits devrait prévaloir, non pertinent ce qui est écrit dans le contrat, si la situation ne se traduit pas réel, compte tenu de la disproportion économique et le rang hiérarchique entre employeur et employé, menant souvent à conditions de travail bizarre qui ne correspondent pas avec le contrat de travail et en acceptant leur juste pour garder votre emploi. En conséquence, pour apprécier les faits doivent être primauté à la poursuite de la vérité au détriment de la forme et les modalités énoncées dans le contrat de travail, afin de protéger les droits des travailleurs.

c) principe de non renonciation des droits :

En lien et complémentarité au principe de la primauté de la réalité, la non renonciation des défenseurs des droits de l’interdiction de se décline au début pour les droits des travailleurs, compte tenus du déséquilibre évident entre employeur et employé, qui sans un tel principe conduirait à coações et d’influences à la main ouverte employé pour maintenir les droits du travail donc possibles dérogations ne peuvent se faire que si établie par les tribunaux du travail, qui seraient une exception, être licite que dans les cas de l’article 7, points VI, XIII et XIV de C onstituição.

d) principe de la continuité de la relation de travail :

Toute relation de désigne un contrat de travail contrat par la suite, c'est-à-dire, sur lequel les parties continuent avec le temps et par conséquent non transitoire. Souligne que la permanence et la durée du contrat de travail sont d’une importance primordiale à l’État lui-même, répondre au principe constitutionnel de plein emploi, préserver l’équilibre et l’harmonie entre les hommes dans la société. En outre, le principe de continuité ne veut pas dire perpétuité en matière d’emploi et que les travailleurs aient une certaine sécurité pour travailler et vivre en paix, consciente que l’employeur ne peut pas prendre des décisions arbitraires sans conséquences.

3. DROITS DE LA PERSONNALITÉ

L’avance principale dans la protection des droits de la personnalité est venu avec la lettre de 1988, qui exprime à gauche dans l’art. 5, X « sont intimité inviolable, vie privée, honneur et l’image des personnes, assurer le droit à une indemnisation pour les dommages matériels ou moraux résultant de votre violation » (Brésil, 1988).

Ainsi, le Carlos maîtres illustres Roberto Gonçalves (2012, p. 172) sur la conception des droits de la personnalité souligne que :

La conception des droits de la personnalité repose sur l’idée que, conscients des droits économiquement importantes, votre chargeur détachable de personne, comme crédit contre un débiteur, autre, non moins précieuse et digne de protection juridique, ou de la propriété inhérents à la personne humaine et de son liée de façon permanente et perpétuelle. Sont les droits de la personnalité, dont l’existence a été proclamé par la loi naturelle, y compris, entre autres, le droit à la vie, liberté, le nom, le corps lui-même, l’image et l’honneur.

Ces droits apportent au milieu de toi un ensemble de règles et caractéristiques, décrits sommairement dans l’art. 11 du Code Civil, que « sauf dans les cas prévus par la Loi, les droits de la personnalité ne sont pas transférables et irrévocable, votre bureau ne peut subir volontaire » (Brésil, 2002).

Aussi bien enseigner Rosenvald Nelson (2011, p. 184) « les droits de la personnalité sont inexorablement attachés au développement de la personne humaine, caractérisée comme garantie de la préservation de votre dignité, » exprimant le minimum nécessaire et essentiel à la vie avec dignité.

En vue de la mise en place et constitutionnel classification mentionnées ci-dessus, on conclut l’image comme un droit fondamental.

Pour Pablo Stolze et Rodrigo Pampelune (2011, p. 217) l’image n’est rien de plus que l’expression de l’individualité humaine, sensible extérieure possédant deux types, qui sont l’aspect de l’image-photo-physique de la personne- et l’image-attribut-qui fait référence à la personnalité perçue par d’autres.

Dans ce diapason, la non renonciation qu’elle reflète l’idée que les droits de la personnalité ne peuvent être abdicados. « La démission de hors-bilan personnalité n’est pas applicable, au motif de votre indisponibilité » (lapin, Fábio Eyeto, 2006, p. 184). Une autre caractéristique est l’incessibilité, qui n’admet pas la disparition d’un sujet à un autre.

Il est à noter que, en plus des attributs décrits à l’art. 11 du code civil, la personnalité, les droits sont absolue, illimitée, imprescriptible, attaché, inexpropriáveis et pour la vie.

La particularité d’être des causes absolues peut être opposable à tout et tout le monde, générant des fins et des devoirs de respect de la société. Pour ce faire, extraire la corrélation attribut non-renonciation et le titulaire de ces droits ou donner.

En outre, les droits de la personnalité sont général, c'est-à-dire accordée par étant nés vivants, c'est-à-dire à toutes les personnes, existe.

Une autre caractéristique est qu’ils sont hors-bilan éléments ont aucun contenu quantifiable ou mesurable, malgré qu’en cas de blessure, ses effets peuvent être quantifiées sur le plan économique.

Déjà barré indique il n’y a aucune limite de temps pour votre plus grand plaisir, aussi bien ne pas s’épuiser ou une rupture dans vos bureaux, différencier lui-même, de toute évidence, la perte de la demande de réparation d’une transgression possible du droit de la personnalité, qui dispose d’un délai Statut.

À la suite d’indisponibilité, vient du fait qu’elle est toujours exonéré de protection du droit de la personnalité à l’impossibilité de le perdre face aux intérêts économiques et peut-être, en effet, la fixation du crédit de droits patrimoniaux découlant d’un droit de personnalité, comme le transfert du droit d’utiliser l’image.

Et enfin la durée de vie, indiquant les droits de la personnalité sont inhérents et innée de la personne de la naissance à la mort.

Ce qui suit est à noter que le droit à l’image, aimable membre de droits de la personnalité, prévu par la Constitution literie et votre intégrité morale protégée, possède toutes les caractéristiques des droits de la personnalité, en se concentrant dans votre aspect extérieur.

4. DROIT À L’IMAGE DANS LA RELATION DE TRAVAIL

Certains savants diffèrent quant à la classification et le cadrage de l’image, si cela est important à la nature physique ou moral. De le faire, compte tenu du début des effets moraux lorsque ces droits sont violés, l’effectif actuel de Pablo Stolze et Rodrigo Pampelune (2012, p. 236).

L’illustre maître Carlos Alberto Bittar (1995, p. 87) définit le droit à l’image comme étant :

le droit dont dispose la personne sur votre forme en plastique et les composants connexes, autres que (visage, yeux, profil, buste) que la création individuelle au sein du collectif. Se concentre donc sur la conformation physique de la personne, y compris le droit de faire une série de caractères qui identifie l’environnement social. En d’autres termes, est le lien qui lie une personne à votre expression externe, prise dans son ensemble ou en partie (comme la bouche, les yeux, les jambes, tout en individualizadores de la personne).

Frère Durval (1988, p. 105), ajoute que le droit de l’image, « est la projection de la personnalité de l’individu dans le monde extérieur. Par conséquent, il serait considéré un naturel à droite, comparable à sa propre entreprise, inconsiderados sur le droit à l’image «.

À Maria Helena Diniz (2002, p. 120), « le droit de représentation personnelle est de ne pas voir votre effigie exposés en public ou marchandise sans votre consensus et ne pas avoir votre personnalité a changé de matériel ou intellectuel, causant des dommages à la réputation ».

Comme vous pouvez le voir, le droit à l’actif et du hors-bilan image a caractère, ce qui, dans votre temps est divisé en image-photo et image-attribut.

Fábio Ulhoa Coelho (2012, p. 190), avec vos spécialisations dédiées argucia et synthèse

« (…) l’image-image est la représentation du corps de la personne pour au moins une des parties qui identifie (le visage, par exemple), tandis que l’image-est l’ensemble des caractéristiques d’attribut lié à elle par vos connaissances (ou être célèbre, par l’imagination populaire).

Se produit, que selon la projection publique de la personne, célèbre ou anonyme, l’image peut être d’un caractère patrimonial, c'est-à-dire mesurable ou non sur le plan économique, depuis l’image de la personne célèbre peuvent générer des revenus financiers dans la mesure et la proportion de la façon connu peut être, ainsi que de l’allié aux attributs imaginaires de la société.

Malgré les nombreux attributs de la personnalité, elles ont mises en garde et hypothèses suppression relative dans les cas prévus par la Loi. Le droit à l’image, en ce qui concerne l’aspect matériel, a cette mise en garde, se distinguant des autres droits de la personnalité, étant donné que vous pouvez avoir votre image pendant une certaine période de temps, provoquant le titulaire du droit d’obtenir l’utilitaire pécuniaire de l’utilisation de votre image.

Il est à noter dans les médias, en particulier la télévision, comment les gens obtenir la notoriété et de celle exploitent votre image commercialement. Ces activités économiques sont légales, tant que vous n’allez pas en choquer ou violer de toute autre loi et ne parviennent pas renonciation ou totale abolition du droit, qui est inhérente à l’être et il s’éteint.

En règle générale, le droit à l’image n’est pas transférable, puisque personne ne peut donner quelque chose qui compose l’essence. Ce qui se passe en réalité est une concession ou l’autorisation d’utiliser l’image du titulaire pour une période déterminée, faite par le biais du contrat dans lequel noterons n pas un transfert de l’image et la possibilité de jouissance, avec le contrat adéquat, autorisation ou octroi de licence d’utilisation, dans lequel détaillée chaque situation devrait être de l’utilisation et la commercialisation de l’image, comme un terme, le but, le paiement, formes de publication/diffusion, zone de couverture, renouvellement, etc..

Ainsi, la Constitution fédérale de 1988, a assuré le droit à l’image dans votre titre II, sur les droits fondamentaux et des garanties, dans les sections V, X et XXVIII, de l’art. 5° en verbis :

Art. 5. tous sont égaux devant la Loi, sans distinction d’aucune sorte, assurant aux brésiliens et étrangers résidant dans le pays, l’inviolabilité du droit à la vie, de liberté, de l’égalité, de sécurité et de propriété, dans les termes suivants :

(…)

V-sont assuré le droit de réponse, proportionnelle au dommage, en plus de l’indemnisation pour les dommages matériels, moraux ou image ;

(…)

X-sont intimité inviolable, vie privée, honneur et l’image des personnes, assurer le droit à une indemnisation pour les dommages matériels ou moraux résultant de votre violation ;

(…)

XXVIII-sont assurés, conformément à la Loi :

  1. la) protection de la propriété individuel dans des ouvrages collectifs et de reproduction d’images et de voix humaine, y compris sportive ;
  2. (b)) le droit de contrôle de l’exploitation économique des œuvres qu’ils créer ou participent aux créateurs, artistes interprètes ou exécutants et leurs représentations syndicales et associatives ; (BRÉSIL, 1988)

Le point culminant pour les deux, qu’afin de protéger ces dispositifs constitutionnels, l’Assemblée constituante qualifiées les clauses immuables, faisant comme ça devient immuable, comme art. 60, § 4°, IV, Charte du citoyen.

Telle est l’importance du droit à l’image, en cherchant à réglementer et à développer les mécanismes de protection, se livrait à l’art. 20 du Code Civil de 2002 qui :

Art. 20. Sauf autorisation, ou si nécessaire pour l’administration de la Justice ou le maintien de l’ordre public, la communication écrite, la transmission de la parole, ou la publication, affichage ou utilisation de l’image d’une personne peut être interdite, votre demande et sans préjudice de la compensation qui s’adapte, si vous y parvenez l’honneur, la réputation ou la respectabilité, ou s’ils sont destinés à des fins commerciales. (BRÉSIL, 2002)

Cependant, on observe que la législature a été très malheureuse dans la formulamento de l’appareil, en plus de ne pas créer l’article conçu exclusivement pour le droit à l’image et leurs mécanismes de surveillance, même apporté légères inquiétudes de constitutionnalité, votre Vista et condition définie au titulaire du droit d’interdire la divulgation de votre image que dans les cas où l’affect de délétères forment votre honneur, pas toujours se présente et pour mettre la chance de la protection juridique de l’image en qualité de personnalité de hu Mana.

L’article en question constitutionnelles dispositifs affront qui a donné l’indépendance en protégeant le droit d’image, fonction désigne et il fait un droit fondamental. L’article prévoit une exception, et en outre une chance de plus à la protection d’image au-delà de la violation de l’honneur, c’est a été utilisée à des fins commerciales. Se présente comme la doctrine compréhension plus autoritaire de droit civil, ainsi que les constitutionnalistes, l’image ne peut être réglée que lorsque ça fait mal l’honneur, la réputation ou la respectabilité.

Suite à une telle ligne d’accord, la Cour supérieure de Justice a longue jurisprudence condamnant en dommages moraux pour ceux qui font usage de l’image de tiers sans l’autorisation appropriée ou à des fins commerciales, y compris, pour les deux le paragraphe Résumé 403 de la CSJ a dit : « est indépendant de preuve d’un préjudice à l’indemnisation pour la publication non autorisée de l’image de la personne à des fins économiques ou commerciales «.

Le point de vue constitutionnel (qui devrait l’emporter), il est important d’apprécier la volonté du titulaire du droit d’image, en qui exprimera le clin de œil vos cours (verbale ou écrite) ou tacitement et peut être avant ou après l’utilisation, cependant, toujours sans équivoque, au-delà que l’interprétation d’un tel accord d’utilisation devrait arriver tellement restreint et ne peut être une interprétation extensive de l’utilisation de l’image par d’autres moyens.

Ajoute Adriano de Cupis (2004, p. 140) qui :

La nécessité de protéger la personne contre la distribution arbitraire de votre image, dérive d’un individualiste, cette personne doit être arbitre de consentir ou non à la reproduction de ses propres traits : l’attention sens propre individualité crée un prudence, réserves obligatoires. Cette nécessité est devenue plus forte avec les avancées technologiques, ce qui permettait l’utilisation du processus photographique, ce qui facilite grandement la reproduction.

Compte tenu de l’évolution constante des moyens d’information, communication et commerce, fait les savants fortement remis en question la Loi de dispositif pour la présentation d’une clause restrictive face les innombrables et imprévisible liste d’hypothèses dans lesquelles le droit à l’image peuvent être trafiqués, menant à croire pour certains, dans une analyse grammaticale et téléologique ou non la justice économique, l’expansion de l’utilisation de l’image sans le consentement du propriétaire.

Le célèbre ministre constitutionnel de la Cour suprême, Luis Roberto Barroso, dans votre travail collision entre la liberté d’expression et les droits de la personnalité, met en évidence le caractère limitatif et art scandaleux. 20 de la CC de1988 Constitution et des droits fondamentaux, comme suit :

En fait, la lecture la plus évidente de l’art. 20 du nouveau code de conduire à une confrontation directe avec la Constitution : liberté d’expression et d’information sont car il a vidé ; consacre une priorité abstraite invalide autres droits fondamentaux, aux libertés en question ; et les vannes de la prétendue évasion pour cette règle générale de préférence sont les clauses qui ne pas résonner toute disposition constitutionnelle. Quoi que ce soit, indépendamment de cette première vue, il semble possible d’adopter une interprétation selon la Constitution de l’appareil, en mesure d’éviter la déclaration formelle d’inconstitutionnalité du texte. Découvrez l’argument. L’interprétation se veut peut extraire l’art. 20 visée – à la limite de leur potentiel sémantique, a raison de voir – peut être décrite comme suit : l’appareil est venu de rendre possible le mécanisme d’interdiction de divulgation préalable (jusqu’alors sans aucune prévision normative explicite) qui est, cependant, Providence tout à fait exceptionnel. Votre travail sera admis uniquement lorsqu’il est possible de dissiper, en grave et insurmontable, la présomption constitutionnelle d’intérêt public qui accompagne toujours la liberté d’information et d’expression, surtout quand assignés aux médias. IE : contrairement à ce qui peut apparaître dans une première lecture, la diffusion d’informations vraies et obtenu légalement toujours présumée nécessaire au bon fonctionnement de l’ordre public et seulement dans des cas exceptionnels, que l’interprète a présenté faits véritable incontesté, peut l’interdisent. Cela semble être le seul moyen de faire de l’art. 20 du Code Civil traitent le système constitutionnel ; Si vous ne comprenez pas le dispositif de cette façon, vous ne serez pas capable de survivre il valablement.

De le faire, suite à l’objectif général de protection de l’image, il y a, en outre, la législation infra-constitutionnelles comme le statut de l’enfant et l’adolescent, Loi 8 069/1990, les articles 17 et 100, § seulement ; Statut des personnes âgées, Loi 10 741/2003, art. 10, § 2 ; Copyright law, Loi n° 9 610/98, art. 24, VI, 46, (I), « c », 90, § 2 ; Loi de Pelé, art. 42, al. 1 de la Loi 9 615/98 ; Marco civile da Internet, Loi no 14/12 965, arts. 10 et 23 ;

En vertu de la nouvelle "Prism", en ce qui concerne le droit de l’image de l’employé, l’article 8 de la législation consolidée du travail repose sur l’hypothèse selon laquelle l’écart (Brésil, 1943), la common law sera une source subsidiaire du droit du travail, la relation de travail et ses limites dans l’utilisation du droit le Code Civil, pour la Constitution et les lois spéciales.

Art. 8° et CLT autorités administratives, les juridictions du travail, en l’absence de dispositions légales ou contractuelles, décide, le cas échéant, dans la jurisprudence, par analogie, d’équité et d’autres principes généraux et règles du droit, notamment le droit du travail et, Pourtant, selon les US et coutumes, le droit comparé, mais toujours de manière qu’aucune classe ou les intérêts privés l’emporte sur l’intérêt public.

Paragraphe unique. La common law est une source subsidiaire du droit du travail, ce qui n’est pas incompatible avec les principes fondamentaux du présent.

5. LIMITES DE LA RELATION DE TRAVAIL

Est que la volonté des limites de la liberté Moisie a exprimé de l’employé sont proportionnellement lié à la recherche d’emploi et de la demande sur le marché, ainsi que sur le contexte économique d’un pays. Les données sur le chômage indiquent une position plus faible flagrante du travailleur devant le détenteur du pouvoir de commandement, soumettant les situations souvent vexatoires et affront illégal à breveter les règles et garanties de travail.

Ce contexte prive le travailleur pour exprimer votre opinion, perdre le droit de demander ou d’opposer les contraintes de l’employeur, générant une perte fiscale et la relation depuis l’embauche comme pendant le contrat de travail.

Mozart Russomano Victor (2002, p. 70), conceptualise la relation de travail comme étant « le lien donné qui unit, vice versa, l’employé et le gestionnaire, sous les premiers ordres légitimes dès la seconde par le biais du contrat de travail ».

Quant à la nature juridique de la relation de travail, il existe deux théories : anticontratualista et le contrat. En résumé l’anticontratualista est que parce que le travailleur n’a pas autonomie de ne volonté dans les clauses du contrat, en face de votre hipossuficência, n’aucun parler sur contrat par le manque de parité.

Déjà la contractualiste théorie, abritée par la CLT dans votre art. 444 présente la liberté de faire des clauses du contrat, à moins que la législation ou les conventions précédemment l’indignation :

Art. 444-contractuel peut être objet de libre disposition des parties prenantes dans toutes les contravenha ne pas de travailler les dispositions sur la protection, les conventions collectives qui leur sont applicables et les décisions des autorités compétentes. (BRÉSIL, 1943)

Ce tapis, corrobore l’art de la théorie contractualiste. 468 de CLT, pour conditionner le contrat remplace le siège des parties sous peine de nullité, tel qu’indiqué :

Art. contrats de travail 468-personne n’est licite modification des conditions d’un accord et encore depuis pas de résultat, directement ou indirectement, des dommages-intérêts à l’employé, sous peine de nullité de la violation de cette clause de garantie.

Seul point-it n’est pas considéré comme un unilatéral changement dans la détermination de l’employeur à son employé revenir au poste, occupé auparavant, laissant l’exercice du rôle de la confiance. (BRÉSIL, 1943)

Cependant, la recherche de la réalité nationale, permettra d’atténuer les autres relations contractuelles par CLT, ses particularités et les règlements de la Constitution, le Code Civil et la CLT.

José Affonso David Cenciotti Neto (2003, p. 90) est affirmée d’ajouter que :

(…) le contrat de travail est un rapport juridique complex, dynamique et attentionné, mais est également considéré comme une espèce d’entreprises juridiques bilatéraux, pas votre sens de libéral-parce que l’élément est volitive brusquement atténuée parce que c’est un contrat d’adhésion et réalisé – mais en conce manoeuvres d’exception reconnaissant au sujet du droit non pas comme un abrégé, virtuel mais la tutelle juridique concrète et économiquement méritant de cette inégalité.

Ainsi, la notion actuelle de l’entreprise légale n’est donc plus certainement la voluntaryist qui la place comme un acte de volonté qui vise à produire des effets juridiques, ni la conception objectiviste de l’entreprise est un précepte de l’autorégulation des intérêts privés.

En outre, à la suite de l’accord de l’Institut, mettra en lumière ses principes de base qui ne peuvent être exclus, à savoir la fonction sociale du contrat et l’objectif de bonne foi en apportant au milieu de toi les concepts de loyauté et de transparence des pré- et les obligations de pós-contratuais , provoquant l’employeur présente clairement les conditions d’emploi du travailleur, qui à son tour doit s’y conformer.

Le système du travail n’est plus est plus visible dans l’isolement, mais comme faisant partie intégrante d’un tout, avec la Constitution fédérale et de la Fondation d’interprétation du Code Civil comme complémentaire, raison par laquelle le droit à l’image du travailleur doit être replacée dans le prisme Civile-constitutionnelle.

Il s’avère qu’en dépit de tout ce qui précède, vient s’élevant dans la nouvelle forme de relations d’affaires, les bénéfices de l’employeur faits, toutefois portant atteinte à certains droits et prérogatives du travailleur sous la crainte de perdre leur emploi, mais aussi par la suprématie hiérarchique, acceptée sans être capable d’extérioriser votre désir réel.

Une telle situation s’est produite dans les cas où l’employeur utilise image de l’employé, sans votre autorisation expresse et préalable, à des fins commerciales, si par le biais de vidéos, de photographies ou d’autres moyens, dans le but de donner plus d’importance à l’employeur, ou en cas de détermination d’utilisation uniformes avec les logos des produits commercialisés par l’employeur sans son acceptation ou compensation financière même, violant les droits d’utilisation de l’image, comme a l’art. 20 du Code Civil.

Dans cette colaciona-mat si la compréhension du célèbre Maurice Godinho Delgado (2012, p. 652) qui affirme ainsi :

L’image du travailleur individuel peut être violé de deux façons : d’une part, par le biais de l’agression à l’héritage moral de l’humain[…]. D’autre part, par le biais non autorisé a utiliser ou pas réciproque de l’image de l’individu. C’est ce que prévoit l’art. BAC/20 2002, qui prévoit une indemnité pour utilisation abusive de l’image : « sauf autorisation, ou si nécessaire pour l’administration de la Justice ou le maintien de l’ordre public, la communication écrite, la transmission de la parole, ou la publication, afficher ou utiliser l’image d’un peut être interdit à personne, votre demande et sans préjudice de dommages-intérêts qui s’inscrit, si vous réaliser l’honneur, la réputation ou la respectabilité, ou sont destinés à des fins commerciales (griffons plus). Le précepte juridique mentionne, comme on se rend compte, plus proche de la présence dans le contrat de travail de trois pipelines : a) les comportements contraires à l’image, face à l’a frappée ; b) les pipelines qui utilisent de l’image — n’en déplaise, bien sûr–mais sans autorisation ; c) les pipelines qui utilisent de l’image — aucune infraction, mais aussi sans autorisation et à des fins commerciales. Selon le Code Civil, s’applique à prendre la parole sur l’indemnité de réparation dans ces trois cas hypothétique.

Dans ce morceau, le tribunal supérieur du travail vient converger en faveur de l’ouvrier, déclarant l’obligation de compenser pour les violations du droit de la personnalité, comme ci-dessous :

FONCTIONNALITÉ DE MAGAZINE. DOMMAGES MORAUX. UTILISATION COMMERCIALE NON AUTORISÉE ET L’IMAGE DE L’EMPLOYÉ. La garantie de garder son image est sans fondement dans les droits de la personnalité, qui sont absolues et opposable à tous. Le droit à l’image de votre statut élevé au plan fondamental dans l’art. 5, X, de la Constitution fédérale. Négligeable, par conséquent, toute discussion sur l’objectif de la divulgation de l’image. Le droit à compensation découle de l’utilisation de l’image de la personne, sans votre autorisation. Fonctionnalité de magazine ne sait pas. » (RR-243600-57.2004.5.15.0082, première classe, Min. Vieira de Mello Filho, DEJT 28/10/2010) (Brésil, 2010)

APPEL INTERLOCUTOIRE. FONCTIONNALITÉ DE MAGAZINE. INDEMNITÉ-UNE MAUVAISE UTILISATION DE L’IMAGE-UTILISATION PROMOTIONNELLE T-SHIRT AVEC LE LOGO DES FOURNISSEURS À DES FINS COMMERCIALES SANS LE CONSENTEMENT PRÉALABLE DU DOMMAGE MORAL EMPLOYÉ. Le caractère raisonnable de la thèse controversée, a recommandé la ressource révisée pour l’examen de la question dans ses motifs. Complémentaires fournies. FONCTIONNALITÉ DE MAGAZINE. Usage abusif sur l’indemnisation des T-SHIRT promotionnel IMAGE-utilisation avec LOGO de fournisseurs à des fins commerciales sans le consentement préalable des dommages MORAL employé (réclamation de violation de l’art. 5, LIV, de la Constitution fédérale, 818 de la codification des lois du travail, 333, I, du code de procédure civile et 20, 188 et 927 du Code Civil et de la jurisprudence de la divergence). Pas démontré la violation de la loi fédérale ou dispositif de l’existence de plusieurs thèses sur l’interprétation d’un dispositif juridique, il y a aucun besoin de déterminer le magazine suivant ne disposent sur le terrain aux alinéas (a) – un – e-c-article 896 de la codification des lois du travail. Fonctionnalité de magazine ne sait pas. » (RR-74940-84.2007.5.01.0050, Rapporteur : ministre Renato de Lacerda P., Date du jugement : 15/02/2012, 2ème classe, date de publication : 03/02/2012) (BRÉSIL, 2012)

«[…] 2. INDEMNITÉ POUR L’UTILISATION DE L’IMAGE. SUPERMARCHÉ. UTILISATION D’UNIFORME AVEC LES LOGOS DES FOURNISSEURS. La détermination d’utilisation uniformes avec les logos des produits commercialisés par l’employeur, sans l’accord de l’employé ou la compensation pécuniaire, viole votre droit d’utiliser l’image, comme a l’art. 20 du Code Civil. Telle conduite abus notoire de preuve de l’employeur de la direction assistée, justifier votre condamnation à verser une indemnité, avec point d’appui dans les domaine des arts. 187 et 927 de la même loi. Magazine fonction n’est pas connue. […]« (RR-119700-79.2005.5.01.0021, Rapporteur : ministre Alberto Luiz Bresciani de Fontan Pereira, Date du jugement : 04/11/2012, 3e classe, date de publication : 13/04/2012) (Brésil, 2012)

6. LÉGISLATION EN VIGUEUR QUI EST PLUS PROCHE DE VOUS

Actuellement, sur le plan juridique, il est possible de trouver la seule loi qui traite du droit à l’image sur la relation de travail, aujourd'hui connue comme la Pelé Law (9 615/98), par lequel il était lié, expressément, à des athlètes professionnels, un des plusieurs droits de image, arène, entre autres.

Le droit à l’arène est prévu à l’art. 42, al. 1 de la Loi 9 615/98 et met l’accent sur la participation de l’athlète en sports entité valeurs obtenues par la vente de la transmission ou la retransmission des jeux dans lesquels il agit, que ce soit comme titulaire ou comme réserve.

Ont le droit à l’image, qui, dans le cadre de cet article, est une personne droite inhérente de l’être, le sportif, qui peut être conclue, avec certaines limitations, objectivement entre vous ou le propriétaire de la compagnie du droit à l’image de la même, avec le club de football, grâce à des montants en espèces et des règlements propres a accepté sur une base commune entre les parties.

7. LÉGISLATION SPÉCIFIQUE

Comme vous pouvez le voir, vous avez besoin de grands efforts, mais aussi cognitives et interprétative imprègnent législation large pour arriver à une compréhension de la protection due de l’image de l’ouvrier qui ont toujours trouvé des stages chauffées défendant des deux côtés, de l’entrepreneur et de la employé-e.

En outre, compte tenu de l’exploitation croissante de l’utilisation abusive de l’image de l’employé à obtenir des profits plus élevés, essentielles à l’élaboration de dispositifs législatifs intégrer la consolidation des lois du travail, abordant le thème du droit à l’image dans les relations de travail, Étant donné que les personnes défavorisées dans la relation sont l’employé, ce qui porterait alors l’égalité parmi les juges.

Ainsi, il est du devoir du Congrès pour résoudre les problèmes survenant dans la société, développer le droit sain d’esprit que les différences. Ce poteau, parler de conflits pouvant être produite entre les entités fédérées, puisqu’il est privé relève de l’Union à légiférer en matière civile, commerciale, pénale, procédure, agricole, marine, aéronautique, espace et travail, aussi bien si des extraits de la art. 22 de la Magna Carta.

Aujourd'hui, nous avons comme paradigme plus proche la Loi 9 615/98 (Pelé), qui traite d’une relation d’emploi et droit à l’image très spécifique, ce qui représente une petite tranche de l’avant des relations de travail ordinaires, en cours d’exécution, plutôt que les besoins de cette masse travailleurs sont plus élevés.

Ce tapis de course, comparé avec le déséquilibre des parties au contrat de travail, il est également nécessaire de créer des instruments de protection et appariement des parties au moment de la négociation de l’image, aussi bien à partir de paramètres de contrôle et l’indemnisation en cas de non-respect, recherche de pragmatisme et vitesse qui dénote la législation du travail

CONSIDÉRATIONS FINALES

En analysant les notes prises dans la présente étude, la conclusion qui protègent le droit à l’image de l’employé est rien de plus de respecter la dignité de la personne humaine, d’être un droit fondamental et, par conséquent, la clause de l’éternité.

Toutefois, comme défini la personnalité droits, le droit à l’image, malgré les caractéristiques d’être indisponible, absolue, en général, hors bilan, imprescriptible, toujours exonéré et de la vie, il peut avoir des attributs qualifiés et à travers le transfert d’utilisation du marché image dans un énoncé fourni, ce consentement préalable du titulaire des droits.

En outre, compte tenu des caractéristiques décrites ci-dessus du droit à l’image, extraire ce bénéfice sur l’image du travailleur sans votre permission de tipificaria dans l’enrichissement illicite sans motif, en faisant de l’indemnité de service.

Dans les rapports de travail actuels, le travailleur a été soumis à presque tous les frais déposée par l’employeur, compte tenu du cadre de plus en plus de chômage, plus faible position et attachant, causant l’exploitation de l’image du travailleur est juste un autre scandale.

Ainsi, face à la nécessité d’état de réponse aux problèmes émergents, il est nécessaire de créer des mécanismes législatifs pour combler les lacunes dans le domaine du travail, afin que les droits et privilèges sont en effet protégés.

Enfin, compte tenu de la responsabilité qui découle de la législation concernant le droit d’image, nous indemniser l’où est méprisé avec ou sans but lucratif, cherchant toujours la protection de la dignité de la personne humaine.

RÉFÉRENCES

L’ASSOCIATION BRÉSILIENNE DE NORMES TECHNIQUES. Citation : NBR-10520/Aug-2002. Rio de Janeiro : ABNT, 2002.

BARROSO, Luis Roberto Barroso. Collision entre la liberté d’expression et la personnalité des droits. Critères de pondération. Interprétation par la Constitution adéquate du Code Civil et la Loi sur la presse. Article disponible à : <http: www.migalhas.com.br/arquivo_artigo/art_03-10-01.htm="">consulté le : 11/02/2015.</http:>

Brésil, Jurisprudence. http://www.jusbrasil.com.br/topicos/81591656/uso-Comercial-Nao-autorizado. accès 11/12/2015

LAPIN, Fábio Ulhoa. Cours de droit civil : la partie générale, volume 1 — 5. Éd. São Paulo : Saraiva, 2012.

CUPIS, Adriano. Les droits de la personnalité. Trad. Afonso Celso Furtado Rezende. Campinas : Romana, 2004.

DAVID CENCIOTTI NETO, j. a. nullité du contrat de travail et le nouveau code civil. Dans : _ _ _ _ _ _ _. GUNTHER, L. E. (Coord.). L’impact du nouveau code civil sur le droit du travail. São Paulo : LTr, 2003.

DELGADO, Mauricio Godinho. Cours de droit de travail. 13. São Paulo : editora LTr, 2014.

DURVAL, Hermano. Droit à l’image. São Paulo : Saraiva, 1988.

GAGLIANO, Pablo Stolze et fils, Rodolfo Pampelune. Nouveau cours de droit Civil : la partie générale. 1. São Paulo : editora Saraiva, 2002.

Lait, Carlos Henrique Bezerra. Cours de droit processuel du travail. 12. São Paulo : LTr, 2014.

Lisbonne, Roberto Seniste. Élémentaire manuel de Civil law. 2. São Paulo : editora Revista dos tribunaux 2002.

Naissance Kobiet Mascaro. Cours de droit emploi : histoire générale et théorie du droit du travail : relations individuelles et collectives de travail. 26e éd., São Paulo : Saraiva, 2011.

REALE, Miguel. Enseignements préliminaires de la Loi. 24. Éd., 2. TIR, São Paulo : Saraiva, 1999.

RUSSOMANO, le travail de m. v. Loi scolaire. 9. Éd. rev. et le courant. Curitiba : Juruá, 2002. p. 70

[1] Faculté de droit de finale College Martha Falcão – Devry présenté comme composante parascolaires de discipline Monogafia II, présenté par profª Ilsa Valois. Conseiller : Prof… Poste médecin Mauro Braga.

[2] Cours de troisième cycle en droit du travail

Como publicar Artigo Científico

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here