Bien-être animal et enrichissement de l’environnement dans l’élevage domestique et ornemental d’oies et de colverts

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
5/5 - (1 vote)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

FREITAS, Luiza Isaia de [1]

FREITAS, Luiza Isaia de. Bien-être animal et enrichissement de l’environnement dans l’élevage domestique et ornemental d’oies et de colverts. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 01, Vol. 05, pp. 107-125. janvier 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/veterinaria-fr/elevage-domestique

RÉSUMÉ

Le concept de bien-être animal a été largement étudié et discuté ces dernières années. Il s’agit d’une science, qui cherche à améliorer la qualité de vie des animaux, en veillant à ce qu’ils aient le droit à leurs 5 libertés fondamentales respectées. Les pratiques de bien-être animal visent à ce que les animaux expriment leur comportement naturel, même lorsqu’ils sont en captivité, assurant ainsi leur santé physique et psychologique. De telles techniques aident à l’adaptation de l’animal à l’environnement, en particulier chez les animaux captifs et dans l’élevage. Il existe une relation directe entre la mise en œuvre des pratiques de bien-être animal et leur capacité d’adaptation et d’avoir une bonne qualité de vie dans l’environnement dans lequel elle a été insérée. L’augmentation croissante de l’élevage d’oiseaux ornementaux et en tant qu’animaux de compagnie a révélé la nécessité d’étudier et d’assurer les pratiques de bien-être dans l’élevage de ces animaux. L’une des techniques utilisées pour assurer le bien-être des animaux est la mise en œuvre de différents types d’enrichissements environnementaux. L’enrichissement environnemental vise à travers différentes techniques et matériaux à fournir des environnements plus attrayants et stimulants aux animaux, permettant l’interaction entre les animaux et l’environnement animal, leur permettant de profiter et d’explorer l’environnement, l’optimisation des espaces disponibles, offrant des possibilités pour le développement des comportements et des capacités naturelles de l’espèce, réduisant le stress causé par la limitation de l’espace et l’absence de stimuli. L’objectif de ce travail était de relier le bien-être animal à la mise en œuvre de l’enrichissement environnemental dans deux piquets reproducteurs d’oies et de colverts, l’un à des fins ornementales et domestiques, les oiseaux élevés comme animaux de compagnie. Décrire en particulier la création, rapporter la mise en œuvre de trois types d’enrichissement environnemental: alimentaire, physique et social, et la réponse des oiseaux après la mise en œuvre de cette technique de promotion du bien-être animal. Les résultats de la mise en œuvre de l’enrichissement alimentaire, physique et social de l’environnement, afin d’améliorer le bien-être des oiseaux, ont été vérifiés dans les deux élevages, obtenant un résultat positif. Il y a eu une amélioration du comportement des animaux, qui est plus proche du naturel dans les deux groupes, attestant de l’amélioration de la qualité de vie et du bien-être physique et psychologique des oiseaux.

Mots-clés: Bien-être animal, élevage, enrichissement environnemental, oies, colverts.

1. INTRODUCTION

Le concept de bien-être animal peut être compris de différentes façons entre les personnes, il est entièrement lié à la qualité de vie de l’animal.

Le thème est déjà largement utilisé chez les animaux de compagnie, actuellement il ya des discussions sur le domaine de la production animale (BENETTON, 2017; ALVES et al, 2007; CARVALHO et al, 2017). Dans le domaine de la production animale, les consommateurs ont cherché à acquérir des produits dans des endroits où il existe des pratiques de bien-être animal, ce qui les préoccupe de plus en plus.

Les animaux sont des êtres sensibles, sont capables de ressentir des émotions comme le bonheur et la peur, de sorte qu’il est essentiel d’assurer le bien-être dans leur élevage afin de donner une meilleure qualité de vie aux animaux et de les débarrasser de toute forme de souffrance.

Dans les créations de conservation « ex situ », il existe des études sur les pratiques de bien-être animal chez différentes espèces. L’une des façons d’assurer le bien-être de ces animaux est l’enrichissement environnemental.

L’enrichissement environnemental peut être physique, sensoriel, alimentaire, social ou cognitif. Chez les oiseaux, il est courant de mettre en œuvre ces enrichissements, dans la sauvagine, il est possible de fournir un enrichissement physique, sensoriel, alimentaire et social de l’environnement facilement.

Dans cette étude, différents types d’enrichissement environnemental ont été introduits dans deux élevages d’oies et de colverts, l’un à des fins ornementales/commerciales et l’autre comme animaux de compagnie, afin d’améliorer leur bien-être et leur qualité de vie.

Par conséquent, nous allons décrire comment l’enrichissement a été mis en œuvre dans l’environnement animal et le résultat de ceux-ci dans l’amélioration du comportement et le bien-être conséquent des oiseaux.

2. BIEN-ÊTRE ANIMAL ET ENRICHISSEMENT ENVIRONNEMENTAL

2.1 BIEN-ÊTRE ANIMAL

Le terme Bien-être animal a été mentionné pour la première fois en 1965 en Angleterre par le comité Brammel de l’époque, un groupe appelé ministère de l’Agriculture anglaise. Depuis lors, son concept a été élargi et étudié, ce qui en fait une science qui concerne la qualité de vie des animaux, l’évaluant sous divers aspects, tels que la santé, la condition physique et psychologique et si elle a la possibilité d’exprimer le comportement naturel de son espèce (BROOM et MOLENTO, 2004).

Les pratiques de bien-être permettent à un animal de s’adapter à l’environnement, comme la captivité et l’élevage.

Il existe une relation directe entre la mise en œuvre des pratiques de bien-être animal et la capacité de s’adapter et d’avoir une bonne qualité de vie dans l’environnement dans lequel elle a été insérée.

Le concept qui guide les pratiques de bien-être animal est celui des cinq libertés. Il a été créé par le Uk (Farm Animal Welfare Council – FAWAC).

2.1.1 LES CINQ LIBERTÉS

Les cinq libertés sont connues internationalement, elles représentent un moyen de reconnaître, de déterminer et de garantir les droits fondamentaux des animaux.

Selon le Farm Animal Welfare Council, les cinq libertés sont définies comme :

1) Exempt de faim et de mer – Un accès illimité à une eau de bonne qualité et à une alimentation équilibrée devrait être assuré afin de répondre aux besoins physiologiques et de garder l’animal en bonne santé;

2) Exempt d’inconfort – Les animaux doivent avoir un environnement approprié, qui est confortable et sûr, qui répond à leurs besoins d’activités et de repos;

3) Exempts de douleur, de blessures et de maladies – Les animaux devraient avoir accès aux services vétérinaires, tant préventifs que de traitement, afin qu’ils fournissent un diagnostic et un traitement rapides en cas de maladies;

4) Libre d’exprimer le comportement naturel – Avec l’environnement approprié, avec suffisamment d’espace, les pratiques de socialisation, telles que la compagnie des animaux de la même espèce, afin que l’animal présente les caractéristiques de son comportement naturel.

5) Exempt de peurs et d’angoisses – Assurer des conditions et des traitements qui évitent la souffrance, tels que de bonnes pratiques de gestion, la protection des prédateurs et la séparation des animaux qui peuvent générer des conflits.

2.2 BIEN-ÊTRE ANIMAL ET ENRICHISSEMENT ENVIRONNEMENTAL

La recherche menée dans le domaine du bien-être social est à la base de la définition des lois, accords et autres initiatives juridiques, afin de garantir que les libertés et les droits des animaux sont respectés et respectés, en assurant leur santé dans tous les aspects.

Il est prouvé dans plusieurs études que les animaux élevés dans des conditions qui peuvent exprimer leurs comportements naturels, avec des pratiques de bien-être sont plus efficaces d’une manière productive, c’est-à-dire, en plus des pratiques de bien-être bénéfiques pour les animaux, les producteurs qui les appliquent dans leurs créations sont également favorisés, puisque, aussi, les consommateurs ont cherché des produits de meilleure qualité et avec la garantie d’un élevage éthique (SANS et al , 2014; SILVA et al., 2010; ZAGO, 2015).

Avec l’évolution de la relation entre l’homme et l’animal, la proximité et la convivialité croissantes, le bien-être animal a été plus assuré. Les animaux qui étaient autrefois utilisés pour la protection ou la production ont été élevés sous forme d’animaux de compagnie.

Avec les oiseaux, ce n’était pas différent. La création d’oiseaux ornementaux et animaux de compagnie a considérablement augmenté au cours des dernières années, mettant en lumière les besoins de bien-être de ces animaux (CAMPOS, 2000).

L’un des moyens d’assurer le bien-être des animaux est l’enrichissement de l’environnement. Fondamentalement, nous pouvons définir l’enrichissement environnemental (EA) comme un principe de gestion afin d’améliorer la qualité de vie des animaux captifs, leurs conditions de vie et leur bien-être (CONCEA – ORIENTAÇÃO TÉCNICA n° 12).

La mise en œuvre de l’EA vise, à travers différentes techniques et matériaux, à fournir des environnements stimulants aux animaux, à rendre l’environnement plus complexe, attrayant, à faciliter l’interaction environnement-animal, à stimuler la psychologique et la physiologique des animaux, à promouvoir les compétences et les comportements appropriés à l’espèce, à réduire le stress causé par la limitation de l’espace et l’absence de stimuli (FREITAS et al., 2015)

L’EA offre des améliorations dans l’état physique et mental des animaux, augmentant la docilité de ceux-ci en étant, diminuant la présentation des désordres comportementaux, des interventions cliniques, de la mortalité et par conséquent améliore la qualité de vie et la longévité de l’animal (GREEN et MELLOR, 2011).

Des études et des rapports de cas, principalement dans le domaine de la conservation et de l’élevage des animaux « ex situ », montrent que l’enrichissement environnemental permet aux animaux captifs d’interagir avec l’environnement, afin qu’ils présentent des comportements compatibles avec ceux présentés dans la nature, en profitant de l’environnement, avec des possibilités d’explorer et d’optimiser l’espace, en respectant les caractéristiques des espèces et en améliorant les conditions de vie (CAMPOS et al , 2017; JACINTO et al., 2010).

Grâce à l’enrichissement environnemental, il est possible de simuler des situations et des interactions avec l’environnement semblables à celles que l’animal rencontrerait naturellement, en évitant le stress et les comportements anormaux, stéréotypés et répétitifs, fréquents lorsque l’animal n’a pas assez de stimuli dans l’enclos et s’ennuie (CONCEA – ORIENTAÇÃO TÉCNICA no 12).

Dans les zoos et les unités de conservation, l’enrichissement environnemental est indispensable, aidant à la réhabilitation des animaux, et peut rendre possible la réintroduction de certains spécimens dans la nature (DIAS et al., 2010; FERREIRA, 2020; JACINTO et al., 2010).

2.3 MISE EN ŒUVRE DE DIFFÉRENTS TYPES D’ENRICHISSEMENT ENVIRONNEMENTAL ET DE BIEN-ÊTRE ANIMAL

Dans la mise en œuvre de l’enrichissement environnemental différentes techniques sont utilisées, celles-ci devraient convenir à l’espèce animale afin d’assurer la sécurité et une bonne variété d’expériences à l’animal. Pour cela, il est indispensable de connaître le comportement de l’animal lorsqu’il est en liberté et de déterminer lequel de ces comportements est important pour sa survie et occupe sa routine et doit être mis en œuvre dans sa vie en captivité (OIE, 2019).

Il existe différents types d’enrichissement environnemental qui peuvent être fournis.

Fondamentalement, nous pouvons diviser l’EA en cinq types, cela peut se produire en mettant en œuvre des structures physiques (EA physique), en explorant les significations de l’animal (EA sensorielle), l’interaction sûre et pacifique avec les animaux de la même espèce ou des espèces qu’il coexisterait dans la nature (EA sociale), promouvoir la variation de l’alimentation animale (EA alimentaire), ou cognitive EA, qui stimule la capacité intellectuelle de l’animal (SILVA et MACÊDO , 2013).

Chez les oiseaux, les types d’enrichissement environnemental d’une mise en œuvre plus facile et la plupart utilisés sont physiques, alimentaires et sociaux.

Il ne suffit pas de mettre en œuvre l’EA, nous devons nous assurer que l’animal est vraiment dans l’état de bien-être animal, pour cela, nous pouvons vérifier leurs réactions et leurs comportements, si elles sont compatibles avec les naturels, si elles maintiennent leurs interactions sociales, stable, sans présenter un comportement agressif ou des comportements anormaux, si elles présentent un bon développement, la température normale du corps, une bonne condition corporelle, l’équilibre physiologique et l’homéotase (GREEN et MELLOR , 2011).

Se rappeler que le bien-être ne peut pas être considéré comme un état permanent, parce qu’il a toujours besoin d’adaptation en fonction de la période de vie de l’animal, ayant des concepts changeants au cours de la vie de l’animal.

Tous les matériaux utilisés dans l’enrichissement de l’environnement doivent être non toxiques, ne devraient pas faciliter les fuites et devraient être sans danger pour les animaux, étant adaptés à la taille de l’enclos, en outre, ils devraient fournir aux animaux la possibilité de choisir d’interagir ou non avec l’enrichissement offert (SILVA et MACÊDO, 2013).

Dans la reproduction des oiseaux aquatiques, comme les canards, les colverts et les oies, l’enrichissement environnemental est indispensable, que ce soit dans une reproduction domestique ou ornementale.

3. CRÉATION D’OIES ET DE COLVERTS

Les oies et les colverts sont des oiseaux d’habitudes aquatiques, appartenant à la famille des Anatides, Ordre Ansériformes. Ce sont des oiseaux rustiques, faciles à gérer et à l’arrière, qui s’adaptent facilement dans différents environnements (SIGRIST, 2009).

Dans la nature, ils vivent en troupeaux, certaines espèces effectuent des migrations à la recherche d’une plus grande abondance de nourriture et de meilleures conditions pour leur reproduction.

Dans la reproduction, ces oiseaux sont facilement habitués aux routines de gestion et de soins, réagissant bien au contact avec les humains (ALVES, 2019).

Ces oiseaux ont des adaptations à la natation, comme l’existence de membranes entre les orteils et la sécrétion de substances huileuses imperméabilisant par la glande uropigienne (située à l’extrémité du dos près de la queue), une telle sécrétion, les oiseaux se propagent à travers les plumes à l’aide du bec, ce qui empêche les oiseaux de tremper pendant la baignade (ALMEIDA, 2016).

Les oies et les colverts sont des oiseaux qui, lorsqu’ils sont élevés en contact direct avec le propriétaire, présentent un comportement docile. L’espérance de vie des deux est supérieure à 15 ans (ALVES, 2019).

Les colverts atteignent la maturité sexuelle à partir de l’âge de 6 mois, tandis que les oies à partir de 9 mois. Être de là considéré comme des oiseaux adultes.

L’une des plus grandes différences entre les oies et les colverts est le détachement de colverts avant les œufs et les poussins par opposition à l’extrême soin des oies avec elles (MATHIAS, 2019; ALVES, 2019).

Les gans éclosent habituellement juste après la ponte (en moyenne 14 œufs par cycle) et élèvent leurs poussins à côté du troupeau, tandis que les colverts de la reproduction ont besoin de chocadeira ou d’un autre oiseau pour la hache de guerre, et d’une pépinière pour les poussins dans la phase initiale (MATHIAS et SILVA, 2018).

Dans les fermes commerciales sont commercialisés leur viande, plumes, oeufs, poussins, matrices, y compris les résidus, tels que la vente d’excréments pour l’élaboration d’engrais ou la pisciculture insumfor (en contact avec l’eau, les excréments de colverts et d’oies permettent la formation de micro-organismes qui sont consommés par les poissons) (GONÇALVES, 2020).

Les oies sont également élevées à des fins de protection, ce sont des oiseaux qui ont tendance à défendre leur territoire contre des étrangers, étant d’excellents gardiens.

À l’heure actuelle, les oies et les colverts ont été élevés comme animaux de compagnie et oiseaux ornementaux, ce qui accroît leur proximité et leur relation avec les humains (FIORIN, 2020).

3.1 MANIPULATION ET ALIMENTATION

L’alimentation de base des deux espèces est l’herbe, les légumes, les fruits, les céréales, les petits invertébrés, les vers de terre, les herbes, les escargots et dans les créations est également fourni des aliments commerciaux, selon l’âge. À travers le bec, les oiseaux filtrent l’eau et la boue en obtenant de la matière végétale, des insectes et des larves pour l’alimentation (SIGRIST, 2009).

En plus de l’alimentation il devrait y avoir des fontaines potables avec de l’eau propre, il est important que les fontaines à boire ne sont pas les mêmes endroits où les oiseaux se baignent (GONÇALVES, 2020).

Les mangeoires peuvent être simples et devraient permettre à tous les oiseaux d’avoir accès à la nourriture simultanément.

Comme dans les poulets à griller, le gril peut être divisé en phases : initiale, croissance et âge adulte (ou engraissement selon la fin de l’élevage) (MATHIAS et SILVA, 2013).

L’alimentation change à mesure que l’animal grandit. Dans la phase initiale, l’alimentation commerciale farelada, comme celle offerte aux poussins à brodés, devrait être fournie jusqu’à l’âge de 21 jours de l’oiseau.

Après le début de la phase de croissance, où la taille du son de l’aliment peut devenir plus grande, et des aliments écorchés peuvent être offerts et l’introduction au pâturage et à d’autres aliments pour oiseaux peut commencer.

Les oiseaux adultes devraient également recevoir de l’alimentation, la propre nourriture commerciale pour les oiseaux comme les oies et les colverts est difficile à trouver, étant ensuite offert l’alimentation commerciale de la ponte ou le mélange de maïs cassé (ou auge) et de concentration, afin de répondre à tous les besoins nutritionnels de l’oiseau sans générer d’engraissement (ALVES, 2019).

L’approvisionnement en aliments pour la ponte est d’une importance primordiale pendant le cycle reproducteur, puisque les femelles produisent un grand nombre d’œufs dans le cycle et exigent des niveaux de garanties de vitamines et de minéraux de la même manière que la ponte des poulets.

Selon Gonçalves (2020), au cours de la phase initiale, les poussins doivent avoir accès à un endroit chauffé, généralement l’utilisation de cloches pour le réchauffement des oiseaux dans cette phase. En outre, un abri devrait être fourni aux influences extérieures, un accès gratuit à l’eau et à la nourriture sous forme de son.

Après les 7 premiers jours, les poussins peuvent avoir accès à des zones extérieures, où ils s’habitueront au climat naturel.

Après 15 jours, les poussins peuvent déjà avoir accès à des endroits avec de l’eau pour se baigner, avec des profondeurs inférieures à leur hauteur pour éviter les accidents, tandis que les oies doivent y accéder après 40 jours (MATHIAS et SILVA, 2018).

Dans la phase de croissance, il est déjà possible d’offrir des oiseaux à peau alimentaire commerciale, où il ya moins de pertes dues à l’alimentation des oies et des colverts, puis la prise d’eau, donc, l’alimentation écorchée offre un rendement plus élevé, parce qu’il ya moins de déchets alimentaires par les oiseaux et moins de pollution des sources d’eau avec du son de nourriture. Au cours de cette phase, il est possible d’introduire différents aliments à l’oiseau, et de les coudre à la gestion de la création (MATHIAS et SILVA, 2013).

3.2 STRUCTURES POUR LA CRÉATION

Dans la reproduction d’oiseaux comme les oies et les colverts adultes, il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup de structure comme dans l’élevage des poulets, essentiellement une zone couverte devrait être fournie afin que les oiseaux puissent se mettre à l’abri du mauvais temps et abriter les mangeoires (MATHIAS, 2019).

Il est d’une importance primordiale que les mangeoires restent dans un endroit couvert, parce que l’aliment lorsqu’il est mouillé et / ou humide est fermenté, et l’oiseau qui ingère mourra.

Une autre structure commune à offrir à ces oiseaux afin d’enrichir l’environnement est l’installation de fontaines d’eau pour les bains. Ceux-ci doivent être nettoyés fréquemment afin d’éviter l’émergence d’algues, comme les algues vertes connues ou les cyanophilies, qui produisent des toxines qui, lorsqu’elles sont ingérées, peuvent causer une intoxication grave et la mort (FREITAS, 2020), en plus de l’apparition de la lamelles, un matériau sujet à la multiplication du clostridium botulinum, qui peut conduire à une intoxication grave et la mort par botulisme , particulièrement pendant les saisons sèches, les oiseaux qui filtrent l’eau avec de la lamelles ingèrent la toxine produite par la bactérie (OLATE et LATORRE, 2008).

Il est essentiel de fournir à ces oiseaux un endroit adéquat pour pratiquer la natation. Dans les élevages où il n’y a pas un tel enrichissement, les oiseaux en croissance sont plus susceptibles de développer des problèmes de développement osseux et articulaires, surtout lorsqu’ils sont avec la malnutrition (ARNAUT, 2006).

L’accès aux lieux de baignade devrait être gratuit pour tous les oiseaux, ce qui leur permet d’entrer et de sortir facilement.

Dans les créations commerciales, la superficie disponible par oiseau est relativement petite (environ 1,5 m² par colverts), étant dans des créations ornementales et certaines domestiques qui, en général, ont plus d’espace disponible dans l’environnement pour présenter le comportement naturel de l’espèce (GONÇALVES, 2020).

3.3 COURSES ET INVESTISSEMENT INITIAL DE CRÉATION

Les races qui se distinguent avec le plus grand nombre de créations au Brésil sont, parmi les Oies, la création des soi-disant « signataires » (grincements forts et d’excellents défenseurs de l’environnement), des races: blanc chinois et brun chinois, africain, embden, Toulouse et l’oie commune (hillbilly), et parmi les colverts les courses: Beijing, Rouen, Pato-real et Indian Runner (OLIVEIRA, 2019).

La proportion entre les mâles et les femelles dans l’élevage a lieu, dans l’élevage des oies, d’un mâle à deux femelles, et dans les colverts d’un mâle à jusqu’à 6 femelles.

L’investissement initial de la création est faible, étant essentiellement composé de la valeur d’achat des matrices (de 100 à 300 reais selon la race) et la mise en place de clôtures (60 à 90cm de haut sont suffisantes) et d’abris couverts (MATHIAS et SILVA, 2013).

3.4 SUSCEPTIBILITÉ AUX MALADIES

Les anseriformes sont plus résistantes aux maladies que les poulets, et parmi elles, les oies et les colverts sont plus résistantes que les canards (ALMEIDA, 2016).

Ces oiseaux ont une plus grande sensibilité aux agents pathogènes au cours des phases initiales et de croissance, et les soins devraient être plus intenses chez les jeunes (OLIVEIRA, 2019).

Selon Almeida (2016), il y a peu de recherches sur les maladies dans lesquelles cet ordre est le plus enclin, le pays où il y a la plus grande production littéraire et la plus grande recherche se référant à la Chine, qui abrite la plus grande production au monde de ce type d’oiseau.

Au Brésil, un pays considéré comme exempt de la plupart des pathogènes causant des maladies aviaires, les oiseaux souffrent généralement d’empoisonnement (comme le botulisme et l’ingestion de toxines produites par les algues, par exemple) que la contraction elle-même d’une maladie.

Selon le Programme national de santé de la volaille, la vaccination, comme la grippe aviaire et la mycoplasmose, est interdite sur le territoire national.

En Europe, il y a des cas récents de participation de ces oiseaux à la grippe aviaire (grippe), conduisant les oiseaux à des sacrifices obligatoires (REUTERS, 2020).

4. MATÉRIAUX ET MÉTHODES

La mise en œuvre de l’enrichissement environnemental et de ses résultats a été réalisée dans deux élevages d’oiseaux aquatiques, l’un à des fins ornementales/commerciales, où des œufs, des poussins et des matrices ont été vendus, et l’autre à des fins domestiques, avec des oiseaux élevés comme animaux de compagnie. Les deux créations étaient composées d’oies et de colverts.

L’élevage domestique (reproduction A), les oiseaux ont été élevés comme animaux de compagnie, était composé de 7 animaux, entre femelles et mâles, de ces 4 colverts (3 colverts de Pékin et colverts Rouen) et de 2 oies (1 signataire africain et 1 chinois), qui vivaient dans le même enclos, d’environ 60m².

L’autre reproduction, la création B, était plus grande, également composée de colverts et d’oies, formant un groupe de 19 animaux, parmi les femelles et les mâles, soit : 7 oies africaines, 2 signataires chinois, 9 colverts de Pékin et 2 colverts Rouen, installés dans une zone d’environ 660m².

Pour la mise en œuvre de l’enrichissement environnemental dans l’objet créations de ce travail, différents matériaux et techniques ont été utilisés, afin de promouvoir l’enrichissement physique, alimentaire et social en fonction de l’espace disponible et du type de gestion, qui était différent entre les deux créations.

4.1 ENRICHISSEMENT SOCIAL

L’enrichissement social était similaire dans les deux créations. Les animaux, après avoir atteint l’âge adulte, ont été placés dans le même environnement.

D’abord, les oiseaux ont subi une phase d’adaptation, ont été séparés par maille en plastique, dans une hauteur de 60cm, dans la taille de maille dans laquelle les oiseaux ne pouvaient pas passer la tête ou le bec de l’autre côté de la clôture.

Après ne pas avoir présenté un comportement plus agressif et avoir été amicaux entre eux, ils ont été insérés dans la même enceinte, où ils ont formé une seule bande avec une hiérarchie définie.

De cette façon, les oies et les colverts interagissaient les uns avec les autres, de la même manière que l’interaction qui se produirait dans la nature. Après la cohésion du groupe, ils ont accueilli les nouveaux poussins, sans aucun différend sur la nourriture, l’eau ou l’abri.

4.2 ENRICHISSEMENT PHYSIQUE

L’enrichissement physique a été mis en œuvre différemment dans les deux groupes, nous allons décrire l’enrichissement physique et alimentaire séparément dans les groupes d’élevage A et B.

4.2.1 ENRICHISSEMENT PHYSIQUE DANS LA CRÉATION A

Comme l’espace d’élevage était limité, environ 10m² par oiseau, différents types de plancher ont été mis en œuvre afin de fournir aux oiseaux un contact avec des textures différentes.

L’environnement se composait de : zone bac à sable (environ 2m²), superficie (environ 2m²) où les graminées ont finalement été transplantées, superficie avec plancher de béton (environ 14m²), superficie avec pierres (environ 30m², similaire au gravier, mais arrondi) et zone avec toit avec plancher de tilan (environ 10m²) et zone avec couvercle avec plancher de sciure de bois (2m²). Les planchers étaient asessaités tous les jours.

En plus des planchers, des conéis en plastique ont été placés, coupés en deux, avec de l’eau de bain, avec une hauteur de colonne d’eau supérieure à la hauteur de l’oiseau, et cela peut nager.

Les conéis étaient nettoyés tous les jours le matin et l’après-midi, lavés et l’eau changée, et si nécessaire, ils étaient lavés à midi (si l’eau était déjà sale).

Chaque jour, les barils ont été échangés places dans l’environnement, en respectant une distance de 1 mètre entre eux, étant implanté 1 baril pour chacun des deux oiseaux.

La quantité de cônes était suffisante pour ne pas générer de conflits et de concurrence entre les oiseaux.

Les conéis ont été placés dans la zone de gravier, ainsi que les maisons en plastique (comme celles utilisées pour les chiens), avec des nids faits de copeaux, où les femelles ont utilisé comme nids pour la ponte. Deux femelles ont choisi le même nid, mais la taille de la maison était suffisante pour que les deux entrent simultanément.

Dans la zone de gravier, il avait un arbre qui offrait de l’ombre naturelle aux animaux.

Les oiseaux pendant la journée pouvaient librement explorer les environnements en fonction de leur libre choix, en étant en mesure de choisir entre les différents étages et s’ils voulaient rester à l’ombre ou au soleil.

4.2.2 ENRICHISSEMENT PHYSIQUE DANS LA CRÉATION B

Dans la deuxième création, à des fins ornementales et commerciales, l’espace disponible était d’environ 34 m² par oiseau, de sorte que la mise en œuvre de l’enrichissement physique et alimentaire de l’environnement était différente de celles de la création A.

L’environnement de la création était vaste, avec différents types d’arbres et d’arbustes, des sols herbeux et des terres.

Il y avait une prédominance de zones d’ombrage naturel, avec peu de zones de soleil en raison de la couverture intense de la cime des arbres. Pour la baignade de l’oiseau a été construit un lac, en béton, avec une profondeur supérieure à la hauteur des oiseaux, avec au moins 8m² de superficie, où les oiseaux sont entrés et sont partis librement.

En raison de la façon de construction, le nettoyage du lac a été entravé, accumulant des terres à l’arrière-plan. Une fois par an, pendant la saison sèche, il était possible de sécher le lac et d’enlever la mise accumulée.

Dans l’un des coins de l’enceinte a été construit abri couvert, avec environ 6m², avec couvercle latéral, où les gansas et quelques marrecas fait la ponte, les autres marrecas pondu les œufs par l’environnement sans utiliser les nids.

4.3 ENRICHISSEMENT ALIMENTAIRE

4.3.1 ENRICHISSEMENT ALIMENTAIRE DANS LA CRÉATION

En raison de la création étant animal de compagnie, l’enrichissement alimentaire a été favorisé, en raison de la non-préoccupation avec les coûts de sa mise en œuvre dans la création.

Des aliments commerciaux quotidiens ont été offerts pour la ponte écorchée pour les oiseaux, des mangeoires ont été placées pendant la journée, remplies d’aliments pour animaux (assez pour tous les oiseaux sans offrir d’excès de nourriture), et la nuit recueillies, afin d’éviter le contact des vecteurs avec des débris alimentaires.

Les jours de pluie, les mangeoires et les fontaines à boire étaient installées dans les zones couvertes, et les animaux pouvaient avoir un accès gratuit aux autres environnements.

En plus de la ration, des légumes, des légumes, des fruits, des graminées et des pâturages étaient offerts quotidiennement. Les oiseaux ont été fournis au hasard : chou, épinards, carottes râpées ou filetées, sable et feuilles de brocoli, feuilles de chou, betterave cuite en morceaux, pelures de fruits, papaye, pastèque, morceaux de mangue, banane, herbe coupée, pâturages de saison, tomates, etc.

Chaque jour, différents aliments ont été offerts, permettant aux animaux d’entrer en contact avec des aliments de formes, textures et saveurs différentes, enrichissant la nourriture et donnant aux oiseaux la possibilité de choisir la nourriture qu’ils voulaient consommer.

4.3.2 ENRICHISSEMENT ALIMENTAIRE DANS LA CRÉATION B

L’alimentation des oiseaux de l’élevage B a été faite par le maïs dans le son mélangé dans le concentré de ponte. Cela a été offert le matin et le soir.

En plus de l’alimentation, dans l’après-midi, les oiseaux ont eu accès à des zones avec de l’herbe / pâturage, et peut présenter le comportement du pâturage naturel.

Finalement, des légumes et des légumes ont été offerts, comme de la laitue, du chou, des épinards et des tomates, qui ont été plantés dans le potager du propriétaire, ainsi que de l’herbe et des pâturages coupés.

5. RESULTATS ET DISCUSSION

Dans les deux créations, l’enrichissement social s’est déroulé de la même manière, ainsi que les résultats obtenus. Les oiseaux vivaient paisiblement les uns avec les autres, formant une hiérarchie avec les mâles dominants et les femelles du troupeau, présentant le comportement de la société naturelle parmi eux.

Dans la création A, il n’y avait qu’un seul mâle de chaque espèce, formant un troupeau unique et uni, sans compétition pour les femelles.

Dans l’élevage B, il y avait plus de mâles, ayant une proportion proche d’un mâle pour chaque femelle, générant une compétition naturelle pour leur couverture dans les colverts, et la formation naturelle de couples entre les oies. Toutefois, une telle concurrence pour l’accouplement n’a pas généré de conflits entre les oiseaux.

Dans l’enrichissement physique, il y avait un plus grand changement de comportement chez les oiseaux de l’élevage A, où ils ont cessé de présenter des comportements répétitifs.

Les oiseaux ont passé différentes parties de la journée à explorer l’environnement, à se baigner et à nettoyer leurs plumes, à interagir les uns avec les autres, à être attentifs à toute modification de l’environnement.

De plus, comme l’élevage était un animal de compagnie, les oiseaux se sont approchés pour interagir avec les humains, gagnant de l’affection et dormant sur les genoux des éleveurs.

Chez les oiseaux d’élevage ornemental, en raison de l’espace disponible, il y avait peu de changement de comportement. Certains oiseaux se baignaient pendant la journée, mais la plupart du temps ils erraient dans l’enclos à la recherche de nourriture, comme la chasse aux insectes.

Dans l’enrichissement alimentaire, le groupe d’animaux de compagnie a reçu une plus grande variété de nourriture, en plus d’être encouragé à capturer ces aliments de différentes façons, comme accrocher ou caché parmi les pierres, en plus de chasser les insectes et les vers de terre. Le groupe B, d’autre part, pourrait exprimer leur comportement naturel en broutant, en chassant les insectes dans le grand enclos et en recevant éventuellement différents aliments.

Dans les deux créations, il a été possible de vérifier l’amélioration du bien-être et de la qualité de vie des animaux. Les oiseaux présentaient un développement adéquat, un bon score corporel, exprimaient des comportements naturels de l’espèce, interagissaient socialement entre eux, étaient dociles à la gestion (création A encore plus en raison de la proximité de la relation avec les éleveurs), leurs températures corporelles étaient normales (déterminées par échantillonnage dans la création B) et étaient exemptes de maladies et de parasites.

Dans la création arrière A, où la mise en œuvre des enrichissements environnementaux physiques et l’alimentation des animaux présentaient des comportements répétitifs, ceux-ci ont été normalisés après la mise en œuvre de l’EA.

6. CONSIDÉRATIONS FINALES

Il y a un devoir éthique d’avoir une ferme animale ou de garder des animaux en captivité. Nous devons leur fournir une santé physique et psychologique, en offrant à l’animal la possibilité de choisir, en exerçant ses réactions à l’environnement dans lequel il est inséré et en présentant le comportement naturel de son espèce.

De cette façon, nous utilisons l’enrichissement environnemental pour fournir aux animaux des deux créations différents différents types d’interaction avec leur environnement, le rendant aussi dynamique et interactif que possible, améliorant leur qualité de vie.

Dans les deux créations, différents matériaux ont été mis en œuvre pour l’enrichissement physique et alimentaire, en fonction de la zone disponible dans l’enceinte et des caractéristiques de la gestion de chaque arrière, afin d’assurer une amélioration du bien-être et de la qualité de vie des animaux, dans le respect de leur liberté de choix.

Ainsi, nous concluons que dans les deux créations, il a été possible de mettre en œuvre l’enrichissement physique, alimentaire et social de l’environnement. Grâce à différents outils, les deux créations ont fourni une meilleure qualité de vie et de bonnes pratiques de bien-être, avec une amélioration du comportement des oiseaux, sans eux présenté des comportements plus stéréotypés et répétitifs, présentant le comportement naturel de l’espèce et une meilleure relation et l’interaction entre les oiseaux et l’environnement.

7. RÉFÉRENCES

ALMEIDA, A. M. DE S.; Principais doenças em anseriformes; Programa de pós graduação em Ciência Animal da Escola de Veterinária e Zootecnia da Universidade Federal de Goiás; 2016; Disponível em: <https://files.cercomp.ufg.br/weby/up/67/o/2013_Ana_Maria_2corrig.pdf>; Acesso em 20 de novembro de 2020.

ALVES, M.; Marreco é uma ave que exige poucos cuidados na criação; Agro 2.0; 2019; Disponível em:< https://agro20.com.br/marreco/> Acesso em 20 de novembro de 2020.

ALVES, S.P., SILVA, I.J.O., PIEDADE, S.M.S. Avaliação do bem-estar de aves poedeiras comerciais: efeitos do sistema de criação e do ambiente bioclimático sobre o desempenho das aves e a qualidade de ovos. Revista Brasileira de Zootecnia, Viçosa, v.36, n.5, set./out. 2007.

ARNAUT, L.S; Estudo radiográfico das afecções do sistema esquelético em aves. Dissertação de Mestrado em Clínica Cirúrgica Veterinária, Faculdade de Medicina Veterinária e Zootecnia, Universidade de São Paulo, São Paulo, SP. 121p. 2006.

BENETTON, R. P. D. P; Bem-estar animal em poedeiras: Sistemas de produção e debicagem; Universidade Estadual Paulista “Júlio de Mesquita Filho”, campus de Araçatuba, Trabalho de Conclusão de curso, 2017. Disponível em: < https://repositorio.unesp.br/bitstream/handle/11449/156820/000902457.pdf?sequence=1&isAllowed=y> Acesso em 27 de novembro de 2020.

BROOM, D. M.; MOLENTO, C. F. M. Bem-estar animal: Conceito e questões relacionadas – Revisão. Archives of Veterinary Science, v. 9, n. 2, p. 1-11, 2004.

CAMPOS, J. C. D., et al; Estudo comportamental utilizando técnicas de enriquecimento ambiental para papagaios-do-mangue (Amazona amazonica) em reabilitação; IV Congresso de Ensino, Pesquisa e Extensão da UEG; v4, 2017.

CAMPOS, E. J. O; Comportamento das Aves. Revista Brasileira de Ciência Avícola. Campinas, v. 2 n. 2, 2000.

CARVALHO, L. C.; et al; Bem-estar na produção de galinhas poedeiras – Revisão de literatura; Revista Científica de Medicina Veterinária – ISSN 1679-7353 Ano XIV – Número 28, Janeiro de 2017, Periódico Semestral; Disponível em:< http://faef.revista.inf.br/imagens_arquivos/arquivos_destaque/w9h0rwyRxbJgkyH_2017-3-2-21-47-54.pdf> Acesso em 27 de novembro de 2020.

CONCEA; Orientação técnica n° 12; Disponível em: < https://www.ceua.ufv.br/wp-content/uploads/2018/05/ORIENTACAO-TECNICA-N%C2%BA-12.pdf>; Acesso em 20 de novembro de 2020.

DIAS, E. S.; MARTINS, A. C.; PESSUTTI, C.; BARRELLA, W. Enriquecimento Ambiental no Recinto do Mutum-de-Penacho (Crax fasciolata) do Parque Zoológico Municipal “Quinzinho de Barros”. Revista Eletrônica de Biologia. Sorocaba-SP, v.3, n.3, p.20-38, 2010.

FAWC (Farm Animal Welfare Council). Farm Animal Welfare in Great Britai: Past, Present and future. Disponível em: https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/319292/ Farm_Animal_Welfare_in_Great_Britain_-_Past__Present_and_Future.pdf. Acesso em 20 de novembro de 2020.

FERREIRA, G. C.; Enriquecimento ambiental aplicado ao bem-estar de Aratinga leucophthalma; Universidade Estadual Paulista; Araçatuba: [s. n], 2018; Disponível em:< https://repositorio.unesp.br/bitstream/handle/11449/153849/ferreira_gc_me_araca_int.pdf?sequence=3&isAllowed=y>, Acesso em 20 de novembro de 2020.

FIORIN, A.; Apostar na criação de aves ornamentais virou negócio lucrativo; Diário da região; Dezembro de 2018; Disponível em:< https://www.diariodaregiao.com.br/_conteudo/2018/12/economia/agronegocio/1133216-apostar-na-criacao-de-aves-ornamentais-virou-negocio-lucrativo.html> Acesso em 20 de novembro de 2020.

FREITAS, E.Y.G.; RIBEIRO, J.S.S.; OLIVEIRA, L.B.S.; FARIA, M.C.A.F.; MELO, M.I.V. Estudo comportamental e enriquecimento ambiental para araras Canindés (Ara Ararauna, Linnaeus, 1758) de um mantenedor de fauna silvestre; Anais da VI Conferência Internacional de Medicina Veterinária do Coletivo; Belo Horizonte-MG, 2015.

FREITAS, L. I.; Intoxicação por algas de água doce em animais; Anais do I Congresso Brasileiro de Ciências Biológicas On-line; v. 1, s. 1; p.  1 a 191; Editora IME, Fortaleza – CE; 2020.

GONÇALVES, V.; Criação de marrecos – Guia completo passo a passo para ter a sua; Novo negócio; Disponível em: < https://novonegocio.com.br/criacoes/criacao-de-marrecos/> Acesso em 20 de novembro de 2020.

GREEN T.C.; MELLOR, D.J. Extending ideas about animal welfare assessment to include ‘quality of life’ and related concepts. N. Z. Vet. J. 2011, 59, 316–324. Disponível em: http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/00480169.2011.610283. Acesso em 20 de novembro de 2020.

JACINTO, J. J.; IZUTANI, T. Y.; LEIMIG, R. DE A.; Análise e eficácia do enriquecimento ambiental entre diferentes espécies de psitacídeos no foz Tropicana Parque das Aves,  Foz do Iguaçu, Paraná, II CONFERÊNCIA BRASILEIRA DE ENRIQUECIMENTO AMBIENTAL (CBEA); outubro 2010; Disponível em:< https://www.academia.edu/34559793/AN%C3%81LISE_E_EFIC%C3%81CIA_DO_ENRIQUECIMENTO_AMBIENTAL_ENTRE_DIFERENTES_ESP%C3%89CIES_DE_PSITAC%C3%8DDEOS_NO_FOZ_TROPICANA_PARQUE_DAS_AVES_FOZ_DO_IGUA%C3%87U_PARAN%C3%81> Acesso em 27 de novembro de 2020.

MATHIAS, J.; SILVA, M. V. F.; Como criar marreco; Revista Globo Rural; 2013; Disponível em:<https://revistagloborural.globo.com/vida-na-fazenda/como-criar/noticia/2013/12/como-criar-marreco.html> Acesso em 27 de novembro de 2020.

MATHIAS, J.; SILVA, M. V. F.; Como criar ganso; Revista Globo Rural; 2018; Disponível em: < https://revistagloborural-globo-com.cdn.ampproject.org/v/s/revistagloborural.globo.com/amp/vida-na-fazenda/como-criar/noticia/2018/04/como-criar-ganso.html>; Acesso em 27 de novembro de 2020.

MATHIAS, J..; Como criar ganso; Revista Globo Rural; 2019; Disponível em: < https://revistagloborural.globo.com/vida-na-fazenda/como-criar/noticia/2019/01/como-criar-ganso.html>; Acesso em 27 de novembro de 2020.

OIE (World Organisation for Animal Health). Terrestrial Animal Health Code, Volume 1., 2019; Disponível em: http://www.oie.int/index.php?id=169&L=2&htmfile=chapitre_aw_introduction.ht m. Acesso em 20 de novembro de 2020.

OLATE, H. H., LATORRE,, D.F. M.; Botulismo en aves acuáticas silvestres. Tecnología Veterinaria, 14(3): 16- 21. 2008; Disponível em:<https://revistateoria.uchile.cl/index.php/RT/article/download/15917/16403> Acesso em 27 de novembro de 2020.

OLIVEIRA, A.; Criação de gansos: principais raças, reprodução, alimentação e instalações; Cursos CPT; 2019; Disponível em: < https://www.cpt.com.br/artigos/criacao-de-gansos-principais-racas-reproducao-alimentacao-e-instalacoes>; Acesso em 20 de novembro de 2020.

PROGRAMA NACIONAL DE SANIDADE AVÍCOLA; Ministério da Agricultura, Pecuária e Abastecimento;  PNSA; Portaria n° 193 de 19 de setembro de 1994. Disponível em:<https://www.gov.br/agricultura/pt-br/assuntos/sanidade-animal-e-vegetal/saude-animal/programas-de-saude-animal/pnsa> Acesso em 27 de novembro de 2020.

REUTERS, M. D.; Com rápido avanço, gripe aviária preocupa indústria da UE; Revista Exame; Online; Publicado em 26 de novembro 2020; Disponível em:<https://exame.com/mundo/com-rapido-avanco-gripe-aviaria-preocupa-industria-da-ue> Acesso em 28 de novembro de 2020.

SANS, E. C. O.; et al. O enriquecimento ambiental sobre o bem-estar de frangos de corte. Cienc. Rural, Santa Maria, v. 44, n. 10, p. 1867-1873, Oct.  2014.   Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0103-84782014001001867&lng=en&nrm=iso>. Acesso em:  20 novembro 2020.  https://doi.org/10.1590/0103-8478cr20120504.

SIGRIST, T. Avifauna Brasileira: The avis brasilis field guide to the birds of Brazil, 1ª edição, São Paulo: Editora Avis Brasilis, 2009.

SILVA, T. G. G.; VIEIRA, L. N. G.; BARRELLA, W. Estudo preliminar de enriquecimento ambiental no recinto do Ramphastos toco (Tucano-toco). Revista Eletrônica de Biologia. Sorocaba-SP, v.3, n.3, p.93-104, 2010.

SILVA, A. T.; MACÊDO, M. E.; A importância do enriquecimento ambiental para o bem estar dos animais em zoológicos; Centro Universitário Metodista Izabela Hendrix – Campus Praça da Liberdade; 2013; Disponível em: https://www.metodista.br/revistas/revistas-izabela/index.php/aic/article/download/501/426 Acesso em 20 de novembro de 2020.

ZAGO, C. H. F.; Enriquecimento Ambiental sobre o desempenho e comportamento de frangos de corte; Universidade Tecnológica Federal do Paraná; Dois Vizinhos; 2015; Dissertação de Mestrado; Disponível em:< https://repositorio.utfpr.edu.br/jspui/bitstream/1/2324/2/DV_PPGZO_M_Zago%2C%20Cl%C3%A1udia%20Helena%20Ferreira_2015.pdf> Acesso em 20 de novembro de 2020.

[1] Diplômé en médecine vétérinaire.

Soumis : décembre 2020.

Approuvé : janvier 2021.

5/5 - (1 vote)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 76399
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?