Infections urinaires chez les enfants et leurs répercussions rénales

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
5/5 - (1 vote)
Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
WhatsApp
Email

CONTEÚDO

ARTICLE D'EXAMEN

JUNIOR, Maurício Jorge Andrade [1], TORRES, Fernanda Rodrigues [2], RODRIGUES, Simone Alves Pereira [3], ARAÚJO, Diva Floriano Machado de [4]

JUNIOR, Maurício Jorge Andrade. Et al. Infections urinaires chez les enfants et leurs répercussions rénales. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. 04 année, Ed. 08, vol. 04, p. 38 à 45. août 2019. ISSN : 2448-0959

RÉSUMÉ

L’infection urinaire (UTI) est un problème clinique commun et important dans l’enfance. L’UTI élevée, c.-à-d. la pyélonéphrite aiguë peut mener à la guérison rénale, à l’hypertension, et à la maladie rénale de phase finale. Bien que les enfants atteints de pyélonéphrite aient tendance à avoir de la fièvre, il est souvent difficile, pour des raisons cliniques, de distinguer la cystite de la pyélonéphrite, en particulier chez les enfants de moins de deux ans. Les infections urinaires aiguës sont relativement fréquentes chez les enfants, avec 8 % des filles et 2 % des garçons ayant au moins un épisode à l’âge de sept ans. L’agent pathogène le plus courant est Escherichia coli, responsable d’environ 85 % des infections urinaires chez les enfants. Des défauts pareatomateux rénaux sont présents chez 3 à 15 % des enfants dans un délai d’un à deux ans après le premier diagnostic d’infection urinaire. La pertinence du thème est d’aborder la façon dont la maladie s’installe, et la façon dont les reins peuvent être compromis par l’UTI, servant d’avertissement concernant la prévention, les soins, les traitements et les médicaments. Cet article visait à analyser l’UTI et ses résultats rénaux chez les enfants. La méthode d’examen bibliographique est utilisée par la recherche dans des articles scientifiques de plates-formes en ligne, tels que SciElo, Bireme, MedLilacs liés au thème en question. Les résultats ont été présentés après l’analyse d’articles scientifiques et d’études universitaires sur le sujet ont été dévoilés et publiés dans la discussion et les résultats.

Mots clés: Maladie rénale, infection, voies urinaires, enfance, pyélonéphrite.

INTRODUCTION

L’infection urinaire peut être conceptualisée par présence bactérienne dans l’urine, ayant comme limite minimale défini l’existence de 100 000 unités formant des colonies bactériennes par millilitre d’urine (cfu/ml) (RIRIZ-FILHO et al, 2010).

De nombreux nouveaux cas qui se concentrent sur l’étiologie et la pathophysiologie des infections urinaires (ITU) chez les enfants ont émergé depuis la dernière décennie, selon les auteurs étudiés. Le rôle de la virulence bactérienne dans l’étiologie des infections urinaires a été souligné par nos chercheurs dans les maladies infectieuses. Plusieurs facteurs de virulence bactérienne génétiquement codés ont été identifiés qui augmentent le potentiel des organismes uropatogènes à causer des maladies symptomatiques, telles que la capacité de certaines souches de bactéries à adhérer ou à se lier à l’uroépithélium humain. L’interaction avec ces facteurs de virulence est une multiplicité de facteurs de défense de l’hôte qui fonctionnent à tous les niveaux de l’appareil urinaire, allant du périnée au parenchyme rénal. Ces interactions complexes parasite-hôte déterminent la susceptibilité d’une personne à l’infection urinaire (LOPES E TAVARES, 2004).

Les signes cliniques et les symptômes d’une infection urinaire dépendent de l’âge de l’enfant, mais tous les enfants fébriles âgés entre deux mois et deux ans sans cause évidente d’infection devraient être évalués pour le diagnostic de l’UTI (à l’exception des garçons circoncis de plus de 12 ans) (KOCH, ZUCCOLOTTO, 2002; BLANC, 2011).

Selon Ririz-filho et coll., apud Lopes et Tavares (2004) : Les signes et symptômes associés à l’infection urinaire comprennent la pollurie, l’urgence d’annulation, la dysurie, l’altération de la couleur et de l’aspect de l’urine, avec l’apparition d’urine floue accompagnée de changements dans les sédiments urinaires, l’hématurie et la piurie (10 000 leucocytes/mL). Il est fréquent que l’apparition de douleurs abdominales plus particulièrement dans la topographie de l’hypogastrium (projection de la vessie) et du dorsum (projection des reins) et de la fièvre puisse survenir (RORIZ-FILHO ET AL, apud LOPES E TAVARES, p.124, 2004).

Les nouveau-nés atteints d’UTI peuvent se présenter avec la jaunisse, la septicémie, l’échec de croissance, le vomissement, ou la fièvre. Chez les nourrissons et les jeunes enfants, les signes et symptômes typiques comprennent la fièvre, l’urine à forte odeur, l’hématurie, les douleurs abdominales ou latérales et l’incontinence urinaire qui a récemment commencé. Les enfants d’âge scolaire peuvent présenter des symptômes semblables à ceux des adultes, y compris la dysurie, la fréquence ou l’urgence. Les garçons sont à risque accru d’UTI s’ils ont moins de six mois, ou s’ils ont moins de 12 mois et ne sont pas circoncis. Les filles ont généralement un risque accru d’UTI, surtout si elles ont moins d’un an. Les résultats de l’examen physique peuvent être non spécifiques, mais peuvent inclure la sensibilité suprapubique ou la sensibilité à l’angle costovertebral (HANSSON et al, 1999).

Peut être symptomatique ou asymptomatique, l’infection urinaire en l’absence de symptômes est appelé bactériurie asymptomatique. En ce qui concerne l’emplacement doit être fait, il peut être classé comme faible ou élevé. UTI peut compromettre seulement les voies urinaires basses, caractérisant le diagnostic de cystite, ou affecter simultanément les voies urinaires inférieures et supérieures, configurant l’infection urinaire élevée, également appelée pyélonéphrite (RIRIZ-FILHO et al, 2010).

La plupart des cas d’UTI simple répondent rapidement au traitement antibiotique ambulatoire ne laissant aucune séquelles. L’hospitalisation est suggérée pour les symptômes chez les enfants (moins de deux mois) et tous les enfants présentant des preuves cliniques graves de pyélonéphrite aiguë (fièvre élevée, apparence toxique, douleur sévère de flanc). La thérapie antibiotique initiale devrait être basée sur l’âge, la sévérité clinique, la position d’infection, la présence des anomalies structurelles, et l’allergie à certains antibiotiques (LO, RAGAZZI, GILIO, MARTINEZ, 2010).

Machado et Fonseca (2016) expliquent que le traitement commence habituellement par un large éventail d’antibiotiques, mais peut-être besoin d’être modifié en fonction des résultats du test de culture et de la sensibilité urinaire. Les antibiotiques parentérals peuvent être utilisés quotidiennement avec le suivi jusqu’à ce que le patient soit afebril pendant 24 heures, complétant entre 10-14 jours de thérapie avec un antibiotique oral (qui est actif contre les bactéries infectieuses).

Méthodes

Cet examen est basé sur des publications qui ont abordé le thème actuel, choisis par une enquête sélective dans les bases de données pubmed, scopus, scielo, ainsi que des données des médias, l’analyse des données du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en ce qui concerne le nombre de césariennes au Brésil.

Résultats

L’infection urinaire (UTI) est l’infection bactérienne grave la plus courante chez les jeunes enfants. Jusqu’à 8,4 % des filles et 1,7 % des garçons auront des UTI au cours des six premières années de leur vie. Les ITU causent une morbidité à court terme, comme la fièvre, la dysurie et la douleur, et peuvent également entraîner des cicatrices permanentes des reins.

On croit que de nombreux facteurs, tels que l’âge, le sexe, la race et la circoncision, augmentent le risque de récidive de l’UTI, mais au cours des dernières décennies, aucun facteur n’a reçu plus d’attention que le reflux vesicouréteral (VUR). Dans cette condition, qui se produit dans 30% à 40% des enfants qui ont eu l’UTI, 9 urine coule vers les reins pendant la contraction de réservoir souple.

VUR est associé à un risque accru d’UTI récurrente et de cicatrice rénale, mais il n’est ni nécessaire ni suffisant pour l’un de ces résultats.

Ces dernières années, il ya eu une appréciation croissante que d’autres facteurs, le dysfonctionnement de la vessie et de l’intestin (VID) et les défauts dans l’immunité innée, peut également être des contributeurs importants à la récurrence de l’UTI.

DBC, également connu sous le nom d’urination dysfonctionnelle et le syndrome d’élimination dysfonctionnelle, se réfère à des anomalies dans le remplissage et/ou le vidage de la vessie, qui se manifestent comme fréquence, urgence, et incontinence urinaire ; manœuvres de confinement; dysurie; intervalles d’annulation prolongés; et des schémas intestinaux anormaux, y compris la constipation et l’encopresis.

DVI est relativement commun dans la population pédiatrique, est souvent sous-diagnostiqué et sous-traité par les médecins de soins primaires, et est un facteur de risque pour la persistance de VUR et de cicatrices rénales.

Discussion

Une approche de bon sens de la prévention est recommandée par la plupart des auteurs. Bonne hygiène (y compris le nettoyage « front-to-back » après la miction chez les filles), évitez la constipation, la circoncision et évitez les bains de mousse, les produits d’hygiène avec des ingrédients chimiques qui peuvent causer l’irritation et les vêtements serrés.

L’UTI est un problème pédiatrique commun avec le potentiel de produire la morbidité à long terme. Les jeunes enfants fiévreux sans signe de localisation devraient toujours être évalués pour l’UTI (PAIVA, 2009; RIRIZ FILHO, 2010).

L’infection urinaire (UTI) est une maladie bactérienne commune chez les enfants. La pyélonéphrite aiguë (APN) chez les enfants peut mener à la guérison rénale, qui résulte d’interactions complexes entre l’hôte et les facteurs bactériens, conduisant à des dommages pareymyotiques aigus et des dommages permanents suivants1). La guérison étendue peut progresser aux dommages postérieurs de rein avec l’hypertension suivante, la fonction rénale diminuée, la protéinurie, et parfois la maladie rénale de phase finale (CRAIG, SIMPSON, WILLIAMS, 2009 ; LO, RAGAZZI, GILIO, MARTINEZ, 2010).

La guérison rénale permanente a été observée après l’UTI dans 15 à 60% des enfants affectés. Ces grandes variations peuvent être dues à différentes tailles d’échantillon et à l’inclusion de populations de patients hétérogènes avec des variations d’âge, la répartition entre les sexes, les critères diagnostiques pour l’UTI, le degré de reflux, les anomalies urologiques comorbides et l’histoire génétique. Récemment, il a été signalé que 17% des nourrissons atteints d’APN ont confirmé la scintigraphie rénale avec Acido Dimercaptossucnico (DMSA) avec le technétium Tc 99m avait des cicatrices rénales permanentes sur la scintigraphie rénale avec accompagnement DMSA, incidence relativement inférieure à celle précédemment signalée (JAKOBSSON, ESBJORNER , HANSSON, 1999, ARAP, TROSTER, 2003, MACHADO, FONSECA, 2016).

Des facteurs de risque pour la formation de cicatrice rénale chez les enfants après l’UTI ont été rapportés pour inclure : l’âge à la présentation ; le sexe; infection récurrente; pic de fièvre; retard dans le traitement; présence de reflux vesicouréral (VUR); les indices d’inflammation de laboratoire, tels que le nombre total de leucocytes (WBC), le taux de sédimentation d’érythrocyte et le niveau de protéine C réactive (PCR); virulence bactérienne; facteurs de défense de l’hôte; et sous-ception génétique (SIMOES E SILVA, OLIVEIRA, 2015; MACHADO, FONSECA, 2016)

Ces facteurs ont varié entre les études en raison de difficultés dans le diagnostic précis de l’UTI chez les jeunes enfants, en particulier les nourrissons, parce que la collecte d’urine stérile est difficile et les symptômes de l’UTI sont non spécifiques. Ainsi, beaucoup d’études peuvent avoir des patients inscrits sans UTI. En outre, bien que la scintigraphie rénale avec DMSA soit considérée comme exacte pour le diagnostic de NPA en raison de sa sensibilité élevée et de sa spécificité dans la détection de l’inflammation rénale, cette méthode a une capacité limitée de différencier entre l’inflammation aiguë et la cicatrisation rénale (CARVALHAL, ROCHA, MONTI, 2006 ; VASCONCELOS, LIMA, CAIAFA, 2006).

De nombreux rapports ont enquêté sur des enfants d’un large groupe d’âge. Les cicatrices rénales, qui peuvent avoir développé dans les enfants plus âgés après ITU non reconnus, ne peuvent pas être différenciées des défauts aigus de photon dans la scintigraphie rénale avec DMSA. Enfin, la relation entre vur et la formation de cicatrice rénale ne peut pas être déterminée avec précision chez les enfants plus âgés parce que VUR peut améliorer ou résoudre au fil du temps. Par conséquent, les enfants plus âgés sans VUR au moment de la recherche peuvent avoir eu VUR auparavant (CARVALHAL, ROCHA, MONTI, 2006, LIMA, 2007, ).

Conclusions

La suggestion pour l’UTI peut provenir de l’histoire clinique et l’examen physique, cependant, l’uriculture et qui permet de confirmer s’il ya ou non une infection. La collecte d’urine doit être effectuée avant l’administration de l’agent antimicrobien de toute nature. Pour éviter les résultats faussement positifs, une collecte adéquate de l’urine doit être faite dans l’enfance. Le diagnostic et le traitement immédiat sont fondamentaux dans le cadre préventif à long terme de la guérison rénale et de la vessie. Pour les nouveau-nés et les jeunes nouveau-nés agents antibactériens intraveineux sont recommandés. L’exclusion des uropathies obstructives est recommandée et le reflux vésico-uretéral ultérieur. Prophylaxie uniquement en cas de sensibilité élevée à l’UTI et de risque élevé de lésions rénales.

RÉFÉRENCES

ARAP, M.A., TROSTER, E.J. Infecção urinária em crianças: uma revisão sistemática dos aspectos diagnósticos e terapêuticos. Einstein. 2003;

CARVALHAL, G.F. ROCHA, L.C.A., MONTI, P.R. Urocultura e exame comum de urina: considerações sobre sua coleta e interpretação. Rev Ass Med RS. 2006.

CRAIG, J.C., SIMPSON, J.M., WILLIAMS, G.J., Antibiotic prophylaxis and recurrent urinary tract infection in children. N Engl J Med, 361, 2009

HANSSON, S. et al. Urinary tract infections in children below two years of age: a quality assurance project in Sweden. Swedish Pediatric Nephrology Association Acta Paediatr 1999.

JAKOBSSON B, ESBJORNER E, HANSSON S. Minimum incidence and diagnostic rate of first urinary tract infection. Pediatrics 1999.

KOCH, V. H.; ZUCCOLOTTO, S. M.C. Infecção do trato urinário: em busca das evidências. J. Pediatr. (Rio J.), Porto Alegre , v. 79, supl. 1, p. S97-S106, June 2003 . Available from <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0021-75572003000700011&lng=en&nrm=iso>. Acesso em 12 de setembro de 2018. http://dx.doi.org/10.1590/S0021-75572003000700011.

LIMA, E.M. Infecção urinária na infância (ITU). J Bras Nefrol. 2007.

LO, D. S. et al. Infecção urinária comunitária: etiologia segundo idade e sexo. J. Bras. Nefrol., São Paulo , v. 35, n. 2, p. 93-98, June 2013. Disponível em http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0101-28002013000200003&lng=en&nrm=iso. Acesso em 12 de setembro de 2018.

LO, D.S., RAGAZZI, S.L.B., GILIO, A.E., MARTINEZ, M.B. Infecção urinária em menores de 15 anos: etiologia e perfil de sensibilidade antimicrobiana em hospital geral de pediatria. Rev Paul Pediatr 2010.

LOPES, H. V; TAVARES, W. Diagnóstico das infecções do trato urinário. Revista da Associação Médica Brasileira, São Paulo, v. 51, n. 6, p. 306-308, nov./dez. 2005.

MACHADO, V.Q, MONTEIRO A, PEÇANHA A, et al. Slow transit constipation and lower urinary dysfunction. J Pediatr Urol. 2015;11(6): 357.e1-5. http://dx.doi.org/10.1016/j.jpurol.2015.05.032

MACHADO, V.Q.A., FONSECA, E.M.G.O. Disfunção vesical e intestinal em crianças e adolescentes. Revista Hospital Universitário Pedro Ernesto. 2016;15(2):146-154

PAIVA, A.S. Quais as dificuldades no diagnóstico e tratamento da infecção do trato urinário? Rev Sau Crian Adolesc. 2009.

RORIZ FILHO, J. S. et al. Infecção do trato urinário. In: SIMPÓSIO, Condutas em enfermaria de clínica médica de hospital de média complexidade, Ribeirão Preto. Ribeirão Preto, v. 4, n. 2, p. 118-25, 2010.

SIMOES E SILVA, A.C.; OLIVEIRA, E.A. Atualização da abordagem de infecção do trato urinário na infância. J. Pediatr. (Rio J.) [online]. 2015, vol.91, n.6, suppl.1, pp.S2-S10. ISSN 0021-7557. http://dx.doi.org/10.1016/j.jped.2015.05.003.

VASCONCELOS M, LIMA E, CAIAFA L, et al. Voiding Dysfunction in children: pelvicfloor exercises or biofeedback – a randomized study. Pediatr Nephrol. 2006

WHITE, B, Diagnosis and treatment of urinary tract infection in children, Am Fam Physician, 2011

[1] Diplômé en médecine.

[2] Maîtrise en biotechnologie de l’Université de Ribeirão Preto – UNAERP; Spécialiste en formation professionnelle dans le domaine de la santé – Soins infirmiers par la Fondation Osvaldo Cruz – FIOCRUZ; Spécialiste en centre chirurgical de l’Université de Ribeirão Preto – UNAERP; Diplôme en soins infirmiers et obstétrique de l’Université d’État de Minas Gerais – UEMG; Étudiant en médecine à l’Universidade Brasil.

[3] Spécialiste en prothèse dentaire chez Facundade São Leopoldo Mandic; Diplôme en dentisterie de la FOA- École de dentisterie d’Araçatuba – UNESP; Étudiant en médecine à l’Universidade Brasil.

[4] Résidence médicale en pédiatrie à Santa Casa de São Paulo/SP. Titre de spécialiste en pédiatrie par SBP.

Soumis : juillet 2019.

Approuvé : août 2019.

5/5 - (1 vote)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 56152
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

Solicitar Registro DOI
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?