REVISTACIENTIFICAMULTIDISCIPLINARNUCLEODOCONHECIMENTO

Perpetuus Motuus et entropie indépendante dans le même cycle

DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI
SOLICITAR AGORA!
5/5 - (1 vote)

CONTEÚDO

ARTICLE ORIGINAL

DIAS, Francisco Valdevan Alves [1]

DIAS, Francisco Valdevan Alves. Perpetuus Motuus et entropie indépendante dans le même cycle. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 06, Vol. 08, p. 82 à 99. Juin 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/ingenierie-electrique/meme-cycle

RÉSUMÉ

Le présent travail vise à montrer le développement d’un système de mouvement continu pour la production d’électricité, qui reçoit une force initiale, produit de l’énergie pour son propre travail indéfiniment: Un générateur d’énergie infini. Selon la deuxième loi de la thermodynamique, une machine mécanique moto-perpétuelle à mouvement perpétuel, il est impossible de se produire dans la nature. La nouvelle proposition est le Perpetuus Motuus; est ressorti des observations initiales de l’équipement analysé séparément et a jeté les bases nécessaires à l’expérience, subventionnée par quelques références théoriques. Nous présenterons le développement de Perpetuus Motuus à partir du concept appelé entropie indépendante dans le même cycle, qui nous a fait comprendre que l’énergie infinie est possible plutôt que d’être générée, pas créée à partir de rien, mais nous observons qu’elle peut être générée à partir d’une force existante pour ensuite devenir indépendante, avec cette force appliquée dans le système , l’équipement technologique fonctionnera harmonieusement, ce qui rendra votre travail final plus grand que votre travail initial, gagnant en force, en accélération et en puissance. Compte tenu de ce qui précède, on peut affirmer que la génération infinie d’énergie dans le cadre du concept d’entropie indépendante dans le même cycle, où l’entropie n’interfère pas directement dans les résultats de l’autre est possible selon les expériences effectuées et sur la base des spécifications techniques de chaque équipement, le système recevant une force initiale X la production finale était de 10X.

Mots-clés : Entropie, Énergie Infinie, Perpetuus Motuus, Entropie Indépendante, Perpetuum Móbile.

1. INTRODUCTION

L’entropie est une magnitude thermodynamique qui mesure le degré de désordre ou de hasard d’un système physique, qui est associé à l’irréversibilité des états d’un système physique.Un pop-corn lorsqu’il est chauffé, il se transforme en pop-corn, ce processus est spontané car on s’attend à ce que ce résultat soit attendu, mais on ne s’attend pas à ce que le processus inverse se produise naturellement, c’est-à-dire que le pop-corn se transforme à nouveau en maïs. Si cela était possible, l’entropie du système diminuerait et le processus serait non spontané (WALKER, 2016).

Dans le concept de thermodynamique d’un système thermiquement isolé, la mesure de l’entropie devrait toujours augmenter au fil du temps, jusqu’à ce qu’elle atteigne sa valeur maximale. L’entropie est mesurée en kelvin (K), et sa formule est donnée par le rapport entre la quantité de chaleur transférée au cours d’un processus isotherme par la température à laquelle ce processus s’est produit. Formule: ΔS = variation de l’entropie – ΔQ – quantité de chaleur – T – température  Entropie finale Entropie initiale au cours d’un processus isotherme (ΔQ < 0), quando um sistema perde calor, sua entropia diminui. Lorsqu’un système reçoit de la chaleur (ΔQ > 0), son entropie augmente. Enfin, lorsqu’un système n’effectue pas d’échange de chaleur (ΔQ = 0), son entropie reste constante (YOUNG et FREEDMAN, 2008).

Pour le système proposé ne sera pris en compte que l’entropie finale résultante dans le système, puisque du début à la fin du cycle, tous les processus thermodynamiques ont déjà été compensés par les composants technologiques impliqués. Un projet plus comme la loi des gaz idéaux, cycle de Carnot. (WALKER, 2016).

Selon la thermodynamique, si nous prenons une seringue, couvrons la buse et resserrons le câble, nous nous rendons compte qu’il n’est possible de fermer qu’à un certain point, car la pression fera une force contraire qui tend à s’équilibrer. Cette force contraire se produit en raison de l’augmentation de la pression et de la diminution de l’entropie à l’intérieur de la seringue. Sur la base de cette loi, une moto continue (mécanicien) également connue sous son terme latin perpetuum mobile est impossible à réaliser dans la nature, car elle viole au moins la première et la deuxième loi de la thermodynamique (WALKER, 2016).

Le système proposé ici ressemble plus à la machine Carnot (1820), le différentiel est la capacité d’alimentation, car les composants technologiques impliqués dans le système peuvent effectuer des ajustements thermiques, la pression et la vitesse. Sa capacité à fonctionner peut développer un travail en harmonie de manière précise, permettant de rendre votre travail final plus grand que votre travail initial. Ce système n’est pas une moto continue (Perpetuum Móbile) mais un Perpetuus Motuus (en mouvement perpétuel portugais). Perpetuus Motuus en latin avec « us » à la fin signifie (Nous) faire une connotation de la nécessité pour les gens de travailler ensemble, appliquant une force initiale, une intelligence pour assurer son fonctionnement.

2. DÉVELOPPEMENT

Pour expliquer le fonctionnement du système proposé, il est très important de comprendre l’entropie indépendante dans le même cycle. Le système se compose d’un générateur de puissance à pression d’air comprimé, dans lequel les principaux équipements utilisés sont: un compresseur d’air (figure 1), une clé à chocs pneumatique (figure 2) et un alternateur d’énergie (figure 3), initialement connectés dans un cycle ouvert pour à un moment donné fermer le cycle.

Figure 1 : compresseur d’air.

Source : propre élaboration, 2021.

Figure 2 : Clé pneumatique.

Source : propre élaboration, 2021.

Figure 3 : Alternateur d’énergie.

Source : propre élaboration, 2021.

Pour montrer l’entropie indépendante dans le même cycle, la tête du compresseur d’air sera utilisée; le cylindre du compresseur qui stocke l’air; le réservoir de clé pneumatique qui stocke, se transforme en travail et en énergie cinétique. Les pistons contenus dans les compresseurs fonctionnent de la même manière que les pistons à combustion interne. (YOUNG et FREEDMAN, 2008).

Figure 4 : Représente la partie interne de la tête.

Source : propre élaboration, 2021.

Les images de la figure 5 représentent les étapes dans lesquelles la chambre de compression se trouve pendant son travail ; S0, moteur éteint; Si, entropie initiale où la vanne d’admission est ouverte et la soupape de détente est fermée; S2, les deux soupapes se sont fermées et le piston a comprimé l’air; S3, la soupape d’admission fermée que le piston comprime et la soupape de détente s’ouvre au bon moment dans un mouvement rapide (YOUNG et FREEDMAN, 2008).

Figure 5 : États de la chambre de compression.

Source : propre élaboration, 2021.

Pour le fonctionnement du compresseur (figure 1), un compresseur d’air comprimé fonctionnant avec un moteur électrique de 5 CV connecté à une force de puissance externe sera utilisé (figure 6).

Figure 6 : compresseur connecté à une force externe.

Source : propre élaboration, 2021.

Le travail commence avec les soupapes fermées et le piston fermé, lors du démarrage du moteur, le piston descend en faisant un vide, la soupape d’admission s’ouvre et l’air est aspiré dans la chambre, dans laquelle il trouve une certaine entropie; puis le piston commence à monter, la soupape d’admission se ferme et l’air est fortement comprimé, augmentant la pression et diminuant l’entropie, dans le temps exact pendant la compression, la soupape de détente s’ouvre et l’air est poussé dans le système. Tout cela se produit très rapidement provoquant de nombreux phénomènes tels que le chauffage, le refroidissement, l’augmentation de pression, la chute de pression, l’accélération et la condensation. Cependant, pour que cela se produise et que l’air atteigne le cylindre du compresseur, tout le travail est effectué par l’équipement technologique contenu dans le compresseur. Un compresseur est un outil bien connu sur le marché, nous n’entrerons donc pas dans les détails des analyses de la façon dont ces compensations sont effectuées, en continuant à partir du gaz prêt, dans des conditions idéales pour être utilisé. L’air pénètre dans le cylindre du compresseur déjà traité, trouve une entropie différente par rapport au précédent, dans laquelle il diminue en fonction de la quantité d’air qui entre, les soupapes empêchent l’air de revenir et le cylindre ne reçoit de charge, que lorsque le cylindre du compresseur atteint 12 Newtons, 175 psi et 250 litres , atteint sa capacité maximale et arrête automatiquement le moteur qui l’alimente, ce processus prend en moyenne 8 minutes. À ce stade, le compresseur est prêt à fournir l’air idéal pour la clé pneumatique. La clé pneumatique à la réception de la pression d’air commence à s’accumuler, en attendant la force nécessaire à son fonctionnement, la clé a un mécanisme de pompe à essence qui force continuellement l’air dans un réservoir en acier jusqu’à ce que l’air devienne sous pression, plage de haute pression et faible entropie; Après avoir déclenché la gâchette qui peut être manuelle ou automatique, l’air fait une force, faisant tourner les mécanismes à grande vitesse et à haute capacité de couple; La clé peut atteindre 3 900 tr / min et 2 400 N.m, 244,8 Kgfm de couple. Avec le générateur couplé au rotor de la clé pneumatique, qui peut passer par des poulies, des courroies, des engrenages ou même directement à l’arbre, le travail effectué par la clé pneumatique fait pivoter l’axe du générateur de puissance. La clé pneumatique sera très couple et faible rotation;  comme la force de la clé est trop élevée, l’alternateur commencera à produire de l’énergie; au fur et à mesure que la rotation augmente, l’alternateur commence à faire une contre-force; la clé pour compenser cette résistance lance ses marteaux d’impact – composants qui font partie de l’équipement interne – le compresseur à ce moment-là ne fonctionnera qu’avec l’air de votre réservoir, déconnecté de la force électrique et fournissant l’air pour l’interrupteur pneumatique; après une période donnée, qui prend en moyenne une minute selon les expériences effectuées, le générateur atteint sa rotation maximale, 1800 tr / min, tandis que la clé pneumatique fera une force inférieure à la force initiale, en raison de la vitesse du rotor et des boîtes multiplicateurs. La clé pneumatique commence à fonctionner en dessous de sa capacité pour économiser autant d’air que possible, mais avec suffisamment de régime pour l’alternateur qui produira jusqu’à 12 900 Watts de puissance et de courant de 58,4 / 33,9 A. Avec la perte de pression, le moteur sera activé automatiquement lorsque le cylindre du compresseur est inférieur à 90 psi, pression utilisée par la clé pneumatique, mais pour la reconnexion du moteur du compresseur, l’énergie proviendra de l’alternateur lui-même, fermant le cycle pour effectuer le travail indépendamment, pouvant ainsi continuer à fonctionner indéfiniment.

Figure 7 : Cycle du Perpetuus Mótuus.

Source : propre élaboration, 2021.

Pour relier l’entropie au travail et à l’énergie, des expériences ont été réalisées, il convient de mentionner que les expériences de la figure 8 sont des exemples didactiques permettant de mieux comprendre comment fonctionne l’entropie au sein du système proposé et comment l’entropie indépendante dans le même cycle varie en fonction de la séquence stratégique appliquée. Dans l’image 1 de la figure 8, une personne est avec un poids élevé avec les deux bras tendus, bien qu’elle ne semble pas effectuer de travail, en réalité c’est le cas, mais intérieurement par le système du corps de la personne, où les cellules s’étirent et se contractent effectuant un travail au niveau microscopique. À chaque fois que cela passe, le bras descend à cause de la fatigue. Le système du corps fonctionne en harmonie pour compenser les changements d’énergie dans le processus, rendant ainsi perceptible l’oscillation de la température, la déstabilisation des bras et le changement de couleur de la peau. Dans l’exemple de l’image 1, figure 8, il était possible de garder le poids érigé pendant 2 minutes (WALKER, 2016).

Sur les images 2 et 3 de la figure 8, la masse et la hauteur sont restées les mêmes que dans l’exemple précédent, mais il tient le poids en ne soulevant qu’un seul des bras, tandis que l’autre est abaissé ; lorsqu’il commence à baisser son bras par la fatigue causée par le travail interne, il lève l’autre bras et change le poids des mains comme le montre l’image 3, en gardant le poids dans la même gamme de hauteur et en abaissant le bras fatigué pour se reposer; ainsi, au repos, l’entropie à l’intérieur du système change en effectuant les réglages de pression et de température. Ce processus est répété jusqu’à ce que vous ne puissiez plus tenir le poids et que vous puissiez répéter le mouvement du changement de bras, autant de fois que nécessaire. Dans ce dernier exemple, le résultat était 10 fois plus élevé, en gardant le poids soulevé pendant 20 minutes. Bien qu’il s’agisse du même système, du poids et de la taille égale, le système effectuait le travail différemment, où le travail du bras effectué dans le déplacement de bas en haut et de haut en bas dans l’échange de bras, était plus petit que le travail avec les deux bras levés, en raison des compensations thermiques effectuées par le système , ce qui a procuré un gain beaucoup plus important lors de l’exécution du travail de manière stratégique et intelligente (WALKER, 2016).

Figure 8 : expérience réalisée.

Source : propre élaboration, 2021.

Bien que l’observation semble simple, la compréhension finit par être très complexe sans comprendre l’entropie associée. Dans Perpetuus Motuus, cela se produit de manière similaire à l’expérience de la figure 8, où les vannes, le système de refroidissement, les contrôles de pression et les ajustements de vitesse effectuent les compensations, ce qui fait que les étages n’ont pas de connexion directe et fonctionnent indépendamment, c’est-à-dire que l’entropie dans chaque chambre n’influence pas directement les résultats les uns des autres , rendant le travail initial inférieur à leur travail final, fournissant ainsi un gain beaucoup plus élevé à la fin du cycle, en raison des pièges d’entropie indépendants bien qu’ils soient dans le même cycle.

Symboles tels que références et spécifications techniques:

S – entropie;

S0 – entropie 0, état de la chambre de compression avec moteur éteint

Si – entropie initiale, état de la chambre de compression avec la vanne d’admission ouverte et la soupape de détente fermée

S2 – entropie 2, état de la chambre de compression avec les deux soupapes fermées et le piston comprimant l’air;

S3 – entropie 3, état de la chambre de compression avec la vanne d’admission fermée et la soupape de détente ouverte;

Chambre de compression à l’état S4, cylindre de compresseur;

S5 – état de la chambre de compression de la clé pneumatique;

F6 – énergie électrique générée par l’alternateur;

Fi – force initiale;

FF- force finale;

∉ – ne faisant pas partie du même groupe;

W – travail;

K – Kelvin;

ΔQ – quantité de chaleur;

ΔS – Variation de l’entropie;

ΔSs – somme des variations d’entropie;

J – Joules;

| S1<S0 | S2<S1 | S3>S2 |S3∉S1| S3<S4 | S4>S5 | S5∉S1 | S5∉S2 | S5∉S3 | S5<S1|;

Figure 9 : Spécifications du compresseur d’air : Figure 1.

Source : propre élaboration, 2021.

Compresseur d’air comprimé – PSI : 175, – BAR : 12 : Réservoir : 250 Litres : Temps de remplissage : 8 minutes : Nombre de cylindres : 2 : Nombre d’étages : 2 : dB : 76 : RPM de culasse : 1050 : RPM moteur : 3450 : CV moteur électrique : 5 = 3 677 495 W/ 3 750 W : Nombre de pôles : 2 : Diamètre volant moteur : 422 : Courroie.

Figure 10: Spécifications de la clé pneumatique: figure 2.

Source : propre élaboration, 2021.

Clé pneumatique : – Tournevis pneumatique, a une gâchette à l’intérieur de la poignée, idéale pour travailler dans les magasins de pneus, les ateliers, les camions, les bus, les tracteurs, etc. Gâchette de sécurité de l’opérateur à action douce qui permet un meilleur contrôle de la vitesse. Entretien facile, précision dans le travail, usage professionnel, spécifications techniques : Arbre : 1″ Vitesse libre : 3900 RPM, couple maximum : 2400 Nm, 244,8 Kgfm, capacité de vis : 38mm, – entrée d’air : 1/2″, – tuyau conseillé : 1/2″, – pression d’air recommandée : 8-10 kg/cm², 90 PSI.

Figure 11 : Spécifications de l’alternateur de puissance : Figure 3.

Source : propre élaboration, 2021.

Alternateur / groupe électrogène : Type composé, Puissance 12,9 kVA, 12900W, Nombre de phases Triphasé, Tension 127 V / 220 V, Fréquence 60 Hz, Courant maximum 58,4 / 33,9 A, Rotation 1800 tr/min, Cadre 180 mm, Degré de protection IP21.

3. CONCLUSION

Conversions des énergies utilisées et générées par le système:

-90 lb = 40,82 kg

Formule : Multipliez la valeur en livres par le facteur de conversion ‘0,4536’.

Par conséquent, 90 livres = 90 × 0,4536 = 40,8233133 kilogrammes.

-244,8 (244,8) kg-forcemètre = 66690 Watt-heure (Wh)

Formule : Multipliez la valeur en kilogrammes-forcemètre par le facteur de conversion ‘273,3’.

Par conséquent, 244,8 kg-compteur de force = 244,8 × 273,3 = 66685,2199999 Watts-heure (Wh).

-Travaux initiaux = 3677 495 (3677 495) kilowattheures (kWh) = 1 3239 × 1010 Joules (J)

Formule: Multipliez la valeur en kilowattheure (kWh) par le facteur de conversion ‘3.6005 × 106‘. Par conséquent, 3677 495 kilowattheures (kWh) = 3677 495 × 3 6005 × 106 = 1,3238982 × 1010 ou 13238982000 Joules (J).

-Travaux finaux = 12900 kilowattheures (kWh) = 4 644 × 1010 joules (J)

Formule: Multipliez la valeur en kilowattheures (kWh) par le facteur de conversion ‘3.6 × 106‘. Par conséquent, 12900 kilowattheures (kWh) = 12900 × 3,6 × 106 = 4 644 ×1010 ou 46440000000 Joules (J).

Calculs de la variation de l’entropie dans le système

Figure 12 : ΔS1 = Variation de l’entropie au stade 1.

Figure 13 : ΔS2 = Variation de l’entropie au stade 2.

Source : propre élaboration, 2021.

Figure 14 : ΔS3 = Variation de l’entropie au stade 3.

Source : propre élaboration, 2021.

ΔS3 = > S5<S4

Les valeurs utilisées pour représenter les variations d’entropies dans le système sont des valeurs hypothétiques, car si les valeurs réelles étaient placées, elles seraient absurdement élevées, mais les différences qui déterminent lesquelles sont supérieures ou inférieures à (> <) sont correctes , (JEARL WALKER, 2016 ).

|Si > S2, S3, S4, S5|S2 < Si, S3, S4 | S4 > S3, S5 | S5 < Si, S2, S3, S4 || ΔS1<ΔS2, ΔS3 | ΔS3<ΔS2 | ΔS2>ΔS1, ΔS3|.

ΔS = Sf – Si

ΔS1 = 15 – 10 = 5

ΔS2 = 25 – 15 = 10

ΔS3 = 5 – 25 = -20

ΔSs = ΔS1 + ΔS2 + ΔS3

ΔS = 5 + 10 + (-20)

ΔSs = -5

ΔS = Sf – Si

ΔS = -5 – (100) = -105

Sf < Si => L’entropie a diminué.

Sur la base des spécifications techniques et des expériences effectuées, un résultat satisfaisant du gain de travail et par conséquent de la force électrique a été observé, car le moteur du compresseur consomme 3 677 495 ce qui est pour son fonctionnement tandis que le système produit 12 900 ce qui est; ayant un excédent de 9 222 505 Whats. Il est à noter que le système proposé ici peut être monté dans différentes tailles, en utilisant différents équipements qui fonctionne avec de l’air comprimé, où les plus populaires sont: clé pneumatique, tournevis à air, pistolet pneumatique, concasseur pneumatique, batteur pneumatique ou mécanismes qui effectuent tout type de travail pour faire pivoter, vibrer, pousser, suspendre, abaisser. Les pouvoirs et les tailles varient en fonction des besoins de chaque projet. Par rapport à l’énergie solaire, photovoltaïque, éolienne et autre énergie similaire, le système proposé présente de nombreux avantages, tels que: Espace physique réduit, coût d’implantation inférieur, praticité dans la mise en œuvre, ne dépend pas des conditions météorologiques, génère à tout moment indépendamment du soleil, du vent ou de la pluie.

Selon la première loi de la thermodynamique, l’énergie ne peut pas être créée et ne sort pas de nulle part; c’est en effet une grande vérité, mais l’un des avantages de Perpetuus Motuus est que l’énergie accumulée sous forme de pression d’air comprimé peut être stockée et transportée d’un endroit à un autre, permettant l’initiation du système à tout moment en fonction uniquement d’un flux d’air pour son fonctionnement.

4. CONSIDÉRATIONS FINALES

À travers ce travail, nous montrons le développement et les tests initiaux d’un Perpetuus Motuus, un système qui fonctionne dans un cycle intelligent utilisant de l’air comprimé pour la production d’énergie mécanique / électrique, fonctionnant à partir d’une force initiale, en fonction uniquement d’un flux d’air et de la durée de vie de l’équipement pour produire de l’énergie indéfiniment. L’entropie indépendante a été mise en évidence dans le même cycle, un phénomène physique fourni par la cybernétique dans sa terminologie. Nous comprenons comment et pourquoi l’énergie peut être générée, améliorée et transformée, ce qui permet de produire plus que sa consommation, vérifiant ainsi l’entropie indépendante dans le même cycle. Ainsi, ce projet apportera plusieurs avantages à la société car il s’agit d’une source d’énergie renouvelable, d’une grande capacité de production, d’un faible coût, capable de produire dans un petit espace physique, non vulnérable aux conditions climatiques et avec de faibles niveaux d’impacts environnementaux. De cette façon, il est impossible pour Perpetuus Motuus de se produire spontanément dans la nature sans une personne qui peut créer un tel système en raison de la technologie et de l’intelligence associée.

RÉFÉRENCES

WALKER, Jearl. Fundamentos de física, gravitação, ondas e termodinâmica, décima edição. Rio de Janeiro: LTC, 2016, pág. 643, volume 2, (ISBN 978-85-216-3206-1).

______.  Fundamentos de física, gravitação, ondas e termodinâmica, décima edição. Rio de Janeiro: LTC, 2016, 552, volume 2, (ISBN 978-85-216-3206-1), (processos Irreversíveis e Entropia Halliday & Resnick).

______.  Fundamentos de física, gravitação, ondas e termodinâmica, décima edição. Rio de Janeiro: LTC, 2016, 550, 551, volume 2 (ISBN 978-85-216-3206-1) (Entropia e a Segunda Lei da Termodinâmica, Halliday & Resnick).

______.  Fundamentos de física, gravitação, ondas e termodinâmica, décima edição. Rio de Janeiro: LTC, 2016, 252, volume 2 (ISBN 978-85-216-3206-1) (variação da entropia, Halliday & Resnick).

______. Fundamentos de física, gravitação, ondas e termodinâmica, décima edição. Rio de Janeiro: LTC, 2016, 564, volume 2 (ISBN 978-85-216-3206-1), (entropia no mundo real: Máquinas Térmicas, Halliday & Resnick).

______. Fundamentos de física, gravitação, ondas e termodinâmica, décima edição. Rio de Janeiro: LTC, 2016, 597, volume 2, 20-17 (ISBN 978-85-216-3206-1), (Uma Visão Estatística da Entropia, Halliday & Resnick).

______.  Fundamentos de física, gravitação, ondas e termodinâmica, décima edição. Rio de Janeiro: LTC, 2016, 485,486, volume 2 (ISBN 978-85-216-3206-1), (Halliday & Resnick, a teoria cinética dos gases, o número de avogadro).

______.  Fundamentos de física, gravitação, ondas e termodinâmica, décima edição. Rio de Janeiro: LTC, 2016, 182, volume 2 (ISBN 978-85-216-3206-1), (Halliday & Resnick, teorema do trabalho e energia cinética).

YOUNG e FREEDMAN, Física II, termodinâmica e ondas, 12ª edição.São Paulo: Pearson Education do Brasil, 2008, 293 – 302, (ISBN 978-85-88639-33-1), (Sears & Zemansky, entropia).

YOUNG e FREEDMAN, Física II, termodinâmica e ondas, 12ª edição. São Paulo: Pearson Education do Brasil, 2008, 284-292, cap. 20.4, (ISBN 978-85-88639-33-1), (Sears & Zemansky, Refrigeradores).

[1] Fonctionnaire municipal, École secondaire.

Déposée: Avril 201.

Approuvé : Juin 2021.

5/5 - (1 vote)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

DOWNLOAD PDF
RC: 90770
POXA QUE TRISTE!😥

Este Artigo ainda não possui registro DOI, sem ele não podemos calcular as Citações!

SOLICITAR REGISTRO
Pesquisar por categoria…
Este anúncio ajuda a manter a Educação gratuita
WeCreativez WhatsApp Support
Temos uma equipe de suporte avançado. Entre em contato conosco!
👋 Bonjour, Besoin d'aide pour soumettre un article scientifique?