Mortalité due aux maladies chroniques non transmissibles: scénario de Parnaíba – Piauí

0
34
DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/sante/scenario-de-parnaiba
Rate this post
PDF

ARTICLE DE RÉVISION

OLIVEIRA, Vanessa Cristina de Castro Aragão [1], RANGEL, Amanda Faria [2], LOBO, Estéfane Costa Silva [3]

OLIVEIRA, Vanessa Cristina de Castro Aragão. Et al. Mortalité due aux maladies chroniques non transmissibles: scénario de Parnaíba – Piauí. Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 05, Ed. 11, vol. 11, p. 56-66. novembre 2020. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sante/scenario-de-parnaiba, DOI: 10.32749/nucleodoconhecimento.com.br/sante/scenario-de-parnaiba

RÉSUMÉ

Introduction : Les maladies chroniques non transmissibles (MNT) représentent un obstacle énorme à la santé mondiale. En plus de causer des répercussions économiques sur les familles et les collectivités, elles causent également de nombreux décès prématurés, causent de grandes restrictions et des pertes de qualité de vie. Objectif : Présenter le profil de mortalité dû aux maladies chroniques non transmissibles dans la ville de Parnaíba (IP) de 2016 à 2019. Méthodes : Il s’agit d’une conception écologique des séries de temps, avec des données recueillies auprès du Système d’information sur la mortalité (SIM) du ministère de la Santé, entre août et janvier 2020. Les données qui présentaient de l’information provenant d’autres municipalités ont été exclues. Pour la collecte de données, la version 3.6b de TABWIN, un programme fourni par DATASUS, a été utilisée. L’analyse des données a été effectuée au moyen d’analyses statistiques descriptives, y compris le nombre et le pourcentage entiers de maladies chroniques non transmissibles. Résultats et discussion : Les taux de mortalité, de 2016 à 2019, dus aux MNT, présentent un pourcentage élevé de décès pour maladies cardiovasculaires (MCV), totalisant 52,51 %, suivis des néoplasmes (25,31 %), du diabète sucré (12,75 %) respiratoires, responsables de 9,43 % des décès. Conclusion : L’étude a permis d’identifier une conformité des taux de mortalité entre les femmes et les hommes, étant plus élevée chez les hommes en général, au cours de la période étudiée, et que les décès dus aux maladies cardiovasculaires totalisent plus de la moitié des décès dus à la MNT dans la municipalité de Parnaíba.

Mot-clé : maladies chroniques non transmissibles, soins de santé primaires, mortalité.

INTRODUCTION

Les maladies chroniques non transmissibles (MNT) représentent un obstacle énorme à la santé mondiale. En plus de causer des répercussions économiques sur les familles et les collectivités, elles causent également de nombreux décès prématurés, causent de grandes restrictions et des pertes de qualité de vie.

L’Organisation mondiale de la Santé veille à ce que les MNT dans le monde représentent environ 70 % des décès, soit environ 38 millions de personnes meurent chaque année et que de ces décès, 16 millions meurent de moins de 70 ans, et près de 28 millions de ces décès surviennent dans des pays où il a un revenu compris entre la moyenne et la faible fourchette. (MALTA et al., 2017).

Les données ci-dessus devraient servir d’alerte, non seulement aux systèmes de santé, mais aussi à la population mondiale. Étant dit que l’apparition du problème n’est pas seulement causée par l’inefficacité des stratégies de contrôle, ayant comme principale raison le manque de soins de santé personnels et l’accès à l’information (MOGRE JOHNSON et al., 2017).

Des études montrent que les MNT inférencent le chaos économique dans le système de santé, reflétant dans la société, et que ces maladies créent un cercle vicieux avec la pauvreté, ayant un impact négatif sur le développement macroéconomique du Brésil, en particulier dans les municipalités à revenu moyen et faible.

Au Brésil, ainsi que dans la ville de Parnaíba (PI), les MNT constituent un dilemme sanitaire d’une importance suprême, reflétant l’augmentation de la mortalité et ce fait est étroitement lié aux habitudes de vie, telles que la nutrition inadéquate, le mode de vie sédentaire, l’alcool et le tabagisme.

L’aggravation de la situation clinique des MNT contribue grandement aux hospitalisations sensibles aux soins primaires et reflète la faible participation des patients atteints de ces pathologies aux traitements offerts gratuitement par le système de santé brésilien, augmentant le taux de mortalité principalement dû aux maladies cardiovasculaires et au diabète sucré.

Compte tenu de ce qui précède, cette étude propose de dépeindre le profil de mortalité dû aux maladies chroniques non transmissibles dans la ville de Parnaíba (IP) dans la période de 2016 à 2019.

MATÉRIEL ET MÉTHODES

ASPECTS ÉTHIQUES

Selon la résolution n° 510/2016 du Conseil national de la santé, ces bases de données n’ont pas besoin d’être approuvées par le Comité d’éthique de la recherche parce qu’elles contiennent des informations agrégées.

DESSIN, SITE D’ÉTUDE ET PÉRIODE

Il s’agit d’une conception écologique des séries de temps, avec des données recueillies auprès du Système d’information sur la mortalité (SIM) du ministère de la Santé. Entre août et janvier 2020.

CRITÈRES DE POPULATION, D’INCLUSION ET D’EXCLUSION

Les données sur la mortalité des habitants de la municipalité de Parnaíba (PI) par MNT were ont été utilisées, en utilisant comme filtres de recherche dans le SIM, les codes de la 10e révision de la Classification internationale des maladies (CIM X) telles que les maladies du système respiratoire (codes J30-J98), les maladies du système circulatoire (Codes I00-I99), le diabète sucré (codes E10-E14) et les néoplasmes malins (codes C00-C97), entre 2016 et 2019. Les données qui présentaient de l’information provenant d’autres municipalités ont été exclues.

COLLECTE ET ANALYSE DE DONNÉES

Pour la collecte de données, la version 3.6b de TABWIN, un programme fourni par DATASUS, a été utilisée. Cet outil a facilité le traitement et la compilation des données, qui ont été exportées vers une feuille de calcul du programme Excel afin de suivre l’analyse statistique et la construction de graphiques et de tableaux.

ANALYSE DES RÉSULTATS

L’analyse des données a été effectuée au moyen d’analyses statistiques descriptives, y compris le nombre et le pourcentage entiers de maladies chroniques non transmissibles.

RESULTATS ET DISCUSSION

Sur les 4 226 décès signalés par le Système d’information sur la mortalité (SIM) de la municipalité de Parnaíba entre 2016 et 2019 (graphique 1) pour toutes les causes, 2 017 (47,73 %) étaient des femmes et 2 197 (51,98 %) hommes et 12 (0,28 %) ont eu des rapports sexuels, étant indéterminées, de ces décès, 1 992 (47,14 %) causés par les MNT.

Figure 1- Nombre de décès généraux par an et de rapports sexuels dans la municipalité de Parnaíba (PI) de 2016 à 2019


Source: SIM/MS

Compte tenu du nombre total de décès, une homogénéité de l’occurrence est observée chez les femmes et les hommes, mais entre 2016 et 2017, il y a une diminution du nombre de décès chez les hommes, qui se produit à l’inverse chez les femmes, restant, tous deux relativement stables entre les années 2017 et 2018, resserreissant chez les hommes et diminuant chez les femmes dans la période marquée par 2018 à 2019.

Les taux de mortalité, de 2016 à 2019, dus aux MNT présentées au tableau 1, montrent un pourcentage élevé de décès pour maladies cardiovasculaires (MCV), totalisant 52,51 %, suivis des néoplasmes (25,31 %), du diabète sucré (12,75 %) respiratoires, responsables de 9,43 % des décès.

Tableau 1- Décès dus au MNT dans la municipalité de Parnaíba (PI) de 2016 à 2019

La cause Codes ICD-10 Décès
¡n %
Maladies cardiovasculaires I 00 – I 99 1.046 52,51
Néoplasmes C 00 – C 97 504 25,31
Diabète sucré E 10 – E 14 254 12,75
Maladies respiratoires J 30 – J 98 188 9,43
Total 1.992 100

Source: SIM/MS

En analysant le MCV en détail, il est possible d’observer dans le graphique 2, une similitude entre les taux de mortalité entre les femmes et les hommes au cours de la période étudiée.

On observe également qu’en 2016 le nombre de décès chez les hommes (13,48%) il est plus élevé que chez les femmes (11,06%), ce qui réduit cet écart en 2017 à 0,58%, restant à environ 1% les années suivantes.

Graphique 2 : Taux de décès dus aux maladies cardiovasculaires par sexe et par an dans la ville de Parnaíba (PI) de 2016 à 2019.

Source: SIM/MS

En ce qui amont de la répartition des décès dus à des maladies non transmissibles dans la municipalité de Parnaíba, les maladies cardiovasculaires occupent la première cause de décès, étant responsables de plus de la moitié des décès, sans être en désaccord avec ce qui est déjà démontré au Brésil et dans le monde. En 2016, selon l’Organisation mondiale de la santé, parmi les MNT, les maladies cardiovasculaires représentaient 28% des décès (OMS, 2018).

Les maladies cardiovasculaires et leurs complications traduisent un impact négatif élevé de la productivité au travail et du revenu familial. Pour renverser cette situation, le Brésil doit atteindre la portée de réduction de 25 % recommandée dans le Plan d’action mondial sur les MNT. (MALTE, 2019)

Graphique 3 : Taux de décès dus au diabète sucré par an et aux rapports sexuels dans la ville de Parnaíba (IP) de 2016 à 2019.

Source: SIM/MS

Le graphique 3 montre qu’entre 2016 et 2018, sur les 254 décès dus au diabète sucré, il y avait une fréquence de mortalité plus élevée chez les femmes que chez les hommes et montre qu’il y a une augmentation du nombre de décès chez les femmes et, dans l’autre sens, la baisse du nombre de décès chez les hommes. En 2019, à l’opposé de l’exercice biennal précédent, on a observé une baisse de la mortalité chez les femmes et une augmentation chez les hommes.

En 2016, environ 41 millions de décès dans le monde étaient dus à des maladies non transmissibles (MNT). Dans ce groupe, le diabète sucré se distingue, responsable de 1,6 million de décès, soit 4%, au Brésil, cette pathologie est responsable de 5% de tous les décès dus à des maladies chroniques non transmissibles (OMS, 2018; OMS, 2019)

Le graphique 4 montre les décès dus à une bronchopneumopathie obstructive chronique survenue entre 2016 et 2019, dépeignant une homogénéité du taux de mortalité chez les deux sexes au cours de la période étudiée.

On observe qu’en 2019, le pourcentage le plus élevé de décès était de 14,90% chez les femmes et de 15,96% chez les hommes, tandis que le taux de mortalité le plus bas s’est produit en 2018, avec respectivement 10,64% et 11,17% pour les femmes et les hommes.

Graphique 4 : Taux de décès dus à une maladie pulmonaire obstructive conique, par année et par sexe, dans la municipalité de Parnaíba (PI), de 2016 à 2019. 

Source: SIM/MS

Le taux de mortalité dû à la MPOC dans la municipalité de Parnaíba est indiqué selon ce que l’on trouve dans les données épidémiologiques nationales, telles que rapportées par Gonçalves-Macêdo et al, (2019) dans leur étude, qui démontre le taux de mortalité dû à la MPOC ajustée en fonction du sexe et de l’âge au Brésil, a été considérablement réduite. Le modèle de prévision validé pour 2017 montre que l’incidence et la mortalité de la MPOC continuent de diminuer. (GONÇALVES-MACÊDO et al, 2019)

Sur les 504 décès dus aux néoplasmes (graphique 5), on a observé une fréquence plus élevée en 2016, 16,07 % chez les femmes et 10,71 % chez les hommes. En 2017, il y a eu une diminution progressive du nombre de décès chez les deux femmes, de 12,69% chez les décès et chez les hommes, de 9,32% de décès, tandis qu’en 2018, une nouvelle augmentation de la mortalité est observée chez les deux sexes avec une baisse ultérieure l’année suivante (2019), avec le même pourcentage de décès chez les deux sexes.

Figure 5 : Nombre de décès dus à la néoplasie, par an et par sexe, dans la municipalité de Parnaíba (PI), de 2016 à 2019.

Source: SIM/MS

CONSIDÉRATIONS FINALES

Les impacts causés par la mortalité due aux MNT incarnent à l’avance l’ampleur du problème de santé publique résultant de maladies telles que l’hypertension et le diabète.

L’étude a permis d’identifier une conformité des taux de mortalité entre les femmes et les hommes, étant plus élevé chez les hommes en général, dans la période étudiée, et que les décès dus aux maladies cardiovasculaires totalisent plus de la moitié des décès dus au MNT dans la municipalité de Parnaíba.

Le profil décrit par les données fournies par SIM – système d’information sur la mortalité du Ministère de la santé, peut être comparé aux résultats nationaux et mondiaux, ce qui indique clairement que les décès dus aux MPOC diminuent et que la fréquence des décès dus au diabète sucré est élevée chez les femmes.

RÉFÉRENCES

ANDRADE Maria Margarida de. Introdução à metodologia do trabalho científico. 7ed. São Paulo: Atlas, 2006;

BRASIL, Organização Mundial da Saúde. Disponível em: http://www.saude.gov.br/vigilancia-em-saude/vigilancia-de-doencas-cronicas-nao-transmissiveis-dcnt/plano-de-acoes-estrategicas-para-o-enfrentamento-das-doencas-cronicas-nao-transmissiveis-dcnt. Acesso em: 28/08/2019;

BRASIL. Conselho Nacional de Secretários de Saúde. Para entender a gestão do SUS / Conselho Nacional de Secretários de Saúde. Brasília: CONASS, 2003.

BRASIL. Ministério da Saúde. Indicadores Básicos para a Saúde no Brasil: conceitos e aplicações. Disponível em: http://www.ripsa.org.br/php/level.php?lang=pt&component=68&item=20. Acesso em:28/08/2019;

DUCAN, AER. Doenças crônicas não transmissíveis causam mortes prematuras. Disponível em: https://www.paho.org/bra/index.php?option=com_content&view=article&id=4766:doencas-cronicas-nao-transmissiveis-causam-16-milhoes-de-mortes-prematuras-todos-os-anos&Itemid=839. Acesso em: 28/08/2019;

Duncan BB, Stevens A, Schmidt MI. Mortalidade por doenças crônicas no Brasil: situação em 2010 e tendências de 1991 a 2010. In: Ministério da Saúde. Saúde Brasil 2011. Brasília, DF; 2012. p.95-103.

GONCALVES-MACEDO, Liana et al. Tendências da morbidade e mortalidade da DPOC no Brasil, de 2000 a 2016. J. bras. pneumol. [online]. 2019, vol.45, n.6, e20180402. Epub Nov 25, 2019. ISSN 1806-3756.  https://doi.org/10.1590/1806-3713/e20180402.

GONZALES, R.F.; BRANCO, R. A Relação com o Paciente – Teoria, Ensino e Prática-  Editora Guanabara e Koogan. 2003;

MALTA DC, BERNAL RTI, LIMA MG, ARAÚJO SSC, SILVA MMA, FREITAS MIF, et al. Doenças crônicas não transmissíveis e a utilização de serviços de saúde: análise da Pesquisa Nacional de Saúde no Brasil. Rev Saude Publica. 2017;51 Supl 1:4s.

MC WHINNEY, Ian R. Manual de Medicina de Família e Comunidade. 3.ed. Porto Alegre: Artmed, 2010;

ORGANIZAÇÃO MUNDIAL DA SAÚDE. CID-10 Classificação estatística internacional de doenças e problemas relacionados à saúde. 10. rev. São Paulo: Universidade de São Paulo, 1997. v. 1.

ORGANIZAÇÃO MUNDIAL DA SAÚDE. CID-10 Classificação estatística internacional de doenças e problemas relacionados à saúde. 10. rev. São Paulo: Universidade de São Paulo, 1997. v. 2.

PEREIRA, Maurício Gomes. Epidemiologia: teoria e prática. Rio de Janeiro: Guanabara Koogan, 1995;

PORTO, Celmo Celeno. Semiologia Médica. 6.ed. Guanabara Koogan, 2009.

SCHMIDT MI, DUNCAN BB, HOFFMANN JF, MOURA L, MALTA DC, CARVALHO RMSV, et al. Prevalência de diabetes e hipertensão no Brasil baseada em inquérito de morbidade auto-referida, Brasil, 2006. Rev Saude Publica. 2009 nov;43 supl 2:74-82.

SCHMIDT MI, DUNCAN BB, SILVA GA, MENEZES AM, MONTEIRO CA, BARRETO SM, et al. Chronic noncommunicable diseases in Brazil: from: http://www.who.int/nmh/events/ncd_action_ plan/en/

SCHMIDT, MI et all. Mortalidade por doenças cronicas não transmissiveis no Brasil e suas regioes, 2000 a 2011. Artigo medico, 2012. Disponível em: https://www.scielosp.org/scielo.php?pid=S2237-9622201400074k00599&script=sci_arttext&tlng=pt. Acesso em: 04/09/2019.

WORLD HEALTH STATISTICS 2018: monitoring health for the SDGs, sustainable development goals. Geneva: World Health Organization; 2018. Licence: CC BY-NC-SA 3.0 IGO. ISBN 978-92-4-156558-5

WORLD HEALTH STATISTICS 2019: monitoring health for the SDGs, sustainable development goals. Geneva: World Health Organization; 2019. Licence: CC BY-NC-SA 3.0 IGO. ISBN 978-92-4-156570-7

[1] Doctorat en santé publique.

[2] Académique du cours de médecine.

[3] Académique du cours de médecine.

Soumis : octobre 2020.

Approuvé : novembre 2020.

Rate this post

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here