Réponse patiente avec Lupus Erythemenasus au traitement avec Yamamoto New Scalp Acupuncture (YNSA)

0
140
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
PDF

ARTICLE DE RÉVISION

FONSECA, Karine Lucas Tavares da [1], SOBRINHO, Raul Breves [2]

FONSECA, Karine Lucas Tavares da. SOBRINHO, Raul Breves. Réponse patiente avec Lupus Erythemenasus au traitement avec Yamamoto New Scalp Acupuncture (YNSA). Revista Científica Multidisciplinar Núcleo do Conhecimento. An 06, Ed. 04, Vol. 09, pp. 142-182. avril 2021. ISSN: 2448-0959, Lien d’accès: https://www.nucleodoconhecimento.com.br/sante/lupus-erythemenasus

Contents

RÉSUMÉ

On estime que 5 millions de personnes dans le monde souffrent d’une forme de lupus. C’est une maladie auto-immune, idiopathique et jusqu’à présent incurable, qui touche, en particulier, les femmes en période de reproduction. En Occident, son traitement est éducatif, essentiellement médicamenteux, avec l’administration d’anti-inflammatoires, d’antipaludiques et d’immunosuppresseurs. Pour la médecine traditionnelle chinoise (MTC), le lupus est avant tout un déséquilibre syndromique, qui varie en fonction de sa manifestation. L’ensemble de ces troubles est classé comme détérioration de la rate (Pi) et du cœur (Xin), affaiblissement du feu et de la porte de la vie. Le traitement par MTC se produit avec l’administration de plantes médicinales, de thérapies diététiques, d’acupuncture, de massage, de moxibustion, de Qi Gong, de magnétothérapie, de thérapie par le vent, de fleurs et autres. YNSA (Yamamoto Neue Schädelakupunktur) est une scalpothérapie somatotopique qui, entre autres avantages, dispose de points d’accès aux 12 méridiens principaux, bilatéralement. Habituellement utilisé en cas de douleur, de troubles neurologiques et d’affections chirurgicales, il dispose de ses propres méthodes de diagnostic qui servent également à suivre le traitement. Ryodoraku est l’outil de diagnostic actuel le plus sensible et le plus reproductible pour identifier l’énergie moyenne en circulation dans les méridiens. Cette recherche visait à identifier l’utilité de YNSA dans le traitement des patients atteints de lupus. Dans ce processus, l’évolution énergétique d’un patient atteint de lupus considéré comme sévère a été surveillée, sur 23 applications d’YNSA. Il a été comparé aux résultats de l’acupuncture avec ceux de l’allopathie. Avec YNSA, en plus de la relaxation et du contrôle de la douleur, il y avait une plus grande adéquation énergétique. Les gains pertinents sur les 23 applications de YNSA, atteignant trois fois le schéma énergétique initial, ont presque complètement reculé vers un traitement exclusif par allopathie. En effet, le diphosphate de chloroquine a entraîné beaucoup plus de pertes que de gains.

Mots-clés: YNSA, Lupus, Chloroquine Diphosphate.

1. INTRODUCTION

Lupus Erythetosus est une maladie auto-immune qui touche principalement les femmes âgées de 20 à 30 ans. Discoïde ou systémique, si elle n’est pas traitée, peut conduire à la mort. Dans la littérature fiable, il n’y a aucun cas de guérison ou de signal qui mène à cette voie. Son étiologie va de la génétique à la psychologie, en passant par les subtilités de la gynécologie, de l’endocrinologie, de la psychoneuroimmunologie et de la pharmacologie. Aux yeux de la médecine chinoise, c’est un désordre de syndrome, et peut désigner plusieurs syndromes selon l’affaiblissement.

YNSA (Yamamoto New Scalp Acupuncture ou Yamamoto Neue Schädelakupunktur) est une thérapie japonaise du cuir chevelu, principalement utilisée dans les cas de douleur et de séquelles neurologiques. Il est également indiqué pour le traitement des organes internes et diffère de la craniopuncture chinoise (développée une décennie plus tôt), particulièrement par l’approche somatotopic et non corticale (YAMAMOTO, 2007 ; BOUCINHAS, 2007) ou réflexologique (KWANG, s.d.).

Selon Dethelefsen et Dahlke (1983, p. 16, 17), la maladie est un état de l’être humain qui indique que dans leur conscience il y a discorde. La maîtrise des activités physiques et psychiques, ainsi que des structures organiques, sont promues et commandées par les cinq organes essentiels, représentants des Cinq Mouvements (YAMAMURA, 2004).

Convergeant MTC vers les concepts occidentaux et YNSA vers LES, cette monographie est soumise aux normes de l’ABNT (Association brésilienne des normes techniques), justifiant :

  • Socialement, pour lancer un nouveau regard sur la thérapie par rapport au lupus;
  • Institutionnellement, il favorise la recherche et la diffusion;
  • Scientifiquement, il offre la nouveauté de thème soutenue par le diagnostic de ryodoraku et insuffle des discussions au sujet de YNSA dans d’autres maladies autoimmunes.

Dans ce travail, la question se pose : YNSA peut-il être utile dans le contrôle du lupus ? Le lupus est une maladie complexe et multifactorielle, qui peut être traitée de plusieurs façons, selon la manifestation des symptômes. YNSA stimule immédiatement et abondamment le cerveau, suggérant une large libération de neurotransmetteurs (collines, amines biogéniques, acides aminés et neuropeptides), qui sont hormonosensibles (ainsi que le lupus) et immunosensibles…

Objectifs spécifiques :

  • Démontrer l’évolution des 24 méridiens via Ryodoraku pendant le traitement du patient lupus avec YNSA
  • Comparer l’ampèrement des 24 méridiens du patient lupus pendant : 1) traitement exclusif avec YNSA ; 2) la combinaison de YNSA avec l’allopathie ; et 3) l’intervention exclusive en matière de drogues;
  • Évaluer l’état énergétique des 5 éléments et du rapport Yin/Yang
  • Corréler les perspectives diagnostiques et thérapeutiques orientales et occidentales;
  • Enregistrez les impressions et les réactions du patient concernant le traitement de YNSA.

2. RÉVISION

2.1 ÉRYTHESUS LUPUS ETYMO

« Lupus », du latin lupus, synonyme de « lupo » (HOUAISS et al, 2009), signifie loup. Il s’agit d’un terme utilisé pour désigner les lésions cutanées érosives, sous la forme d’une morsure de loup (ANTAS, 1980; STEDMAN, 1990; COSTEIRA, 2001).

Le lupus érythémateux systémique (LES ou alors SLE – Systemic Lupus Erythematosus) est caractérisé par une inflammation chronique de la peau, avec des ulcérations ou des taches, selon le type spécifique (HOUAISS et al, 2009). Amadio (2002) la définit comme une tuberculose de la peau et Oliveira (2004) dit qu’elle fait partie d’un groupe de cutanéopathies dans lesquelles les lésions subissent une érosion.

2.2 ÉTIOLOGIE ET ​​PHYSIOPATHOLOGIE DU LES

Lupus érythèse systémique (LES) est le prototype classique de la maladie multisystémique d’origine auto-immune, caractérisée par un large éventail d’autoanticorps, en particulier antinucléaires (ANA) (COTRAN et al, 2000). Son caractère auto-immun est caractérisé par la production d’anticorps contre les composants du noyau cellulaire, en association avec un ensemble varié de manifestations cliniques (MAGALHÃES et al, 2003).

Son étiologie est inconnue et probablement multifactorielle (CECATTO et al, 2004), de sorte que des éléments génétiques, hormonaux et environnementaux participent à son développement (COMISSÃO DE LÚPUS DA SOCIEDADE BRASILEIRA DE REUMATOLOGIA, 2011). Des études suggèrent une relation entre le LES et le chromosome X et non avec le sexe sexuel ou les hormones sexuelles (SCOFIELD et al, 2014).

Selon Cotran et al (2000), le nombre apparemment illimité d’anticorps chez les patients atteints de lupus contre les autoconstituteurs indique que leur défaut fondamental est un échec des mécanismes de réglementation qui maintiennent l’auto-tolérance. Utiyama et al (2004), confirme. Pour lui, c’est l’activation du complément, par des complexes immunitaires qui sont déposés dans plusieurs organes qui est lié à la physiopathogène. Le complément est un composant thermo de labile du sérum capable de lisser la bactérie qui contribue à la défense de l’hôte également en fixant des opsonines ou en complétant des fragments sur la surface bactérienne, facilitant la phagocytose (MAYER, 2009 ; ABBAS et al 2008).

L’activation complémentaire, qui comprend plus de 20 protéines sériques (C1qrs, C2, C3, C4, etc.), peut recruter et activer plusieurs cellules, y compris les cellules polymorphonucléaires et les macrophages. En outre, il peut participer à la régulation des réponses d’anticorps, aussi bien qu’aider à l’élimination des complexes immunologiques et des cellules apoptotiques, ou même contribuer à l’inflammation et aux dommages de foie, générant l’anaphylaxie (MAYER, 2009).

Insuffisance héréditaire d’homozygote de C1q, C1r, C1s, C4 et C2 susceptibilité au SLE. L’affaiblissement dans l’activation de la voie classique due à cette insuffisance reflète dans la solubilisation et l’enlèvement des complexes. L’insuffisance de CR1 compromet également l’enlèvement des complexes, favorisant leur dépôt dans différents tissus et, par conséquent, inflammation (UTIYAMA et al, 2004).

Un autre aspect impliqué dans le déclenchement de cette maladie inflammatoire (SOCIEDADE BRASILEIRA DE REUMATOLOGIA apud REIS et al, 2014), est dans l’insuffisance de la vitamine D (ARNSON et al, 2007), dont les niveaux sont inversement liés à l’activité de la maladie (TEIXEIRA et COSTA, 2012).

La vitamine D agit sur la régulation et la différenciation des cellules telles que les lymphocytes, les macrophages et les cellules natural killer (NK); interfère avec la production de cytokines in vivo et in vitro; réduit la production d’interleukine-2 (IL-2), d’interféron-gamma (INFγ) et de facteur de nécrose tumorale (TNF); inhibe l’expression de l’IL-6 et la sécrétion et la production d’auto-anticorps par les lymphocytes B (MARQUES et al, 2010).

Le stress ne cause pas de lupus (SBR apud REIS et al, 2014), mais la dimension psychosomatique tient compte du stress et de la souffrance psychosociale pour le déclenchement, l’évolution, l’aggravation et le contrôle possible (MOREIRA et MELLO FILHO, 1992).

Le risque de développer un cancer à partir de cette maladie inflammatoire est environ 1,15 % plus élevé que dans la population générale (SBR apud REIS et al, 2014) et 2,5 % plus élevé pour les maladies hématologiques malignes, comme le lymphome et la leucémie (MEDEIROS, 2010).

L’hypertension, l’hypercholestérolémie et l’insuffisance rénale, toutes les affections plus fréquentes dans le lupus, contribuent aux maladies cardiaques (SBR apud REIS et al, 2014), en particulier la pancardite (GROSS, 1932-1940 apud FALCÃO et al, 2000) :

Selon Auteroche et Navailh (1992, p. 37, 66, 76, 84, 128-129), Eiras (2006) et Wang (2001, p. 638), du point de vue de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) en lupus se produit :

  1. Altération de Shen (activité mentale);
  2. Disharmonie à Gan (Responsable d’assurer le progrès en douceur et la facilité dans les mouvements et la transformation du Qi, avec la régulation des fonctions organiques et viscérales);
  3. Mucosity dans le corps (Produit de l’interruption partielle du métabolisme des liquides organiques, causant une condensation des humeurs);
  4. Pauvre fei qui ne parvient pas à réguler la circulation du Qi défensif à la peau;
  5. Carence de Shen Yin ou de Yang ;
  6. Syndrome bi migrateur (syndrome qui se propage dans tout le corps, commence et se termine soudainement; un côté peut affecter l’autre; sa douleur brûle et peut soudainement disparaître);
  7. Hors de contrôle de Wei Qi (énergie de défense).

2.3 LES STATISTIQUES

Le LES a une prédilection pour les femelles en âge de procréer, avec l’apparition de symptômes dans les 2e et 3e décennies de la vie et un rapport de neuf à dix femmes pour un homme (AYACHE et COSTA, 2005; TISKIEVICZ, 2008; SATO  et al, 2006).

Il se concentre sur toutes les ethnies et les régions géographiques, en particulier les personnes d’origine africaine, asiatique et hispanique. L’ethnicité noire est 4 fois plus touchée que le blanc, touchant 1 blanc sur 1 000 et 1 Noir sur 250 (LUPUS FOUNDATION OF AMERICA, 2005; BONFÁ et NETO, 2000, p. 25-33 apud AYACHE et COSTA, 2005, p. 313).

Elle touche 1 femme sur 700 en âge de procréer (DUTRAL et OLIVEIRA, 2009) et 1 femme brésilienne sur 1 700 (COMISSÃO DE LÚPUS DA SBR, 2011), avec une influence génétique de 10 % à 20 % (AYACHE et COSTA, 2005, p. 313).

Selon la Lupus Foundation of America (2005), sur la base des données épidémiologiques disponibles sur le sujet, les chercheurs estiment qu’au moins 5 millions de personnes dans le monde ont du lupus (0,08%), et plus de 100.000 nouveaux cas chaque année se développent (0,002%); probablement des estimations faibles.

Beltrão (2010) dit qu’il n’y a pas d’études épidémiologiques au Brésil montrant l’incidence de l’LES dans la population. D’autre part, Villar et Sato (2001), neuf ans plus tôt, ont souligné que la seule étude sur l’incidence des luges menée au Brésil s’est produite au Natal (RN), indiquant environ 8,7 nouveaux cas pour 100 000 habitants par an (0,01 %).

Pour Villar et Sato (2001), l’incidence « élevée » serait attribuée à des facteurs génétiques et environnementaux, comme la présence permanente de lumière du soleil avec des taux élevés de rayons ultraviolets. Il est important de souligner que les données de la SBR, avec une enquête statistique sur l’ensemble du territoire national, sont 6 fois plus élevées que les enquêtes de Villar et Sato (2001).

Bien que la Commission Lupus de la SBR (2011) reconnaisse qu’elle n’a pas de chiffres exacts au Brésil, on estime actuellement qu’il y a environ 65 000 personnes atteintes de lupus; environ 4 000 à Rio de Janeiro et 6 000 à São Paulo.

Sur le territoire nord-américain, il y a environ 1 cas de LES en 194, soit 0,51 % ou 1,4 million de personnes (WD, 2011). D’autres études indiquent une prévalence allant de 14 à 50/100 000 habitants et de 1/2000 à 1/10 000 habitants (SATO et al, 2006; SANTO ANTONIO et al, 2004). Dutral et Oliveira (2009) affirment que la prévalence de l’LES peut atteindre jusqu’à 1 pour 2 500 habitants dans certaines populations.

Des études menées au Royaume-Uni et aux États-Unis indiquent une incidence de LES de 3,7 à 5,5/100 000 habitants par an, respectivement (MEINÃO et SATO, 2008). Deux ans plus tôt, Santantonio et al (2006) avaient signalé une incidence approximative de 5,7 à 7,6 cas par année pour 100 000 habitants aux États-Unis.

La Lupus Foundation of America (2005) estime que 1,5 million d’Américains ont une forme de lupus. Scheinberg (2013) pointe vers environ 5 millions. Au cours des quatre dernières décennies seulement, l’incidence du lupus a presque triplé. Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont publié un rapport suggérant que les décès dus au lupus ont augmenté de près de 60 % en 20 ans.

En ce qui concerne la morbidité, une étude menée à Rio Grande do Sul auprès de 72 patients atteints de lupus (93 % de femmes) et de 2 384 personnes de la communauté (55 % de femmes ayant un âge moyen de 42 ans) a identifié des altérations psychiatriques chez 89 % des patients atteints de LES et 13 % chez les personnes de la communauté. Le niveau de morbidité était lié au faible niveau scolaire, mais pas au revenu familial (BELTRÃO, 2010).

2.4 DIAGNOSTIC DE LUPUS

2.4.1 DIAGNOSTIC OCCIDENTAL DE LES

L’exactitude diagnostique du Lupus dépend de l’évaluation des réactions cliniques, histopathologiques, IFD et sérologiques (BERBERT et MANTESE, 2005) :

  • Clinique : Selon les critères établis par l’American College of Rheumatology;
  • Histopathologique : Hyperquesatose, épaississement de la membrane basale avec tamponnade folliculaire, amincissement et aplatissement de la strate malpighienne (BERBERT et MANTESE, 2005, p. 1, 4);
  • IFD : De tous les tests sérologiques disponibles, la valeur la plus élevée dans le dépistage du LES est l’immunofluorescence directe;
  • Réactions sérologiques : Détection de l’ANA, mouchetée, périphérique, homogène ou nucléolaire (JÚNIOR, 2007; BELTRÃO, 2010).

Les critères de classification diagnostique de l’LES par l’American College of Rheumatology ont été définis en 1982, soulignant la présence d’au moins 4 des 11 critères de l’intervalle d’observation (BORBA et al, 2008, p. 196-197; JÚNIOR, 2007; BELTRÃO, 2010). Ils sont: Eritema malar; blessure discoide; photosensibilité; ulcères oraux/nez; l’arthrite; sérorite; déficience rénale; altérations neurologiques; changements hématologiques; changements immunologiques; anticorps antinucléaires.

2.4.2 DIAGNOSTIC ORIENTAL DES LES

Pour le MTC, la santé correspond à un état d’équilibre entre les 5 éléments et entre les 2 aspects opposés, ce qui se traduit par l’équilibre entre le corps, l’esprit et l’esprit. Les maladies sont considérées comme une rupture de cette harmonie (NASCIMENTO, 2006).

La peau, le teint, les os, les méridiens, les odeurs, les sons, l’état mental, les préférences, les émotions, la langue, le pouls, les habitudes et les liquides organiques reflètent l’état des systèmes internes et peuvent être utilisés dans le diagnostic chinois, qui, à son tour, est fondé sur le principe fondamental selon lequel les signes et les symptômes reflètent l’état des systèmes internes (MACIOCIA, 1996; YAMAMURA, 1996).

Les modèles indiquent une disharmonie qui guident toutes les manifestations cliniques ; qui est l’essence de la pathologie chinoise et du diagnostic médical, qui est donné par l’observation ; l’audition et l’olfaction; anamnésie et palpation (MACIOCIA, 1996). Pour Mann (1996), il n’y a pas de norme absolue, et quelque chose qui peut être normal pour un individu, pour un autre, il peut être pathologique. Un exemple de ceci est la relation entre les variations de tempérament et la qualité radiale d’artère.

2.4.3 DIAGNOSTIC DES LES PAR RYODORAKU

Yoshio Nakatani a développé le médicament Ryodoraku en 1950 à l’Université de Kyoto (GOTO, s.d.), à partir d’un dispositif (Neuro Meter / Energy Meter), contenant 12 volts de courant direct, chargé d’un courant de 200 microamperes (AMORIM, s.d.). Avec ceci, il a prouvé qu’il était possible de diagnostiquer et d’agir dans les organes internes par les « voies perméables » ryodoraku liées au système nerveux autonome (SOBRINHO, 2007).

Ryodoraku est une thérapie de stimulus qui se réfère au diagnostic et à la thérapie basés sur sa propre théorie, qui reconnaît l’électroperméabilité aux points avec la variation électrique (points de Ryodo ou points réactifs de Ryodo), nommant les lignes qui relient ces points de Ryodoraku (GOTO, s.d.).

Le travail de Nakatani a commencé à être utilisé comme paramètre diagnostique dans l’acupuncture traditionnelle. Ce diagnostic médie l’électroconductivité des différents points représentatifs, 12 sur le côté droit et douze sur le côté gauche, dont 6 sont dans les mains (représentées par la lettre H) et 6 sont dans les pieds (représentés par la lettre F) (AMORIM, s.d.).

2.4.4 DIAGNOSTIC PAR YNSA

Les points d’acupuncture, situés dans les canaux énergétiques et projetés sur la peau, représentent le rapport intérieur-extérieur le plus extérieur des organes et des viscères (YAMAMURA, 1995, p. 39).

Dans YNSA, le diagnostic abdominal et cervical est essentiel pour déterminer quels points devraient être traités. Yamamoto se fend la tête selon une ligne verticale passant par l’apex de l’oreille. Habituellement, pour les problèmes Yang (douleur), les points de la région du Yin sont recherchés; et pour les problèmes de Yin (paralysie), des points de la région de Yang sont recherchés (YAMAMOTO, 2007; KWANG, s.d.).

2.5 APPROCHE THÉRAPEUTIQUE CONVENTIONNELLE

Aucun médicament ne fonctionne pour le lupus de la même manière (WALLACE, s.d.). Le traitement comprend une série de mesures, qui comprennent des médicaments tels que la cortisone et/ou la thalidomide, les anti-inflammatoires, les antipaludiques et les immunosuppresseurs, ainsi que le niveau de vie bien (WALLACE, s.d.; MAGALHÃES et al, 2003). Il s’agit d’un traitement individualisé, qui dépend des organes ou des systèmes affectés et de la gravité des lésions (JÚNIOR, 2007).

Le professionnel devrait guider les personnes atteintes de LES à en apprendre davantage sur la maladie; éviter le soleil et les lampes en fonction du rayonnement ultraviolet; psychothérapie et activité physique; adopter une alimentation équilibrée, en réduisant le sel, les glucides et les lipides; éviter de fumer; si les femmes, suspendre les contraceptifs; éviter les infections; et apprendre à différencier les symptômes qui peuvent être causés par d’autres maladies (KRAUTHAMER et al, 1999; SATO et al, 2002).

Pour Greco et al (2013), des suppléments tels que la vitamine D, les acides gras oméga 3, l’acétylcystéine N et le curcuma se sont montrés utiles pour contrôler la maladie. Les méthodes corps-esprit telles que la thérapie cognitivo-comportementale et d’autres interventions de counseling peuvent améliorer l’humeur et la qualité de vie dans LES.

2.6 LES DEUXIÈME MTC

Dans MTC, toutes les maladies sont analysées par des désordres d’énergie. Selon la phase et les organes touchés, le lupus peut être un incendie du foie; Insuffisance de Yin de rein ; discorde entre l’eau et le feu; détérioration de la rate et du cœur; accumulation de chaleur dans le cœur et la rate, avec insuffisance du Yin du Rein qui provoque l’hyperactivité du Feu; l’affaiblissement du Feu et de la porte de la vie; l’humidité de la chaleur dans les articulations; etc. (KWANG, 2009; MEDEIROS, 2009). D’autres termes sont « Mai Xing Pan Zhuang Hong Ban Xing Lang Chuang » et « Xi Tong Hong Xing Ban Lang Chuang » (JIAN-HUI, s.d.).

Pour MTC, le lupus est un syndrome bi-migrateur, avec le Shen, Hun, Po, Yi et Zhi (EIRAS, 2006 ; SOUSA et VASONCELOS, s.d.). Dans ce polysyndrome (WANG, 2001, p; 638; KWANG, 2009), il y a de la douleur brûlante; généralisée en fonction de la circulation sanguine; soudaine onand fin et d’un côté peut affecter l’autre. Il doit être perforé à plusieurs reprises, même si la douleur s’arrête, pour éviter la rémission (WANG, 2001, p. 638).

2.7 SYNDROMES ÉNERGÉTIQUES

Les syndromes peuvent être externes ou vrais : par vent (Feng), chaleur (Re) et feu (Huo), canicule (Huo) ou chaleur d’été (Syu), humidité (Shi), sécheresse (Zao) ou froid (Han). Ils peuvent également être internes ou faux : par vent interne, chaleur interne, humidité interne, sécheresse interne ou froid interne (KWANG, s.d.).

2.8 MÉTHODES COMPLÉMENTAIRES ET ALTERNATIVES POUR LE LUGE

Chez M.T.C., le traitement des troubles énergétiques vise à rétablir l’équilibre des 5 éléments et consiste en l’administration de plantes médicinales telles que Radix Glycyrrhizae (Gan Cao), Dai Qing Gao et /ou Liu Wei Di Huang Wan. Aussi dietotherapies, pratique du Qi Gong, acupuncture, massage, mhoxhum, magnétothérapie, thérapie ventouse, fleurs et autres. Ces mesures sont également utilisées comme prophylaxie. On estime ainsi que plus de 50 % des patients atteints de LES utilisent des médicaments complémentaires et alternatifs (KWANG, 2008; JIAN-HUI, s.d.; GRECO et al, 2013).

2.8.1 ACUPUNCTURE

Du latin acum (aiguille) punctum (piqûre), l’acupuncture signifie piqûre d’aiguille. En japonais (Shin-Kyu) et en chinois (Zhen-Jiu), cela signifie aiguille et moxa (HUSZ, 2007).

L’acupuncture est l’ensemble des connaissances théoriques et empiriques de la médecine traditionnelle chinoise qui vise la thérapie et la guérison des maladies par l’application d’aiguilles et de moxas, en plus d’autres techniques (WEN, 2006). Il modifie la circulation sanguine; favorise la libération d’hormones telles que les endorphines; augmente la résistance de l’hôte; régule les fonctions organiques et stimule le métabolisme (WEN, 2006).

Il a un effet sédatif; antiémétique; myorelaxant; antiacide; immunisateur; la guérison; esthétique; neuroréhabilitation; anxiolytique, antidépresseur, hypnotique; antispasmodique; détoxifiant; analgésique; bronchodilatateur (HUSZ, 2007).

En acupuncture, 5-Hydroxy-Tryptophane est libéré (SCOTTO, 2006; MARTINS et al, 2010), augmente les niveaux d’acétylcholine dans le thalamus, limitant l’activité de cholinestéstéase, qui réduit les niveaux de 17-Hydroxycorticosterone, et augmentant la sensation d’analgésie. Grâce à des stimuli périphériques, l’acupuncture accède au SNC et à l’SNA, modulant et augmentant la réponse immunitaire (SCOTTO, 2006).

Quant à la physiologie de l’acupuncture, il existe quatre théories acceptées: 1. Transmission des courants bioélectriques, avec changement dans le potentiel de membrane de neurone ; 2. Répression biologique, avec répression d’un signal nerveux ou élévation du seuil de douleur; 3. Théorie de Comportas, avec l’ouverture et la fermeture des portes qui permettent au signal douloureux de passer par des fibres aferent ; 4. Théorie immunologique, avec l’immunité cellulaire accrue (T-lymphocytes) et l’immunité de plasma (B-lymphocytes) (SCOTTO, 2006).

2.8.2 ÉLECTROSTIMULATION ET ÉLECTROACUPUNCTURE:

On estime que l’électricité dans les traitements d’acupuncture a été utilisée depuis la première moitié du XIXe siècle. Malgré cela, l’électroacupuncture n’a commencé à être utilisée que plus fréquemment des années 1930 aux années 1930 et s’est répandue depuis les années 1960 (AMESTOY, 2005).

Dans ynsa, l’ajustement recommandé de la stimulation électrique devrait être autour de 5 à 15 Hz, 1.000 à 15.000 μA ou être ajusté selon la tolérance patiente (YAMAMOTO et al, 2007).

2.9 SOMATOTOPIA CRÂNIEN JAPONAIS – YNSA

YNSA a été développé en 1970 et publié en 1973 à l’occasion de la 25ème réunion de la Société japonaise Ryodoraku (Japischen Ryodoraku Gesellschaft); avec une description des points A, B, C, D et E. Pour souligner le fait que la craniopuntura de Yamamoto est différente de la craniopuntura chinoise connue jusque-là, le terme « Nouveau » a été volontairement ajouté (YAMAMOTO et al, 2007, p. 3; BOUCINHAS, 2007, p. 47).

YNSA est une acupuncture somatotopic (figures 1, 2 et 3), de sorte que tout le corps se reflète sur une petite zone. Du point de vue de Yamamoto, la tête se divise selon une ligne verticale passant par le sommet de l’oreille. La partie antérieure est Yin et le postérieur est Yang. La partie Yang traite les perturbations du Yin et la partie Yin traite les perturbations du Yang (YAMAMOTO et al, 2007, p. 3; KWANG, s.d.).

Figure 1: Partie Yin et partie Yang, selon somatotopia Yamamoto.

Source : Yamamoto  et al . (2007:6).

figure. 2. Points de base YNSA.

Source : Yamamoto  et al  2007.

Figure 3. YNSA points de base, partie Yin et Yang partie, respectivement.

Source : Yamamoto et al, 2007.

Il s’agit de deux hémi-somatotopias, l’un Yin dans la partie structurale-anatomique et l’autre Yang, correspondant, images spéculaires presque vraies juxtamarketed, peer-to-peer, au Yin (BOUCINHAS, 2007).

L’Hémi-Somatotopia Yin énergétique ou fonctionnel diffère fondamentalement de structurel ou de base, car il comprend les points Y (points Yamamoto), qui sont la correspondance avec le Zang-Fu de l’MTC (figure 4). Ils sont utilisés pour les troubles énergétiques méridiens, liés à des troubles organiques internes et sont également un champ pour les indications psychosomatiques, végétatives et méridiennes (BOUCINHAS, 2007).

Figure 4: Yamamoto Y Points.

Source : Yamamoto et al  (2007, p.61).

La YNSA est divisée en quatre groupes de points (figure 5) : 1. Points de base: Appareil locomoteur.; 2. Points cérébraux : Cerveau, cervelet et ganglions basiques; 3. Points sensoriels : Organes de sens ; 4. Points Y : Organes internes (YAMAMOTO et al, 2007).

Figure 5 : Points YNSA : Cérébral à gauche et sensoriel à droite.

Source : Yamamoto et al (2007:51;37).

2.9.1 PROCÉDURES YNSA

Après anamnèse, avec reconnaissance du problème de base du patient, la zone correspondante est palpée dans la somatotopie structurelle Yin (points de base), pour vérifier si elle est douloureuse ou « haute et durcie ». C’est répété. (BOUCINHAS, 2007). En général, le côté homolatéral des plaintes est choisi. Pour les séquelles telles qu’un accident vasculaire cérébral, le côté controlatéral est utilisé (KWANG, sd.).

Si la plainte du patient est au-dessus du diaphragme, il est recommandé de palper, tout d’abord, le point IG4 (Hegu), afin de déterminer le côté le plus sensible, qui sera le premier à être traité. Dans les problèmes dans le bas du corps, il faut serrer le point D symétriquement et utiliser le côté le plus sensible aussi bien (YAMAMOTO et al, 2007, p. 71 ; KWANG, s.d.) (Figure 6).

Dans les cas où il y a des changements dans les organes ou les méridiens, il est important de diagnostiquer les points sensibles cervicals ou abdominaux (KWANG, s.d) (figure 7). Toute la longueur d’un méridien est contenue dans un point Y respectif et tout point d’acupuncture classique appartenant à un méridien peut être traité par point Y (YAMAMOTO et al., 2017).

Figure 6 : Les points IG4 et D, respectivement, définissaient le côté à traiter.

Source: Kono (2011); Yamamoto et al., (2007).

Figure 7 : Points utilisés dans le diagnostic abdominal et cervical dans YNSA.

Source : Yamamoto et al (2007:81;104).

2.10.2 INDICATIONS POUR YNSA

Les 11 points de base de YNSA sont utilisés pour les dysfonctionnements moteurs nerveux, la douleur et d’autres dysfonctionnements du système locomoteur causés par des blessures, des interventions chirurgicales ou des altérations des tumeurs de type ou des hernies discales. Le traitement des organes internes par les points de base est rare. Les 4 points sensoriels sont employés pour des dysfonctionnements, des pièges de douleur et des processus allergiques liés aux organes des sens (YAMAMOTO et al, 2007).

2.10.3 CONTRE-INDICATIONS À YNSA

Sans contre-indications à n’importe quel traitement avec YNSA, le soin est recommandé pour les patients fébriles ou trop affaiblis prospectifs (YAMAMOTO et al, 2007).

2.10.4 RELATION ENTRE LUPUS ET YNSA

Malgré l’indication pour le traitement du lupus avec YNSA (YAMAMOTO et al, 2007), en 7 langues (anglais, portugais, espagnol, italien, Français, allemand et chinois), aucune recherche n’a été trouvée dans cette ligne.

3. MATÉRIAUX ET MÉTHODE

3.1 SITE D’APPEL

Le bureau Acupuntura & Terapias complémentaires situé à Corphus Academia, dans la ville de Mogi das Cruzes, SP, a été le lieu choisi pour la pratique de cette recherche, en 2009. Motif: Infrastructure.

3.2 SUJET

Parce qu’il s’agit d’une étude de cas et d’une rigueur accrue, la sélection du patient pour cette recherche a été selon les critères suivants :

  • Être porteur du Lupus Erytheamsum systémique;
  • Être une femme (sexe prédominant);
  • Gravité modérée à élevée (hospitalisation récente, amputation des membres inférieurs et anémie persistante);
  • Signes et symptômes récurrents.

3.3 MATÉRIAUX ET PROCÉDURES

Sulfite A4 feuilles, Times New Roman police, lettre taille 12 et 9 ont été utilisés dans la préparation des formulaires et le questionnaire. L’appareil AccusPoint ryodoraku a été utilisé dans les 24 sessions, ainsi que le coton hydrophile de la marque Apollo et l’eau potable pour effectuer les examens.

Dans le traitement, des aiguilles de la marque Dong Bang, 25x40mm (stérilisées et réutilisées[3]) et électrostimulateur de la marque Lautz, avec 6 câbles, ont été utilisées, en mode continu[4].

Le traitement à effectuer a été expliqué au volontaire; bain précédent avec seulement de l’eau dans toutes les sessions; le « formulaire de consentement éclairé » a été appliqué ; le « Formulaire d’évaluation initiale »; dans la 23e et dernière application de YNSA, le «formulaire d’évaluation finale»; et après 30 jours (8/11/9) une nouvelle analyse a été effectuée et le Questionnaire a été appliqué. La 24e session de la recherche n’a pas eu de scalpothérapie et s’est arrêtée avec les réponses au poing du patient dans le questionnaire.

3.4 ANALYSE DES DONNÉES

L’analyse des données a été effectuée par méthode interprétative et structurelle. interprétation, en évaluant les détails des données recueillies; organisation et classification par catégories. structurelle, par l’analyse des données et les efforts concentrés pour trouver des tendances dans la situation à l’étude.

4. RÉSULTATS ET DISCUSSIONS

Les valeurs sont enregistrées dans la feuille de travail Excel pour la formation du graphique Ryodoraku et automatiquement un point médian est déterminé entre eux, traçant en suivant, une ligne parallèle. De la moyenne, deux lignes parallèles de 7 mm chacune sont tracées. La plage de 14 mm trouvée correspond à la normalité énergétique du graphique (AMORIM, s.d.).

4.1 ÉVOLUTION DES MOYENNES ÉNERGÉTIQUES DE LA PERSONNE LUPUS PENDANT LE TRAITEMENT AVEC YNSA

Dans l’évaluation initiale du patient, les graphiques de Ryodoraku ont indiqué un état global nettement bas d’énergie ; atteindre 27 % de l’énergie minimale considérée comme normale (45-70 μA) dans les CS7 et C7 gauches. L’hémicorps gauche (HE) a présenté 54% de l’énergie minimale désirée et l’hémicorps droit (HD) 72%. La première session de YNSA, HD a été réalisée avec une avance de 0,6% et HE de 17% (tableau 1).

Tableau 1 : Résultats obtenus par Ryodoraku avant et après la première session de la YNSA

Avant la 1ère session de YNSA Après la 1ère session de YNSA
Gauche a) Droite b) Gauche Droite
P9 (en) 22 33 29 30
CS7 (en) 12 28 18 24
C7 (en) 12 28 16 34
ID5 ID5 Id5 19 22 21 30
TA4 (ta4) 29 39 28 42
IG5 (en) 28 35 28 41
BP3 (en) 28 22 25 10
F3 (F3) 47 71 45 47
R4 (en) 25 30 33 38
B65 (en) 15 18 19 14
VB 21 22 34 34
E42 (E42) 35 39 47 46
Moyenne 24,4 32,3 28,6 32,5

a) Gauche: Énergie hémicorps gauche dans les microampes (μA).

b) Droite: Énergie hémicorps droite dans les microampes (μA).

Jusqu’à la 12e session, les avancées oscillantes se sont traduites, dans l’enseignement supérieur, par une augmentation énergétique de 41%, atténuant le déficit initial de 46% à 24%. HD a progressé de 26%, réduisant son déficit de 28% à 10%. La valeur la plus basse trouvée était dans C7 à gauche et B65 à droite, tous deux avec 51% de l’énergie minimale souhaitée (tableau 2). Du début à la fin des séances de cranioponction (Tableau 3), le volontaire avait une avance énergétique de 32% en HE (réduction du déficit de 46% à 13%) et une avance de 24% en HD (Réduction du déficit de 28 % pour 3%). Après la 23ème et dernière acupuncture, par rapport au début de la recherche, HE a progressé de 61% et, HD a avancé de 35%.

Tableau 2. Résultats obtenus par Ryodoraku lors de la 12ème et 23ème session de YNSA

12ème session de YNSA 23ème session de YNSA
Gauche. a) Droite  b) Gauche. Droite.
P9 (en) 30 33 36 40
CS7 (en) 31 29 40 45
C7 (en) 23 33 39 45
ID5 ID5 Id5 31 30 41 45
TA4 (ta4) 30 32 45 45
IG5 (en) 29 38 42 45
BP3 (en) 27 46 31 45
F3 (F3) 49 60 41 52
R4 (en) 50 45 44 44
B65 (en) 31 23 30 21
VB 35 55 37 45
E42 (E42) 47 63 46 50
Moyenne 34,4 40,6 39,3 43,5

a) Gauche: Énergie hémicorps gauche dans les microampes (μA).

b) Droite: Énergie hémicorps droite dans les microampes (μA).

Tableau 3. Résultats obtenus par Ryodoraku avant la 1ère et 23ème session de YNSA, et après la 23ème session de YNSA.

Avant la 1ère session Avant la 23ème session Après la 23ème session
Gauche. a) Droite b) Gauche. Droite. Gauche. Droite.
P9 (en) 22 33 19 28 36 40
CS7 (en) 12 28 16 22 40 45
C7 (en) 12 28 20 21 39 45
ID5 ID5 Id5 19 22 26 38 41 45
TA4 (ta4) 29 39 29 38 45 45
IG5 (en) 28 35 31 37 42 45
BP3 (en) 28 22 36 41 31 45
F3 (F3) 47 71 36 45 41 52
R4 (en) 25 30 44 35 44 44
B65 (en) 15 18 35 34 30 21
VB 21 22 36 43 37 45
E42 (E42) 35 39 51 45 46 50
Moyenne 24,4 32,3 31,6 35,6 39,3 43,5

a) Gauche: Énergie hémicorps gauche dans les microampes (μA).

b) Droite: Énergie hémicorps droite dans les microampes (μA).

4.2 INFLUENCE DE L’ALLOPATHIE SUR LES RÉSULTATS DE RECHERCHE

Avec la mise en œuvre du diphosphate de chloroquine (DC), qui a eu lieu autour de la 14ème application de YNSA, HE a ralenti sa progression; déjà HD avancé. L’énergie du F droit, qui dès le début a montré une tendance à l’excès, a été encore plus exacerbée avec le médicament et le patient a commencé à se plaindre de fissures dans le bout des doigts et des orteils. Pendant cette période, 3 restaurations dentaires ont été données.

Après un mois sans YNSA, mais avec le traitement de drogue, la moitié des méridiens, impliquant les éléments de métal, de feu et de bois, étaient en dessous de l’état initial de la recherche. Le reste : l’eau, la terre, la partie bois et le feu, ont atteint des valeurs au moins plus élevées que les initiales.

4.3 RÉSULTATS DE RECHERCHE FINAUX

De la 23e et dernière application de la YNSA à la 24e et dernière réunion, qui a eu lieu après un mois d’allopathie exclusive, le revers a été intense (tableau 4).

Tableau 4. Résultats obtenus par Ryodoraku avant la 1ère session de la YNSA, après la 23ème session de la YNSA et après un mois de suspension YNSA.

Avant la 1ère session Après la 23ème session Après 1 mois sans YNSA
Gauche. a) Droite b) Gauche. Droite. Gauche. Droite.
P9 (en) 22 33 36 40 19 19
CS7 (en) 12 28 40 45 14 23
C7 12 28 39 45 13 24
ID5 ID5 Id5 19 22 41 45 14 21
TA4 (ta4) 29 39 45 45 23 26
IG5 (en) 28 35 42 45 26 25
BP3 (en) 28 22 31 45 45 49
F3 (F3) 47 71 41 52 52 50
R4 (en) 25 30 44 44 42 48
B65 (en) 15 18 30 21 56 26
VB 21 22 37 45 20 30
E42 (E42) 35 39 46 50 40 47
Moyenne 24,4 32,3 39,3 43,5 30,3 32,3

a) Gauche: Énergie hémicorps gauche dans les microampes (μA).

b) Droite: Énergie hémicorps droite dans les microampes (μA).

Contrairement au début de la recherche qui n’était pas la ligne maximale et minimale, seulement F, E, CS et C, après 1 mois sans YNSA, il y avait distanciation de presque tous les méridiens, pour plus ou moins, indiquant un changement dans les cycles de génération (Xiag Sheng) et dominance (Xiang Ke).

Entre le patient’ l’équilibre énergétique de s et la prédominance relative de 5 Zang et 6 Fu dans n’importe laquelle des hémibodies, aucune corrélation n’a été vue.

Sauf f, déjà renforcé par rapport aux autres méridiens, tous les autres Zang Fu ont montré un ampèrement accru à la fin des applications ynsa.

De la première évaluation au premier mois de l’arrêt du traitement de YNSA, l’évolution de l’hémicorps gauche était 5.91uA (24%) et l’hémicorps droit était 0.08uA (pourcentage non pertinent), démontrant le recul dans les résultats.

4.4 VARIATIONS DANS LE TRAITEMENT DU LUPUS EXCLUSIVEMENT AVEC YNSA, YNSA AVEC CHLOROCHINE DIPHOSPHATE ET CHLOROCHINE DIPHOSPHATE UNIQUEMENT

Le rapport entre les gains et les pertes au cours de la recherche a beaucoup fluctué. La plupart des Zang Fu ont mieux répondu au traitement exclusif avec YNSA et, bien que le droit P, C et CS bilatéral aient également évolué avec YNSA allié à DC, dans cette deuxième situation, l’évolution s’est produite beaucoup plus timidement.

Avec la scalpothérapie exclusive, seulement le F bilatéral a régressé, qui harmonisait, puisque F a été au début expressément plus développé que les 22 autres méridiens, qui à leur tour ont avancé.

Dans la combinaison de YNSA et DC, 18 méridiens ont régressé: Eau, Bois et Terre Zang Fu, ainsi que P et ID gauche, IG et TA bilatéraux. Right ID a maintenu le résultat avant l’association thérapeutique et le reste a progressé.

Dans la consommation exclusive du médicament, par rapport à la combinaison de YNSA avec antipaludique, 17 méridiens ont été rétractés: P / IG, C / ID, CS / TA, Gauche R, VB et E bilatérale. Malgré cela, l’exclusivité du médicament a été significativement positive pour bp gauche et bilatérale B, et, bien que dans une moindre mesure, aussi pour la gauche F, BP droite (qui seul avec YNSA a mieux répondu) et, enfin, r droit, qui à son tour avec ynsa combiné a évolué mieux.

4.4.1 TRAITEMENT DU PATIENT DE LUPUS EXCLUSIVEMENT AVEC YNSA

Au cours des 13 applications initiales de YNSA, l’hémicorps gauche a gagné en moyenne 63,46μA/session (total 825μA) et à droite en moyenne 74,75μA/session (total 897μA). Dans ce processus, chaque méridien hémicorps gauche a évolué en moyenne 5,29μA/session et hémicorps droit 5,75μA/session.

Par les reculs qui caractérisaient les intervalles entre les séances, le taux accumulé jusqu’à immédiatement avant la 13e session n’était que de 5,9μA dans l’hémicorps gauche (moyenne/session 0,49μA) et de 3,2μA dans l’hémicorps droit (moyenne/session 0,27μA). Au cours de la 13e application, l’accumulation tout au long du traitement a bondi à 18,1μA (moyenne/application1,39μA) dans l’hémicorps gauche et à 13,3μA (moyenne/application 1,02μA) dans l’hémicorps droit. Les résultats se sont montrés meilleurs en moyenne immédiatement après les séances que dans les intervalles.

4.4.2 ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE DANS LA COMBINAISON THÉRAPEUTIQUE DE L’YNSA AVEC LE DIPHOSPHATE DE CHLOROQUINE

Dans le traitement combiné de l’YNSA avec DC (10 séances, distribuées en 1 mois), HE a gagné en moyenne 47,3μA/session (Total 473μA), tandis que HD a progressé en moyenne de 28,2μA/session (Total 282μA). Cela correspondait à une augmentation de 3,94μA/session dans chaque méridien HE et à une augmentation de 2,35μA/session dans chaque méridien HD.

Le développement énergétique de la 14ème pré-application à la 23ème pré-application de YNSA était de -8,5μA en HE (moyenne/session -0,94μA) et -6,4μA en HD (moyenne/session -0,71μA). Après la dernière application de YNSA combinée avec le traitement allopathique (23ème session de la recherche), la régression accumulée par rapport au traitement combiné précédent (14ème session de la recherche) a été minimisée, de -8,5μA à -0,8μA en HE (moyenne/application -0,08μA) et la baisse de la HD a été convertie en avancement, allant de -6,4μA à +1,5μA (moyenne/application +0,15μA).

Le DC combiné avec YNSA a altéré la réponse au traitement.

4.4.3 DÉVELOPPEMENT ÉNERGÉTIQUE UNIQUEMENT AVEC DU DIPHOSPHATE DE CHLOROQUINE

L’utilisation continue et exclusive du DC pendant 1 mois est le résultat de la dernière application de scalpothérapie à la 24ème réunion, dans un rembobinage de -9μA (moyenne par méridien -0,75μA) en HE et de -11,2μA (moyenne par méridien -0,93 μA) en HD. De l’application précédente de YNSA à la dernière évaluation (après 1 mois de traitement par antipaludique), le rebond énergétique en HE a été beaucoup moins impactant (bien qu’également important), avec une variation de -1,3μA en HE et -3,3 μA en HD.

À la fin de la recherche, déjà sans YNSA, l’indentation était si expressive que les valeurs ont été nivelés à celles obtenues au début : Petite variation de +5,9μA en HE et nulle en HD. Selon les données disponibles, bien qu’il soit impossible de déterminer si le nivellement énergétique final par rapport aux paramètres initiaux s’est produit par la suspension de la YNSA et/ou par la toxicité du médicament, l’évolution thérapeutique indique la deuxième hypothèse.

4.5. YIN ET YANG ASPECTS DU PATIENT PENDANT LA RECHERCHE

Avec YNSA, la condition initiale plus Yin que Yang (graphique 1) a été équilibrée (graphique 2), atteignant la participation égale des polarités antagonistes et complémentaires (graphique 3). YNSA suspendu en 1 mois, il est redevenu majoritairement Yin, bien qu’avec un plus grand équilibre de la relation Yin-Yang dans les 5 Éléments (Graphique 4). Lors de la dernière scalpothérapie, le Madeira Yin était plus contrôlé (comparer les graphiques 1, 2 et 3), d’autres éléments ont progressé (graphiques 2, 3 et 4) avec une plus grande proportionnalité (graphiques 1 et 5).

Graphique 1. Yin et Yang ratio des 5 éléments dans la 1ère évaluation.

Graphique 2. Yin et Yang ratio des 5 éléments dans la 12e application de YNSA.

Graphique 3. Yin et Yang ratio des 5 éléments dans la 23e application YNSA.

Graphique 4. Yin et Yang ratio des 5 éléments dans la dernière évaluation de la recherche, après 1 mois de traitement allopathique et la suspension de YNSA.

4.6 ANALYSE ZANG FU TOUT AU LONG DE LA RECHERCHE

4.6.1 ÉVOLUTION DU POUMON OU DU FEI PENDANT LA RECHERCHE

Le poumon (P) a démontré une stabilité accrue avec YNSA, en particulier dans HE (tableau 6). Il a progressé avec YNSA et est reparti avec l’intervention de la CD, un processus qui s’est aggravé avec la suspension de la scalpothérapie.

Tableau 6.Évolution des méridiens pulmonaires tout au long de la recherche « Réponse du patient atteint de LE au traitement par YNSA – Étude de cas »

P présenté, respectivement, avant et après les sessions, maximum de 52μA et 47μA en HE, et maximum de 51μA et 54μA en HD. Le minimum acquis, également respectivement avant et après les sessions, était de 13μA et 20μA en HE, et de 21μA et 23μA en HD. Par conséquent, la moyenne obtenue respectivement avant et après les sessions de la YNSA était de 28,9μA et 32,04μA en HE, et de 33,61μA et de 36,17μA en HD. Les oscillations énergétiques ont été plus prononcées dans les intervalles entre les sessions que pendant les sessions : le coefficient de variation était, respectivement, avant et après le YNSA, 0,34 et 0,23 en HE et 0,29 et 0,25 en HD.

4.6.2 EVOLUTION DU GROS INTESTIN OU CHANG PENDANT LA RECHERCHE

Comme P, le gros intestin (Gi) a mieux évolué avec l’intervention de la YNSA (tableau 7). Likea, elle a progressé avec YNSA et s’est retirée avec DC, un processus aggravé par la suspension de thérapie de minerai de cuir chevelu.

Par conséquent, respectivement avant et après les sessions, P a présenté un maximum de 56μA et 57μA en HE et 55μA et 61μA en HD. Le minimum acquis était, respectivement avant et après les sessions, de 17μA et 26μA en HE, et de 18μA et 32μA en HD. La moyenne trouvée était, respectivement avant et après les sessions, 38,22μA et 40,26μA en HE, et 43,96μA et 45,30μA en HD. Les oscillations d’énergie étaient les mêmes avant et après les sessions de YNSA en HE (Coefficient de variation : 0,23) et plus prononcées dans les intervalles entre les sessions que pendant les sessions HD (coefficient de variation avant et après la scalpothérapie, respectivement, de 0,20 et 0,14).

Tableau 7. Progrès des méridiens de gros intestins dans la recherche « Réponse du patient avec LE au traitement avec YNSA – Étude de cas »

gros intestin Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche +67,85% +5,21% -8,69% -0,86% -38,09%
Droite +40,00% +3,07% -10,00% -1,00% -44,44%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche +50,00% +21,17% -7,14% -0,29%
Droite +28,57% +1,24% -28,57% -0,19%

4.6.3 ÉVOLUTION DE LA JANTE OU DU SHEN PENDANT LA RECHERCHE

Rein (R), à l’intervention YNSA, a évolué plus en HE qu’en HD (tableau 8). Dans l’association du CD avec l’acupuncture, les deux hémibodies ont reculé, particulièrement à droite. Dans l’administration exclusive de DC, HD a évolué à nouveau et il a continué à décliner.

R, respectivement avant et après les sessions, présentées en HE, maximum de 48μA et 70μA; pendant ce temps, en HD, il était un maximum de 59μA et 70μA. Le minimum acquis était respectivement avant et après les sessions, 18μA et 33μA en HE, et 30μA et 33μA en HD.

La moyenne, respectivement avant et après des séances de thérapie de cuir chevelu, était 35μA et 48.26μA dans HE, et 45μA et 51.87μA dans HD. Parmi les sessions YNSA, les oscillations énergétiques étaient subtilement plus prononcées en HE et, pendant les sessions, les oscillations étaient plus accentuées en HD. Le coefficient de variation, respectivement avant et après YNSA était de 0,27 et 0,20 en HE et de 0,18 et 0,19 en HD.

Tableau 8.Progrès des méridiens de jante tout au long de la recherche « Réponse du patient avec LE au traitement avec YNSA – Étude de cas »

rein Hémicorps  YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche +80,00% +6,15% -4,34% -0,43% -4,54%
Droite +53,33% +4,10% -16,98% -1,69% 9,09%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche 76,00% 3,30% 68,00% 2,83%
Droite 46,66% 2,02% 60,00% 2,50%

4.6.4 EVOLUTION DE LA VESSIE OU DE LA PANG GUANG PENDANT LA RECHERCHE

La vessie (B) variait plus par la suite qu’avant les applications ynsa (tableau 9). A progressé avec YNSA, a régressé dans la combinaison de YNSA avec DC, et a progressé encore après arrêt de la scalpothérapie de drogue-continuité. En fait, ce n’est qu’avec DC B a progressé plus, en particulier en HE.

Tableau 9. Progrès des méridiens de la vessie tout au long de la recherche « Réponse du patient atteint de LE au traitement par YNSA – Étude de cas »

vessie Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche 66,66% 5,12% -18,91% -1,89% 86,66%
Droite 27,77% 2,13% -25,00% -2,50% 23,80%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche 100,00% 4,34% 273,33% 11,38%
Droite 16,66% 0,72% 44,44% 1,85%

 

Respectivement avant et après la scalpothérapie, B présentait un maximum de 45μA et 57μA en HE et 47μA et 61μA en MH. Le minimum obtenu était, respectivement avant et après la scalpothérapie, 15μA et 16μA dans HE, et 17μA et 12μA dans HD.

Des moyennes ont été trouvées, respectivement avant et après les sessions, de 30,61μA et 31,78μA en HE, et de 28,87μA et 27,87μA en HD. Les oscillations d’énergie ont été plus accentuées immédiatement après scalpothérapie, avec le coefficient de variation, respectivement avant et après YNSA, de 0.32 et 0.34 dans HE, et 0.30 et 0.40 dans HD.

4.6.5 ÉVOLUTION DU FOIE OU DU GAN PENDANT LA RECHERCHE

Le foie (F) au début de la recherche a présenté une image à MTC connue sous le nom de Tyranny. Dans ces conditions, l’excès de Zang Fu commence à déprimer le « petit-fils ».

F oscillait plus dans les intervalles d’omission du cuir chevelu que pendant les séances (tableau 10) et régressait avec YNSA, surtout en combinaison avec le DC. Après l’acupuncture, il a progressé en HE et a continué à décliner dans la HD, mais a ralenti (tableau 10).

Il présentait, respectivement avant et après YNSA, un maximum de 75μA et 70μA en HE, et 77μA et 91μA en HD. Le minimum acquis était, respectivement avant et après les applications de YNSA, de 32μA et 21μA en HE, et de 38μA et 37μA en HD.

Tableau 10. Progrès des méridiens du foie tout au long de la recherche « Réponse du patient atteint de LE au traitement par YNSA – Étude de cas »

foie Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche -4,25% -0,32% -19,60% -1,96% 26,82%
Droite -5,63% -0,43% -14,75% -1,47% -3,84%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche -12,76% -0,55% 10,63% 0,44%
Droite -26,76% -1,16% -2,93% -0,12%

 

La moyenne trouvée dans HE était 46.96μA avant et 49.74μA après scalpothérapie, et la moyenne trouvée dans l’Hémicorps droit était 55.78μA avant et 59.96μA après scalpothérapie. Les oscillations énergétiques ont été légèrement plus prononcées dans les sessions YNSA et non dans les intervalles : le coefficient de variation était, respectivement avant et après acupuncture, 0,21 et 0,22 en HE, et 0,19 et 0,20 dans la HD.

4.6.6 ÉVOLUTION DE LA VÉSICULE BILIAIRE OU DU DAN PENDANT LA RECHERCHE

La vésicule biliaire (VB) était plus variable entre les séances de la YNSA que pendant. Il a progressé avec YNSA, a régressé dans la combinaison de YNSA avec DC et a régressé davantage dans l’administration exclusive de l’antipaludique (tableau 11).

Avant et après les séances, respectivement, VB présentait un maximum de 70μA et 63μA en HE et 69μA et 76μA en HD. Le minimum obtenu était, respectivement avant et après la scalpothérapie, 21μA et 27μA dans HE, et 22μA et 31μA dans HD.

Les moyens trouvés, respectivement avant et après les séances, étaient 36,74μA et 43,04μA en HE, et 46,87μA et 51,26μA en HD. La plus grande variation d’énergie s’est produite dans l’intervalle entre les sessions de YNSA, particulièrement dans HE. Le coefficient de variation, respectivement avant et après, était de 0,32 et 0,23 en HE; 0,22 et 0,21 en HD.

Tableau 11. Progrès des méridiens de la vésicule biliaire dans la recherche « Réponse du patient atteint de LE au traitement par YNSA – Étude de cas »

vésicule biliaire Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche 114,28% 18,79% -22,91% -2,29% -45,94%
Droite 131,81% 10,13% -21,05% -2,10% -33,33%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche 76,19% 3,31% -4,76% -0,19%
Droite 104,54% 4,54% 36,36% 1,51%

4.6.7 ÉVOLUTION CARDIAQUE OU XIN PENDANT LA RECHERCHE

Le cœur (C) en HE a progressé davantage pendant la scalpothérapie, et en HD, plus entre les séances (tableau 12). Il a beaucoup évolué avec YNSA, en particulier dans HE, et s’est écrasé avec l’intervention DC. La craniopuncture suspendue, mais avec la permanence du médicament, a diminué dans les deux hémibodies atteignant, dans HD, à des valeurs inférieures à celles de la première évaluation.

C a montré, respectivement avant et après les sessions, un maximum de 37μA et 47μA en HE et 46μA et 50μA en HD. Il a obtenu un minimum, respectivement avant et après YNSA, de 12μA et 16μA en HE, et de 14μA et 23μA en HD.

Leurs moyens étaient, respectivement avant et après les sessions de la YNSA, 27,09μA et 32,43μA en HE, et 27,70μA et 36,30μA en HD. Le coefficient de variation, respectivement avant et après, était de 0,25 et 0,26 en HE, et de 0,27 et 0,21 en HD.

Tableau 12. Progrès des méridiens cardiaques tout au long de la recherche « Réponse du patient avec Lupus Erytheamus au traitement par YNSA – Étude de cas »

cœur Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche 175,00% 13,46% 11,42% 1,14% -66,66%
Droite 39,28% 3,02% 18,42% 1,84% -46,66%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche 225,00% 9,78% 8,33% 0,34%
Droite 60,71% 2,63% -14,28% -0,59%

4.6.8 EVOLUTION DE L’INTESTIN GRÊLE OU XIAO CHANG PENDANT LA RECHERCHE

L’intestin grêle (ID) a évolué dans le traitement exclusif avec YNSA (tableau 13), et, en combination avec DC, a diminué dans HE, restant dans HD. YNSA suspendu et allopathie a été maintenu, il a diminué considérablement, atteignant des niveaux inférieurs à ceux trouvés au début de l’étude dans les deux hémibodies.

Tableau 13. Progrès des méridiens de l’intestin grêle tout au long de la recherche « Réponse du patient atteint de LE au traitement par YNSA – Étude de cas »

intestin grêle Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche 110,52% 8,50% -10,86% -1,08% -65,85%
Droite 90,90% 6,99% 0,00% 0,00% -53,33%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche 115,78% 5,03% -26,31% -1,09%
Droite 104,54% 4,54% -4,54% -1,18%

 

Pendant la scalpothérapie, il variait légèrement plus bas qu’entre les séances. Son coefficient de variation dans HE était, respectivement avant et après YNSA, 0.27 et 0.25 ; HD était de 0,26 et 0,25.

Il a atteint, respectivement avant et après YNSA, un maximum de 41μA et 53μA en HE, et 47μA et 50μA en HD. Il a obtenu un minimum de 16μA et 21μA en HE, et 20μA et 22μA en HD.

Leurs moyens étaient, respectivement avant et après les sessions de la YNSA, 26,91μA et 34,30μA en HE, et 33,65μA et 38,26μA en HD.

4.6.9 EVOLUTION DE LA CIRCULATION-SEXE OU XIN BAO LUO AU COURS DE LA RECHERCHE

Circulation-sexe (CS) a évolué avec l’acupuncture; a continué d’évoluer, mais lentement dans la combinaison du DC, et a refusé à la suspension de YNSA (tableau 14). À la fin de la recherche, le déclin de la HD avec le médicament était tellement, il a atteint une norme énergétique inférieure à celle initialement trouvée dans la recherche.

Il variait plus entre les séances de YNSA que pendant la scalpothérapie. Son coefficient de variation était, en HE, 0,33 et 0,25, respectivement avant et après YNSA; et, en HD, 0,36 et 0,27 respectivement avant et après YNSA.

Tableau 14.Progrès des méridiens de circulation sexuelle tout au long de la recherche « Réponse du patient avec LE au traitement par YNSA – Étude de cas »

Circulation-Sexe Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche 241,66% 18,58% 25,00% 2,50% -65,00%
Droite 60,71% 4,67% 40,62% 4,06% -48,88%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche 233,33% 10,14% 16,66% 0,69%
Droite 60,71% 2,63% -17,85% -0,74%

 

Avant et après les séances, respectivement, CS présentait un maximum de 39μA et 50μA en HE et 47μA et 50μA en HD. Respectivement avant et après la scalpothérapie, le minimum obtenu était de 12μA et 18μA dans les deux hémibodies; les moyens étaient de 24,13μA et 30,57μA en HE, et de 26,13μA et de 34,83μA en HD.

4.6.10 ÉVOLUTION DU TRIPLE CHAUFFAGE OU DU SAN JIAO EN COURS DE RECHERCHE

Le triple réchauffeur (TA) a varié plus son énergie entre les sessions de YNSA que pendant le traitement. Le coefficient de variation de 0,23 et 0,19 en HE, respectivement avant et après la scalpothérapie, a obtenu un coefficient de variation de 0,23 et 0,19 en HE, et de 0,19 et 0,17 en HD.

Il a progressé avec YNSA, plus à droite, et a régressé à la combinaison DC, en particulier lorsque l’acupuncture a été suspendue. En allopathie exclusive, il s’est retiré de telle sorte qu’il a atteint des valeurs inférieures à celles du début de la recherche en HE (tableau 15).

Ta atteint, respectivement avant et après les sessions, un maximum de 56μA et 55μA en HE et 55μA et 58μA en HD. Il a obtenu un minimum, respectivement avant et après YNSA, de 19μA et 28μA en HE, et de 20μA et 26μA en HD.

Tableau 15. Progrès des méridiens à trois appareils de chauffage dans la recherche « Réponse du patient atteint de Lupus Erythemenasus au traitement par YNSA – Étude de cas »

Triple-chauffe-eau Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) med/session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche 17,94% 1,38% -13,46% -1,34% -42,22%
Droite 97,14% 7,47% -11,53% -1,15% -13,04%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche 15,38% 0,66% -33,33% -1,38%
Droite 31,42% 1,36% 14,28% 0,59%

Leurs moyens, respectivement avant et après les sessions de la YNSA, étaient de 39,30μA et 41,09μA en HE et 44,04μA et 45,13μA en HD.

4.6.11 ÉVOLUTION DE LA RATE-PANCRÉAS OU PI PENDANT LA RECHERCHE

La rate-pancréas droit (BP) a changé plus dans les séances YNSA que dans les intervalles; l’inverse s’est produit dans BP gauche. Il présentait, respectivement avant et après YNSA, un coefficient de variation de 0,35 et 0,37 en HD, et 0,31 et 0,26 en HE.

Il a progressé, surtout à droite dans le traitement exclusif avec YNSA, et, peu de temps après la combinaison de DC. Dans l’allopathie exclusive, son énergie ressavait, surtout à gauche (tableau 16).

Tableau 16. Progrès des méridiens de la rate-pancréas tout au long de la recherche « Réponse du patient atteint de LE au traitement par YNSA – Étude de cas »

Rate-Pancréas Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche 25,00% 1,92% -13,88% -1,38% 45,16%
Droite 127,27% 9,79% -23,72% -2,37% 8,88%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche 10,71% 0,46% 60,71% 2,52%
Droite 104,54% 4,54% 122,72% 5,11%

 

Avant et après ynsa, BP a obtenu le même maximum de 47μA dans HE; sur HD, obtenu 67μA avant et 76μA après scalpothérapie. Son minimum était, respectivement avant et après YNSA, 12μA et 18μA dans HE, et 14μA et 10μA dans HD. Pendant ce temps, les moyens trouvés, respectivement avant et après les sessions de la YNSA, étaient de 29,87μA et 31,41μA en HE et 40,48μA et 44,17μA en HD.

4.6.12 ÉVOLUTION DE L’ESTOMAC OU WEI PENDANT LA RECHERCHE

L’estomac (E) oscillait plus pendant YNSA que dans l’intervalle entre les sessions. Son coefficient de variation était, respectivement avant et après scalpothérapie, 0,17 et 0,23 en HE et 0,18 et 0,22 en HD. Il a progressé avec YNSA, a régressé à la combinaison du HD et a chuté dans l’allopathie exclusive (tableau 17).

Tableau 17. Progrès des méridiens de l’estomac tout au long de la recherche « Réponse du patient avec Lupus Erytheamus au traitement par YNSA – Étude de cas »

estomac Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche 97,14% 7,47% -11,53% -1,15% -13,04%
Droite 25,64% 1,97% -12,28% -1,22% -6,00%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche 31,42% 1,36% 14,28% 0,59%
Droite 28,20% 1,22% 20,51% 0,85%

 

Le maximum, respectivement avant et après la scalpothérapie, était de 65μA et 86μA en HE; et 63μA et 85μA en HD. Le minimum était, respectivement avant et après YNSA, 30μA et 40μA dans HE, et 26μA et 30μA dans HD. Les moyens trouvés étaient, respectivement avant et après YNSA, 46,43μA et 54,61μA en HE et 50,04μA et 55,17μA en HD.

4.6.13 ÉVOLUTION DES MOYENNES ÉNERGÉTIQUES AU COURS DE L’ENQUÊTE

En moyenne, il variait légèrement plus entre les séances de la YNSA que pendant la thérapie; le contraire s’est produit dans HD. Le coefficient de variation de HE était, respectivement avant et après YNSA, 0,17μA et 0,16μA dans HE, et 0,15μA et 0,17μA dans la HD.

Dans le calcul final, le bénévole a progressé dans la thérapie exclusive du cuir chevelu, régressé dans la combinaison du DC, en particulier dans l’allopathie exclusive (tableau 18).

La moyenne de l’étude entière était, respectivement avant et après YNSA, 34,22μA et 39,35μA en HE et 51,3μA et 58,1μA en HD. Le maximum était de 44,3μA et 53,1μA en HE, et de 51,3μA et 58,1μA en HD. Le minimum était de 22,9μA et 29μA en HE, et de 26,8μA et 31,2μA en HD.

Tableau 18. Progrès de l’hémicorps signifie tout au long de la recherche « Réponse du patient avec Lupus Erytheamus au traitement avec YNSA – Étude de cas »

Hémirbodies moyens Hémicorps YNSA (1-13) YNSA (1-13) moy / session YNSA+DC

(14-23)

YNSA+DC

(14-23) moy / session

DC (23-24)
Gauche 11,84% 0,91% -9,65% -0,96% -22,90%
Droite 16,03% 1,23% -8,61% -0,86% -25,74%
  Après 23 apl. YNSA (1-23) Après 23 apl. YNSA (1-23) moy / session Après le recherche (1-24) Après recherche (1-24) moy / session  
Gauche 3,42% 0,14% -20,26% -0,84%
Droite 10,68% 0,46% -17,81% -0,74%

4.7 PRÉDOMINANCE ÉNERGÉTIQUE DES 5 ÉLÉMENTS LORS DE LA RECHERCHE

Les 5 éléments étaient prédominants en HD. Bien que le 12 Zang Fu variait considérablement dans la recherche, avec une prédominance énergétique maintenant en HE, ou en MH, la faible corrélation entre la scalpothérapie et la prédominance de Zang Fu d’un côté au détriment de l’autre a indiqué Pearson: -0,04192 dans HE et Pearson: 0,168675 en MH.

5. CONCLUSIONS

Cette étude a souligné les questions les plus pertinentes de caractère énergétique dans le traitement du lupus avec électroacupuncture dans la technique YNSA. Nous avons employé un patient considéré grave, après criblage impliquant plus de 300 patients de lupus, sélectionnés et indiqués par un rhumatologue, professeur de médecine dans Mogi das Cruzes. Le critère était la présence du lupus, patient modéré à grave. Ce volontaire avait souffert pendant 3 mois avant l’étude, amputation inférieure de membre due à la maladie, condition anémique, hyperkalephosis fonctionnel et expression apathique. Après 23 applications, sa posture était plus dressée, de confiance en soi, de sécurité et de sérénité, maintenant cette norme jusqu’à la 24e et dernière rencontre.

Dans Ryodoraku, il a été observé dans la première session intense et généralisée (à l’exception du foie) déficit énergétique, indiquant un processus dégénératif sévère. La normalité de la moyenne énergétique de certains hémicorps, sans tenir compte de la particularité de chaque méridien, n’était possible qu’après deux applications de YNSA dans l’Hémicorps droit, et après huit applications de YNSA dans l’Hémicorpsgauche.

Au moment de la huitième session, pour la première fois, avant même la thérapie du cuir chevelu, hémicorps droit a commencé la session avec une moyenne d’énergie adéquate, malgré les déficits dans de nombreux méridiens de la même Hémicorps. Même avec les avances, l’énergie moyenne de l’hémicorps gauche ne s’est pas présente à aucun moment de la recherche normalisée avant ynsa, car dans aucune des 47 évaluations, les 24 méridiens normalisés ont été simultanément trouvés.

Tout au long de la recherche, le patient a démontré l’énergie instable et l’incapacité de maintenir une ligne de montée ou de déclin énergétique : ils étaient des vers le haut et des bas. Alors que, en général, YNSA a amélioré sa norme énergétique globale. Bien que la scalpothérapie se soit avérée efficace si elle se poursuivait dans le LES, il y avait de rares moments où la technique elle-même déprimé le modèle énergétique déjà déficient et l’avance s’est produite entre les sessions.

Les 2/3 des sessions avec une moyenne énergétique normale étaient composées de post-sessions et de 1/3 de pré-sessions. Cela donne à penser que de meilleurs résultats sont plus immédiats qu’à moyen terme et qu’au fil des jours, il y a généralement une baisse d’énergie. Ces données sont conformes à la forte baisse d’énergie observée lors de la 24ème réunion, après un mois de traitement de suspension.

Sur les 5 séances (10e, 16e, 17e, 18e et 22e) dont le patient a assisté avec une moyenne énergétique normale, seulement dans la 22e session, au lieu de renforcer cette condition, YNSA fourni des niveaux d’énergie en dessous de la normale. Apparemment, ce qui a différencié la 22e session des autres (10e, 16e, 17e et 18e) pour obtenir un résultat final différencié, ce sont les signes menstruels absents jusque-là, pendant plus de 9 mois, et qui se sont manifestés dans les prochains jours… Et/ou, peut-être, la grippe naissante.

En ce qui concerne la thérapie exclusive avec YNSA, l’association du diphosphate de chloroquine a apporté des résultats plus négatifs que positifs et YNSA a empêché l’aggravation d’énergie provoquée par l’allopathie au milieu du traitement. En raison de l’oscillation d’énergie tout au long du traitement avec la chute suivante dans un mois simple sans YNSA, il est conclu la nécessité de la continuité du traitement avec YNSA pour préserver un état énergétique plus adéquat.

Malgré les variations négatives et le manque de remède pour le lupus, tout au long de la recherche il y avait des situations de triplement du modèle énergétique très déficient du corps. En effet, la bénévole elle-même était expressément heureuse du résultat.

RÉFÉRENCES

ABBAS, A.K. et. al. Imunologia Celular e Molecular. 6. ed. 564p. Rio de Janeiro: Elsevier, 2008 ISBN 978-85-352-2244-9

AMADIO, I. Dicionário de Termos Médicos e de Enfermagem. P. 295. 1 Ed. São Paulo: Rideel, 2002.

AMESTOY, R. D. F.. Eletroterapia e Eletroacupuntura. Cap. 1. Breve Referência Histórica da Eletricidade e Seu Emprego em Eletroterapia e Eletroacupuntura. p. 8. Florianópolis: Absoluta, 2005.

AMORIM, E.K.; AMORIM, P.F.C.. Ryodoraku: Método de Avaliação. VII Simpósio Brasileiro de Aperfeiçoamento em Acupuntura e Terapias Orientais – EBRAMEC. Acupuntura Japonesa e Técnicas Associadas. Disponível em: <http://www.ebramec. com.br/palestras/palestras1/Paulo%20e%20%C9rika.pdf>. Acesso em: 5/914.

ANTAS, L.M., 1980. Dicionário de Termos Técnicos Inglês-Português. 6ª Ed: Traço.

AP 585 Accurate Pulse Microprocessado. Manual de Instruções – MS 80005120011. Fabricante: VMV Costa. CNPJ: 71.594.899/0001-66. Distribuidor: Lautz. P. 6.

ARNSON, Y; AMITAL, H.; SHOENFELD, Y. Vitamin D and autoimmunity: new etiological and therapeutic considerations. Ann Rheum Dis 2007; 66:1137-42.

AUTEROCHE, B. e NAVAILH, P.. O Diagnóstico na Medicina Chinesa. Andrei, 1992. P: 37, 66, 76, 84, 128-129.

AYACHE, D.C.G.; COSTA, I.P. Alterações da Personalidade no Lúpus Eritematoso Sistêmico. Personality Disorders in Systemic Lupus Erythematosus. Revista Brasileira de Reumatologia, v. 45, p.313, set./out., 2005.

BELTRÃO, S.M.R.. Prevalência de sintomas psiquiátricos em pacientes com Lúpus Eritematoso Sistêmico em um centro de referência. Dissertação de Mestrado para obtenção do grau de Mestre pelo Programa de Pós-Graduação em Medicina da Pontifícia Universidade Católica do Rio Grande do Sul (PUCRS). Porto Alegre: 2010.

BERBERT, A.L.C.V e MANTESE, S.A.O.. Lúpus eritematoso cutâneo – Aspectos clínicos e laboratoriais. Anais Brasileiros de Dermatologia, vol.80 nº 2, Rio de Janeiro, 2005. Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0365-0596200500020000 2&script =sci_arttext&tlng=pt >.

BONFÁ, E.S.D.O.; NETO, E.F.B.B.. Lúpus Eritematoso Sistêmico. In: BONFÁ, E.S.D.O.; IOSHINARI, N.H.: Reumatologia para o clínico. São Paulo: Roca, 2000. P: 25-33.

BORBA, E.F.; LATORRE, L.C.; BRENOL, J.C.T.; KAYSER, C.; SILVA, N.A.; ZIMERMANN, A.F.; PÁDUA, P.M.; COSTALLAT, L.T.L.; BONFÁ, E.; SATO, E.I.. Consenso de Lúpus Eritematoso Sistêmico. Consensus of Sistemic Lupus Erythematosus. Rev. Bras. Reumatol., v.48, n.4, p.196-197, jul/ago 2008. Disponível em: < http://www.scielo.br/pdf/rbr/v48n4/v48n4a02.pdf>. Acesso em: 15/7/14.

BOUCINHAS, J.. Acupuntura Craniana de Yamamoto. Cap. 5. Idéias básicas sobre YNSA.  WP Gráfica e Editora, 2007. p.: 47, 50, 105.

CALLADO, J.C.. Nova Craniopuntura Japonesa. Caderno – Anotações da 11ª aula do curso de pós-graduação em acupuntura lato sensu, turma XXII, do CBF/CEATA. Ano: 2008.

CECATTO, S.B., GARCIA, R.I.D., COSTA, K.S., ANTI, S.M.A., LONGONE, E., RAPOPORT, P.B.. Perda auditiva sensorioneural no lúpus eritematoso sistêmico: relato de três casos. Rev Bras Otorrinolaringol. V. 70, n.3, 398-403, mai/jun 2004. Disponível em: <http://www.scielo.br/pdf/%0D/rboto/v70n3/a17v70n3.pdf>. Acesso em: 28/dez/11.

COMISSÃO DE LÚPUS DA SOCIEDADE BRASILEIRA DE REUMATOLOGIA – SBR. Lúpus Eritematoso Sistêmico (LES) – Cartilha da SBR. Ano: 2011. Disponível em: < http://www.reumatologia.com.br/index.asp?Pagina=reumatologia/principaisDoencasEorientacoesPacienteResultados.asp&IDPrincipalDoencaIDOrientacaoPaciente=OP;28>. Acesso em: 28/dez/11.

COSTEIRA, O., Termos e Expressões da Prática Médica. Rio de Janeiro: Farmoquímica, 2001. 262p. P. 114.

COTRAN, R. S., KUMAR, V., COLLINS, T.. Lúpus Eritematoso Sistêmico; Etiologia e Patogenia. Robbins: Patologia Estrutural e Funcional, p. 193, 194. Ano: 2000.

DETHLEFSEN, T. & DAHLKE, R.. A Doença como caminho. Cap.1. A doença e os sintomas. São Paulo: Cultrix, 1983. 265p. P. 16,17.

DUTRAL, R. M.; OLIVEIRA, T. B.. Lúpus eritematoso sistêmico (LES): perfil clínico-laboratorial dos pacientes atendidos em um serviço privado de reumatologia na cidade de Santo Ângelo-RS. Revista: RBAC, vol. 41(1): 77-80, 2009. Disponível em: <http://www.sbac.org.br/pt/pdfs/ rbac/rbac_41_01/rbac_41_0 1_14.pdf>. Acesso em: 7/5/11.

EIRAS, M. E. C.. Lúpus – Trabalho de Conclusão de Curso – Turma 80. Curso de Acupuntura e Medicina Tradicional Chinesa – CEATA, SP. Ano: 2006.

_________________. Equipe Doia. Lúpus Vulgar, Lúpus Carcinoma. Lúpus Vulgar. Dermis – Dermatology Information System. Disponível em: <http://www.dermis.net /dermisroot/pt/10368/image.htm>;<http://www.dermis.net/dermisroot/pt/10340/image.htm>;<http://www.dermis.net/dermisroot/pt/10275/image.htm>; <http://www.dermis.net/ dermisroot/pt/10376/image.htm>. Alemanha, 1996-2011. Acesso em: 7/5/11.

FALCÃO, C.A.; LUCENA, N.; ALVES, I.C.; PESSOA, A.L.;GODOI, E.T.. Cardite Lúpica. Arq Bras Cardiol vol.74 nº1. P: 56 Recife: 2000. Disponível em: < http://publicacoes.cardiol.br/abc/2000/7401/74010007.pdf>. Acesso em: 21/7/14.

GOTO, K. O que é Ryodoraku? JSRM – Japanese Society Ryodoraku Medicine. Disponível em: <http://www.ryodorakudobrasil.com.br/o-que-e-ryodoraku/>. Acesso em: 5/9/14. S.d.

GRECO, C.M.; NAKAJIMA, C.; MANZI, S. Update review of complementary and alternative medicine treatments for systemic lupus erythematosus. Curr Rheumatol Rep; 15 (11): 378, 2013 Nov. Portal de Pesquisas da BVS. Disponível em: <http://bvsalud.org/portal/resource/pt/mdl-24078104>. Acesso em: 15/7/14.

HOUAISS, A., VILLAR, M.S. e F.M.M., FRANCO, 2009. Houaiss da Língua Portuguesa. 1. ed. – Rio de Janeiro: Objetiva, 2009, 1986p. P.1202, 1899.

HUSZ, I.. O que é acupuntura. Apostila do Curso de Especialização em Acupuntura CBF/CEATA. Ano: 2007.

JIAN-HUI, L.. 1. Systemic Lupus Erithematosus; 2. Chronic Disciform Lupus Erythematosus. A Handbook of Tradicional Chinese Dermatologia. S.d. Acesso em: 2008.

JÚNIOR, A. M.. Lúpus Eritematoso Sistêmico. Disponível em: <http: // http://www.medicinageriatrica.com.br/tag/psicose/>. Acesso em: 2/mar/2004.

KONO, A. Craniopuntura de Yamamoto. Disponível em: < http://pontoacupuntura.blogspot. com.br/2011/05/cranioacupuntura-de-yamamoto.html >. Acesso em: 26/9/14.

KRAUTHAMER, A., COELHO, L.E. & SATO, E.I., 1999; SATO et al, 2002. Tratamento do LES. In E. I. Sato (Org.), Lúpus Eritematoso Sistêmico – O que é? Quais são suas causas? Como se trata? (p. 26-31). São Paulo: Sociedade Brasileira de Reumatologia.

KWANG, W. T., S/D. Classificação das Doenças; Etiopatogenia; YNSA. Apostilas do Curso de Especialização em Acupuntura CBF/CEATA, turma XXII. São Paulo, 2007.

KWANG, W.T.. Craniopuntura de Yamamoto – YNSA. Disponível em: < http://pt. slideshare.net/simonepascelli/yamamoto-ynsa)>. Acesso em: 8/9/14. S.d.

KWANG, W. T.. Entrevista. Jornal: O Legado. Ano: 2008.

KWANG, W. T., S/D. Mecanismo Neurofisiológico. Ponto de Acupuntura; Vias Aferente e Eferente da Acupuntura; Acupuntura e Neuroendocrinoimunologia. Apostila do Curso de Especialização em Acupuntura CBF/CEATA, turma XXII, Ano: 2007, p. 1,2,4.

KWANG, W. T.. Lúpus Eritematoso Sistêmico/Discóide. Disponível em E-mail: <[email protected]>. Ano: 2009.

KWANG, W.T., S/D. Craniopuntura 1 (YNSA 1) e Craniopuntura 2 (YNSA 2). DVD da Escola CEATA.

LUPUS Foundation of America, Inc., 2005. World Lupus Day Observed. Who Gets Lupus? Disponível em: <http://www.lupus.org/webmodules/webarticlesnet/?z=59&a= 1487>. Acesso em: 28/dez/11.

MACIOCIA, G.. Cap 16 – Diagnóstico; Cap 17 – Identificação dos Padrões. Os Fundamentos da Medicina Chinesa. São Paulo: Roca, 1996.

MACIOCIA, G. A Psique na Medicina Chinesa. Cap.9. A Prática da Medicina Chinesa: Tratamento das Doenças com Acupuntura e Ervas Chinesas. São Paulo: Roca, 2010.

MARTINS, A.C.C.L.; SILVA, T.M.; GLORIA, M.B.A. Determinação simultânea de precursores de serotonina – triptofano e 5-hidroxitriptofano – em café. Artigo. Quím. Nova vol.33. nº2. Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?pid=S0100-40422010000200016&script=sci_arttext>. Acesso em: 24/9/14. São Paulo, 2010.

MEDEIROS, E.F. Lúpus Eritematoso Sistêmico/Discóide. E-mail do [email protected] Acesso em: 14/3/9. Ano: 2009.

MAGALHÃES M.B., DONADI E.A. & LOUZADA J. P. Manifeatções clínicas do lúpus eritematoso sistêmico: Abordagem diagnóstica e terapêutica na sala de urgência. Medicina, Ribeirão Preto, 36: 409-417, abr/dez. Disponível em: < http://www.fmrp.usp. br/revista/2003/36n2e4/31manifestacoes_clinicas_lupus_eritematoso.pdf >. Acesso em: 28/dez/11. Ribeirão Preto, 2003.

MANFRED, P. The theoretical foundations of Chinese medicine. Massachusetts: The MIT Press, 1974.

MANN, F.. Acupuntura – A Arte Chinesa de Curar. Hemus, 1994. P.: 98-101.

MARQUES, C.D.L.; DANTAS, A.T.; FRAGOSO, T.S.; DUARTE, A.L.B.P.. A importância dos níveis de vitamina D nas doenças auto-imunes. Ver Bras Reumatol vol.50 nº1 São Paulo Jan/Feb. 2010. Disponível em: < http://www.scielo.br/scielo.php? script=sci_arttext&pid=S0482-50042010000100007 > Acesso em: 21/7/14.

MAYER, G. Trad: HOPKINS, M. Cap.2 – Imunologia. 2009. Disponível em: <http://pathmicro.med.sc.edu/portuguese/immuno-port-chapter2.htm>. Acesso em: 14/7/14.

MEDEIROS, C. Lúpus aumenta as chances de desenvolvimento de câncer. Correio do Estado, 2010. Disponível em: < http://www.correiodoestado.com.br/ noticias/lupus-aumenta-as-chances-de-desenvolvimento-de-cancer_86327/>. Acesso em: 21/7/14.

MERCADO LIVRE. Anúncio: Acupuntura – Analyser Diagnóstico (Ryodoraku) – Cosmotrom. Acesso em: 5/9/14.

MOREIRA M.D. & MELLO FILHO, J. Psicoimunologia hoje. In J. Mello Filho (Org.), Psicossomática hoje (pp. 119-151). Porto Alegre: Artes Médicas, 1992.

NASCIMENTO, M.C. As duas faces da montanha: estudos sobre medicina chinesa e acupuntura. São Paulo, Hucitec: 2006.

NOGIER, R. e BOUCINHAS, J.C., 2006. Prática Fácil de Auriculoterapia e Auriculomedicina. Cap. 4: Detecção e Tratamento dos Pontos. 3ª Edição. Ed.: Ícone. P.: 31,32.

NÖTHLICH, B., 2006. Pulsologia Chinesa: o estudo moderno e a prática clássica. Disponível em: <http://acupuntura.pro.br/artigos/pulsologia-chinesa/>. Acesso em: 24/4/11.

OLIVEIRA, Paulo Marcos Agria – Tradução do original: Dorland’s Pocket Medical Dictionary. Dorland (Pocket) Dicionário Médico. 26 ed. – São Paulo: Roca, 2004. 1056p.

PINTO A.R., SILVA, B., OLIVEIRA, I.C., PEREIRA, J.O.S., NUNES, L.. Manual de normalização de trabalhos acadêmicos. Universidade Federal de Viçosa, 2011. Biblioteca Central. Disponível em: < http://pt.scribd.com/doc/ 72692510/31/ Figura-18-%E2%80%93-Modelo-de-anexo-ABNT-NBR-14724-2011>. Acesso em: 31/12/11.

REIS, E.C.F.B.; PRADO, F.A.; RABELO, F.; CARNEIRO, J.N.; KIRCHENHEIM, R.A.F.V.; FILHO, R.R.S.; EVARISTO, T.. Verdades e Mentiras sobre o Lúpus Eritematoso Sistêmico. Centro de Reumatologia do DF. Disponível em: <http://reumatologiadf.com.br/neosite/index.php/reumatologia-menu/dicas-reumato-me nu/48-verdades-e-mentiras-sobre-o-lupus-eritematoso-sistemico>. Acesso em: 21/7/14.

REQUENA, Y. Acupuntura e Psicologia. São Paulo: Andrei, 1990. P. 61-63.

SANTANTONIO, J., YAZIGI, L., SATO, E.. Adolescentes com Lúpus Eritematoso Sistêmico: Um estudo por meio do método de Rorschach. Pisicologia: Teoria e Pesquisa. Mai-Ago 2004, Vol. 20 n. 2, PP 145-151. Disponível em: < http://www.scielo.br/pdf/ptp/v20n2/a07v20n2.pdf>. Acesso em: 15/mai/11.

SATO et al pela Sociedade Brasileira de Reumatologia. Lúpus eritematoso sistêmico: acometimento cutâneo articular. Rev. Assoc. Med. Bras. vol.52 nº6 São Paulo Nov./Dec. 2006.  Disponível em: <http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext& pid=S0104-42302006000600012>. Acesso em: 28/dez/ 11.

SATO, E. I., BONFÁ, E. D., COSTALLAT, L. T. L., SILVA, N. A., BRENOL, J. C. T., SANTIAGO, M. B., SZAJUBOK, J. C. M., FILHO, A. R., BARROS, R. T., & VASCONCELOS, M.. Consenso brasileiro para o tratamento do lúpus eritematoso sistêmico (LES). Revista Brasileira de Reumatologia, 2002. P. 42(6), 362-370.

SCHEINBERG, M. Morton Scheinberg: A conquista do lúpus. Folha de S. Paulo. Opinião. 10/5/13. Disponível em: < http://www1.folha.uol.com.br/opiniao/ 2013/05 /1276223-morton- scheinberg-a-conquista -do-lupus.shtml>. Acesso em: 15/7/14.

SCOFIELD, R.H.; WINDLE, M.L.; RUSH, E.T.; BUEHLER, B.. Genetics of Systemic Lupus Erythematosus. Disponível em: < http://emedicine.medscape.com/article/1884 084-overview>. Acesso em: 7/7/14.

SCOTTO, C.M.. Relação com as Biomoléculas. Masterclin Treinamentos. Apostila: Acupuntura Auricular, 2006. p.3.

SILVEIRA, L.M.R. Acupuntura como tratamento auxiliar nas alterações comportamentais em cães.52 f. Monografia de Especialização em Acupuntura Veterinária. Instituto Qualittas. São Paulo, 2009.

SOBRINHO, R.B.. Dr. Nakatani. Ryodoraku = “sinal” do S.N.A. – 1950. Ryodoraku – Caminhos Permeáveis, p. 9. Apostila do Curso de Especialização em Acupuntura CBF/CEATA, 2007.

SOBRINHO, R. B. Manual EAV/Ryodoraku. Medchina, 2008.

SONTHEIMER, R.D.. Clinical manifestations of cutaneous lupus erythematosus. In: Wallace DJ, Hahn BH. Dubois’lupus erythematosus. Pennsylvania: Lea & Febiger, 1993. P.285-301.

SOUSA, J.L. e VASCONCELOS, E.B.. Acupuntura Constitucional (Tipologia). Disponível em: <http://webcache.googleusercontent.com/ search?q=cache:JFpgrFlD Mu0J:www.portalunisaude.com.br/arquivos/CONSTITUCIONAL.pdf+hum+po+yi+zhi&cd=2&hl=pt-BR&ct=clnk&gl=br&source=ww w.google.com.br>). Acesso em: 21/4/ 11. S.d.

SOUZA, M.P.. Tratado de Auriculoterapia. Cap. 3. Diagnóstico. Brasília: LooK, 2001. P.: 31.

STEDMAN, T. L., 1990 (1853-1938). Trad.: ARAÚJO, C.L.C. et al., 1996. Stedman – Dicionário Médico 25ª Edição. Ed.: Guanabara Koogan. 1657p. P.: 746-748, 1376. Rio de Janeiro, 1990 Baltimore, USA.

TEIXEIRA, T.M.; COSTA, C.L. Papel da vitamina D no Lúpus eritematoso sistêmico. The role of vitamin D in systemic lupus erythematosus. Rev. Nutr. Vol. 25 nº4 Campinas Jul/Ago 2012.

TISKIEVICZ, F.. Perfil hormonal, marcadores imunológicos e atividade da doença em mulheres com lúpus eritematoso sistêmico, 2008. Tese de Mestrado da Faculdade de Medicina da Universidade Federal do Rio Grande do Sul. Programa de Pós-Graduação em Ciências Médicas: Endocrinologia.

UTIYAMA, S.R.R.; REASON, I.T.M.; KOTZE, L.M.S.. O sistema complemento nas doenças: genética e patogenia. The complement system in diseases: genetic and pathogeny. Revista Brasileira de Reumatologia, vol.44, nº 4, São Paulo, Jul/Ago, 2004. Disponível em: < http://www.scielo.br/scielo.php?script= sci_arttext&pid=S0482-50042004000400006 >. Acesso em: 7/7/14.

VILLAR, M. J. P., & SATO, E. I.. Estimando a incidência de lúpus eritematoso sistêmico em Natal/RN-Brasil. Comunicação apresentada na XVI Jornada Brasileira de Reumatologia e XIII Jornada do Cone-Sul de Reumatologia. Florianópolis, 2001.

WALLACE, D. et al. Tratamentos. Disponível em: <http://http://www.lupusonline.com. br/trata.asp>.  Acesso em: 14/3/9. S.d.

WEN, T. S.. Conceito sobre os mecanismos da Acupuntura. Acupuntura Clássica Chinesa, p. 14 – 16. Cultrix, 2006.

WANG, B.. Cap 27 – Zhou Bi. Princípios de Medicina Interna do Imperador Amarelo. P.: 638. São Paulo: Ícone, 2001.

WD, 29/4/11. Prevalence Statistics for Types of Connective tissue disorders. Disponível em: <http://www.wrongdiagnosis.com/c/connective_tissue_disorders /prevalence-types.htm>. Acesso em: 7/5/11.

YAMAMOTO, T., YAMAMOTO, H. e YAMAMOTO, M. M., 2007. Cap 6 . Diagnósticos Abdominal e Cervical da Nova Craniopuntura de Yamamoto. Diagnóstico Abdominal da Nova Craniopuntura de Yamamoto. P. 3, 6, 70, 71, 72, 80. Ed.: Roca.

YAMAMURA, Y. Pontos de Acupuntura. Cap.3. Acupuntura Tradicional: A Arte de Inserir, p. 39. São Paulo: Roca, 1995.

YAMAMURA, Y., Introdução. Cinco Movimentos, a Natureza e o Ser Humano; Cap 16. Diagnóstico. Acupuntura Tradicional: A Arte de Inserir, p. L, 181, 182. São Paulo: Roca, 1996.

ANNEXE – RÉFÉRENCENOTE DE BAS DE PAGE

3. N.A.: Bien que Yamamoto (2007:72) recommande l’utilisation d’aiguilles jetables 25×40 mm, l’objection directe à sa réutilisation n’est pas faite. Au cours de la recherche, plusieurs fois les aiguilles ont été changées, au besoin et réutilisées ont été stérilisées.

4. N.A.: Malgré l’indication de plusieurs perforations sur les mêmes points (WANG, 2001) et yamamoto recommandent l’utilisation d’ondes pulsées, le chercheur a opté pour l’onde continue. C’est parce que l’inconfort causé par ce type d’électrostimulation était grand et, en outre, il n’y a aucune preuve prouvant l’inefficacité de l’onde constante pour l’affaire.

[1] Spécialiste de l’acupuncture, universitaire en génie de la production, diplômé en physiothérapie et également en administration.

[2] Professeur de troisième cycle et auteur de plusieurs livres sur la médecine traditionnelle chinoise et Avelar dos Santos, médecin ostéopathe orthomoléculaire et superviseur diplômé Lato Senso en acupuncture.

Soumis : Août 2020.

Approuvé : Avril 2021.

Spécialiste en Acupuncture, universitaire en Génie de Production, diplômé en Physiothérapie et également en Administration.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here