Géographie, histoire et l’environnement : dégradation de l’environnement à alta Floresta/MT

0
900
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI [ SOLICITAR AGORA! ]
Géographie, histoire et l’environnement : dégradation de l’environnement à alta Floresta/MT
Classificar o Artigo!
ARTIGO EM PDF

SILVA, Daniele Ulrich da [1]

LOPES, Marina Silveira [2]

SILVA, Daniele Ulrich da; LOPES, Marina Silveira. Géographie, histoire et l’environnement : dégradation de l’environnement en Alta Floresta/Mt. Revue scientifique pluridisciplinaire de la base de connaissances. Vol. 8. Année 1. p. 144-177. Septembre 2016. ISSN. 2448-0959

RÉSUMÉ

Cette étude est une analyse de la dégradation de l’environnement dans la municipalité de Alta Floresta, situé dans l’extrême nord de l’état du Mato Grosso, au milieu de l’Amazonie, précisément en Amazonie légale dite. La municipalité en question se distingue par son haut niveau de la déforestation qui était due principalement à l’expansion des activités économiques. Cette dégradation ne cesse pas d’être le reflet de la dévastation dans le Mato Grosso et, plus généralement, dans la région amazonienne dans son ensemble. À l’approche de cette dégradation est nécessaire pour une meilleure compréhension du thème traité dans cet ouvrage, l’approche de la notion de l’environnement et puis l’émergence d’un nouveau modèle de développement, qui vise à concilier croissance économique et la préservation de l’environnement (développement durable), alors en vogue à l’époque contemporaine, face à une mobilisation généralisée dans la défense de l’environnement. Bientôt, consiste donc à traiter la dévastation en futaie, comme la dégradation des réflexe dans le Mato Grosso et de l’Amazone, concluant que, malgré l’indice élevé, certaines autorités ont montré une sensibilisation à l’environnement, en ce qui concerne la recherche de solutions pour la réhabilitation des ressorts et des amendes pour les agriculteurs qui nuisent à l’environnement.

Mots clés: Haute-forêt ; Dégradation de l’environnement ; Amazon ; La forêt amazonienne ; Développement durable

INTRODUCTION

Ce travail se compose d’une analyse de la dégradation de l’environnement dans la municipalité de Alta Floresta, Mato Grosso dans la région amazonienne. Cette municipalité présente un indice élevé de la déforestation, résultant de l’expansion des activités économiques. Cette situation n’est pas simplement locale, privée, mais révèle le grave problème de la dévastation dans la forêt amazonienne.

L’Amazone représente la plus grande collection des forêts tropicales dans le monde, avec une grande diversité de flore et faune et occupe environ 7 000 000 kilomètres carrés, en Amérique du sud de Mantes-la-jolie. La plupart de l’Amazone sont en territoire brésilien et se prolonge par les Etats suivants : Amazonas, Pará, Acre, Rondônia, Mato Grosso, Maranhão, Tocantins, Amapá et Roraima. Cette Amazone est également connu comme l’Amazonie légale brésilienne.

Cependant, durant les dernières décennies du siècle dernier et au début du XXe siècle, la région amazonienne traverse les transformations causées principalement par la déforestation, la chasse et la cueillette (en ce qui concerne les mines et bois) et la croissance urbaine. Exploitation généralisée, illégales et non durables des ressources, justifiée par l’appât du gain immédiat, ainsi que l’avance de la frontière agricole causé, à l’aube de ce siècle, plus perte de la couverture originale de la forêt amazonienne.

La situation de dégradation de l’environnement n’est pas si différente dans l’état du Mato Grosso, qui, comme mentionné, est l’un des États constitutifs de l’Amazonie. Tout au long du processus d’expansion des activités et des projets d’intégration de l’agriculture, en particulier ceux promus en 1970, dans le cadre du régime militaire, certaines zones forestières de l’Etat, ainsi que de l’Amazonie, en général, ont été dévastées.

Dans un projet particulier de la colonisation, est venu avec l’ouverture des routes dans les zones forestières, la municipalité actuelle de Alta Floresta, dans le nord du Mato Grosso et a enregistré un taux élevé de dégradation de l’environnement, qui se manifeste par la déforestation, principalement en raison de l’expansion des activités économiques comme l’agriculture.

Cette municipalité est l’un des exemples de dégradation de l’environnement au milieu d’une saison quasi général, par les défenseurs de l’environnement, gouvernements, organisations non gouvernementales (ONG) et la société civile, en général, en faveur de la préservation de l’environnement.

Dans cette mesure, pour une plus grande compréhension du sujet en question, si, dans le premier chapitre de cet ouvrage, aborder la notion d’environnement et puis en se concentrant sur le nouveau modèle de développement qui se veut, à l’époque contemporaine, résoudre un dilemme entre la croissance économique et l’exploitation des ressources naturelles : le développement durable, qui sera examiné dans l’éducation à l’environnementale.

L’analyse et la discussion des résultats cherchant à montrer la dégradation de l’environnement dans la municipalité de Alta Floresta, depuis sa naissance jusqu'à nos jours, dans le cadre des coupes à blanc propre qui caractérise l’état du Mato Grosso et l’Amazone dans son ensemble.

CADRE THÉORIQUE

Comme le présent travail traite de la dégradation de l’environnement dans la municipalité de Alta Floresta, Mato Grosso mettant l’accent sur l’action dans le temps et dans l’espace, en se référant à la notion de geohistória, c'est-à-dire dans l’histoire des relations interdisciplinaires et la géographie, ayant l’espace et le temps dans une relation dialectique sur l’infini.

Avant l’approche concernant le geohistória et la médiation dans l’espace, il est important de souligner que la géographie porte sur les diverses branches de la connaissance, permettant ainsi à un exercice en interdisciplinarité. Il est opportun, bien que brève, ce concept.

De manière générale, l’interdisciplinarité se réfère à une sorte d’interaction entre les disciplines, entre les domaines de la connaissance. Cette interaction peut se produire à différents niveaux de complexité : multidisciplinarité, pluridisciplinarité, l’interdisciplinarité et la transdisciplinarité

Comme Japiassú (1976), l’approche pluridisciplinaire se caractérise par une action simultanée de plusieurs disciplines autour d’un thème commun. Mais, cette action est fragmentée, il explore la relation entre les connaissances disciplinaires et, en outre, il n’y a aucune coopération entre les disciplines.

Sur la multidisciplinarité déjà vérifie une sorte d’interaction entre les connaissances, même si elles sont toujours au même niveau hiérarchique, en l’absence de toute forme de coordination d’un niveau parent.

À son tour, interdisciplinarité, selon l’auteur, est marquée par la présence d’une axiomatique (entendu ici comme l’axe de l’intégration des disciplines, qui guide les actions interdisciplinaires) à un groupe de disciplines connexes et défini au niveau hiérarchique immédiatement supérieur, introduisant la notion de but. En général, l’interdisciplinarité est un acte d’échange et de réciprocité entre les disciplines, il n’y a pas de vérité absolue à la portée des êtres humains.

Comme Santos (2002), la notion d’interdisciplinarité a évolué avec le progrès économique et scientifique. Ainsi, les nouvelles réalités nécessitent une explication particulière et l’émergence de nouvelles disciplines scientifiques.

Il y a encore un niveau d’intégration disciplinaire au-delà de l’interdisciplinarité : la transdisciplinarité, qui apparaît comme une dernière proposition dans le champ épistémologique peut être définie comme une sorte de coordination de toutes les disciplines, sur la base d’un général axiomatique.

En ce qui concerne la géohistoire adéquate, c'est-à-dire interdisciplinaire relation entre la géographie et l’histoire, il est nécessaire premier de toute une analyse de la conception de l’histoire comme « (…) étude de l’homme dans le temps (…) «. (Bloch, 1997, p. 55). Cette conception entrera en collision avec la définition prédominante dans l’historiographie du 19ème siècle, l’histoire est l’étude du passé humain.

Dans ce cadre, l’idée de l’histoire comme l’étude de l’homme dans le temps rompt avec la définition traditionnelle de que l’histoire devrait revenir seulement vers le passé. L’étude de l’histoire doit ensuite aller aux actions et humaine des transformations (ou séjour) qui développent ou s’installer dans une certaine période de temps, y compris le présent. L’analyse du temps présent est fondamental de noter que le moment présent est affecté par des processus qui se développent dans le passage du temps.

Cette (re) définition de l’étude de l’histoire dans le temps représenté une étape importante dans l’expansion des zones historiques, mais doit inclure un autre élément, en plus de l’homme et le temps : l’espace, parce que les actions et les transformations qui affectent la vie humaine historiquement considérée si peuvent rendre dans un espace géographique.

Notion complexe et complet, parce qu’elle intègre d’autres concepts, tels que le paysage qui peuvent être considérées comme une catégorie d’analyse, étant le premier signet à la reconnaissance du spatial différence qui se produit dans une certaine partie du territoire (RAJA.1989. Faire la même chose existe grâce à ses formes créés à différents moments de l’histoire qui co-existe dans le moment actuel. Le « résultat de l’action culturelle de la société à certains moments et les temporalités de résister même » (SANTOS, 1999, p. 84). L’espace est déjà le « résultat de l’action des sujets qui constituent le paysage en faisant une synthèse provisoire toujours entre des formes spatiales et contenus sociales » (SANTOS, 1991, p. 88), à savoir, l’espace géographique peut être défini comme celui qui a subi des modifications, la part des actions humaines tout au long de l’histoire.

Médiation, une géohistoire, lié à la conception de Braudel (1992), pour l’interaction entre l’homme et l’espace, leurs échanges et limites de l’avant les uns des autres, dans une temporalité, surtout représenté par une longue durée, c'est-à-dire qui concerne une histoire presque immobile, qui s’occupe des phénomènes extrêmement longs, tels que : l’évolution du paysage et l’histoire de l’homme dans leurs relations avec l’environnement.

Donc, pour Santos (1997), l’espace géographique est constitué d’un système d’objets et un système d’actions, c'est-à-dire formé par un agrégat, la solidarité et des objets contradictoires et systèmes de mesures, prises, pas isolément, mais comme un cadre unique où l’histoire prend place. Au commencement était la nature sauvage, formé par des objets naturels, qui, tout au long de l’histoire sont remplacées par des objets manufacturés, nature technique, mécanique, artificielle a tendance à agir comme une machine. Il semble donc que l’espace géographique est une étape des réalisations humaines et donc un médiateur important entre la géographie et l’histoire.

Dans ce contexte, si l’espace est soumis à des impératifs de temps, d’autre part, la temporalité subit aussi les préceptes de l’espace et le milieu géographique. Pour donner un exemple, Barros (2010, p. 76) fait référence à une œuvre de Braudel (« Méditerranée »), qui montre un « monde sont dichotomiquement divisé en deux saisons : tout en l’autorisant la guerre de l’été, hiver annonce la station de la trêve, en plus de cela, la mer pas de révolte permet le passage de grands convois militaires s’avance d’un point à un autre de la Méditerranée ». De cette façon, le climat (aspect physique du milieu géographique) réécrit l’espace, ce qui réinitialise le moment où les actions humaines sont : espace, temps et homme.

Dans le cas de cette étude, des actions humaines sur l’espace (les transformations effectuées par l’homme dans le paysage de la région amazonienne au moment de la création des futaies) et l’influence de cet espace sur ces actions d’êtres humains, l’exemple du climat favorable au projet de colonisation, justifient l’adoption de géohistoire comme cadre théorique.

1. DÉGRADATION DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Avant le cas de dégradation de l’environnement dans la municipalité de Alta Floresta, Mato Grosso, il est nécessaire, pour une meilleure compréhension de la question en litige, l’approche de la définition de l’environnement. Ensuite, mettre l’accent sur la dégradation de l’environnement à l’époque contemporaine, notamment en ce qui concerne la déforestation.

Et, dans le cadre de l’exploitation inconsidérée des ressources naturelles, dans le scénario du système capitaliste, provoquant la dégradation de l’environnement, a émergé à la fin du XXe siècle, une proposition d’une « réconciliation » entre développement et environnement : développement durable, qui sera débattu sur la prétendue éducation à l’environnementale.

Bien qu’il existe plusieurs définitions de l’environnement, nous pouvons mettre en évidence ce qui suit : « (…) une dimension qui s’avance pour tout, le Planétarium à l’usine, en passant par la national, taxes municipales et d’industrie et qui concernent l’atmosphère psychologique des habitudes et des relations de la vie quotidienne « (Ab'Saber, 1993, p. 112). Pour ce faire, nous pouvons dire que l’environnement est également définie à l’endroit précis où les éléments naturels et sociaux sont en relations dynamiques et interaction et mettant en cause le processus de création culturelle et technologique et des processus sociaux et historiques de la transformation de l’environnement naturel et construit.

En général, l’environnement se compose de tout ce qui a trait à l’entretien et la reproduction de la vie.  Il s’agissait d’éléments physiques (terre, air, eau), le climat, les éléments vivants (plantes, animaux, hommes), les éléments culturels (habitudes, coutumes, à savoir l’histoire de chaque groupe social, de chaque communauté). Peut également être défini par la façon dont les activités humaines interagissent avec ces éléments. Constituent également l’environnement de ces interactions entre eux et entre les humaines et les activités. De cette façon, le Centre d’éducation environnementale de Niterói (2009), fait remarquer dans son article, ce qui est l’environnement que l’environnement n’est pas limitée à la nature environnante, mais s’étend à l’environnement créé par l’être humain.

Toutefois, à l’époque contemporaine, la dégradation de l’environnement à terme, est en vogue, apparaissant avec une certaine fréquence dans des publications techniques et scientifiques et dans les textes journalistiques. Selon Mariseni (2010) Loi n° 6938 du 31 août 1981, qui établit la politique nationale de l’environnement, dégradation de l’environnement implique indésirable altération des caractéristiques de l’environnement. Il est un personnage de l’adversité, négativité, exprimée par ce concept.

Un autre aspect qui concerne la dégradation de l’environnement est sa cause. Toutefois, la loi ne précise pas si la dégradation est à l’origine l’homme étant lui-même ou un phénomène naturel comme la foudre qui frappe la forêt et les causes, parce que Mariseni (2010), la destruction du même, au moyen d’un incendie, est explicite uniquement le fait que la dégradation de l’environnement se caractérise par un impact négatif sur l’environnement.

Nous cherchons à concentrer la dégradation de l’environnement causée par les activités humaines et, comme l’objet de cette recherche est une zone de forêt affectée principalement par la déforestation, est désormais une approche sur la dégradation de l’environnement qui se manifeste par la déforestation, comme : les raisons ; formes et conséquences.

Les raisons qui conduisent à la dévastation d’une zone de forêt particulière, sont généralement liées à des activités économiques : obtention de bois de chauffage pour le sucre fours de l’usine ; nettoyage au sol pour les cultures ou pâturages pour le bétail ; exploitation forestière, entre autres.

En ce qui concerne les formes, les principales ont brûlé de grandes surfaces pour la pratique de l’agriculture et l’élevage et l’exploitation forestière, une source importante d’énergie et de matière première pour la construction de logements. En outre, l’ouverture des routes, l’expansion des centres urbains et la mise en œuvre de grands projets, tels que la construction de centrales hydroélectriques, stimulent également les ravages.

Enfin, les conséquences de la déforestation sont la destruction de la biodiversité ; la dégradation des bassins versants ; la mise à la terre des fleuves et des lacs ; réduction des précipitations ; diminution de l’humidité relative ; augmentation de l’effet de serre, compromettre la qualité de l’eau et la désertification, comme nous le verrons sur le site cultivé en 2010, la destruction des forêts et de ses conséquences, qui vise à sensibiliser la réflexion critique sur l’action directe de l’homme dans les bois.

En ce qui concerne la perte de la biodiversité, les êtres vivants dans la végétation indigène provenance d’un processus d’évolution lent qui a pris environ autour des milliards d’années. Et, la perte d’êtres de diversité, en plus de la perte de diversité génétique consistant en un processus irréversible. Selon les paramètres nationaux parascolaires (1998) l’élimination de la végétation qui protège les sources provoque des problèmes graves de bon naturel qui, selon les études, a été tarissement : l’eau, indispensable, comme nous le savons, à la vie sur la planète.

Ainsi, en ce qui concerne la mise à la terre de rivières et de lacs, avec le sol sans couverture végétale, l’érosion (érosion causée par des agents tels que l’eau et le vent, ainsi que par l’homme lui-même) se produit avec grande fréquence et de manière intense, étant le solo conduit directement dans les rivières et les lacs.

Déforestation est également liée à une réduction des précipitations, avec le renversement des grandes surfaces avec des bois, le climat change, provoquant de plus longues périodes de sécheresse, c'est-à-dire l’absence de pluies. En outre, la dévastation des forêts provoque une diminution de l’humidité relative, car la transpiration des feuilles est un des facteurs fondamentaux de régulation de l’humidité de l’air et des températures. Cependant, avec le renversement des bois, l’air est sec et la température s’élève et devient instable.

Tandis que le carbone de grande réserves dans sa structure, les forêts, si désactivée, brûlés, le carbone dans l’atmosphère, provoquant une augmentation notable de l’effet de serre, rendre la planète plus chaud.

Comme si pas assez des conséquences dommageables à la nature, la dévastation de la forêt aussi compromettre la qualité de l’eau, due à l’érosion causée par la déforestation, rendre l’eau impropre à la consommation. Un autre effet négatif se manifeste par le retrait des forêts associées à une mauvaise gestion du sol et provoquant la désertification des environnements, marquée principalement par l’absence de vie.

Mais si, d’une part, la déforestation est justifiée dans de nombreux cas, par le développement économique, les coupes à blanc ne partent pas, quant à eux, d’entraîner des pertes économiques (et sociales), comme : la réduction du tourisme ; la perte du potentiel hydrique, pharmacien et le Brésil du génétique, selon le site Cultivado.com.br/saude_meio_ambiente_desmatamento_impactos.htm.

La baisse du tourisme se fixe sur le fait que les zones de forêt, représentent, en général, un attrayant, surtout pour la soi-disant éco-tourisme. Ainsi, la disparition des forêts, forêts, apporte à grandes pertes au tourisme et irréversibles dans ces endroits.

Le Brésil est pratiquement la plus grande réserve d’eau dans le monde, mais avec la déforestation, il y a dégradation des sources et des rivières, mise au rebut, ce qui permet la perte de ce statut.  Outre la perte de potentiel hydrique, le potentiel pharmaceutique du Brésil s’engage également à la dévastation de la forêt, parce que le pays détient la grande biodiversité, mais il faut très peu du potentiel pharmaceutique de vos plantes.

Dégradation de l’environnement qui se manifeste par la déforestation et les causes des effets négatifs sur l’environnement, a des liens étroits avec les activités économiques, responsables de l’engrenage du système capitaliste. De cette façon, Nascimento (2011) que celle-ci s’exprime par le « progrès », les besoins de développement des ressources naturelles, mais ceux-ci doivent être conservés dans la mesure du possible, principalement pour le compte de la permanence de la vie sur la planète. Tel panorama induit le scénario de l’agression humaine à la nature et de la continuité indispensable du développement économique, la notion de développement durable

1.1.1 le développement durable dans le contexte de l’éducation à l’environnement

Dégradation analysée fait partie de la prétendue question environnementale. Il est présenté sous la forme de diverses questions qui affectent la vie de l’humanité. Dans ce contexte, l’éducation environnementale, est considéré comme une pratique politique qui a comme principale caractéristique à fournir à l’organisation collective dans la recherche de solutions aux problèmes environnementaux. Cependant, l’éducation à l’environnementale n’est pas limitée aux dimension collective implique la dimension individuelle : « (…) l’engagement de l’individu dans la lutte pour les meilleures conditions de vie dépend d’une position (…) que (…), modifie comme le font les politiques (…) » (Chapani & Daibem, 2003, p. 21)

L’éducation environnementale implique, dans le même temps, l’individu, dans la mesure où les guides l’utilisation de l’environnement et la société, création d’une conscience critique qui peut conduire à la lutte pour la rationalisation de l’utilisation des ressources naturelles et souligner les distorsions des systèmes, en ce qui concerne l’environnement. Éducation à l’environnementale avait comme la Conférence des Nations Unies sur l’environnement, tenue à Stockholm (Suède) en 1972.

Cette conférence, ainsi que sa suite, tels que la Conférence intergouvernementale sur l’éducation à l’environnementale, tenue à Tbilissi (Géorgie), en 1977, dans l’Union soviétique, a établi la base pour une nouvelle compréhension de la relation entre environnement et développement, création d’un lien indissoluble entre le développement et l’environnement. Ce lien est la base du concept de développement durable, Environnement Canada (2008), qui est prochainement abordée sur.

La Conférence de Stockholm a souligné la nécessité urgente de créer de nouveaux instruments pour faire face aux problèmes environnementaux et, parmi ces instruments, sont apparus à l’éducation environnementale, qui a commencé à recevoir l’attention dans pratiquement tous les forums sur le thème du développement et de l’environnement.

La résolution 96 de la Conférence de Stockholm a recommandé l’éducation à l’environnementale de caractère interdisciplinaire, avec l’objectif de préparer l’être humain de vivre avec l’environnement. Et, pour définir une telle résolution, l’United Nations Educational, scientific et Cultural Organization (UNESCO) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), qui s’est tenue en 1975, la Conférence de Belgrade, capitale de l’Yougoslavie, à l’époque, a été approuvé la lettre de Belgrade, où ils rencontrent les éléments de base pour structurer un programme d’éducation à l’environnement à différents niveaux : niveau national, régional ou local.

La Conférence de Tbilissi a été organisée pour discuter des points importants liés à l’environnement : principaux problèmes environnementaux de la société contemporaine ; hypothèses de l’éducation afin d’aider à la solution de ces problèmes ; activités mises en œuvre aux niveaux nationales et international, qui vise le développement de l’éducation environnementale ; la même stratégie de mise en œuvre au niveau national ; coopération régionale et internationale afin de promouvoir l’éducation à l’environnementale et les besoins et les modalités d’exécution des actions.

Le rapport final de cette conférence, en 1978, rassemble des directives de base à être incorporés dans le théoricien de l’éducation environnementale de point de repère. La déclaration adoptée à cette souligne Conférence que l’éducation environnementale doit préparer l’individu, grâce à la compréhension des grands problèmes du monde contemporain, vous permettant de qualités et connaissances techniques nécessaires à l’accomplissement d’une fonction productive, cherchant à améliorer la qualité de vie et protéger l’environnement, en tenant compte des valeurs éthiques. En conséquence, la Conférence de Tbilissi appelle les pays membres à inclure dans leurs politiques éducatives, les contenu, les lignes directrices et les activités environnementales, basées sur les objectifs et les caractéristiques définies pour l’éducation à l’environnementale, ainsi que dans les rapports par Tbilissi de 1977.

Compte tenu des préoccupations avec l’éducation à l’environnementale, l’idée d’un nouveau modèle de développement pour le XXIe siècle, dans une tentative de concilier croissance économique et réduction de la pauvreté, la préservation de l’environnement. Dans ce scénario, selon Gonçalves (2005), le mouvement écologiste, qui a vu le développement économique comme nuisibles à l’environnement, rivalisait avec les chefs d’entreprise, puis, des agents plus représentatives de cette évolution.

En 1987, la Commission mondiale des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED), a présenté un document qui est devenu connu comme rapport de Brundtland, selon lequel le développement durable est celle qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à satisfaire leurs propres besoins. Ce rapport n’est pas exactement une critique de la société industrielle, comme la croissance de la demande tant dans les pays industrialisés et les pays sous-développés, relative à la lutte contre la pauvreté de ces à la croissance continue des pays développés. Ainsi, le rapport susmentionné a été accepté par la communauté internationale.

Le document définit la notion de développement durable, mais l’étape finale est venu en 1992, lorsque plus de 170 pays se sont réunis, par l’intermédiaire de leurs représentants, à Rio de Janeiro, pour la Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (CNUED/CNUED), un événement singulier qui est devenu une étape importante pour l’humanité, mais aussi de nous dit (2005) parce que, selon lui, les principaux objectifs de cette Conférence des Nations Unies étaient :

Les objectifs fondamentaux de la Conférence devaient parvenir à un juste équilibre entre les besoins économiques, sociaux et environnementaux des générations présentes et futures et établir les bases d’une association mondiale entre pays développés et en développement, ainsi qu’entre les gouvernements et les secteurs de la société civile, visant à comprendre les besoins et les intérêts communs. (GAUTAM.2005, p. 13),

Le document de la Charte de la terre créé par les Nations Unies en 1987, en vue de l’intérêt durable doit être compris avant tout comme un mouvement mondial éthique pour obtenir un code d’éthique planétaire, soutenant un noyau de principes et de valeurs qui font face à l’injustice sociale et le manque d’équité dans la planète, qui règne au moyen de cinq lignes directrices les droits de l’homme ; la démocratie et la participation ; les capitaux propres ; protection des minorités et la résolution pacifique des conflits. Ces piliers sont cimentés par une vision du monde solidaire et respectueuse de la différence et la conscience planétaire.

Pour remplir son objectif de proposer un modèle de développement s’est engagé à la préservation de l’environnement et de la vie sur la planète, la CNUED a élaboré plusieurs documents, parmi lesquels, Agenda 21, un programme global d’action dans le domaine de l’environnement et le développement.

Deuxième Gadotti (2002, p. 2), ̏ dans ce programme sont énoncés dans les traités dans de nombreux domaines qui influent sur la relation entre l’environnement et l’économie : énergie, atmosphère, déserts, Océans, eaux douces, technologie, ˝ internationaux de commerce, la pauvreté et de la population. Le document est divisé et quatre sections :

les dimensions économiques et sociales) (voir les politiques internationales qui peuvent aider en permettant le développement durable des stratégies pour lutter contre la pauvreté et la misère et la nécessité d’introduire des changements dans les modes de production et de consommation) ; b) conservation et gestion des ressources pour le développement (traite de la gestion des ressources naturelles et les substances toxiques et des déchets) ; (c) renforcer le rôle du major) groupes sociaux (indique les mesures à prendre pour promouvoir la participation, en particulier par les ONG) ; moyens de traiter les mécanismes financiers et la mise en œuvre des instruments juridiques pour la mise en œuvre des projets et programmes en vue du développement durable (GADOTTI, 2002, p. 2)

Action 21 est devenu un outil de référence et de mobilisation pour le changement du modèle de développement vers une société plus durable. Elle a pour objectifs : ˝ un) promouvoir des modes de consommation et de production qui réduisent les pressions environnementales et de satisfaire les besoins fondamentaux de l’humanité ; b) développer une meilleure compréhension du rôle de la consommation et de la façon de mettre en œuvre plus ˝ de modes de consommation durable. (GADOTTI, 2002, P. 3)

En bref, l’Agenda 21 n’est pas simple programme environnemental pour le développement durable, dont le but principal est la promotion d’un nouveau modèle de développement. Ce modèle exprime la tentative de promouvoir la croissance économique, grâce à une exploitation rationnelle des ressources naturelles, à la recherche, de cette façon, la préservation de l’environnement, en particulier les zones de la forêt brésilienne, comme étant géré par la déforestation, la dévastation, qui sont justifiées par l’expansion des activités économiques, telles que la foresterie, l’agriculture et l’élevage.

Alors que le développement durable vise à promouvoir la croissance économique grâce à la rationalisation de la durabilité des ressources naturelles vise à travailler avec l’intégration de la conservation de la nature et développement, satisfaire les besoins humains fondamentaux comme la nourriture, soit nécessaire pour cela s’appuyer sur l’autodétermination sociale, respect de la diversité culturelle ainsi que de cette manière favoriser l’intégrité de la nature.

C’est le cas de la municipalité de Alta Floresta, Mato Grosso, au milieu de l’Amazonie qui est marquée par le fort taux de dégradation de l’environnement, en ce qui concerne le déboisement. Cela ne cesse pas d’être le reflet des coupes à blanc dans l’état du Mato Grosso et de l’Amazone, dans son ensemble.

2. MÉTHODOLOGIE

Le présent document a été établi sur la base d’une analyse documentaire sur la situation actuelle de l’exploration de la partie brésilienne de la forêt amazonienne. À cette fin, une enquête a été faite à la base sur les bibliographies actuelles trouves aussi bien dans les collections de la bibliothèque et sur internet, afin d’obtenir une vue d’ensemble en mettant l’accent sur le processus de colonisation de la ville d’Alta Floresta tels que l’extrême nord de l’état du Mato Grosso, ces informations obtenues par des recherches bibliographiques et visites dans divers enjeux environnementaux des sites tels que ECOBRASIL VIVATERRA, et l’agriculture, où étaient les informations collectées sur la dégradation de l’environnement et du développement durable. Toutefois, il est nécessaire de souligner que le présent travail vise à contribuer à une vision plus large de la situation réelle de la ville d’Alta Floresta-MT pour dégradation due à la colonisation.

Pour ce faire, il a demandé des renseignements qui sont dispersés dans la littérature, en effectuant des lectures qui traitent de différents auteurs dans ses travaux sur les sujets liés à la géographie et l’histoire de manière interdisciplinaire ainsi que la dégradation de l’environnement du Nord causée par la déforestation pour les pâturages, ainsi que d’effectuer des lectures sur le développement durable vu cela comme un défi de la 20ème et 21ème siècle Ensuite, nous avons utilisé la méthode d’analyse et de discussion des renseignements obtenus pendant la période d’enquête.

Ceci étant dit, l’objectif du présent travail est de faire une analyse de la situation actuelle dans la région et de présenter des options pour leur conservation, ainsi que la réhabilitation de l’environnement par le biais de la gestion du développement durable qui vise à répondre aux besoins de la population actuelle sans dégrader ou de nuire à la future génération, soucier aujourd'hui pour demain. Ainsi, a demandé des informations sur la documentation disponible sur les sites internet tels que l’environnement du Brésil, CENTRE d’éducation environnementale de NITERÓI (CEAN), entre autres pour éclaircir ce qui viennent d’être de l’environnement et son importance pour l’humanité et la nécessité de mener une politique de développement durable, étant donné que la même chose a été discutée par les Nations Unies depuis 1980 quand ils forment la Commission mondiale sur l’environnement et le développement. Mettre ensuite ce thème sur le focus de la municipalité d’Alta Floresta-MT qui a grand degré de dégradation de l’environnement en raison de sa mauvaise colonisation en raison du manque d’éducation.

3. ANALYSE ET DISCUSSION

3.1. DÉGRADATION DE L’ENVIRONNEMENT EN AMAZONIE : LE CAS DE LA HAUTE-FORÊT DANS LE MATO GROSSO

Alta Floresta, voir carte 1, est situé dans l’extrême nord de l’état du Mato Grosso, environ 830 km de Cuiaba, la capitale de l’Etat a été créé dans la fin des années 1970, d’un projet de colonisation dans la région amazonienne du Mato Grosso.

Alta Floresta
Carte 1 : haute Flore
staFonte : http://www.google.com.br/imgres?imgurl=http://mochileir
o.ur.br/MT%2520alta%2520floresta

La forêt tropicale de cette municipalité a certain degré de similitude avec d’autres régions de l’Amazonie brésilienne, cependant, la municipalité de Alta Floresta a un des taux plus élevés de la dégradation de l’environnement dans l’état du Mato Grosso. N’est possible de voir cette situation à la carte 2, qui comprend les zones dégradées par la déforestation dans la région appelée Amazonie légale. Spot peut observer la ville d’Alta Floresta, où rouge tom symbolisant la dégradation de cette région.

Déforestation dans la région appelée Amazonie
Carte 2 : déforestation dans la région appelée Amazonie
Source : http://www.google.com.br/imgres?imgurl=http://nosenossascoisas.files.wordpress.com/2008/12/amazonia-legal-and-vegetation

Dans cette mesure, pour une meilleure compréhension de la haute forêt et la création de son emplacement, il est nécessaire premier de toute une approche de l’Amazonie brésilienne, explicitement mentionner leurs caractéristiques naturelles, les projets d’intégration, par le gouvernement brésilien, l’exploitation et la résistance du peuple de la forêt. Alors, c’est l’emplacement géographique, l’histoire de la haute-forêt et de la dégradation de l’environnement de sa campagne, à la détérioration de l’état du Mato Grosso.

3.2 l’Amazonie : forêt, intégration, exploitation et résistance

Le cas de l’Amazonie, il est nécessaire, pour une meilleure compréhension de la question en litige, l’approche de la définition de la région selon Vidal de La Blache (1845-1918). Car celui pays quelque chose de concret qui est capable d’exister, est qui peut être transformé par le processus historique qui est de l’humanité. Le résultat de cette formulation est le concept de la région, qui a permis la construction d’une géographie régionale avec un appareil « éminemment descriptive, gardant la tonique de toute pensée géographique » (MATTHEWS, 1995, p. 77).

C’est dans ce contexte que conceituamos la région amazonienne, qui occupe environ 7 000 000 kilomètres carrés, de l’Amérique du Sud dans le Centre-Nord. La surface de cette région est traversée par la ligne de l’Équateur et s’étend sur huit pays : Brésil, Bolivie, Pérou, Equateur, Colombie, Venezuela, Surinam et Guyana. La plupart de l’Amazonie est en territoire brésilien, occupant plus de 50 % de la superficie du pays et couvre les États suivants : Amazonas, Pará, Acre, Maranhão, Mato Grosso, Tocantins, Amapá, Rondônia et Roraima, comme nous pouvons voir sur une carte 3.

 États de l’Amazonie légale
Carte 3 : États de l’Amazonie légale
Source : http://www.google.com.br/imgres?imgurl =
http://www.BBC.co.uk/worldservice/Assets/images/2009/07/24/090724125323 _
amazonia_map_04_466.gif & imgrefurl =
http://www.BBC.co.uk/Portuguese/Noticias/2009/07/090722_amazonia _
numeros_fbdt.shtml & usg

Selon seulement si Leo (2002) la biodiversité de leurs systèmes, l’Amazonie, forêt possède deux grands types d’écosystèmes. Elles portent sur l’ensemble composé de tous les facteurs biotiques, les populations d’animaux, les végétaux et les bactéries, et non biologique, eau, soleil, vent, entre autres, qui agissent en même temps dans une région donnée.

La première fait référence aux forêts des zones inondables, tels que les Prairies, c'est-à-dire des basses terres et des plans qui bordent les rivières et les ruisseaux ; igapós s’étend de la forêt, où l’eau stagne après les inondations des rivières et les mangroves, les marais et déversoir de lagunes-Banque. La seconde se compose de l’écosystème forestier du continent : haute et dense ; faible ; des pentes ; champs naturels ; Biome de la savane typique des formations végétales de semiúmidas ses caractéristiques tropicales et constituée principalement par des arbustes et herbacées ; Tandis que le Cerrado est composé de végétation caractérisée par des arbres tortueux, parmi qui végètent herbivore pâturage des bovins et des champs labourés appropriés qui sont dépourvues d’arbres et d’arbustes.

Ces systèmes de forêt composent la forêt amazonienne, la plus grande masse de la forêt sur la planète et qui va bien au-delà des limites des frontières politiques des pays. L’émergence de cette forêt a été rendue possible par la position géographique de la région amazonienne de l’Equateur, ligne marquée par l’entrée de l’énergie solaire intense, avec alimentation de quasi permanente des masses d’air humide, avec absence de saisons froides ou sécheresses et sans beaucoup d’amplitude thermique, c'est-à-dire la différence entre le plus haut et plus bas pendant une certaine période (VIVATERRA 2011).

Dans la région périphérique de la forêt, plus précisément dans la région comprenant les États de Rondonia et Acre, un phénomène appelé « froid », c'est-à-dire la pénétration de la masse d’air polaire Atlantique en Amazonie, dans la saison d’hiver dans l’hémisphère Sud, provoquant une petite basse température. Ainsi, l’Amazone a forte pluviosité et les champs de Boa Vista, Roraima, une exception. Les températures moyennes varient entre 24 et 27 ° c.

Une des caractéristiques plus frappantes de la forêt amazonienne est le contraste de couleurs, de faune et de flore. Dans cette mesure, même les rivières possèdent ce contraste de couleur : blanc les rivières qui transportent une grande quantité de sédiments fins, sous forme de petites particules de divers minéraux) ; la rivière Noire (qui est né et circulent entre les terres fermes et transporter matériel généralement organique (feuilles et animal reste) et les rivières des zones verdâtres entre le cerrado et des forêts.

Mais, comme Lena (2002), l’Amazonie apparaît comme un ensemble d’écosystèmes plus délicat dans le monde, formé par la pluie-morte unités-forêt-rain, dans lequel chacun des trois est indispensable et irremplaçable. Distincte des autres sols, où les forêts résistent en raison de la fertilité de ces idoles, dans la région amazonienne la situation est différente, parce que, à de rares exceptions, est la forêt qui nourrit un sol généralement pauvre.

En enlevant la couverture forestière est perdue de la forêt, ainsi que de la faune existante et le sol en elle. Par conséquent, il est connu que l’Amazonie est la plus grande forêt région et l’eau bassin versant de la planète, est un « désert vert », c'est-à-dire une des zones plus faiblement peuplées dans le monde en raison de sa mauvaise santé et les difficultés d’accès. Cependant, il y a des périodes dans laquelle certains occupant certaines régions, qui se justifie par la recherche de richesses de la forêt, comme la « drogue de l’outback et le caoutchouc, entre la période coloniale et au début du régime républicain ». (LEO, 2002, p109)

Dans le cadre de ce régime, l’Amazone est à objet de législation axée sur la planification et le développement de la région. Dans ce scénario, en 1953, le gouvernement de Getúlio Vargas, la Loi aucune 1806 ne marque la création de la direction de l’économique Recovery Plan d’Amazonie (SPVEA) et l’Amazonie légale. Depuis la création de ce terme, il était possible de commencer à élaborer des plans de rémunération pour l’exploitation économique de la région susmentionnée.

Cependant, seulement dans les années 1960, dans le cadre du régime militaire, a commencé une ère de nouvelles et importantes modifications à l’Amazonie. Dans ce scénario, le gouvernement du maréchal Humberto de Alencar Castelo Branco a créé en 1966, le développement de l’Amazonie (SUDAM), qui est devenu l’un des principaux bailleurs de fonds des « grands chantiers » dans la région. L’année suivante a été créée un de ces « grands projets » : la Zone franche de Manaus, qui visait à créer un pôle industriel dans l’état d’Amazonas et de lancer une zone de libre-échange.

De cette façon, le gouvernement du général Emílio Garrastazu Médici, dure période militaire au pouvoir, appelé les années de plomb couvrant également connu maintenant nommé miracle économique de 1969 à 1974, en visant à intensifier l’intégration de l’Amazone, avec le transfert de fond avait (proie à la sécheresse qui a frappé le nord-est en 1970) pour la région amazonienne. Ainsi, selon Skidmore (2004, p. 288), « la population excédentaire du nord-est prendrait à l’Amazonie, attirés par les terres fertiles et de cafards, offertes par le programme d’intégration nationale (pin) ».

Un tel programme devrait inclure, entre autres choses, l’ouverture d’une nouvelle route qui faciliterait la mise en place de milliers de familles. Ainsi, en priorité la construction des autoroutes route trans-Amazon et Cuiabá-Santarém. La conception de la route trans-Amazon, base sur la broche, par exemple, répondre à l’aspiration à atteindre la distance brésilienne dépeuplée à la frontière du pays.

Pour Skidmore (2004), l’intérêt de Médicis par Amazon eu une autre logique, en plus de la nécessité d’aider le nord-est avec le déplacement de leurs habitants. Oui, il y a longtemps, l’élite brésilienne, spécifiquement militaires, j’avais peur de perdre l’Amazone par manque de colonisation. Plusieurs générations d’élèves-officiers est intervenues concernant l’importance géopolitique de l’Amazone et, maintenant, à la condition, fonctionnaires craignaient incursions possibles des péruviens et vénézuéliens pour la région amazonienne. Cette préoccupation a augmenté lorsque la richesse minérale (en particulier les gisements de fer) de cette région fut connue, accéléré avec le lancement du projet Jari, qui visait à créer une exploration d’arbres tropicaux du Brésil afin de produire la pâte à papier[3].

Mais, le processus d’occupation qui s’est tenue par le gouvernement militaire était distinct de celle qui s’est tenue au cours de périodes antérieures. Avant que les colons seulement explorer la richesse de la forêt, mais la terre maintenant recherchée pour développer l’agriculture et l’élevage. Dans ce cadre, le modèle de folwark de plantations d’hévéas jusque-là, dominante, la permanence des travailleurs dans la forêt, a fourni donne espace de nouveaux horizons : la ferme d’élevage, qui a favorisé le retrait de la forêt et les hommes qui y vivent. De cette façon, Indiens, récolteurs de caoutchouc et les colons limitrophes ont pris leurs terres ont envahi et ravagé, au nom et à un progrès que la forêt est devenue la terre brûlée.

Au début des années 1970, les peuples traditionnels de la forêt a commencé à organiser et développer des stratégies de résistance. Ont été créés les premiers syndiqué d’ouvriers agricoles à Acre et dans d’autres États de la région amazonienne. Dans plusieurs endroits, les segments progressistes de l’Eglise catholique a renforcé la lutte populaire, par le biais de petites communautés chrétienne[4]s. Plusieurs intellectuels, artistes, étudiants et travailleurs ont créé des organisations civiles et un mouvement social intense répartis dans plusieurs régions qui ont subi l’impact de la politique officielle.

Pourtant dans cette décennie, les agriculteurs ont adopté des stratégies de résistance, publié par Francisco Alves [5]Mendes Filho, Tapper et leader environnemental et consistant en un cordon dirigés par des femmes et des enfants placés en face de piétons, qui les empêche d’avancer à la Cour. Cette technique est venu à être utilisé fréquemment par les acreanos en caoutchouc.

En plus de la divulgation de cette pacifiquement, Chico Mendes avait l’intention de créer un fait politique qui conduirait à la dépossession de l’espace et de la création de réserves extractives, où les ressources de la forêt seraient utilisés si rationnel, sans destruction, il protège contre la menace des projets agricoles, de la grande inondation causée par le bois et la construction de centrales hydroélectriques

Puis vient la prise de conscience que la dévastation de l’Amazonie de forêt non seulement une question environnementale, mais sociale. Le discours des dirigeants comme Chico Mendes stimule la formation d’une Alliance entre les peuples de la forêt, réunissant tous les peuples traditionnels de l’Amazone pour la défense de leur commune bon : la forêt.

Comme Aline (2001), dans les années 1980, Chico Mendes était plus respecté à l’étranger, mais peu connu au Brésil. En 1987, l’écologiste a reçu des représentants de l’Organisation des Nations Unies (ONU), à Xapuri, Acre, pour vérifier les dommages causés par les organismes financiers internationaux des projets financés. Ces projets détruirait les forêts et jeter les récolteurs de caoutchouc et les Indiens de leurs habitations.

La même année, Chico Mendes a été aux Etats-Unis, où il a réaffirmé ses plaintes au Sénat américain et le Conseil d’administration de la Banque interaméricaine de développement (BID). Peu après, a reçu le prix de 500 mondial de l’ONU, décerné à la personnalité plus remarquable dans la lutte pour la préservation de l’environnement.

Cependant, la légitimité et la notoriété obtient par mouvement du peuple de la forêt. Le meurtre de Chico Mendes, en 1988, à la demande des agriculteurs locaux. Sa mort a provoqué une pression énorme sur les institutions financières internationales, qui ont dû revoir leurs critères d’investissement dans l’Amazonie, le gouvernement brésilien a modifié la politique de développement de la région. L’Amazonie serait plus respectée par leur importance, mais cela n’empêcha pas davantage la dégradation environnementale dans la région amazonienne.

L’Amazonie est aujourd'hui la cible d’exploitation inconsidérée des ressources naturelles. Oui, Rajan et Jacovine (2007, p. 2) que « nous ne pouvons parler en exploration dans cette région sans les principaux axes de la pression humaine, qui se produisent principalement autour des routes principales et les grands fleuves navigables ». En ce qui concerne les centres urbains Skidmore (2004) nous dit que la même chose, couvrir de 5,6 % du biome Amazon, en supposant qu’un rayon de 20 km autour du siège de chacune des municipalités. Pour lui, l’urbanisation est importante autour de poteaux de bois, transformation, extraction minière, zona franca (Manaus et Macapá), centres de capital et en régionales. Les colonies de la réforme agraire doivent également être tenus compte puisqu’ils couvrent près de 5 % du biome, dont environ la moitié sont dans les zones boisées avec aucun signe de pression humaine. Se concentrant sur un grand nombre de colonies de peuplement, surtout dans le sud et à l’ouest de l’état d’arrêt. Tous les autres États qui composent la région amazonienne, qui abrite également aux colonies de peuplement dans boisées des régions.  L’organisation vérifiée dans plusieurs régions de l’Amazonie est conduite principalement par le bétail et en vous connectant

Déforestation représente exactement l’enlèvement de la végétation indigène dans un domaine particulier pour une autre utilisation du sol, tels que l’élevage, l’agriculture ou l’étalement urbain. La déforestation accélérée dans l’Amazonie au cours des dernières décennies est associée à de nombreux facteurs, y compris le déploiement de grandes infrastructures, principalement de routes ; la conversion des forêts pour le bétail ; l’expansion de la frontière agricole ; exploitation illégale et prédateur du bois ; et l’absence historique de présence efficace de l’État dans la région et le soutien concret aux activités non prédatrices, surtout familiales et de caractère communautaire

Exploitation forestière peut atteindre une zone presque aussi grande que 10 000-15 000 km2 déboisés chaque année en Amazonie. En plus des dommages causés à la forêt, l’extraction des arbres rend plus sensible au feu. Les clairières causées par la chute d’arbres et pour les tracteurs permettent la pénétration du rayonnement solaire à l’intérieur de la forêt, augmentant l’inflammabilité de la végétation et donc le nombre de foyers d’incendie. Cette inflammabilité peut être réduite, cependant, s’ils sont des méthodes utilisées de journalisation de faible impact.

Se fondant sur des études menées par l’Institut de l’homme et l’environnement (IMAZON) et Jacovine (2007), tient à souligner qu’en 2004 était exploités 24,500,000 mètres cubes dans la tora sur Amazon pour usinage mécanique, qui a abouti à 10,400,000 mètres cubes de bois de sciage, laminé ou compensés. Données officielles montrent qu’un tiers du total a été exporté et deux-tiers ont été consommés sur le marché brésilien.

En outre, comme, aggrave l’occupation désordonnée et illégale de terres publiques, exacerber les conflits sociaux au fil de la possession de la terre et, par conséquent, contribue à accélérer davantage de la déforestation dans la région. Les conséquences économiques de cette profession sont alarmants. L’augmentation de l’offre de bois permet de réduire votre prix ce qui provoque une concurrence déloyale avec les bûcherons intéressés à investir dans la gestion des forêts.

3.3 Mato Grosso et dégradation de l’environnement

La production agricole au Brésil a augmenté grâce à l’intégration de nouveaux domaines, parmi qui incluent les régions qui font partie de l’Amazonie légale. Une telle intégration, caractérisée par la suppression de la couverture de végétation indigène et remplacé par les pâturages et les cultures, a inquiété savants de diverses régions, en ce qui concerne les coûts environnementaux et les niveaux de dégradation causée.

Dans ce cadre, l’expansion des zones de pâturage est le principal déterminant de la déforestation de l’Amazonie. Un autre facteur important dans des conditions climatiques dans le Nord, avec des températures uniformes tout au long de l’année et Pendant les périodes sèches et moins grave et étendue que les autres régions du Brésil, qui permet le pâturage est la base de la nourriture du bétail au cours de l’année. Cela nous informe ailleurs que Melo (2002) rend possible la production de ce qu’on appelle « boeuf vert », une composante essentielle à la réalisation des marchés plus exigeants.

Le bœuf vert se compose d’une nouvelle norme, pour satisfaire les marchés étrangers, qui exigent des produits plus naturels. Le troupeau est habituellement assez pâturages dans la région, conformément à la réalité des conditions de chaque ferme et le sol. Seulement des bovins d’abattage prochains reçoit des aliments pour animaux à base de céréales ou farine de soja comme sources de protéines. Cela donne le pouvoir d’orienter la couverture idéale des graisses et aide à conserver la viande, ce qui en fait le molle. (BETH MELO. L’état de São Paulo du 04/09/02. dans : http://www.agrisustentavel.com/san/boi.htm)

Le processus de déforestation en Amazonie a été conduit, dans les années 1970 et le milieu des années 1980 par les pouvoirs publics subventionné crédit agricole avec des taux bien en deçà de l’inflation. L’hyperinflation qui a dévasté le Brésil au cours de la décennie de 1980 entravé ce crédit. Dans ce contexte, cependant, la terre était très appréciée, générant des spéculations : « (…) important jusqu'à environ 1987, quand il y avait une augmentation du bénéfice de l’alpage de la production de viande bovine (…). » (FEARNSIDE, 2005, p. 114).

Au cours des décennies 1980 et 1990, le bétail était l’activité la plus développée dans l’Amazone et encore élargir tout au long de ce siècle, face à la demande croissante de la chair et la participation de la région amazonienne dans l’approvisionnement du marché intérieur. Dans ce scénario, la déforestation s’intensifie.

Entre 1987 et 1991, dans le contexte de la récession économique brésilienne, il y avait une baisse des taux de déforestation, parce que les agriculteurs n’avaient aucun la capacité de développer rapidement ses zones déboisées et le gouvernement ne dispose pas de fonds pour la construction de routes et de projets d’installation. En 1991, (FEARNSIDE, 2005), de nombreux agriculteurs se sont retrouvent incapables d’utiliser leurs ressources pour investir dans la déforestation avant la confiscation par l’alors président Fernando Collor de Mello (1990-1992), des comptes bancaires avec l’argent par la suite libéré par petits avantages.

En 1995, toutefois, il y avait une pointe de la déforestation : possible reflet de la reprise de la croissance économique, après la mise en œuvre du plan Real (1994). Où les réformes ont augmenté le crédit agricole. Mais, depuis 1995, stabilisation de l’économie, a contribué à la réduction du prix des terres, ce qui en fait un peu attrayant pour la spéculation, générant dans le processus de déforestation jusqu'à l’automne 2002. Cette année-là, le processus de déforestation est reprise, en avant à la croissance des prix internationaux du soja et de la viande. En plus de ces produits, l’extraction du bois consiste à déterminer la dégradation de l’environnement dans la région amazonienne.

Dans cette région, l’état du Mato Grosso a été leader pour les années dans la déforestation de l’Amazonie et, qu’en 2003, selon l’Institut National de la recherche spatiale pour l’année 2005, a contribué 43 pour cent du total déboisée en Amazonie. Dans cet État, ainsi que dans d’autres États qui composent l’Amazonie brésilienne, le bétail joue un rôle important comme facteur déterminant de la déforestation.

L’activité dans le Mato Grosso est de caractère vaste et emploie Low-Tech et seulement rentable que le coût initial de déploiement d’un pâturage est pratiquement nul. Le coût proche de zéro est rendu possible par l’acquisition de terres par les agriculteurs par le biais de la propriété foncière des terres publiques en falsifiant les documents de propriété des terres, sont de pratique courante dans les villes nord du Mato Grosso.

L’expansion de l’activité agricole dans le Mato Grosso a stimulé des mouvements migratoires vers cet État, en particulier au cours des années des décennies 70 et 80, dans laquelle le nord du pays a montré le plus faible taux de croissance démographique. Dans les années 90, les régions du Sud a maintenu faible taux de croissance de la population sauf dans certaines régions-micro comme Rondonópolis et Cuiabá, où les activités industrielles et services sont plus développés.

Après Fearnside (2005), dans les années 1990, le Mato Grosso est un des leaders de la déforestation en Amazonie. Et, comme on a vu, ce genre de leadership se produit au début de ce siècle, principalement en ce qui concerne la municipalité de Alta Floresta, Upstate et géopolitique (2009), en 2008, a été le premier sur la liste des villes que la plupart desmatavam dans la région amazonienne, ont néanmoins réduit (cette année) Indice de la déforestation au cours de l’exercice 2007/2008.

3. Haute-forêt 4 : colonisation et déforestation

Futaie est née d’un projet de colonisation particulière dans les années 1970, par le biais de l’intégration, de développement et de la colonisation (INDECO), société fondée par Ariosto de Riva. Dans ce contexte, le gouvernement militaire a encouragé la campagne nationaliste pour l’intégration de la région amazonienne. Ce projet est né d’une invitation formulée par le gouvernement fédéral et les gouvernements des États, qui a lancé un programme d’occupation du vide immense que démographique caractérisé du Nord Mato Grosso.

Le INDECO commencèrent à mener des expéditions dans la région pour mener des recherches sur la fertilité du sol et de déployer un projet de colonisation. Dans le cadre de ces recherches, l’état de Mato Grosso planifia l’occupation de cette région. Mais, en raison de problèmes survenus dans les établissements officiels dans certains Etats amazoniens, se référant à l’abandon de terres par des colons, le gouvernement du Mato Grosso a décidé de la forme particulière de la colonisation.

De cette façon, ont été mis en vente, au moyen d’un avis de concours à des fins exclusives de la colonisation, 2 000 000 hectares de terres État, situé dans les montants de la municipalité à Aripuanã, Mato Grosso. Le INDECO a participé au processus d’appel d’offres et a obtenu 400 000 hectares de terres et à cet endroit qui est passé deuxième (2003) de la compagnie de Riva Ariosto installé le projet visait pour l’occupation des terres par les colons, au moyen du témoignage de déploiement de fertilité et de l’infrastructure du sol.

Ce processus d’occupation a été fait de manière ordonnée et, par le biais du contrôle d’entrée et de séjour des habitants dans les terres appartenant à INDECO. Et, pour effectuer ce contrôle, la société dans de nombreux cas, en utilisant « (…) de force, d’occuper ces terres et créer un environnement favorable à l’adaptation et la fixation du colon (…) ». (Rosa, 2003, p 74).

L’entrée est contrôlée via un ferry sur le rio Teles Pires, où seulement avaient accès à la terre des acheteurs, agents et autres personnes autorisées par INDECO. Dans ce scénario, le processus de colonisation a été divisé en trois phases : la construction d’une route à l’emplacement des locaux de l’Office de l’entreprise et la ville ; la prise de possession des terres qui signifie l’expulsion des Indiens et des squatteurs, en plus de l’ouverture de la forêt, s’écraser dans la forêt pour construire l’infrastructure nécessaire pour l’Administration, la société de services et la délimitation des parcelles de terrain à vendre et enfin le choix des futurs acheteurs de la terre. Après un tel choix (colons du Nord du Paraná) a fait une annonce dans la région.

En 1976, avec l’achèvement de la construction de la route sont venus les premiers colons, qu’ils ont trouvé dans le village, qui recevrait le titre de Alta Floresta, selon la nature de la région, avec des bois hautes et denses. Il y avait déjà quelques installations telles que le hangar de l’INDECO, un dispensaire, une épicerie et la construction d’une école, un hôpital et une église.

En 1979, Alta Floresta, district de Aripuanã, puis est devenue une municipalité et, en même temps un endroit attrayant pour les colons qui sont arrivés et ont acheté leurs propriétés. Cette année, SILVA (2009), la découverte de l’or a conduit à l’invasion du projet, par des milliers de mineurs depuis le sud du para, dont l’accès a été facilité par des routes construites par le projet de colonisation.

Durant cette période, futaie ont montré des taux élevés de croissance démographique et de l’immigration et prospection cible d’exploration, qui a modifié le profil de municipalité agricole, accident vasculaire cérébral par projet de colonisation INDECO.

Pour ce Riva Ariosto utilisé divers moyens, tels que le contrôle d’entrée et de sortie des personnes et à l’aide encore une fois, dans certains cas, le recours à la force pour empêcher la modification de ce projet. Toutefois, la foule ne figurait pas et, pour une dizaine d’années, les colons ont coexisté avec le camp ou les « garimpeiros » jusqu'à la fin du cycle de l’or.

Le déclin de l’or a permis la reprise de l’agriculture comme base économique qui, associés à la production de bétail, fait le projet de l’INDECO remporte les haies et continuer pour atteindre son but : garder les colons sur les terres colonisées, selon Rosa (2003), selon trois principes : éducation, travail et religion et dont la cellule fondamentale a été de la famille. Ainsi, la présence d’enseignants, de prêtres et de techniciens agricoles a été constante dans l’Organisation des communautés, ainsi que la présence de propre Ariosto Riva et sa famille dans les événements commémoratifs de la municipalité.

Formation basée sur les trois principes si retourne à la préparation du colon pour le travail comme une forme de socialisation et d’adaptation à la nouvelle propriété. Cette formation, à côté d’une structure permettant le colon dans le projet, rendu presque impossible l’abandon des terres.

Mais cette colonisation dans la région d’Alta Floresta, basé sur la dégradation de l’environnement seraient exprimées par la déforestation, car dans les années 1980, les colons ont été attirés par l’offre de terres : le gouvernement a accordé le titre de possession grâce à l’engagement de la déforestation d’au moins 50 % de la superficie, et le résultat a été une immense dévastation de la campagne, à savoir superficie forestière.

Selon les données de Alta Floresta Mairie mis à disposition en 2011 la superficie en légumes de cette région se caractérise par des petits arbres, isolées ou groupées sur une couche d’herbe, faisant partie de cette municipalité est occupée par la forêt clairsemée, forêt tropicale caractérisée par des vignes et qui constitue l’une des sous-unités de la sous région montagnarde ombrophile ouvert. Ces caractéristiques de la forêt plante espèces comme : aroeira, angelim, châtaignier, pin, cèdre, entre autres. La superficie forestière de la commune se caractérise également par la savane, qui présente différents visages : arbre dense, ouvrir avec ou sans-forêt galerie.

Un sondage réalisé par Raja (2007) ont montré que, malgré la zone de forêt forêt haute présentent une certaine similitude avec les autres formations végétales de la région amazonienne, telle municipalité présente un grand nombre de végétation non identifié, et ceux-ci peuvent contribuer à la richesse et la diversité des espèces. Cependant, l’expansion de la déforestation dans la municipalité de Alta Floresta, entre la décennie de 1970 et le début du XXIe siècle, indiquent une croissance des cheptels bovins, l’extraction efficace du bois pour le charbon de bois, de bois de chauffage et de journaux, en plus de l’extraction de l’or. Cependant, tandis que l’activité la plus importante, le cheptel est un des principaux responsable de la déforestation vaste.

À son tour, Castro (2008), une enquête menée par le Forum régional pour le développement durable, dans le Mato Grosso, en 2002, a souligné que, dans les quatorze communes dans le nord du Mato Grosso qui composent un des treize macrorégions dudit État, bois haute occupé la cinquième place comme producteur de charbon de bois et le troisième dans la production de billes de bois de chauffage et bois, index a enregistré en 1997. Donc en comparant les principales municipalités dans la déforestation jusqu’en 1999, Alta Floresta, d’une superficie d’environ 9000 kilomètres carrés, avait plus de 3400 kilomètres carrés effacée, environ 38 % de son territoire.

En ce qui concerne l’exploitation forestière, selon les données de l’Institut brésilien de géographie et de statistique, en 2008, bois élevé enregistré un « pic » dans cette activité, entre 1992 et 1996, avec la forte baisse jusqu’en 2006. Bétail, à son tour, est indiqué comme prédateurs et la cause de l’intensification du processus de désertification, car il impose de grands pâturages qui implique directement dans le renversement de la forêt et le nettoyage de la zone par combustion.

Comment à l’activité de prospection d’or, causer un impact profond sur l’environnement, car son extraction de caractéristique principale basée sur l’extraction du minerai au hasard et de déchets solides et de dispersion du mercure dans le bassin, provoquant l’envasement et l’accumulation de sable ou les terres des rivières. Cela conduit à une augmentation de la turbidité de l’eau, réduit la pénétration de la lumière, nuire à la faune et la flore aquatique.

En ce qui concerne l’hydrographie, la municipalité de Alta Floresta a dû faire face ces dernières années, dans le cadre de la dégradation des sources d’eau qui alimentent la municipalité susmentionnée plus grandes pénuries d’eau. Certains d'entre les têtes de lit des ruisseaux urbains principaux sont détruits par les effets du taux élevé de la déforestation : sans végétation, exposés à l’ensablement et les sources mentionnées ont commis, ces flux sont presque à sec.

Auguste (2010), le milieu Municipal a trouvé que la dégradation s’est produite en raison du retrait total et illégal de la végétation qui protégeaient ces ressorts. Sur le site ont vu le jour pour le bétail et autres animaux brouteurs, la plantation des jardins potagers et autres activités. Ceux qui ont été partiellement conservées ne sont plus sous sa forme originelle et ont peu d’eau.

Afin de chercher à modifier cette image, Auguste (2010) nous dit qu’il est nécessaire d’agir d’effort, en particulier la part de l’administration municipale, à la récupération de ces sources, la commune de haute-forêt court le risque de manquer d’eau potable. L’environnement Municipal de recherche sur la récupération, mais face à la pénurie de ressources financières. Cependant, la ville a demandé l’aide des organisations environnementales.

En 2008, malgré apparaissant comme le premier dans une liste publiée par le ministère de l’environnement, entre les municipalités avec plus forte déforestation, futaie a réussi à réduire cet indice, car ainsi que d’autres municipalités, comme mato-grossenses des Gauchos et nouveaux Ports, tombé à moins de 40 kilomètres carrés de forêts durant la même période et a réussi à réduire de 60 % de la déforestation entre 2007 et 2008.

En outre, Auguste (2010) nous rappelle que le gouvernement d’État du Mato Grosso a créé le programme de MT Cool, pour éviter les crimes contre l’environnement par les propriétaires fonciers et à l’engagement de récupérer toutes les zones qui ont souffert de dégradation de l’environnement. Par conséquent, de nombreux agriculteurs de Rohtak ont été condamnés pour crimes contre l’environnement. Dans plusieurs de ses propriétés à la végétation qui protège les cours d’eau ont été lâchées, par le biais de machines.

Conclusion

Dans le contexte de l’importance de préserver l’environnement, par le biais de conférences, forums, programmes et campagnes sur les effets négatifs causés par la dégradation de l’environnement, tels que : l’effet de serre ; l’appauvrissement de la terre, l’air et la pollution des rivières ; la variation des précipitations ; entre autres, un nouveau modèle de développement, qui vise à concilier croissance économique grâce à l’utilisation des ressources naturelles.

Tout au long de l’histoire, l’homme a promu les transformations dans l’environnement naturel, cherchant à l’adapter à vos besoins, mais à un certain stade (surtout avec l’arrivée des machines, de la seconde moitié du XVIIIe siècle et étaient responsables de la modification dans le mode de production : pour la fabrication des maquino-fatureiro. Au cours des 19e et 20e siècles, il y avait un progrès technologique intense, qui n’a pas manqué d’explorer dans certains cas, sans discernement) ressources naturelles, aucun problème majeur.

Mais quand les humains s’est rendu compte que l’agression sans limites à la nature pourrait compromettre sa propre survie de l’homme dans le monde entier, a commencé des conférences internationales pour discuter de questions environnementales, ainsi que des campagnes de sensibilisation et des programmes environnementaux.

Il ne suffit pas de mobiliser en faveur de la conservation de la nature, dans de nombreux endroits pratiquant encore dégradation de l’environnement, principalement par le biais de la déforestation, la destruction de zones forestières. Au Brésil, vous pouvez prendre, à titre d’exemple, la forêt amazonienne, dont dévastation justifié principalement par le développement économique. Vu leurs richesses exploitées par l’exploitation forestière et dégagé la végétation, donner de l’espace pour les cultures et les pâturages pour le bétail reproduction.

Ainsi, scénario de l’occupation et l’exploitation depuis l’époque coloniale à cause des drogues do sertão, en passant par la fin du XIXe siècle et début XXe siècle, avec le cycle du caoutchouc, Amazon a encore ses forêts dévastées aujourd'hui, plus précisément sur la déforestation causée par l’expansion de l’activité agricole.

En ce qui concerne cette activité, l’état du Mato Grosso, à l’intérieur de la région amazonienne, un taux élevé de dégradation de l’environnement, qui se manifeste par la déforestation, principalement dans le Nord, où est située la municipalité d’Alta Floresta.

Un projet de colonisation autorisé par le gouvernement et qui fut le premier à effacer pour coloniser et ouvrir des routes, promouvoir le règlement et développer des activités économiques dans la région amazonienne, la municipalité de Alta Floresta est née de la dégradation de l’environnement, bien que personne ne devrait nier que ça fonctionne, au moins pour diminuer la déforestation et de laisser la liste des municipalités qui dégradent davantage l’environnement.

Malgré l’indice élevé de dégradation de l’environnement, il a été exposé que, dans les futaies, il y a déjà conscience en ce qui concerne la préservation de l’environnement et qui s’exprime dans la poursuite de la reprise ressorts détruite par la déforestation et les amendes aux agriculteurs qui commettent des crimes contre l’environnement.

Mais la forêt n’est pas un cas unique, parce qu’il reflète le problème de la déforestation dans le Mato Grosso et la région amazonienne.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

AB ' SAVOIR, LE. L’Université brésilienne en (re) construction d’éducation à l’environnementale. Éducation brésilienne. Brasília, c. 15, n° 31, p. 107-15 / dez… 1993.

ABREU, P.A. et.al. Chico Mendes (entrée). Dans : brésilien dictionnaire historique et biographique après 1930. Rio de Janeiro. Editora Fundação Getúlio Vargas (FGV) ; Centre de recherche et de Documentation de l’histoire contemporaine, 2001.

Environnement d’Amazon. Biographie de Chico Mendes. Disponible en :
http://ambientes.ambientebrasil.com.br/Amazonia/floresta_amazonica/
biografia_de_chico_mendes.html
Consulté le : 29 janvier 2011.

ENVIRONNEMENT DU BRÉSIL. Info de bloc-notes numérique Energie, environnement et développement, 2008. Disponible à :<><http: ambiente.ambientebrasil.com.br/gestao/artigos/desenvolvimento_sustentavel.html="">.</http:> Accès au : 25 janvier 2011.

Augustus e. municipalité de rationnement d’eau dévastée à 70 % des sources d’eau et les yeux de l’eau, 2010. Disponible à : < http://guiaecologico.wordpress.com/tag/devastacao/ >. Consulté le : 22 janvier 2011.

BARROS, J.A. géographie et l’histoire : un interdisciplinaire véhiculée à travers l’espace. Dans : Géographie (Londres), c. 19, n ° 3, 2010. Disponible à : < http://www.uel.br/revistas/uel/index.php/geografia/article/viewpdfinterstitial/4627/6839=""> </>. Accès au : 17 janvier 2011.

BLOCH, m. excuses dans l’histoire. Rio de Janeiro : Zahar, 1997.

BRAUDEL, f. écrits sur l’histoire. São Paulo : perspective, 1992.

CASTRO, s. Tapajós-Xingu-écorégion des principaux vecteurs de la déforestation dans la kommune de Alta Floresta, MT, 2008. Disponible en :
http://www.CETEM.gov.br/Aquarios/documentos/2008/iv_uffj_amb/
texto_comp_ufrj_ambientavel.pdf
. Accès au : 22 janvier 2011.

CENTRE D’ÉDUCATION ENVIRONNEMENTALE DE NITERÓI (CEAN). Quel est l’environnement ? s/d. Disponible à :< http://www.ibg-cean.org.br/index.php/educacao-ambiental/o-que-e-o-meio-ambiente.html="">. Accès au : 19 janvier 2011.

CHAPANI, D.T. ; DAIBEM, a.m.L. éducation à l’environnement action-réflexion-action dans la vie quotidienne d’une école publique. . Dans : TALAMONI, J.L.B. ; SAMPAIO, C.-B. (Org.) Éducation à l’environnementale : pratique de l’éducation à la citoyenneté. São Paulo : Editora, 2003. p 21-40

Comunidades Eclesiais de Base Dom Eugenio Sales. Les petites communautés chrétiennes. Disponible en :< http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages/ pont_messages. http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages/=""></ http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages/ pont_messages.> Accès au : 12 Oct.2010

Les petites communautés chrétiennes. Disponible en :< http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages/ pont_messages. http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages/=""></ http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages/ pont_messages.> Accès au : 12 Oct.2010

CULTIVER. La destruction des forêts et de ses conséquences, s/d. Disponible à : < http://www.cultivando.com.br/saude_meio_ambiente_desmatamento_impactos.html >. Consulté le : 23 janvier 2011.

FILS de jour, M.B. la dégradation des pâturages dans la région du Nord, 2006. Disponible à : < http://www.diasfilho.com.br/degradacao_de_pastagens_na-regiao_norte.pdf=""> </>. Accès au : 14 janvier 2011.

FEARNSIDE, déforestation h en Amazonie brésilienne : histoire, des index et des conséquences. Dans : Mega, 2005, n° 1, v. 1. Disponible à : < http://www.unifap.br/ppgbio/doc/16_Fearnside.pdf >. Accès à : 15 janvier 2010.

GADOTTI, m. Agenda 21 et la Charte de la terre, 2002. Disponible à : < http://www.cartadaterra.com.br/pdf/Agenda21_CT2002.pdf >. Consulté le : 28 janvier 2011.

Géopolitique. La liste des communes avec le déboisement de plus haut taux de la forêt amazonienne, 2009. Disponible à : < http://www.geomundi.org/?tag=floresta-amazonica >. Accès au : 17 janvier 2010.

GONÇALVES, D.B. développement durable : le défi de cette génération. Dans : Magazine espace académique, N° 51, août 2005. Disponible à : < http://www.espacoacademico.com.br/051/51goncalves.htm >. Consulté le : 27 janvier 2011.

Institut de l’homme et l’environnement de l’Amazone, s/d. Disponible à : < http://homes.bio.psu.edu/people/faculty/Uhl/IMAZON/index.htm >. Accès au : 31 janvier 2011.

ECOBRASIL INSTITUTE. Amazonie, s/d. Disponible à : < http://www.institutoecobrasil.org/04/06/2010/amazonia-legal/ >. Accès au : 13/02/2011.

IL S’AGIT D’AMAZON. Amazon : mythes et réalités, s/d. Disponible à http::<// www.istoeamazonia.com.br/index.php? option = com_content & task = view id = 223 && Itemid = 194 >. Accès au : 11 janvier 2011.

JAPIASSU, h. interdisciplinarité et la pathologie. Rio de Janeiro : Imago, 1976.

LIVRE DE L’ÉDUCATION À L’ENVIRONNEMENT. Conférence de Tbilissi, 1977, p. 1. Disponible à : <http: www.maurolemes.com.br/conferenciatbilisi.htm="">.</http:> Accès au : 26 janvier 2011.

LOUREIRO, V.R. Amazon : une histoire de pertes et de dommages, un avenir à (re) construire. Dans : Advanced Studies (16) 45, 2002. Disponible à : <http: www.scielo.br/pdf/ea/v16n45/v16n45a08.pdf="">.</http:> Consulté le : 10 janvier 2011.

MELO, e. Green Ox est la forme la notion d’élevage du bétail, 2002. Disponible à : < http://agrisustentavel.com/san/boi.htm >. Consulté le : 15 janvier 2011.

MARISENI, I.S. réflexions sur les concepts de dégradation de l’environnement, impact sur l’environnement et conservation de la nature, 2010.  Disponible à :<http: www.uel.br/revistas/uel/index.php/geografia/article/viewpdfinterstitial/2593/5061="">.</http:> Consulté le : 22 janvier 2010.

MATHEWS, c. a. r. géographie : courte histoire critique. São Paulo : Hucitec, 1995.

NAISSANCE, le concept du développement durable, s/d. Disponible en :<http://www.puccampinas.edu.br/pub/professores/ceatec/rafaella.nascimento/></http://www.puccampinas.edu.br/pub/professores/ceatec/rafaella.nascimento/>
E % EDmica % 20Tecnol % F3gica/% 20Eenergia % 20Meio.% 20Ambiente/leçons /
matières % 20Le % 20apoio/% 20CONCEITO % 20Le % 20DESENVOLVIMENTO
% 20SUSTENT % C1VEL.pdf >. Accès au : 23 janvier 2011.

ALTA FLORESTA HÔTEL DE VILLE. Aspects géographiques, s/d. Disponible à : < http://www.altafloresta.mt.gov.br/geografia/ >. Accès au : 20/01/2011.

RIBEIRO, s. C & JACOVINE, L.A.G. contextualisation de l’exploitation de la forêt amazonienne brésilienne, 2007. Disponible à :< http://www.redeambiente.org.br/docs/expflorestaamazonicabr.pdf="">. Consulté le : 31 janvier 2011.

RIBEIRO, A.G. paysage et organisation spatiale dans le domaine de Palmas

et Guarapuava. 1989. Thèse de p. 336. (Doctorat en géographie)-FFLCH,

Université de São Paulo, São Paulo

ROSA, R.D. et al. Colonisateurs et les colons : sur la frontière de la terre à la limite du rêve d’un prometteur future. Dans : Journal du programme agri-environmental Sciences, c. 2, n. 1, 2003. Disponible à :< http://www.unemat.br/revistas/rcaa/docs/vol2/6_comunicacao_v2.pdf="">. Consulté le : 18 janvier 2011.

SANTOS, m. pour une nouvelle géographie : la critique de la géographie une géographie critique. São Paulo, 2002.

___________. La nature de l’espace. Technique et le temps. Raison et émotion. São Paulo : Hucitec, 1997.

______________. Métamorphose de l’espace de vie. 2. Ed. São Paulo : Hucitec

SILVA, M.R. camp Alta Floresta dans les 70 et 80, 2009. Disponible à : < http://www.webartigos.com/articles/26896/1/-RESQUICIOS–DO-GARIMPO-EM-ALTA-FLORESTA-MT/pagina1.html > consulté le : 19 janvier 2011.

SKIDMORE, t. Brésil : Château de Tancredo. Rio de Janeiro : Paz e Terra, 2004.

BIOLOGIE DE TOUS. Biomes, s/d. Disponible à :< http://www.todabiologia.com/ecologia/biomas.htm="">. Consulté le : 29 janvier 2011.

VIVATERRA. Forêt amazonienne, s/d. Disponible à :< http://www.vivaterra.org.br/florestaamazonica.htm#topo="">. Accès au : 11 janvier 2011.

[1] Expert dans l’enseignement de méthodologie en histoire-géo. Contact : [email protected]

[2] Maîtrise en géographie de l’Université catholique pontificale de São Paulo et une maîtrise en science de la religion de la même université. Il est actuellement professeur à l’homme zone mort I FEEL-les collèges de Juruena/Mt. Coordinateur du groupe de recherche sur le droit et la Religion. Possède une expérience dans le domaine de la géographie humaine, géographie de la religion, anthropologie culturelle et les nouveaux mouvements religieux

[3] Projet de forêt géante de la milliardaire américain Daniel Ludwig, par concession du gouvernement de Castelo Branco et provoqué critiques des nationalistes brésiliens. SKIDMORE, t. Brésil : Château de Tancredo, 2004, p. 290.

[4] Petites communautés chrétiennes ont vu le jour afin de susciter et d’encourager l’esprit chrétien de l’amour de Dieu et du prochain avec son identité caractéristique – comme le nom indique-ecclésiastiques. VENTES, Eugênio. Petites communautés chrétiennes (CECB), 2010. Comunidades Eclesiais de Base Dom Eugenio Sales. Les petites communautés chrétiennes. Disponible à : http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages

Les petites communautés chrétiennes. Disponible en :< http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages/ pont_messages. http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages/=""></ http://www.vatican.va/holy_father/john_paul_ii/messages/ pont_messages.>

[5] Francisco Alves Mendes Filho, alias Chico Mendes Xapuri, 15 décembre 1944 était un caoutchouc Tapper, syndicaliste et militant écologiste. Leur intense se battre pour la préservation de l’Amazonie fit reconnu internationalement et a été la cause de son meurtre. Le dirigeant syndical et caoutchouc Tapper Chico Mendes a été tué le 22 décembre 1988, à Xapuri, Acre, victime d’un coup de fusil de chasse 20 calibre. Le crime a été attribué à Darly Alves da Silva et son fils Darci Alves Pereira.   Environnement d’Amazon. Biographie de Chico Mendes. Disponible en :
http://ambientes.ambientebrasil.com.br/Amazonia/floresta_amazonica/
biografia_de_chico_mendes.html

Como publicar Artigo Científico

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here