Caractérisation socio-économique et environnementale dans une localité côtière dans la région amazonienne, Pará-Brésil

0
598

OLIVEIRA, Euzébio de [1]

OLIVEIRA, Euzébio de – Caractérisation socio-économique et environnementale dans une localité côtière dans la région amazonienne, Pará-Brésil – Magazine multidisciplinaire scientifique du Centre de connaissances, année 1, vol. 4, pp. 21-34 – juillet 2016 – ISSN:0959-2448

Résumé

Cette étude a été réalisée à Acarajó, une communauté d’aire Marine protégée de l’agro-pesqueira Caeté-Taperaçu, situé dans le Bragantina plaine côtière, Northeastern l’état du Pará (Brésil). L’objectif de cette étude était d’évaluer les aspects sociaux, économiques et les facteurs de dégradation de l’environnement de cette communauté. Pour cette étude nous avons utilisé les méthodes fondées sur des entretiens, questionnaires, observation directe et la mesure des éventuels facteurs de dégradation de l’environnement. En ce qui concerne les aspects sociaux et économiques, on a fait observer que le Acarajó est l’une des communautés avec le plus grand nombre d’habitants, situé dans le quartier de la zone protégée, avec principalement de jeunes avec faible niveau de scolarité et le revenu moyen mensuel faible. Dans la communauté il y a maintenant de meilleures possibilités d’emploi et les services disponibles à la population sont rares ou inexistants. Ces facteurs contribuent à l’indice des conditions de vie et du logement pour atteindre des valeurs très faibles, en comparaison avec le minimum acceptable. En ce qui concerne les aspects environnementaux, cette communauté présente de graves problèmes découlant de l’absence d’installations sanitaires de base (présence de trop d’ordures), le manque d’eau traitée, des problèmes de santé, etc., ainsi qu’en ce qui concerne la dégradation des ressources naturelles (déforestation accélérée de la végétation de mangrove), réduction des stocks de poissons et de la dégradation des sols. Enfin, les propositions de mesures de gestion intégrée des zones côtières ont été présentées, afin de contribuer à l’amélioration de la qualité sociale et environnementale de la zone étudiée.

Mots clés: caractérisation. Socio-économique.  Environnement. Collectivités côtières.

INTRODUCTION

Les zones côtières ont toujours été des lieux de grande attraction pour les populations humaines, principalement en raison de la disponibilité et l’abondance des ressources naturelles et les grandes stations balnéaires, immobilier, industriel, entre autres. De ce fait, environ 60 % des grands centres urbains sont situés dans cette région, ce qui affecte de graves conflits de caractère social et environnemental (CHI et al., 2001 ; LIAO et al., 2003 ; KULLENBERG, 2001 ; BILLÉ ; MERMET, 2002).

Au Brésil, dans les dernières décennies, la croissance démographique dans ces régions viennent plusieurs problèmes résultant du caractère social et environnemental (Alheiros, 1995 ; Diegues, 1999). Dans ce contexte, le nord-est de l’état du Pará est une des régions plus densément peuplées de la côte nord du pays et par conséquent, l’un des plus dégradées de la région (SHAN-fils, 2001 ; SILVA et al., 2006 ; PARKER et al., 2006 b ; ROSE et al., 2006 ; PARKER et al., 2007).

Afin de préserver l’environnement par le biais de l’utilisation durable des ressources naturelles, ainsi que pour protéger les moyens d’existence et de la culture des peuples traditionnels, il existe, en 2005, sur décret de loi du gouvernement fédéral, quatre réserves extractives de Marine ont été créés dans ce paragraphe de secteur (MMA, 2005). Entre ces RESEX la réserve extractive Marine Caeté-Taperaçu, dans lequel il est inséré la communauté agro-pesqueira des Acarajó (Henry, 2005).

Dans le but de contribuer à l’élaboration d’un plan de gestion pour cette zone protégée, a cherché à répondre à la dynamique socio-économique et environnementale d’une des communautés plus densément peuplées, incluses dans cette aire de conservation. Pour atteindre cet objectif, une étude sur le profil socio-économique des résidents de la Communauté, les types d’utilisation et d’occupation du territoire locale, mais aussi la caractérisation et/ou la mesure des potentiels principaux facteurs de dégradation de l’environnement à cet endroit a été réalisée, afin de contribuer aux mesures de gestion intégrée, cherchant le développement socioéconomique durable des communautés urbaines, situé dans la réserve extractive Marine Caeté-Taperaçu.

MATÉRIEL ET MÉTHODE

Domaine d’étude

Acarajó est situé à environ 7 km de la ville de Bragance et a une superficie d’environ 100.55 ha. Ses limites géographiques sont : au nord, sur la communauté de Bacuriteua, au sud avec la communauté des avocats, à l’est par la rivière de Caeté (qui se jette dans l’océan Atlantique) et à l’Ouest avec les communautés des zones torche et Taperaçu (ADAMS ; MACEDO, 2001) (Figure 1).

Caeté-Taperaçu-carte de la communauté de Acarajó.
La figure 1. Emplacement de la zone d’étude. (A) Brésil, (B) littoral, Amazon (C) zone de protection Marine Caeté-Taperaçu-carte brésilienne, de la communauté de Acarajó.

La plaine côtière de Bragantina est caractérisée par la survenue des mangroves occupant 95 % de toute la zone côtière, et les forêts de mangrove composée essentiellement par les espèces de Rhizophora mangle, Avicennia germinans et Laguncularia racemosa et r. mangle l’espèce dominante (BERGER et al., 1999 ; KRAUSE et al. 2001 ; PROISY et coll., 2003).

Climat de la région est chaud et humide, avec une variation bien définie par la présence d’une période sèche et pluvieuse de l’autre. Températures moyennes annuelles oscillent entre 20,4 32,8 ° C et humidité relative comprise entre 77 et 91 % (INMET, 1992 ; : MARTORANO et coll., 1993).

Acarajó est l’un du plus densément peuplées de communautés agro-pesqueiras l’extraction Marine réserve Caeté-Taperaçu, étant composé de plusieurs écosystèmes locaux, tels que les mangroves, des terres et des forêts tropicales. L’occupation du territoire de Acarajó est un autre facteur qui le distingue par rapport aux autres communautés agro-pesqueiras de la région, puisque l’occupation s’est produite sur les rives de la PA-458, formant deux groupes les, appelés Acarajózinho et Acarajó-Large ; et un de plus dans la zone de la Communauté, vers l’estuaire du fleuve Caeté, connu comme Acarajó (SAINTS, 1996).

Méthodologie

Questionnaires semi-directifs, interviews, directement observation et la mesure des principaux facteurs de dégradation de l’environnement ont été effectuées entre les mois de mai / de 2006 à février 2007, afin de caractériser les conditions socio-environnementale de la Communauté sous étude.

Questionnaires semi-structurés se composent de trois blocs de questions (profil socio-économique, condition de vie, logement et avis et perception des habitants sur les problèmes d’environnement) ont été appliqués dans 100 % des résidences, pendant les mois de juillet et août 2006. Le profil socio-économique des habitants soulevés informations sur sexe, âge, occupation/profession, revenu, état matrimonial et niveau d’instruction.

Pour déterminer la condition de vie et de logement des habitants de chaque résidence a été nécessaire pour calculer l’indice des conditions de vie et du logement (ICV-MO) selon la méthodologie décrite par Costa (2004), suivant le modèle utilisé par l’index de développement socio-économique, développé par la Fondation de l’économie et les statistiques (IDESE/frais) par le biais de la formule (ICV-MO = (p1 x IAF) + (p2 x ISP) + (p3 x IP)) , l’IAF, l’index de l’aspect physique du logement ; l’ISP, l’indice des services publics offerts à la communauté ; et la période d’enquête, la Situation de l’index de la propriété.

Les types d’infrastructures et de services offerts à la Communauté (santé, assainissement, éducation, transports, etc.) ont été identifiés par le biais de l’observation directe, suivant les listes de vérification appliqué par Junyent (1999) et Pereira et al. (2003), ainsi qu’au moyen d’entrevues.

Les questionnaires destinés à l’opinion et la perception des habitants sur les problèmes environnementaux ont été élaborés selon les travaux de Morgan et al. (1993), Morgan et al. (1995) et Leatherman (1997) et adaptée à la réalité locale. Ces questionnaires ont été appliqués à un membre de chaque résidence.

Après l’avis et la perception des habitants sur les problèmes environnementaux, ainsi que l’observation directe au sujet de l’infrastructure et les services disponibles et l’état environnemental de la Communauté, des méthodologies spécifiques ont été adoptées pour mesurer/analyser certains problèmes environnementaux fait/détectés, comme l’accumulation d’ordures ménagères, qualité de l’eau, déforestation et utilisation des terres pour l’agriculture. La méthodologie utilisée ci-dessous :

(i) la production des déchets ménagers : a d’abord analysé le sort donné à ordures (collectés par la ville, champs, brûlées, enterrées, sous-évaluées dans les terrains vagues, etc.). Puis, la tâche de mesurer la poubelle a été réalisée au moyen de deux échantillons, un à la fin de septembre et l’autre au début du mois de novembre/2006, chaque échantillon représenté par les déchets produits au cours de deux jours à 30 % du nombre total de maisons dans la communauté. Basé sur la moyenne des deux échantillons était la production estimée d’ordures mensuel jusqu'à 100 % des résidences dans la communauté. Chaque échantillon collecté les déchets organiques (non recyclés) étaient lourd séparément des déchets inorganiques (recyclable), puis on a effectué des analyses de variance (début et fin du mois). Pour déterminer la normalité et l’homogénéité des données a été effectué le test de Lilliefors (CONOVER, 1971) et de Bartlett (SOKAL ; ROHLF, 1969), respectivement, à l’aide du programme 6.0 de STATISTICA (STATSOFT, 2001). Lorsque les données n’ont pas été normales, journal des transformations ont été utilisées (x + 1). Pour des données normales a été appliquées à l’analyse de variance (ANOVA-one-way), suivie de test post hoc Fisher LSD. Mais lorsque les variances sont hétérogènes critère a été appliqué test non paramétrique de Mann-Whitney (U). Dans les deux cas, les ménages étudiés ont été regroupés selon le nombre d’habitants. Les travaux ont été menés fondé sur l’engagement corporatif au recyclage manuel (1995), et le manuel de gestion intégrée des déchets solides en Amazonie (IBAM, 2005), étant les deux méthodologies adaptées à la réalité locale.

(ii) qualité de l’eau : la collecte des échantillons a été réalisée pendant la période sèche (novembre 2006) et la saison des pluies (mars/2007) dans deux puits communautaires (eaux souterraines extraites par tube) communautaire, étant bien situé 1 46 46 ' 7. 416 '' W-1 0 ' 23 519 '' S et 2 bien dans les 46 46 458 route « 26 852 '' W-0' 1 '' S 21 359. ces puits ont été choisis parce qu’ils sont parmi les puits d’alimentation d’eau principale, qui dessert un grand nombre de résidents de la communauté. Toutes les analyses physico-chimiques effectuées dans le laboratoire de Estuarine et océanographie côtière de l’UFPA, suivant les méthodologies et/ou équipements spécifiques à chaque composante de l’étude : la couleur réelle et apparente analysés par couleur d’équipement eau HI 93727 Hanna Instruments, la turbidité turbidité compteur HI 93703 microprocesseur par Hanna Instruments, les matières en suspension, la Strickland et Parsons (1972) le pH de Labmeter modèle pH2-pHs-3 b, la salinité par Multianalizador Corning Checkmate II, le fer dissous par dureté & fer HI 93741 Hanna Instruments, des coliformes fécaux et totaux analysées du point de la technique appelée tubes multiples, selon la méthodologie adoptée dans l’American Public Health Association (2004) et la température par thermomètre L Incoterm-168/04. Pour la classification de la qualité de l’eau, les opérations ont été effectuées en utilisant les paramètres fixés par les résolutions spécifiques, selon ANVISA (2004) ; La CONAMA (1986, 2000, 2005) et SSC (2006).

(iii) le déboisement (exploitation forestière) : a été mesuré selon les réponses obtenues par questionnaires et des entrevues avec les résidents de la Communauté, qui ont été abordés questions liées à l’usine d’extraction (coupure ou mangue), ainsi que par l’observation directe qui s’est tenue au cours du mois d’août 2006. Ce travail a été basé sur la méthode de Greenwood (1973), qui consiste en l’analyse intensive et variée unité/objet d’étude.

(iv) utilisation agricole des terres : par le biais de questionnaires et directe les observations ont été identifiées les domaines de la culture, types de pratiques agricoles et techniques de gestion des sols plus employés dans la Communauté au titre de l’étude, notamment la forme de labourer la terre, l’utilisation de pesticides et d’engrais ; coupé de la capoeira et brûlé. Ce travail a été mené au cours du mois d’août 2006, suivant la méthode de Greenwood (1973).

RÉSULTATS ET DISCUSSION

Caractéristiques socio-économiques

Le recensement en Acarajó a montré que 358 familles (un total de 1696 personnes, soit 4,74 personnes par maison) habitent une des communautés plus importantes en nombre d’habitants, la RESEX Caeté-Taperaçu. La plupart des résidents sont des hommes (52 %), âgés de 0 à 20 ans (55 %), consistant en singles (62 %) et les étudiants (36 %), avec un faible degré de l’enseignement, et 55 % reçoivent moins d’un salaire minimum par mois (R 380,00 $ *)

Parmi les activités de l’occupation, l’agriculture familiale apparaît tout d’abord, étant destinés à la subsistance du groupe familial. Cependant, pêche, crabe Ucides cordatus principalement, est considérée comme l’une des principales sources de revenus des riverains (Henry, 2005).

Faible scolarisation, alternatives d’emploi, faible revenu et la prédominance des familles nombreuses sont des facteurs qui contribuent à un faible niveau de développement socio-économique dans cette communauté. Ces aspects sont similaires à ceux observés par Krause et Glaser (2003), Guimarães (2005), Silva et al., (2006), Pereira et al. (2006 a) et Pereira et al. (2006 b), qui a effectué des études semblables dans d’autres communautés d’agro-pesqueiras dans la région, ce qui montre une généralité par rapport aux conditions socio-économiques dans la région côtière.

Les conditions de vie et logement/infrastructure et services

En ce qui concerne l’indice de conditions de vie et des habitations ICV-MO, la communauté de Acarajó présente une moyenne de l’index 0,638, être âgé les conditions minimales acceptables pour les collectivités côtières, qui est 0,707, selon l’indice de développement socio-économique créée par la Fondation de l’économie et des statistiques (IDESE/payant). Des ménages interrogés, seulement 29 % dépasse l’indice minimal acceptable, montrant une moyenne de 0,759.

Cet indice reflète les conditions de la construction des maisons de la Communauté (aspects physiques et sanitaires) et le manque de services et infrastructures disponibles. Cette communauté dispose également d’un nombre considérable de maisons d’argile, recouverte de feuilles de palmier séchées, avec planchers de saleté, aucune salle de bains possédant ou d’égouts, dans lequel certains ont des problèmes liés à l’approvisionnement en eau.

En ce qui concerne les services publics offerts, on a fait observer que la Communauté n’a pas un système public d’approvisionnement en eau potable, l’alimentation se faite par l’intermédiaire de puits communautaires. L’eau est distribuée à travers des tuyaux aux ménages, avec chaque maison qui adhère à ce système verse une Commission de 10 h 00 R$ reais par mois (pour l’Association) pour l’utilisation de l’eau. En revanche, certains habitants affirment que ce « système » d’approvisionnement en eau ne fonctionne pas régulièrement.

En matière d’éducation, Acarajó a moins trois écoles élémentaires, les étudiants qui ont besoin de continuer vos études doivent donc remonter à l’école dans la municipalité de Bragança.

La Communauté n’a pas de n’importe quel centre de santé publique, et dans les cas bénins, le soin des agents communautaires reçoivent communautaire qui visitent régulièrement les maisons. En cas d’accidents ou de maladies plus graves, les résidents obtenir des soins médicaux à la clinique située dans la commune voisine de Bacuriteua, ou aller aux centres de santé et/ou aux hôpitaux dans la municipalité de Bragança et de Bethléem. Selon la Communauté, l’incidence plus élevée de maladies sont : le paludisme, la grippe, fièvre, diarrhée, maladies de la peau, entre autres, à la maladie le paludisme qui affecte plus les résidents.

L’opinion et conscience sociale et environnementale

En ce qui concerne l’avis et la perception des habitants concernant les principaux problèmes environnementaux qui ont eu lieu dans la région de la Communauté, les données obtenues montrent que Acarajó fait face à des problèmes liés aux questions d’hygiène (absence d’un système de garbage collection), le manque d’eau traitée et d’égouts, la dégradation des ressources naturelles (surpêche, le déboisement des mangroves a réduit la fertilité des sols, etc.), parmi d’autres (tableau 1).

Le tableau 1. Principaux problèmes environnementaux pointé par la communauté de Acarajó.

Principaux problèmes environnementaux pointé par la communauté de Acarajó.
* Bande passante pour N = 358 (nombre de ménages).

Problèmes découlant de la hausse du tourisme dans la région de bragantina ont été également choisis par la Communauté, puisqu’il est situé sur la route d’accès à la plage Ajuruteua (BP-458), et entre juin et juillet période augmentation des ordures le long de la route est l’un des problèmes troublant des résidents locaux. Ces problèmes sont aggravent à la suite de la négligence des autorités locales à encourager le tourisme dans la région, sans la première réalisation d’une planification rationnelle sur l’utilisation et l’occupation du territoire (GUIMARÃES, 2005).

Un autre problème lié à la poubelle, selon les habitants, sont des déchets produits rejetés par les usines de pêche le long des Caeté et les régions avoisinantes. Selon le travail effectué par Krause et Glaser (2003) et Silva et al. (2006), le problème en ce qui concerne la production de déchets, tellement que l’industriel agro-pesqueiras résidentiel la plaine côtière de Bragantina est un problème grave et doit être traitée avec sérieux, en plus de dommages à l’environnement, peut causer des problèmes liés à la santé humaine.

Selon les résidents, certaines maladies comme la dengue, leptospirose, mycoses, etc.. sont liés à l’accumulation de déchets dans la région de la communauté. Autres maladies qui peuvent se produire dans la localité et qui sont liées à l’absence d’un système d’assainissement de base, ainsi que la déforestation, sont également considérés comme de la préoccupation de la part de la population, telles que le paludisme.

En revanche, la dégradation des ressources naturelles par exemple la surpêche et l’abattage des forêts de mangrove, ont également été identifiés comme des problèmes environnementaux, selon la perception des habitants. Selon ces derniers, la surpêche et la déforestation se produisent à la suite de la surveillance de peine par les organismes compétents, un fait qui vient de l’engagement de pêche de subsistance de nombreuses familles locales.

Production de déchets ménagers

Basé sur des données obtenues par observation directe, ainsi que par les informations transmises par les résidents, il est possible de dire que la communauté de Acarajó a été confronté à un grave problème en ce qui concerne la production de déchets. Les données montrent que le système de garbage collection, réalisée par la Mairie de la commune de Bragança est insuffisante car elle ne remplit pas toute la communauté se produit seulement trois fois par semaine et juste à côté des plages de route Bragança-Ajuruteua. Ainsi, de nombreux résidents jettent leurs ordures dans les arrière-cours de leurs maisons, rues, Caeté, ruisseaux de l’estuaire, forêt de mangrove, forêt buissonnante, etc., causant de grave caractère social et environnemental, tels que la contamination des sols, ressources en eau, la santé humaine, esthétique, etc..

En ce qui concerne les travaux de mesure, les résultats montrent que la production mensuelle moyenne de déchets ménagers par la communauté d’environ 5 029,375 kg, avec une production mensuelle par habitant d’environ 2,965 kg, soit ± 0,099 kg/jour et par personne. Selon l’IBAM (2005), ces valeurs sont inférieurs à la moyenne nationale dans laquelle la production par habitant est le 0,700 0,450 kg/jour. La production de déchets organiques pas varié beaucoup durant le mois, restant pratiquement inchangé dans deux collections, d’autre part les déchets inorganiques a subi des variations importantes (F = 6.59 ; p = 0,0090) dans sa production pendant la même période, ce qui démontre des valeurs plus élevées au début du mois étudié.

Toutefois, les déchets organiques ont été les principaux éléments de la corbeille analysés, ce qui représente 53 % du total, étant composé principalement de restes et épluchures de fruits (Figure 3 a). Ces données sont similaires aux données nationales, dont la matière organique est un composant majeur des ordures ménagères produites dans le pays, ce qui représente en moyenne, environ 65 % du total (, PARSI, 1996 ; IBAM/MMA, 2005). C’est probablement dû au fait que cette communauté être plus « urbanisé » étant plus proche de la ville de Bragance et réutilise les déchets organiques produits comme source de nourriture pour petits animaux (canard, poulet, etc.), qui se produit dans les communautés rurales plus dans la région. En revanche, des déchets inorganiques total analysé, le plastique représente 43 %, suivie de papier/carton, avec 27 % et 8 % étain, parmi d’autres (Figure 3 b).

Sur la route de 25 km de la Bragantina plaine côtière, il n’y avait aucun système de collecte des ordures, qui est déposé dans l’environnement côtier, ce qui constitue une grave menace pour les écosystèmes présents (SOUZA-FILHO, 2001). Ce n’est pas un fait qui s’est produite seulement dans la région de bragantina Silva (2006), un des plus grands problèmes d’aujourd'hui, qui a concerné les deux érudits du problème environnemental, tels que les planificateurs et les gestionnaires publics de diverses parties du monde, concerne le problème des ordures produites dans les zones urbaines ou à proximité de lieux, les villes, ainsi que le sort de même.

Selon Valente et Grossi (1999), au Brésil, le problème des ordures est très complex, car dans de nombreuses villes, la majorité des déchets solides municipaux est déposée à l’air libre, dans les rivières, estuaires, lacs, etc., ce qui peut entraîner la contamination des sols, ressources en eau et générer des enjeux esthétiques et pour la santé humaine.

Déchets organiques et inorganiques de production (kg) en échantillonnage et en composition de moyenne de déchets inorganiques des deux collections
La figure 3. Déchets organiques et inorganiques de production (kg) en échantillonnage et en composition des résidus inorganiques (moyenne des deux collections) (B).

Qualité de l’eau pour la consommation

L’eau souterraine est d’une grande importance en termes économiques et sociaux de santé pour les populations urbaines dans le monde entier. Il n’y a pas de statistiques exactes concernant le volume d’eau utilisé pour l’approvisionnement public en eau de captage souterrain, bien que quelque chose autour de 50 % de toute l’eau consommée dans le monde urbain est capturé dans des puits ou des sources (CLARKE et al., 1995).

Cependant, le souci de la qualité de l’eau est un fait, comme la plupart des recherches développées antérieurement, uniquement destiné à l’aspect quantitatif. Cependant, avec la croissance de la population, avec l’utilisation des ressources l’eau et le développement industrielle de la super, le facteur de qualité est devenu très important (MOTA, 1995). Ainsi, il est essentiel que les ressources en eau présentent des conditions qui conviennent à l’intégrité physique et chimique utiliser des êtres vivants et contiennent des substances qui sont essentiels à la vie et être à l’abri d’autres substances qui peuvent produire des effets nocifs pour les organismes (BARNES et al., 2003).

Les résultats obtenus pour l’analyse des paramètres physiques et chimiques de l’eau dans les deux puits de Acarajó communauté figurent au tableau 2.

Le tableau 2. Analyses physico-chimiques de l’eau de deux puits dans la localité de Acarajó, sec et humide de périodes.

Analyses physico-chimiques de l’eau de deux puits dans la localité de Acarajó, sec et humide de périodes.
* Les valeurs des paramètres physico-chimiques et microbiologiques selon des résolutions spécifiques de l’ANVISA (2004) de la CONAMA (1986, 2000, 2005) et SSC (2006).

Conformément au tableau 2, on peut constater que les valeurs de la couleur et la couleur apparente dépassent les valeurs maximales autorisées par la Loi, dans les deux les points examinés au cours de la période de tarissement. C’est probablement dû à l’augmentation de la turbidité, la concentration de matières organiques en suspension et l’augmentation de la concentration de fer dissous dans l’eau pendant cette période. Toutefois, cette augmentation de la matière organique en suspension, fer dissous ainsi que la turbidité, même rapports plus élevé en période de sécheresse, sont toujours dans les limites fixées par les résolutions spécifiques.

Le pH observé est apparu légèrement acide, dans les deux points et analysé les périodes, ne souffrent pas des changements majeurs d’une époque à l’autre et selon les données obtenues par Walker (1995), dans d’autres régions de l’Amazonie, où il est vérifié que la preuve que les variations du pH de l’eau sont indépendantes du régime pluviométrique.

Toutefois, il convient de noter que la salinité est l’un des paramètres du responsables de l’acidité d’un plan d’eau, mais que dans cette étude, ce paramètre obtenu les valeurs 0 (zéro) dans toutes les analyses montrent que l’acidité de cette eau doit être reliée à d’autres facteurs. Selon Souza et Tundisi (2000), la composition chimique de l’eau varie beaucoup et est contrôlée par un certain nombre de facteurs comme le climat, végétation, topographie et les caractéristiques géologiques, ainsi que par les activités humaines. Dans la zone étudiée, l’acidité du sol peut être un des facteurs qui acidifie l’eau analysée (voir point 4.5.7)

Les valeurs élevées de coliformes totaux et fécaux ont montré, compromettre la qualité de cette eau de communauté ´ d, parce qu’en des points et des périodes analysées, les montants enregistrés étaient supérieures à celles tolérables de résolutions spécifiques (ANVISA, 2004 et de la CONAMA, 1986, 2000 et 2005). Selon la CETESB/SP (1992), la présence de coliformes totaux dans l’eau indique la possibilité d’une pollution fécale, étant donné que ces micro-organismes se trouvent librement sur l’environnement. Toutefois, la présence de coliformes fécaux détermine l’origine de la contamination fécale, indiquant le risque de présence d’autres micro-organismes pathogènes, rendre l’eau impropre à la consommation humaine (PELCZAR JUNIOR ; CHAN ; KRIEG, 1996 ; BASTOS ; ADAMS, 2000). Ces résultats sont en accord avec les études menées par Glaser (2003), dans d’autres communautés de la plaine côtière, où ils ont trouvé la présence de Bragantina de coliformes fécaux dans l’eau dans un grand nombre de ménages et les écoles de ces communautés.

Déforestation

Selon les résultats obtenus, légume de son (utilisation bois de mangrove et de la volaille) est une pratique constante dans le domaine de la communauté de Acarajó. En particulier, les trois espèces d’arbres de la mangrove dans la région sont Rhizophora mangle l., Laguncularia racemosa et Avicennia germinans et sont sous réserve de l’application incontrôlée des techniques d’extraction.

Au moins 68 % des ménages (logements) interrogés a déclaré qu’ils retirent mangrove bois et/ou de la capoeira et parmi eux, 55 % effectuer l’arbre coupé, total 27 % coupe partielle (seulement les branches) et 18 % utilisent d’autres méthodes, telles que la collecte des branches et des troncs. Selon les habitants, parmi les multiples usages qu’ils font du bois recueillis comprennent : la consommation domestique (85 %), la consommation domestique et la production et vente de charbon (12 %) et la production et la vente de charbon (3 %).

Cependant, dû au fait que la majorité des logements dans cette communauté a poêles brûlants, on estime que le pourcentage de foyers qui utilisent le bois de mangrove et/ou capoeira comme combustible, est encore plus grande. Des études menées au Mexique, par Maseral et al. (1997) et au Salvador par Gammage et al. (2002) montrent que la consommation de bois de chauffage pour un usage domestique, dans un contexte socio-économique similaire à celle existant dans l’étude montre qu’au moins 90 % de ces foyers dépendent du bois qui est le retrait des forêts, à être utilisés comme combustible domestique (bois de chauffage).

Selon les villageois de Acarajó, pratiques de retrait du bois de mangrove ou de capoeira, ainsi que la production de charbon est préférablement effectuée pendant la saison sèche. Le bois recueillis et du charbon (lorsque le produit) sont stockés pour être utilisé ou vendu (charbon lorsque cela est approprié), surtout pendant la saison des pluies, une fois au cours de cette période, la pratique d’exclure la production de bois et charbon de bois, deviennent plus difficiles à réaliser. Pour Dahdou-Guebas et al. (2000), la pratique de la production et la vente de charbon de bois sont une activité très répandue dans les populations qui vivent dans les zones de mangrove, comme cela devient une source importante de revenus pour les habitants les plus pauvres de ces régions.

La pratique de l’abattage d’arbres de la mangrove à des fins commerciales est un autre facteur de dégradation qui a eu lieu dans la région de la communauté. Toutefois, ce type de coupe n’est pas explicitement par les gens qui pratique et il est facile à percevoir, car lorsque les bois sont exposés sur la route PA-458, n’est pas généralement responsable du retrait, et ce fait se produit par crainte des dénonciations et des sanctions. En revanche, les zones qui sont dépolluées sont difficiles d’accès.

Selon le travail effectué par Glaser et al. (2003) de nombreux bûcherons sont également des cueilleurs de crabe et dépendent de la préservation de la zone de mangrove. Ce fait vient que favorisant de nombreux bûcherons travaillant dans le découpage de mangrove dans d’autres communautés le Bragantina plaine côtière. La stratégie utilisée pour le découpage est tout à fait prévue étant la pratique qui s’est tenue au cours de la soirée, en particulier sur les week-ends et jours fériés pour réduire le risque d’être interceptés par les autorités publiques. La gamme de végétation située près des rives du fleuve sont maintenues, de retarder la détection de l’activité. La vitesse est également considérée comme essentielle, pour diminuer le risque de conflits entre l’équipe et les résidents locaux.

Le renversement de mangue travaille au sein d’une relation classique de l’employeur-client (KATON et coll., 1998 ; FOELL et coll., 1999 ; TÊVES, 2000). Après la découpe, bois est transporté vers la ville, ayant généralement la droite (client) de votre destination. C’est mélangé avec d’autres bois coupé « légalement », dans le but d’entraver l’identification et donc sont vendus pour une utilisation dans la construction, ou de préférence sous forme de bois de chauffage de poteries et des boulangeries dans la région.

Toutefois, Notez que, de manière générale, la population réside dans la zone d’étude, est conscient de l’importance de l’écosystème de la mangrove, parce que leurs moyens de subsistance dépend aussi de l’extraction locale et la vente de produits de mangrove à petite échelle, comme par exemple, le crabe, et le charbon de bois produit du bois extrait de mangroves. Ces techniques sont clairement liés et complexes des stratégies de moyens d’existence des plus pauvres (GLASER, 2003). En revanche, voir déforestation de communauté de mangrove, à une échelle commerciale, comme un grave problème environnemental car cette dégradation peut provoquer de graves impacts sur l’environnement et, par conséquent, dans leur mode de vie, compromettant même leur propre survie.

Enfin, il convient de noter que l’illégalité rend impossible de plus scientifique recherche et l’application de techniques éprouvées de gestion durable des forêts, tels que le renversement directionnelle, l’utilisation plus complexe des arbres coupés, rotation des collections et prévues et la replantation. Ce sont des méthodes de gestion des forêts et peuvent être appliquées, qui pourraient grandement contribuer à la pérennisation de la coupe dans la zone d’étude.

Utilisation des terres pour l’agriculture

Historiquement, les résidents de la communauté de Acarajó toujours ont mis au point deux types d’utilisation des terres pour l’agriculture, étant sur la terre pour planter des produits manioc/manioc (Manihot esculenta), la culture, le maïs (Zea mays), niébé (Vigna unguiculata), etc.. ; et dans les zones de mangroves pour la culture du riz (Horyza Sativa). Il convient de noter que l’activité de production de riz a joué un rôle central parmi les activités économiques de la communauté de Acarajó, où en plus d’être la base du pouvoir, était également la principale source de revenus des résidents de cette communauté (CANELLES, 2001). Actuellement, le riz a commencé à être cultivées pour leur subsistance, fournissant les besoins de puissance de la famille, ainsi que pour le maintien de la tradition locale à la fête annuelle du riz (CANELLES, 2001).

En revanche, aridoculture est tout à fait à ce jour, couvrant plusieurs domaines des terres qui sont utilisées pour la culture, devenant l’une des principales formes de subsistências au moins 52 % des personnes qui y vivent.

Pour la culture du sol, les résidents de la communauté Acarajó d’effectuer l’agriculture itinérante, c'est-à-dire une gestion basée sur des méthodes traditionnelles, qui consiste à renverser et à brûler de capoeira à la préparation de la terre (SANCHEZ, 1979 ; SMITH ; BASTOS, 1984 ; KATO, 1988). Pour le déploiement des cultures dans la région de la Communauté, les tâches sont effectués manuellement, avec l’utilisation de juste terçados et houes et ont les membres de la famille, la principale source de travail. Dans ces domaines, en général, sont cultivées de haricots, de manioc, de maïs, parmi d’autres cultures.

Dans ce système après quelques années de culture, le sol est abandonné pendant la régénération d’une forêt secondaire (capoeira), utilisée par la suite après plusieurs années de jachère (reste du solo) (Sánchez, 1976). Dans la présente étude, Qu'on a constaté que la jachère, dure en moyenne 5 ans et après cette période, le sol est utilisé. Selon Smith et Bastos (1984), le système de mise en jachère, pour la régénération forestière, permet l’accumulation d’éléments nutritifs dans la biomasse du sol, aidant à son rétablissement de la fertilité. Cependant, cette technique nécessite une grande période de temps, qui, selon chambres et Folster (1976), peuvent prendre jusqu'à 16 ans pour le sol encore nutriments équivalant à la forêt primaire.

Après plus de 50 % des agriculteurs, la productivité des sols extractives a diminué ces dernières années, indépendamment du rouleau d’utilisation est faite entre les zones cultivées. Cela a contribué à l’utilisation accrue d’engrais et de pesticides dans les zones, où environ 30 % des agriculteurs fait déjà de continuer à utiliser ces produits agricoles. Ce fait est inquiétant parce que la surutilisation et progressive d’engrais et autres produits chimiques contribuent à la dégradation des sols et l’eau. Entre 70 et 90, l’utilisation mondiale d’engrais a augmenté à une moyenne annuelle de 3,5 %, soit plus de 4 000 000 tonnes par an (FAO, 2001).

Le tableau 3 présente les résultats obtenus à la suite de l’analyse chimique effectuée sur un jaune Latosol, Acarajó communauté.

Utilisation du sol H2O de pH PH KCl (C) MO P
—g/kg de sol— sol de mg/dm3
Prof. 0,00 à 0,05 m
Utilisation 1

Utilisation 2

4.4 le

4.8 le

3.9 le

3.8 le

19.5 b

28.8 la

b 33,6

le 49,7

8.6 le

4.3 le

Prof. 0,05 à 0,10 m
Utilisation 1

Utilisation 2

4.4 le

4.7 le

3.9 le

3.7 le

20.2 le

26.3 les

34,8 le

45,3 le

8.3 le

3.0 b

Prof. 0,10 à 0,20 m
Utilisation 1

Utilisation 2

4.5 le

4.7 le

3.9 le

3.8 le

21,9 le

21.5 le

37,8 le

37.1 le

8.4 le

2.4 b

Utilisation du sol K CA Mg Al H + Al
————————————- cmolc/dm3 solo ——————————–
Prof. 0,00 à 0,05 m
Utilisation 1

Utilisation 2

0,09 la

0.08 le

0,82 à

0,83 un

0,49 à

les 0,53

1.64 la

1.62 le

9.51 le

11.18 le

Prof. 0,05 à 0,10 m
Utilisation 1

Utilisation 2

0,07 le

0,05 à

0,81 à

0,38 b

0,51 à

0,49 à

les 1,63

le 1,91

9,60 le

le 10,93

Prof. 0,10 à 0,20 m
Utilisation 1

Utilisation 2

0,07 le

0.04 le

1.12 le

0,46 b

0,36 à

0,33 à

1.58 le

1.71 le

9.13 le

9.26 le

Utilisation du sol SB CCT CTC efficace V m
—cmolc/dm3 solo— —————- % ————–
Prof. 0,00 à 0,05 m
Utilisation 1

Utilisation 2

1,40 le

1.42 le

le 10.91

12.62 le

3.04 la

3.05 le

14.3 le

11.5 le

51 le

53 la

Prof. 0,05 à 0,10 m
Utilisation 1

Utilisation 2

1.39 la

le 0.92

le 10.99

11.85 à

3.02 le

2,82 le

14,0 le

7.9 b

53 la

68 le

Prof. 0,10 à 0,20 m
Utilisation 1

Utilisation 2

1.35 le

0,83 un

le 10,68

10.09 les

3.13 le

2.54 le

15.7 la

7.8 b

51 le

70 la

 

Analyse du tableau 3, on observe que les deux pH dans H2O, comme le pH KCL, varie entre 3,7 et 4,8 en deux utilisations et qu’il y a trop de variation entre les profondeurs. Ces données confirment le caractère extrêmement acide de ce type de sol présent dans la région amazonienne (EMBRAPA, 1999).

Bien des niveaux de carbone (C) sous forme de la matière organique (MO), apparaissent en forte concentration, augmente avec utilisation de profondeur 1 (ferme) et diminue avec la profondeur en utilisant 2 (capoeira) (tableau 3). Cette teneur élevée en ces éléments, trouvés sur la surface (utilisation 2) est due à l’intégration des résidus végétaux de là le système agroforestier. Le maintien de la teneur du sol en matière organique est un facteur essentiel pour la préservation du physique, chimique et la production de plantes de sols tropicaux (TISDALL ; OADES, 1982 ; Zach et coll., 1997).

Les valeurs les plus élevées de phosphore (P) (tableau 3) et la somme des bases (SB) (tableau 3), sur la chaussée dans les deux utilisations, peuvent être attribués à des niveaux plus élevés de la matière organique à la surface en raison de la fertilisation naturelle (utilisation 2) ou fécondation successifs, reflétant l’effet cumulatif de l’épandage d’engrais (utiliser 1). Ces résultats sont semblables à celles que Marques et al. (2004) observées dans des études similaires menées dans la région de Manaus (Amazonie).

Les niveaux de potassium (K) étaient faibles dans les deux utilisations et avec quelques variantes en refusant toutes les profondeurs. Toutefois, ce changement ne constitue pas significatif. Des résultats similaires ont été également trouvés pour le calcium (Ca). Magnésium (Mg) ont montré des niveaux médians dans les deux utilisations et en deux couches plus superficielles (0-5 et 5-10 cm), montrant des niveaux faibles dans la dernière couche. Selon DEMATTE (1988), après la mise à feu et l’introduction de pratiques agricoles, K niveaux augmentent, comme peut être remarqué dans cette étude (1), cependant, présente une augmentation durable.

L’aluminium (Al) offre des niveaux élevés de concentration dans les deux utilisations et à toutes les profondeurs. Généralement les sols dont le pH est trop faible, comme c’est le cas de cette étude, soil toxicité de l’aluminium et donc forte saturation en aluminium (% m), de la haute somme des bases échangeables (% V), ainsi que CTC efficace faible. Les deux utilisent 1 solo, comment utiliser les 2 valeurs de CCT modérées caractéristique. Les valeurs de H + Al révèlent certaines différences entre les formes et les profondeurs étudiées. Les niveaux les plus élevés ont été observés dans les sols d’utilisation 2 (capoeira), indiquant une fois de plus que ceux-ci sont très acides et fonctionnalité de toxicité de l’Al, indiquant de cette manière, une grande restriction sur la fertilité. Ces résultats sont en accord avec les observations de Smith (1996) a étudié la fertilité des sols dans la région amazonienne, utilisé pour la production durable.

En général, il est possible de dire que l’utilisation était plus la disponibilité des nutriments du sol 2 pour l’absorption de la plante. La gestion du sol par le biais de la couverture végétale (capoeira) a fourni quelques changements dans le sol des propriétés chimiques : comme l’augmentation du pH dans H2O, la somme des bases et phosphore disponible, ainsi que l’augmentation des niveaux de matière organique et du carbone. Vous pouvez également vérifier que les changements dans la végétation couvre, c'est-à-dire la suppression de la capoeira à l’utilisation des terres pour l’agriculture causé la diminution des teneurs en C et MO, dans lequel ces variables étaient très vulnérables à la culture, principalement, parce qu’ils sont en général plus concentrés sur la couche la plus superficielle du sol. Deuxième Primavesi (1987), ces faibles concentrations d’éléments nutritifs, présentés dans les sols utilisés pour la culture agricole, dans les écosystèmes tropicaux, sont dues à un lessivage intensif qui se produit dans ces environnements, ainsi que le type de gestion des employés.

CONCLUSION

Selon les résultats présentés dans le cadre de cette étude, on peut conclure que les principaux problèmes existant dans le domaine de l’environnement de la communauté se concentrent sur deux aspects principaux : le manque de services et infrastructures (principalement, le manque d’installations sanitaires de base) et la dégradation des ressources naturelles (réduction des ressources halieutiques et forestiers, déboisement des mangroves, la productivité des sols réduit, etc..).

Dans ce contexte, afin de contribuer à la réduction et/ou d’atténuation de ces problèmes, il est suggéré la mise en œuvre de la gestion intégrée de programmes/projets, des mesures visant à la solution de ces problèmes par le biais de l’éducation, de sensibilisation et de planification des multiples intérêts économiques existants dans ce domaine. En revanche, ces recommandations peuvent également aider avec le programme de gestion de Zone côtière de l’État, car il présente quelques difficultés dans sa mise en œuvre. Parmi les mesures à prendre peuvent être mis en évidence :

  • Améliorer les services et les infrastructures (eau traitée, opération garbage collection, systèmes de traitement des eaux usées, amélioration des services de santé).
  • Créer de nouvelles formes de travail et/ou de programmes dans le contexte de la durabilité socio-économique, que (i) établissement de collecte sélective poubelle, visant à des engrais organiques et recyclage de compostage ; (ii) durable utilisation des ressources naturelles : poissons, crabes, forêt de mangrove.
  • Encourager et investir dans la création d’associations communautaires pour renforcer les secteurs de l’économie locales, en plus de renforcer la participation politique aux décisions gouvernementales d’intérêt pour la communauté.
  • Développer des programmes éducatifs, orientés vers la santé environnement et de la famille, mettant l’accent sur l’importance de la préservation et la conservation des écosystèmes là.
  • Établir une stratégie d’intégration entre les institutions de recherche et de la communauté locale, en développant des actions afin de trouver des solutions aux conflits et/ou aux problèmes découlant de l’utilisation et l’appropriation des ressources naturelles.

C’est à souligner que ces mesures devraient être prises d’urgence, étant donné les impacts plus humains, qui ont eu lieu dans la région, peuvent encore être renversées. Seconde-fils (2001), afin de réduire la vulnérabilité et les répercussions dans les régions côtières, sur les procédés artificiels, il est nécessaire à la prise de décisions et des actions efficaces afin de corriger ou d’atténuer les problèmes découlant de ce processus, dont les affectations sont publiques sector (municipal, étatique et fédéral), et d’autre part, il doit y avoir prise de conscience et la collaboration communautaire en travaillant ensemble pour accomplir ces actions.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

ADAMS, m. & MACEDO, r. étude de la locale Acarajó. Rapport partiel. Bethléem : Madame la Présidente, 2001.  p 86.

ALHEIROS, m. m. certains problèmes d’environnement côtiers dans la région métropolitaine de Recife. Dans : Colloque sur les processus sédimentaires et les problèmes environnementaux dans la région côtière du nord-est du Brésil, v. 1, 1995, Recife. Bulletin de sommaires. Recife : Carottes NE SBG et BA/SE, 1995. p. 24-26.

AMERICAN PUBLIC HEALTH ASSOCIATION. Standard Methods for Examination of Water and Wastewater. Washington, D.C. 2004. Disponible à : <http: www.satndard.methods.org/articles.cfm="">.</http:> Accès à : 15 avr. 2005.

BASTOS, g. d. & ALVES, évaluation bactériologique b. de t. d. de l’eau utilisée en matériel dentaire das clínicas UEFS. 2000. 62 f. Monographie-dentisterie-Universidade Estadual de Feira de Santana, Feira de Santana. 2000.

BERGER, U. ; GLASER, M. ; KOCH, B. ; KRAUSE, G. ; LARA, R. ; SAINT-PAUL, U. ; SCHORIES, D. ; WOLFF, M. Une approche intégrée à la dynamique des mangroves et de la gestion. Journal de la Conservation du littoral, v. 5, p. 125-134, 1999.

BILLÉ, r & MERMET, gestion côtière intégrée de l. au niveau régional : leçons de Toliary, Madagascar. Océan & Coastal Management, v. 45, n. 1, p. 41-58, 2002.

BOVOLATO, l. e. étude de la vulnérabilité à la contamination des eaux souterraines à l’aide de la méthodologie « Dieu » pour la zone urbaine de Williams Lake. Dans : Brésilien colloque sur les ressources en eau. João Pessoa, v. 1, p. 393-393, 2005.

BARNES, B. ; ROBERTO, JE. ; CONEJO, J. G. L. ; BARROS, M. T. L. ; VERAS JÚNIOR, M. S. ; PORTO, M. F. A. ; NUCCI, N. L. R. ; JAIN, N. M. ; EIGER, s. Introduction à l’ingénierie de l’environnement. 2eéd. São Paulo : Prentice Hall, 2003. 305 p.

Brésil. Agence nationale de surveillance sanitaire-ANVISA. Ordonnance n° 518, du 25 mars 2004. São Paulo, 2004. Disponible à : <http: e-legis.bvs.br/leisref/public/showact.php.="">consulté : 02 avril</http:> 2006.

Brésil. Conseil national de l’environnement-CONAMA. Résolution n° 20 du 18 juin 1986. Disponible à : <http: mma.gov.br="">.</http:> Accès au : 02 avr. 2006.

Brésil. Conseil national de l’environnement-CONAMA. Résolution n° 274 du 29 novembre 2000. Disponible à : <http: mma.gov.br="">.</http:> Accès au : 02 avr. 2006.

Brésil. Conseil national de l’environnement-CONAMA. Résolution n° 357 du 17 mars 2005. Disponible à : <http: mma.gov.br="">.</http:> Accès au : 02 avr. 2006.

Brésil. Société brésilienne de recherche agricole-EMBRAPA. Centre national de la recherche des sols. Manuel des méthodes d’analyse de sol. 2e éd. actuel. Rio de Janeiro, 1997. 212 p.

Brésil. Société brésilienne de recherche agricole-EMBRAPA. Centre national de la recherche des sols. Système brésilien de sol Classification. Rio de Janeiro, 1999. 412 p.

Brésil. Administration de l’Institut brésilien des taxes municipales-IBAM. Gestion des déchets solides intégrée en Amazonie. La méthodologie et les résultats de son application. Ministère de l’environnement. 2005. 73P.

Brésil. Institut national de météorologie-INMET. Normales climatologiques 1961-1990. Brasilia, 1992. 84P.

Brésil. Ministère de l’environnement-MMA. ARPA créé 9 000 000 acres en pleine protection : arrêt remporte six extraction réserves, sur la côte, sur l’île de Marajó et dans le sud de l’État, 2005. Disponible à : <http: www.mma.gov.br="">.</http:> Accès au : 14 févr. 2006.

Brésil. Ministère de la santé. Surveillance de la santé Secrétariat – SVS. Inspection sanitaire en eau/Ministère de la santé. Surveillance de la santé Secrétariat – Brasília, 2006. 84P. (Normes-série A et manuels techniques).

CANELLES, étude de b. c. sur la culture du riz dans les zones de mangrove : le cas de la communauté de Acarajó dans la municipalité de Bragança. 2001. 41 f. Final du projet-fédéral Université du Pará/NEISAF – Campus de Altamira, 2001.

CHAUVEL, A. ; GRIMALDI, D. ; TESSIER, d. changements dans la répartition de l’espace poral de sol suite à la déforestation et végétalisation : un exemple de l’Amazonie centrale, Brésil. Forest Ecology and Management, v. 38, p. 259-271, 1991.

CHI, C. ; HUTCHINSON, N. M. ; YU, L. ; XU, n. vers une côte durable : un cadre de gestion intégrée des zones côtières pour Shanghai, République populaire de Chine. Océan & Coastal Management, v. 412, n. 44, p. 411-427, 2001.

CLARKE, R. ; LAWRENCE, A. R. ; FOSTER, s. d. s. eaux souterraines – menacé de recours. PNUE-Environmental Library, 1995. 15 p.

ENGAGEMENT À RECYCLAGE. Produit de recyclage. Rio de Janeiro, n. 4, p. 1-8, 1995.

Conover, w. j. pratique statistique non paramétrique. New York : John Wiley, 1971. 302 p.

COSTA, a. a. à la recherche d’une stratégie de transition vers la durabilité en système environnemental de la pêche artisanale. 2004. 310 f. Maître de thèse-Fundação Universidade Federal do Rio Grande, Rio Grande, 2004.

DAHDOU-GUEBAS, F. ; MATHENGE, J. ; KOEDAM, n. utilisation des produits du bois mangrove autour de Mida Creek (Kenya) entre la subsistance et les utilisateurs commerciaux. Economic Botany, S.J., v. 54, n. 4, p. 513-527, 2000.

DEMATTE, j. l. i. gestion des sols acides des tropiques humides de l’Amazonie. Fondation Cargill, Campinas, 1988. 215 p.

DIEGUES, c. a. populations et les zones humides côtières : conservation et gestion au Brésil. Océan & Coastal Management, v. 42, n. 2-4, p. 187-210, 1999.

FAO. L’agriculture : horizon 2015/30. Rapport technique avril 2000. Rome, Food and Agriculture Organization. 2001. Disponible à : <http: www.fao.org/es/esd/at2015/="" chapter1.pdf="">.</ht[Geo-2-167]tp:> Accès au : 14 jun. 2006.

FOELL, J. ; HARRISON, E. ; STIRRAT, r. l. participative s’approche à la gestion des ressources naturelles : le cas de la gestion des zones côtières dans le district de Puttalan. Sussex : School of African and Asian Studies, Université de Sessex, 1999. (Conclusion Sommaire du DFID financé des recherches projet R6977).

GAMMAGE, S. ; BENÍTEZ, M. ; MACHADO, M. Une approche de droit aux défis de la mangrove Mau en El Salvador. AMBIO, S, v. 31, n. 4, p. 285-294, 2002.

GLASER, m. Interrelations entre l’écosystème de la mangrove, économie locale et la durabilité sociale dans l’estuaire de Caeté, nord du Brésil. Écologie des zones humides et la gestion, v. 11, p. 265-272, 2003.

GLASER, M. ; U. DE BERGER ; MACEDO, r. vulnérabilité du Site comme un avantage : gestion des forêts de mangrove dans l’état du Pará, nord du Brésil, dans des conditions d’illégalité. Regional Environmental Change, v. 3, n. 4, p. 162-172, 2003.

GREENWOOD, e. de la investigación social méthodologie. Buenos Aires : Piados Publishing House, 1973. 126p.

GUIMARÃES, d. o. Aspects socio-environnementaux de la plage Ajuruteua, Bragança-PA (Brésil) : subventions pour la gestion côtière intégrée. 2005. 71 f.  Maître de thèse-Federal University du Pará, Campus de Bragança, 2005.

HENRY R. Femmes et égalité entre les sexes de relations dans les communautés de pêcheurs : le cas de Acarajó (Bragança, Pará). In : GLAZER, M. ; CABRAL, N. ; RIBEIRO, A., (org.). Les gens, l’environnement et recherche : transdisciplinaire dans la gestion de la mangrove. Bethléem : a/UFPA, 2005. p. 139-154.

IDESE, INDEX DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL. Disponible à : <http: www.fee.tche.br="">.</http:> Accès à : mar 16. 2006.

JUNYENT, v. m. Percepció dels estétics j’ai mediambientals effets de la regeneració de platges. 1999. 465 f. Thèse-Universitat de Barcelona. Espanya. 1999.

KATO, préparation du terrain m. a. s., sans feux comme alternative au slash-and-burn agriculture dans la région de bragantina, Amazonie orientale : recadrer la dynamique de la performance et du phosphore. 1988. 144 f. Thèse de doctorat intitulée. Université Göttingen, 1988.

KATON, B. M. ; POMEROY, R. S. ; ANNEAU, M. ; Gautier, l. réhabilitation de Mangrove et la gestion des ressources côtières du projet en : Maheu-Candijay : une étude de cas des ententes de cogestion des pêches à Cogtong Bay, aux Philippines. Projet de cogestion des pêches. ICLARM, Manille, Philippines. 1998. (Pêche recherche projet de cogestion Working Paper 33).

KRAUSE, g. & GLASER, m. co-évolution dynamiques socio-économiques et geomorphical dans le village de pêcheurs côtiers de la région de Bragance (Pará, nord du Brésil). Océan & Coastal Management, v. 46, p. 859-874, 2003.

KRAUSE, G. ; SCHORIES, D. ; GLASER, m. et SHEKHAR, répartition spatiale k. des écosystèmes de mangrove : la mangrove de Bragantinian du Nord du Brésil (Bragança, Pará). Ecotropica, v. 7, n. 1-2, p. 93-107, 2001.

KULLENBERG, G. Contributions de recherche marin et des zones côtières et les observations vers un développement durable des grandes villes côtières. Océan & Coastal Management, v. 44, p. 283-291, 2001.

LEATHERMAN, p. s. cote de la plage : l’approche méthodologique. Journal de recherche côtière, v. 13, p. 253-258, 1997.

LIAO, I. C. ; SU, M. S. ; LEAÑO, m. e. État de la recherche en amélioration des stocks et l’élevage de la mer. Examens en biologie des poissons et de la pêche, v. 13, p. 151-163, 2003.

MALAVOLTA et produits chimiques :. Handbook of plant nutrition et fertilité du sol. São Paulo, Ceres, 1976. 528 p.

MARQUES, J. D. ; LANA, P. L. ; TEIXEIRA, W. G. ; RAHMAN, a. m. étude de paramètres physiques, chimiques et l’eau d’un jaune Latosol, dans la région amazonienne. ACTA amazonica, v. 34, n. 2, p. 145-154. 2004.

: MARTORANO, L. G. ; FERNANDEZ, L. C. ; CESAR, E. G. M. ; PARKER, i. c. b. études climatologiques dans l’état du Pará, la classification climatique et la carence en eau. Bethléem : SUDAM/EMBRAPA, SNLCS, 1993. p 53.

MASERAL, O. ; NAVIA, J. ; ARIAS, t. liens entre analyse et intervention dans les systèmes de bois de feu des trois microrégions du Mexique. Au Congrès forestier mondial, 11., 1997, Antalya, Turquie. Compte rendu. V. 3, n. 16. Disponible en :<http:// www.fao.org/montes/foda/wforcon/public/v3/t16e/8-5.htm#top.></http:// www.fao.org/montes/foda/wforcon/public/v3/t16e/8-5.htm#top.> >. Consulté le 15 septembre. 2006.

MORGAN, R. ; BURSALIOGLU, B. ; HAPOGLU-BALLES, L. ; JONES, T. C. ; YASMINE, E. ; WILLIAMS, a. t. opinions d’utilisateurs Beach et cotes de plage : étude sur la côte égéenne turque pilote. MEDCOAST ' 95. Espagne, p. 373-383, 1995.

MORGAN, R. ; JONES, T. C. ; WILLIAMS, a. t. Opinions et la perception de l’Angleterre et au pays de Galles du patrimoine Coasrt, pays de Galles. Journal de recherche côtière, v. 9, p. 1083-1093, 1993.

Mota, s. préservation et conservation des ressources en eau. 2. Ed. Rio de Janeiro : ABES, 1995. 200 p. disponible à : <http: www.limeira.sp.gov.br="">.</http:> Accès au : 22 mai 2006.

PELCZAR JUNIOR, M. J. ; CHAN ET C. S. ; KRIEG, n. r. microbiologie des eaux naturelles, de l’eau potable et d’égouts. Dans : Microbiologie : concepts et applications. 2. Ed. São Paulo : Makron Books, 1996. Cap. 29, p. 327-370.

PARSI, j. t. Manuel de compostage : processus de faible coût. Belo Horizonte-MG : L’UNICEF-éditeur, 1996, 56 p.

PEREIRA, L. C. C. ; GUIMARÃES, D. ; RIBEIRO, M. J. S. ; COSTA, R. M. ; SOUZA FILHO, p. w. m. usage et d’Occupation dans Littoral de Bragança, Amazonie brésilienne. Journal de recherche côtière, SI, v. 50, 2007.

PEREIRA, L. C. C. ; JIMÉNEZ, J. A. ; MEDEIROS, C. ; COSTA, R. M. L’influence de l’environnement statut de Casa Caiada, sur les plages de Rio Doce (NE, Brésil) sur les utilisateurs des plages. Gestion des zones côtières de l’océan & v. 46, p. 1011-1030, 2003.

PEREIRA, L. C. C. ; RIBEIRO, M. J. S. ; GUIMARÃES, D. ; SOUZA FILHO, P. W. M. ; COSTA, R.M. formes d’utilisation et d’occupation dans la Ajuruteua plages plage-Pará (Brésil). Environnement et développement, TR, v. 11. Dans la presse, 2006 a.

PEREIRA, L. C. C. ; SOUZA FILHO, P. W. M., RIBEIRO, M. J. S. ; PATEL, S. C. C. ; NUNES, Z. M. P. ; COSTA, r. m. socio-environmental Dynamics in Vila dos Pescadores (Amazonie orientale, Pará, Brésil). Environnement et développement, TR, v. 11. Dans la presse, 2006 b.

PRIMAVESI, gestion des sols écologiques a.. São Paulo : Nobel, 1987. 541 p.

PROISY, C. ; -FILS, P. W. M. ; FROMARD, F. ; Prost, m. r. t. c. et MENDES, a. c. suivi de la dynamique de l’Amazonie côte (Pará, au Brésil et la Guyane française) en utilisant la méthodologie cammon basée sur une analyse spéciale couplé pour simuler l’outil. Dans : MANGROVE 2003, Salvador. Livre des résumés. c. 1, p. 459-459. 2003.

ROSA, L. N. ; POMPEY, G. S. S. ; BONAVENTURE, A. B. ; AHMAD, S. L. F. ; MODESTE, R. S. ; RAO, A.F. caractérisation des agriculteurs qui ont déployé l’agroforesterie dans la municipalité de Bragança. In : Annales du VI Congrès brésilien des systèmes agroforestiers. Dos Campos Goytacazes, RIO DE JANEIRO, 2006.  Résumés. (CD-ROM).

Salas, g. & FOLSTER, h. perte de bioéléments sur le défrichement des forêts tropicales humides. Turrialba, Costa Rica, v. 26, p. 179-186, 1976.

SANCHEZ, p. a. propriétés et la gestion des sols dans les régions tropicales. New York, John Wiley, 1976. p. 346-412.

SANCHEZ, p. a. la fertilité des sols et des considérations de conservation pour les systèmes agroforestiers dans les régions tropicales de l’Amérique latine, dans : MONGI, h. o. & HUXLEY, p. a., (eds). Recherche de sols en Agro-florestry. Nairobi (Kenya), le Conseil International pour la recherche en agroforesterie, 1979. p. 79-124.

SANTOS, c. n. crabe : une question de survie dans la communauté de Acarajó, Bragança-Stop. Bragança : a/UFPA, 1996, 57 p.

SÃO PAULO (Etat). Assainissement de l’environnement technologies company-CETESB. Coliformes totaux et les. Détermination dans des échantillons d’eau moyen technique filtre membrane. NT. L5. 214. São Paulo, 1992.

SILVA JR, M. L. ; MELO, V. S. ; SCOTT, g. r. échantillonnage des sols manuel à des fins de fertilité. Belém : Universidade Federal Rural da Amazônia, 2006. 61P.

SILVA, I. R. ; PEREIRA, L. C. C. ; COSTA, r. m. utilisation et l’occupation dans une communauté de pêcheurs sur la rive de l’estuaire de la rio Caeté (Pará, Brésil). Environnement et développement, TR, v. 11. Dans la presse, 2006.

SILVA, t. et m. 2006. Croissance urbaine et le problème des ordures : dilemmes et défis. Disponible à : <http: www.posgrap.ufs.br/periodicos/pdf/art_soc_6_1.pdf="">.</http:> Consulté le 20 juin. 2006.

SMITH, la fertilité des sols t. j. gestion de production durable des cultures en Amazonie. Dans : le sol dans les grandes régions du Brésil et morfoclimáticos le développement durable. Viçosa. Société brésilienne de sol Sciences, p. 71-93, 1996.

SMITH, j. t. & BASTOS, j. b. changements de la fécondité d’une álico de Latosol jaune en brûlant la végétation. Journal brésilien de la science du sol, v. 8, p. 127-132, 1984.

SOKAL, R. R. ; F. J. ROHLF, biométrie. Les principes et la pratique de la classification numérique en recherche biologique. San Francisco (Californie) : w. h. Freemann, 1969. 776 p.

SHARMA, a. d. & TUNDISI, j. g. Hidrogeochemical étude comparative du Jau et Alligator-Guaçu rivière bassins versants, São Paulo, Brésil. Brazilian Journal de biologie, San Carlos, v. 60, n. 4, p. 563-570, 2000.

-FILS, p. w. m. naturelles et anthropiques a une incidence sur la plaine côtière de Bragance (nord-est), en : PROST, t. m. & MENDES, a. c. écosystèmes côtiers : impacts et la gestion de l’environnement. Bulletin de le Museu Paraense Emílio Goeldi. Belém, 2001. p. 133-144.

STATSOFT, i. n. c. STATISTICA (système de logiciel de l’analyse de données), la version 6. 2001.

STRICKLAND, J. D. H. & PARSONS, T. R. Manuel pratique de l’analyse de l’eau de mer. Fisheries Research Board of Canada. 2eéd. Ottawa ; Bulletin, 167. 1972. 311P.

TÊVES L. B. La dimension socioculturelle de la participation des peuples au développement communautaire : le rôle du système de patron-client des Philippines.  Entwicklungsethnologie, v. 9, n. 1, p. 43-59, 2000.

TISDALL, m. & OADES, matière organique m. j. et agrégats d’eau stable dans les sols. Journal of Soil Science, v. 33, p. 141-163, 1982.

Éducation à l’environnementale VALENTE, J. P. S. & GROSSI, m. g. l. : « déchets d’origine ». Brasilia, DF : Ministère du travail. FUNDACENTRO et UNESP, 1999. p 86.

WALKER, i. amazonienne cours d’eau et petites rivières. Dans : TUNDISI, J.G. ; CHARANÇON, C.E. M et MATSUMURA TUNDISI, t. (eds) limnologie au Brésil. Rio de Janeiro. Brazilian Academy of Science, p. 167-193, 1995.

ZACHARIE, W. ; SENESI, N. ; GUGGENBERGER, G. ; KAISER, K. ; LEHMAN, J. ; CETTE CHANSON, T. M. ; MILTNER, A. ; SCHROTH, G.. Facteurs contrôlant l’humification et minéralisation de la matière organique du sol dans les régions tropicales. Geoderma, v. 79, p. 117-161, 1997.

* 1 dollar équivaut à environ le real 2 (10/06/2007).

[1] Biologiste. Docteur en médecine tropicale maladies. Maître de conférences et chercheur à l’Université fédérale du Pará – UFPA. Chercheur du programme diplômé du Center for e-mail Tropical Medicine UFPA : [email protected] (auteur correspondant).

Download PDF
Como publicar Artigo Científico

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here