Médiation comme un instrument pour le juge de paix

0
586
DOI: ESTE ARTIGO AINDA NÃO POSSUI DOI SOLICITAR AGORA!
Classificar o Artigo!
ARTIGO EM PDF

SILVA, Adonias Osias da [1]

ARAÚJO, Carla Regina de Freitas [2]

SILVA, Adonias Osias da; ARAÚJO, Carla Regina de Freitas. Médiation comme un instrument pour la revue scientifique de juge de paix-multidisciplinaire Core des connaissances. Vol. 1. An. 1. Mars. 2016, pp: 21-39-ISSN: 0959-2448

Cet article examine comment la médiation et comment elle est traitée avant que la société a coulé dans l'individualisme possessif, face à une telle prémisse est la médiation comme élément de relations sociales actuelles, puisque ces relations changent à une vitesse beaucoup plus rapide que le système judiciaire actuel. De cette manière devient nécessaire si pas indispensable, de nouveaux mécanismes pour résoudre les conflits et les dissonances de la société contemporaine. Propose la médiation comme une procédure démocratique/émancipant qu'elle éduque, facilite et permet de produire des différences et effectuer la prise de décision sans l'intervention d'une tierce partie. Dans cette perspective, estime que la médiation est une procédure démocratique/émancipant parce que hôtes le conflit comme sociale positive changer et pauses de chance avec les critères de référence déterminés par certitude normative, forme hiérarchique et post qui ne tient pas compte de la complexité des conflits. Affiche afin qu'au fil des ans, ils ont été utilisés, mais ne gagnera pas de succès, vu que la justice nationale Conseil considère la question comme politique publique afin de fournir l'accès réel à la justice et s'assurer que des formes plus appropriées et moins agressifs du peuple régler leurs conflits, ensemencement de la cordialité et la paix sociale.

Mots clés : conflit. Médiation et conciliation. Accès à la justice.

RÉSUMÉ

Cet article analyse comme la médiation et comment elle est traitée avant que la société a coulé dans l'individualisme possessif, contre une telle prémisse médiation est constituée en ce qui concerne l'élément les relations sociales actuelles, ces relations sont changées, à une vitesse beaucoup plus rapide, le système judiciaire actuel. Il faut donc si pas indispensable, nouveau mécanisme capable de résoudre les différends et les dissonances de la société contemporaine. Il propose une médiation une procédure démocratique/émancipatrice en ce qu'elle facilite, éduque et aide à produire des différences et d'organiser la prise de décision sans l'intervention d'une tierce partie. Dans cette perspective, nous comprenons que la médiation est une procédure démocratique/émancipatrice parce que le conflit la possibilité positive se félicite de l'évolution sociale et les pauses avec les repères de la certitude déterminée par l'ensemble de règles, d'une manière hiérarchique et qui ignore la complexité des conflits. Vue est alors, qu'au fil des années, ces mécanismes ont été utilisés, mais n'obtiendra pas le succès, cela le Conseil National de la magistrature considère la question comme une politique publique afin de donner le véritable accès à la justice et s'assurer que des formes plus appropriées et des gens moins agressifs résolvent leurs conflits, la paix sociale de semis et la chaleur.

Mots-clés : conflit. Médiation et Conciliation. Accès à la justice.

INTRODUCTION

Une des conséquences de la vie en société est la multiplication des conflits, qui font partie de la nature humaine et sont nécessaires à l'amélioration des relations interpersonnelles. Le grand défi est l'exploitation du potentiel éducatif de ces situations, d'une bonne administration, à l'aide d'un dialogue pacifique, capable de convertir des situations défavorables dans réelles opportunités de croissance et de maturation.

Afin d'améliorer la promotion de la Justice, nouveaux mécanismes alternatifs de résolution des conflits, qui représentent actuellement une pièce fondamentale dans le nouveau modèle de Justice, offrez une justice moins formelle moins cher et efficace, en particulier pour les communautés pauvres, ce qui permet une participation active des citoyens à résoudre leurs conflits.

Le conflit est généralement compris comme quelque chose de mauvais pour la personne, pour la famille et la société. Un moment d'instabilité, de souffrance, de l'angoisse personnelle, ce qui est difficilement perçue comme un moment de transformation possible.

Une culture juridique dans lequel le conflit est toujours vu comme quelque chose de négatif et nuisible à la société et doit être supprimé à tout prix. Un système judiciaire qui certainement ne peut pas harmoniser les relations subjectives, depuis à plusieurs reprises les parties ne peuvent pas encore dévoiler la réalité des faits et ont leurs souhaits plâtrée sur une remise en forme, si souvent forcé faits à la norme. Où les valeurs humaines et les drames personnels ne sont pas évalués et ne pas considéré comme tel que sont si complexes. Dans ce contexte, les problèmes de chaque jour des milliers sont exposés et expérimenté dans les poursuites. Les parties réside dans le pouvoir judiciaire, leurs attentes et désirs, visant à présenter les opérateurs légaux peuvent pointer des sorties pour les conflits qu'ils ne peuvent pas résoudre par eux-mêmes. Il s'avère que la magistrature, plongée dans une crise généralisée n'a pas offert un traitement approprié à de nombreux problèmes qui se présentent.

Dans ce contexte, avec l'émergence de nouveaux droits sont devenus nécessaires à la mise en œuvre du droit à l'accès à la justice, l'accès à un ordre juridique acceptable, sont donc étudié les obstacles rencontrés par la Justice et la société, frais et honoraires d'avocat, pauvreté, quantité de judiciarisation des processus de conflits, les connaissances, la bureaucratisation et d'autres. Le principe est que le système judiciaire serait même prendre a beaucoup évoluer, mais avec le développement et la mise en œuvre des effets qui peuvent être obtenus en mettant en pratique le consensus sur les relations controversées des solutions sont trouvent facilement et rapidement.

ACCÈS À LA JUSTICE ET LA QUESTION DES CONFLITS

Il est illusoire d'imaginer une société exempte de conflits, puisqu'elles ont été créées par l'humanité elle-même et sont intrinsèques à la nature de l'homme. Que la société évolue, les relations interpersonnelles aussi augmentent, ainsi que de l'antagonisme des intérêts qui, pour la plupart, ne sont pas adéquatement traitées.

Afin de résoudre les différends, le droit a structuré la magistrature et lui a demandé de dire le droit (compétence), qui remplace les parties en conflit de façon externe et impartial, résoudre les controverses de décisions cogentes.

Toutefois, la crise actuelle des systèmes judiciaires, avec peu de ressources tant humaines que financières, éventuellement stimuler une croissance considérable dans l'importance des mécanismes de solution consensuelle des conflits d'intérêts, étant donné que le système juridique brésilien ne peut pas maintenir ou résoudre fantome tous acharnés à la surface.

Est le législateur recherche incessante et juristes pour techniques procédurales ou méthodes qui assurent une disposition judiciaire plus rapide et plus satisfaisante pour les justiciables. Rien de plus intéressant que la magistrature elle-même, adopter des mesures en eux-mêmes intéressés participent à l'issue de leur contrat.

C'est dans ce contexte que la réconciliation, s'est révélée un instrument important pour apporter la justice aux tribunaux. Par le biais de cet Institut, fournit aux parties l'accès effectif à la justice, car ils peuvent participer activement à leur propre résultat de soulagement de conflits.

Accès à la justice est un droit fondamental, présents dans le système judiciaire pour s'assurer que les problèmes rencontrés par toute personne, peut être résolu de manière satisfaisante. Est un instrument de l'Etat, afin de fournir l'action droit procédurale, concomitante à une décision qui satisfait les parties. En vertu de ce point de vue, le législateur est interdit d'empêcher toute personne qui a blessé son droit ou menacé de l'ai, protection de l'appareil judiciaire.

"Le principe de l'accès à la justice, également appelée la « garantie large accès à la justice », est né avec la Constitution de 1946, avec libellé presque identique à celle de l'article XXXV, art. 5, de la Constitution en vigueur. « (WEISSHEIMER, 2003, p. 193).

L'État l'obligation de soumettre la dissolution de l'entente, selon tous, apporte la controverse et endommager le droit au sein de la protection judiciaire, qui a l'intention à ce titre, s'acquitter de sa fonction pour régler l'affaire.

Cette obligation, le règlement des différends, il est à noter que le même devient inefficace, compte tenu de l'immense demande trouvée, ainsi que les mécanismes utilisés qui sont obsolètes. L'accès à terme à la justice peut être considéré comme un ensemble de garanties qui permettent aux parties de soutenir efficacement leurs raisons, la production de la preuve, la possibilité d'influírem sur la formation de persuasion de la décision du juge. Ne soyez pas confus, ou pistes de tous prennent leurs créances à la Cour, mais cela signifie la possibilité d'une protection juridictionnelle effective et concrète, dans le sens d'apporter la justice aux citoyens. En particulier pour les couches périphériques de la société qui finalement devient, les plus défavorisés dans la fourniture de la protection judiciaire.

De cette façon le pouvoir judiciaire peut réaliser la paix sociale souhaitée ainsi. Selon un accès égal à des particuliers, contournant, cependant, les garanties constitutionnelles cette disposition de ressource d'effet.

Selon une brève analyse historique, la notion d'accès à la justice, a émergé dans la Grèce antique, dans les débats philosophiques sur le droit et jus naturalisme influencé. Naturalisme jus avait des idées comme l'égalité, qui sont présentent aujourd'hui, lors de l'approche de droits de l'homme (ABREU, 2004, p. 46 ; 143).

Les philosophes grecs pour illustrer les enjeux de la justice ont été, comme vous pouvez le voir l'allusion de Abreu (2004, p. 46) :

L'école de Pythagore représentait la justice avec la figure géométrique de la place, de l'égalité absolue de tous les côtés. Aristote a formulé la théorie de la justice fondée sur l'égalité des raisons influencé par la pensée pitágorico (sur les poids, mesures d'égalité et de proportionnalité). La règle de Lesbos, a énoncé le concept d'équité, démontrant la capacité du juge d'adapter la loi à l'affaire.

Dans les cités grecques, aux magistrats, appartenait à l'exécution de plumes, tandis que les citoyens jugés dans la maison modèle qui dispose d'une démocratie directe. La pensée grecque influencé l'émergence du système juridique à Rome, qui à son tour, influencé le droit civil, en particulier le droit de Constantine. Cette loi assure la gratuité de ceux qui ont besoin, être inséré également le code de Justinien. (ABREU, 2004, p. 47).

, 18e et 19e siècles, la bourgeoisie libérale ont présenté une philosophie individualiste des droits. Par l'affirmative dans le commentaire, le droit d'action, n'avait pas toujours la protection de l'État dans son intégralité. C'est ce qui ajoute, Cappelletti et Garth (1988, p. 9) :

Droit à accéder à une protection juridictionnelle signifie essentiellement la formelle en droit de l'individu à proposer ou aggravé conteste une action. La théorie était que, tandis que l'accès à la justice pourrait être une « loi naturelle », droits naturels exigeait une action de l'État pour votre protection. Ces droits étaient considérés avant que l'État ; leur préservation exige seulement que l'État ne leur permet pas d'être violés par d'autres. […] Justice, comme d'autres marchandises, le système de laissez-faire, ne pourraient être obtenues qu'en ceux qui pourrait faire face à ses frais ; ceux qui ne pourraient pas faire censés être les seuls responsables de leur sort. L'accès formel, mais pas efficace à la justice, a correspondu à l'égalité, seulement formelle, mais pas efficace.

Dans ce temps, à défendre l'individu contre les gouvernements despotiques, les "soi-disant première génération human rights, représentant, pour l'essentiel, les limites sur l'intervention de l'Etat dans la sphère individuelle. Ces droits exigent des pouvoirs publics un devoir d'abstentio[…]n "(MARQUES, 2007, p. 28-29)

Encore sur ce point, précise Cappelletti et Garth (1998, p. 10-11) :

Sociétés du laissez-faire ont augmenté en taille et en complexité, le concept des droits de l'homme a commencé à subir une transformation radicale. Dès le moment où les actions et les relations supposé caractère collectif plus en plus que les sociétés individuelles, modernes nécessairement laissé derrière lui la vision individualiste des droits, reflété dans la « déclaration des droits », typique des dix-huit et dix-neuf siècles. Le coup a été effectué à reconnaître les droits et les devoirs sociaux des gouvernements, des collectivités, des associations et des particuliers.

Le droit a subi des influences fortes de la religion. Suppose que le pouvoir d'un leader religieux et après ce pouvoir étendu à l'Assemblée législative. Tous les faits qui s'est passé, étaient à certains égards, expliquée par les préceptes divins. « Seulement avec le développement des sociétés, entendu un minimum de structure organisationnelle, effacé-if la séparation entre les phénomènes religieux de ces socio-politique » (petit-fils de CICHOCKI, 2002, p. 51).

Accès à la justice, a acquise une plus grande importance au XXe siècle, Abreu (2004, p. 47-48), explique que cette question se pose parce que,

[…] les nouveaux droits sociaux et l'émergence des constitutions, avec les dirigeants des rapports répétés de fonctionnement insatisfaisant de la Justice en Allemagne et en Autriche, par l'impossibilité de la poursuite et plusieurs tentatives de minimiser le problème, dirigé par État et par les secteurs organisés des classes sociales les plus faibles.

Dans ce diapason, Sérgio Ricardo de Souza (2009, p. 62) expose :

Avec l'avènement de la Constitution de 1988, la société brésilienne a vu de nouveaux droits découlent principalement de la la seconde guerre mondiale conçue à l'échelle internationale et qui vont au-delà des limites conceptuelles des demandes traditionnelles des timbres individuels, traditionnellement résolue conformément aux directives du modèle du positivisme logique formelle typique de cartésien et, avec prédominance de l'idée que le pouvoir judiciaire correspond à appliquer la loi au cas , officiellement l'accord sans remettre en cause ou se propose d'analyser les aspects sociologique ajustement lié à l'efficacité d'une intervention judiciaire, en ce qui concerne la paix sociale.

Avec l'apparition des changements, pour les nouveaux droits sociaux et à l'émergence des constitutions a été nécessaire de modifier les règles. De cette façon, pouvoir de l'État peut avoir la capacité nécessaire, pour résoudre de nouveaux conflits et satisfaire la demande croissante des différends.

MÉTHODES ALTERNATIVES DE RÉSOLUTION DES CONFLITS

La société brésilienne contemporaine, pour près d'un siècle jusqu'à aujourd'hui, a montré une demande ininterrompue de croissance économique comme un moyen de trouver un développement social. Ce que vous cherchez à obtenir des moyens qui permettent le progrès dans le domaine économique et d'obtenir des améliorations dans le secteur social. Ainsi, en conséquence vient en passant par les transformations fortes, ce qui reflète la grande diversité dans les rapports sociaux, afin de parvenir à une augmentation des conflits relationnels, qui sont des conflits interpersonnels, c'est-à-dire entre deux ou plusieurs personnes. Par conséquent, la société a commencé à découvrir de nouveaux conflits, qui ont atteint un haut degré de complexité, exigeants, ainsi la compréhension effective de la réalité sociale à sa solution adéquate (CASTALDI SA ; BRAGA NETO, 2007, p. 30).

Le gouvernement brésilien, ainsi que les autres pays en développement, cherche toujours à montrer au monde la croissance de la capacité et la stabilité économique afin d'attirer les investissements étrangers qui n'ont pas été suffisantes pour la solidification de la paix sociale, car plusieurs conflits structurels montrent non résolus. Ainsi, il devient de plus en plus clairement la nécessité urgente d'efficaces mesures qui génèrent des améliorations sociales.

Les transformations sociales, politiques et économiques qu'intensifier la scène de grande inégalité sociale qui rend beaucoup de gens se sentent exclus de la société. Les conflits se produisent tout le temps, mais la grande majorité est le résultat des questions plus fondamentales et profond de la triste réalité de notre pays.

Cependant, peu à peu, a eu lieu le processus de démocratisation des activités publiques accompagnée par une croissance des droits fondamentaux de l'individu et la mise en place des garanties procédurales pour les défendre manifeste dans notre pays par le biais de la Constitution fédérale de 1988, puisque plusieurs de ses articles ont sur les protections ou droits devant implicite ou non appliqué à la vie quotidienne des citoyens.

Sur cette modification juridique, il y a eu une augmentation de la demande par les instances judiciaires, faisant apparaître des droits fondamentaux indispensables. Malgré le fait que les mécanismes de la justice demandent beaucoup de temps et ont des valeurs très élevées qui finalement intimider le plaideur lors des recherches de leurs droits. Néanmoins, la recherche de l'appareil judiciaire poursuit de plus en plus, parce que les gens croient que les juges peuvent, au moyen de verdicts judiciaires, résoudre tous vos problèmes. Il montre juste la dépendance que les Brésiliens sont en relation avec les autorités. Pour demander qu'un tiers viennent apporter des solutions à leurs problèmes, les gens tirent hors de la responsabilité pour la construction de leurs trajectoires de vie. En outre, plusieurs fois il est en concurrence pour l'omission de se conformer à l'arrêt, depuis la décision, ne pas en cours d'élaboration avec la participation des parties au différend, qu'ils détestent, généralement, au moins une des parties impliquées dans la transaction (vente, 2004).

Les divers problèmes sociaux, les profondes inégalités et la discrimination dans notre société, récurrent déclencher une escalade de la violence dans toutes les couches sociales. Ce problème est accentué par l'augmentation de l'incrédulité des autorités qui ont été considérées comme personnes gabaritadas au moins contenir cette escalade. Il s'avère à faire entendre dans la violence un moyen valable de résoudre leurs problèmes (SHINE, 2002).

Est la fonction dans toutes les couches de la société brésilienne dans la réalisation de l'appareil judiciaire à rechercher une solution à leurs conflits. Il y a un concept binaire contenu dans l'idée de gagner ou perdre, la lutte entre une partie et l'autre, est caractéristique d'une mentalité contradictoire, ce qui est culturellement ancrée dans notre société et peut être vu dans la façon dont les gens traitent les dilemmes de la vie quotidienne sous tous ses aspects.

Se produit dans des litiges judiciaires tous sortir perdant. Même ceux qui gagnent n'est plus quittent tellement heureuse de l'émotionnel usure qui génèrent et le sujet. Au départ, c'est très intéressant de noter la possibilité de laisser un tiers peut résoudre que conflit à la place les parties, cependant, au fil du temps, finit par générer inconfort aux particuliers le fait dans toutes les questions qui se posent à soumettre à une vision du tiers-monde et de ses décisions.

Cette mentalité contradictoire, dans lequel il n'y a seulement des victimes ou des méchants, qui est répandue dans notre société, seulement favorise l'émergence de conflits et par conséquent plus de violence. L'idée de processus gagnants et pas l'aide au règlement des différends ne fait que renforcer cette notion erronée et l'inefficacité du litige (ANDRADE, 2006).

La fonction essentielle de la magistrature est la poursuite de la réalisation de la Justice. Application de la loi au cas particulier, le pouvoir judiciaire devient le principal garant de l'efficace des droits individuels et collectifs et, partant, gardienne des libertés et la citoyenneté. Cependant, notre système juridique traverse une crise terrible.

La culture procédurière de notre société et à la démocratisation partielle de l'accès à la magistrature vont finit par générer un nombre excessif de demandes et, par conséquent, trois conséquences immédiates : procédure retarde, perte de la qualité des décisions et la perte de la croyance de la population dans les autorités judiciaires.

En plus de la situation exposée, est visible une incompatibilité totale entre le formalisme de la procédure et la nécessité de l'informalité dans des circonstances différentes. Formalité qui génère le malaise dans la présentation d'une plainte à la magistrature, défaire n'importe quel type de relation existe entre les parties.

Dans ce cas, la magistrature qui devrait chercher à obtenir justice finissent s'éloigne des personnes les plus besoin de leur protection. Il peut être observé qui obtient guère satisfaisante la pacification des relations sociales qui finalement générer de nouveaux conflits.

Dans ce contexte d'un écheveau juridique longs, coûteux, bureaucratisée et pratiquement inaccessible à la majorité de la population, s'additionne à une absence de réponse procédurale aux conflits d'une société de masse, le collective.

Par conséquent, public et notoire la crise à travers lequel passe ce système qui semble être une crise non seulement dans la magistrature mais l'éducation juridique propre qui les serveurs ou les juristes.

Actuellement, au Brésil, la formation juridique adopte le système de la dialectique qui ne serait pas un problème si les universitaires n'étaient pas formés pour la guerre, le combat, la bataille. Sont prêts pour une affaire si contradictoires et en face de forces sont présentes, où seul peut sortir d'un gagnant à la fin comme s'ils étaient dans un concours. Autrement dit, si une des parties de gain nécessairement doit être défaite.

Une fois par erreur laissé a encouragé le prisme contradictoire, où le conflit devient simplement un champ de bataille de camps opposés où chacune des Parties fera tout pour réussir à la fin du processus qui serait précisément la prépondérance de leurs intérêts au-dessus de ceux de la partie adverse.

Quelques innovations procédurales, afin de chercher à atténuer les problèmes de l'appareil judiciaire, ont été insérées dans le pays de la législation. Parmi eux, on peut nommer : la création de la spéciale civiles et juridictions pénales (Loi 9099/95) ; les tribunaux fédéraux spéciaux (loi 10 259/01) ; les instruments et les garanties prévues par la Constitution fédérale de 1988 ; code de la défense de la consommation (loi 8 078/90) ; y compris les profonds changements du code de procédure civile de 1973, minirreformas qui a débuté en 1994, y compris dans les présentes, l'institution de l'audience de conciliation.

Cependant, malgré l'importance de ces changements, pas réussi à générer des résultats qui pourraient arrêter en quelque sorte de la crise dans le système judiciaire qui provoque continuer à chercher de nouvelles solutions qui peuvent sauver la croyance en ce pouvoir si important pour le maintien de la paix sociale. Ainsi que d'une forme de médiation, en utilisant les autres moyens qui offrent de nombreux avantages tant pour le système juridique et de la société.

NÉGOCIATION

Négociation sur un marché réglementé commence par l'apparition de divergences entre les parties et ne peut se produire lorsque le même visent à parvenir à un accord. Doit chercher à satisfaire les deux composantes de la transaction.

Dans le Nord, l'auteur, ventes morales (2007, p. 41, 42), conceptualise des échanges :

[…] le moyen de règlement du conflit dans lequel les gens parler et trouver un accord sans la participation d'une tierce partie comme médiation. La négociation est une procédure très courante dans la vie de l'être humain, parce qu'il couvre de simple discussion sur l'endroit où faire une fête d'anniversaire dans ce type d'investissement, les actionnaires d'une société appliquera votre argent (ventes, 2007, p. 41).

Ainsi, par affirmatif auteur mentionné plus haut, on peut voir que ce mode de règlement des différends, est inhérente du populaire quotidien privé et professionnel. Et a comme objectif, constituer une relation de compréhension et de compréhension.

Sous cette lumière, Tavares (2002, p. 42), parle de cette technique de résolution des conflits qui doit être :

La forme de base de règlement des différends est la négociation. Dans ce document, les parties sont directement et, selon leurs propres stratégies et styles, cherchant à régler un différend ou une transaction par le biais de discussions qui incluent l'argumentation et arrazoamento de planification. Sans intervention de tierces parties, les Parties s'efforcent de résoudre les problèmes, régler les différends par le biais de discussions qui peuvent être menées par les parties elles-mêmes, ou par les représentants. Certains auteurs ne considèrent pas une forme de résolution des conflits. La négociation est utilisée pour tout type de différend et fait partie de la journée transactionnelle. Est une activité constante entre les avocats. Est une méthode appropriée à utiliser lorsque les parties continuent d'avoir des relations commerciales, tous les jours, ou lorsque c'est possible solution créative, et ce lien est caractérisé par une confiance mutuelle et de crédibilité entre les parties.

Pour l'auteur, Vezzulla (2001, p. 15), la négociation doit être la première solution choisie par les parties à la solution du litige, car c'est une méthode rapide.

Une fois, il fonctionne avec un dialogue direct entre ceux qui sont impliqués et a la volonté de compromis pour les deux un accord bénéfique.

On peut conclure, donc, que cet instrument juridique est portée pour résoudre d'éventuels différends entre les parties, de telle sorte qu'ils négocient directement avec leurs propres arguments, sans l'intervention d'une tierce partie impartiale.

RÉSOLUTION DE CONFLITS

La médiation est un moyen alternatif de résolution des controverses, Pacifique, dans lequel les parties elles-mêmes, par le dialogue, soutenu par une tierce partie impartiale, cherchent une solution à leur conflit.

Lilia Maia de Morais Sales, quand la conceptualisation de la médiation, dit :

Est une procédure dans laquelle et par laquelle une tierce personne agit pour encourager et faciliter le règlement des différends, empêchant l'antagonisme, mais ne prescrit pas la solution. Les parties sont responsables de prendre la décision qui donnera à terme aux conflits (ventes, 2004, p. 23/24).

En médiation, le conflit se transforme, cherche à changer l'accord des parties concernant leurs différends, amenant à considérer le conflit comme quelque chose de positif, penser que c'est une étape nécessaire à la croissance des personnes, qui doivent être résolus au mieux pour les deux parties. S'éloigner de l'idée que le concurrent parties souhaitant encore plus antagonistes de sortir victorieux, la défaite de l'autre personne.

Les liens entre les parties qui cherchent à médiation, stimule, par le dialogue, le sauvetage des objectifs communs qui peuvent exister entre le concurrent. En plus de montrer le conflit d'une manière positive, la médiation exalte le fait d'être l'événement normal, naturel, en raison de toutes les relations entre les êtres humains et d'une extrême importance pour le progrès des relations sociales.

Est une procédure extrêmement humaine, afin de stimuler le dialogue et permettre aux parties elles-mêmes de résoudre leurs conflits, cherchant des solutions qui donnent lieu à des gains pour les deux. Lorsque encouragés à résoudre leurs problèmes ensemble, chaque personne apprend à prêter attention à ce que l'autre a à dire, à communiquer pacifiquement et peut comprendre ce que le conflit réel existant enfin pour pouvoir résoudre efficacement.

La solution du conflit atteint par les parties elles-mêmes, à l'aide d'un médiateur qui facilite le dialogue entre eux, rien n'étant imposée et oui résolu par les personnes impliquées, est beaucoup plus probablement être remplie la décision, puisque ce n'est pas un être humain agissant contrairement à ce qu'il a lui-même choisi. Il n'est pas normal que quelqu'un s'opposera à leurs propres décisions, leurs propres pensées. En outre, par le dialogue, personnes peut redécouvrir des liens solides et bons sentiments, fruits de toute relation qui a vécu, après avoir été oubliée sur la situation de la colère, rancune.

Selon Ana Celia Roland Guedes Pinto, médiation :

… est un processus de construction et de la maturité et n'est pas immédiate. (…) Et présenté comme objectif fondamental que les individus développent un nouveau modèle de relations qui leur permet de résoudre ou de discuter de n'importe quelle situation où il y a la possibilité d'un conflit (PINTO, 2010, p. 69).

La médiation est un moyen alternatif de règlement des litiges, différends et impasses, où un tiers, impartiales, fiables, librement et volontairement choisi par eux, y compris agissant comme un « facilitateur », un rôle de catalyseur que l'utilisation de compétences et de l'art, amène les parties à trouver une solution à leurs différends. Par conséquent, le médiateur ne décide pas ; qui décide sont parties. Le Médiateur en utilisant les compétences et les techniques de l'art de la médiation ", conduit aux parties de décider.

La loi 517/2011 récemment approuvé définit la médiation comme technique activité exercée par une personne impartiale sans pouvoir, qui aide les parties concernée à trouver des solutions consensuelles. Votée en régime d'urgence, le texte prévoit que tout litige peut être médiée, y compris dans le domaine de l'Administration publique. Sortir des cas qui prennent soin de filiation, adoption, famille puissance, nullité du mariage, interdiction, faillite ou déconfiture. Les parties ont le droit d'être accompagné par un avocat ou un défenseur public (disponible en http://www.conjur.com.br/2015-jun-02/Senate-approved Loi-mediacao-essai-épancher-pilot. En juillet de 2015).

Dans le processus de médiation des conflits, en plus de la présence des parties en conflit, est nécessaire pour un tiers, impartial, qui effectue la tâche de faciliter le dialogue entre la médiation, transformant le conflit, ce qui lui donne une perspective positive, réduire l'hostilité entre les personnes impliquées et ce qui permet de trouver une solution satisfaisante. Cette personne s'appelle un médiateur (ventes ; ANDRADE, 2011).

Le Médiateur a connaissance adéquate et la formation à la conduite de la médiation, étant pour l'essentiel que le bon sens. N'impose pas de décisions, est professionnellement formés pour aider les gens, de négocier leurs propres résolutions à leurs conflits. Les professionnels qui ont de l'être humain et la relation humaine votre sujet peut avoir une plus grande identification avec cette procédure.

Les parties sont également responsables du choix du médiateur. Le troisième aide impartiale dans la discussion, soulignant les convergences et les divergences, aider les parties à trouver des intérêts communs. Il ne prend pas une décision, n'ont pas et ne veux pas exercer aucun pouvoir en ce qui concerne les parties. Le Médiateur est seulement un pilote, la volonté qui doit prévaloir est la volonté des parties, même si, contrairement à la médiatrice (petit-fils, 2013).

Selon Lilia Maia de Morais ventes (2004) « le rôle du Médiateur est continu et dialectique ». Il doit toujours faire attention à comprendre les vrais problèmes, qui souvent ne sont pas claires. Il n'est pas à lui de déterminer un gagnant et un perdant, en revanche, doit annuler ce point de vue que les parties au conflit qui doivent se battre jusqu'à ce que l'opposition parti sortir vaincus. C'est pour le médiateur à regarder de plus près que les parties pour trouvent comment sortir de la controverse de sorte que les deux parties restent satisfaits.

Le Médiateur devrait être quelqu'un qui inspire la confiance des parties, ce qui en fait n'hésitez pas à parler de leurs problèmes, leurs difficultés. La troisième activité de médiation impartiale doit être guidée par certains principes, tels que l'impartialité, de confidentialité, de compétence et de prudence.

Le médiateur doit traiter les parties même, en leur donnant les mêmes chances et consacre une attention à chacun d'eux la même manière. Doit être impartial, besoin d'aide pour les deux parties sans donner aucune préférence d'eux.

La médiation est un processus confidentiel et le médiateur de préserver la confidentialité des faits, situations et propositions formulées au cours de la session. Il doit être clair pour les parties que tout ce qui sera dit resteront dans le secret, rendant plus facile, afin que les personnes en conflit parlent exactement ce qu'ils pensent sans crainte d'être exposés ou réprimandé.

La médiation est pas sur une procédure formelle, il n'y a aucune règles qui déterminent comment on devrait procéder à la médiation, cependant, pour la garantie de leur efficacité exige le respect de certains principes qui le définissent.

Le premier principe d'être exposé est la liberté des parties. La médiation est volontaire et les parties sont menacés ou sous la contrainte. Pour choisir la médiation comme moyen de résoudre leur conflit, les parties doivent faire de leur plein gré, conscient et libre. Cette liberté n'est pas limitée au choix de la médiation comme moyen de régler leurs controverses, est surtout présente dans le conflit lui-même dans le processus de médiation. Les parties devraient être au courant de cette procédure.

Le principe de la non-compétitivité détermine qu'il n'y a pas de concurrence entre les parties à la médiation. L'intérêt, en fait, est d'harmoniser les parties, de les faire coopérer à ces deux quedem satisfait. Il doit y avoir un gagnant et un perdant, bien et mal, parce qu'elles sont parties non antagonistes. Les parties ne se définissent pas comme auteur et défendeur mais comme des personnes intéressées à résoudre en collaboration, paisible et conviviale.

Conformément au principe du pouvoir de décision des parties, que seules les parties pour s'adapter à la résolution du conflit. La médiation n'est pas un processus prescriptif et le médiateur n'a aucun pouvoir décisionnel. La solution idéale pour le conflit est décidée conjointement par les parties. Ne peut pas être dans aucune manière contraints ou forcés de choisir une solution particulière, ou le médiateur peut proposer n'importe quelle résolution au conflit. Personnes, sur un pied d'égalité, à l'aide de la boîte de dialogue, trouver la solution pour mieux comprendre.

La participation de tiers impartial est un autre ingrédient essentiel à la médiation. Le Médiateur a pour mission de faciliter le dialogue entre les parties, de mener la procédure. L'impartialité est requise pour les abus et l'arbitraire sont loin. Le Médiateur devrait traiter également les personnes qui participent à la médiation, sans aucune forme de privilège. Il appartient aux parties pour décider de ce que le médiateur doit participer à la médiation et l'affaire a déjà été choisi par la médiation, les parties ont le droit de ne pas l'accepter.

Le médiateur doit être diligent, prudente et réfléchie, tenir compte du principe de la compétence du médiateur. Doit avoir la capacité de provoquer la conversation, veiller à la qualité du processus et le résultat. Le médiateur soit en amélioration constante, doit être qualifiés et formés à l'utilisation de leurs propres techniques de médiation. Le médiateur ne peut jamais laisser les parties combattre pris par la colère, la haine, il doit être capable de calmer les parties à utiliser le droit, les bons sentiments. Dans la plupart du temps que le plus grand rôle du Médiateur est d'écouter les parties et leur interprétation, vous pouvez les aider sur la façon d'être pour eux.

Il n'y a aucuns règles formelles qui lient le processus de médiation n'est imprégné par le principe de l'informalité. Il n'y a aucune manière unique, prédéterminé. Il doit y avoir simplicité en actes. Normalement, les processus de médiation, leurs accords, sont réduits à terme et peut être stocké afin d'être soumis à l'approbation et transformée en titres juridiques. Cela, seulement aux fins de l'organisation, ne étant pas tenue de le faire. Le secteur informel offre une plus grande tranquillité aux parties, favorise la communication entre eux et le médiateur.

Le principe de la confidentialité dans le processus de médiation réaffirme la nécessité de respecter le processus et les parties. Les personnes participant à la médiation ont besoin de certitude qu'il s'agit de ce que vous avez dit est confidentielles et n'est pas utilisé contre eux ultérieurement. Il est nécessaire d'avoir confiance en la confidentialité du processus visant à maintenir un dialogue sincère et harmonieux. Le médiateur doit être une sorte de protecteur de la médiation. Sont des renseignements confidentiels et privilégiés de la médiation.

La médiation est un moyen alternatif de règlement des différends. Distingue, cependant, que leurs objectifs sont beaucoup plus vastes que la résolution de conflit simple. La communication entre les parties et on leur donne la possibilité et la responsabilité de gérer ses propres conflits, médiation a lieu l'objectif de prévention des conflits. Inclusion sociale, un autre objectif de la médiation, est obtenue par le biais de la prise de conscience des droits et accès à la justice. Réalisé tout cela, il est possible de parvenir à la paix sociale.

La solution, la médiation de conflits par le dialogue. Bien que, parfois, semblent être la solution au conflit son principal objectif, pas exactement. Ce qui est demandé est un accord entre les parties, un accord équitable, le résultat de la bonne gestion du conflit, dans lequel les deux parties restent satisfaits. Selon Lilia sur les ventes de Mathew "communication et la participation conséquente des individus dans la solution de la controverse sont indispensables pour l'accord approprié. "Pour arriver à cette solution, vous devez comprendre le conflit d'une manière positive, il doit y avoir une coopération entre les parties et de la participation du médiateur comme facilitateur du dialogue, à la recherche de la meilleure résolution pour la controverse et non une solution.

Pour atteindre l'objectif de la résolution des conflits par la médiation, les parties doivent être conscients de leurs principes et a précisé que les personnes impliquées dans l'impasse qui ont le pouvoir de décision. Ces personnes doivent s'engager dans la recherche de solution pour le gagnant/gagnant, dans la poursuite d'objectifs communs, malgré le conflit, pour aboutir à la solution qui satisfait les deux parties.

Le deuxième but de la médiation est la prévention des conflits, dans le cas où il y a prise de conscience des droits et devoirs de chacun, en leur montrant, toujours, sa responsabilité pour la mise en œuvre intégrale de la solution du conflit. Il est, donc, aussi, un processus de transformation, dont les parties commencent à réaliser qu'ils sont capables de résoudre leurs différends, en passant le handle du conflit déjà, dès le début, différemment.

Au cours du processus de médiation, le troisième impartial encourage les parties à trouver la vraie solution au conflit, n'est pas simplement le choix du parti vainqueur, est d'arriver à la racine du problème afin de le résoudre. Dans cette quête de la solution, le médiateur aide les parties à créer des liens entre eux. Une fois que vous avez participé à un processus de médiation, les parties ont la possibilité de maintenir une communication afin d'éviter de nouvelles controverses ou prévenir les autres conflits peut prendre la dimension une fois résolue. Sous l'aspect préventif de la médiation, selon Lilia Maia de Morais Sales (2004), (…) la prise de conscience des droits et des devoirs et la responsabilité de chaque individu à la réalisation de ces droits, la transformation de la perspective négative pour la vision positive du conflit et l'incitation au dialogue, permettant ainsi la communication Pacifique entre les parties, facilitant la réalisation et l'accomplissement de l'accord.

L'objectif de la médiation, il est également l'inclusion sociale. Pour participer à la médiation, les parties, par le dialogue, trouvent solution à votre problème, ce qui permet une réflexion concernant les droits et devoirs de l'individu, quand puis sont conscients de sa capacité à transformer la réalité. Selon Lilia Maia de Morais Sales "(…) Médiation se présente, parce que, dans le but d'offrir aux citoyens une participation active dans la résolution des conflits, ce qui a entraîné le développement d'un sentiment de responsabilité civique et de la maîtrise de problèmes expérimentés. »

Réalisation des objectifs de prévention des conflits et l'inclusion sociale, est facilement accessible de l'objectif de la paix sociale. Médiation encourage la coopération et la solidarité entre les parties, encourage la résolution des conflits par le biais de conversation et la compréhension mutuelle, paisiblement. Empêche la violence et des individus conscients de leurs devoirs.

Afin de proposer aux parties la date pour la solution des conflits, étroitement une connaissance de soi, dans lequel sont plusieurs points de vue déformées, sentiments qui nécessité un traitement. Lorsque les parties sont prêtes à se transformer en quête d'un équilibre, une solution, la société se tourne également dans ce sens, de pacification sociale. La paix sociale n'est possible que lorsque les individus cherchent la paix intérieure, modifier vos pensées et vos actions. Dans la médiation, la relation entre les citoyens est criblée de solidarité, dans la poursuite de l'intérêt commun, assurer la paix sociale.

FRONT DE LA POLITIQUE JUDICIAIRE LE CONTENTIEUX DE LA CULTURE

Les initiatives et les projets qui impliquent la médiation et la conciliation, la majorité du gouvernement, ses institutions et organisations avec l'extrémité de l'objectif essaie de résoudre et de résoudre les conflits des formes internes ou externes à l'appareil judiciaire (actes judiciaire et extrajudiciaire de conciliation et de médiation), font parties, si possible, de résoudre leurs différends d'une manière alternative et avantageuse et peut la discorde parler, argumenter et nécessitent des mécanismes distincts et milieu bâti et bureaucratisation que juridique classique apporte afin d'obtenir les voix pour régler leurs propres problèmes, en tenant compte des avantages majeurs comme j'ai vérifié plus tôt.

Bien que le gouvernement est le plus grand legitimizer de ces garanties, la société civile devrait continuer à chercher ces alternatives ayant enfin conscience de la société elle-même, à savoir, le devoir et l'autonomisation de ces méthodes. « La coparticipation generates coresponsabilité dans les résultats et la durabilité des solutions choisies, dans n'importe quel domaine de la coexistence ».  (ALMEIDA et al., 2011).

Comme indiqué dans le premier chapitre, la vitesse de relations personnelles, communication sociale, culturelle, technologique, valeur parmi tant d'autres qui peuvent être cités, que les producteurs a continué à être la société de consommation, vu le comportement changer avant d'alléger et de la négativité en abandonnant les objectifs et tenter de parvenir à, atteindre de nouveaux objectifs à une vitesse extrême, comme le mentionne Bauman (2008 p. 53), "l'économie basée sur l'excessive et inutile, devant les impulsions, les compulsions et les dépendances des individus", l'actuel système judiciaire ne peut pas, n'a pas la capacité de faire face à tant d'intérêts, la croissance et l'émergence des droits individuels ou collectifs et garanties, car en même temps créer de nouveaux mécanismes procédures à utiliser pendant le processus de litige, elles sont déjà en retard.

Par conséquent, comme un résultat de la mondialisation et la rapidité des relations personnelles reliés à des avancées technologiques requises du monde d'aujourd'hui, on a remarqué qu'ils étaient les mécanismes indispensables et des formes alternatives de négociation et de résolution des conflits sociaux inhérents dans les sociétés actuelles. Vérifier les balises nécessaires pour nouveaux mécanismes nécessaires à l'apaisement et la résolution des conflits, sont devenus insurmontables, incontestable et avantage à légiférer en la matière.

Si le gouvernement avec leurs politiques publiques, face à la constante change le monde globalisé, puisque le gouvernement n'a plus de conditions et d'installations en effet et s'assurer des droits par le biais de leurs politiques, les lois et les attributs économiques et institutionnels des connaissances sur le sujet, son propre État, l'emplacement et l'emploi.

CONCLUSION

Par rapport à un modèle juridique traditionnel n'a pas fourni des réponses satisfaisantes aux demandes sociales et les difficultés du pouvoir judiciaire d'agir comme la gestion des conflits, la nécessité de penser des solutions alternatives pour le règlement des conflits, tels que la médiation de plus en plus.

Traçage des lignes directrices sur les conflits, la crise de l'État, la Cour, ainsi que fourniture de la précarité des relations procédurales pour réaliser efficacement le conflit que vous êtes et de contribuer à l'émergence d'une décision qui pourrait rétablir l'harmonie sociale. Cette étude fait valoir que les expériences de médiation peuvent contribuer dans une certaine mesure à la réalisation d'une relation humaine et proche de la réalité sociale de la cause.

Il a été constaté que la médiation est une vision du monde, un paradigme écologique basé sur un critère de sens épistémique et qui peut être vu comme une composante structurelle du paradigme politique et juridique de trasmodernidade. La crise de l'État/pouvoir judiciaire qui doit faire face en raison de coûts, possibilité de pièces, connaître la demande juste et raisonnable, la judiciarisation des conflits découlant de l'émergence de nouveaux droits et garanties parmi tant d'autres problèmes auxquels sont confrontés la justice pour l'application des droits et des garanties, il est démontré que les méthodes de résolution des conflits consensuel peuvent prendre en charge le système judiciaire une fois qui peut remédier aux nombreux conflits par les parties elles-mêmes.

Dans cette obliquité, est explicite qu'il est plausible que l'accès à l'ordre juridique équitable, la justice sera en mesure de faire attention et de trancher les questions qui vraiment ne peuvent être résolues par un accord entre les parties, donnant utile et important pour les tribunaux, fonctionne comme un filtre cône, pour les quelques demandes pas réparable grâce à la médiation et la conciliation.

RÉFÉRENCES

ABREU, Peter Manuel. Accès à la justice et des tribunaux spéciaux : le défi historique de consolidation de la justice du citoyen au Brésil. Florianópolis : Boiteux Foundation, 2004.

ANDRADE, Cleide Ramos. Médiation de famille est en conflit dans la Cour : une sortie Unique. Brazilian Journal de droit de la famille, Porto Alegre : synthèse, IBDFAM, c. 8, n. 38, Oct/nov, 2006

Mauro CAPPELLETTI ; GARTH, Bryan. Accès à la justice. Traduction et révision de Ellen Northfleet Gacie. Porto Alegre : Sergio Antonio Fabris Editeur, 1988.

SA CASTALDI, lu Regina ; BRAGA NETO, Adolfo. Quelle est la résolution de conflits. São Paulo : Editora Brasiliense, 2007, p. 30.

FILGUEIRAS, Cassio. Méthodes de résistance pacifique de résolution des conflits. Revista Advogado n. 123 FSAA. p. 70-74.

MARQUES, Alberto Carneiro. Perspectives du processus collectif dans l'universalisation de l'accès à la justice. Curitiba : Juruá, 2007.

Gestion de processus petit-fils, c. l. et médiation : révolution dans la disposition compétence, sont saut, éditeur Atlas s.a., 2013.

PINTO. Ana Celia Roland Gh. Revista do Advogado, p. 69. apud ventes, Lília Maia de Morais. Justice et médiation des conflits. Belo Horizonte: Del Rey, 2004.

Pin, Humberto Dalla Bernardina de. Le nouveau CPC et médiation : réflexions et poids. Magazine d'Information législatif. V. 190, volume I, p. 219-235.2011.

VENTES, Lília Maia de Morais (org.). Le débat de la citoyenneté. Études sur l'efficacité de la Loi, à l'heure actuelle. Forteresse : Fortaleza Université, 2004. N ° 2.

VENTES, Lília Maia de Morais. ANDRADE, Mariana D. Médiation des conflits comme une contribution efficace à la justice brésilienne. Brasilia. 48 n 192 Oct/Déc. 2011.

VENTES, Lília Maia de Morais. Justice et médiation des conflits. Belo Horizonte: Del Rey, 2004.

VENTES, Lília Maia de Morais. Médiation des conflits : famille, école et communauté. Florianópolis : Concept édition, 2007.

BRILLANCE, Sidney. Le conflit familial transformé en divorce. Dans : AUGUSTINE, Marcelo Lálaki ; SANCHEZ, Tatiana Maria. Famille, les conflits, les réflexions et les discours. São Paulo : Casa do psychologue, 2002

Souza, de Sergio Ricardo. Médiation et conciliation : des instruments efficaces pour compléter le système judiciaire classique : la Cour de l'état du Maranhão v. 3, n. 3, janvier/juin. 2009, p. 62

Tavares, Fernando Horta. Médiation Conciliation &. Belo Horizonte : Commandements, 2002.

VEZULLA, Juan Carlos. Théorie et pratique de la médiation. Balneario camboriu, SC: BIAM, 5e édition, 2001

WEISSHEIMER, José Álvaro de Vasconcelos, la Justice de la droite Magazine-Passo Fundo Université Faculté de droit (2003, p. 193). Juste. c. 17/2003

[1] Maîtrise de droit en solutions alternatives des controverses de l'Escola Paulista de Direito – DEP. Diplôme d'études supérieures en droit fiscal de Faculdades Unidas Jacarepaguá. Diplômé en droit de l'Universidade Bandeirantes-UNIBAN. Professeur de cours préparatoires de vessie hyperactive. Courriel : adonias.silva@unifesp.br

[2] Étudiant de maîtrise en droit – règlement des différends Alternatives Business Solutions Escola Paulista de Direito – EPD. Post est diplômé en droit de l'Universidade Paulista-2014. Poster diplômée en enseignement supérieur de Universidade Paulista-2009. diplôme en droit de la faculté de droit de champ S.B. 1994, email carla_rfreitas@hotmail.com.

DEIXE UMA RESPOSTA

Please enter your comment!
Please enter your name here